Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 21:30

 

 

 

 

10-08-2013 à 17h15 - Mis à jour à 17h15

 

Paris (AFP) - Le président déchu centrafricain François Bozizé a déclaré samedi, depuis la France, qu'il souhaite reprendre le pouvoir dans son pays "si l'occasion se présente", dans un entretien à RFI.

 

François Bozizé, qui a été renversé en mars par la rébellion Seleka, a indiqué se trouver en France "pour rendre visite à (sa) famille qui (y) réside depuis toujours".

 

Une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, interrogé par l'AFP, a précisé que M. Bozizé dispose d'un visa qui lui a été délivré en 2012.

 

Le président déchu a annoncé la mise sur pied d'une "structure" baptisée "le Front pour le retour de l’ordre constitutionnel en Centrafrique (Frocca)".

 

"L’objectif de notre structure, c’est suivre de près et dénoncer tout ce qui se passe au pays, afin d’informer l’ensemble de la communauté internationale qui semble n’être pas encore pénétrée de la grave crise, du drame qui se construit en République centrafricaine", a-t-il dit.

 

Interrogé sur sa volonté de reprendre le pouvoir, il a répondu: "Oui reprendre le pouvoir. Si l’occasion se présente, je le ferai".

 

Il a assuré vouloir le faire par "la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n’est pas trouvée".

 

M. Bozizé a rendu le Tchad responsable de la déroute de son armée devant Bangui, le 23 mars.

La rébellion "a pris le pouvoir parce qu’elle a été aidée par une puissance extérieure (...) C'est bien le Tchad", a-t-il affirmé.

 

"Je ne crois pas avoir de problème avec le Tchad et le président Déby. J’ai été surpris de voir que ce sont les forces de son pays qui sont venues parachever l’action des rebelles", a-t-il poursuivi.

 

M. Bozizé a estimé que la France pourrait jouer un rôle pour contribuer à résoudre la crise dans son pays. La France "a été à nos côtés depuis toujours (...) La France est mieux placée pour pouvoir résoudre le problème avec la contribution de l’Union africaine", a-t-il dit.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a pressé la communauté internationale de se "préoccuper d'urgence" de la situation en République Centrafricaine, dans un rapport qui sera examiné mercredi par le Conseil de sécurité.

 

M. Ban estime "inadmissible (...) l'absence totale d'Etat de droit" dans le pays depuis la prise de pouvoir par l'ex-coalition rebelle et souhaite que soient envisagées les options appropriées, y compris l'adoption de sanctions ou la mise en place d'un comité d'experts, afin de garantir qu'il n'y ait pas d'impunité pour les responsables de violations flagrantes de droits de l'homme".

 

Le président déchu a indiqué sur RFI ne pas avoir rencontré de responsables français depuis son arrivée en France en raison des vacances, mais "il y a des rendez-vous en vue", a-t-il assuré. "On verra comment les choses vont se dérouler", a-t-il ajouté.

 

La porte-parole du Quai d'Orsay a précisé que "aucun rendez-vous n'a eu lieu et aucun contact n'est prévu" entre M. Bozizé et les autorités françaises

 

 

NDLR : La seule et unique question qui se pose pour la France est de savoir si ses dirigeants actuels laisseront demeurer durablement dans ce pays quelqu'un qui a fait brûler le drapeau tricolore et fait attaquer violemment l'ambassade de France à Bangui en décembre dernier. 

Centrafrique: le président déchu Bozizé est en France
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 21:15

 

 

 

Voici une mise au point que nous avons reçue du frère de François PEHOUA suite à la publication assortie d'une note de la rédaction, du communiqué de presse de l'association de femmes centrafricaines vivant en France et présidée par Mme Nicole PEHOUA née SOKONY, dont une douzaine avaient été récemment reçues par Mme Yamina BENGUIGUI la ministre déléguée chargée de la Francophoni.

 

La Rédaction 


 

Monsieur,


 

De Bruxelles en Belgique où je réside depuis plus de vingt cinq (25)ans, je suis toujours avec grand intérêt les nouvelles concernant notre pays, la République centrafricaine, dont la situation de tout temps me tient à coeur, à l'instar comme je l'imagine, de l'ensemble de tous nos compatriotes.


Venant de lire récemment le communiqué de presse N°1 du 31/07/2013, de "l'Association Femmes de Centrafrique, debout!", dont le texte ci-dessous a été reproduit dans votre blog : Centrafrique-presse.over-blog.com/,    


Permettez-moi de faire une mise au point formelle, pour clarifier une fois pour toutes, une situation susceptible de donner lieu à des interprétations tendancieuses ou erronées, afin d'éviter tout amalgame regrettable éventuel. A la lecture de ce communiqué de presse, j'ai appris que ladite association est présidée par Madame Nicole SOKONY, veuve de mon défunt frère François PEHOUA. 


Je voudrais rappeler ici que de son vivant, mon frère était largement apprécié dans ses multiples fonctions publiques, sportives et pour son patriotisme, tant en qualité de Haut commissaire au trésor, Ministre, Directeur national et Directeur central de la Banque des Etats d'Afrique centrale(BEAC), Président de la confédération africaine de basket-ball,

que de Président des partis politiques G.I.R.A  &  A.D.P.


