Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 10:31

 

 

 

 

RFI   samedi 22 juin 2013 à 02:38

 

En Centrafrique, des tirs ont été entendus ce vendredi 21 juin à Bangui mais aussi à Bria. Dans cette ville du nord-est du pays, des éléments de la Seleka ont été très près de s'affronter dans les rues de la ville. Aucun mort n'est à déplorer mais l’incident est révélateur des tensions au sein de la Seleka.

 

C'est un banal accident de la route qui a failli mettre le feu aux poudres. Le commandant militaire de la zone assure que rien ne s'est passé mais selon des habitants, Bria a connu hier matin une subite poussée de fièvre.

 

D'après les informations collectées, tout a commencé lorsqu'un élément de la Seleka circulant à moto a renversé un enfant ayant lui-même des parents au sein de l'ex-rébellion. De bonne volonté, le jeune homme a conduit le blessé à l'hôpital de la ville, acheté les médicaments, mais les tensions entre les différents groupes qui composent la Seleka ont été plus fortes. Attendu à un rond-point de la ville, le motard qui est issu de la communauté Runga est passé très prêt d'une exécution par ses frères d'armes de la communauté Goula.

 

Des coups de feu tirés, un blessé

 

L'altercation a failli finir en bataille rangée dans les rues de Bria lorsque les compères du jeune combattant sont arrivés sur les lieux. Des coups de feu ont été tirés. Par chance, selon une source souhaitant garder l'anonymat, un seul garçon a été blessé au bras par une balle ayant ricoché sur le sol. Ce fait divers est révélateur des divisions qui traversent la Seleka. Celles-ci ont jusque-là été contenues mais pour nombre d'observateurs si ces tensions, toujours latentes, venaient à dégénérer en conflit ouvert alors le risque de somalisation de la Centrafrique serait immense.

RCA: incident entre des éléments de la Seleka
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 17:40

 

 


 

 

RFI  vendredi 21 juin 2013 à 13:53

 

En Centrafrique, les habitants continuent de craindre les attaques à main armée, trois mois après l'arrivée des rebelles de la Seleka au pouvoir. Le pasteur Josué Binoua est ministre conseiller chargé des Affaires religieuses. Au micro de RFI, il revient sur le braquage à Notre-Dame d’Afrique, et rappelle l’attachement au principe de la laïcité de l’Etat.

 

RFI : « La paix revient progressivement chez nous », dit Michel Djotodia. Mais il y a trois semaines, plusieurs centaines de fidèles de la cathédrale Notre-Dame d’Afrique de Bangui ont été braqués au milieu de la messe dominicale par quelques éléments armés. Est-ce que ce n’est pas inquiétant ?

 

C’est inquiétant. Mais vous savez qu’il y a trois mois, nous avons eu un coup de force dans notre pays, et les combattants dits de la Seleka n’ont pas été maîtrisés, pour la principale raison qu’il y a eu beaucoup d’auto-incorporations des jeunes désœuvrés, et leur entrée dans la capitale a aggravé la situation. Aujourd’hui, il est estimé à plus de 10 000 jeunes, ce que l’on appelle donc des faux Seleka. Progressivement, la sécurité revient. Mais nous regrettons ces faits qui continuent, notamment celui qui s’est produit à la cathédrale dont vous faites mention.

 

Le jour de ce braquage à Notre-Dame d’Afrique, quand le ministre d’Etat à la Sécurité publique, le général Noureddine Adam, est arrivé à la cathédrale pour rétablir l’ordre, il s’est fait braquer à son tour, et les sept agresseurs n’ont pris la fuite qu’à l’arrivée des éléments tchadiens de la Fomac. N’est-ce pas le signe qu’il n’y a aucune autorité aujourd’hui à Bangui ?

 

Vous savez que le nombre écrasant des membres de la Seleka fait que tous ces combattants ne connaissent pas, ni le ministre de la Sécurité ni les principaux responsables. Ils connaissent leur chef, leur recruteur.

 

Et lors de ce braquage, les agresseurs ne parlaient ni sango ni français. Ils ne comprenaient que l’arabe. Etaient-ce vraiment des Centrafricains ?

 

Le fait qu’ils ne parlent pas français ou sango ne détermine pas forcément qu’ils ne soient pas centrafricains. On peut être Centrafricain et puis être né à l’étranger. Mais pour ce qui les concerne, ces gens qui étaient là, leur nationalité est à déterminer.

 

Ils venaient en fait de la zone des Trois frontières. C’est ça, des confins de la Centrafrique, du Tchad et du Soudan ?

Très certainement.

Et toujours lors de ce braquage, le ministre Noureddine Adam a interpellé les agresseurs en leur disant : « Mais pourquoi est-ce que vous vous attaquez à une église ? Est-ce que vous feriez la même chose dans une mosquée ? » Est-ce que ce n’est pas une bonne question ?

