Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 02:06
Les chars, symbole de la poussée russe en Centrafrique

 

Lu pour vous

 

https://www.ouest-france.fr/ Arnaud MEUNIER, à Bangui. Publié le 16/11/2020 à 07h32

Le vide laissé par la France, occupée face aux djihadistes au Sahel, n’est pas perdu pour tout le monde. Après les contrats miniers, Moscou consolide son partenariat avec Bangui en livrant des blindés.

La scène de liesse remonte au 15 octobre 2020. Au cœur de la capitale, des milliers de Centrafricains s’étaient massés pour voir défiler six des vingt blindés BRDM 2, offerts par la Russie. Ils venaient d’être réceptionnés à l’aéroport par le président Faustin Archange Touadéra en personne. Ces véhicules légers, d’un modèle soviétique millésimé 1970, seront bien en peine de changer la situation sur le terrain.

La Russie accroît sa présence

Sept ans après l’insurrection qui a plongé la Centrafrique dans le chaos, et malgré le rétablissement des institutions à Bangui, le pays est encore contrôlé à 80 % par des groupes armés. Et puis, il faudrait prévoir des pièces de rechange, grince un officier. Lors du défilé, un des blindés, tombé en panne, a dû être tracté au bout d’une corde.

Quoi qu’il en soit, à un mois et demi de la présidentielle où le président Touadéra briguera un second mandat, la Russie accroît sa présence dans l’ancien pré carré de la France. Un bureau de coopération russe est en cours d’installation au sein du ministère de la Défense. Touadéra, le 7 octobre, pour l’anniversaire de Vladimir Poutine, puis son Premier ministre Firmin Ngrebada, se sont succédé à Moscou.

Jusqu’ici, la diplomatie russe à moindre coût s’appuyait sur un réseau d’acteurs privés, selon Poline Tchoubar, autrice d’une note pour la Fondation pour la recherche stratégique, à Paris. Des sociétés russes, comme la Lobaye Invest, sous sanctions américaines, ont obtenu des permis d’exploitations minières. Surtout, le groupe paramilitaire privé Wagner, dirigé par Evgueni Prigojine, un proche de Poutine, a pris ses quartiers.

 La scène de liesse remonte au 15 octobre 2020. Au cœur de la capitale, des milliers de Centrafricains s’étaient massés pour voir défiler six des vingt blindés BRDM 2, offerts par la Russie. Ils venaient d’être réceptionnés à l’aéroport par le président Faustin Archange Touadéra en personne. Ces véhicules légers, d’un modèle soviétique millésimé 1970, seront bien en peine de changer la situation sur le terrain.

La Russie accroît sa présence

Sept ans après l’insurrection qui a plongé la Centrafrique dans le chaos, et malgré le rétablissement des institutions à Bangui, le pays est encore contrôlé à 80 % par des groupes armés. Et puis, il faudrait prévoir des pièces de rechange, grince un officier. Lors du défilé, un des blindés, tombé en panne, a dû être tracté au bout d’une corde.

Quoi qu’il en soit, à un mois et demi de la présidentielle où le président Touadéra briguera un second mandat, la Russie accroît sa présence dans l’ancien pré carré de la France. Un bureau de coopération russe est en cours d’installation au sein du ministère de la Défense. Touadéra, le 7 octobre, pour l’anniversaire de Vladimir Poutine, puis son Premier ministre Firmin Ngrebada, se sont succédé à Moscou.

Jusqu’ici, la diplomatie russe à moindre coût s’appuyait sur un réseau d’acteurs privés, selon Poline Tchoubar, autrice d’une note pour la Fondation pour la recherche stratégique, à Paris. Des sociétés russes, comme la Lobaye Invest, sous sanctions américaines, ont obtenu des permis d’exploitations minières. Surtout, le groupe paramilitaire privé Wagner, dirigé par Evgueni Prigojine, un proche de Poutine, a pris ses quartiers.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 19:45
Centrafrique : le retour des sortis face au sortant

Lu pour vous

 

https://www.ouest-france.fr/ Antoine ROLLAND le 16/11/2020 à 17h27

Vingt-deux candidats ont annoncé leur candidature à la présidentielle centrafricaine du 27 décembre 2020. Dont deux anciens chefs d’État qui veulent affronter le président sortant, Faustin-Archange Touadéra.

Le nom du palais présidentiel, La Renaissance, leur donne-t-il des idées ? Dans la course à la présidence centrafricaine, des personnalités ayant occupé les plus hautes fonctions rêvent d’un retour au pouvoir. Le président sortant Faustin-Archange Touadéra, 63 ans, élu à la surprise générale en 2016, et qui vise  une victoire au premier tour  le 27 décembre 2020, se voit concurrencer par l’ancien président François Bozizé, 74 ans, devenu chef de l’opposition.

La rupture promise ? Une supercherie !

Arrivé au pouvoir par un coup d’État en 2003, François Bozizé a été renversé dix ans plus tard par la Seleka, une coalition paramilitaire venue du Nord, qui a plongé le pays dans le chaos. Aujourd’hui, son parti, le KNK, veut rattraper un temps qu’il juge perdu.  L’année 2013 aurait dû être celle du décollage économique de la République centrafricaine , a lancé son vice-président, Bertin Béa, à la tribune d’un meeting.

