Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 23:41

 

 

REUNION DE CONCERTATION DES CADRES DU MLPC DE DIFFERENTS SECTEURS

 

Samedi 10 octobre 2015 à la Salle Polyvalente de la FATEB

 

Discours du Président du Parti

 

Camarades Membres du Conseil Politique National ,

 

Camarades Membres du Bureau Politique ,

 

Camarades Membres du Conseil des Sages

 

Camarades Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage ,

 

Camarades Membres des Bureaux Nationaux du MLFC et du MLJC,

 

Camarades Membres de la Direction Nationale de Campagne ,

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs ;

 

Au nom du Bureau Politique, je vous demande d'observer une minute de silence à la mémoire de nos compatriotes tombés lors des tristes évènements que nous avons connus et plus particulièrement à celle de notre Camarade NINGAZIMA Ernest, 1er vice-président sous-fédéral MLPC du 3ème Arrondissement, sauvagement assassiné le samedi 26 septembre dès les premières heures de ces jours de folie meurtrière..

 

Je vous remercie.

 

Je salue chacun et chacune d'entre vous, et vous souhaite  la bienvenue à cette importante réunion de concertation des cadres organisée ce jour samedi 10 octobre 2015.

 

En effet, c’est pour moi un réel plaisir et insigne honneur militant de vous retrouver nombreux dans cette salle, et également de revoir certains d’entre vous après tant années.

 

C'est une tradition dans notre Parti, depuis sa création, d'organiser la réunion des cadres. Cependant force est de constater que cela fait plusieurs années également que nous n'avons pas pu organiser ces réunions, en raison des contingences politiques et sécuritaires inhérentes à  plusieurs événements de la vie politique nationale.

 

L’essentiel est qu’aujourd’hui, nous soyons tous réunis pour nous concerter sur la vie de notre Grand Parti et sur les prochaines échéances électorales à venir.

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs

 

Il vous souviendra qu’en 1991 et 1992, quand notre Parti se préparait pour les élections législatives et présidentielle, l’organisation des cadres du parti avait joué un rôle très déterminant dans les diverses stratégies de conquête du pouvoir de l’Etat. Les actions suivantes avaient été initiées par nos cadres et je cite :

 

1- La mise en place de commissions spécialisées et leur participation massive à ces commissions ;

 

2- La mise à disposition du parti de leurs propres moyens de déplacement pour parcourir nos villes et nos campagnes à l'intérieur du pays,

 

3- Le paiement de cotisations régulières et mensuelles selon les catégories socioprofessionnelles de nos cadres pour le financement intégral de la campagne du Parti;

 

4- L'animation et l'organisation sur le terrain de la campagne du Parti par des cadres qui se sont mués en activistes de la campagne de sensibilisation et de mobilisation ;

 

5- Participation enthousiaste à l'élaboration et à la vulgarisation du programme politique du MLPC , etc.etc.

 

Cet esprit de sacrifice et d'engagement  sans faille de nos cadres, tous unis et en symbiose constante avec le Bureau Exécutif de l’époque a été à la base de la victoire de notre Grand Parti en 1992 et en 1993, malgré le très peu de moyens dont disposait le Parti.

 

Aujourd’hui- et il vaut mieux tard que jamais-, notre grand Parti le MLPC doit impérativement renouer avec ces stratégies très efficaces qui ont fait leurs preuves dans le passé, afin que votre Grand Parti gagne les élections à venir dès le premier tour, car disons-le clairement- l'objectif du MLPC est de gagner les élections à venir dès le premier tour pour abréger les souffrances du peuple centrafricain.

 

Victoire Camarades !

 

Oui ! nous pouvons et nous devons gagner les élections à venir dès le premier tour car notre peuple a trop souffert et n'a pas le temps d'attendre un second tour. Oui ! camarades, la voix du peuple c'est la voix de Dieu, et ce que le peuple veut Dieu le voudra, et ce que Dieu a décidé se fera.

 

Mais Dieu a aussi dit "aides -toi et le Ciel t'aidera". Donc Camarades,  organisons- nous, renforçons les capacités de notre Parti afin de mobiliser notre peuple Vaka by Vaka  c'est-à-dire quartier par quartier, village par village, ville par ville, commune par commune, préfecture par préfecture,  et région par région, afin de porter le MLPC dès le premier tour  au pouvoir par les urnes.

 

Pour ce faire, nous aurons au cours de cette réunion de concertation, à réfléchir ensemble et à dégager quelques actions urgentes à mener aux fins de soutenir organisationnellement, matériellement et financièrement la Direction Nationale de Campagne (DNC). Comme vous le savez elle est déjà mise en place sous la Direction du Camarade Christian TOUABOY le Directeur National de Campagne que je vous présente, et qui  a commencé avec son équipe qu'il vous présentera dans quelques instants,  à déployer sur le terrain son plan stratégique global de campagne électorale. La  Direction Nationale de Campagne  n’attend désormais que vos contributions de toutes natures pour continuer le travail..