 

C’est une bonne question. Et le ministre d’Etat à la Sécurité va dans le même sens que le président Djotodia, quand il a réaffirmé lors de sa rencontre avec les confessions religieuses, protestantes, musulmanes, catholiques, qu’il est pour la laïcité, et qu’il était hors de question de toucher à ce principe intangible !

 

Vous-même, Josué Binoua, êtes pasteur. Vous avez été nommé par Michel Djotodia conseiller aux Affaires religieuses auprès de la présidence centrafricaine. Mais franchement, est-ce que ce n’est pas juste une nomination gadget pour essayer de rassurer ?

 

Vous savez que dans les jours écoulés le président de la République a rencontré les trois grandes confessions. Et c’était justement l’occasion qu’il puisse réaffirmer le fait qu’il n’a pas écrit un courrier à l’OCI pour l’islamisation du pays.

 

Ça, c’est une fausse rumeur ?

 

C’est une fausse rumeur. Et nous avons besoin de dialogue avec les confessions religieuses.

 

Vous parlez d’islamisation de la Centrafrique. Est-ce qu’il y a aujourd’hui parmi les maîtres de la Seleka certains islamistes qui rêvent de cela, ou pas ?

 

Tout le monde s’en défend. Il n’y a aujourd’hui dans mon pays aucun responsable de la Seleka qui ne dit autre chose que la laïcité de l’Etat. Et nous nous en félicitons.

 

Oui, mais quand vous étiez, il y a encore quelques mois, l’un des hommes forts du régime Bozizé – c’était au début de cette année – vous dénonciez le péril islamiste que portait la Seleka !

 

J’étais ministre de l’Administration du territoire ! Et l’interrogation était légitime ! Dès lors que ce sont les Eglises et les infrastructures des églises qui étaient attaquées, le doute était permis, les interrogations étaient légitimes. Mais aujourd’hui, il appartient au responsable de la Seleka devenu gouvernant d’affirmer le principe de laïcité de l’Etat. C’est ce qui a été fait.

 

Vous dites qu’à l’époque, les églises étaient attaquées. Mais est-ce qu’il n’y a pas trois semaines, Notre-Dame d’Afrique n’a pas encore été attaquée ?

 

Il y a encore de ces faits qui continuent et qui mettent de l’huile sur le feu ! Mais je le dis : le principe de laïcité de l’Etat n’a pas été remis en cause, ni par le président de la République ni par aucun responsable de la Seleka.

 

Oui, mais si l’homme fort du pays, Michel Djotodia, n’a pas autorité sur les éléments armés, est-ce que tout ça n’est pas que du verbe?

Le président de la République a instruit clairement le gouvernement d’enquêter, d’arrêter et de sanctionner tous ceux qui se seront rendus responsables de ces faits.

 

Parmi les partisans de l’ancien président Bozizé, beaucoup agitent le chiffon islamiste. Si vous ne réglez pas ce problème entre musulmans et chrétiens, est-ce que le camp Bozizé ne risque pas de se renforcer ?

 

On ne bâtit pas le pays avec de la revanche. Il n’y a pas de chasse aux sorcières, et donc tous les fils du pays doivent pouvoir apporter leur pierre à la construction du pays.

 

Passer du camp Bozizé au camp Djotodia, comme vous l’avez fait en quelques semaines, est-ce que ce n’est pas le signe que l’intérêt passe avant les convictions ?

 

La question est mal posée. Nous travaillons pour le pays. J’ai été contre la rébellion de Bozizé en 2003 pendant que d’autres étaient pour. J’ai été encore contre la rébellion de la Seleka. Aujourd’hui, le président Djotodia a lui-même dit qu’il prie pour être le dernier rebelle ! La seule manière d’accéder au pouvoir c’est le suffrage universel. Personne dans mon pays aujourd’hui ne peut dire que la rébellion est une bonne chose !

 

Donc en fait, vous êtes toujours loyal au camp du vainqueur ? C’est ça ?

 

Je ne suis pas loyal au camp du vainqueur, je suis loyal au camp du pays ! Les hommes passent et le pays reste ! Bozizé a travaillé pour le pays, Djotodia travaille pour le pays. Il passera et d’autres viendront également à la tête du pays.

 

Djotodia passera, dites-vous. Selon les derniers accords, la transition doit durer dix-huit mois et s’achever par une élection présidentielle. Que fera Michel Djotodia à ce moment-là ?

 

Il l’a dit, au terme de la transition, il recouvre toute sa liberté de citoyen !

 

Donc, il ne se présentera pas ?

 

Il l’a dit. 

