Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 20:57
Sénégal: les explications sur la sortie de prison d'Hissène Habré

 

http://www.rfi.fr/ 07/04/2020 - 16:01

 

Hissène Habré a été autorisé à quitter sa prison de Dakar, lundi 7 mars, pour des raisons liées au Covid-19. L’ancien président tchadien, condamné à perpétuité en 2017, sera en résidence surveillée durant 60 jours.

Cette libération fait suite à une demande déposée par la défense d’Hissène Habré, le 26 mars 2020. Dans cette lettre, l’avocat de l’ancien président tchadien affirme « qu’en raison de la pandémie du Covid-19, la prison est un milieu qui présente de réels risques de contamination par le virus […] et que son client, d’un âge avancé, est particulièrement vulnérable ».

Pas « une liberté conditionnelle »

Le juge d’application des peines a donc entendu cet argument. Et il y en a un autre : celui de l’espace dans cette prison du Cap Manuel à Dakar, qui a été choisie « pour recevoir toutes les personnes nouvellement placées sous mandat de dépôt ».

Cette prison a en effet été vidée de ses détenus, qui ont été transférés ailleurs, dans d’autres établissements, afin d'y placer tous les nouveaux détenus en isolement, le temps de la quarantaine.

En clair, il fallait faire de la place dans la prison du Cap Manuel, sachant qu’ Hissène Habré occupait tout seul un quartier spécial, qui comprenait « six locaux », selon la direction de l’administration pénitentiaire.

►À lire aussi : Hissène Habré, « vulnérable » au coronavirus, sort provisoirement de prison

 

L’ancien président tchadien est donc rentré dans sa résidence de Ouakam, à Dakar avec son épouse. Selon le ministre sénégalais de la justice, « il est toujours en prison, c’est tout simplement le lieu de détention qui a changé ».

Toujours selon le ministre, Hissène Habré « est surveillé par des agents de l’administration pénitentiaire 24h sur 24 ». Ce dernier précise « qu’il ne s’agit pas d’une décision du chef de l’État », ni « d’une grâce », « ni d’une libération conditionnelle ». L’ancien président ne pourra pas se déplacer, pas sortir de chez lui. Et pour les visites, le ministre indique que les droits seront exécutés « dans les mêmes conditions que quand il était en cellule au Cap Manuel ».

Craintes des collectifs de victimes

Après 60 jours, Hissène Habré devra réintégrer sa cellule, mais pour le défenseur des droits de l’homme Reed Brody, les victimes « ne peuvent que croire le gouvernement sur parole sur le fait qu’il ne s’agisse que d’une mesure temporaire ». La semaine dernière, le collectif des victimes de la dictature avait déjà lancé une mise en garde dans un communiqué intitulé « la crise sanitaire ne doit pas servir d’excuse à la libération anticipée d’Hissène Habré »

Ce n’est pas la première fois que la défense d’Hissène Habré demande sa sortie de prison. En novembre 2019, les soutiens de l’ancien président tchadien avaient demandé sa libération pour « raisons de santé » après « une chute dans la douche de sa cellule », selon son épouse. À ce moment-là, le président du collectif des victimes avait fait le déplacement de Ndjamena à Dakar pour dénoncer cette éventualité.

►À lire aussi : Santé d'Hissène Habré: ses victimes s'inquiètent d'une possible grâce

 

Le comité des Nations unies contre la torture avait aussi écrit à l’État du Sénégal, fin décembre 2019, pour s’opposer à une éventuelle libération. Il rappelait que le Sénégal n’avait pas le droit d’écourter la peine d’Hissène Habré, condamné non pas par la justice sénégalaise, mais par les Chambres africaines extraordinaires.

Le traitement du procès d’Hissène Habré est un traitement remarquable depuis son arrestation. Mais pourquoi les gens ne pensent pas aux victimes aussi, comme on pense à Hissène Habré ?

Au Tchad, réaction des victimes du régime d'Hissène Habré à l'annonce de sa sortie de prison

 

Madjiasra Nako

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 20:46
 Coronavirus: le Gabon interdit la consommation de pangolin et de chauve-souris

 

6 avril 2020  AFP

 

Le Gabon a interdit la vente et la consommation de pangolin et de chauve-souris, deux espèces soupçonnées d’avoir participé à la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé vendredi le ministère des Eaux et Forêts. Dans ce pays d’Afrique centrale recouvert à 88% par la forêt, la chasse et la consommation de viande de brousse sont très répandues.

Même si le pangolin, animal menacé d’extinction, était déjà protégé par le code forestier, sa viande très appréciée des Gabonais était toujours disponible sur les marchés de la capitale, Libreville, en mars, tout comme les chauve-souris.

Le nouveau coronavirus, apparu en Chine, « est issu d’une recombinaison entre deux virus différents, l’un proche de la chauve-souris et l’autre plus proche du pangolin », explique le ministère des Eaux et Forêts, citant une étude scientifique publiée dans le journal Nature.

Alors que le Gabon compte officiellement 21 cas de personnes infectées par le coronavirus, et aucune infection par voie animale, le ministère affirme appliquer le principe de précaution.

« Une décision similaire avait été prise par les autorités, lorsque notre pays a été touché par le virus Ebola: l’interdiction de consommer des primates », rappelle le ministre, Lee White.

