Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 décembre 2019 3 11 /12 /décembre /2019 00:31
Départ de Charles Bambara de la Monusco : bon débarras pour Radio Okapi

 

Lu pour vous

 

 

Départ de Charles Bambara de la Monusco : bon débarras pour Radio Okapi

 

 

https://scooprdc.net/ La rédaction 10 décembre 2019

 

Dans un e-mail sur Outlook, le Directeur de PID de la Monusco annonce son départ. « Après six ans de présence à la MONUSCO en qualité de Directeur de la Division de la Communication stratégique et de l’Information publique, je vous annonce mon départ prochain de la Mission. J’ai obtenu un poste de même nature à la MINUSCA en République Centrafricaine. Je voudrais remercier chacun d’entre vous et vous dire combien j’ai été honoré de travailler avec vous. De nombreux défis ont été relevés mais d’autres demeurent toujours, en témoigne l’actuelle crise à Beni. La vie aux Nations Unies est ainsi faite : de rencontres, de partages, d’échanges et de départs. Bien sincèrement, et au plaisir de nous revoir…Charles A.

Bambara charlesbambara@gmail.com », écrit-il.

Un e-mail qui, selon la source qui l’a forwardé à Scooprdc.net et d’autres contactées par le média en ligne, a fait jubiler les agents de Radio Okapi. En effet, le départ du Burkinabé est un bon débarras pour le personnel de cette radio onusienne dont il s’était chargé personnellement à tuer. Loin d’un acharnement, Scooprdc.net a démontré dans deux publications l’incompétence notoire dont a fait montre ce directeur en comparaison avec ses prédécesseurs (Lire les articles : « Médias : Radio Okapi en colère » et « Monusco : Christophe Boulierac sauve Radio Okapi du naufrage »).

Alors que Scooprdc.net préparait un autre article intitulé « Monusco : si Christophe Boulierac était à la place de Charles Bambara » au régard des réalisations record du Français comparativement au Burkinabé, voilà que cette bonne nouvelle pour les ‘’okapiens’’ vient de tomber. L’incompétence de Charles Bambara a été vite corrigée par Christophe Boulierac, hiérarchiquement son subalterne mais qui par leadership managérial avéré, a posé des actes de redressement de cette célèbre radio qui sombrait  déjà rien qu’avec les mêmes moyens notamment « le petit cash ». Que faisait Bambara avec ces fonds de cette caisse de secours ? Christophe Boulierac voulait y voir clair, a-t-on confié à Scooprdc.net.

Son départ est-il une fuite en avant ? Comme les Nations-Unies sont bourrées des ouest-africains, ses frères le sauvent-ils de cette opprobre en le déplaçant vers la Centrafrique ? Possible. Seulement, comme lit-on dans la Bible : « malheur à la terre et ceux qui habitent, car il est descendu le grand dragon animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps à vivre », les « Okapiens » diront aux centrafricains : « malheur à vous centrafricains, Bambara vient chez vous pour détruire tout ce que vous avez construit ».

 

Agnelo Agnade

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 22:49
Le verdict sur les possibilités de retour de l’ancien président Bozizé attendu mercredi

Lu pour vous

 

Le verdict sur les possibilités de retour de l’ancien président Bozizé attendu mercredi

 

Par Corbeaunews,10 décembre 2019

 

Bangui (République centrafricaine) – Rentrera ou ne rentrera pas, c’est le tribunal administratif de Bangui qui a le dernier mot dans cette affaire qui fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Les juges se prononceront le mercredi 11 décembre, sur le sort de  l’ancien président centrafricain, François Bozizé Yangouvonda, en exil depuis sa chute du pouvoir en 2013.

L’annonce  a été faite par le secrétaire général du parti Kwa Na Kwa, Bertin Béa lors du meeting dudit parti le samedi dernier sur le terrain de l’école Ndres 2, à Boy-Rabe, dans le 4ème arrondissement de Bangui, où ce dernier a appelé les militants et sympathisants du parti à venir massivement au Tribunal.

Le retour de l’ancien président François Bozizé était au cœur de multiples  meetings organisés par les membres du bureau exécutif de son parti, soutenus par les  ouvriers et ouvrières qui croient au retour de leur président fondateur. Mais une note circulaire du ministère de Transport et de l’aviation civile, datant de 2016, interdit à toutes les compagnies aériennes faisant trafic vers la Centrafrique de prendre à bord l’ancien Président centrafricain, ce qui a crée une tension électrique entre le parti KNK et le pouvoir de Bangui.