 

Josué Binoua sur RFI: «On ne bâtit pas le pays avec de la revanche»
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:54

 

 

L’Editorial de Julien BELA

 

Centrafric Matin n° 1533 du 20 juin 2013

 

 

 

L'Union Européenne n’a fait que rappeler une exigence de la CEEAC au sommet de Ndjaména 2. Il y avait plusieurs exigences qui concernent aussi bien le président de la transition, Michel Djotodia, que le Premier ministre Nicolas Tiangaye à qui le sommet a imposé de prendre en compte de manière significative certaines personnalités du régime défunt de François Bozizé. La pilule est difficile à avaler pour l’ancien Coordonnateur du « FARE-2011 ». Mais, il n’avait pas le choix. Le gouvernement Tiangaye 3 vient de voir le jour en intégrant cette exigence. La page du gouvernement est définitivement tournée.

 

Du sommet de Ndjaména, il ressort que la CEEAC a augmenté le nombre des Conseillers de 30 personnes. L’effectif total des Conseillers de la Transition passe de 105 à 135. Pour les chefs d’Etat de la CEEAC, il faut reprendre l’élection des membres du bureau du CNT sur la base de 135 Conseillers de la transition. Dans l’état actuel des choses, la CEEAC est le principal bailleur de fonds de la RCA. L’Union Européenne étant aussi une communauté, elle travaille en symbiose avec la CEEAC. La France s’appuie notamment sur les décisions, les recommandations de la CEEAC. Si le président du CNT doit se mettre sur le dos de tout ce beau monde, aura-t-il la crédibilité nécessaire ? Comme nous le constatons, Tiangaye n’y est pour rien dans le dossier du bureau du CNT. Le directeur de cabinet du président du CNT aurait dû s’entourer de toutes les garanties avant de tenir sa conférence de presse fracassante et retentissante. Les réactions ont été purement épidermiques, ne reposant sur aucune base, et donc sans fondement.

 

L’Union Européenne est le premier bailleur de fonds de la RCA de tous les temps. C’est elle qui soutient les forces de la FOMAC, mais en plus, elle est sur tous les fronts de la misère qui accable les Centrafricains. Avec qui coopérera le président du CNT, s’il engage un bras de fer absolument stérile avec les principaux partenaires qui sont la CEEAC et l’Union Européenne ? Que la sagesse et le bon sens priment sur toutes les actions, avant d’émettre quoi que ce soit. A ce stade de responsabilité, c’est une question d’honneur, de crédibilité qu’il faut assumer. Ce n’est pas la fin du monde.

 

Les Conseillers n’oseront pas désavouer leur président en si peu de temps. C’est l’opportunité que lui offre la CEEAC d’avoir une légitimité totale et complète. Le gouvernement Tiangaye 3 est en place, les choses sérieuses doivent commencer. Michel Djotodia a bien accepté d’être président de la transition, et non président de la République. Et pourtant, il exerce tous les attributs d’un président de la République, chef de l’Etat. Que le CNT mette seulement la main à pâte, sans paniquer.

 

Julien BELA

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:49

 

 

 

 

JEUDI 20 JUIN 2013 / PAR FRED KROCK

 

Une pluie diluvienne s’est abattue sur la capitale centrafricaine, Bangui, dans la matinée du mercredi 19 juin 2013. Le bilan provisoire fait état de près d’une centaine de maisons écroulées. Le pont Saye-Voir et le pont de fortune de Sapéké se sont effondrés. Le président Djotodia qui vient de rentrer du Soudan, accompagné par le ministre d’Etat à l’Equipement et aux travaux publique, Crépin Mboli-Goumba, s’est rendu directement sur les lieux d’effondrement du pont Saye-Voir.

 

(De notre correspondant à Bangui)

 

Les banguissois couvert d’eau ce mercredi dès l’aube. Une pluie diluvienne a coulé à 5 heures du matin dans la capitale centrafricaine, et ce, jusqu’à 10 heures du matin. Une pluie rare qui cause d’importants dégâts. Provisoirement, l’on parle de près d’une centaine de maisons et de ponts écroulées y compris le plus important pont de la ville de Bangui, notamment Saye-Voir qui relie le centre ville, le PK 12, au principal centre commercial du Kilomètre 5 affectueusement appelé par les Banguissois marché Km5.

 

Cette situation est la résultante directe de la mauvaise urbanisation de la ville où les canaux de drainage d’eaux sont le plus souvent débordés en cas de grandes pluies. Ainsi, l’eau inonde les quartiers, alors que la précarité des conditions de vie de la plupart de la population ne leur permet pas de s’offrir des bâtiments durables, résistantes à ce type d’inondation. Par conséquent, en cas de fortes pluies, les maisons écroulées se comptent par centaine, tout en sachant que construire une maison reste un rêve pour nombre de centrafricains aujourd’hui.