Je tiens donc clairement à préciser que depuis son décès le 26 Août 2000, aucun membre de notre famille ne s'est engagé en politique. 

Par conséquent, je souhaite sincèrement que la mémoire de mon défunt frère soit respectée, et que notre patronyme ne soit nullement mêlé aux luttes politiques intestines qui auraient cours dans notre pays, "car aucun PEHOUA ne cherche actuellement à faire parler de lui par calcul politicien, en vue de se positionner sur l'échiquier politique national", comme suggéré dans la NDLR à la suite du texte du communiqué de presse.  
 

Ceci étant dit, Madame Nicole SOKONY, veuve PEHOUA, pourrait à titre personnel et comme tout citoyen centrafricain, se sentir libre de s'engager dans des actions politiques, sociales ou humanitaires de son choix, sans que cela n'implique en aucune façon la famille PEHOUA, dont je suis le doyen d'âge mâle.  


En vous priant de bien vouloir diffuser cette mise au point à la connaissance du public de vos lecteurs, je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée./.


 

José-Maria W. PEHOUA


 

Ancien fonctionnaire des Nations Unies

Ancien Ambassadeur de Centrafrique à la retraite

Bruxelles (Belgique) 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 09:43

 

 

 

 

 

RFI  samedi 10 août 2013 à 09:22  Par Ghislaine Dupont

 

Quatre mois après avoir été renversé par les rebelles centrafricains de la Seleka, Francois Bozizé sort de son silence. Le président déchu réside actuellement en France où vit sa famille. Comment juge-t-il la situation dans son pays ? Quelles sont ses ambitions ? Il répond aux questions de Gislaine Dupont.

 

 

RFI: Vous aviez demandé l’asile politique en France après votre renversement le 24 mars. Vous n’avez pas obtenu visiblement de réponse. Aujourd’hui vous êtes sur le territoire français. Est-ce que ça veut dire que les autorités françaises ont changé d’avis ?

 

François Bozizé: Je n’ai pas demandé officiellement. Si je suis ici, c’est tout simplement pour rendre visite à ma famille qui réside depuis toujours en France. C’est l’objet de ma présence ici.

 

Est-ce que vous avez déjà rencontré des dirigeants français comme par exemple le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius ?

 

Toutes les autorités se trouvent en vacances actuellement et c’est difficile de pouvoir rencontrer qui que ce soit. Mais il y a des rendez-vous en vue. On verra comment les choses vont se dérouler.

 

Là vous allez rester à Paris pendant quelque temps ?

 

Oui, j’y suis encore pour quelque temps encore.

 

Quelques semaines ?

 

(rires) Pour quelques semaines, oui.

 

Quelles sont aujourd’hui vos ambitions ?

 

Pendant le séjour ici, j’ai été entouré par des compatriotes qui sont venus me voir. On a discuté. Finalement nous sommes tombés d’accord pour mettre sur pied une structure qu’on appelle le Front pour le retour de l’ordre constitutionnel en Centrafrique (Frocca). L’objectif de notre structure, c’est suivre de près et dénoncer tout ce qui se passe au pays, afin d’informer l’ensemble de la communauté internationale qui semble n’être pas encore pénétrée de la grave crise, du drame qui se construit en République centrafricaine.

 

Est-ce que vous avez le projet de rentrer à Bangui ?

 

Pourquoi vous me posez cette question ?

 

Si vous voulez le retour à l’ordre constitutionnel, cela veut dire que vous voulez reprendre votre pouvoir ?

 

Oui reprendre le pouvoir. Si l’occasion se présente, je le ferai.

 

Par la voie politique ou la voie des armes ?

 

La voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n’est pas trouvée. Ça a été toujours comme cela.

 

Justement, Bangui vous soupçonne d’avoir déployé des militaires de l’autre côté du fleuve Oubangui en RDC, notamment le capitaine Eugène Ngaïkosset qui s’y trouverait. Est-ce que vous disposez aujourd’hui de forces militaires ?

 

Non, ça c’est de l’invention. Pour le moment, Ngaïkosset est réfugié au Congo démocratique, c’est tout ce que je sais. Mais là ce ne sont que des supputations.

 

Comment expliquez-vous la déroute de votre armée qui n’a pas su vous défendre et défendre la capitale ?

 

J’étais sur le terrain moi-même le 22 et le 23 mars avec cette armée. Et nous savions que nous avions détruit une bonne partie de la capacité militaire de la Seleka.

 

Mais la Seleka a pris le pouvoir...

 

Oui, elle a pris le pouvoir parce qu’elle a été aidée par une puissance extérieure. C’est tout.

 

Laquelle ?

 

Vous la connaissez, je ne voudrais pas encore rentrer dans les polémiques. C’est bien le Tchad.

Votre ancien allié, Idriss Déby vous a lâché. Pour quelle raison ?

 

J’aurais voulu que vous lui posiez la question pour que je puisse mieux comprendre car de mon côté, je ne crois pas avoir de problème avec le Tchad et le président Déby. J’ai été surpris de voir que ce sont les forces de son pays qui sont venues parachever l’action des rebelles.

 

La Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) et d’une certaine façon l’Union africaine n’ont pas imposé à Michel Djotodia le retour à l’ordre constitutionnel et ont négocié la mise en place d’un gouvernement de transition. Est-ce que cela vous a déçu ?

