Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 23:47

 

 

 

BANGUI Jeudi 12 septembre 2013 | 20:17 UTC (Xinhua) - Dix-sept éléments de la Séléka reconnus coupables d'actes de violences et de pillages, lors des attaques du quartier Boy-Rabe à Bangui, ont été condamnés mercredi à 8 ans de prison ferme et une amende de 250.000 FCFA (environs 500 dollars US) chacun.

 

Selon le jugement du tribunal de grande instance de Bangui, ces 17 condamnés sont coupables des vols, destruction des biens appartenant à autrui, et acte de nature à troubler l'ordre public. Deux autres inculpés ont été relaxés et un mandat d'arrêt a été lancé contre cinq autres qui ont pris fuite.

 

Le 20 août dernier, une opération de désarmement au quartier Boy-Rabe, par les éléments de la Séléka a débouché à des cas de pillage et d'assassinat. Le bilan officiel faisait état d'une dizaine de personnes tuées et des blessés. Ce procès intervient alors que la situation reste confuse dans la capitale et les autres villes de ce pays de l'Afrique centrale où des rebelles regroupés dans une alliance, la Séléka, avait renversé par force le régime de François Bozizé, au mois de Mars.

 

 Les agents des ONGs humanitaires telles que l'Agence d'aide à la Coopération Technique et au Développement ( ACTED), Médecin sans frontière (MSF), le comité internationale de la Croix-Rouge (CICR), Action contre la faim (ACF), ont manifesté mercredi dans la matinée à Bangui pour dénoncer les actes de violence sur le personnel humanitaire.

 

Deux agents de l'ACTED, ont été tués samedi dernier par des éléments de la Séléka à Bossangoa (nord). Bossangoa et Bouca, deux villes situées au nord du pays ont été attaquées par des hommes armés qui se revendiquaient proche de François Bozizé.

 

Dans une déclaration diffusée mercredi soir à la radio nationale, le porte-parole de la présidence Guy Simplice Kodégué a précisé que le bilan provisoire de l'affrontement dans le nord est de 100 morts et une quarantaine de blessés. Un bilan précédent par la présidence faisait état d'une soixantaine de morts. 

 

Centrafrique : 17 éléments de la Séléka condamnés à 8 ans d'emprisonnement
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 12:48

 

 

 

Le numéro 01 d'Afrique Presse pour la saison 2013-2014 aura lieu le vendredi 13 septembre 2013 à partir de 10h 45, dans les studios de TV5 sis au 131, avenue de Wagram, 75017 (métro Wagram).

 

Présentation:

 

Assane Diop

 

Les invités:

 

- Pierre Benoît: TV5MONDE

- Vincent Hugeux: L'Express

- Jean-Baptiste Placca: Editorialiste

- Martin Ziguele: ancien premier ministre centrafricain

 

Le thème de la semaine

 

La République centrafricaine est-elle un Etat failli ? Depuis l'arrivée au pouvoir en mars dernier des ex-rebelles de la Séléka, le pays a sombré dans un vaste chaos insécuritaire. Quelles perspectives pour la transition initiée par le régime de Michel Djotodia ?

 

Diffusions et rediffusions TV5MONDE:

Afrique: Vendredi entre 23h 30 et minuit, heure de Dakar.

France, Belgique, Suisse(FBS) : Samedi à 12h, heure de Paris.

Etats-Unis: Samedi à 05h 30, heure de New York.

Europe: Samedi à 06h 25, heure de Paris.

Orient : Dimanche à 08h, heure de Beyrouth.

Rediffusions Afrique: Samedi à 20h, heure de Dakar; Rediffusion Europe: Lundi à 08h 35, heure de Berlin, Rediffusions FBS: Lundi à 08h 45, heure de Paris.

 

 

 

Martin ZIGUELE invité de l'émission Afrique Presse du vendredi 13 septembre
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 12:10

 

 

 

 

http://www.la-croix.com  10/9/13

 

Un mouvement rebelle se réclamant du président déchu François Bozizé a attaqué les forces du nouveau régime à l’Ouest du pays.

 

Les combats reprennent en Centrafrique. Six mois après avoir renversé le chef de l’État François Bozizé au cours d’une offensive éclair, la coalition Séléka est confrontée à un mouvement rebelle se réclamant du président déchu. 

 

Les affrontements entre les troupes de la Séléka et la rébellion se concentrent depuis dimanche 8 septembre bautour de la ville de Bossangoa, située à 250 km au nord-ouest de Bangui. Au moins soixante personnes ont été tuées de part et d’autre en 48 heures de combat.

 

Les combats ont frappé sans discrimination les porteurs d’armes et les habitants des villages autour de Bossangoa, poussant sur les routes des centaines de familles. Deux travailleurs humanitaires d’Acted ont également été tués par des soldats de la Séléka qui les prenaient pour des espions. 