 

Quant au pont de Saye-Voir qui s’est effondré sous le poids d’un camion d’ognon et qui vient augmenter le nombre de ponts cassés de la ville de Bangui ne trouve sa justification que dans sa vétusté, puisque construit il y a plusieurs décennies. Ce qui fait qu’il n’a pu résister à la puissance des eaux de pluie d’hier. L’on craint si la réhabilitation du pont de Saye-voir devra durer deux ans comme en est le cas du pont Langbassi dans le 6e arrondissement et du pont Sica-Castor dans le 3e arrondissement. Le pont Saint Sauveur, qui par chance avait été réhabilité, a résisté à l’effondrement.

 

La réactivité des autorités politiques

 

Alors qu’il vient de rentrer de Khartoum, la capitale du Soudan, le président Michel Djotodia est immédiatement descendu sur les lieux de l’effondre du pont. Il était accompagné de son ministre d’Etat à l’équipement et aux travaux publics, Crépin Mboli-Goumba. Par ailleurs, la « médiaphobie » de Djotodia ne nous a pas permis d’obtenir une seule réaction de sa part. Il s’agissait pour le président de la transition de constater personnellement l’effondrement pour un probable projet de réhabilitation d’urgence. Histoire également de rassurer la population banguissoise du dynamisme de son régime.

 

Entre temps, selon des sources proches du département de l’équipement, le financement du pont Sica-Castor et du pont Sapéké est déjà bouclé et que n’eût été la situation sécuritaire qui prévaut encore dans le pays, les travaux auraient déjà commencé. Alors que lors de sa première tournée sous-régionale, le président Djotodia par les contacts pris par son ministre d’Etat à l’équipement a décroché un gigantesque projet de la réhabilitation de toutes les routes de la ville de Bangui devenues impraticables auprès du gouvernement équato-guinéen.

Centrafrique : des maisons et des ponts s’écroulent sous une pluie diluvienne
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 12:17

 

 

 

Lu pour vous : 

 

Yaoundé, 19 juin 2013© Dominique Mbassi    http://www.cameroon-info.net

 

Libre circulation des personnes, création d'un fonds d'emplois jeunes doté de 100 milliards de FCFA, soutien de 25 milliards de FCFA pour renforcer la sécurité à Bangui, Air Cemac...La session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (Cemac) tenue le 14 juin à Libreville au Gabon a pris des décisions susceptibles de sortir l'organisation de son immobilisme.

 

Les dirigeants de la Cemac ont donc décidé de franchir le pas en généralisant la libre circulation des personnes. Dès le 1er janvier 2014, aucun citoyen de l'espace, communautaire n'aura plus besoin de visa, mais juste de sa carte nationale d'identité ou de son passeport sécurisé pour aller d'un pays à un autre. Un peu comme cela se fait depuis belle lurette en Afrique de l'Ouest. 


Pour l'heure, l'annonce de cette mesure ne suscite guère l'enthousiasme des populations, qui attendent de voir pour croire. Longtemps annoncée, la libre circulation des personnes, effective entre certains pays, a toujours rencontré les réticences d'autres. Mais c'est compter aujourd'hui sans la détermination de certains dirigeants qui entendent tout faire pour mettre un terme à la Cemac des gouvernants, afin de consacrer celle des peuples. 



Air Cemac: l'urgence de lever les blocages 


L'entrée en vigueur de cette mesure pourrait coïncider avec le lancement de la compagnie communautaire Air Cemac. Au cours de leur conclave du 14 juin en effet, les chefs d'Etat ont discuté de l’évolution des négociations avec Air France, l'actuel partenaire stratégique, qui a pris la relève de South Africa Airways, parti simplement parce que des divergences sont apparues entre les Etats sur l'exigence de faire de Douala le hub technique de la future compagnie. 


«Constatant toutefois que le partenaire stratégique conditionne son engagement dans le projet à la levée de certaines incertitudes, la Conférence a réaffirmé le principe de la libre concurrence sans monopole». C'est que, souffle une source très au fait du dossier, «Air France exige que chaque compagnie nationale desserve uniquement son pays, laissant le soin à Air Cemac de transporter les passagers à partir d'un hub national vers les hubs des autres pays de la sous-région». Cette restriction est assimilée à une volonté d'asphyxier les compagnies aériennes nationales. 

Soucieux de voir Air Cemac prendre enfin les airs, les chefs d'Etat ont prescrit la tenue toutes affaires cessantes d'une session ad hoc des ministres en charge de l'aviation civile «afin (...) de trouver des solutions appropriées pour la finalisation, dans les meilleurs délais, d'un accord de partenariat». 