L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) avait déjà décidé mi-mars de fermer les activités permettant aux touristes d’interagir avec des grands singes, pour éviter la contamination des primates.

Des mesures plus classiques, comme la fermeture des vols internationaux, des écoles et des lieux de culte, ainsi qu’un couvre-feu partiel durant la nuit, ont par ailleurs été adoptées au Gabon.​

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 20:01
Affaire du ministre SEKODE : Communiqué de presse du MLPC

 

REACTION DU MLPC SUR L'AFFAIRE DU MINISTRE SEKODE

Affaire du ministre SEKODE : Communiqué de presse du MLPC
Affaire du ministre SEKODE : Communiqué de presse du MLPC
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 17:49
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

Centrafrique : De fortes perturbations dans la fourniture en électricité à Bangui

 

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 7 avril 2020 14:26

 

La ville de Bangui connait depuis une dizaine de jours, des troubles dans la   fourniture en électricité. Suite aux perturbations enregistrées, la direction générale de l'Energie centrafricaine (Enerca) a dépêché le mardi 31 mars 2020, une équipe de techniciens sur la centrale thermique de Boali 2. Objectif, remédier à la panne qui plonge une grande partie de la ville de Bangui dans l'obscurité totale.

Constatée le mardi 31 mars 2020 aux environs de 10 heures par une interruption brusque de fourniture d’électricité, l’usine de Boali 2 vient de subir une énième panne technique. Son principal groupe est à l’arrêt. Pour localiser le dysfonctionnement et y remédier en toute urgence, la direction générale de l'Enerca a dépêché une mission technique à Boali. Cette mission, constituée de techniciens pour la plupart, a pour objectif l'expertise du dysfonctionnement et le dépannage du matériel défectueux. Après une brève évaluation faite par ces techniciens, il ressort que l’un des groupes qui alimentent la centrale thermique de Boali 2 est en panne. Même si la partie endommagée a été localisée par les techniciens, le dépannage prendra des jours du fait de manque de matériels.

"Boali 2 pour nous, est notre unité maîtresse. Le délestage au niveau de Bangui se fait en fonction de la puissance disponible au niveau de Boali 2. Le mardi, on a connu aux environs de 10 heures un déclenchement général c'est-à-dire, une interruption brusque de fourniture d'électricité. L'équipe de Boali nous a alertés pour nous dire qu'il y a eu de la fumée au niveau de l'alternateur. C'est hier soir qu'on a pu découvrir cette spire. On continuera les travaux jusqu'à l'installation d'une nouvelle spire." a fait savoir Bienvenu Mony Béya, chef de service de production thermique à l'Enerca.

Après avoir évalué les différentes difficultés, l’Enerca dans un communiqué, rassure sa fidèle clientèle d’un retour à la normale dans les jours à venir.

"Le dépannage tel que nous avons commencé, nous sommes en train de tabler sur une durée d'une semaine à dix jours. Et donc, l'effort est fait pour qu'au plus tard mardi, on remette le groupe en exploitation" a rassuré Bienvenu Mony Béya.

Notant que la réfection de l’ancienne usine de Boali 2 est déjà achevée. Cependant, la nouvelle partie est en cours de réhabilitation grâce à un accord de partenariat avec la République populaire de Chine. "Si tout se déroule comme prévu, il n’y aura plus de délestage à Bangui d’ici à la fin de cette année", a rassuré un responsable de l'Enerca.

Inaugurée en février 1976, la centrale thermique de Boali 2 connait depuis des décennies de multiples interruptions, dues pour la plupart des cas à la vétusté de cette unité de production. Avec le lotissement de nouvelles surfaces et face à une population qui s'accroit rapidement, la production de cette unité ne répond plus aux besoins énergétiques de la population. Le gouvernement est appelé à doubler d'effort en vue de mettre en place d'autres centrales électriques, car le taux d’accès à l’électricité en Centrafrique demeure l’un des plus faibles en Afrique.

 

 

Centrafrique/Covid-19: Bientôt le déploiement de 600 agents de la protection civile dans la ville de Bangui.

 

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 7 avril 2020 15:29

 

Pour renforcer davantage les mesures édictées contre le Covid-19, le ministère de la Santé de la République Centrafricaine, annonce le déploiement prochain des agents de la protection civile. Plus de 600 agents seront déployés dans la capitale afin de faire respecter les mesures barrières et assister les populations en cas de besoin.

Depuis l'annonce des mesures de restriction enjointes par le président de la République, Faustin Archange Touadéra le 26 mars dernier, des initiatives se multiplient pour barrer la route à la propagation du coronavirus en Centrafrique. A l'exemple des pays de la région, les autorités centrafricaines, après avoir décidé de la fermeture temporaire de l'aéroport international Bangui Mpoko, des écoles et lieux de culte, appellent à une mobilisation générale pour mieux lutter contre le Covid-19.

Au cours d'une conférence de presse tenue ce lundi 06 avril 2020 à Bangui, le ministre de la santé Dr Pierre Somsé a annoncé de nouvelles mesures dont le déploiement de plus de 600 agents de la protection civile déjà formés dans différents coins de Bangui. Cette campagne vise l'application stricte et le respect effectif des mesures préventives imposées par les autorités du pays. Ces agents, formés pour travailler dans des conditions difficiles, auront pour mission de faire respecter les conseils sanitaires dans les lieux publics, vulgariser les notions d'hygiène, informer la population sur mesures à respecter et venir en aide aux personnes vulnérables. Pour le ministre de la Santé, il est temps pour chaque individu d'observer les mesures préventives imposées par les pouvoirs publics.