Entre temps, le collectif des avocats de l’ancien président François Bozizé, qui  avait vivement dénoncé cette note qu’il qualifie de violation flagrante des conventions internationales des droits de l’homme, avait déposé une requête en annulation auprès de la justice centrafricaine,  La décision sur cette affaire est attendue le mercredi11 décembre, où les yeux des militants de KNK sont rivés vers les juges qui prononceront le verdict.

« J’appelle tous les militants du parti KNK qui sont dans les 8 arrondissements de Bangui vêtus en tee-shirt et casquettes à partir de 8heures au Tribunal pour suivre la grande décision des juges concernant le retour au pays de notre grand ouvrier, président fondateur, François Bozizé qui est l’unique candidat du Parti KNK à l’élection présidentielle de décembre 2020 », a lancé Bertin Béa, Secrétaire général de KNK.

Christian Guenebem Dedizoum, Secrétaire général adjoint du Parti Kwa Na KWa quant à lui attend simplement que le droit soit dit dans ce dossier, « le parti, moi-même et les Centrafricains en général attendons simplement que le droit soit dit dans ce dossier. Il est un fait avéré que la Loi fondamentale a été délibérément violée, et cela ne peut pas continuer. François Bozizé est un citoyen et un justiciable comme un autre. Pas question d’un autre verdict que l’annulation de la circulaire », a-t-il indiqué.

Le collectif des avocats de François Bozizé, piloté par le doyen des avocats de la défense Me Nicolas Tiangaye, qui a entamé cette requête devant le tribunal administratif souhaite l’annulation purement de cette note circulaire afin de permettre à l’ancien chef de l’État de rentrer dans son pays. Mais dans le cas contraire, ils envisageront de porter l’affaire devant les juridictions internationales.

Affaire à suivre…

Jefferson Cyrille Yapende

 

Copyright2019CNC.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 22:32
CPI : Mardi décisif pour deux chefs anti-balaka

 

Lu pour vous

 

https://www.cameroon-tribune.cm/ Par Sainclair MEZING 10 Déc. 2019 16:39

 

La Cour pénale internationale dira ce jour si Edouard Ngaïssona et Alfred Yekatom Rhombot seront jugés ou non pour des crimes commis durant la crise dans leur pays.

Les Centrafricains auront les yeux rivés ce mardi vers La Haye où la Cour pénale internationale (CPI) doit se prononcer sur les cas Edouard Ngaïssona et Alfred Yekatom Rhombot. La justice internationale doit décider du sort à réserver à ces deux chefs de guerre du groupe d’autodéfense anti-balaka arrêtés en 2018. A Bangui où les deux hommes jouissaient d’une grande popularité auprès des masses, l’audience de ce jour reste très attendue. A l’époque, coordinateur général national de ce groupe armé, Patrice Ngaïssona a été interpellé le 12 décembre 2018 en France conformément à un mandat d’arrêt international délivré par la CPI alors qu’il allait rendre visite à sa famille. Président de la Fédération centrafricaine de football et membre du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) au moment de son arrestation, cet ancien ministre de la Jeunesse et des Sports de l’ancien président François Bozizé est poursuivi par la justice internationale pour crimes contre l’humanité (meurtre, extermination, déportation, etc.) et crimes de guerre (meurtre, torture, traitement cruel, mutilation) entre septembre 2013 et décembre 2014.

Quant à Alfred Yekatom Rhombot, il avait été arrêté le 29 octobre 2018 en plein hémicycle de l’Assemblée nationale au cours d’une plénière destinée à l’élection du nouveau président de la chambre, en remplacement de Karim Meckassoua, destitué trois jours auparavant. Député de la ville de Bimbo, celui qui était plus connu sous le pseudonyme de « Colonel Rhombot », armé ce jour-là d’un pistolet, avait tenté de tirer sur Laurent Ngon Baba, candidat au poste, avant d’être arrêté par les Forces armées centrafricaines (FACA), commises à la sécurité des lieux. Ancien chef anti-balaka, Alfred Yekatom Rhombot contrôlait le sud du pays entre 2013 et 2015 et avait été placé sur la liste de l’Organisation des Nations unies (ONU) comme l’une des personnes « se livrant ou apportant un appui à des actes qui compromettent la paix » en RCA.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 22:21
La Croix-Rouge néerlandaise fait un don de kits d'assainissement