Création d'un fond d'emplois jeunes doté de 100 milliards de fcfa 


Le président Gabonais, Ali Bongo Ondimba, a annoncé dimanche à Libreville, dans son discours de clôture de la 2è édition du New York Forum Africa, la décision prise par la Conférence des chefs d'Etat de la Cemac réunie en session extraordinaire à Libreville le 14 juin, de mettre en place un Fond de 100 milliards de FCFA destiné exclusivement à la création d'emplois jeunes. 


Ce Fonds, dénommé «Train My Generation», sera financé à hauteur de 25 milliards de FCFA par les Etats de la Cemac, alors que les ressources additionnelles seront levées auprès du secteur privé africain et international, des institutions financières et des marchés financiers internationaux. 


Cette initiative, qui a été motivé par le taux jugé élevé du chômage des jeunes en zone Cemac, vise notamment à créer des écoles professionnelle et à former à court terme des jeunes dans les métiers de l'agriculture, du tourisme et des services. Il s'agit en somme de tout mettre en œuvre pour améliorer l'employabilité des jeunes. 

Le président gabonais a précisé que la traçabilité des dépenses de ce Fond sera garantie par de grands groupes d’audit internationaux conformément, aux règles de, bonne gouvernance. 


Le président gabonais, président en exercice de la Cemac, a été mandaté par ses pairs pour présenter cette initiative Sommet du G8 tenu du 17 au 18 juin en Irlande, afin de démontrer que l'Afrique en général et la Cemac en particulier accordent une priorité à l'emploi des Jeunes. 



Une dotation de 25 milliards de fcfa pour sécuriser Bangui 


Les chefs d'Etat ont surtout planché sur la situation en République Centrafricaine, où la sécurité est loin d'être restaurée. Ce qui a décidé la Commission de la Cemac et d'autres institutions communautaires à quitter avec leurs fonctionnaires la capitale centrafricaine, plombant de ce fait leur fonctionnement. 


Evoquée dans certains couloirs quelques semaines avant cette rencontre des chefs d'Etat, la délocalisation du siège de la Commission de la Cemac n'a pas finalement eu lieu. « Il n'est pas excessif de dire que c'est la seule présence des institutions communautaires qui donnent encore vie à la capitale centrafricaine. Une délocalisation aurait signé la mort inéluctable de ce pays », susurre un cadre de la Commission.

 
Aussi, tous les personnels de l'institution ont été priés de regagner leurs postes à Bangui dès lundi soir. «Nous y allons au péril de nos vies », se résigne un fonctionnaire. Conscients que cette menace sécuritaire est de nature à contaminer les pays voisins, les chefs d'Etat ont décidé de l'octroi de 25 milliards de FCFA par la Cemac à la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (Ceeac) afin de renforcer la sécurité à Bangui. Reste maintenant à chacun des cinq Etats concernés à mettre à disposition sa contribution de 5 milliards de FCFA.

 
S'agissant justement de l'assistance financière apportée à la Centrafrique, la Conférence s'est souvenu que tous les Etats n'ont pas encore remboursé leur quote-part dans les 5 milliards de FCFA débloqués par la Cemac en décembre 2012 au profit de ce pays. 


Le peu d'empressement des Etats, cet argent paralyse aujourd'hui le Fond de développement communautaire, qui avait servi de caisse d'avance en puisant dans ses réserves destinées aux investissements. D'après les informations glanées auprès de certaines délégations, ce n'est pas tant l'argent qui manque aux Etats. En vérité, croit savoir un expert ayant participé à la préparation technique des dossiers examinés par la Conférence des chefs d'Etat, certains Etats dissimulent à peine leur lassitude sur le cas centrafricain. 


«La Centrafrique est un casse-tête pour la sous-région. Ce qui reste de l'Etat ne résiste en grande partie que grâce aux perfusions financières de la Cemac. Dans le même temps, le pays, en entretenant de manière récurrente rebellions et coups d'Etat, semble se complaire dans une posture d'éternel assisté. Un Etat qui cause tant de soucis sans en contrepartie de montrer une volonté de se prendre en charge mérite simplement d'être mis sous tutelle », suggère un fonctionnaire de la Cemac.

 

 

 

Lu pour vous :  Afrique centrale : Intégration : Les projets pieux de la CEMAC
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:43

 

 

 

 

RFI  mercredi 19 juin 2013 à 23:19

 

En Centrafrique, la situation économique ne s’améliore pas. L’Etat est exsangue, les caisses sont vides et les salaires des fonctionnaires sont, encore une fois, menacés. Pendant ce temps, le président de la transition, Michel Djotodia, continue de voyager. Après le sommet de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), qui s’est tenu le 14 juin à Libreville, au Gabon, il s’est envolé pour le Soudan et le Soudan du Sud.

 

Comment éviter aux fonctionnaires un troisième mois d'arriérés de salaires ? C'est aujourd'hui le casse-tête des autorités centrafricaines.