 

Ça c’est du bricolage. Ça ne servira à rien. Comment voulez-vous que des criminels puissent faire quelque chose de sérieux au pays ? Le désastre, le chaos, le désordre que nous constatons actuellement.

 

Est-ce que vous avez encore des alliés dans la sous-région ?

 

J’avais des alliés. Nous étions tous des alliés. Mais la politique est ce que vous connaissez. Du jour au lendemain, ça peut devenir rouge, vert, jaune… Et il faut toujours s’attendre à cela. C’est ce que je vis malheureusement pour mon pays et pour le peuple auquel j’appartiens, c’est pénible de constater cela.

 

Sur qui comptez-vous aujourd’hui pour changer la donne et peut-être envisager de reprendre votre pouvoir à Bangui ?

 

Compter sur quelqu’un ? Non. Peut-être la France qui a été à nos côtés depuis toujours et qui maîtrise mieux le problème centrafricain dans la mesure où nos partenaires de l’Afrique centrale ont créé le fiasco dans la situation centrafricaine. La France est mieux placée pour pouvoir résoudre le problème avec la contribution de l’Union africaine. Nous pourrions arriver à faire quelque chose.

 

Vous espérez un jour retrouver votre fauteuil présidentiel ?

 

(rires) Je suis démocrate. Je respecte la Constitution de mon pays. Si je dois le faire, je peux le faire. Si je ne peux pas le faire, si le peuple me rejette, je me plierai à la volonté du peuple. Mais la démarche n’est pas une démarche brutale, c’est de voir les voies et les moyens qui peuvent nous permettre de sauver ce peuple, ce pays, qui a trop souffert.

 

 

NDLR : Ceux qui le croyaient fini à jamais et doutaient encore de la présence incongrue de Bozizé en France sont désormais édifiés. C’est vraiment atterrant de voir ce sinistre monsieur qui en décembre dernier encore, faisait brûler le drapeau français et commanditait de violentes attaques et le caillassage de l’ambassade de France, des USA et du Tchad  à Bangui par des hordes de jeunes désoeuvrés payés et manipulés à dessein, prendre librement la parole sur les antennes de Radio France Internationale pour prétendre œuvrer pour le retour à l’ordre constitutionnel en Centrafrique.

Est-ce parce que le mois d’août en France est un mois de calme plat, période où mêmes les officiels français sont en vacances que Bozizé en a profité pour se permettre de s’introduire illégalement sur le territoire français ? Il se pourrait très bien qu’il ait pu faire usage de faux documents de voyage pour entrer en France.

 (c’est un habitué du genre. En 2002, il avait quitté la France sous une fausse identité pour se rendre à Lomé rencontrer le président Gnassingbé Eyadéma)

Une chose est sûre : Bozizé croît qu’il peut encore se servir de la France comme ce fut le cas en 2002-2003 où il avait pu bénéficier de l’hospitalité d’une certaine France et de certains milieux affairistes pour ourdir son complot visant à renverser par coup d’état le président Ange Félix Patassé. Comment en 2013, la France dont il a fait bruler délibérément le drapeau tricolore, peut-elle le laisser entrer librement sur son territoire et de surcroît y développer librement et ouvertement des activités politiques de déstabilisation de la RCA !

Osons espérer que les autorités socialistes de la France prendront promptement leurs  responsabilités pour du moins l’expulser de leur territoire à défaut de l’arrêter et de le livrer à la CPI à La Haye pour qu’il réponde des nombreux crimes de sang et économiques qu’il a des années durant, commis dans son propre pays. Est-ce l’hommage du vice à la vertu mais il y a néanmoins quelque chose de pathétique d’entendre aujourd’hui celui-là-même qui a fait tant souffrir ses compatriotes durant tout son règne et même avec ses nombreuses rébellions et tentatives manquées de prise de pouvoir, parler de la souffrance des Centrafricains.  

François Bozizé sur RFI: «Si l'occasion se présente, je souhaite reprendre le pouvoir»
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 09:19

 

 

 


Ouest-France vendredi 09 août 201

 

L’ancien chef de l’Etat centrafricain, chassé du pouvoir en mars dernier, est actuellement en France. François Bozizé, qui vient de lancer un Front pour le retour de l’ordre constitutionnel en Centrafrique (FROCCA), a accordé une interview à Ouest-France. Il y dénonce les exactions des rebelles de la Séléka et l’indifférence internationale face à la crise politique et humanitaire qui afflige Bangui et le reste du pays.

 

Vous êtes désormais en France. En exil ? Ou dans l’attente d’un retour en RCA ?

 

Je viens de rejoindre ma famille en France ; je n’envisage pas de retour en Afrique dans l’immédiat. Avant ? J’ai séjourné dans les deux Congo, au Cameroun et au Kenya. Je voudrais d’ailleurs remercier les présidents congolais et aussi, tout particulièrement, le président camerounais qui a fait preuve de clairvoyance et d’humanité en m’accueillant chez lui pendant plus de deux mois. Pour l’instant, mon destin importe peu. Le peuple centrafricain souffre en silence et je veux réveiller l’opinion internationale. Ma préoccupation essentielle est de dénoncer ce qui se passe en Centrafrique.

 

Quel regard portez-vous sur la situation dans votre pays ?