L’ancienne présidente de transition (2014-2016) Catherine Samba-Panza, 66 ans, a aussi des idées de revanche.  La rupture promise en 2016 était une supercherie , a-t-elle dénoncé dans son discours de candidature. La diplomate jouit d’une popularité bien moindre que François Bozizé, mais peut s’appuyer sur ses réseaux internationaux.

Un personnel politique non renouvelé

À ce trio s’ajoutent quatre anciens Premiers ministres, sept anciens ministres, ainsi que trois fils de chefs d’État décédés.

Ce manque de renouvellement est en partie dû à l’organisation de la vie politique.  Les partis sont structurés autour du président-fondateur pour conquérir le pouvoir, analyse Rosmon Zokoué, président de l’Association des blogueurs centrafricains. Il est difficile de faire émerger de nouvelles têtes. 

La Cour Constitutionnelle doit maintenant valider les dossiers, mais des incertitudes pèsent sur ceux de Catherine Samba-Panza, soupçonnée de détournements de fonds, et de François Bozizé, encore sous sanctions internationales. Réponse le 3 décembre.

La campagne électorale sera ouverte le 12 décembre 2020 pour prendre fin le 25 du même mois. Le corps électoral sera convoqué pour le premier tour de la présidentielle le 27 décembre prochain.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 18:34
Bangui : les dispositifs sécuritaires s’intensifient dans la capitale à un mois et demi des élections

 

Centrafrique : les dispositifs sécuritaires s’intensifient dans la capitale à un mois et demi des élections

BANGUI, le 16 novembre 2020(RJDH)---Les dispositifs sécuritaires ces dernières semaines sont renforcés dans la capitale centrafricaine à l’approche des élections générales du 27 décembre prochain. Un constat du RJDH après avoir sillonné quelques carrefours de Bangui et ses environs.

A Pk 12, sortie nord de Bangui, aux environs de 21 heures jusqu’à 5h du matin, des contrôles s’effectuent à chaque passage des motos-taxis, véhicules et des bagages des voyageurs. Le renforcement des dispositifs intervient dans un contexte où la Cour Constitutionnelle a annoncé la publication des listes définitives des candidatures pour la présidentielle et les législatives.

Ces dispositions entrent dans le cadre d’un plan de sécurisation adopté et validé par le gouvernement, l’Autorité Nationale des Elections(ANE) et la Minusca pour la réussite de ce processus électoral en cours.  C’est qu’indique Vladimir Monteiro porte-parole de la mission onusienne, « il y a de cela quelques semaines, un plan de sécurisation a été adopté et signé entre le premier ministre Firmin Ngrebada, le représentant de la Minusca Mankeur Ndiaye et la Marie Madelaine N’koe-Hoornaert, présidente de l’ANE »,

Ce plan définit des stratégies pour la sécurisation et le déploiement des matériels par la Minusca.

Dans la capitale, à Marabena, sur l’avenue des Martyrs, au rond-point des Nations-Unies, l’avenue de l’indépendance, des présences des forces armées centrafricaines(FACA) sont visibles.  Sur l’avenue David Dacko, à côté de Dameca, l’on voit une petite base des FACA installée, et ces positions sont renforcées dans d’autres carrefours des huit arrondissements de Bangui.

Même constant sur l’avenue de l’indépendance, non loin du siège de la compagnie aérienne Air France, ce dispositif existant a été renforcé à quelques pas de la présidentielle et des législatives. De sources proches du gouvernement contactées par le RJDH indiquent que ces dispositifs sécuritaires ont été renforcés dans l’objectif de bien mener le processus des élections, « vous savez les élections sont des périodes sensibles, et il faut un plan de sécurisation, d’ailleurs le gouvernement, l’ANE et la Minusca ont signé un plan il y a de cela quelques jours. Tout ceci, dans l’objectif de donner la chance au peuple centrafricain de s’exprimer librement le jour des élections », a confiée au RJDH de sources proches du gouvernement et de la primature.

Ce plan de sécurisation prévoit aussi le déploiement des matériels et l’appui logistiques à l’ANE pour ce qui concerne l’acheminement des matériels à l’intérieur du pays.

Judicaël Yongo.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 17:06
Les Eglises en Afrique, une histoire très politique
Les Eglises en Afrique, une histoire très politique

Lu pour vous

 

By La rédaction de Mondafrique - 16 novembre 2020

 

Prenant pied en Afrique à partir du XIXe Siècle, les Églises ont très tôt joué un rôle politique en Afrique. Mondafrique de raconter cette odyssée où le pire cotoie le meilleur

Par Jocksy Ondo-Louemba

Parvenu en Afrique dans le sillage des explorateurs européens, le christianisme s’est implanté progressivement par le biais des Églises chrétiennes. Pour les plus critiques, ces Églises appartiennent au triptyque colonial des « 3M » : Marchands, Militaires, Missionnaires. Le religieux serait un agent pour les plus radicaux. 

Pour d »autres, les Églises en Afrique ont apporté l’Éducation « des pères blancs », l’alphabétisation des contrées reculées, les soins médicaux et la création de nombreux hôpitaux dont certains existent aujourd’hui encore des établissements hospitaliers de référence en Afrique. 

Une certitude, l’Église a joué et joue encore un rôle politique en Afrique et est régulièrement aux prises avec les pouvoirs politiques.

« Nous restons au Gabon »

Entre 1866 et 1876, la France songe sérieusement à échanger ses « comptoirs du golfe de Guinée » (dont le Gabon) contre la Gambie britannique.

