Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 21:07
Nouvelles nationales sur APA
Nouvelles nationales sur APA

 

 

RCA : les candidats au nouveau bureau fédéral de basketball en campagne

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2016-09-26 14:10:11- Guy Maurice Limbio, Isidore Imbula, Fiacre Djingatoloum et Serge Singa Bengba, candidats au poste de président de la Fédération centrafricaine de basketball, ont lancé, dimanche à Bangui, leur campagne pour participer à l’élection des membres du bureau fédéral de basketball qui aura lieu le 8 octobre.


Ces candidats sont tous des présidents de clubs évoluant dans le championnat de la ligue de Bangui de basketball.

Ils prônent tous la restructuration du basketball national pour s’attirer les suffrages du corps électoral qui comprend les présidents et secrétaires généraux des clubs et ligues de basketball de Centrafrique. 

Le président du bureau sortant, Jean de Dieu Mageot, ne s’est pas représenté pour des raisons d’ordre professionnel et personnel, selon lui.

De manière générale, les fanatiques du basketball centrafricain pensent que le bureau sortant n’a pas un bon bilan, ce qui explique pourquoi beaucoup de membres du bureau sortant ont refusé de postuler à nouveau.
 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=4863765#sthash.4PilFyWi.dpuf

 

 

Recyclage de maîtres-parents d’une préfecture au nord de la RCA

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2016-09-26 12:42: - Cent-quatre-vingt-cinq maîtres-parents œuvrant dans les écoles de la préfecture de la Nana-Gribizi, au centre nord de Centrafrique, ont entamé lundi une formation à Kaga Bandoro, chef-lieu de ladite préfecture.


Cette formation de quatre semaines est financée par l’Union Européenne, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et autres partenaires du système éducatif centrafricain.


Elle vient en appui aux initiatives du ministère de l’Education nationale qui avait organisé la rentrée académique 2016-2017 le 19 septembre dernier.


La formation s’inscrit également dans le cadre d’une formation initiale des enseignants qui n’ont pas été dans une école de formation spécifique. 
En effet, plusieurs enseignants ont été recrutés sur le tas par manque d’enseignant titulaire pour appuyer les écoles dans l’encadrement des enfants qui sont pour la plupart leurs propres enfants. 


Durant les quatre semaines, les 185 participants vont être outillés sur les différents modules, qui s’articulent autour de la pédagogie générale, la psychologie de l’enfant, la pédagogie pratique, le renforcement en français et en mathématique, le domaine social, les droits de l’homme, l’éducation à la paix, le civisme et la citoyenneté.

La rentrée des classes en Centrafrique aura lieu le 3 octobre prochain.


http://apanews.net/news/fr/article.php?id=4863748#sthash.CdhQztBz.dpuf

 

Nouvelles nationales sur APA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:42

 

 

Par RFI Publié le 26-09-2016 Modifié le 26-09-2016 à 10:19

 

Après l'Union africaine, les Etats-Unis, la France et le Maroc, l'Union européenne a réagi dimanche 25 septembre à la proclamation des résultats définitifs de l'élection présidentielle par la Cour constitutionnelle du Gabon, qui a vu la réélection du président sortant Ali Bongo. La mission d'observation européenne avait déjà regretté que la Cour n'ait pas rectifié «de manière satisfaisante les anomalies observées». Et la réaction de la haute représentante pour les relations extérieures, Federica Mogherini, ne ménage pas le gouvernement.

 

Dans son communiqué, la diplomatie de l'Union européenne exprime une certaine amertume envers le gouvernement gabonais.

 

D'abord, Federica Mogherini et le commissaire à la Coopération internationale, Neven Mimica, « regrettent » le fait que la mission d'observation n'ait eu qu'un accès « très limité » au processus de traitement des contentieux électoraux. Et ce, dit le communiqué, « contrairement au protocole d'accord » signé avec Libreville. Elle regrette aussi que la mission de l'équipe de juristes dépêchés par l'Union africaine « n'ait pu être exploitée davantage ».

 

Dans ces conditions, estiment les hauts diplomates européens, le verdict est sévère : « La confiance du peuple gabonais concernant l'intégrité du processus électoral, dit leur texte, peut légitimement être mise en doute. »

 

L'Union européenne appelle les acteurs politiques à faire preuve de retenue et à refuser la violence. Elle estime que seule « une réponse politique » peut restaurer la confiance et « donner une véritable légitimité aux institutions ». Pour elle, il faudra à l'avenir réformer le système électoral gabonais dans le but de le « rendre plus crédible ».

 

Pour finir, l'UE formule le vœu que l'Union africaine et l'ONU recherchent avec le Gabon « une solution pacifique et juste ».