 

« La sécurité ne cesse de se détériorer au fil des semaines, observe André Munger, en charge de la Centrafrique chez Médecins sans frontières. Les villageois fuient en brousse, ce qui augmente les risques de paludisme et de malnutrition. »

 

LA CENTRAFRIQUE S’ENFONCE DANS LE CYCLE DES RÉBELLIONS ET REPRÉSAILLES

 

La nouvelle rébellion est un assemblage hétéroclite de milices d’autodéfense et de soldats de l’ancienne armée (Faca) fidèles au président en fuite François Bozizé. D’après des témoignages recueillis sur place, les combattants disposeraient d’armes et d’uniformes. « C’est le début des opérations destinées à remettre au pouvoir le président Bozizé », a affirmé son porte-parole Lévy Yakété. Le dirigeant déchu ne se cache plus. Il a précisé lors d’une visite en France au mois d’août son intention de reprendre le pouvoir « si l’occasion se présentait. »

 

Les rebelles s’appuient sur le mécontentement des villageois et des citadins, épuisés par des mois de privations et effrayés par les pillages et les exactions commises par les forces incontrôlées de la Séléka. « Les gens n’en peuvent plus, témoigne l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné NzapalaingaLa situation humanitaire et l’insécurité ne cessent de s’aggraver. La vie des civils n’a plus beaucoup d’importance. Quand la population exaspérée manifeste sa colère contre les soldats, ils répondent par une violence aveugle, sans discernement. »

 

La Centrafrique s’enfonce en effet dans le cycle des rébellions et représailles. Entre le 16 et le 20 août, les soldats ont incendié 4 500 maisons près de Bouar, à l’Ouest du pays, après des heurts avec des jeunes du village. Une quarantaine de paysans et quatre militaires sont morts durant les affrontements.

 

DES RELATIONS DÉGRADÉES ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS

 

Dans leur vengeance, les hommes de la Séléka ont épargné les maisons de la communauté musulmane dont les membres sont présentés comme des fidèles du nouveau régime. « Ce qui est inquiétant, c’est l’écart qui s’est développé entre la communauté musulmane et les autres, note le P. Aurelio Gazzera, missionnaire italien. Il faudra beaucoup de temps pour reconstruire, mais beaucoup plus de temps pour créer une coexistence pacifique… »

 

Les relations entre les chrétiens et la minorité musulmane de Centrafrique ne cessent de se dégrader malgré les appels au calme lancés par de nombreux responsables religieux. Des tensions attisées par les hommes en armes. « Les rebelles pro-Bozizé n’hésitent pas à cibler des musulmans et des mosquées, s’inquiète une source diplomatique. En représailles, les soldats de la Séléka s’en prennent aux chrétiens, ce qui risque à un moment ou un autre de provoquer la révolte de la population. »

 

Entre division, corruption, incompétence et manque de ressources, les nouvelles autorités de Bangui affichent jour après jour leur impuissance. Le président Michel Dotojia a fait arrêter le directeur général du trésor public, Judes-Alex Ketté. Le haut fonctionnaire est accusé d’avoir empoché une partie des 910 000 € dépensés cet été pour l’achat des décorations portées par le chef de l’État lors de la cérémonie de prestation de serment. Les pierres précieuses étaient du toc...

 

Alors que le pays se fragmente et s’enfonce dans la crise humanitaire, l’évêque de Bangassou, Mgr Juan José Aguirre, en est convaincu : « Seule une intervention de la communauté internationale peut empêcher ce pays de sombrer ».

 

-------------------------------------------------

 

SANT’EGIDIO PROMEUT UN PACTE DE RÉCONCILIATION

 

Un appel pour la « paix et la réconciliation nationale en République centrafricaine » a été signé lundi 9 septembre à Rome entre la communauté de Sant’Egidio, et des membres du gouvernement de transition, responsables religieux et représentants de la société civile de Centrafrique.

 

Ce « pacte républicain » , une « sorte de code éthique » selon le président de Sant’Egidio, Marco Impagliazzo, sera présenté dans les prochains jours, à Bangui, au président et au chef du gouvernement centrafricains pour être approuvé. 

 

Il met l’accent sur la sécurité des citoyens, subordonnée au nécessaire« désarmement des milices », la nécessité de « garantir le retour des réfugiés ainsi que leur réinsertion », le « refus de la violence comme moyen d’accéder au pouvoir » et la création d’un « climat de dialogue constructif entre les parties » . 

 

Ce pacte relève la nécessité de renforcer les institutions, afin de parvenir à des élections dès que possible, il insiste aussi sur « la lutte contre la corruption et la défense de la propriété publique et privée ».

 

OLIVIER TALLÈS

 

 

NDLR : S'agissant de la corruption et des malversations qui continuent malheureusement de défrayer la chronique, on ne peut reprocher au président Michel Djotodia de vouloir chercher à rassembler les Centrafricains en se refusant à la tentation de pratiquer la chasse aux sorcières contre les anciens dignitaires vereux de la bozizie qui ont longtemps bénéficié de l'impunité et qui peuplent encore énormément l'administration centrafricaine hélas.