"Les agents de la protection civile sont des agents qui ont été formés pour travailler dans des conditions difficiles. Aller dans des endroits à risque. Et donc dans cette campagne, nous avons besoin des gens comme ça pour encadrer la population et éduquer. Mais une des choses qu'ils sont appelés à faire, c'est de faire respecter l'ordre autour des forages, points d'eau, dans les banques, dans les institutions et même les marchés" a fait savoir Pierre Somsé, ministre de la Santé et de la Population.

Toutefois, la mission de ces agents de protection civile s'élargira car en cas de vaste  propagation entrainant une vague de décès due à cette pandémie,  elle sera à l'avant garde aux côtés d'autres organisations humanitaires pour gérer cette catastrophe sanitaire.

"Lorsqu'il y a beaucoup de cas, beaucoup de cadavres, ces cadavres doivent être enterrés et doivent bénéficier d'un traitement digne. Ces corps ne seront plus remis aux parents. Et donc, c'est la Croix rouge ou les agents de la protection civile qui vont aider à les enterrer. Nous travaillons déjà dans cette perspective pour identifier des espaces pour les cimetières collectifs. Il y a également la protection de l'enfant et de la femme" a ajouté le ministre centrafricain de la Santé publique.

Avec neuf cas confirmés du coronavirus à ce jour, la République centrafricaine se prépare à toute éventualité. A partir du moment où les derniers porteurs de ce virus sont des patients indigènes, résidants à Bangui,  la contamination locale est au centre de toutes les attentions.  

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 17:17
RCA : un expert de l’ONU lance un appel à la retenue et à la responsabilité

 

République Centrafricaine: un expert de l’ONU lance un appel à la retenue et à la responsabilité

 

GENEVE (7 avril 2020) – L’Expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en RCA, Yao Agbetse, a lancé un appel à la majorité, l’opposition, les groupes armés et les médias nationaux et internationaux à la retenue et à la responsabilité : 

 

« Tout acteur politique qui a exercé ou envisage d’exercer de hautes fonctions à la tête de la RCA, y compris la magistrature suprême, doit se montrer capable de placer l’intérêt du peuple avant ses propres intérêts ; cette exigence n’est pas négociable ».

 

« Toute tentative visant à entraver la marche du pays vers la paix fortement exprimée par le peuple centrafricain lors du Forum de Bangui en 2015 et lors des consultations nationales en 2019 dans le cadre de l’Accord de paix de Khartoum est une trahison du peuple qui n’aspire qu’à jouir de ses droits ».

 

« Toute personne qui pose des actes attentatoires à l’exercice des droits et des libertés fondamentales par le peuple centrafricain s’expose aux sanctions internationales, y compris devant la Cour pénale internationale ».

 

« Tous les leaders des groupes armés devenus Ministres en faveur de l’Accord de paix de Khartoum ou intégrés au sein de l’appareil étatique doivent exercer un devoir de diligence qui les obligent à respecter les lois républicaines et à s’abstenir de toutes actions incompatibles avec leurs engagements au titre de l’Accord ».

 

« En vertu de l’Accord de paix, je demande aux groupes armés de « mettre fin de manière immédiate, complète et irrévocable à toutes les hostilités et formes de violence » (article 5) comme ils se sont engagés à le faire. 

 

« Alors que la RCA est confrontée à la pandémie du COVID-19 avec des conséquences potentiellement catastrophiques et que le dispositif électoral en vue du prochain scrutin présidentiel est loin d’être en place, les tensions actuelles sont de nature à saper les efforts qui ont été déjà entrepris et l’espoir légitime de paix de la population ».

 

« J’appelle les autorités centrafricaines à respecter les normes et standards internationaux applicables en matière d’arrestation, de détention provisoire, de procès juste et équitable, et de privation de liberté, et à éviter de recourir aux détentions arbitraires, aux disparitions forcées, à la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

 

« J’exhorte les pays voisins et les partenaires internationaux de la RCA à agir en artisans de paix en accompagnant la RCA vers des élections transparentes et à s’abstenir de toute action ou omission susceptible d’hypothéquer le processus électoral et de plonger à nouveau le pays dans le chaos ».

 

« J’appelle la majorité, l’opposition, les groupes armés et les médias nationaux et internationaux à la retenue et à la responsabilité ». 

 

« J’appelle le Conseil de sécurité des Nations Unies à prendre des mesures d’urgence et à envoyer un message fort aux acteurs centrafricains car les risques d’une irruption dans la violence sont réels ».

 

FIN

 

M. Yao Agbetse (Togo) est un avocat des droits de l’homme, chercheur et enseignant qui a consacré les 25 dernières années de sa vie à la justice et aux droits de l’homme, y compris les droits de l’enfant. Il a mis en œuvre des programmes de droits de l’homme au niveau national et a fourni des conseils juridiques et techniques pour l’élaboration et suivi des lois et politiques nationales relatives aux droits de l’homme, notamment au Bénin, en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, au Mali et au Togo. Il a créé un espace et des outils pour le dialogue et les efforts communs des acteurs étatiques et des OSC. En RDC, en Côte d’Ivoire et au Mali, il a mis en œuvre des programmes de DDR, formé des chefs de l’armée et de la police et fourni un soutien aux titulaires de mandat et aux opérations des Nations Unies, notamment en participant au dialogue interactif au titre du point 10 lors des sessions du Conseil des droits de l’homme à Genève. Il a fourni des informations factuelles de première main aux experts de l’ONU pour les aider à évaluer les défis relatifs aux droits de l’homme dans différents pays et formulé des recommandations spécifiques et réalisables pour garantir la responsabilité et l’accès à la justice.