 

La situation est dramatique. Les ONG présentes dans le pays n’ont de cesse de dénoncer de très nombreux cas de violations des droits de l’homme, des exécutions sommaires accompagnées de tortures et de mutilations. Elles ont aussi relevé des massacres de civil, des viols et la privation de la liberté d’expression. Le Bureau Intégré des Nations Unis en Centrafrique dénonce lui aussi de graves violations des droits de l’homme et des menaces sur les ONG. En province, les hommes de la Séléka ont tous les pouvoirs, les exécutions sont nombreuses chez les agriculteurs ou les éleveurs peuls. Plus de 1 500 morts ont été dénombrés et le fleuve Oubangui charrie tous les jours de nombreux cadavres. Sur le plan santé, la situation est déplorable, ainsi une épidémie de rougeole frappe les enfants à Bangui, mais ils ne peuvent être soignés car leurs mères ont peur de s’aventurer en ville pour les conduire à l’hôpital.

 

Quels reproches faites-vous au président Dotodjia et à son gouvernement ?

 

Ils sont très nombreux. Mais, le reproche principal est que le président autoproclamé Dotodjia veut islamiser notre pays. Dans une nation chrétienne à plus de 90 %, c’est grave, très grave même. Avant l’arrivée de la Séléka, les Chrétiens et la minorité musulmane vivaient en bonne entente. Maintenant, les Chrétiens sont persécutés. À la sortie de leurs lieux de culte, ils sont souvent molestés et dépouillés. Les églises sont pillées, voire détruites comme cela a été le cas à plusieurs reprises en province. Un autre exemple de la déchristianisation de la Centrafrique : l’élevage des porcs et sa consommation ont été interdits par les hommes de la Séléka en province. Ils ont aussi interdit la consommation de la viande boucanée. Plus grave encore, on assiste aussi à la conversion forcée à l’islam de jeunes chrétiens, avec l’obligation de porter le chapelet islamique.

 

Comment analysez-vous la défaite militaire qui a conduit à la prise de Bangui ?

 

L’armée centrafricaine a été défaite non pas parce qu’elle manquait de courage, mais parce qu’elle se battait contre une armée équipée et financée par des Etats riches, dont le Tchad et le Soudan. D’ailleurs, les combattants de la Séléka étaient majoritairement des étrangers, la preuve est que très peu d’entre eux parlaient le sango ou le français, nos deux langues officielles. Maintenant, notre pays est passé sous le joug de bandits qui ne s’entendent pas. Malheureusement, en participant au gouvernement de Monsieur Dotodjia, certains de mes compatriotes sont devenus des collaborateurs, et ce, soit par intérêt, soit parce qu’ils pensent à tort pouvoir peser sur la politique de l’occupant qui est totalement rejeté par le peuple.

 

Quels sont vos projets ?

 

Ma situation personnelle importe peu, c’est le devenir de la nation centrafricaine qui m’inquiète. En tant que seul ancien chef d’Etat centrafricain encore vivant, je me dois de dénoncer les crimes de ceux qui oppriment mes concitoyens. Aussi, je voudrais interpeller tous les chefs d’Etat de la sous-région, les démocraties européennes et bien sûr la France qui a l’habitude de régler nos problèmes, pour leur demander de nous aider à faire partir ces bandits et rétablir la légalité constitutionnelle.

 

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Centrafrique.-Francois-Bozize-l-ancien-chef-de-l-Etat-en-quete-de-soutien_6346-2218780_actu.Htm

 

 

 

NDLR : Ce dictateur sanguinaire et sinistre personnage a pris le pouvoir en Centrafrique par coup d’état le 15 mars 2003 et  a tout fait pour rester au pouvoir pendant dix ans. Son bilan est particulièrement catastrophique car fait de prédation des maigres ressources de l’état et du pays, d’affairisme forcené, de véritable descente aux enfers des Centrafricains. Le pays qu’il a laissé après sa chute fait honte. Plus de route ; plus de ponts, surtout dans la capitale après dix années de règne sous la terreur. Cela amuse beaucoup les Centrafricains d’entendre François Bozizé se battre à présent pour un « retour à l’ordre constitutionnel », lui qui a passé le plus clair de son temps à fouler aux pieds cette même constitution.

Il a déstructuré et réduit à néant l’armée nationale, la gendarmerie et la police nationales. Bozizé est totalement disqualifié et ne doit plus avoir la  prétention de vouloir revenir au pouvoir dans ce pays qu’il a mis complètement par terre. Il a trop fait couler le sang de ses compatriotes et semé la désolation dans beaucoup de familles de ses concitoyens. les Centrafricains n'ont pas encore oublié les frasques et exactions de sa délinquante et nombreuse progéniture ni leurs prisons spéciales à travers le pays.

Tout ce qui lui reste, c’est de répondre de ses nombreux crimes de sang et crimes économiques devant la justice. Il est franchement anormal et incompréhensible que la France dont il a ordonné le caillassage de la chancellerie de Bangui en décembre dernier et accusé de soutenir Séléka pour le renverser le laisse aller souiller son territoire. Elle doit plutôt l’arrêter et le livrer à la Cour Pénale Internationale en vertu du mandat d’arrêt international délivré contre lui par la justice centrafricaine. 