Lu pour vous : Rébellions et exactions déchirent la Centrafrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 21:19

 

 

 

 

Paris, le 08/09/2013 (CAP) - L’image du clergé centrafricain ne va sans doute pas s’améliorer avec les turpitudes d’un de ses membres, un  sulfureux abbé dont les frasques défrayent régulièrement la chronique ces temps derniers. Il n’y a pas longtemps une charrette de prêtres centrafricains avaient été suspendus par le Pape Benoît XVI. Malgré  les efforts de la Nonciature de Bangui et du nouveau patron de l’épiscopat  centrafricain, Mgr Dieudonné Nzapalainga.

 

L’abbé Marc Belicassa, c’est de lui qu’il s’agit, Curé de la paroisse ST-SAUVEUR, officiellement à Brazzaville pour ses paroissiens mais en réalité en France pour des soins médicaux aux frais de sa paroisse, s’est encore fait parler de lui après ses frasques de Brazzaville (République du Congo) en se faisant frapper par un compatriote centrafricaine lors d’une cérémonie du quarantième de deuil de Mme PSIMHIS à Noisy-le-Sec (Département de St-Denis-  / France).

 

Ce religieux, emblème du renouveau charismatique,  s’est lancé depuis quelques années de prêtrise dans une croisade sexuelle vis-à-vis de ses adeptes. Après des ravages à la Paroisse de MOUKASSA (Foyer de Charité de Bangui),  la Paroisse de la TRINITE (Castors Bangui) et ST SAUVEUR (SICA 2), il est depuis quelques mois en tournée africaine et européenne dans sa mission religieuse mais aussi en quête de nouvelles proies (femmes ou hommes croyants perdus ou égarés,  recherchant une vision éclairée)

 

Cette fois-ci, l’Abbé Belicassa est tombé sur un os dur qui lui a infligé une correction punitive ce samedi 07 septembre 2013 lors d’une cérémonie familiale. Ce pseudo-guérisseur  entretenait des relations intimes  avec une dame vivant en couple en France depuis 2009. Il l’a fait partir plusieurs fois à Bangui et ‘entretenait  des relations intimes avec cette dernière.

 

La  nommée Arlette B... pouvait bénéficier d’une mise à disposition de véhicules et autres avantages matériels sur place. Une fois en Europe, notre fameux religieux continuait cette relation charnelle qu’il appréciait tant avec cette charmante dame dont le compagnon, Antoine B.,  a fini par être informé de l’existence des agissements du prélat avec sa compagne et d’après des proches, s’est  promis de corriger publiquement l’imposteur. Après s'être fait agresser, Bélikassa était sorti une première fois de la salle en compagnie des organisateurs de la veillée de ce samedi soir ainsi que le "cocu" pour des explications simultanées dans le but d'éviter que cette histoire ne vienne perturber la veillée et attirer l'attention de l'assistance.

 

Des témoins de la scène disent avoir ensuite l’abbé Bélikassa et sa suite sortir de nouveau de la salle, apparemment une bonne heure après, pour s'en aller mais il était visiblement mal en point, un pan de sa chemise déchiré et maculé de sang ainsi que ses lunettes tordues... On apprendra aussi plus tard qu’il devrait regagner Bangui  ce mercredi Bangui tout en déclarant qu'il pardonnait à son agresseur son acte à son égard.

 

 D’après nos informations, l’Archevêque de Bangui aurait été tenu informé  dans un message téléphonique ainsi que le Conseil épiscopal centrafricain.

 

 

 

Quand un curé centrafricain se fait corriger par un compatriote qu’il a cocufié
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 19:25

 

 

 

 

 

PARIS, France, 11 septembre 2013/African Press Organization (APO)/ – Quai d’Orsay – Déclarations du porte-parole – 11 septembre 2013

 

 La France condamne les violences meurtrières survenues ces derniers jours dans l’Ouest de la République centrafricaine.

 

 Le rétablissement de la sécurité constitue une nécessité absolue et le premier devoir des autorités centrafricaines, avec l’appui de la communauté internationale.
 

 Il est important que la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) puisse rapidement monter en puissance. C’est dans cet esprit que nous soutenons, au sein de l’Union européenne comme aux Nations unies, l’action de l’Union africaine et des pays de la Communauté économique d’Afrique centrale. Un projet de résolution du conseil de sécurité visant à appuyer les efforts de la MISCA, à renforcer l’action des Nations unies et à établir une feuille de route pour le processus politique, devrait ainsi être présenté dans les prochaines semaines.

 

 Devant l’ampleur des défis humanitaires et la nécessité de traiter tous les aspects de la crise, la communauté internationale doit s’impliquer davantage. C’est l’objectif de la réunion ministérielle sur la République centrafricaine organisée à New York le 25 septembre en marge de l’assemblée générale et Nations unies, et à laquelle participera M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, aux côtés notamment de l’Union européenne et de l’ONU.

 

La France réaffirme enfin son attachement au travail des acteurs humanitaires et des ONG présentes sur le terrain, dont deux membres ont perdu la vie lors des affrontements de ces derniers jours. Elle appelle les autorités locales à tout faire pour garantir leur sécurité et leur accès libre, immédiat et sans entrave aux populations dans le besoin, conformément aux conventions de Genève de 1949.