 

Centrafrique : La Croix-Rouge néerlandaise fait un don des kits d’assainissement aux comités locaux de la Croix Rouge nationale

 

BANGUI, le 10 décembre 2019 (RJDH) --- La Croix Rouge Néerlandaise, partenaire de la Croix Rouge Centrafricaine (CRCA), a offert des kits d’assainissement et d’hygiène aux comités locaux de la Croix-Rouge Centrafricaine des huit arrondissements de la ville de Bangui, Bimbo et de Bégoua, lundi 9 décembre. Ces kits serviront à ces comités de procéder au nettoyage des zones touchées par les inondations sous la supervision de la mairie de Bangui.

Ces dons composés en kits d’assainissement et d’hygiène offerts aux huit comités locaux de la ville de Bangui s’inscrivent dans le dynamisme de la préparation de retour des ménages dans les zones inondées dans un environnement sain et favorable.

Le président du comité local de la CRCA du 6ème arrondissement, David Angbanga, a indiqué que les activités de nettoyage de la ville de Bangui seront gérées par la Mairie de Bangui mais avec les comités locaux, « ces kits d’assainissement sont composés des brouettes, des pelles, des houes, des gans, des balais, qui ont été donnés par le gouvernement des Pays-Bas, représentés, par l’Ambassadrice des Pays-Bas Karin Boven. Le travail va s’effectuer en collaboration avec la mairie de Bangui », a-t-il expliqué, en précisant que la mairie mettra à la disposition des comités locaux des biens qui assureront le ramassage des ordures entassées par les habitants des huit arrondissements de Bangui.

Pour la vice-présidente de la CRCA, Zénaba Katara, elle met plus l’’accent sur la lutte contre le paludisme à travers les activités de salubrité qui seront menées par les comités locaux de la CRCA en partenariat avec la mairie centrale de la capitale. « Les fréquents cas de paludisme constatés sur les sites des sinistrés de la ville de Bangui et les périphériques ne nous ont pas laissé insensibles. Plusieurs cas des maladies liées à l’insalubrité ont été également enregistrés. Cet appui est une réponse à nos besoins qui sont les besoins de la communauté », a laissé entendre la Vice-Présidente de la CRCA, avant de noter que « la croix rouge centrafricaine demeure reconnaissante des gestes salvateurs du gouvernement des Pays-Bas représenté par son  Ambassadrice Korin Boven ».

Le don en kits d’assainissement effectué par la Croix Rouge Néerlandaise complète celui accompli de l’Association des banques et des Crédits qui s’élevaient à environ 30 millions de FCFA.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 19:04
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

RCA - CPI : Audiences de confirmation des charges dans l'affaire le Procureur contre Yékatom et Ngaïssona, les centrafricains dans l'attente de la décision des juges

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 10 décembre 2019 15:06

 

La décision des juges de la Cour Pénale Internationale (CPI) dans l’affaire le Procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona est toujours attendue par les centrafricains. Les audiences de confirmation des charges s'étaient déroulées du 19 septembre au 11 octobre 2019.

En principe, ce 10 décembre marque le 60e jour prévu pour le verdict des juges comme le mentionne le Statut de Rome en son article 61. Le bureau de la CPI à Bangui indique que cette décision des juges aura probablement lieu au courant de la semaine.

Alfred Yékatom Rombhot est soupçonné par la Cour Pénale Internationale pour sa présumée responsabilité de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en République centrafricaine entre décembre 2013 et août 2014.

Patrice Edouard Ngaissona est reproché, quant à lui d’être présumé responsable des crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis en décembre 2013 et décembre 2014 en République Centrafricaine.

La confirmation ces charges, une procédure étrangère au mécanisme centrafricain

Sous réserve du paragraphe 2, dans un délai raisonnable après la remise de la personne à la Cour ou sa comparution volontaire, la Chambre préliminaire tient une audience pour confirmer les charges sur lesquelles le Procureur entend se fonder pour requérir le renvoi en jugement. L'audience se déroule en présence du Procureur et de la personne faisant l'objet de l'enquête ou des poursuites, ainsi que du conseil de celle-ci.