 

Camarades Cadres,

 

Mesdames et Messieurs.

 

Fidèle à notre tradition de débat , de critique et d'autocritique, le Bureau Politique et moi-même invitons chaque cadre du MLPC  qui est dans notre Parti considéré comme  une force de propositions,  à faire librement des propositions concrètes  afin de permettre au Bureau Politique, organe d’exécution du Parti et à la Direction Nationale de Campagne d’affuter ses armes pour la grande victoire de 2015.

 

Par ailleurs, compte tenu du temps qui nous est imparti et en raison des contraintes sécuritaires, nous aurons à nous prononcer sur deux (2) aspects, à savoir :

 

1- Les propositions et  suggestions de stratégie globale de campagne électorale qui prennent en compte l’implication directe et totale des cadres que vous êtes, dans l’organisation et la mobilisation de nos concitoyens et l’aide multiforme à apporter au Parti.

 

2- Le financement interne de la campagne électorale ;

 

Camarades Cadres,      

 

Le MLPC votre Parti  reste et demeure respectueux et conséquent dans ses engagements vis-à-vis de la transition . Il salue l'action des forces internationales Minusca et Sangaris venues à la demande du peuple centrafricain nous sauver des griffes de bandes armées instrumentalisées par des assoiffés du pouvoir.

 

Au jour d’aujourd’hui, et après avoir organisé des tournées de restructuration des organes de base du Parti, le Bureau Politique par ma voix est en mesure de vous affirmer que le MLPC est prêt à se présenter aux élections législatives et présidentielle de 2015 dans les meilleures conditions possibles et le plus tôt possible.

 

Je vous demande donc de resserrer les rangs du Parti comme de par le passé et de vous engager résolument dans les préparatifs organisationnels, matériels et financiers de la précampagne et campagne électorales pour la victoire du MPLC dès le 1er tour.

 

Enfin, je fonde l'espoir  qu’au sortir de cette réunion de concertation, la machine du MLPC sera bien huilée.

 

Je vous remercie.

Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 23:41

 

 

REUNION DE CONCERTATION DES CADRES DU MLPC DE DIFFERENTS SECTEURS

 

Samedi 10 octobre 2015 à la Salle Polyvalente de la FATEB

 

Discours du Président du Parti

 

Camarades Membres du Conseil Politique National ,

 

Camarades Membres du Bureau Politique ,

 

Camarades Membres du Conseil des Sages

 

Camarades Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage ,

 

Camarades Membres des Bureaux Nationaux du MLFC et du MLJC,

 

Camarades Membres de la Direction Nationale de Campagne ,

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs ;

 

Au nom du Bureau Politique, je vous demande d'observer une minute de silence à la mémoire de nos compatriotes tombés lors des tristes évènements que nous avons connus et plus particulièrement à celle de notre Camarade NINGAZIMA Ernest, 1er vice-président sous-fédéral MLPC du 3ème Arrondissement, sauvagement assassiné le samedi 26 septembre dès les premières heures de ces jours de folie meurtrière..

 

Je vous remercie.

 

Je salue chacun et chacune d'entre vous, et vous souhaite  la bienvenue à cette importante réunion de concertation des cadres organisée ce jour samedi 10 octobre 2015.

 

En effet, c’est pour moi un réel plaisir et insigne honneur militant de vous retrouver nombreux dans cette salle, et également de revoir certains d’entre vous après tant années.

 

C'est une tradition dans notre Parti, depuis sa création, d'organiser la réunion des cadres. Cependant force est de constater que cela fait plusieurs années également que nous n'avons pas pu organiser ces réunions, en raison des contingences politiques et sécuritaires inhérentes à  plusieurs événements de la vie politique nationale.

 

L’essentiel est qu’aujourd’hui, nous soyons tous réunis pour nous concerter sur la vie de notre Grand Parti et sur les prochaines échéances électorales à venir.

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs

 

Il vous souviendra qu’en 1991 et 1992, quand notre Parti se préparait pour les élections législatives et présidentielle, l’organisation des cadres du parti avait joué un rôle très déterminant dans les diverses stratégies de conquête du pouvoir de l’Etat. Les actions suivantes avaient été initiées par nos cadres et je cite :

 

1- La mise en place de commissions spécialisées et leur participation massive à ces commissions ;

 

2- La mise à disposition du parti de leurs propres moyens de déplacement pour parcourir nos villes et nos campagnes à l'intérieur du pays,

 

3- Le paiement de cotisations régulières et mensuelles selon les catégories socioprofessionnelles de nos cadres pour le financement intégral de la campagne du Parti;

 

4- L'animation et l'organisation sur le terrain de la campagne du Parti par des cadres qui se sont mués en activistes de la campagne de sensibilisation et de mobilisation ;

 

5- Participation enthousiaste à l'élaboration et à la vulgarisation du programme politique du MLPC , etc.etc.