 

SOURCE  : France – Ministry of Foreign Affairs

 

 

 

Centrafrique: nouvelles atrocités et violence sectaire accuse MSF


BANGUI - AFP / 11 septembre 2013 18h43 -  Les derniers combats en Centrafrique, qui ont fait près de 100 morts selon la présidence à Bangui, ont été accompagnés d'atrocités délibérées contre la population, a accusé mercredi l'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF), qui dénonce une violence sectaire.


Les affrontements entre forces du nouveau régime centrafricain et partisans du président déchu François Bozizé ont fait près de 100 morts dimanche et lundi dans la région de Bossangoa (ouest), selon un nouveau bilan du porte-parole de la présidence centrafricaine, Guy-Simplice Kodégué, qui avait fait état lundi d'au moins 60 morts.


Tout compris, pour ce qui s'est passé dans les zones de Bossangoa et de Bouca (ouest), nous estimons le bilan à l'heure actuelle à près de 100 morts et une cinquantaine de blessés, a-t-il déclaré à la radio nationale en prévenant que ce bilan n'était pas définitif.


Dans la seule localité de Bouca, MSF indique avoir pris en charge 26 personnes, dont huit femmes et six enfants, blessées soit par des machettes ou par des armes à feu, et fait état dans un communiqué d'un nombre indéterminé de personnes tuées, d'exécutions sommaires, de maisons incendiées.


Ces atrocités ont été commises par les deux parties au conflit, accuse MSF, qui dénonce également la réthorique sectaire incendiaire de certains combattants.

Selon la présidence, les partisans de l'ex-président - renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia - s'en sont pris aux habitants de confession musulmane. Michel Djotodia est le premier président musulman d'un pays très majoritairement chrétien.


Des familles de confession musulmane ont été massacrées, des maisons et des greniers incendiés, poussant la population civile à fuir, pour se refugier en brousse. En représailles, des personnes innocentes ont été tuées, s'est insurgé mercredi le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, lors d'une conférence de presse, ajoutant: le gouvernement condamne ces crimes ignobles.

 

Pillards condamnés


Cette soudaine escalade de la violence sectaire intensifie la peur au sein des communautés, déplore MSF, en rappelant que cette nouvelle vague de violence (...) est une source supplémentaire de souffrances pour les civils qui avaient déjà subi des mois de conflit et des déplacements répétés.


Ces affrontements ont encore aggravé une situation humanitaire et sécuritaire déjà chaotique dans le pays depuis la prise du pouvoir par le Séléka, dont les combattants sont également accusés d'exactions, de violences et de pillages à répétition contre la population.


A Bangui, 16 d'entre eux ont été condamnés à huit ans de prison ferme pour des pillages commis dans la capitale lors d'une opération de désarmement de partisans de l'ancien régime.


Lors du procès - le premier du genre visant d'ex-rebelles -, le procureur Alain Tolmo avait requis 10 ans de prison ferme contre les prévenus, qui avaient plaidé non coupable.

Le 20 août, une opération de désarmement de partisans du général Bozizé dans le quartier de Boy-Rabé, avait fait au moins 11 morts et une trentaine de blessés et été accompagnée de pillages et d'incendies d'habitations.


Les prévenus avaient été interpellés par d'autres combattants du Séléka après ces évènements.

Suite à cette opération, la force africaine en Centrafrique (Misca) avait pris position dans le nord de Bangui, pour neutraliser les pillards et le président Djotodia a de son côté interdit aux combattants Séléka de participer à toute opération de maintien de l'ordre dans Bangui.


La coalition Séléka compte environ 25.000 combattants, dont 20.000 ralliés de la dernière heure au moment de la prise de Bangui, selon des estimations du nouveau régime.

Nombre de ces hommes n'obéissent qu'à leurs chefs directs, qui se sont taillés des fiefs en province et à Bangui, comme ont pu le constater des journalistes de l'AFP.
 

(©) 

 

 

 

RCA: le nord-ouest du pays sous la menace d’une guerre confessionnelle

 

RFI  mercredi 11 septembre 2013 à 14:26

 

En Centrafrique, la situation reste toujours chaotique dans la région de Bossangoa, au nord-ouest du pays. Le week-end dernier des groupes armés partisans du président déchu François Bozizé ont attaqué des positions de la Seleka et des civils de confession musulmane. Ce qui a entraîné des opérations de représailles de la Seleka contre des populations chrétiennes. Mardi, la journée a été relativement calme mais beaucoup craignent que le conflit ne dégénère en violences interreligieuses.

 

Selon certaines sources, les groupes armés se revendiquant de François Bozizé se sont volatilisés dans la brousse et la Seleka serait partie à leur recherche. La zone de Bossangoa risque d'être livrée à la vendetta après la mort d'éleveurs peuls tués le week-end dernier. Les troupes de la Seleka, dont personne ne connaît le commandement, mènent en représailles des opérations punitives qui visent aussi les populations chrétiennes.

 

Jeudi, la Force militaire d'Afrique centrale (Fomac) devrait rejoindre Bossangoa et convoyer des humanitaires pour venir en aide aux civils réfugiés en brousse. La Fomac, qui doit passer sous la bannière de l'Union africaine, devrait installer sur place un dispositif sécuritaire. Mais ses moyens sont aujourd'hui insuffisants pour envisager de sécuriser un pays grand comme la France et la Belgique réunies.