 

La semaine dernière, tout semblait pourtant réglé. Le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, rentrait de Brazzaville avec en poche une promesse de prêt de 25 milliards francs CFA. C'était compter sans le Fond monétaire international (FMI). D'après un ministre centrafricain très au fait des questions financières, le FMI n'a pas mis formellement son veto à ce prêt mais il en a bloqué, pour l'heure, le versement estimant que les critères ne sont pas respectés. En clair, le FMI considèrerait que le taux d'intérêt de 4% de ce prêt est trop élevé pour un pays non solvable.

 

Confrontées à ce blocage et à des caisses vides, les autorités de Bangui tentent de trouver, en urgence, une solution. Il y a quelques semaines, elles étaient allées piocher dans les fonds réservés au programme de désarmement pour payer un mois de salaire aux fonctionnaires. Cette fois, d'autres astuces sont à l'étude.

 

Plusieurs sources haut placées admettent que l'heure est grave, d'autant que sous l’ancien président François Bozizé, les salaires étaient payés. Un ministre, sous couvert d'anonymat, reconnaît qu’un troisième mois d’arriérés, c'est une grenade dégoupillée. « Aujourd'hui, le principal danger pour le gouvernement, c'est une insurrection populaire tant le mécontentement est fort », dit-il.

 

 

NDLR : A noter que deux échéances de remboursement viennent s’ajouter aux nombreuses difficultés financières de l’état centrafricain dont celui d’un emprunt obligataire levé par le régime déchu de Bozizé de plus de 3 milliards de F CFA qui ont été dilapidés. Au 22 juin 2013, c’est-à-dire dans 48 heures, il faut régler cette somme d’argent. 

Menace sur les salaires des fonctionnaires en RCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:26

 

 

 

AUTRES Relations extérieures − 19-06-2013 - 18:53

 

Le dialogue et la concertation doivent prévaloir sur la violence en République de Guinée et en République centrafricaine, selon les députés européens et leurs homologues des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), réunis à Bruxelles du 17 au 19 juin 2013, lors de la 25e Assemblée parlementaire paritaire (APP) ACP-UE.

 

Les députés ont également débattu de la situation au Mali, de la violence envers les femmes et les enfants, des politiques agricoles, et de l'importance des ressources naturelles pour promouvoir le développement. Ils ont adopté des résolutions sur une main d'œuvre suffisante dans les soins de santé, sur les menaces de coups d'État militaires et sur l'avenir des accords de partenariat économique.

 

Le Président du Parlement européen Martin Schulz a clôturé les travaux ce mercredi 19 juin.


 

République de Guinée

 

L’Assemblée parlementaire paritaire s’est félicitée de la fin éventuelle de la transition démocratique par la tenue prochaine des élections législatives. Les députés ont demandé la mise en œuvre et le respect de l'accord du 9 juin dernier entre les partis politiques, notamment sur le calendrier des élections. Celles-ci doivent être libres et transparentes pour s’inscrire pleinement dans le processus de démocratisation, ont-ils insisté.


 

La résolution d'urgence a été adoptée à l'unanimité..


 

République centrafricaine


 

L'APP regrette la prise de pouvoir par un coup d'État le 24 mars dernier et exhorte toutes les parties à s'abstenir de toute violence. Elle espère que la légalité et l'ordre constitutionnel seront rétablis à l'issue de la période de transition de 18 mois, que l'État de droit sera respecté et que les civils seront protégés. L'APP a fait part de son soutien au premier ministre Nicolas Tiangaye.


 

La résolution d'urgence a été adoptée à main levée.


 

Une main d'œuvre suffisante dans les soins de santé


 

L'APP a constaté que 38 pays ACP souffraient d'une pénurie aiguë de main-d’œuvre dans le domaine de la santé, notamment dans les zones rurales et reculées. Les députés ont demandé aux pays ACP de remplir l’objectif d’Abuja de 2001 de consacrer 15% de leurs budgets nationaux à la santé. Ils les invitent également à investir dans l'enseignement et la formation et appellent l'UE à leur fournir l'aide technique et financière dans cet objectif.


 

La résolution dont les rapporteurs étaient Charles W. Kakoma (Zambie) et Edit Bauer (EPP, SK) a été adoptée à l'unanimité.


 

Coups d'État miliaires: une menace pour la démocratie


 

A eux seuls, les instruments juridiques contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement ne suffisent pas pour prévenir les coups d'État militaires, a noté l'APP. La mise en place d'une société démocratique requiert avant tout une volonté politique forte et des institutions démocratiques solides, capables d'endiguer la corruption, la mauvaise gestion des ressources naturelles ou l'instrumentalisation des tensions ethniques ou religieuses qui contribuent à la propagation des conflits.


 

La résolution dont les rapporteurs étaient Mariya Gabriel (EPP, BG) et Ana Rita Geremias Sithole (Mozambique) a été adoptée à main levée.