C’est un homme d’Eglise catholique qui va s’y opposer et faire changer le pouvoir politique français d’avis. Son nom: Jean Remi Bessieux, fondateur de l’Eglise Catholique du Gabon arrivée dans l’Estuaire du Gabon en 1844 comme missionnaire de la congrégation du Saint-Esprit. Il écrira à ce propos : « Nous resterons au Gabon, seuls s’il le faut pour défendre l’Église catholique et la Patrie Française » avant de préciser à propos du Gabon : « Nous sommes devant une porte qui peut s’ouvrir très vite et mener très loin. Nous restons »

Des séminaristes devenus politiciens

Les Églises ne se sont pas contentées de former la future élite africaine. Plusieurs acteurs politiques majeurs africains ont été en passe de devenir prêtres. C’est le cas de Joseph Kasa Vubu, premier président de la République du Congo qui avait été un élève brillant et discipliné au petit-séminaire de Mbata Kieta avant de poursuivre ses études supérieures au grand-séminaire de Kabwe au Kasaï pour devenir prêtre catholique. Nous restons ».

Jean Bedel Bokassa le futur « empereur »autoproclamé de Centrafrique était très apprécié par les missionnaires des écoles qu’il fréquente et qui veulent en faire un prêtre. Mais aussi de Jean Marie Mbida, le premier Premier ministre du Cameroun. D’autres ayant obtenu la prêtrise deviendront des hommes politiques majeurs

Des pères de l’indépendance

Barthélémy Boganda était un brillant élément au petit séminaire de Brazzaville où il est admis en octobre 1928, avant d’entrer en octobre 1931 au grand séminaire Saint-Laurent de Mvolye à Yaoundé. Il sera ordonné prêtre le 27 mars 1938, devant trois mille fidèles en la cathédrale Notre-Dame. Barthélemy Boganda entrera plus tard en politique et deviendra « père fondateur » de la nation centrafricaine. Éphémère premier Ministre de 1958 à 1959, c’est également sous sa houlette que le territoire français de l’Oubangui-Chari deviendra la « République centrafricaine ». Barthélemy Boganda donne aussi à la Centrafrique son drapeau, sa devise et son hymne et qu’il avait pensé pour l’ensemble des Colonies d’Afrique Équatoriale Française (A.E.F.).

Un autre prêtre finit aussi à la tête de son pays tout en étant le « père de l’indépendance » : l’abbé Fulbert Youlou. Également élève brillant au séminaire de Brazzaville puis au Grand Séminaire de Yaoundé, Fulbert Youlou finit par devenir le père de la nation congolaise le 15 Août 1960. Toutefois, Youlou, coquet, portant des soutanes de chez Dior et amateur de jolies femmes sera renversé par une révolte citoyenne dénommée les « Trois glorieuses »  en 1963 Dans l’ensemble, Fulbert Youlou laissera le souvenir d’un homme excentrique et corrompu…

Aux cotés des peuples en lutte

Après les indépendances africaines, les Églises s’engagent aux côtés des peuples dans leurs différentes luttes contre les régimes autoritaires. Ainsi, en Afrique du Sud au temps de l’Apartheid Monseigneur Hurley, l’archevêque de Durban, est le pionnier dans la lutte pour les droits des noirs. Il prône leur accès à l’éducation, aux mouvements syndicaux ouvriers mais aussi contre la politique de la migration du travail et les discriminations raciales. Mgr Hurley, prône aussi l’objection de conscience et la désobéissance civile. Celui que les sud-africains noirs surnomment très vite en raison de sa perspicacité Mamba eyes,(yeux de serpent) participe à toutes les luttes et à tous combats. Il dénoncera le durcissement du régime de l’Apartheid, mais aussi la sanglante et constante répression envers la population noire. Fermement convaincu que l’Église ne saurait pas se contenter de sa mission spirituelle en situation d’injustice.
Figure de la lutte contre l’Apartheid, il réussira à réunir dans un « mouvement œcuménique et multiracial » de nombreuses figures d’Eglises telles que Mgr Desmond Tutu, Beyers Naudé, le pasteur afrikaner renié par les siens, ou encore le pasteur noir Allan Boesak. Ailleurs, les « hommes d’église » seront aussi des pourfendeurs des régimes autoritaires.  

L’Eglise contre Mobutu

Au Zaïre, alors que le régime de Mobutu fait pendre publiquement les opposants, disparaître les corps des étudiants abattus et réduit au silence ceux qui osent critiquer le « Mobutisme », c’est-à-dire « la pensée, les paroles et les actions du président fondateur Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga », Monseigneur Malula critique sévèrement la dictature du « Léopard de Kinshasa ». 

Interrogé sur son action, il répond : « J’ai toujours essayé de défendre la vérité et la justice (…) répondant à ma mission de défendre les faibles et les pauvres » furieux Mobutu réplique qu’il est « inadmissible, inaceptable » que des « curés se mêlent de politique » avant de terminer  cinglant : « Même le Christ était formel : César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Monseigneur Malula sera envoyé en exil au Vatican.

Le Cardinal Biayenda, le Martyr

De l’autre côté du fleuve Congo, le Cardinal Emile Bieyenda aura moins de chance. Très critique vis-à-vis du pouvoir communiste installé à Brazzaville, il est enlevé en marge de l’assassinat du Président communiste Marien Ngouabi à son domicile, près de la cathédrale du Sacré-cœur de Brazzaville, dans l’après-midi du 22 mars 1977 et est tué dans la nuit du 23 mars 1977 par un groupe de soldats. Bien que la cause réelle de cet enlèvement soit encore à ce jour indéterminée, on peut tout de même affirmer que son engagement en faveur des libertés individuelles lui a certainement coûté la vie.