Lu pour vous dans Ouest-France : Centrafrique : François Bozizé, l’ancien chef de l’Etat, en quête de soutien
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 08:52

 

 

 

 

 

Par RFI vendredi 09 août 2013 à 00:33

 

 

En République centrafricaine (RCA), la situation humanitaire et sécuritaire est toujours aussi critique. La force multinationale de l’Afrique centrale chargée d’aider le gouvernement centrafricain à sécuriser son territoire, a été transformée en Mission nationale de soutien à la Centrafrique (Misca) et passe sous l’égide de l’Union africaine. Néanmoins, les observateurs sont de plus en plus nombreux à manifester leur inquiétude. Quant aux acteurs humanitaires, ils tentent de revenir pour faire face aux nombreux besoins sur le terrain.

 

Quatre mois après la prise de pouvoir par la coalition rebelle Seleka, la Cour pénale internationale (CPI) tire la sonnette d’alarme. L’organisation se déclare préoccupée par la situation des droits de l'homme dans le pays.

 

Cette déclaration de la CPI suit la publication d'un rapport d'experts indépendants de l'ONU. Ces derniers soulignent l'ensemble des problèmes humanitaires sur place, à savoir les viols, les meurtres, les attaques contre des civils et le recrutement d'enfants soldats. Ils s'inquiètent globalement du climat généralisé d'insécurité et de l'absence d'Etat de droit.

 

De son côté, le secrétaire adjoint de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé l'absence de police, de système judiciaire et de services sociaux. Récemment, plusieurs ONG dont Médecins sans frontières (MSF)Action contre la faim et Médecins du monde ont, quant à eux, dénoncé la situation d'abandon humanitaire et sanitaire du pays.

 

« Accompagner le développement »

 

Ces constats s'ajoutent à celui de la relative passivité de la communauté internationale. Certains observateurs ne manquent pas de rappeler son activisme dans d'autres pays comme au Mali ou encore en Libye.

 

Interviewée par RFI, Isabelle Le Gall, chef de mission pour MSF en RCA, estime qu’« il n’y a quasiment aucune attention » et que les problèmes liés à cette situation en Centrafrique doivent être « remis dans les discussions, au niveau politique, au sein de l’Union européenne et africaine pour qu’il y ait un soutien à tous les niveaux, qu’il soit financier ou d’accompagnement du développement du pays. »

 

Par ailleurs, elle pense surtout qu’auparavant, « il y avait déjà beaucoup de choses à faire et que le peu qui était en train de se mettre en place a été complètement gelé ces derniers mois ». Et d'ajouter : « L’Union européenne a gonflé ses financements ; les Nations unies sont en train de reparler de redéploiement. » Avant de conclure : « J’attends de voir un peu comment tout cela va se concrétiser sur le terrain. »

 

Réfugiés, le calvaire

 

Les acteurs humanitaires tentent de revenir dans le pays. Plusieurs milliers de Centrafricains - et de réfugiés étrangers présents en Centrafrique - vivent de l’aide humanitaire. Mais depuis le coup d’Etat de mars dernier, les interventions humanitaires ont été suspendues et le personnel évacué des zones d’intervention.

 

Ce retour donne de l’espoir, par exemple du côté des réfugiés soudanais du camp de Pladama-Ouaka, dans la sous-préfecture de Bambari. Depuis 2010, plus de 2 000 Soudanais, fuyant les combats au Darfour, ont en effet été installés là, près de la ville de Bambari.

 

Ils vivent totalement de l’aide humanitaire, sous toutes ses formes. Mais la crise qui perdure depuis décembre, accentuée par le retrait des humanitaires, n'en finit plus. Et ces réfugiés vivent un véritable calvaire.

 

« KO » total

 

Le représentant des réfugiés confie à RFI que « ce qui nous a manqué, c’est le produit PAM(Programme alimentaire mondial, NDLR). Le camp avait beaucoup souffert, nous avons vraiment faim. Le second problème, c'est la santé et ensuite l’éducation des enfants. »

 

Pour survivre, les refugiés sont obligés de vendre leurs biens. « Nous avons passé un moment difficile, temoigne Fatima, une réfugiée. On est obligé de vendre même nos habits, pour acheter de quoi manger. C’est grâce au HCR (Haut Commissariat aux réfugiés, ONU, NDLR) que nous avons ces habits que vous voyez. »

 

Le temps passe et la situation sécuritaire ne s’améliore pas. L'urgence humanitaire est ici une réalité. Une question de survie, tout simplement. De nombreuses ONG parlent même d’un imminent « KO » total. D’où le nécessaire retour des acteurs humanitaires.

15 août, retour définitif ?

 

Gogo Hukportie, représentante du HCR en Centrafrique, a mentionné que « nous sommes de retour. C’est vrai que la situation sécuritaire n’est pas au top, mais nous faisons le maximum. Et, nous allons même en équipe mobile pendant plusieurs jours les assister et revenir. »

 

La communauté humanitaire a fixé au 15 août prochain la date de son retour définitif en Centrafrique. Cependant sur le terrain, l’inquiétude demeure, et l’absence de sécurité pourrait remettre en partie en cause ce nouveau déploiement, ou du moins son efficacité.