 

Cet esprit de sacrifice et d'engagement  sans faille de nos cadres, tous unis et en symbiose constante avec le Bureau Exécutif de l’époque a été à la base de la victoire de notre Grand Parti en 1992 et en 1993, malgré le très peu de moyens dont disposait le Parti.

 

Aujourd’hui- et il vaut mieux tard que jamais-, notre grand Parti le MLPC doit impérativement renouer avec ces stratégies très efficaces qui ont fait leurs preuves dans le passé, afin que votre Grand Parti gagne les élections à venir dès le premier tour, car disons-le clairement- l'objectif du MLPC est de gagner les élections à venir dès le premier tour pour abréger les souffrances du peuple centrafricain.

 

Victoire Camarades !

 

Oui ! nous pouvons et nous devons gagner les élections à venir dès le premier tour car notre peuple a trop souffert et n'a pas le temps d'attendre un second tour. Oui ! camarades, la voix du peuple c'est la voix de Dieu, et ce que le peuple veut Dieu le voudra, et ce que Dieu a décidé se fera.

 

Mais Dieu a aussi dit "aides -toi et le Ciel t'aidera". Donc Camarades,  organisons- nous, renforçons les capacités de notre Parti afin de mobiliser notre peuple Vaka by Vaka  c'est-à-dire quartier par quartier, village par village, ville par ville, commune par commune, préfecture par préfecture,  et région par région, afin de porter le MLPC dès le premier tour  au pouvoir par les urnes.

 

Pour ce faire, nous aurons au cours de cette réunion de concertation, à réfléchir ensemble et à dégager quelques actions urgentes à mener aux fins de soutenir organisationnellement, matériellement et financièrement la Direction Nationale de Campagne (DNC). Comme vous le savez elle est déjà mise en place sous la Direction du Camarade Christian TOUABOY le Directeur National de Campagne que je vous présente, et qui  a commencé avec son équipe qu'il vous présentera dans quelques instants,  à déployer sur le terrain son plan stratégique global de campagne électorale. La  Direction Nationale de Campagne  n’attend désormais que vos contributions de toutes natures pour continuer le travail..

 

Camarades Cadres,

 

Mesdames et Messieurs.

 

Fidèle à notre tradition de débat , de critique et d'autocritique, le Bureau Politique et moi-même invitons chaque cadre du MLPC  qui est dans notre Parti considéré comme  une force de propositions,  à faire librement des propositions concrètes  afin de permettre au Bureau Politique, organe d’exécution du Parti et à la Direction Nationale de Campagne d’affuter ses armes pour la grande victoire de 2015.

 

Par ailleurs, compte tenu du temps qui nous est imparti et en raison des contraintes sécuritaires, nous aurons à nous prononcer sur deux (2) aspects, à savoir :

 

1- Les propositions et  suggestions de stratégie globale de campagne électorale qui prennent en compte l’implication directe et totale des cadres que vous êtes, dans l’organisation et la mobilisation de nos concitoyens et l’aide multiforme à apporter au Parti.

 

2- Le financement interne de la campagne électorale ;

 

Camarades Cadres,      

 

Le MLPC votre Parti  reste et demeure respectueux et conséquent dans ses engagements vis-à-vis de la transition . Il salue l'action des forces internationales Minusca et Sangaris venues à la demande du peuple centrafricain nous sauver des griffes de bandes armées instrumentalisées par des assoiffés du pouvoir.

 

Au jour d’aujourd’hui, et après avoir organisé des tournées de restructuration des organes de base du Parti, le Bureau Politique par ma voix est en mesure de vous affirmer que le MLPC est prêt à se présenter aux élections législatives et présidentielle de 2015 dans les meilleures conditions possibles et le plus tôt possible.

 

Je vous demande donc de resserrer les rangs du Parti comme de par le passé et de vous engager résolument dans les préparatifs organisationnels, matériels et financiers de la précampagne et campagne électorales pour la victoire du MPLC dès le 1er tour.

 

Enfin, je fonde l'espoir  qu’au sortir de cette réunion de concertation, la machine du MLPC sera bien huilée.

 

Je vous remercie.

Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 23:41

 

 

REUNION DE CONCERTATION DES CADRES DU MLPC DE DIFFERENTS SECTEURS

 

Samedi 10 octobre 2015 à la Salle Polyvalente de la FATEB

 

Discours du Président du Parti

 

Camarades Membres du Conseil Politique National ,

 

Camarades Membres du Bureau Politique ,

 

Camarades Membres du Conseil des Sages

 

Camarades Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage ,

 

Camarades Membres des Bureaux Nationaux du MLFC et du MLJC,

 

Camarades Membres de la Direction Nationale de Campagne ,

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs ;

 

Au nom du Bureau Politique, je vous demande d'observer une minute de silence à la mémoire de nos compatriotes tombés lors des tristes évènements que nous avons connus et plus particulièrement à celle de notre Camarade NINGAZIMA Ernest, 1er vice-président sous-fédéral MLPC du 3ème Arrondissement, sauvagement assassiné le samedi 26 septembre dès les premières heures de ces jours de folie meurtrière..