Gabon: l'Union européenne ne mâche pas ses mots après la réélection d'Ali Bongo
Gabon: l'Union européenne ne mâche pas ses mots après la réélection d'Ali Bongo
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:31

 

                                          

 

    Sont regroupées sous cette rubrique, les impressions ramenées de mon dernier séjour limité à Bangui . J’aurais voulu ramener des impressions plus globales de Centrafrique …Mais à l’impossible, nul n’est tenu ! Ce deuxième numéro des Impressions est consacré à :

 

        II .  LA REPUBLIQUE DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES   (ONG)

 

    C’est une lapalissade de dire que le Centrafrique est aujourd’hui sous tutelle de l’ONU et des ONG qui le codirigent avec le gouvernement centrafricain . Ce gouvernement tricéphale œuvre-t-il vraiment dans l’intérêt des Centrafricains ou est-ce encore un subterfuge pour gruger le peuple ? En tout cas, il n’y a jamais eu autant d’hommes en armes et de blancs en Centrafrique même pendant la colonisation . Alors pourquoi cette impression diffuse, lancinante, voire agaçante que plus il y a des médecins au chevet du malade Centrafrique et moins bien il se porte ? Cette question me taraude, me tarabuste et m’empêche de dormir . En définitive : le développement de la RCA peut-il reposer sur les ONG ?  

 

     Une petite histoire personnelle pour illustrer ce qui se passe en Centrafrique . Je me rappelle que petit enfant,  c’est le grenier familial qui fournissait l’essentiel de notre nourriture et que les soins médicaux primaires étaient dispensés dans des centres de santé situés généralement à moins d’une journée de marche de nos villages . Seulement voilà : les greniers familiaux d’antan sont remplacés par les entrepôts du Programme Alimentaire Mondial ( PAM ), d’OXFAM et que les soins médicaux sont dorénavant prodigués par Médecins sans frontières, Médecins du monde ou une ONG quelconque . Tant et si bien que la RCA, à y regarder de près, est devenue de fait, une république des ONG .

 

     C’est ce qui frappe de prime abord dès que l’on sort de l’aéroport international Bangui M’Poko . Les innombrables véhicules quatre roues motrices, majoritairement de couleur blanche, avec des chauffeurs majoritairement noirs, alignés au cordeau sur le parking de l’aéroport sont la preuve tangible de ce que j’avance . Oh, j’ai déjà remarqué depuis l’aéroport de Roissy que les blancs en partance pour Bangui étaient plus nombreux que les Centrafricains ; que parmi eux, beaucoup étaient plus ou moins amortis déjà, que seule l’Italie nous envoyait ses jeunes...La plupart de ces hommes et femmes avaient des têtes d’anciens soldats reconvertis ou de barbouzes ! L’aéroport de Bangui, et par extension, la RCA sont ainsi devenus une sorte de tour de Babel où l’on entend des langues comme le géorgien, l’espagnol, l’italien, le danois, le norvégien, le suédois, le turc, le chinois, l’anglais évidemment et le français sans oublier les langues parlées par le conglomérat africain et asiatique des troupes de l’ONU qui forment la Minusca . Certains Rwandais se sont mis au Sango, la langue nationale de Centrafrique pour fluidifier leurs rapports avec les autochtones .

 

     Un proverbe chinois ne conseille-t-il pas d’apprendre à pêcher à quelqu’un plutôt que de lui  donner un poisson chaque jour ? Que l’Europe et l’Amérique, soucieuses de leurs intérêts, déversent en Centrafrique leur trop plein de travailleurs ou des hommes et des femmes sincèrement dévoués à la cause humanitaire, cela peut se comprendre aisément . Que cette présence massive des ONG génère des emplois, nul ne peut le nier . Mais de là à tout attendre de ces ONG, presque toutes issues de la Triade, pour curer les caniveaux, nettoyer les villes,  creuser les puits dans le moindre village, construire les écoles et les maisons des paysans, distribuer les semences aux villageois, nourrir quotidiennement les Centrafricains, que sais-je encore…comme je l’ai entendu souvent durant mon séjour, il y a un pas dangereux que je ne franchirais pas . Il en va de la crédibilité de notre pays, de la souveraineté de notre nation et de la responsabilité de notre gouvernement . Comment faisaient nos grands parents sur cette terre bénie des Dieux et si mal gérée par les hommes depuis l’indépendance ? Eh bien ils comptaient sur eux-mêmes, première richesse du pays pour mettre en valeur le sol qui est notre deuxième richesse .

 

      Alors il faut ramener la paix et la sécurité en Centrafrique, seules gages pour une reprise des activités agricoles, pastorales,  commerciales, touristiques, industrielles, universitaires . Cette noble tâche est dévolue à la Minusca , faute d’une armée nationale centrafricaine capable de sécuriser le territoire national . La Minusca est une émanation de l’ONU dont je parlerai plus tard ( le machin du général de  Gaulle qui n’a résolu ce problème nulle part ) .