 

Inquiétude des observateurs face à la situation humanitaire et sécuritaire en Centrafrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 21:33

 

 

 

 

 

http://french.cri.cn   2013-08-09 00:55:58  xinhua

 

Les Reporters sans frontières dénonce avec la plus grande énergie l'aggravation, constatée ces derniers jours, du climat d'insécurité pour les journalistes en Centrafrique, ainsi que l'augmentation des menaces proférées par plusieurs représentants de l'Etat à l'encontre des acteurs de l'information, selon un communiqué dont Xinhua a eu copie jeudi à Libreville.

Les intimidations de journalistes et les saccages de médias commis depuis le coup d'Etat de mars 2013 et la prise du pouvoir par la coalition Séléka avaient déjà porté un coup très dur à la liberté de l'information. Mais ces derniers jours, un nouveau cap a été franchi. Pressions, menaces et intimidations, fomentées par les autorités du pays à l'encontre des journalistes de la presse privée, ont redoublé d'intensité.

 

Nous demandons au gouvernement de Bangui d'y mettre immédiatement fin", a déclaré Reporters sans frontières.

 

Au cours de la semaine passée, un journaliste a été enlevé et plusieurs ont été intimidés et menacés par des représentants étatiques. Le 3 aout 2013, Geoffroy Dotte, directeur de publication de l'hebdomadaire Dernières minutes, membre du Groupement des Editeurs de la Presse Privée Indépendante de Centrafrique (GEPPIC) et responsable de la section presse écrite privée au sein de l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA), a été enlevé à Miskine après avoir été vu en possession d'un communiqué de presse émanant des soutiens à l'ancien ministre d' Etat Mohamed Moussa Dhaffane, en grève de la faim depuis le 11 juillet.

 

Le journaliste a été livré à la Séléka, puis conduit les yeux bandés dans un lieu inconnu où il a subi deux heures d' interrogatoire, en dépit de la présentation de sa carte de journaliste. Relâché en début de soirée, il s'est vu intimer l'ordre de garder le silence sur ce qu'il venait de vivre. 

 

Le 27 juillet 2013, au cours d'une conférence de presse au Ledger, le conseiller en Communication du chef de l'Etat a publiquement insulté les journalistes de la presse privée, les qualifiant de "clochards". Le 2 août dernier, Davy Kpenouwen, directeur de publication du quotidien Le Pays, a été convoqué par le Procureur de la République, qui l'a menacé d'arrestation.

 

 

NDLR : « Le conseiller en Communication du chef de l'Etat a publiquement insulté les journalistes de la presse privée, les qualifiant de "clochards". C’est un raccourci un peu trop facile. Le minimum d’honnêteté intellectuelle aurait voulu que les propos du conseiller incriminé ici, manifestement travestis et déformés à dessein dans l’intention de lui nuire en portant atteinte à sa crédibilité, soient rappelés et replacés dans le contexte de la conférence de presse au cours de laquelle ils ont été prononcés. Il ne s’agit pas de propos tenus en cachette ou en « off » mais en public et devant le Président du CNT, le Premier Ministre et le Président Michel Djotodia. Il faut arrêter avec ces mensonges ! Actuellement aucun journaliste ne se trouve en prison en Centrafrique. 

RSF dénonce l'aggravation du climat d'insécurité pour les journalistes en Centrafrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 21:19

 

 

 

 

 

http://french.cri.cn   2013-08-09 01:03:28  xinhua

 

Le représentant spécial du secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, chef de bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA), le général Babacar Gaye, séjour jeudi à Libreville dans le cadre d'une mission de travail.

 

Il est venu solliciter le soutien des autorités gabonaises en tête desquelles le chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba sur la crise centrafricaine. « Je suis à Libreville dans le cadre des consultations que j'ai été amené à conduire avec les hauts représentants de la sous-région », déclare Babacar Gaye, en précisant « qu'il est venu consulter le chef de l'Etat gabonais Ali Bongo Ondimba à la veille de la présentation du rapport du secrétaire général au Conseil de sécurité qui aura lieu à la mi- août à New York ». 

 

Il s'agit pour le diplomate onusien d'obtenir des éclairages sur le processus de dénouement de la crise en RCA dont les discutions ont été gérées par les chefs d'Etat de la sous-région.

 

Sa visite au Gabon fait office de référence dans le cadre des accords signés en vue de trouver un consensus entre les rebelles centrafricains de la Seleka et la LRA.

 

Le général Gaye a loué les efforts fournis par les organisations de la sous-région dans la prise de conscience des problèmes qui ont miné la Centrafrique. « Nous félicitons les mesures prises par les organes de la sous-régions à prendre à bras- le-corps les situations délicates de leur pays voisin », a indiqué Babacar Gaye. 

 

Avant l'étape de Libreville, le général Gaye est passé à N' Djamena au Tchad et par Brazzaville au Congo où il a eu les mêmes échanges avec le Premier ministre tchadien et le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso.

 

Un émissaire du secrétaire général de l'ONU à Libreville
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 17:28

 

 

 

UN service Nouvelles 7 Août 2013

 

Le procureur de la première cour permanente du monde mis en place pour juger les personnes accusées de génocide et de crimes de guerre a exprimé aujourd'hui sa profonde préoccupation devant la détérioration de la sécurité en République centrafricaine (RCA) et les rapports de crimes graves commis là-bas.