Au Gabon, plusieurs hommes d’Église critiquent le régime d’Omar Bongo qui caresse le rêve de se faire couronner roi du Gabon. Ainsi l’abbé Noël Ngwa Nguema, Monseigneur Okinda mais aussi le Père Paul Mba Abessole sont dans les années 80 très virulents vis-à-vis du régime. Exilé en France, le père, Paul Mba Abessole finira par incarner l’opposition gabonaise en exil avant de se lancer dans une carrière politique

Le temps des Conférences nationales. 

Après la chute du mur de Berlin, le vent de l’Est souffle sur l’Afrique et met un terme au règne des partis uniques. C’est le temps des Conférences Nationales, grandes messes au cours desquelles on dresse le bilan – Toujours très négatif – régime à partis uniques. Ces grandes messes sont présidées par des évêques au Benin, au Congo-Brazzaville, au Gabon et au Zaire.
Ne pouvant pas tolérer que cette conférence nationale ose critiquer son régime, Mobutu la fera interrompre sans autre forme de procès. À l’initiative des Églises, il y aura une marche pour demander la reprise de la conférence nationale. Cette marche à laquelle prendra part des membres du clergé baptisé « la marche de l’espoir » ou encore la « marche des chrétiens » sera réprimée dans le sang et fera officiellement 35 victimes, mais bien plus selon divers témoignages.

Un acteur politique toujours présent

Depuis les années 2000, la voix de l’Église se fait toujours entendre dans plusieurs pays africains. On la retrouve très active dans la défense des droits de l’homme en République démocratique du Congo, mais aussi très impliquée dans les processus électoraux depuis la chute de Mobutu. Ainsi, en 2018, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) dans laquelle les hauts représentants de l’Église sont réunis prend une part active dans l’organisation de l’élection présidentielle de 2018. Avant la proclamation officielle des résultats, elle affirme qu’elle connaît déjà le nom du président élu. Forte de plus de 40.000 observateurs et disposants de copies des procès-verbaux, les résultats qu’elle compile fuient rapidement. La CENCO finit par s’opposer aux résultats officiels en laissant entendre que Félix Tschisekedi n’est pas le candidat choisi par les électeurs. 

Plus tard, la CENCO enfonce le clou et publie un rapport dans lequel il est affirmé que Martin Fayulu, officiellement arrivé deuxième est le véritable vainqueur de l’élection présidentielle.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 16:41
RCA Présidentielle : la France et la Minusca protestent contre des mises en cause
RCA Présidentielle : la France et la Minusca protestent contre des mises en cause
RCA Présidentielle : la France et la Minusca protestent contre des mises en cause

 

Présidentielle en Centrafrique: la France et la Minusca protestent contre des mises en cause


https://www.rfi.fr/ 15/11/2020 - 22:44 Avec notre correspondante à Bangui,  Charlotte Cosset

La Centrafrique est à 6 semaines de l’élection présidentielle. Sur le terrain tout le monde s’active pour l’organisation du scrutin et la tenue des délais. Mais une nouvelle fois les attaques dans les médias et sur les réseaux sociaux se multiplient. Ce qui excède certains acteurs.

La semaine dernière l’ambassade de France publie un communiqué. Si elle maintient l’aide promise pour l’organisation du processus électorale, elle dénonce la campagne de désinformation qui la vise. « Face à cette atmosphère délétère et aux tentatives d’instrumentaliser son action dans le contexte des élections, l’ambassade n’apportera pas de nouveaux financements au processus électoral », précise le communiqué. 

Cette semaine c’était au tour de la Minusca de condamner la désinformation et les incitations à la haine contre les casques bleus. « La Mission procède à la documentation de tous ces discours afin que leurs auteurs puissent répondre de leurs actes », détaille l’organisation onusienne. 

Face à la multiplication de ces doléances, la présidence a réagi ce week-end à son tour dans un communiqué. Elle rassure les partenaires. Ces désinformations ne reflètent pas la position officielle du gouvernement centrafricain. Elle  appelle à la cessation de ces attaques afin que « notre partenariat ne subisse pas cette instrumentalisation délétère par ailleurs peu propice au bon climat du processus électoral ».

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 17:29
Centrafrique : des AGR lancées par OIM à Paoua

 

Centrafrique : des AGR lancées par OIM à Paoua au nord-ouest du pays pour l’amélioration des conditions de vie de la jeunesse

 

PAOUA, le 14 novembre 2020(RJDH)---A Paoua dans l’Ouham-Pende située au nord du pays, plusieurs sont lancés des activités génératrices de revenus afin d’améliorer leurs conditions de vie. Ce projet a été porté par l’Organisation Internationale des Migrations(OIM) en Centrafrique.

En août 2018, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a lancé à Paoua, Préfecture de l’Ouham-Pendé au Nord-Ouest de la République centrafricaine, le projet « Réduction de la Violence et Stabilisation des Communautés à Haut Risque Sécuritaire », en faveur de deux milles (2000) jeunes désœuvrés à risque d’être impliqué dans la violence de 18 à 35 ans de la Sous-Préfecture.