 

     Loin de moi l’idée de dénigrer l’action des ONG, encore nécessaire de manière TRANSITOIRE en RCA, je réaffirme simplement que l’avenir de la RCA appartient aux Centrafricains . C’est à eux qu’incombe le devenir de leur pays . Nulle ONG, nulle troupe de l’ONU, nulle puissance étrangère ne viendra faire ce travail à leur place . Retroussons-nous seulement les manches à l’instar du Rwanda, ce pays qui couvre à peine la superficie d’une préfecture centrafricaine et qui dispose aujourd’hui de huit universités  et qui est l’un des pays les plus connectés d’Afrique ! A bon entendeur, salut !

 

                   La suite au prochain numéro .

 

                                                     David KOULAYOM-MASSEYO .

 

                                                     16 septembre 2016 . 

 IMPRESSIONS DE BANGUI (suite) par David KOULAYOM-MASSEYO
Repost 1
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:26
Président Touadera à Washington

 

Voici le programme de la visite d'Etat du Président Touadera à Washington.

 

Source : Présidence RCA

 

Washington DC le 25 septembre 2016, le Président de la République, Son Excellence Pr Faustin Archange Touadera vient d'arriver à Washington DC après avoir pris part à la 71ème Assemblée Générale des Nations Unies.

 

Visite de S.E. Faustin Archange Touadéra
Président de la République centrafricaine
25 au 27 septembre 2016 Washington, DC

 

Dimanche, 25 Septembre

15h31: ARRIVÉE
Aéroport: Aéroport international de Dulles
Vol: Delta 4223

 

17h30: arrivée à l'Hôtel Sofitel Lafayette Square
806 15th St NW
Washington, DC 20005
(202) 730-8800

 

Audience du Président avec Mohamed Sikieh Kayad, Directeur exécutif de la Banque mondiale à l’hôtel Sofitel

 

Lundi, 26 Septembre

9:00-09:45: Rencontre avec Chris Smith, Député au congrès américain 

 

Facilitateur : Search for Common Ground]

11 heures 00-à-12h30: Déjeuner avec M. Bruce Wharton, PDAS du Bureau des affaires africaines.
Lieu: State Plaza Hôtel
2117 E Street, N.W.
Washington D.C. 20037
Téléphone: 202-861-8200

Département d'Etat 
1 heures 00-14:30: (confirmé) table ronde des ONG
Lieu: USIP
2301 Constitution Ave NW
Washington, DC 20037
Département d'Etat Interprétation:

 

03:45 - TBD h: (confirmé, heure à confirmer) BAKER AND MCKENZIE
815 Connecticut Avenue, NW
Washington, DC 20006-4078
[Note: CAR Ambassade organisée]

05 heures 00-17h45 (confirmé) Rencontre avec M. Ahmed Sayed (Mic Industries Inc.)
Interprète Thierry Poirier
Sofitel

[Note: CAR Ambassade organisée]

ALT - TBD (provisoire) Rencontre avec Mohamed Sikieh Kayad, directeur exécutif, la Banque mondiale
Lieu: Hôtel Sofitel

Mardi, 27 Septembre

 

(Heure à déterminer) Rencontre avec Stephen Pomper, Directeur principal des affaires multilatérales et des droits de l'homme, Conseil national de sécurité
Lieu: White House, EEOB
Département D’État Interprétation

11 heures 00-à-12:00: (confirmé) Rencontre avec Kyle PETERS, Directeur général (par intérim) et Makhtar DIOP, Vice-président pour l'Afrique à la Banque mondiale
Lieu: Bureau du Directeur exécutif Kayad
MC-1303
La Banque mondiale
1818 H Street, NW
Washington, DC 20433
[Note: Arrivée à 10:45 pour les services de protocole]
Interprète fourni par la Banque mondiale


12h 30-13:00: (confirmé) Rencontre avec l'administrateur de l'USAID Gayle Smith
Lieu: USAID
Ronald Reagan Building
1300 Pennsylvania Avenue, NW
Washington, DC 20523

Interprète Département d’État

13h45: Arrivée, Brookings Institution

 

14:00-15h00: la Réconciliation et la Paix, la Cohésion sociale Conversation avec S.E. Professeur Faustin Archange Touadera, Président de la RCA 


Lieu: The Brookings Institution
Falk Auditorium
1775 Massachusetts Avenue NW
Washington DC
Interprète fourni par Brookings

15: 00-15: 45 pm: Point de presse
POC: Conseiller en communications

 

16h30: Départ pour l'aéroport international de Dulles

 

18h55: DÉPART
Aéroport: Aéroport international de Dulles
Vol: Air France 55

 

Repost 1
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:22
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Le soutien du gouvernement toujours attendu pour le rapatriement des Centrafricains réfugiés au Mali

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 26 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 26 septembre 2016 (RJDH)— L’aide du gouvernement pour le rapatriement des Centrafricains réfugiés au Mali, est toujours attendue apprend -on de sources proches de l’ONG Diaspora E Kiri Na Kodro qui s’est engagée à appuyer les opérations. Dans une interview accordée, ce jour au RJDH,  Virginie Mbaïkoua, ministre des affaires sociales et des actions humanitaires, dit avoir pris les contacts nécessaires par rapport à la question.