 

Les Experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des « procédures spéciales » du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

 

Vous pouvez suivre l’expert indépendant sur Twitter : @UNIECAR1

 

Page du HCDH sur le pays : République centrafricaine

 

Pour des informations additionnelles et des demandes des médias, prière de contacter Isatou Harris (+41 22 928 9422 / iharris@ohchr.org) ou d’écrire à ie-car@ohchr.org

 

Pour des demandes de renseignement des médias concernant d’autres experts indépendants, prière de contacter Xabier Celaya (+41 22 917 9445 / mediaconsultant2@ohchr.org)

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 17:11
Centrafrique : décès d’un sous-officier français affecté au DETAO

Lu pour vous

 

Centrafrique : décès d’un sous-officier français affecté au DETAO

 

https://www.bruxelles2.eu/ 6 avril 2020

 

(B2) Un sous-officier affecté au détachement d’appui opérationnel (DETAO) en Centrafrique, une unité qui complète les missions d’EUTM-RCA et qui s’occupe du soutien des militaires français sur ce théâtre est décédé a-t-on appris aujourd’hui de l’état-major des armées ce lundi (6 avril) L’adjudant-chef Jean-Bernard Russon a été retrouvé mort dimanche (5 avril) dans sa chambre, dans le camp de M’Poko, à Bangui. Les causes du décès de ce sous-officier du groupement munitions de Brienne-le-Château ne sont pas connues et une enquête de prévôté a été ouverte par la gendarmerie française.

Affecté au détachement d’appui opérationnel (DETAO) depuis novembre dernier, l’adjudant-chef Russon était chef du dépôt de munitions. Cette unité française d’environ 150 militaires, créée fin 2018, conduit des détachements d’instruction technique au profit des forces armées centrafricaines dans des domaines spécifiques (prévôté, sécurité incendie, gestion des munitions, secourisme).

Le DETAO s’occupe également du soutien aux militaires français affectés à des missions internationales en Centrafrique, qu’il s’agisse de la mission de formation de l’Union européenne (EUTM-RCA) ou de la mission des Nations Unies (Minusca). Il est sous contrôle opérationnel des éléments français au Gabon (EFG).

L’adjudant-chef Russon s’était engagé en 2007 comme sous-officier, dans le matériel, puis dans le service interarmées des munitions. Il sert au cours de nombreuses opérations et déploiements à l’étranger : au Tchad (2009, 2016), en Afghanistan (2010), au Burkina Faso pour les forces spéciales de la Task Force Sabre (2011), au Liban (2012), à Djibouti (2017), au Niger sur Barkhane (2017), en Irak avec les forces spéciales (2018) et enfin en Centrafrique, où il était arrivé en novembre 2019.

 

(Romain Mielcarek)

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 02:05
Le Tchad est «seul» face à Boko Haram, se plaint le président Idriss Déby

 

Le Tchad est «seul» face à Boko Haram, se plaint le président Idriss Déby

 

http://www.rfi.fr/ 05/04/2020

 

Au Tchad, le président Idriss Déby annonce que Boko Haram a été chassé du territoire. Le chef de l’Etat tchadien qui s’est rendu sur le théâtre des opérations, a indiqué que toute la partie tchadienne du Lac Tchad où se trouvaient des éléments de Boko Haram a été nettoyée dans le cadre de l’opération « Colère de Bohoma » lancée, après la mort de plus de 90 soldats tchadiens suite à une attaque de Boko Haram.

« Le Tchad est seul » et Idriss Déby s'en plaint. Face à Boko Haram, le président tchadien affirme que ses voisins manquent d'engagement alors que son armée a obtenu des résultats.

« Il n’y a pas un seul Boko Haram aujourd’hui au Tchad. Deux postes de commandement essentiels dans le lac Tchad ont donc été repris par nos forces et elles ont détruit sérieusement Boko Haram. Le peu qui reste sont soit rentrés au Niger, soit au Nigeria, soit au Cameroun. C’est fini pour ce qui concerne notre pays et il n’y a donc plus de terroristes maintenant », assure-t-il avant d’ajouter que les forces tchadiennes « sont maintenant à l’intérieur des pays voisins et nous leur apportons notre appui. Malheureusement, depuis notre engagement jusqu’à aujourd’hui, le constat qu’on peut faire est que le Tchad est seul à supporter tout le poids de la guerre de Boko Haram ».

Une information crédible

Joint par RFI, Seidik Abba, spécialiste de la région du Lac Tchad, considère qu’au vu des importants moyens déployés, l'armée tchadienne a, selon lui, avancé sans grande résistance, quand une partie des combattants de Boko Haram auraient pris la fuite.