 

Je vous remercie.

 

Je salue chacun et chacune d'entre vous, et vous souhaite  la bienvenue à cette importante réunion de concertation des cadres organisée ce jour samedi 10 octobre 2015.

 

En effet, c’est pour moi un réel plaisir et insigne honneur militant de vous retrouver nombreux dans cette salle, et également de revoir certains d’entre vous après tant années.

 

C'est une tradition dans notre Parti, depuis sa création, d'organiser la réunion des cadres. Cependant force est de constater que cela fait plusieurs années également que nous n'avons pas pu organiser ces réunions, en raison des contingences politiques et sécuritaires inhérentes à  plusieurs événements de la vie politique nationale.

 

L’essentiel est qu’aujourd’hui, nous soyons tous réunis pour nous concerter sur la vie de notre Grand Parti et sur les prochaines échéances électorales à venir.

 

Camarades Cadres du Parti,

 

Mesdames et Messieurs

 

Il vous souviendra qu’en 1991 et 1992, quand notre Parti se préparait pour les élections législatives et présidentielle, l’organisation des cadres du parti avait joué un rôle très déterminant dans les diverses stratégies de conquête du pouvoir de l’Etat. Les actions suivantes avaient été initiées par nos cadres et je cite :

 

1- La mise en place de commissions spécialisées et leur participation massive à ces commissions ;

 

2- La mise à disposition du parti de leurs propres moyens de déplacement pour parcourir nos villes et nos campagnes à l'intérieur du pays,

 

3- Le paiement de cotisations régulières et mensuelles selon les catégories socioprofessionnelles de nos cadres pour le financement intégral de la campagne du Parti;

 

4- L'animation et l'organisation sur le terrain de la campagne du Parti par des cadres qui se sont mués en activistes de la campagne de sensibilisation et de mobilisation ;

 

5- Participation enthousiaste à l'élaboration et à la vulgarisation du programme politique du MLPC , etc.etc.

 

Cet esprit de sacrifice et d'engagement  sans faille de nos cadres, tous unis et en symbiose constante avec le Bureau Exécutif de l’époque a été à la base de la victoire de notre Grand Parti en 1992 et en 1993, malgré le très peu de moyens dont disposait le Parti.

 

Aujourd’hui- et il vaut mieux tard que jamais-, notre grand Parti le MLPC doit impérativement renouer avec ces stratégies très efficaces qui ont fait leurs preuves dans le passé, afin que votre Grand Parti gagne les élections à venir dès le premier tour, car disons-le clairement- l'objectif du MLPC est de gagner les élections à venir dès le premier tour pour abréger les souffrances du peuple centrafricain.

 

Victoire Camarades !

 

Oui ! nous pouvons et nous devons gagner les élections à venir dès le premier tour car notre peuple a trop souffert et n'a pas le temps d'attendre un second tour. Oui ! camarades, la voix du peuple c'est la voix de Dieu, et ce que le peuple veut Dieu le voudra, et ce que Dieu a décidé se fera.

 

Mais Dieu a aussi dit "aides -toi et le Ciel t'aidera". Donc Camarades,  organisons- nous, renforçons les capacités de notre Parti afin de mobiliser notre peuple Vaka by Vaka  c'est-à-dire quartier par quartier, village par village, ville par ville, commune par commune, préfecture par préfecture,  et région par région, afin de porter le MLPC dès le premier tour  au pouvoir par les urnes.

 

Pour ce faire, nous aurons au cours de cette réunion de concertation, à réfléchir ensemble et à dégager quelques actions urgentes à mener aux fins de soutenir organisationnellement, matériellement et financièrement la Direction Nationale de Campagne (DNC). Comme vous le savez elle est déjà mise en place sous la Direction du Camarade Christian TOUABOY le Directeur National de Campagne que je vous présente, et qui  a commencé avec son équipe qu'il vous présentera dans quelques instants,  à déployer sur le terrain son plan stratégique global de campagne électorale. La  Direction Nationale de Campagne  n’attend désormais que vos contributions de toutes natures pour continuer le travail..

 

Camarades Cadres,

 

Mesdames et Messieurs.

 

Fidèle à notre tradition de débat , de critique et d'autocritique, le Bureau Politique et moi-même invitons chaque cadre du MLPC  qui est dans notre Parti considéré comme  une force de propositions,  à faire librement des propositions concrètes  afin de permettre au Bureau Politique, organe d’exécution du Parti et à la Direction Nationale de Campagne d’affuter ses armes pour la grande victoire de 2015.