La Chambre préliminaire peut, à la demande du Procureur ou de sa propre initiative, tenir une audience en l'absence de l'intéressé pour confirmer les charges sur lesquelles le Procureur entend se fonder pour requérir le renvoi en jugement lorsque la personne :

A renoncé à son droit d'être présente; ou

A pris la fuite ou est introuvable, et que tout ce qui était raisonnablement possible a été fait pour garantir sa comparution et l'informer des charges qui pèsent contre elle et de la tenue prochaine d'une audience pour confirmer ces charges.

Dans ces cas, la personne est représentée par un conseil lorsque la Chambre préliminaire juge que cela sert les intérêts de la justice.

Dans un délai raisonnable avant l'audience, la personne :

Reçoit notification écrite des charges sur lesquelles le Procureur entend se fonder pour requérir le renvoi en jugement; et

Est informée des éléments de preuve sur lesquels le Procureur entend se fonder à l'audience.

La Chambre préliminaire peut rendre des ordonnances concernant la divulgation de renseignements aux fins de l'audience.

Avant l'audience, le Procureur peut poursuivre l'enquête et peut modifier ou retirer des charges. La personne visée reçoit notification de tout amendement ou retrait de charges dans un délai raisonnable avant l'audience. En cas de retrait de charges, le Procureur informe la Chambre préliminaire des motifs de ce retrait.

A l'audience, le Procureur étaye chacune des charges avec des éléments de preuve suffisants pour établir l'existence de raisons sérieuses de croire que la personne a commis le crime qui lui est imputé. Il peut se fonder sur des éléments de preuve sous forme de documents ou de résumés et n'est pas tenu de faire comparaître les témoins qui doivent déposer au procès.

A l'audience, la personne peut :

Contester les charges;

Contester les éléments de preuve produits par le Procureur; et

Présenter des éléments de preuve.

A l'issue de l'audience, la Chambre préliminaire détermine s'il existe des preuves suffisantes donnant des raisons sérieuses de croire que la personne a commis chacun des crimes qui lui sont imputés. Selon ce qu'elle a déterminé, la Chambre préliminaire :

Confirme les charges pour lesquelles elle a conclu qu'il y avait des preuves suffisantes; et renvoie la personne devant une chambre de première instance pour y être jugée sur la base des charges confirmées;

Ne confirme pas les charges pour lesquelles elle a conclu qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes;

Ajourne l'audience et demande au Procureur d'envisager :

i) D'apporter des éléments de preuve supplémentaires ou de procéder à de nouvelles enquêtes relativement à une charge particulière; ou

ii) De modifier une charge si les éléments de preuve produits semblent établir qu'un crime différent, relevant de la compétence de la Cour, a été commis.

Lorsque la Chambre préliminaire ne confirme pas une charge, il n'est pas interdit au Procureur de demander ultérieurement la confirmation de cette charge s'il étaye sa demande d'éléments de preuve supplémentaires.

Après confirmation des charges et avant que le procès ne commence, le Procureur peut modifier les charges avec l'autorisation de la Chambre préliminaire et après que l'accusé en a été avisé. Si le Procureur entend ajouter des charges supplémentaires ou substituer aux charges des charges plus graves, une audience doit se tenir conformément au présent article pour confirmer les charges nouvelles. Après l'ouverture du procès, le Procureur peut retirer les charges avec l'autorisation de la Chambre préliminaire.

Tout mandat déjà délivré cesse d'avoir effet à l'égard de toute charge non confirmée par la Chambre préliminaire ou retirée par le Procureur.

Dès que les charges ont été confirmées conformément au présent article, la Présidence constitue une chambre de première instance qui, sous réserve de l'article 64, paragraphe 8, conduit la phase suivante de la procédure et peut remplir à cette fin toute fonction de la Chambre préliminaire utile en l'espèce.

 

 

RCA : Lancement des opérations de désinfection des quartiers inondés

 

https://www.radiondekeluka.org  mardi 10 décembre 2019 15:32

 

L’ONG Initiative Développement Centrafrique (IDC) et l’Agence Nationale de l'Eau et de l'Assainissement (ANEA) ont lancé le lundi 9 décembre 2019 les opérations de désinfection de plus de 1000 maisons et 480 puits dans Bimbo 1. Le secteur a été durement affecté par les dernières inondations.