Trois (03) communes de cette sous-préfecture sont concernées par le projet à savoir Bah-Bessar, Mia-Pende et Nana Barya. Financé par l’Union Européenne (UE), ce projet vise à renforcer la résilience et la cohésion des communautés, la coexistence pacifique et le dialogue intra et intercommunautaire et à favoriser la réintégration socio-économique de la jeunesse désœuvrée disposés à prendre part aux activités du cash for Works et à prendre part à des formations professionnelles et avoir des activités génératrices de revenus (AGR).

A l’issue des activités de la phase première à savoir l’étude des indicateurs de base, la mise en place des Comités Locaux y compris le ciblage des zones et le profilage des bénéficiaires ; la campagne de sensibilisation sur le choix des activités génératrices de revenus (AGR) et formation professionnelle, le choix et enregistrements des besoins en AGR a commencé en 2019. A ce jour, plus de 60 bénéficiaires de métiers de tricotterie mécanique ont pu finaliser leur formation professionnelle et sont entrés en possession de leurs kits pour démarrer leurs activités génératrices de revenus.

Pour Amadou TRAORE, Chef du Sous-Bureau de l’OIM à Paoua, indique que les métiers choisis par les bénéficiaires sont des opportunités très importantes pour l’amélioration de leurs conditions de vie, « Vous pouvez donner un coup de main à la communauté et vous-même. Cela vous permet de faire un peu d’argent aussi… cette initiative a pour but d’aider les uns et les autres à être indépendants, d’avoir un petit métier et pouvoir l’exercer. Tous les métiers peuvent nourrir son homme à condition qu’on s’y mette », a-t-il rappelé à un groupe de bénéficières à la fin de leur formation.

Plus de 300 autres bénéficiaires de la sous-préfecture de Paoua qui ont choisi comme projet de réintégration économique en couture mixte, menuiserie, petite mécanique moto, soudure, maçonnerie, saponification, conduite de motos sont actuellement en phase de réception de leurs kits pour lancer leurs activités génératrices de revenus. Adorine MOUALA, habitante du village Baria situé sur l’axe Paoua-Bossangoa, qui a participé pendant trois mois à la formation en couture se dit très heureuse d’avoir pris part à cette formation. « Nous avions commencé notre formation par une sensibilisation sur les mesures barrières de la pandémie à COVID 19. Nous avons ensuite appris comment utiliser les pédales de la machine à coudre, à faire des coupes des habits avant d’apprendre à les coudre. Actuellement je suis à même de faire les coupes des pantalons, chemises et des ensembles de jupes et autres modèles que je peux moi-même coudre », affirme Adorine. « A mon retour à Baria, je pourrais aider mes proches à faire coudre leurs habits sur place au lieu qu’ils parcourent plusieurs kilomètres à la recherche de couturier », ajoute cette dernière. Pour cette dernière, le fait d’avoir eu également une formation en code de bonnes conduites, lui permettra d’avoir une bonne collaboration avec ses futurs clients.

Près de 400 autres bénéficiaires ont opté pour l’agriculture avec la culture attelée et le petit élevage de caprins et porcins. De tous ces bénéficiaires des formations professionnelles, plus de 400 ont participé en plus à la formation en alphabétisation pour améliorer leur niveau en lecture et en calcul. Ces séries de formation sont délivrées avec l’appui des structures locales de formation identifiées sur place comme le Centre d’Apprentissage, le Pools Rural de Formation (PRF, le Centre Récréation, El-haddai, auxquelles s’ajoutent des structures de l’Etat comme l’Agence Centrafricaine pour le Développement Agricole (ACDA) et l’Agence Nationale du Développement de l’Elevage (ANDE).

Il faut dire cependant que le mauvais état des routes dans la région de l’Ouham Péndé et l’éloignement des localités des bénéficiaires constituent des défis à la bonne avancée de la mise en œuvre de ce projet à Paoua. Les restrictions liées à l’insécurité dans certaines zones d’intervention sont aussi par moment des blocages au développement des activités.

RJDH.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 17:07
Centrafrique : le bâtiment de la Cour pénale spéciale inauguré

 

https://www.rfi.fr/ novembre 2020. Gaël Grilhot/RFI Avec notre correspondante à Bangui,  Charlotte Cosset

En Centrafrique, le président Touadera a inauguré vendredi 13 novembre les bâtiments et notamment la salle d’audience de la Cour pénale spéciale. Cette cour hybride composée de magistrats centrafricains et étrangers doit juger les crimes graves commis depuis 2003 comme l’a recommandé le Forum de Bangui en 2015. La CPS est entrée en activité en octobre 2018. Dix dossiers ont déjà fait l’objet d’une saisine du juge d’instruction.

La salle d’audience est imposante, et séparée d’un grand mur de verre du public… C’est ici que les procès devraient débuter en début d’année prochaine. Face aux critiques récurrentes, Jean-Christophe Nguinza, ministre de la Justice par intérim, rassure : la justice est indépendante, aucune partie du conflit n’est favorisée.

« Il n’y a pas deux poids deux mesures. Laissons à la justice le temps de mener les investigations. Ce n’est pas le rôle de l’exécutif de vouloir demander aujourd’hui à la justice d’arrêter x ou y. Le gouvernement travaille inlassablement et ardemment pour pouvoir donner les conditions qu’il faut pour qu’une justice équitable soit rendue. »

Le président de la Cour Landry Michel Louanga a évoqué les difficultés que rencontrent la CPS, notamment celle du recrutement des magistrats internationaux.