 

Par ailleurs, compte tenu du temps qui nous est imparti et en raison des contraintes sécuritaires, nous aurons à nous prononcer sur deux (2) aspects, à savoir :

 

1- Les propositions et  suggestions de stratégie globale de campagne électorale qui prennent en compte l’implication directe et totale des cadres que vous êtes, dans l’organisation et la mobilisation de nos concitoyens et l’aide multiforme à apporter au Parti.

 

2- Le financement interne de la campagne électorale ;

 

Camarades Cadres,      

 

Le MLPC votre Parti  reste et demeure respectueux et conséquent dans ses engagements vis-à-vis de la transition . Il salue l'action des forces internationales Minusca et Sangaris venues à la demande du peuple centrafricain nous sauver des griffes de bandes armées instrumentalisées par des assoiffés du pouvoir.

 

Au jour d’aujourd’hui, et après avoir organisé des tournées de restructuration des organes de base du Parti, le Bureau Politique par ma voix est en mesure de vous affirmer que le MLPC est prêt à se présenter aux élections législatives et présidentielle de 2015 dans les meilleures conditions possibles et le plus tôt possible.

 

Je vous demande donc de resserrer les rangs du Parti comme de par le passé et de vous engager résolument dans les préparatifs organisationnels, matériels et financiers de la précampagne et campagne électorales pour la victoire du MPLC dès le 1er tour.

 

Enfin, je fonde l'espoir  qu’au sortir de cette réunion de concertation, la machine du MLPC sera bien huilée.

 

Je vous remercie.

Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Discours de Martin ZIGUELE à l'ouverture de la journée de concertation des cadres du MLPC en vue de la préparation des prochaines échéances électorales.
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 22:06
Centrafrique : des combats autour de Sibut
Centrafrique : des combats autour de Sibut

 

 

Par RFI 10-10-2015 à 22:15

 

Des combats signalés aux alentours de Sibut en Centrafrique ce samedi 10 octobre entre la force française Sangaris et des miliciens armés issus de l'ex-Seleka. On ignore le bilan mais il y a des morts. Les forces internationales voulaient manifestement empêcher une colonne de descendre vers Bangui.

 

ll est environ 13h30 ce samedi à Sibut quand retentissent au loin des détonations. En ville tout le monde comprend de quoi il s'agit. « Depuis hier matin, un important groupe d'hommes armés est signalé à une douzaine de km vers l'est aux abords de la route qui mène à Bambari », nous explique une source bien informée sur place.

 

Selon nos informations, il s'agit d'éléments du FPRC, branche de l'ex-Seleka conduite par Nourredine Adam. Depuis plusieurs jours, des dizaines d'hommes du FPRC en provenance du Nord étaient bloqués à Dékoa par la Minusca. Ils seraient donc finalement parvenus à contourner Dékoa et se sont retrouvés là, en espérant pouvoir descendre vers Bangui.

 

Ce samedi matin, des discussions avaient été engagées entre les chefs de cette colonne, conduite par un certain général Adoum, les autorités de Sibut et le chef du contingent de Casques bleus qui y sont déployés. Négociations qui n'ont rien donné.

 

En début d'après-midi donc, une patrouille des forces internationales repère ce groupe d'environ 150 à 200 hommes et leurs pick-up. Un hélicoptère de combat français pris à partie ouvrira le feu provoquant d'importants dégâts humains et matériels sur le convoi Seleka

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 22:01

 

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 10 OCTOBRE 2015

 

Des combats ont éclaté entre les forces internationales et les éléments de l’ex-Séléka qui ont décidé de marcher sur Bangui. Selon nos informations, les affrontements ont eu lieu à 15 km de la ville de Sibut où ces ex-Séléka commandés par un certains Adoum, étaient stoppés depuis deux jours.

 

L’information a été confirmée par plusieurs sources jointes dans la ville de Sibut. Une source proche de l’église a fait savoir que c’est un hélicoptère qui a bombardé la position des ex-Séléka. « Les combats ont commencé à 13h39 min et ils ont duré plusieurs heures. Depuis la ville, on écoutait des tirs à l’arme lourde et surtout l’hélicoptère qui bombardait », a confié cette source qui a requis l’anonymat.

 

Une source proche de la Minusca à Bangui a confié sous couvert de l’anonymat que toutes les tentatives de dissuader ces combattants n’ont pas marché. « Les combats dont vous parlez là ne sont que les conséquences de la réticence de ces hommes armés », a expliqué ladite source.

 

Pour le moment, il est difficile d’avoir le premier bilan. Toutes les sources contactées dans la ville de Sibut disent n’avoir pas encore une idée sur le bilan de ces affrontements.

 

Dans la journée, plusieurs convois des casques bleus ont été dépêchés à Sibut. C’est depuis deux jours que ces hommes armés venus de l’extrême nord de la RCA, se sont positionnés à une quinzaine de km de Sibut, sur la route de Bambari.  Selon des sources bien informées, ils seraient environs deux cent.