 

"Mon bureau fera sa part pour instruire et poursuivre les principaux responsables de la perpétration de crimes graves, si nécessaire," Fatou Bensouda, Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), a déclaré dans un communiqué.

 

La République centrafricaine - qui a été marquée par des décennies d'instabilité et de combats - a connu une reprise des violences Décembre dernier, lorsque la coalition rebelle Seleka a lancé une série d'attaques.

 

Un accord de paix a été conclu en Janvier mais les rebelles se sont de nouveau emparé de la capitale, Bangui en Mars, forçant le président François Bozizé à fuir.

 

Les récents combats ont encore affaibli même les services les plus élémentaires dans le pays et aggravé une situation humanitaire déjà désastreuse que les responsables humanitaires de l'ONU ont dit, affecter l'ensemble de la population de 4,6 millions de personnes, dont la moitié est constituée des enfants.

 

"Mon bureau appelle la communauté internationale à aider le gouvernement de la RCA dans l'amélioration de la situation sécuritaire et à protéger les civils à Bangui et dans tout le pays», a déclaré Mme Bensouda.

 

Elle a noté que les conclusions d'une récente mission effectuée par le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) "semblent confirmer que les crimes qui pourraient relever de la compétence de la Cour pénale internationale continuent d'être commises en RCA, y compris des attaques contre les civils, meurtre, viol, et le recrutement d'enfants soldats ».

 

Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme Ivan Šimonović a déclaré la semaine dernière, à l'issue de sa visite dans le pays, qu'«il n'ya pas de police, pas de système de justice et pas de services sociaux" au-delà de Bangui. "La sécurité est quasi inexistante et les gens vivent dans la peur constante», at-il ajouté.

 

Mme Bensouda a déclaré la prochaine réunion du Conseil de sécurité, prévue pour le 14 Août, est une occasion pour les gouvernements de montrer leur soutien et de démontrer que la RCA n'a pas été oubliée par la communauté internationale.

 

Située à La Haye, aux Pays-Bas, la CPI les personnes accusées des crimes les plus graves ayant une portée internationale - à savoir le génocide, les crimes contre l'humanité et crimes de guerre - si les autorités nationales compétentes refusent ou sont incapables de le faire véritablement.

 

La RCA est l'un des huit situations actuellement sous enquête par la CPI. Les autres sont la région du Darfour, au Soudan, en Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo (RDC), le Kenya, la Libye, le Mali et le nord de l'Ouganda.

République centrafricaine : Le Procureur de la CPI s'inquiète de crimes graves en cours en République centrafricaine
République centrafricaine : Le Procureur de la CPI s'inquiète de crimes graves en cours en République centrafricaine
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 14:03

 

 

 

 

Sœurs et frères Centrafricains ;

 

Comme vous, je viens d’apprendre dans les colonnes de Centrafrique Presse la création du FROCCA (Front pour le retour à l’Ordre Constitutionnel) du Président déchu François BOZIZE dont le premier danseur n’est pas un inconnu en France, en la personne de Mr Lin BANOUKEPA, un nostalgique imbibé de grandes idées de dictateur qui nous arrive de la grande place grecque, aujourd’hui connue sur la scène européenne.

 

Nous avons tous appris que « tout chemin mène à Rome », c’est pour cette raison que nous essayons de vous faire comprendre, comment certains  d’entre nous tentent en profitant des malheurs des autres pour emprunter les petits chemins en passant derrière l’enfer pour aller droit au paradis tout en ignorant leur péché.

 

Lorsque nous jetons un œil en arrière, nous pouvons constater que BOZIZE, arrivé au pouvoir en 2003 dans le dos de PATASSE n’avait pas besoin d’autres énergumènes pour consolider son pouvoir.

 

En 2005, lors des élections Présidentielles dont le deuxième tour l’avait opposé au candidat Martin ZIGUELE (Candidat du MLPC) qui avait reconnu le verdict des urnes voyait la RCA avec sur la scène politique deux grandes figures naissantes de notre démocratie.

 

Seulement, il faut le rappeler à Monsieur BANOUKEPA Lin qui, s’il veut se faire un peu d’or dans le dos de BOZIZE qu’en démocratie, il faut aussi valoriser ses semblables, c’est-à-dire respecter ses opposants au même titre que soi-même.

 

A défaut de ne pas le faire, c’est creuser sa propre tombe et c’est le cas de BOZIZE.

Or nous avons assisté depuis que BOZIZE était arrivé au pouvoir à un concert d’humiliation continue de notre peuple par des canulars d’élection présidentielle en 2005 et 2011 par le KNK et François BOZIZE.

 

Qu’à cela ne tienne !

 

Pendant ce temps, le Sieur Lin BANOUKEPA (d’après les récits de certains journaux) à notre connaissance se livrait à une guerre contre le MLPC de France dirigé par le compatriote Jérémie NAM-OUARA dont il a d’ailleurs perdu le procès devant la justice française.

 

Radié du MLPC dont il en était d’ailleurs sorti par la plus petite fenêtre, comment une telle personne peut-elle jouir d’une moralité pour appeler un peuple à le suivre dans un projet politique ?

 

S’agissant du Président BOZIZE, nous savons qu’il est aujourd’hui poursuivi par la justice dont les chefs d’accusations ne sont pas les moindres 

:

  • Assassinats, tortures, crimes économiques, excitations à la haine,…… et j’en passe.