« Boko Haram s’était réfugié dans une partie lagunaire du lac qui était difficile d’accès et qui était un peu sous-administrée. Mais depuis le lancement de l’opération "colère de Bohoma", le Tchad a visiblement pris le dessus et réussi à récupérer les deux principales bases de Boko Haram, là où il y a le commandement général et là où se trouve apparemment le quartier militaire d’où Boko Haram partait faire des attaques, rappelle Seidik Abba. D’après les informations qui remontent, un des commandants opérationnels a été capturé par les forces tchadiennes ».

« Même si Boko Haram a été chassé de la partie tchadienne du lac Tchad, le mouvement reste encore actif dans la forêt de Sambisa, précise l'expert de la région. On sait aussi que certains éléments ont réussi à s’enfuir principalement vers le Niger, le Nigeria et le Cameroun, sans doute ».

Seidik Abba estime aussi que les pays frontaliers doivent s'engager à leur tour dans le cadre de la force mixte multinationale (FMM) qui comprend le Tchad, le Nigeria, le Niger et le Cameroun.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 01:51
Essai vaccinal : L'OMS condamne «les propos racistes» de chercheurs français

 

L'OMS condamne «les propos racistes» de chercheurs sur des tests de vaccin en Afrique

 

http://www.rfi.fr/ 07/04/2020 - 00:54

 

Le patron de l'OMS a condamné lundi les « propos racistes » de chercheurs ayant récemment évoqué l'Afrique comme « un terrain d'essai » pour tester un vaccin potentiel contre le Covid-19, dénonçant « l'héritage d'une mentalité coloniale ».

 « Ce genre de propos racistes ne font rien avancer. Ils vont contre l'esprit de solidarité. L'Afrique ne peut pas et ne sera un terrain d'essai pour aucun vaccin », a affirmé le chef de l'Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien chef de la diplomatie éthiopienne, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis Genève. « L'héritage de la mentalité coloniale doit prendre fin », a-t-il ajouté, en réponse à la question d'un journaliste nigérian.

M. Tedros n'a pas nommé les scientifiques en cause, mais une vive polémique a éclaté en France et en Afrique notamment après un échange entre un chercheur de l'Institut français de la recherche médicale (Inserm) et un chef de service d'un hôpital parisien le 1er avril sur la chaîne LCI. Dans cette séquence, Camille Locht, directeur de recherche à l'Inserm à Lille (nord de la France), était interrogé sur des recherches menées autour du vaccin BCG contre le Covid-19. Invité en plateau, Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l'hôpital Cochin, lui demande : « Si je peux être provocateur, est-ce qu'on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n'y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c'est fait d'ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez les prostituées: on essaie des choses parce qu'on sait qu'elles sont hautement exposées. Qu'est-ce que vous en pensez ? »

Le chercheur répond : « Vous avez raison, d'ailleurs. On est en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique avec le même type d'approche, ça n'empêche pas qu'on puisse réfléchir en parallèle a une étude en Europe et en Australie. »

Ces propos, pour lesquels les deux mis en cause ont depuis présenté leurs excuses, ont été condamnés par des associations et le ministère français des Affaires étrangères a déclaré qu'ils « ne reflétaient pas la position des autorités françaises ».

« Il est honteux et horrifiant d'entendre des scientifiques tenir ce genre de propos au XXIe siècle. Nous les condamnons dans les termes les plus forts », a conclu M. Tedros.

Pour être honnête, j'étais consterné quand j'ai entendu ça. Alors qu'au même moment j'appelais à la solidarité entre les pays. Ce genre de remarques racistes n'aide pas. L'Afrique ne peut pas et ne sera pas un laboratoire de test pour un quelconque vaccin. Nous suivrons les mêmes règles et le même protocole pour tous les essais de vaccins ou de thérapies partout dans le monde. Ce genre de résurgence de mentalité coloniale doit cesser. C'est vraiment une honte d'entendre ça au 21e siècle, et en plus de la part de scientifiques. Tous les êtres humains seront traités comme tels dans la lutte contre le coronavirus.

(AFP)

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 01:17
Conséquences de la pandémie du coronavirus sur l'économie centrafricaine
Conséquences de la pandémie du coronavirus sur l'économie centrafricaine
Conséquences de la pandémie du coronavirus sur l'économie centrafricaine

 

Bangui: Des forces de sécurité dans les rues pour faire respecter les mesures contre le Covid-19 dans les transports en commun

 

https://www.radiondekeluka.org/ samedi 4 avril 2020 10:46

 

Depuis l'annonce des mesures supplémentaires et drastiques par le chef de l'Etat, Faustin Archange Touadéra contre le Covid-19, certaines consignes ne sont pas respectées par les habitants de Bangui. De l'interdiction de rassemblement de plus de 15 personnes en passant par les mesures de restriction, le constat reste le même. C'est à ce titre que les autorités du pays ont lancé, le lundi 30 mars 2020, une vaste opération de contrôle dans les transports en commun.

Cette vaste opération de contrôle et de suivi s'effectue sur les grandes artères de Bangui. Les éléments de la force publique déployés, sont tenus de faire respecter les consignes mises en place par le gouvernement. Au cours de cette opération qui vise la régularisation des transports en commun, les gendarmes sont positionnés le long des avenues et aux coins des rues. Des véhicules de transport voire des mototaxis sont stoppés. Après un contrôle effectif du nombre de passagers, le véhicule peut reprendre la route tranquillement. Cependant, en cas de surcharge ou de surplus, l'excédent doit être débarqué sans conditions.