 

Les opérations de rapatriement de la centaine de réfugiés centrafricains au Mali ne seraient pas pour demain. Dans un entretien téléphonique ce matin au RJDH depuis Mali, Ludovic Ledo, promoteur de l’ONG Diaspora E Kiri Na Kodro dit attendre toujours l’appui du gouvernement pour transporter les réfugiés volontaire au retour.

 

Il souhaite que les autorités de Bangui disponibilisent un avion pour ramener ces réfugiés au pays, « ce que nous demandons, c’est que le gouvernement centrafricain affrète l’unique Boeing de la compagnie Aérienne Karinou pour ramener vers Bangui les réfugiés. Ceci doit être fait en plus de différentes démarches entamées auprès des autorités de l’immigration malienne, le UNHCR et la CNCR pour la délivrance aux réfugiés d’un titre de voyage devant leur permettre de voyager librement et sans inquiétude de Bamako à Cotonou où nous voulons les conduire pour attendre l’avion », a-t-il expliqué.

 

Interrogée sur la question, la ministre des affaires sociales et des actions humanitaires Virginie Mbaïkoua dit avoir amorcé les démarches pour régler cette question, « des démarches sont déjà  entreprises auprès de HCR ici à Bangui, le ministère des affaires étrangères, l’OIM pour trouver des solutions. Nous avions exposé les faits au conseil de cabinet mais sans avoir le dossier de fonds c’est à dire des informations précises sur ces réfugiés », a expliqué au RJDH Virginie Mbaïkoua.

 

La ministre reconnait que ces réfugiés ont été brutalisés au Mali, « je sais qu’il y’a des blessures. Dans toute situation il faut rester digne » lance-t-elle avant d’annoncer avoir demandé des précisions sur ces réfugiés au responsable de l’ONG Diaspora « nous avons pris contact avec le responsable de l’ONG à qui nous avons demandé des informations sur la provenance de ces réfugiés, ceux qui ont des cartes des réfugiés et ceux qui n’en ont pas.  C’est ce qui doit permettre au gouvernement d’envisager des actions rapides », énumère Virginie Mbaïkoua.

 

Les 102 réfugiés centrafricains du Togo, Burkina Faso et du Mali volontaires au retour, ont été violentés 15 septembre dernier par la police du 14e arrondissement de Bamako alors qu’ils avaient organisé sit-in devant la base du HCR Mali pour réclamer leur rapatriement. Ces violences avaient fait  plusieurs blessés.

 

 

Centrafrique : La rentrée scolaire peine à prendre le rythme au sein des établissements de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 26 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 26 Septembre 2016 (RJDH)—La rentrée scolaire est encore timide au sein de plusieurs établissements scolaires à Bangui. L’engouement n’est pas au point, selon un constat fait ce matin par le RJDH.  

 

La reprise des cours n’est pas effective dans plusieurs établissements, une seulement après la rentrée officielle.

 

A l’école Assana et l’école Lakouanga, dans le 2ème arrondissement de Bangui, les activités sont encore timides, « les enseignants sont présents mais nous avons constaté un faible taux chez les enfants. Ce sont les parents des élèves qui peuvent faciliter l’arrivée des élèves », a témoigné Valentin Muémin, directeur par intérim de l’école Assana fille.

 

Meme constat au complexe scolaire du Centre Protestant pour la jeunesse (CPJ) où, selon Bruno Llangui-Ngambika, directeur du complexe, les cours commenceront en octobre, « les enseignants sont présents mais l’arrivée des élèves est prévue pour le mois d’octobre. Nous avons constaté que certains parents ont dû retirer leurs enfants afin de les réinscrire ailleurs », a déploré ce dernier.

 

Quelques établissements ont relancé les cours malgré le faible engouement des élèves. C’est le cas du lycée de Miskine où le proviseur annonce commencer avec l’effectif présent, « nous avons repris les cours bien que tous les élèves n’ont pas encore répondu à l’appel. Nous voulons obtenir un résultat satisfaisant à la fin de l’année scolaire 2016-2017», a confié  Barnabé Matchykessé, proviseur du lycée de Miskine.