« Nous n’en avons que cinq présentement. Ca pose problème parce que nous travaillons selon les principes d’hybridité et de collégialité. Les pays contributeurs qui au départ se manifestaient mettaient à la disposition de la Cour leurs juges. Cet engouement-là, on l’a constaté, ce n’est plus la même chose. Depuis le départ de la juge française, les activités du cabinet n°2 sont complètement bloquées. »

Le mandat de la Minusca a été renouvelé de son côté pour une année jusqu’à novembre 2021. Dans la résolution, les Nations unies appellent au renforcement des institutions judiciaires aux niveaux national et local, dans le cadre de l’extension de l’autorité de l’État, afin de lutter contre l’impunité et de contribuer à la stabilisation et à la réconciliation.

 

 

Centrafrique : des bâtiments de la Cour Pénale Spéciale réhabilités à hauteur de 620 millions

 

BANGUI, 13 Novembre 2020 (RJDH) --- L’ancien siège du Tribunal de Grande Instance de Bangui réhabilité à hauteur de 620 millions de FCFA ont été remis à la Cour Pénale Spéciale de la République Centrafricaine. La cérémonie a eu lieu ce début de weekend à Bangui en présence des autorités du pays.

Les travaux de réhabilitation et la construction de R+2 ont commencé en 1018. Deux ans jour pour jour les bâtiments a été remis à la CPS pour abriter son siège. Le coup de la réhabilitation et la construction des locaux s’élève à environ 620 millions de FCA.

Cet édifice comporte 42 bureaux, une salle d’audience divisée en deux parties, cinq (05) blocs toilettes, quatre (04) miradors, deux blocs de trois (03) modules préfabriqués.

Les locaux peuvent contenir plus de 100 personnes, dont les « premiers procès sont prévus d’ici mars 2021 », a annoncé Michel Landry Louanga, président de la Cour Pénale Spéciale.

Du côté des victimes le nombre des « 10 dossiers disponibles pour les premières audiences », n’est pas du tout apprécié, « le nombre 10 dossiers ne nous rassure pas tellement. L’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (OCDH) et Cordaid ont beaucoup travaillé auprès des victimes pour que les dossiers soient enregistrés », déplore Evodie Ndémandé, coordonnatrice des organisations des victimes de Centrafrique.

Selon la cour, 146 plaintes ont été enregistrées, dont 10 sont disponibles pour les premières audiences.

/Auguste Bati-Kalamet

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 18:43
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

RCA/Elections 2020 : le mouvement Bé Oko appelle les candidats au respect des décisions de la Cour constitutionnelle

 

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 13 novembre 2020 09:51

 

Un jour après la clôture du dépôt des candidatures à l’ANE, la plateforme Bé Oko appelle les différents candidats au respect des prochaines décisions de la Cour constitutionnelle concernant la liste définitive des candidats. Position exprimée le 11 novembre 2020 à Bangui, lors d'une conférence de presse.

Pour cette plateforme politique qui soutient les actions ainsi que la candidature du président de la République Faustin-Archange Touadéra, les différents candidats doivent faire preuve de maturité au moment de la publication des listes définitives par la Cour Constitutionnelle.

Le mouvement Bé Oko soutient que l’heure n’est plus au conflit mais plutôt à l’apaisement. Selon les responsables de cette plateforme politique, certains candidats savent qu'ils sont inéligibles selon le code électoral mais ont, néanmoins, déposé leurs dossiers auprès de l'Autorité nationale des élections, juste pour créer des troubles en cas de rejet. A cet effet, le mouvement appelle tous les candidats au sens du patriotisme.

"Cette question de candidature pose problème par rapport à l'interprétation de l'article 36 qui définit les conditions d'éligibilité. Nous constatons que des velléités se préparent. Raison pour laquelle nous attirons l'attention de la communauté nationale et internationale surtout demander au peuple centrafricain de rester vigilant car on ne peut pas emprunter le chemin de la démocratie et aller à l'encontre de ses principes" a affirmé Patrick Thierry Akoloza, rapporteur général de la plateforme Bé Oko.

Le chemin de la démocratie passe par le respect des lois de la République. Bientôt la liste des candidats retenus à la présidentielle et aux législatives sera publiée. Quelle que soit la décision de la Cour constitutionnelle, prévient ce mouvement, ceux dont les dossiers seront retenus ou invalidés doivent préserver l'intérêt suprême de la Nation.

"Si vous voyez l'engouement manifesté par les milliers de candidats aux législatives et une vingtaine à la présidentielle, vous vous rendriez compte que tout ce monde a besoin de la paix. Généralement en Afrique lorsqu'on prépare les élections, il y a des gens qui se préparent à des contestations, à des troubles. C'est pour cela que nous voulons attirer l'attention des uns et des autres. Nous, hommes politiques, devons faire attention avec ce que nous disons et faisons" a conclu le rapporteur général de la plateforme Bé Oko.  

Le mouvement Bé Oko appelle la population centrafricaine, l'opinion nationale et internationale à suivre à la lettre ce qui se passe dans le pays. Cette période électorale sensible doit-être gérée avec sagesse pour préserver la paix en République centrafricaine.