Ces opérations visent à assainir plus de 1000 maisons d’habitation et rendre potable 480 puits. Elles concernent d’abord sept quartiers de Bimbo 1 et doivent s’étendre à d’autres secteurs touchés. Les opérations ont commencé au quartier Mpoko Bac 2. L'organisation IDC mandatée pour le travail utilise le pulvériseur pour assainir les maisons affectées, identifiées par le Ministère de l’Urbanisme et de l'Habitat. 193 jeunes formés par l’ONG IDC et l’ANEA sont déployés sur le terrain. La désinfection se fait avec un mélange d'eau et de chlore.

Pour assainir une maison, il faut "mélanger 10 litres d'eau et 5 cuillérées de 15 grammes de chlore. On laisse le mélange 30 minutes avant de l'introduire dans le pulvérisateur afin de désinfecter" explique Rustin Fred Rébénzi de l'ONG IDC.

L’équipe de l'ANEA s'occupe spécialement des puits au quartier Mpoko Bac 2. "On commence par vider l'eau, après on cure le puits et on le désinfecte sur toutes les parois jusqu'au fond avec une solution de chlore. On mesure le volume d'eau, on n'y ajoute 15 grammes de chlore par litre et on laisse 48 heures avant utilisation. Après ce délai, on fait le test d'analyse et on autorise la population à en faire usage" indique Jean Maturin Démagazoa, chef d’antenne de l'ANEA.

Ces opérations de désinfection des puits et des maisons, initiées par le gouvernement, sont effectuées avec l’appui financier de l’Unicef. Elles vont toucher sept quartiers de Bimbo 1 et les autres secteurs de Bangui affectées notamment les 2e, 6e et 7e arrondissements.

Il convient de rappeler que de nombreuses personnes ont regagné leurs domiciles respectifs dans les 2e et 6e arrondissements malgré la mise en garde du gouvernement, dès la décrue des eaux.

 

 

RCA : Les victimes de la crise exigent la libre circulation

 

https://www.radiondekeluka.org mardi 10 décembre 2019 15:08

 

Les victimes de la crise centrafricaine ont interpellé ce 10 décembre 2019 les autorités nationales et les partenaires sur l'occupation d'une partie du territoire par des hommes armés. Elles ont organisé ce mardi une marche à Bangui pour exiger la libre circulation.

Une centaine de victimes issues de différentes associations et des membres des organisations de défense des droits humains ont marché du rond point Place Omar Bongo pour chuter au Complexe Sportif Barthélémy Boganda. Ces personnes affectées par la crise ont toutes un seul slogan fondé sur l’article 3 de la déclaration universelle des Droits Humains qui stipule que : « tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sureté de sa personne ».

« Nous victimes, face à la crise que la RCA est en train de traverser, sollicitons des autorités nationales, des partenaires qui appuient le gouvernement pour la restauration de l'autorité de l'Etat, un soutien pour que ces droits puissent être effectifs dans le pays. Que les victimes circulent librement, qu'elles aient la liberté de s'exprimer » a souhaité Hervé Séverin Lidamon, président de l’association des victimes (AVED).

Selon M. Lidamon, les victimes veulent être libres et non sous la coupe réglée des hommes en arme. « Nous n'avons pas besoin que les hommes en arme occupent le territoire et nous empêchent de circuler, de parler et de vaquer à nos occupations. C'est pourquoi nous nous mobilisons pour demander à la communauté nationale et internationale, la liberté » a-t-il lancé à la fin de cette marche.

La célébration de la journée mondiale des Droits de l’Homme 2019 met un accent particulier sur les capacités des jeunes en matière de défense des Droits de l’Homme. Cette journée mondiale a été instituée le 10 décembre 1948 par les Nations Unies.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 22:16
République centrafricaine: le Conseil établit une mission consultative civile

 

République centrafricaine: le Conseil établit une mission consultative civile

 

9/12/2019 

 

Le Conseil a établi une mission consultative civile PSDC de l'Union européenne en République centrafricaine (EUAM RCA). La mission sera lancée par le Conseil au plus tard au printemps 2020. En conséquence, une équipe centrale fera les préparatifs nécessaires pour permettre à la mission d'atteindre sa capacité opérationnelle initiale.