 

Une autorité locale contactée à la mi-journée parle d’hommes du Front Populaire de Redressement de la Centrafrique (FPRC) dont l’état-major se trouve à Bambari. « Le préfet, le commandement de la gendarmerie de la Kémo et la Minusca sont allés le 09 octobre à la rencontre de ces hommes armés. Ils ont échangé avec leur porte-parole Bordas », nous affirme-t-il sous l’anonymat, tout en soulignant que le mouvement est dirigé par le général de l’ex-Séléka, Adoum.

 

Une réunion se sécurité se tenait dans la ville de Sibut à la mi-journée.

 

 

Les autorités de Sibut ouvrent des négociations avec des ex-Séléka stoppés à 11 km de la ville

 

http://rjdh.org/ PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 10 OCTOBRE 2015

 

La présence des combattants de l’ex-Séléka est signalée à 11 km de la ville de Sibut sur l’axe Grimari. Depuis le 09 octobre 2015, les autorités civiles et militaires de ce chef-lieu de la Kémo ont entamé des négociations avec ces combattants. Pour l’heure, leurs revendications ne sont pas encore connues. Une présence signalée depuis 48 heures.

 

Selon des habitants joints à Sibut, ce groupe de combattants d’ex-Séléka qui avoisinerait 250 hommes, a quitté la ville de Dékoa pour rejoindre Sibut. « Il n’y a pas eu d’attaque de la ville de Sibut. Sinon au village Bomini, à 11 km de Sibut, des hommes armés de l’ex-Séléka y sont présents », a confié sous l’anonymat une source religieuse qui précise que la population de Sibut n’a pas souhaité se déplacer devant l’avancée de ces hommes en arme. « Le marché est ouvert, la population vaque librement à ses occupations », raconte-t-il.

 

Interrogée sur la situation, une source humanitaire a indiqué que ces « hommes armés ont quitté Kaga-Bandoro et contournant la ville de Dékoa dans le but d’éviter la Minusca, ont emprunté l’axe Mala. A 18 km, au village Guido, ils ont pris la brousse et sont arrivée sur l’axe Sibut-Bambari ».

 

Une autorité locale parle d’hommes du Front Populaire de Redressement de la Centrafrique (FPRC) dont l’état-major se trouve à Bambari. « Le préfet, le commandement de la gendarmerie de la Kémo et la Minusca sont allés le 09 octobre à la rencontre de ces hommes armés. Ils ont échangé avec leur porte-parole Bordas », nous affirme-t-il sous l’anonymat, tout en soulignant que le mouvement est dirigé par le général de l’ex-Séléka, Adoum.

 

Contacté, la Minusca dit ne pas être encore en mesure de dire quoique ce soit sur la situation. Elle a promis réagir dans la journée.

 

Entretemps, une réunion de sécurité tenue par le préfet de la Kémo avec les notables et les chefs de quartier était en cours à la mi-journée dans la ville de Sibut.

 

 

Une tendance de l’ex Séléka organise une réunion sur la paix à Kaga-Bandoro

 

http://rjdh.org/ PAR DANIEL NGUERELESSIO LE 10 OCTOBRE 2015

 

Une réunion axée sur la paix et le retour au calme s’est tenue le mercredi 07 octobre dernier dans la ville de Kaga-Bandoro. Elle a été organisée par  le Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC) suite aux événements survenus le 28 septembre dernier au centre commercial de ladite ville.  Cette rencontre a vu la participation massive de la population, des responsables communautaires, en présence des autorités locales, de la Minusca, et de la Sangaris.

 

Le but de cette réunion selon le directeur de la sécurité du Mouvement Patriotique pour la Centrafrique(MPC) Alias Younousse,  « est de parler aux populations de Kaga-Bandoro à propos de la dernière violence créée le 28 septembre dernier par des personnes en armes qui ont jeté des grenades au centre commercial de la ville, occasionnant des pertes en vies humaines et matérielles. »  a-t-il souligné.

 

Il a expliqué aux habitants que les auteurs de l’attaque ont été arrêtés et mis en détention à la brigade territoriale de la ville de Kaga-Bandoro.

 

Le préfet de la Nana-Gribizi Gaston Yendemon, présent à cette cérémonie se réjouit de  cette initiative qui permettra, selon lui  à la population de la ville de Kaga-Bandoro de chercher des voies et moyens pour sortir le pays de la crise.

 

C’est suite au multiple cas d’exactions dans les régions et le dernier survenu le 28 septembre 2015 que  PMPC a organisée cette réunion pour rechercher la paix et la cohésion sociale dans la localité.