 

Accords de partenariat économique


 

L'Assemblée appelle les pays ACP et de l'UE à faire preuve de volonté politique pour conclure rapidement des accords de partenariat économique, satisfaisants pour les deux parties, dont certains sont en négociation depuis plus de 10 ans. Ces accords doivent permettre de renforcer le processus d'intégration régional parmi les pays ACP.


 

La résolution dont les rapporteurs étaient Edwin Banda (Malawi) et Patrice Tirolien (S&D, FR) a été adoptée à main levée.


 

Madagascar et Érythrée: déclarations des co-présidents


 

Les co-présidents de l'APP, Louis Michel (ALDE, BE) et Joyce Laboso (Kenya), ont également adopté deux déclarations sur l'Érythrée et le Madagascar.


 

Prochaine réunion à Addis-Abeba

 

La 26ème session de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE se tiendra à Addis-Abeba (Ethiopie) du 25 au 27 novembre 2013. Elle sera précédée par les réunions de ses trois commissions permanentes du 23 au 24 novembre 2013.

 

 

source : http://www.europarl.europa.eu

République de Guinée et République centrafricaine: l'Assemblée ACP-UE appelle au dialogue et à la concertation
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:15

 

 

 

 

Email  diasporacongo.centrafrique@yahoo.fr

 

Message

 

LE COMITE des Centrafricains 


De Diaspora du Congo Mobile : +242 04.026.26.50



Communiqué de soutien au Gouvernement de transition, de Me Nicolas Tiangaye,

Chers compatriotes



Les centrafricains ont donc été trahis pour les pouvoirs antérieurs.


Nous sommes convaincu que dans cette période de transition et le retour à l’ordre Constitutionnel en République centrafricaine, il est essentiel d’apporter des solutions nouvelles pour surmonter la crise tout en restant fidele au Gouvernement de Mr Nicolas Tiangaye, notre rattachement commun aux valeurs Républicaines de l’unité, dignité, Travail, de la laïcité et de solidarité. 


On ne comprend pas toujours la leçon de faire la politique c’est s’occuper des problèmes de la Nation et de la cité. 


Elu en 1993 Ange Félix Patassé et au 2005 et 2011 dans des conditions contestables François BOZIZE, ces hommes du pouvoir ont beaucoup promis mais ils ont très vite déçu les Centrafricains.


Malgré les discours électoraux et des annonces  pas cessé de se dégrader au cours des cinq dernières années du pouvoir d’Ange Félix PATASSE et celui de François BOZIZE ou les centrafricains vit au-dessous du seuil de la pauvreté, emplois industriels ont disparu au cours des vingt dernières années ,le pouvoir d’achat des Centrafricains ne cesse de diminuer, l’insécurité grandissante est l’un des problèmes majeur d’ordre public où surtout la négation d’un droit inaliénable des citoyens, le pouvoir de François BOZIZE à été contaminé par le tribalisme le clanisme et laxismes pour ses proches parents. 


La crise n’explique pas tout : Depuis presque 30 ans, les choix politiques ont été mauvais. Le pouvoir antérieur est au service des profiteurs et d’une petite élit aux intérêts financiers opaques. 


Ce qui manque à la Centrafrique c’est donc une volonté politique au service du peuple centrafricain.


Dans son histoire, la Centrafrique à souvent été confrontée à des épreuves et à des difficultés qui menaçaient son développement, sa prospérité et parfois son existence même.
A chaque fois des hommes et des femmes se sont levés pour empêcher notre pays de sombrer et assurer à nouveau son redressement au prix du sang par la prise de pouvoir de la SELEKA, aujourd’hui encore les centrafricains ont de l’espoir sur le premier Ministre apaiser très vite la colère des souffrances des centrafricains par la mise en place des sécurités.


Sécurités ordinaires pour une vie épanoui : la relance de notre économie nationale, la sécurité professionnelle par l’emploi, la formation et la mobilité, la sécurité sanitaire par un égal accès aux soins, la sécurité sociale par des solidarités mieux reparties et plus efficientes, de fixer les principes de l’édification de notre armée sur le plan politique, renforcement de la direction dans les provinces et frontières, travail politique dans son sein : processus visant à faire exercer une action éducative continue et inculquant ainsi l’idéologie de sécuriser le pays en protégeant le peuple sans distinction, aux cadres et soldats en cimentant l’union entre l’armée et le peuple, en pratiquant la discipline consciente, stricte et juste. 


Vivre à l’étranger doit être une chance. Les centrafricains de l’étranger résidant au Congo offre à notre pays une force, un rayonnement. Nos valeurs sont capables de générer une modernité éclairée faite d’écoute, d’échange de respect des droits et des devoirs des citoyens, de coopérations entre les différents peuples.
Nous seront solidairement engagés pour la sécurité, la paix et la reconstruction de la République centrafricaine à réussir les mandats de transition pour aller aux élections crédible et transparente sur toute l’étendue du territoire, bien sûr qu’en tenant compte de l’expérience du passé et des erreurs antérieures.