Après l'annonce des mesures supplémentaires du chef de l'Etat, des arrêtés subsidiaires ont été pris par le gouvernement. Les transports en commun doivent revoir leurs effectifs. Cette recommandation demande aux minibus de transporter moins de 10 passagers, les taxis quant à eux, doivent limiter à 3 le nombre de passagers et les mototaxis un passager.

Les avis sont partagés autour de cette réglementation. Pour les conducteurs interceptés, notamment ceux de mototaxis, le mobile de cette opération n'est pas justifié. Selon eux, lors de l'interpellation, les éléments des forces de l'ordre immobilisent leurs engins et leur demande de payer l'infraction.

"Au lieu de nous prodiguer des conseils après la saisie de nos motos, ils confisquent nos engins et nous demande de payer une quittance de 15000 francs. Je leur ai proposé 5000F, mais ils ont refusé. Ils m'ont arrêté alors que je transportais 2 personnes. Alors, je demande aux conducteurs de moto de ne plus le faire" regrette un conducteur de mototaxi.

Pour quelques passagers rencontrés en cours de route ou encore débarqués de ces moyens de transport, l'initiative est louable. Car c'est une question de santé publique.     

"Certaines personnes ne sont pas contentes de cette initiative. Quand à moi, j'en suis ravi. Mieux vaut prévenir que guérir. Nous devons prendre notre responsabilité car notre santé dépend d'abord de nous" a fait savoir Gaby Brandon Bella, un des passagers débarqués.

La République centrafricaine totalise ce jour huit cas confirmés du coronavirus. Les deux derniers cas annoncés ce mercredi 1er mars 2020 par les autorités, proviennent d'une contamination locale et leurs porteurs résident à Bangui.   

 

 

Conséquences de la pandémie du coronavirus sur l'économie centrafricaine

 

vendredi 3 avril 2020 13:06

 

La pandémie du coronavirus n'a pas que des conséquences sur le plan sanitaire. Les économies des pays sont aussi durement affectées. Cette question a été au menu de l'entretien qu'a accordé Rodrigue Le Roi Benga à son invité. Didace Sabone, banquier et économiste précise qu'il n'est pas question de critiquer les mesures mises en place par le gouvernement afin de freiner la propagation du coronavirus. Mais plutôt, d'évoquer les effets économiques néfastes de cette pandémie.

 

https://www.radiondekeluka.org/actualites/economie/35368-consequences-de-la-pandemie-du-coronavirus-sur-l-economie-centrafricaine.html

 

 

Centrafrique: La flambée des prix des denrées alimentaires inquiète les consommateurs

 

https://www.radiondekeluka.org  lundi 6 avril 2020 14:49

 

Depuis l'annonce des mesures supplémentaires de restrictions ordonnées par le président de la République, Faustin Archange Touadéra le 26 mars 2020, presque tous les prix des produits de première nécessité connaissent une augmentation. Certains produits ont vu leurs prix doublé pendant que d'autres sont quasi invisibles sur le marché. Cette situation inquiète les consommateurs qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts.

La pandémie du Covid-19, déclarée le 14 mars 2020 en République centrafricaine, a poussé le gouvernement à prendre certaines mesures pour freiner la propagation du virus. Après la confirmation des cinq premiers cas par le ministère de la Santé, les autorités du pays ont annoncé à la fin du mois de mars, des mesures supplémentaires. Ces restrictions concernent l'interdiction des regroupements au-delà de 15 personnes, la fermeture temporaire de l'aéroport Bangui-Mpoko, des lieux de culte, bars dancing et débits de boissons, l'interdiction totale de sortir de son lieu de quarantaine, pour les patients et suspects mis en isolement, sauf décision médicale, l'obligation d'isolement pour les cas confirmés, la prorogation de la période de quarantaine et de confinement de 14 à 21, la limitation des cérémonies de deuils, de mariages ou dot à la stricte intimité familiale, la restriction des mouvements des populations entre Bangui et l'intérieur du pays.

Cependant, malgré la volonté des autorités à veiller sur la libre circulation des marchandises, les prix des produits sur les marchés de Bangui, connaissent une hausse considérable. Dans presque tous les marchés de la capitale, le constat est le même. Du marché de Bimbo, Pétévo, Combattant en passant par le centre-ville, les prix de la plupart des produits de première nécessité ont doublé voire triplé. Ce phénomène concerne, les produits tels que l'huile, le savon, la farine de blé, le riz et bien d'autres. Les vendeurs détaillants accusent les grossistes d’être à l’origine de cette flambée de prix.

"Je vends du café avec des beignets. Auparavant, nous achetions un bidon d'huile à 22 500 ou 23 000 francs. Hier subitement, je l'ai payé à 28 000 francs. En plus, il m'a été rapporté par les grossistes que dans 2 jours, le sac de la farine de blé passera à 30 000 francs" affirme une vendeuse au marché Bimbo.

Au cours des investigations faites par Radio Ndeke Luka, d'autres aliments à l'exemple des produits surgelés connaissent également une hausse au niveau de leurs prix. Situation dénoncée par les détaillants qui pointent du doigt les grossistes.