Centrafrique : Combat entre les forces internationales et les ex-Séléka à Sibut
Centrafrique : Combat entre les forces internationales et les ex-Séléka à Sibut
Centrafrique : Combat entre les forces internationales et les ex-Séléka à Sibut
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 01:19
Lu pour vous : Sangaris: enquête au ralenti
Lu pour vous : Sangaris: enquête au ralenti

 

 

http://www.centre-presse.fr/  09/10/2015 08:57

 

La première alerte sur des viols d'enfants commis par des militaires français en Centrafrique remonte à mai 2014. Depuis, l'enquête avance... très doucement.

http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif

Un reportage diffusé sur France 2 la semaine dernière a relancé l'affaire. Auteur d'un rapport sur ces soupçons d'abus sexuels commis par des militaires français de la force Sangaris (entre 2013 et 2014), Gallianne Palayret, fonctionnaire de l'Onu, précise à l'écran que la hiérarchie militaire française avait été informée dès mai 2014. Le ministère de la Défense ne confirme pas, pour l'instant. Et ne commente pas: « Une procédure judiciaire est en cours. »

 

"Ils m'ont dit qu'ils allaient informer Paris"

 

En mai 2014, Gallianne Palayret assure avoir rencontré des responsables de la force Sangaris: « Ils m'ont prise très au sérieux, ils m'ont tout de suite dit qu'ils allaient informer Paris, mettre plus de patrouilles, et que si cela était avéré des sanctions seraient prises. Ils ont été très surpris, mais aussi très professionnels dans la réponse. » 


Pourtant, ce n'est qu'un an plus tard (29 avril) que l'affaire éclate au grand jour, après la publication d'un article dans un journal britannique. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian indique alors qu'il n'a eu connaissance des faits qu'en juillet 2014, qu'il avait aussitôt demandé à l'armée une enquête interne de commandement et saisi la justice française. La question est aujourd'hui de savoir pourquoi, s'ils ont été effectivement informés en mai 2014, les militaires français n'ont pas fait remonter l'information jusqu'à Paris. Les autorités françaises procèdent actuellement à des vérifications: quand et où Gallianne Palayret a-t-elle rencontré les responsables de Sangaris? Qui a t-elle vu? Mais aussi: « A-t-elle évoqué des rumeurs ou présenté des faits? » 

 

Un an après sa dénonciation des faits, Gallianne Palayret s'étonne de n'avoir toujours pas été entendue par les enquêteurs. On sait, cependant, que « des gendarmes se sont rendus sur place dès août 2014, puis durant trois semaines entre juin et juillet 2015, en compagnie de magistrats ». Dans ce type de dossier impliquant des enfants, « la justice agit avec prudence, donc sans précipitation », confie une personne proche du dossier.

 

Quatorze militaires français seraient soupçonnés en Centrafrique, mais aussi plusieurs casques bleus. En août, le représentant de l'Onu en Centrafrique a démissionné après avoir été informé d'abus imputables à des casques bleus rwandais et camerounais. Selon Le Monde, un rapport de l'Onu relève, entre 2008 et 2013, 480 cas d'abus sexuels commis par des soldats et personnels de l'organisation.

 

Bruno Besson

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 01:05

 

 

Par RFI 09-10-2015 à 11:30

 

En Centrafrique, après les évènements meurtriers de la semaine dernière, le Parlement s'est réuni pour ce qui doit être normalement la dernière session du Conseil national de transition (CNT). Au menu des discussions, le contexte sécuritaire et les élections alors que le président de l'Autorité nationale des élections a démissionné.

 

Trois points ont été abordés pendant la concertation des députés en prélude de l'ouverture de cette dernière session du Conseil national de transition. D'abord, les parlementaires ont décidé d'interpeller le gouvernement quant aux évènements meurtriers qui ont secoué Bangui et les provinces, ces derniers jours. Le Premier ministre devra s'expliquer devant le CNT mercredi prochain.

 

Autre point, la concertation entre le gouvernement et les forces vives de la nation annoncée par la présidente. Les députés souhaitent que ces discussions soient contradictoires. C'est-à-dire que tous les partis aient la parole et puissent aborder tout ce qui n'a pas été dit lors du Forum de Bangui. « Ca va prendre du temps », souffle un peu désespéré un parlementaire.

 

Enfin, la question des élections a été abordée après la démission du président de l'Autorité nationale des élections (ANE). Dans un nouveau chronogramme, qui n'a pas encore été rendu publique, deux dates sont avancées : le 27 décembre pour le premier tour des présidentielles et du 11 février pour le second tour. Des dates « impossible à tenir » selon de nombreux députés qui ont participé à la réunion de ce jeudi.

 

RCA: les élections et la sécurité au cœur des préoccupations du CNT
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 00:05

 

 

Par RFI 09-10-2015 Modifié le 09-10-2015 à 21:08

 

Le ministre centrafricain de la Justice, Aristide Sokambi, a affirmé mercredi 7 octobre avoir saisi les autorités judiciaires suite aux violences qui ont fait au moins 77 morts à Bangui, fin septembre et début octobre. Il a accusé nommément plusieurs personnes, et réclamé l'arrestation des auteurs et complices présumés d'« atteintes à la sureté de l'Etat », de « complot » et d'« incitation à la guerre civile ». Un militaire et un député désigné nient aujourd'hui toute implication.