 

 

Centrafrique : près de 300 ex-combattants intègrent les rangs de l'armée nationale

 

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 13 novembre 2020 09:32

 

Ils sont près de 300, issus des groupes armés actifs dans le nord-est et le nord-ouest de la RCA à être remis officiellement aux Forces de défense et de sécurité. Il s’agit de l’une des étapes du processus de désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement. La cérémonie de la remise de ces ex-combattants a eu lieu mercredi 11 novembre 2020 à Nzila sur la route de Mbaïki (sud de Bangui) en présence du Président Faustin Archange Touadéra.

Ils sont 292 éléments issus des groupes armés FPRC, RPRC, MLCJ, MPC, Séléka rénovée, Anti-Balaka ailes Mokom et Ngaissona à intégrer les rangs des Forces de défense et de sécurité de la République Centrafricaine. 48 éléments intègrent la gendarmerie, 44 la police et 155 autres rejoignent les Forces armées centrafricaines (FACA).

Sous un soleil brulant, ces ex combattants sont attroupés selon leurs corps. Les gendarmes en uniforme bleu-nuit, les policiers en bleu et les FACA en vert armé. Ils entonnent tous une chanson en Sango, langue nationale centrafricaine, pour dire qu’ils ne sont plus membres des groupes armés, mais sont désormais du côté des forces conventionnelles.

Faustin-Archange Touadéra, président de la République, se dit très heureux et salue leur engagement à servir le pays.

« Vous avez été sélectionnés dans le cadre de l'accord politique pour la paix et la réconciliation. Vous devez contribuer au retour de la paix et de la sécurité dans notre pays. Vous ne relevez plus de commandements des chefs des groupes armés mais désormais sous le commandement de l'Etat-major de l'armée nationale. C'est pourquoi ce jour tant attendu est celui de votre choix de défendre et servir désormais votre pays et vos concitoyens, ceci dans la légalité, le respect des droits humains afin de mériter la confiance du peuple Centrafricain », lance Faustin Archange Touadéra.  

Le président de la République demande également aux formateurs de bien veiller sur ces jeunes et de leur apprendre à devenir professionnel dans ce métier.

"Je vous instruis à mettre un accent particulier au cours des formations de ces jeunes recrues sur les modules caractéristiques de l'Etat de droits, des droits de l'Homme, du civisme; du patriotisme, de la discipline militaire et d'adopter un traitement équitable et juste dans le respect du genre envers toutes les nouvelles recrues pour inculquer à nos valeureux soldats, le respect des valeurs républicaines", conclut le Président centrafricain.    

Selon le ministre en charge du désarmement, cet acte est un bel exemple pour encourager ceux qui détiennent encore les armes à accepter la voie pacifique.

Lancé officiellement le 17 décembre 2018 à Paoua dans l'Ouham-Pendé, le programme de désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement des ex-combattants a permis de démobiliser quelques 2.500 ex-combattants dans les régions du Nord-ouest, de l'Ouest et du Nord-est.  La prochaine étape concernera les régions du Centre et du Sud-est du pays.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 18:42
Agir sur la reconstruction économique et sociale en Centrafrique

 

https://www.mediaterre.org/ 13/11/20 à 15h07 GMT

Présent en République centrafricaine depuis 2018, le Gret participe à la reprise du développement économique et social à travers des projets de réhabilitation et de construction d’infrastructures urbaines. 

Promouvoir la redistribution économique locale et la cohésion sociale à travers la réhabilitation d’infrastructures publiques, c’est l’objectif de l’approche des Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (Thimo) menée à Bangui, la capitale centrafricaine. Afin d’y parvenir, le ministère de l’Urbanisme, de la Ville et de l’Habitat (MUVH) et sa maîtrise d’ouvrage déléguée, l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (Agetip), ont fait appel au Gret pour remplir la mission de maîtrise d’œuvre urbaine et sociale sur deux projets de construction et de réhabilitation des infrastructures à Bangui : le Projet de reconstruction économique et sociale en milieu urbain (Presu) et la Promotion des initiatives locales et environnementales pour la gestion des inondations (Pilegi).

 L’approche à haute intensité de main-d’œuvre dans le contexte centrafricain

Capitale économique et politique de la Centrafrique, la ville de Bangui souffre d’un sous-équipement en service urbain et reste marquée par d’importantes fractures socio-spatiales, conséquences des crises ethnico-religieuses de 2012-2015. C’est dans ce contexte que l’Etat centrafricain, soutenu par l’Agence française de développement (AFD), a choisi de construire et réhabiliter des infrastructures publiques via l’approche Thimo. En effet, ces grands travaux permettent à la fois d’améliorer l’accès aux services de base (assainissement, écoles, centres de santé, routes et marchés, etc.) et de promouvoir la reconstruction économique locale, la cohésion sociale et permettre le retour de l’action publique dans les quartiers.

En faisant appel à de petites entreprises et à une main-d’œuvre locale issue de milieux défavorisés, les Thimo permettent une redistribution économique intelligente. Aussi, en faisant travailler ensemble et autour d’un objectif commun des jeunes issus de confessions religieuses différentes, ils agissent dans le sens de la réduction des conflits et de la paix. Enfin, la forte participation des populations riveraines aux travaux permet une meilleure appropriation et la pérennisation des aménagements réalisés.