"Je vends des produits congelés tels que le poulet. Les pattes sont à 500 Fcfa le tas et les différents morceaux sont à 1000 francs. Sauf que les Libanais ont augmenté les prix. Un carton de dos de poulet qui se vendait à 10500 Fcfa est passé à 13 000 francs. Nous avons ajouté quelque chose sur les prix  pour avoir un petit bénéfice" explique un vendeur de volailles.  

Certains commerçants justifient cette hausse par la fermeture des frontières camerounaises alors que cette décision ne concerne pas le transport de marchandises. A cela s'ajoute la rareté des produits locaux. Il est difficile pour certains de s'alimenter en manioc, produit local qui ne connait pas les circuits d'importation.

"Hier soir, nous avions peiné pour avoir la farine de manioc. La cuvette est passé de 3000 à 4500 voir 5000 francs," ajoute Parfait Grezowé habitant le quartier Bimbo.

Pointés du doigt par les détaillants, les grossistes se réservent de tout commentaire. Cependant le ministre de l’Economie met en garde contre cette pratique. Il rassure par ailleurs que ces mesures ne concernent pas la circulation des marchandises.

"Lorsqu'on a annoncé la fermeture des frontières, automatiquement on a vu une poussée inflationniste. On trouve que ce n'est pas cohérent dès lors que les stocks sont de cours. On ne peut pas jouer sur ça pour créer d'autres problèmes sociaux à la population. Nous avons tous convenu qu'au niveau de chaque pays, des mesures doivent être prises," a martelé Félix Moloua, ministre de l'Economie et du Plan.

 

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 00:44
Coronavirus, le sommet Afrique-France reporté

 

Lu pour vous

 

https://mondafrique.com/ La rédaction de Mondafrique 3 avril 2020

 

Dans un communiqué officiel, le quai d’Orsay annonce que le sommet Afrique France qui était prévu à Bordeaux du 4 au 6 juin est reporté

 

« Au regard de la progression de la situation liée à l’épidémie de Covid-19 », annonce le Quai d’Orsay, plusieurs événements internationaux prévus en France en juin et juillet prochains et appelant la participation de nombreux chefs d’Etat ainsi que de la société civile seront reportés.

Ainsi le Sommet Afrique–France de Bordeaux ne pourra pas se tenir aux dates initialement prévues.

Cette annonce officielle vient renforcer le sentiment dominant chez les experts et dans la population que la sortie du confinement, début juin, sera loin d’être totale.

La France au secours de l’Afrique !

En lien avec nos partenaires africains, le Président de la République proposera dans les jours qui viennent à ses homologues une initiative consacrée à la réponse sanitaire et économique au Covid-19 à l’échelle du continent.

La France se porterait ainsi au secours de l’Afrique, pour l’instant moins épargnée par l’épidémie. L’ancienne puissance coloniale a-t-elle les moyens des objectifs ambitieux ainsi mis en avant? On peut en douter. D’autant plus que des analystes sérieux, au sein même du sérail diplomatique, s’interrogent sur la pérennité de nombreux régimes africains confrontés, demain, à une pandémie généralisée.

 

 

Pour le quai d’Orsay, le Covid-19 pourrait balayer plusieurs régimes africains

 

Le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS), cellule prospective de la diplomatie française, évoque un possible effondrement des Etats en place.

Voici l’analyse que publient nos confrères de la Tribune, titrée « L’effet pangolin : la tempête qui vient en Afrique ? », sous la signature de Michel Cabirol.

Chronique d’une implosion annoncée… Dans une note du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) que La Tribune a consultée, le Quai d’Orsay estime que la crise du Covid-19 pourrait être en Afrique « la crise de trop, qui déstabilise durablement, voire qui mette à bas des régimes fragiles (Sahel) ou en bout de course (Afrique centrale) ». En tout cas, la crise du Covid-19 sera probablement le révélateur des limites de capacité des Etats, incapables de protéger leur population. En Afrique, elle va également amplifier les facteurs de crise des sociétés et des Etats. Un nombre élevé de morts, le décès d’une personnalité ou, enfin, la comparaison entre Etat fragiles (Sahel et Afrique centrale) et solides (Rwanda, Sénégal)  Ce qui pourrait déclencher une contestation.

La crise du Covid-19 va révéler de nouveaux rapports de force politique pour le contrôle de l’Etat, pendant et après la crise. « Anticiper le discrédit des autorités politiques signifie accompagner en urgence l’émergence d’autres formes d’autorités africaines crédibles pour s’adresser aux peuples afin d’affronter les responsabilités de la crise politique qui va naître du choc provoqué par le Covid-19 en Afrique », fait valoir le CAPS. Pour l’heure, l’Afrique était mercredi encore peu touchée par le virus avec 200 décès (5.778 cas). Mais l’ouragan est en approche.

Le coup fatal à certains régimes africains

« Face au discrédit des élites politiques, il convient de trouver d’autres interlocuteurs africains pour affronter cette crise aux conséquences politiques », affirme ce groupe de réflexion du ministère des Affaires étrangères, chargé de mener des missions d’analyse de l’environnement international. D’autant que le risque d’infection d’un dirigeant âgé et déjà malade pourrait avoir de lourdes conséquences et obligerait la France « à se positionner clairement et rapidement sur la fin d’un système et sur une transition ». Pour le CAPS, il est clair que l’onde de choc à venir du Covid-19 en Afrique pourrait être « le coup de trop porté aux appareils d’Etat ». Pourquoi ? Parce que le taux de médicalisation est quasi-nul et les systèmes de santé nationaux peuvent être considérés comme saturés d’office, estime-t-il.