 

Le cycle des violences - attaques suivies d'opérations de représailles -, risque de se transformer en une guerre entre musulmans et chrétiens. Une crainte partagée par les observateurs internationaux. L'un d'eux constate amèrement que ni la présidence ni la primature centrafricaine ne se montrent capables d'agir et paraissent même totalement dépassées.

 

 

 

Vers une aggravation des tensions en Centrafrique ?

 

http://www.affaires-strategiques.info  11 septembre

 

C’est ce mercredi 11 septembre qu’est annoncé le verdict du premier procès de la rébellion Séléka. Mercredi dernier déjà, le parquet du tribunal de Bangui avait requis 10 ans de prison ferme contre 24 de ses membres. Groupement d’opposition au gouvernement précédent, les rebelles Séléka font fréquemment face à des mouvements de contestations violents de la part de l’ancien président François Bozizé, ancien Président, renversé par le Séléka.

 

Les tensions en Centrafrique ont éclaté en décembre 2012 entre le gouvernement centrafricain dirigé par Bozizé et les opposants du Séléka. Les rebelles ont accusé le président d’avoir failli à faire respecter les accords de 2007 qui devaient mettre fin à la guerre civile qui rongeait alors le pays. Le 24 mars 2013, le régime a été renversé alors que Bozizé était au pouvoir depuis plus de 10 ans. 

 

Le procès en instance s’inscrit dans un contexte tendu. En effet, ce weekend, la région du Nord-Ouest de la Centrafrique a vu se raviver des tensions entre un groupe d’hommes armés se revendiquant de Bozizé et les forces armées Séléka. Des nouvelles exactions ont été commises, alors que les hommes de l’ex-rébellion qui a renversé le régime doivent répondre de plus de 400 meurtres en 4 mois. 


Récemment, le porte-parole de Bozizé a justifié l’attisement des tensions en déclarant que si les forces armées centrafricaines s’étaient résignées un moment, il était temps de permettre le retour de Bozizé à la tête du pays, en tant que président élu par le peuple centrafricain, ayant un mandat en cours. 

 

Les attaques ne préjudicient pas seulement aux deux forces en présence sur la question de la légitimité du pouvoir mais ont un impact à la fois religieux et local. Ainsi, si la récente attaque avait pour but de harceler le groupement Séléka, les assaillants pro-Bozizé s’en sont pris à un groupe musulman, religion du mouvement Séléka. Cette provocation risque d’entraîner un cycle de représailles de la Séléka contre les chrétiens. Egalement, l’exil de milliers de soldats pro-Bozizé dans les pays voisins inquiète au niveau régional, et pourrait aggraver les tensions. 

 

Depuis cet été, au vu de la tension croissante, plusieurs ONG se sont rendues sur place. La FIDH qui y est en mission semble très pessimiste sur l’issue du conflit et déplore une insuffisante implication des Nations Unies.

 

Sources : RFI,Jeune Afrique,Fédération Internationale des Droits de l’Homme

 

Affrontements en République centrafricaine
Affrontements en République centrafricaine
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:18

 

 

 

 

Le directeur du Trésor centrafricain a été arrêté pour détournement de fonds. Il était chargé de l'achat des atours du président qui se sont révélés être du toc.

 

Le directeur général du Trésor public centrafricain, Judes-Alex Ketté, a été arrêté pour escroquerie après que les autorités eurent découvert que les décorations portées par le président Michel Djotodia lors de sa prestation de serment étaient des faux grossiers, a-t-on appris mardi auprès des enquêteurs.

 

«Le directeur général du Trésor public a été arrêté sur instructions du procureur de la République et placé en garde à vue à la gendarmerie. Il lui est reproché d'avoir détourné une partie de la somme d'argent destinée à l'achat des atours à parer le président de la transition le 18 août» lors de la cérémonie de prestation de serment, a indiqué à l'AFP, une source de la gendarmerie centrafricaine, sous couvert de l'anonymat.

 

«M. Ketté a empoché une partie des 600 millions de francs CFA (1,13 million de francs) prévus à cet effet, avec la complicité d'un joaillier sénégalais, d'un homme d'affaires centrafricain et d'un responsable de la Chancellerie, et a fourni des atours (notamment le grand-croix et l'écharpe) issus d'une contrefaçon», a expliqué cette source.

 

Déjà arrêté en 2011

 

Limogé dès son interpellation, le haut-fonctionnaire est également sous le coup de poursuites pour détournement de fonds et contrefaçon, a-t-on ajouté. Selon une source proche du gouvernement, «la supercherie a été découverte par le président congolais Denis Sassou Nguesso» qui assistait à la cérémonie.

 

Judes-Alex Ketté avait déjà été arrêté en 2011 dans le cadre de l'enquête sur un scandale d'un détournement de plus de deux milliards FCFA (plus de 3,7 millions de francs) au détriment de la Société nationale de transport urbain (Sonatu), entreprise publique créée grâce notamment à une aide financière de l'Inde.

 

Il avait ensuite été promu en 2012 directeur général du Trésor public par l'ex-président François Bozizé, renversé le 24 mars par Michel Djotodia.