 

Plusieurs membres du gouvernement ont été déployés, ce matin dans les établissements pour constater la réalité du terrain. Tous, ont lancé un appel à la reprise. De sources proches de la primature, le gouvernement tient à ce que l’année scolaire soit repartie en trimestre au lieu de semestre. La rentrée officielle a eu lieu le 19 septembre dernier, quatre jours après la rentrée administrative.

Repost 1
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:20
La République centrafricaine assure avoir tourné la page de l'instabilité

 

 

NEW YORK (Nations Unies), 26/09/16 (Xinhua) -- Le président de la République centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadéra, a affirmé vendredi que son pays avait "tourné une page sombre de son histoire" avec le retour à l'ordre constitutionnel après trois ans de troubles sanglants.

 

"Les Centrafricains sont plus que jamais déterminés à rompre définitivement avec le cycle de la violence pour aspirer légitimement à la paix, à la sécurité, à la justice, à la liberté et au développement durable", a déclaré M. Touadéra dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

 

Evoquant sa tâche de reconstruction du pays, il a promis que son gouvernement "ne ménagera aucun effort pour mettre en place un mécanisme de lutte implacable contre la corruption et la délinquance financière".

 

Reconnaissant que la situation dans son pays "reste encore fragile", le président a rappelé s'être engagé à "conduire une œuvre de transformation politique, économique, sociale et culturelle qui va permettre de conjurer les périls que sont l'insécurité, la désagrégation des institutions publiques, la corruption, la dégradation des conditions de vie et la perte des repères moraux qui minent notre société".

 

Cette action s'articulera autour de plusieurs grands axes : paix et sécurité, réconciliation nationale, réforme de l'administration, relance économique, justice et droits de l'homme, a-t-il précisé.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:15

 

 

Par RFI Publié le 24-09-2016 Modifié le 24-09-2016 à 20:17

 

En République centrafricaine (RCA), la Coordination des affaires humanitaires de l'ONU s'inquiète de la situation humanitaire dans la Ouaka. OCHA, avertit et insiste sur une situation précaire au centre du pays. L'agence des Nations unies dresse le bilan de 3.500 déplacés suite aux violences qui ont secoué les villages environnants de Kouango. Une aide humanitaire d'urgence est en route.

 

Depuis le 10 septembre, des attaques dans les villages environnants de Kouango, dans le centre sud de la République centrafricaine, ont fait plusieurs morts et poussé des milliers de personnes à fuir. La Minusca et le gouvernement envisagent d'envoyer une enquête sur place.

 

Joint par RFI, Joseph Inganji, chef du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires (OCHA), en RCA, fait un état des lieux accablant.

 

« Suite aux attaques dans plusieurs villages à partir du PK10 jusqu’au PK27, 3 500 personnes qui habitaient cette zone sont maintenant des déplacés. Nous avions une mission humanitaire sur place qui a pu constater que dix villages sont complètement vides. Personne n’y habite. Environ 480 maisons ont été brûlées et plus de 19 personnes tuées. Les personnes déplacées se retrouvent en brousse et quelques-unes essayent de passer en République démocratique du Congo (RDC) », a-t-il précisé.

 

Joseph Inganji insiste sur le fait que toutes ces personnes ainsi que d’autres déplacés dans d’autres localités, en RCA, ont besoin d’une aide d’urgence et d’assistance mais les moyens sont largement insuffisants.

 

« En RCA, le besoin d’aide humanitaire augmente de jour en jour si on veut donner une réponse immédiate pour sauver des vies et soulager les souffrances de personnes qui sont dans le besoin. Nous allons demander aussi une assistance additionnelle car sans assistance, c’est difficile d’y répondre. Nous venons de parler de plus de 3 000 personnes déplacées à Kouango mais nous avons aussi 4 000 personnes déplacées à 10 km de Kaga-Bandoro et nous avons presque la même situation à Bouar », a-t-il ajouté.

 

Le chef du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires en RCA souligne que les besoins en aide humanitaire d'urgence sont estimés à plus 530 millions de dollars. Mais les partenaires humanitaires n'ont reçu que 28 % de la totalité de la somme.

 

 

La situation sécuritaire à Kouagno (Est de Centrafrique) évaluée  

 

APA Bangui (Centrafrique) - 2016-09-26 17:40:03 - Une délégation conjointe composée d’officiels centrafricains et de membres de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca) se rendra ‘’prochainement’’ au village de Kouango (environ 160 km à l’est de Bangui) pour évaluer la situation sécuritaire.


Cette visite est une des recommandations de la rencontre vendredi entre le Premier ministre et une délégation de la Minusca. 

Lors de cet entretien, la Minusca a informé le chef du gouvernement sur les mesures prises après les violences enregistrées les 10 et 11 septembre sur l’axe Kouango-Bianka.

La Force onusienne a immédiatement renforcé sa position, ce qui a permis de ramener le calme dans cette zone. Aucun incident n'a été enregistré depuis.