Nous remercions les chefs d’Etat de la CEEAC et de la CEMAC en particulier Denis SASSOU NGUESSO et Idriss DEBY de leur implication massive dans la crise centrafricaine. 


Nous allons soutenir notre Président de transition Michel DJOTODIA et le premier Ministre Nicolas Tiangaye de leurs intérêt et leur vision de la République Centrafricaine ouverte et tolérante qui va de l’avant !



Faite à Brazzaville le 18 Juin 2013 


Le Secrétaire Général 


Cherubin ZAMA 

Communiqué de soutien au Gouvernement de Transition
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:01

 

 

 

 

 

NEW YORK (AFP) - 19.06.2013 16:04

 

L'Afrique perd davantage d'argent chaque année à cause de l'évasion fiscale qu'elle n'en reçoit en aide internationale au développement, a souligné mercredi l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan.

 

Entre 2010 et 2012, a-t-il expliqué, la République démocratique du Congo a ainsi perdu près de 1,4 milliard de dollars dans cinq contrats où des sociétés écrans ont été utilisées. "C'est presque le double du budget consacré en 2012 (par la RDC) à la santé et l'éducation".

 

M. Annan s'adressait par vidéoconférence depuis Genève au Conseil de sécurité, réuni pour un débat sur la prévention des conflits et les ressources naturelles.

 

L'utilisation massive par des investisseurs étrangers dans les mines et l'énergie de sociétés offshore ou écrans et de paradis fiscaux "facilite la fraude fiscale et, dans certains pays, la corruption, privant l'Afrique de fonds qui devraient être employés à réduire la pauvreté et la vulnérabilité".

 

Se référant aux engagements du dernier sommet du G8, le Prix Nobel de la paix 2001 a appelé la communauté internationale à "faire adopter des lois pour réduire les possibilités de fraude fiscale (..) afin d'éviter que ne s'instaurent des conditions menant à une concurrence armée pour piller les ressources naturelles".

 

Le sommet du G8 cette semaine a "fait un pas" dans cette direction, a estimé M. Annan, qui a "espéré que les Nations unies continuent de jouer leur rôle" dans ce domaine.

 

Les dirigeants des grandes puissances du G8 réunis lundi et mardi en Irlande du Nord se sont engagés à "combattre le fléau de l'évasion fiscale".

 

Pour M. Annan, "les ressources naturelles ne provoquent pas les guerres (..) mais la rivalité pour ces ressources peut souvent amplifier et accélérer les conflits". "La richesse naturelle augmente les bénéfices escomptés d'une victoire et alimente le conflit en fournissant les fonds pour acheter des armes et des munitions".

 

© 2013 AFP

 

Kofi Annan fustige la fraude fiscale, fléau pour l'Afrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 22:54

 

 

 

 

 

RFI  mercredi 19 juin 2013 à 08:46

 

Le président centrafricain de transition, Michel Djotodia, termine une visite au Soudan. Lundi 18 juin 2013 au soir, il a rencontré son homologue Omar el-Béchir. Selon l'agence officielle soudanaise Suna, tous deux ont décidé de travailler ensemble à la sécurisation de leur frontière commune. Les provinces centrafricaines les plus proches sont particulièrement dépendantes du Darfour.

 

Quand il s'agit de bon voisinage avec le Soudan, les habitants du nord-est de la Centrafrique savent concrètement de quoi il s'agit. D'abord parce que les commerçants du Darfour jouent un rôle important dans le commerce local. « Bangui est très éloignée, explique un habitant de Birao, et nos produits manufacturés ne viennent que du Soudan. Les commerçants arrivent pendant la saison sèche et repartent avec des chargements de café, d'oléagineux ou d'autres produits alimentaires. »

 

Mais le Darfour n'apporte pas que des affaires au nord-est de la Centrafrique. La cohabitation entre les nomades arabes soudanais qui viennent faire paître leur bétail. La région voit également passer des braconniers soudanais qui s'attaquent aux éléphants ou au gibier de brousse. Un ancien rebelle raconte l'histoire d'un marché, à la frontière, où l'on peut trouver des armes et des combattants pour les porter.

 

« L'origine de tous nos problèmes vient du Soudan, notamment à cause de la circulation des armes, constate un notable de Birao. Le président Djotodia est de la région. Nous espérons qu'il pourra ramener la stabilité, pour que nous puissions nous développer. »

Les présidents du Soudan et de Centrafrique veulent sécuriser leur frontière
Repost 0
Centrafrique-Presse.com