 

(afp/Newsnet)

 

 

 

Centrafrique : Michel Djotodia, fausses décorations pour vraie investiture

 

10/09/2013 à 12h:55 Par Jeune Afrique

 

Une source de la gendarmerie centrafricaine a annoncé mardi l'arrestation de Judes-Alex Ketté, directeur général du Trésor public. Le grief : avoir fourni des décorations de contrefaçon au président Michel Djotodia lors de sa prestation de serment.

 

Une histoire invraisemblable dans l'ancien empire de Bokassa Ier. Les autorités centrafricaines viennent de découvrir que les décorations portées par le nouveau président Michel Djotodia, lors de sa prestation de serment le 18 août, étaient des faux grossiers.

 

"Le directeur général du Trésor public, Judes-Alex Ketté, a été arrêté sur instructions du procureur de la République et placé en garde à vue à la gendarmerie. Il lui est reproché d'avoir détourné une partie de la somme d'argent destinée à l'achat des atours à parer le président de la transition" a indiqué, le 10 décembre, une source de la gendarmerie centrafricaine, sous couvert de l'anonymat.

 

"Judes-Alex Ketté a empoché une partie des 600 millions de francs CFA [910 000 euros] prévus à cet effet, avec la complicité d'un joaillier sénégalais, d'un homme d'affaires centrafricain et d'un responsable de la Chancellerie, et a fourni des atours - notamment le grand croix et l'écharpe - issus d'une contrefaçon", a expliqué cette source.

 

Coup d'œil de Sassou Nguesso

 

Selon une source proche du gouvernement, "la supercherie a été découverte par le président congolais Denis Sassou Nguesso" qui assistait à la cérémonie.

 

Limogé dès son interpellation, le Judes-Alex Ketté est également sous le coup de poursuites pour détournement de fonds et contrefaçon.

 

Le haut-fonctionnaire avait déjà été arrêté en 2011 dans le cadre de l'enquête sur un scandale d'un détournement de plus de deux milliards FCFA (3,05 millions d'euros) au détriment de la Société nationale de transport urbain (Sonatu), entreprise publique créée grâce notamment à une aide financière de l'Inde. Il avait ensuite été promu en 2012 directeur général du Trésor public par l'ex-président François Bozizé, renversé le 24 mars par Michel Djotodia.

 

(Avec l'AFP)

 


 

RCA : Les décorations du président étaient des contrefaçons
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:14

 

 

 


BANGUI - AFP / 10 septembre 2013 17h11- Des partisans armés de l'ex-président centrafricain François Bozizé contrôlaient mardi des villages proches de la ville de Bossangoa (ouest) où des combats ont fait au moins une soixantaine de morts depuis ce week-end, a-t-on appris de sources militaires.


Des villages situés autour de Bossangoa sont toujours tenus par les hommes se réclamant de l'ex-président. Mais les forces de défense et de sécurité (Séléka) contrôlent la ville de Bossangoa, a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un officier joint à Bossangoa, à 250 km au nord-ouest de Bangui, depuis la capitale.

Selon des sources militaires et des habitants de la zone contactés par téléphone, aucun combat n'était signalé mardi.


Lévy Yakété, porte-parole du général Bozizé - renversé le 24 mars par la coalition rebelle du Séléka de Michel Djotodia - a affirmé mardi à l'AFP que les combats avaient été menés par des soldats de l'ancienne armée (FACA) fidèles au président déchu.

A travers ces attaques, les FACA ont donné une réponse aux exactions inadmissibles des éléments du Séléka contre la population, a-t-il ajouté, affirmant: c'est le début des opérations destinées à remettre au pouvoir le président Bozizé qui a été démocratiquement élu et à rétablir l'ordre constitutionnel.


La préfecture d'Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région d'origine du général Bozizé qui est resté dix ans au pouvoir.


En août, le général Bozizé, de passage en France, s'était dit prêt à reprendre le pouvoir si l'occasion se présentait, affirmant privilégier la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n'est pas trouvée.


Ces derniers affrontements aggravent une situation sécuritaire et humanitaire déjà chaotique depuis la prise du pouvoir par le Séléka dont les combattants sont accusés d'exactions, de violences et de pillages à répétition contre la population.


La semaine dernière, le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) avait annoncé que des milliers de personnes avaient été déplacées et au moins huit villages incendiés au cours de récentes violences dans le nord du pays.

Mardi, le président de la transition en Centrafrique, Michel Djotodia, a limogé le chef d'état-major des armées Jean-Pierre Dollé-Waya, par décret présidentiel diffusé à la radio nationale. Le motif de ce limogeage n'a pas été précisé.


Le général Dollé-Waya, qui était sous-chef d'état-major des armées sous le régime Bozizé, avait été nommé à la tête de l'armée par le président Djotodia après son accession au pouvoir.