Selon des rapports reçus à la Mission, les violences auraient provoqué la mort de 10 à 20 personnes et quelques 3500 déplacés. La délégation conjointe essaiera de déterminer les faits concernant ces incidents

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=4863796#sthash.ooQW3EIN.dpuf

RCA : situation inquiétante pour les 3 500 déplacés suite aux violences de Kouango
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 17:13

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

 

Lundi 26 septembre 2016 – Un lot de 25 ordinateurs a été remis lundi à Bangui, à la Maison de la Presse des Journalistes (MPJ) par le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies et Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Centrafrique, Fabrizio Hochschild. Dans son intervention, Fabrizio Hochschild, a souligné la volonté des Nations Unies d’aider la presse centrafricaine tout en exhortant ses professionnels des médias au respect de l’éthique et de la déontologie dans l’exercice de leur profession.

 

« La presse  est un instrument de transformation de mentalités et doit contribuer à la bonne gouvernance dans le pays. Je vous exhorte tous au strict respect de l’éthique et de la déontologie dans l’exercice de votre profession, en vue de contribuer au retour de la paix durable dans le pays. La famille des Nations Unies en Centrafrique, va continuer à soutenir les médias Centrafricains dans la limites de ses moyens pour consolider la paix », a indiqué le Représentant spécial adjoint.

 

Rappelons que ce lot d’équipements informatiques (25 ordinateurs+onduleurs) faisait partie de la contribution du PACEC dans le cadre d’un appui conjoint des Nations unies (PNUD et MINUSCA) pour renforcer la participation des médias centrafricains au processus électoral de la République centrafricaine, notamment pour des  élections apaisées.

 

______________________________________________________________________________

Bureau de la Communication et de l'information publique 

 

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 

 

https://minusca.unmissions.org  | @UN_CAR | https://www.facebook.com/minusca.unmissions

 

LES NATIONS UNIES OFFRENT 25 ORDINATEURS A LA MAISON DE LA PRESSE ET DES JOURNALISTES
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 23:52

 

 

Source : Présidence RCA


Le Président de la république a accordé plusieurs audiences avec plusieurs sommités mondiales lors de son séjour new-yorkais.

 

Son Excellence Pr Faustin Archange Touadera a rencontré dans la soirée du jeudi 22 septembre l'Ambassadeur Samantha Power, Représentante des USA à L'ONU.


Accompagnée de Mme Linda Thomas Greenfields, Sous secrétaire d’État américain aux affaires africaines, la diplomate américaine était venue échanger avec le Président Touadera sur la situation de la RCA.

 

La sécurité, le problème de la formation des FACA, l'embargo, l'économie (la Conférence des bailleurs de Bruxelles) étaient au centre de leurs préoccupations.


" La communauté internationale a pris un engagement en faveur de la RCA. M. le président, nous sommes en période électorale mais sachez que nous allons maintenir notre politique en faveur de la RCA" a déclaré Samantha Power à la fin de cette audience.

 

Le Président a reçu Mme Helen Clark, Directrice Exécutive du PNUD. Avec cette dernière, M. Touadera a échangé sur la nécessité de la création des emplois pour la paix (Job for peace) pour occuper et changer la vie des jeunes et des femmes dans les zones touchées par le conflit.

 

Il a parlé de la sécurité, de la bonne gouvernance, de l'amélioration du climat des affaires, de la réconciliation nationale, de la relance de l'agriculture en estimant que 80% de la population centrafricaine vit grâce au travail de la terre.

 

Reconnaissant les efforts du Président Touadera et du gouvernement centrafricain dirigé par le Pr Simplice Mathieu Sarandji, Mme Helen Clark a assené que les Nations Unies continueront d'apporter leurs soutiens à la RCA.

 

Le Président Touadera a été reçu à l'hôtel du Président tchadien Idriss Déby Itno le vendredi en présence de l'envoyé spécial de la Coopération islamique en Centrafrique, M. Cheik Tidiani Gadio.

 

La sécurité, la réconciliation et le renforcement des relations entre la RCA et l'OIC étaient au centre de cette audience.

 

Son excellence Faustin Archange Touadera s'est également entretenu avec le Vice Président de l'Angola sur la coopération bilatérale.

 

Enfin l'infatigable numéro un centrafricain a eu un tête à tête avec son grand frère et incontournable voisin, le Président Paul Biya du Cameroun. Avec ce dernier, le Président Touadera a échangé sur le renforcement de la sécurité transfrontalière et le l'endurcissement des relations entre ces deux pays inséparables.

 

Notons que le Cameroun est la première porte de la RCA qui est un pays enclavé.
Le Président Touadera s'apprête à mettre un cap sur Washington DC où il est attendu par quelques membres du gouvernement Obama pour des séances de travail et du renforcement de la coopération bilatérale avec les USA.