L'objectif de la mission est de soutenir la réforme des forces de sécurité intérieure pour permettre aux autorités de la République centrafricaine (RCA) d'atténuer les problèmes de sécurité actuels dans le pays. Des experts de l'UE soutiendront le ministère de l'Intérieur et les forces de sécurité intérieure, la police et la gendarmerie, dans le but d'aider à leur déploiement dans tout le pays.

Dans une approche progressive, évolutive et modulaire, l'EUAM RCA fournira des conseils aux autorités centrafricaines au niveau stratégique pour soutenir la transformation durable des forces de sécurité intérieure centrafricaines en un fournisseur de sécurité cohérent et responsable opérant sous contrôle national. La mission se coordonnera étroitement avec la mission militaire de formation de l'UE (EUTM RCA), la mission de la MINUSCA des Nations Unies et la communauté internationale.

La mission sera établie conformément au concept de gestion de crise (CMC) approuvé par le Conseil le 21 novembre 2019 et aux documents de planification opérationnelle ultérieurs. La RCA sera le troisième pays à recevoir un soutien parallèle des missions militaires et civiles PSDC après le Mali et la Somalie.

 

Press contacts

Veronica Huertas-Cerdeira +32 2 281 45 48 / +32 470 88 21 99
Maria Daniela Lenzu (gen) +32 2 281 21 46 / +32 470 88 04 02

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 22:03
A Washington, le président Touadéra plaide pour l’appui du FMI et de la Banque Mondiale

 

Lu pour vous

 

A Washington, le président Touadéra plaide pour l’appui du FMI et de la Banque Mondiale

 

http://lepotentielcentrafricain.com/ Par Patrick décembre 9, 2019

  

Bangui, le 09 décembre 19 - Le Président Faustin-Archange Touadéra mène toujours une offensive diplomatique avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux. Le numéro un centrafricain est un infatigable combattant de la paix qui s’engage toujours à sortir définitivement de la crise endurée. Après plusieurs lobbyings réalisés dans le monde entier, les résultats sont là et le pays se remet progressivement mais sûrement.

Accompagné de ses ministres Félix Moloua et Henri-Marie Dondra, respectivement ministres de l’économie et finances, le président Touadéra a rencontré ce 06 décembre 2019, les responsables des Institutions de Breton Woods à savoir le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale.

Lors de cette entrevue, le président Touadéra a eu à négocier un second programme avec le FMI et les gestes ne tarderont à se faire voir dans les mois à venir. Cette négociation a eu lieu également avec les responsables de la Banque Mondiale qui sont prêts à financer plusieurs projets de développement du pays. Ces projets concernent les infrastructures de base et autres domaines qui sont prioritaires pour le moment.

Le moins qu’on puisse dire, le FMI et la Banque sont des partenaires incontournables pour la RCA. C’est grâce à ces deux institutions que le pays sort toujours de sa situation. Les autorités centrafricaines, notamment le président Touadéra est engagé à accomplir la mission qui lui est confiée par son peuple. Avec cette négociation avec la Banque Mondiale et le FMI, les retombées sont attendues et seront bénéfiques pour l’intérêt national.

@Herman THEMONA

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 21:48
A propos de l’alliance contre-nature de Meckassoua et Bertin Béa

 

 

DECLARATION DE TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE RELATIVE AUX AGITATIONS DE L’OPPOSITION ET A L’APPEL EHONTE AU RETOUR DE L’EX-PRESIDENT FRANCOIS BOZIZE YANGOUVONDA

 

TALITHA KOUM Centrafrique observe avec beaucoup d’inquiétude les agitations de l’opposition ces derniers temps et surtout l’appel éhonté au retour de l’ex-Président François BOZIZE lancé ci et là par ceux-là mêmes qui ont occasionné sa chute et favorisé sa fuite et son exil vers l’extérieur.

En effet, un meeting organisé à Boy-Rabe dans le 4eme arrondissement de Bangui sur le terrain de Ndress2 le 7 Décembre 2019 autour d’une petite centaine de manifestants a réuni une fois de plus les ténors de la haine et de la division nationale, les mêmes qui ont plongé le pays dans la pire crise de son histoire et qui ne cherchent qu’une seule chose, assouvir leurs ambitions personnelles, je veux citer les trois principaux nommés ABDOU-KARIM MECKASSOUA du « Chemin de l’Esperance », Bertin BEA du KNK et le marmiton Thierry SAVANAROLE MALEYOMBO, ancien coursier des dignitaires du KNK, chantre du BDR ou « BOZIZE DOIT RENTRER ».