(©) 

Centrafrique : des partisans de Bozizé tiennent des localités de l'Ouest
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 16:59

 

 

 

RFI  MARDI 10 SEPTEMBRE 2013

 

« L’histoire se répète », comme le souligne Le Pays au Burkina. « Décidément, la Centrafrique n’en finit pas avec ses rébellions à répétition. Après avoir annoncé, il y a quelque temps, depuis la France où il était en séjour, sa volonté de reconquérir le pouvoir par les armes, l’ancien président François Bozizé est passé à la manœuvre sur le terrain avec sa rébellion. »

 

Finalement, rien de très étonnant, relève le quotidien burkinabé, « Michel Djotodia est tout sauf un homme d’Etat et donne finalement le sentiment que la seule finalité de sa rébellion, c’était la prise du pouvoir. Par son incapacité à maîtriser ses troupes et son incompétence à gérer le pouvoir, il donne une bonne raison à celui-là même qu’il a chassé par les armes, de lui rendre la monnaie de sa pièce. »

 

En tous les cas, « à terme, poursuit Le Pays, la Centrafrique aura besoin d’une conférence nationale souveraine, et cela en vue d’une catharsis qui favorisera le retour de tous les exilés politiques (…). Il faut que la RCA quitte ce cercle vicieux, abandonne cette fâcheuse propension à accéder au pouvoir par les armes, et revienne à de vraies valeurs démocratiques dans son aspiration à la paix et à la stabilité durables. »

 
« L’heure de la revanche a-t-elle sonné pour Bozizé ? », s’interroge pour sa part le site Guinée Conakry Infos. « Depuis son départ, la barbarie, l’arbitraire et l’insécurité généralisée sont érigée en maîtres en RCA par ceux-là mêmes qui promettaient le paradis aux Centrafricains. Est-ce cette incapacité notoire à se montrer à la hauteur des espoirs placés en ses successeurs qui aura convaincu François Bozizé à revenir ? Possible, estime Guinée Conakry Infos. (…) Il est fort probable, poursuit-il, que l’ancien président ait fini par trouver des alliés. (…) Visiblement, il se serait renforcé… auprès de la France ! La France qui semble être déçue par la gestion du pays par les hommes de la Séléka. Ainsi récemment, souligne le site guinéen, c’est à Paris même que François Bozizé a annoncé le début de la résistance à travers la mise en place du Frocca, le Front pour le retour de l’ordre constitutionnel en Centrafrique. »


 

  

A la Une : en Centrafrique, la contre-attaque de Bozizé

RFI  MARDI 10 SEPTEMBRE 2013

 

« L’histoire se répète », comme le souligne Le Pays au Burkina. « Décidément, la Centrafrique n’en finit pas avec ses rébellions à répétition. Après avoir annoncé, il y a quelque temps, depuis la France où il était en séjour, sa volonté de reconquérir le pouvoir par les armes, l’ancien président François Bozizé est passé à la manœuvre sur le terrain avec sa rébellion. »

Finalement, rien de très étonnant, relève le quotidien burkinabé, « Michel Djotodia est tout sauf un homme d’Etat et donne finalement le sentiment que la seule finalité de sa rébellion, c’était la prise du pouvoir. Par son incapacité à maîtriser ses troupes et son incompétence à gérer le pouvoir, il donne une bonne raison à celui-là même qu’il a chassé par les armes, de lui rendre la monnaie de sa pièce. »

En tous les cas, « à terme, poursuit Le Pays, la Centrafrique aura besoin d’une conférence nationale souveraine, et cela en vue d’une catharsis qui favorisera le retour de tous les exilés politiques (…). Il faut que la RCA quitte ce cercle vicieux, abandonne cette fâcheuse propension à accéder au pouvoir par les armes, et revienne à de vraies valeurs démocratiques dans son aspiration à la paix et à la stabilité durables. »

 
« L’heure de la revanche a-t-elle sonné pour Bozizé ? », s’interroge pour sa part le site Guinée Conakry Infos. « Depuis son départ, la barbarie, l’arbitraire et l’insécurité généralisée sont érigée en maîtres en RCA par ceux-là mêmes qui promettaient le paradis aux Centrafricains. Est-ce cette incapacité notoire à se montrer à la hauteur des espoirs placés en ses successeurs qui aura convaincu François Bozizé à revenir ? Possible, estime Guinée Conakry Infos. (…) Il est fort probable, poursuit-il, que l’ancien président ait fini par trouver des alliés. (…) Visiblement, il se serait renforcé… auprès de la France ! La France qui semble être déçue par la gestion du pays par les hommes de la Séléka. Ainsi récemment, souligne le site guinéen, c’est à Paris même que François Bozizé a annoncé le début de la résistance à travers la mise en place du Frocca, le Front pour le retour de l’ordre constitutionnel en Centrafrique. »


A la Une : en Centrafrique, la contre-attaque de Bozizé
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:25

 

 

 

 

RFI   lundi 09 septembre 2013 à 10:40

 

Les tensions montent à l'est du Cameroun entre les populations locales et les réfugiés centrafricains. Dans plusieurs localités de la région dont la capitale Bertoua, le sentiment d'exaspération grimpe depuis quelques temps. En cause : une série d'incidents imputés à l'ex-rébellion Seleka.