 

 

LE BIT, LA BANQUE MONDIALE, LES NATIONS UNIES, LA NORVEGE APPROUVENT LA VISION DU PRÉSIDENT TOUADERA "JOB FOR PEACE"( Le travail pour la paix)


New York: En grand homme du terrain, le Président Faustin Archange Touadera est conscient que si les jeunes centrafricains avaient des emplois, ils ne se laisseraient pas se faire manipuler par les seigneurs de la guerre qui utilisent le langage des armes pour défendre leurs intérêts égoïstes et freiner le développement de la RCA.

 

C'est dans cet ordre d'idées que le numéro un centrafricain a dévoilé hier à New-York devant les partenaires internationaux et le Bureau International du Travail, son projet visant à mettre rapidement en place un Programme rapide de plus de 800 mille emplois pour les jeunes et les femmes.


Le BIT va concevoir un programme pour appuyer le gouvernement centrafricain à mettre en place une nouvelle politique pour l'emploi. Cette politique sera axée sur le développement et le soutien aux micro entreprises et aux réalisations en faveur des jeunes et de la société civile.

 

 

LE PRÉSIDENT A REÇU EN AUDIENCE DES ENVOYÉS SPÉCIAUX DU ROI DU MAROC

 
Des envoyés spéciaux du Roi du Maroc ont été reçus en audience à 15 h par le Président Touadera à l'hôtel Benjamin.


Selon le Ministre délégué Nasser Bourita, porte parole de cette délégation, les envoyés du Roi sont venus remettre au Président centrafricain une invitation officielle pour participer à la 22ème conférence sur le climat (COP22) qui aura lieu à Marrakech du 7 au 18 novembre.
Ils sont également venus affirmer au Président Touadera le soutien du Royaume du Maroc dans le processus de la pacification de la RCA en cours.


Le Maroc souhaite également identifier d'autres secteurs d'activité, pour accompagner les nouveaux dirigeants centrafricains. 


Enfin les questions politiques, notamment la Conférence des Bailleurs de fonds pour la RCA et la multiplication des foyers de tension sécuritaire en Afrique étaient aussi à l'ordre du jour de cette rencontre.


Notons que le Maroc assure la présidence de la Configuration spécifique de la RCA auprès des Nations Unies.

 

RCA-PORTUGAL: LE PRÉSIDENT TOUADERA A REÇU EN AUDIENCE SON HOMOLOGUE PORTUGAIS, M. MARCELO REBELO DE SOUSA

 

Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a reçu en audience hier à 16h, Son Excellence M. Marcelo Rebelo de Sousa, Président de la République du Portugal. 


Au centre de l'entretien des deux hommes d'Etat, le réchauffement des relations bilatérales entre la RCA et le Portugal, ainsi que des questions liées à la sécurité.


Le Président portugais Rebelo de Sousa a saisi cette opportunité pour annoncer au Président centrafricain l'arrivée imminente des forces de son pays en RCA. Les soldats portugais vont renforcer l’effectif de la MINUSCA alors que du côté de l’Élysée on annonce le retour des derniers éléments de la Force Sangaris en France.


La transparence que prône le Chef de l'État Touadera dans la gestion de la chose publique depuis son arrivée à la magistrature suprême de la RCA, attire de plus en plus des nouveaux partenaires.

 

LE PRÉSIDENT A REÇU EN AUDIENCE LES REPRÉSENTANTES DU GROUPE DCI ET MFWP ELITE MANAGEMENT

 

New York, 22 septembre 2016_ Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a reçu en audience à 15 heures à l'hôtel Benjamin, deux représentantes du groupe Elite. Menée par Mme Marie-flore Wekoue Poulsen, cette délégation est venue faire part au Président des intérêts que portent leurs groupes sur la République centrafricaine. 

 

Les groupes DCI et MFWP souhaitent investir dans les domaines de l’Énergie, des infrastructures de base, des Services et de la Logistique.

LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
LE PRÉSIDENT TOUADERA A MULTIPLIE LES AUDIENCES A NEW YORK
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 23:30

 

 

http://www.allsud.com/ dimanche, 25 septembre 2016 18:01 par  Joëlle EDEDEGHE NDONG

 

C’est sans surprise que la Cour constitutionnelle, avec à sa tête, Marie-Madeleine Mborantsuo, a confirmé la réélection de Ali Bongo Ondimba à la présidentielle du 27 août dernier. Elle fait même mieux, puisque la haute juridiction retourne la situation, comme si le requérant était le président sortant. Après avoir rejeté le recours de Jean Ping, les 9 juges ont annulé les résultats de 21 bureaux de vote, où Jean Ping l'avait emporté, dans la province de l’Estuaire, la plus importante du Gabon, démographiquement. Mieux, ils rajoutent quelques voix à Ali Bongo Ondimba.

