Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 17:28

 

 

 

UN service Nouvelles 7 Août 2013

 

Le procureur de la première cour permanente du monde mis en place pour juger les personnes accusées de génocide et de crimes de guerre a exprimé aujourd'hui sa profonde préoccupation devant la détérioration de la sécurité en République centrafricaine (RCA) et les rapports de crimes graves commis là-bas.

 

"Mon bureau fera sa part pour instruire et poursuivre les principaux responsables de la perpétration de crimes graves, si nécessaire," Fatou Bensouda, Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), a déclaré dans un communiqué.

 

La République centrafricaine - qui a été marquée par des décennies d'instabilité et de combats - a connu une reprise des violences Décembre dernier, lorsque la coalition rebelle Seleka a lancé une série d'attaques.

 

Un accord de paix a été conclu en Janvier mais les rebelles se sont de nouveau emparé de la capitale, Bangui en Mars, forçant le président François Bozizé à fuir.

 

Les récents combats ont encore affaibli même les services les plus élémentaires dans le pays et aggravé une situation humanitaire déjà désastreuse que les responsables humanitaires de l'ONU ont dit, affecter l'ensemble de la population de 4,6 millions de personnes, dont la moitié est constituée des enfants.

 

"Mon bureau appelle la communauté internationale à aider le gouvernement de la RCA dans l'amélioration de la situation sécuritaire et à protéger les civils à Bangui et dans tout le pays», a déclaré Mme Bensouda.

 

Elle a noté que les conclusions d'une récente mission effectuée par le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) "semblent confirmer que les crimes qui pourraient relever de la compétence de la Cour pénale internationale continuent d'être commises en RCA, y compris des attaques contre les civils, meurtre, viol, et le recrutement d'enfants soldats ».

 

Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme Ivan Šimonović a déclaré la semaine dernière, à l'issue de sa visite dans le pays, qu'«il n'ya pas de police, pas de système de justice et pas de services sociaux" au-delà de Bangui. "La sécurité est quasi inexistante et les gens vivent dans la peur constante», at-il ajouté.

 

Mme Bensouda a déclaré la prochaine réunion du Conseil de sécurité, prévue pour le 14 Août, est une occasion pour les gouvernements de montrer leur soutien et de démontrer que la RCA n'a pas été oubliée par la communauté internationale.

 

Située à La Haye, aux Pays-Bas, la CPI les personnes accusées des crimes les plus graves ayant une portée internationale - à savoir le génocide, les crimes contre l'humanité et crimes de guerre - si les autorités nationales compétentes refusent ou sont incapables de le faire véritablement.

 

La RCA est l'un des huit situations actuellement sous enquête par la CPI. Les autres sont la région du Darfour, au Soudan, en Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo (RDC), le Kenya, la Libye, le Mali et le nord de l'Ouganda.

République centrafricaine : Le Procureur de la CPI s'inquiète de crimes graves en cours en République centrafricaine
République centrafricaine : Le Procureur de la CPI s'inquiète de crimes graves en cours en République centrafricaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com