 

De tout cela il faut être un aveugle pour suivre quelqu’un qu’on a qualifié sur le plan juridique de délinquant comme BOZIZE.

 

De quel peuple se moque-t-on ? Même dupe le peuple centrafricain n’est pas bête. Et ça, il faut que Mr Lin BANOUKEPA le sache.

 

En ce qui concerne la coalition Séléka, elle est devenue une force légitime en République Centrafricaine, puisque le générale BOZIZE et son armée n’ont pas réussi à défendre le Pays en état de guerre contre le Vainquer. Ils ont été battus et dégagés du pouvoir, ya plus de matière à débat.

 

  • LE PEUPLE CENTRAFRICAIN NE DEVIENDRA JAMAIS CRIMINEL ET DELINQUANT ET NE SUIVRA JAMAIS BOZIZE EN CE MOMENT DANS SES ERREURS.
  • Lin BANOUKEPA peut assurer la défense de BOZIZE en sa qualité d’avocat devant la justice centrafricaine le moment venu, pas de soucis.

 

Que les Centrafricains veuillent focaliser leur combat politique entre eux, c’est une chose. Mais quand on indexe les voisins et amis pour justifier les raisons de ce qui peut nous opposer, cela apparait comme une provocation et une injustice.

 

Car nous savons que nous sommes accueillis comme des Seigneurs au Cameroun, comme des tontons et oncles au Tchad, comme de vrais amis au Congo Brazza, comme les enfants du Pays (mouana mboka) en République Démocratique du Congo et comme frères et sœurs au Sud Soudan.

 

Nous appelons BOZIZE et Lin BANOUKEPA à la retenu dans la provocation et l’excitation à la haine, car dit-on c’est bien le Tchad qui avait prêté main forte à BOZIZE pour arriver au pouvoir. Si oui un peu de reconnaissance tout de même.

PERSONNE NE PEUT SCIER L’ARBRE OU IL EST ASSIS.

LES VOISINS SONT DES VOISINS S’IL VOUS PLAIT.

 

 

NZAPAOKO Banalet

Paris

REACTION RELATIVE A LA CREATION DU FROCCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 11:49

 

 

 

Bozizé libre de ses mouvements en France : il prêche et reçoit les officiels C'est une photo de l'ancien chef d'Etat François Bozizé en soutane de son église christianisme céleste. En acceptant de faire un témoignage devant un parterre des ouailles résidant dans une église périphérique de Paris. Un œil vigilant qui a vécu l’événement ahurissant a relevé l’information. L’ancien chef de l’Etat centrafricain, a profité de son séjour Parisien pour se rendre dans un lieu de culte, le dimanche 28 juillet 2013 dans une église africaine « en banlieue Parisienne ». Il était en soutane religieuse. Et monsieur François Bozizé faisait son témoignage spirituel devant les femmes, enfants et hommes de cette église qu'il avait fréquenté jadis avant de devenir chef d'Etat de la République Centrafricaine. heureux les dirigeants de cette église en accueillant un de leurs, nantis, qui a du remercier le bon Dieu. Et nous comprenons pourquoi les français lui ont grandement ouverts leurs portes. Il est sur que Bozizé est allé avec des mallettes pour un dépôt dans les banques françaises. 


Comme des Ancêtres et Anciens africains ont dit: "devant Dieu et devant les êtres humains".


("soutane pour le serment sous le regard de Dieu").


Le mot "séléka " que nous utilisons ici est un mot en langue internationale africaine Lingala. Et cela veut dire "serment". Donc, il ne faut pas confondre ce mot Lingala avec cette terminologie de ce conglomérat politico-militaire-financier riche de diverses nationalités(Séléka) qui ont renversé le président François Bozizé, son gouvernement, ses intérêts, son régime et aussi les intérêts étrangers qu'il défendait.

Quelques personnes du panafricanisme ont été surprises de voir (dans cette église de la région française Ile de France) cet Africain qui du temps de sa gloire , une pensée unique d'un certain occident l'avait travaillé pour contribuer à faire enfermer l' ancien chef rebelle congolais de la République Démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba en laissant un champ libre à l'ancien chef de guerre des mercenaires Joseph Kabila. Ces personnes disaient que des Noirs Africains ne doivent pas livrer des Noirs Africains aux mains calculateurs des lobbies occidentaux; quel que soit le degré des torts de ces Noirs Africains présumés coupables ou coupables. Est-ce qu'un chef occidental a déjà livré un chef occidental pour une prison en Afrique. Mais chut! Silence. Monsieur Bozizé était venu se recueillir à l'église. 


Des responsables de cette église africaine lui avaient même accordé la parole. Mais chut! Silence. Dans des maisons de Dieu, la parole est à tous. C’est un principe.


Ce dimanche-là,28 juillet 2013,il est là dans cette église sur le territoire français. Il est devant cette foule du dimanche. Il a donné un témoignage spirituel. Flash!; une photo. La photo est l'information. Mais on ne vous dira pas le nom de cette ville de banlieue.

 
Source : www.ngambonangambo.com

Lu pour vous : Bozizé libre de ses mouvements en France
Repost 0
Centrafrique-Presse.com