L’occasion a servi aux nouveaux « alliés contre-nature » de lancer un appel au retour de l’ex-Président François BOZIZE exilé à Kampala en Ouganda.

Nombreux sont les centrafricains qui s’étonnent et restent dubitatifs face à ce mariage de dupes entre un Abdou Karim MECKASSOUA qui a été l’artisan de la chute du régime KNK et du départ en exil de son leader BOZIZE, et un certain Bertin BEA, transfuge du MDD, voltigeur politique notoirement connu, qui a réussi le coup de maître en faisant descendre de son piédestal un Karim MECKASSOUA,  occasionnant sa chute vertigineuse de son prestigieux poste de Président de l’Assemblée Nationale. N’oublions que KARIM MECKASSOUA lui-même avait entre-temps organisé l’éjection de Bertin BEA de l’Assemblée des parlementaires du Grand Lac….

Tout porte à croire que ces ennemis d’hier et amis de circonstance aujourd’hui, aient enfin trouvé un point de convergence et un cahier des charges qui ne vise qu’un seul objectif, celui de maintenir le peuple centrafricain dans le chaos et entretenir la crise par tous les moyens.

La faible mobilisation observée autour de cette manifestation qui n’a réuni qu’une poignée de militants du KNK et quelques miliciens en grands boubous et armés venus du KM5, est la preuve s’il en était besoin du rejet de cette stratégie du tout chaos par le peuple centrafricain qui n’aspire qu’à la paix et à l’unité de toute la nation. C’est aussi le signe du rejet de cette classe politique aigrie, qui ne veut le pouvoir que pour le pouvoir, et s’obstine à déstabiliser par tous les moyens le Régime du Président Faustin Archange TOUADERA qui a de toute évidence le soutien indéfectible de la population au vu des efforts consentis pour la consolidation de la paix, la cohésion sociale et le retour de la confiance entre le peuple et ses dirigeants.

Nos trois mousquetaires à la mémoire courte ignorent-ils que l’ex-Président  François BOZIZE reste sous le coup d’un mandat d’arrêt lancé contre lui depuis par les régimes de transition sous DJOTODJIASAMBA-PANZA et Alexandre NGUENDET, mais qu’il est aussi sous sanction des Nations-Unies avec une interdiction de voyage ?

Le jeu est subtil et on le sait. Le subterfuge BEA Bertin veut vendre le KNK au prix le plus cher à son ami de circonstance MECKASSOUA, et pour ce faire il faut éliminer l’obstacle BOZIZE en favorisant son retour au pays, ce qui l’emmènerait droit en prison. BOZIZE en prison, BEA Bertin aurait donc l’argument nécessaire et la légitimité pour soutenir, contre monnaie sonnante et trébuchante la candidature du djihadiste MECKASSOUA sans susciter le moindre soupçon et encore moins la colère des militants du KNK.

Pauvre Honorable Nadia Christine BEA, tu dois certainement te remuer dans ta tombe pour cette haute trahison de ce mari irresponsable qui s’allie aujourd’hui sans objection de conscience avec celui que tu as combattu de toute ton énergie.

Le peuple centrafricain n’est pas dupe et observe les faits et gestes de ces ennemis de la nation.

Nous appelons chaque fille et chaque fils de Centrafrique à une vigilance accrue pour barrer la route à ces oiseaux de mauvaise augure, ces croque-morts et partisans du tout chaos qui veulent raviver la fibre de la haine et de la division.

Nous ne les laisserons pas faire, ils trouveront le peuple devant eux comme un seul homme et récolteront ce qu’ils auront semé.

Comme le disent nos amis italiens « CHI INGANNA IL POPOLO SCAVA LA SUA TOMBA ».