 

Bertoua, à 350 kilomètres de Yaoundé dans la région de l’Est-Cameroun, la ville exhale un parfum de colère, une sorte de tension sourde depuis plusieurs mois. Les résidents, plus de 100 000, vivent de plus en plus mal la cohabitation avec les réfugiés centrafricains.

 

Dernière vexation en date, l’occupation dans le village de Borongo de l’école publique du coin par des centaines de réfugiés. « Toutes les salles de classe de cette école sont devenues leur maison d’habitation, explique Bendouma Pascal, fonctionnaire. Et ça n’a même pas suffi parce qu’ils sont prêts de 800. Donc, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR)a été obligé de construire des tentes dans la cour de l’école pour essayer de tous les loger ».

 

Les autorités administratives locales, gouverneurs et préfets, se refusent à tout commentaire et pourtant selon une source militaire, les gens sont à cran. Près de 200 gendarmes et 100 policiers ont été envoyés en renfort dans la région par Yaoundé. Leur mission est de contenir les humeurs des réfugiés, renforcer la sécurité aux postes-frontières et neutraliser les éléments de l’ex-rébellion Seleka dont certains sèment la panique dans la région.

 

Pour les riverains, ce n’est toujours pas assez : « Le gouvernement camerounais privilégie les Centrafricains au détriment de ses propres citoyens », s’énerve un habitant de la région.

 

 

SOURCE : HTTP://WWW.RFI.FR/AFRIQUE/20130909-CAMEROUN-INSECURITE-CREE-TENSIONS-EST-PAYS-REFUGIES-CENTRAFRICAINS

 

Cameroun: l’insécurité crée des tensions à l’est du pays avec les réfugiés centrafricains
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:06

 

 

 

 

 

Par RFI lundi 09 septembre 2013 à 15:41

 

En Centrafrique, ce fut un week-end de terreur pour la population de Bossangoa et des localités environnantes. Dès samedi, plusieurs localités ont été attaquées par des hommes armés, des actions revendiquées par des proches de l’ancien président François Bozizé. Bangui a envoyé sur place des renforts issus de l'ex-rébellion de la Seleka pour tenter de reprendre le contrôle des communes en question. De nombreuses exactions contre les populations civiles - imputées aux deux camps - ont fait au moins 60 victimes, selon la présidence.

 

Selon plusieurs témoins joints par Radio France Internationale (RFI), il y a eu de nouvelles incursions d'hommes armés ce lundi 9 septembre au matin dans la localité de Bouca, à une centaine de kilomètres à l'est de Bossangoa.

 

Cela a entrainé un nouveau cycle de violences et de représailles entre chrétiens et musulmans, comme le raconte un habitant de la cité : « Ce matin, à 5 h 40, un groupe inconnu a attaqué la ville, précisément la base de la Seleka. Ils ont tué des enfants, des femmes musulmanes, ils ont brûlé leurs maisons. Quand les membres de la Seleka ont voulu réagir, ce groupe inconnu a pris la fuite pour se réfugier dans la brousse. En ce moment, des membres de la Seleka sont en train de brûler des maisons de chrétiens. La population a pris la fuite et tout le monde se retrouve maintenant dans la brousse ».

 

Revendication

 

L'autre information capitale de ce lundi est la revendication de ces violentes incursions armées dans la région de Bossangoa par des proches de l’ancien président Bozizé. Ces hommes, par la voix de Levy Yakété, le porte-parole de l’ex-chef de l’Etat, disent que les attaques sont menées par d'anciens éléments des Forces armées centrafricaines (Faca) : « Les Forces armées centrafricaines, après s’être résignées pendant un moment, ont pris la décision aujourd’hui de répliquer à la Seleka et de permettre le retour de François Bozizé à la tête du pays en tant que président élu par le peuple centrafricain qui a un mandat en cours. Nous avons un collectif des officiers libres des Forces armées centrafricaines qui dirige les opérations. »

 

« Infliger une correction »

 

« Je suis pratiquement sur le terrain, poursuit Levy Yakété, ceux qui sont en train de mener cette opération, qui se revendiquent du président François Bozizé, sont bel et bien des éléments des Faca qui se sont repliés, qui se sont organisés et qui veulent aujourd’hui infliger une correction à ces Soudanais et ces Tchadiens qui occupent la République centrafricaine ».

 

Du côté des autorités de la transition, on ne se dit pas surpris par cette revendication. Le porte-parole de la présidence, Guy Simplice Kodégué condamne cette implication du camp Bozizé. Il prend à témoin la communauté internationale, mais il conteste que des éléments des Faca aient pu faire défection pour rejoindre le camp de François Bozizé.

 

 

 

NDLR : Jusqu'à quand la France laissera-t-elle Bozizé et ses acolytes comme son chef milicien et distributeur d'armes et de machettes Lévi Yakété qui ont brûlé le drapeau tricolore et fait caillaser son ambassade de Bangui en décembre 2012, continuer à bénéficier étrangement de sa généreuse hospitalité en séjournant sur son territoire français tout en menant des manoeuvres de déstabilisation de la Transition en cours en Centrafrique. 

RCA : des proches de Bozizé revendiquent les attaques au nord-ouest du pays
Repost 0
Centrafrique-Presse.com