 

Alors qu’il était crédité de 49,85%, lors de la proclamation des résultats par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP),  le 31 août dernier, la Cour constitutionnelle a estimé que Bongo Ondimba avait encore besoin de quelques points, histoire de l’éloigner encore un tout petit peu de Jean Ping. Du coup, elle a confirmé sa réélection dans la nuit de vendredi à samedi, lors d’une audience diffusée en direct sur la chaine nationale, dans une salle quasiment déserte, en créditant Ali Bongo Ondimba de 50,66 % des suffrages contre 47,24 % à M. Ping. Rappelons que le candidat de l’opposition, derrière lequel s’étaient ralliés des barons tels que Guy Nzouba Ndama, Oyé Mba ou encore Léon-Paul Ngoulakia, avait au départ, 48,16% des suffrages. À croire qu’il était important pour le clan du pouvoir en place d’atteindre la barre des 50%, si proche de la majorité absolue qui est de 51%, lorsqu’on sait que le candidat sortant avait été déclaré vainqueur en 2009, avec 41,73 % des suffrages lors du vote à un seul tour.

 

Une décision qualifiée de mascarade pour certains, « sortie des ténèbres » pour nos confrères de RFI ou encore de « deni de droit » par Jean Ping, qui réaffirme qu’il ne reculera pas et continue de maintenir que c’est lui que le peuple gabonais a choisi le 27 août dernier. Jean Ping en appelle donc à la communauté internationale, qui, elle-même demandait un recomptage des voix, bureau de vote par bureau de vote ; chose qui n’a pas été faite.

 

Autant dire que cet énième tour de passe-passe des juges constitutionnels passent beaucoup moins bien qu’en 2009, tant cette année, la communauté internationale semble tiède face à cette décision, la diaspora gabonaise reste mobilisée, avec des actions bien précises et bien ciblées, mais aussi avec la ferme détermination de l’opposition coalisée au Gabon, qui ne ternit pas.

 

Si l’Union Africaine et l’Union Européenne ont pris acte de la décision de la Cour constitutionnelle, le Quai d’Orsay, lui, semble un peu plus tranchant, même si les mots restent prudents…Diplomatie oblige !

 

En effet, en affirmant que « La France constate que l’examen des recours n’a pas permis de lever tous les doutes. », Jean-Marc Ayrault confirme les « anomalies évidentes » qu’avaient émis les observateurs de l’Union Européenne, mais surtout ce que clamait haut et fort le clan de l’opposition et une grande majorité de la population gabonaise, à savoir que la Cour constitutionnelle a déjà prouvé dans le passé, surtout en matière de contentieux électoral, qu’elle ne penchait que d’un côté, celui du pouvoir en place, d’où son surnom de « Tour de Pise ».

 

Si nous décortiquons encore un peu plus la déclaration du ministre français des affaires étrangères, qui affirme que « La France demande également à ceux qui continuent de contester les résultats de récuser l’action violente et de poursuivre leurs revendications selon des voies qui ne remettent pas en cause la paix et le bien-être du pays. », que peut-on y comprendre sinon que oui, la décision de la Cour constitutionnelle est contestable et que Jean Ping et le peuple gabonais doivent continuer à la contester ? Mais monsieur le ministre, comment être en paix et dans le bien-être lorsqu’on se sent voler, mépriser et balayer d’un revers de main ? Comment fait-on ? Sans oublier toutes les arrestations arbitraires que subissent de nombreux gabonais depuis maintenant trois semaines ; la dernière en date étant celle de Léon-Paul Ngoulakia ». Ce cousin de Ali Bongo Ondimba passé à l’opposition, ex-patron d’un service de renseignements, qui a été interpellé vendredi à Libreville. Raisons invoquées : il aurait forcé un barrage de policiers et avait dans sa voiture des tracts d’incitation à la violence et une importante somme d’argent.

 

Aujourd’hui, les grandes villes, comme Libreville ou encore Port-Gentil ressemblent à ces contrées lointaines en état de siège. Des camions de militaires postés dans les différents endroits stratégiques, des fouilles inopinées d’automobilistes et même depuis samedi, des avions de chasse qui survolent le ciel librevillois. Et pendant ce temps, Ali Bongo Ondimba appelle à la réconciliation, au deuil et au dialogue avec les candidats à la dernière présidentielle.

 

Dans quelques jours, Ali Bongo Ondimba prêtera serment, formera son gouvernement et appellera encore une fois à la paix. Mais même avec tout cela, de nombreux signaux semblent dire que la détermination d’en face ne faiblira pas. Car il souffle cette année 2016, comme un énorme désir pour le peuple gabonais de prendre son destin en main.

Lu pour vous : Gabon: Tour de passe-passe constitutionnel
Repost 0
Centrafrique-Presse.com