 L’accompagnement social des travaux réalisés par le Gret

Pour parvenir à l’atteinte des objectifs du projet, le Gret facilite la mise en œuvre des travaux en assurant une fonction d’intermédiation entre tous les acteurs mobilisés autour des Thimo, tels que les autorités étatiques et locales, les communautés, les entreprises et les bénéficiaires. Les missions de la maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) s’articulent autour de plusieurs axes tels que l’information et la sensibilisation des populations riveraines, l’accompagnement des entreprises dans la mise en œuvre d’une approche sociale des travaux, la médiation entre l’entreprise et les communautés locales pour le recrutement et le suivi de la main-d’œuvre, la gestion des conflits et le dialogue sur les chantiers afin de promouvoir la cohésion sociale, ainsi que l’accompagnement des ouvriers à l’épargne et à la formation.

En 2021, le Gret continuera d’appuyer le MUVH ainsi que les micro-entrepreneurs et organisations de la société civile à travers la mise en œuvre d’un fonds d’appui aux initiatives environnementales dans plusieurs arrondissements de la ville. Ce fonds, implémenté dans le cadre du projet Pilegi, permettra de soutenir des micro-projets d’amélioration de l’espace urbain dans le domaine de l’assainissement et de la gestion des déchets plastiques, en parallèle de la réhabilitation des infrastructures de drainage urbain.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 18:38
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : le gouvernement contribue à hauteur d’un milliard de FCFA pour les élections

 

BANGUI, le 12 novembre 2020(RJDH)----Un montant d’un milliard de francs CFA a été octroyé au Projet d’Appui au Processus des Elections en Centrafrique(PAPEC) pour l’organisations élections dans le pays. La signature du document a eu lieu ce jeudi 12 novembre 2020 entre les Ministres des Finances et de l’Economie Henry Marie Dondra, Félix Moloua et Natalie Boucly, représentante résidente du PNUD.

Ce montant vient s’ajouter au budget du projet d’appui au processus des élections en Centrafrique(PAPEC) pour l’organisation des élections du 27 décembre dont les opérations se poursuivent dans le pays. L’Autorité nationale des élections a besoin de 24 milliards de FCFA pour organiser toutes les étapes.

Plusieurs partenaires d’ores et déjà, ont contribué à l’organisation des élections, notamment la France, les Etats-Unis, l’Union européenne, le Japon, la Minusca et d’autres partenaires.

Le gouvernement et les partenaires tiennent à l’organisation de ces élections groupées en Centrafrique dans le délai constitutionnel. Des étapes importantes ont été franchies par l’ANE qui évite un glissement électoral. Les opérations en cours restent celles de validation des dossiers de candidatures par la Cour Constitutionnelle qui a déjà engagé le traitement.

RJDH

 

Centrafrique : la situation humanitaire préoccupante à Bambouti dans le Haut-Mbomou suite aux combats opposant deux groupes rivaux de l’UPC

 

BAMBOUTI, le 12 novembre 2020, (RJDH)---La situation humanitaire et sécuritaire dans la ville de Bambouti reste préoccupante suite aux combats qui ont opposé deux fractions rivales de l’UPC depuis le samedi 07 Novembre dernier. Selon le Député de Bambouti Jean Bernard Anioué Gbissigui, ces combats qui se sont généralisés dans la ville après deux jours d’affrontement ont provoqué une vague de réfugiés centrafricains sur le territoire sud-soudanais.

Ces combats selon le Député de Bambouti, se sont produits entre les éléments de l’UPC basés à Bambouti, « c’est depuis le samedi 06 novembre qu’une partie d’éléments de l’UPC a traversé la frontière pour aller vers le Sud-soudan alors qu’ils leur sont formellement interdits de traverser de l’autre côté. Une fois aperçu de l’autre côté du territoire, les jeunes les ont rappelé à l’ordre. Mais ces éléments de l’UPC ont eu le courage de tabasser un jeune sur son territoire avant de repartir sur Bambouti », a-t-il expliqué.

De retour de Bambouti, raconte l’honorable, « les échanges de tirs ont démarré. Et arrivée le dimanche c’était devenu le pire. Les informations en ma possession évoquent le décès de certains leaders influents de l’UPC à Bambouti. Les combats qui ont démarré le samedi, dimanche et lundi, cela s’est généralisé et la population ne pouvait pas supporter. La majeure partie de la population a traversé la frontière pour se réfugier au sud soudan » a-t-il poursuivi.

C’est depuis le mois de septembre 2019 que les éléments de l’UPC ont fait leur incursion dans la ville de Bambouti face à ce que l’élu de la nation qualifie de passivité des autorités du pays. « La population est abandonnée à elle-même et ne sait à quel saint se vouer. De l’autre côté vers le sud soudan, nous sommes taxés. Les gens disent que c’est nous qui gardons les rebelles à la frontière, et ce n’est pas normal. Nous savons que l’Etat centrafricain à la possibilité d’envoyer des militaires à la frontière, mais il ne veut pas. Mais aujourd’hui, par contrainte, la population est en train de traverser, quel sort leur sera réservé. C’est là où s’est compliqué », a conclu le Député de Bambouti.

La ville de Bambouti est située à plus de 1400 km de Bangui à l’extrême Est du pays.  La tenue des élections dans cette partie du territoire semble hypothétique vue que même les agents de l’ANE n’ont pas eu le temps de boucler les opérations d’enrôlement sur la liste électorale. Ces derniers ont pu enrôler seulement 700 électeurs, selon le député en trois jours avant d’être chassés par les éléments de l’UPC. /

Cyrille Wegue

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com