 

  Fait à Bangui, le 9 Décembre 2019

Le Coordonnateur de Talitha Koum Centrafrique

Blaise Didacien KOSSIMATCHI

A propos de l’alliance contre-nature de Meckassoua et Bertin Béa

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 21:30
Ngaïssona-Yekatom à la CPI: à Bangui, les attentes des victimes du quartier PK5

 

 

Par RFI Publié le 09-12-2019 Modifié le 09-12-2019 à 09:38

 

La CPI doit décider ce mardi 10 décembre si oui ou non les chefs anti-balaka Edouard Ngaïssona et Alfred Yekatom Rhombot feront face à un procès devant la justice internationale pour les crimes commis pendant la crise. De nombreux crimes ont notamment été commis dans le quartier musulman de Bangui. À PK5, les attentes des victimes sont grandes.

Oumar dispose une à une des photos sur l’étal de sa petite boutique de PK5. Sur ses clichés des bâtiments rasés, des corps mutilés. Là, c’est lui avec des gants jaunes à la morgue de PK5. Pour lui, la justice est nécessaire pour apaiser les cœurs.

« Le procès, c’est bon. Celui qui a fait de mauvaises choses, on doit le juger. On ne peut pas le laisser. Parce qu’avant on vivait ensemble, mais maintenant il y a la haine… Du côté des musulmans il y a de la haine, du côté des chrétiens il y a la haine, donc comment on va faire ? On ne peut pas accepter. Donc on fait le jugement pour faire baisser les tensions… »

Ramadan Abakar Mazgoul est le président d’une association d’aide aux victimes. Il espère beaucoup de la justice internationale. « C’est vraiment pour connaître la vérité. Jusque-là, on ne sait même pas qui est à l’origine de ces crises. On ne sait même pas qui est qui. Pour le moment, nous on dépose toujours plainte contre monsieur X parce qu’on ne sait pas qui est à l’origine. Donc dès qu’on a dit que "voilà c’est X", son nom est dévoilé, alors on va demander un dommage, une réparation, que la justice soit faite et après on va se réconcilier parce que nous sommes tous des Centrafricains. »

À PK5, la plupart des commerces sont de nouveau ouverts. Mais les abords du quartier n’ont pas encore été reconstruits. Et les blessures psychologiques sont toujours profondes.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 21:08
Un début de solution à la libre circulation des biens et des personnes à Bangui

 

RCA : Un début de solution à la libre circulation des biens et des personnes à Bangui

 

https://www.radiondekeluka.org/ lundi 9 décembre 2019 15:25

 

L'Office National du Matériel (ONM) a entrepris au centre-ville de Bangui, la réhabilitation de certaines rues en état de dégradation très avancée. Des travaux appréciés par des centrafricains.

L'avenue Charles De Gaulle à proximité du Palais de la Renaissance, la rue Joseph Degrain qui passe devant la Direction Générale de la Police Centrafricaine (DGPC) et celle de Guerillot sont les principales avenues et rues réparées. Le bitumage a permis de rendre fluide la circulation des véhicules.

Des centrafricains parlent d'un pas en avant pour la RCA. "Cela fait la beauté de la ville" s'est réjoui Benjamin Sorondji, un jeune empruntant la rue Joseph Degrain. Mêmes appréciations faites par Elysée Mouagalé rencontré sur l'avenue Charles De Gaulles. "J'apprécie la réhabilitation de cette route parce que lorsqu'il pleut la circulation devient difficile" a indiqué Elysée Mouagalé encourageant le gouvernement à élargir ces travaux de bitumage dans d'autres villes de la RCA.

Selon les informations recueillies par Radio Ndeke Luka, le montant accordé aux travaux publics dans le budget national pour l'exercice 2020 est revue en baisse. De 16 milliards de francs Cfa en 2019, l'enveloppe chute à 10 milliards de francs Cfa en 2020 soit une réduction de 6 milliards de francs Cfa.

Début décembre 2019, Radio Ndeke Luka a constaté dans un reportage que des tronçons de la capitale présentent des nids de poule, de la poussière ou de la boue. Les canaux d'évacuation d'eaux sont bouchés, d'autres remplis d'ordures ou d'eaux stagnantes. Les usagers et la population environnante se plaignent de l'état des lieux.

Le Ministre des Travaux publics, Gusmala Hamza, a mis en cause la crise centrafricaine qui a négativement impacté sur la reconstruction des routes. Le membre du gouvernement a rassuré que des projets de réhabilitation étaient en cours.

Cette dégradation des routes n'affecte pas que la capitale, plusieurs axes routiers reliant Bangui aux villes de province sont aujourd'hui impraticables.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com