LA PLUPART DES ETAT AFRICAINS VONT FAIRE « MASSIVEMENT LA PREUVE DE SON INCAPACITÉ À PROTÉGER SES POPULATIONS. CETTE CRISE POURRAIT ÊTRE LE DERNIER ÉTAGE DU PROCÈS POPULAIRE CONTRE L’ETAT, QUI N’AVAIT DÉJÀ PAS SU RÉPONDRE AUX CRISES ÉCONOMIQUES, POLITIQUES ET SÉCURITAIRES », SOULIGNE LE QUAI D’ORSAY.

Selon le CAPS, en Afrique de l’Ouest, les mesures de confinement saperont l’équilibre fragile de l’informel, économie de survie quotidienne essentielle au maintien du contrat social. En Afrique centrale, « le choc pourrait précipiter la crise finale de la rente pétrolière au Cameroun, au Gabon et au Congo-Brazzaville (effondrement d’un prix du baril déjà en crise avec la demandé, aggravé par un ralentissement de la production, et risque d’accélération de la réflexion d’opérateurs pétroliers – Total au premier chef – de quitter ces pays), là aussi au cœur des équilibres sociaux », précise le Quai d’Orsay. Dans les deux cas, cela pourrait constituer le facteur économique déclencheur des processus de transition politique.

Des populations abandonnées mais manipulées

Certains pays africains devront faire face à ce qu’appelle le CAPS, un « virus politique ». Il part du principe que les villes seront l’épicentre des crises et que très rapidement, la question du ravitaillement des quartiers se posera pour l’eau, la nourriture et l’électricité. « Des phénomènes de panique urbaine pourraient apparaître : elles sont le terreau sur lequel se construisent les manipulations des émotions populaires. Cette recette fait le lit d’entreprises politiques populistes », explique le CAPS. Ce sont les classes moyennes en cours de déclassement qui seront les premières fragilisées, car leur quotidien risque de s’effondrer, précise-t-il.

RÉSULTAT, LA QUESTION DE LA SÉLECTION NE PORTERA PAS SUR LES PERSONNES À SAUVER SUR LE PLAN MÉDICAL (FAUTE DE CAPACITÉS D’ACCUEIL), MAIS « SUR LES BESOINS DE PREMIÈRES NÉCESSITÉS : QUEL QUARTIER RAVITAILLER ? QUELLES AUTORITÉS LOCALES CRÉDIBLES PEUVENT ÊTRE LES RELAIS D’ORGANISATION DE LA DISTRIBUTION ? QUELS PRODUITS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ FOURNIR DANS UNE PHASE ATTENDUE DE PÉNURIE ?

Le poids des réseaux sociaux va considérablement peser, a fortiori avec le confinement qui va couper littéralement les sociétés des institutions publiques. Faute de parole publique crédible, « les thèses complotistes commencent déjà à fleurir et s’ajoutent aux simples fausses informations pour participer d’une perte de contrôle des opinions publiques. A cela s’ajoutent les dynamiques de rumeurs populaires, lesquelles sont tout autant susceptibles d’être instrumentalisées pour orienter des violences collectives », avertit le Quai d’Orsay.

Quels interlocuteurs pour la France ?

Pour la France, dans ce chaos, il s’agit de trouver des interlocuteurs à la fois fiables et légitimes pour compenser la possible faillite des Etats. « L’immanquable détournement de biens publics (à commencer par des masques) et de l’aide sanitaire internationale à venir (déjà dénoncée sous le terme « Covid-business ») peut facilement cristalliser l’ultime perte de crédit des dirigeants », justifie ainsi le CAPS. A ce stade, quatre catégories d’acteurs ont la capacité de mobiliser des foules. Ils doivent « donc d’ores et déjà constituer des interlocuteurs pour nos efforts de gestion de la crise en Afrique », estime le Quai d’Orsay.

Quels sont ces interlocuteurs ? Les premiers sont les autorités religieuses. Si des institutions ont accepté d’accompagner les premières consignes (Eglise catholique, certaines confréries musulmanes), d’autres, qui ont fondé leur succès sur la canalisation politique des émotions populaires, pourraient vouloir défier l’ordre public pour imposer le leur dans ce moment de faiblesse de l’Etat. Les deuxièmes sont les diasporas, qui peuvent avoir un devoir d’information civique. Les troisièmes sont les artistes populaires : « ils restent – à quelques exceptions près – des autorités morales crédibles et façonnent les opinions publiques », assure le CAPS.

Les quatrièmes peuvent être des entrepreneurs économiques et des businessmen néo-libéraux.« Ils peuvent jouer un rôle s’ils décident d’engager leurs moyens ou de se poser en intermédiaires entre le système de gouvernance mondiale et l’Afrique, mais dans tous les cas, ils souligneront la faillite de l’Etat », note le Quai d’Orsay. Enfin, face à l’incapacité de l’Etat à protéger ses populations et face aux possibles ambitions opportunistes de certains, il convient, selon le CAPS, de « soutenir des paroles publiques d’experts africains scientifiques et spécialistes de la santé ». Il existe une communauté scientifique médicale africaine qui peut être mobilisée et soutenue.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com