 

Le ministre de la Justice a désigné nommément plusieurs personnes, mercredi, notamment des officiers de l'armée réputés proches de François Bozizé, dont Eugène Ngaikoisset. Sous le coup d'un mandat d'arrêt, l’homme s'est évadé de prison en mai dernier. Il dit se trouver actuellement à Bangui, mais refuse de répondre à la justice tant que le gouvernement de transition sera en place.

 

« Pourquoi m’accuse-t-on à tort ? Je n’ai rien à voir avec ça. Au contraire ! », s’insurge-t-il. « Je fus le directeur de la sécurité rapprochée du président François Bozizé, mais depuis la chute du pouvoir en 2013, je n’ai jamais eu de contact avec lui. Et même aujourd’hui, je ne connais pas sa position actuelle », poursuit-il avant de conclure qu'il ne se présentera devant la justice « que lorsqu’il y aura un président légitime. »

 

Des accusations « infondées »

 

Le ministre de la Justice Aristide Sokambi a également cité le nom de Gervais Lakosso, député du CNT et coordonnateur du groupe de travail de la société civile, comme l'un des responsables des violences de Bangui. Durant les troubles, il a lancé le mouvement Le Temps de Beafrika, et a appelé à la désobéissance civile et au départ des forces internationales. « On me dit que ce sont mes déclarations qui ont poussé les gens à ériger des barricades dans les rues de Bangui, que c’est moi qui ait poussé les gens à piller les ONG internationales… Je crois que le fait que le mot d’ordre désobéissance civile, que j’ai lancé, et qui est très suivi, énerve le gouvernement », explique Gervais Lakosso.

 

« Les propos qu’on me reproche sont totalement infondés ! Les barricades ont commencé à être érigées dès le samedi matin. Notre mot d’ordre est intervenu le dimanche après-midi. Il y avait donc des barricades avant ! Me désigner comme le responsable de ce qui s’est passé, c’est de la comédie de mauvais goût », s’insurge-t-il.

 

Le député du CNT se déclare prêt à s’expliquer devant la justice.

 

« Je n’ai pas quitté ma maison, je n’ai pas changé de quartier. Je suis là. Personne n’a essayé de m’arrêter, je n’ai pas reçu de convocation. Je suis légaliste. Si je reçois une convocation ou si quelqu’un se présente devant moi avec un mandat d’arrêt et si les conditions de ma sécurité sont garanties, je vais aller répondre à cette convocation », affirme-t-il.

 

RCA: des proches de Bozizé démentent être impliqués dans les violences
RCA: des proches de Bozizé démentent être impliqués dans les violences
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 18:35
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH

 

 

Richard Gueret Gbagba, nouveau représentant de la société civile à l’ANE, prête serment

 

http://rjdh.org/ PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 9 OCTOBRE 2015

 

Le remplaçant de Godefroy Mokamanedé a prêté serment aujourd’hui lors d’une audience solennelle de la Cour d’Appel de Bangui. Il s’agit de Richard Gueret Gbagba qui intègre l’équipe de six Commissaires de l’Autorité Nationale des Élections. Son arrivée coïncide aux nouvelles de démission de Dieudonné Kombo-Yaya de la présidence de l’ANE, alors que plus de 13 000 urnes sont arrivées ce matin dans la capitale.

 

Richard Gueret Gbagba est issu de la société civile comme le désormais démissionnaire Godefroy Mokamanedé. Il a été choisi par ses pairs pour lui succéder selon les dispositions qui régissent l’ANE, en charge de l’organisation des élections en Centrafrique.

 

Sa prestation de serment intervient le lendemain de l’annonce par Kombo-Yaya de son intention de rendre le tablier le 09 octobre 2015 et le jour même de l’arrivée de 13 700 urnes.

 

Le Groupe de coordination pour la préparation et le suivi des réunions du Groupe international de contact sur la République centrafricaine (G8-RCA) a déjà pris acte de cette démission dans un communiqué publié ce jour.

 

« Le G8-RCA prend acte de cette décision qui intervient au moment où le processus électoral de Transition, après plusieurs mois d’immobilisme, a été mis sur les rails par les efforts conjugués des Autorités de la Transition et des partenaires. La vitalité des instances de coordination du processus et l’état de mise en œuvre des opérations en font foi », note le communiqué.

 

Le G8-RCA note également « avec satisfaction la détermination de la population centrafricaine à aller aux élections dans les meilleurs délais, pour un retour urgent de l’ordre constitutionnel, comme en témoigne le chiffre d’un million huit cent mille (1 800 000) inscrits sur la liste électorale ».

 

« A cet égard, le G8-RCA encourage les Autorités de Transition à prendre les dispositions nécessaires afin d’assurer la poursuite des activités de l’ANE et du processus électoral de sortie de crise », relève encore le communiqué.

 

Selon Justin Rufin Ngouadebaba, président de la Commission matériel et logistique, « ces urnes sont arrivées en nombre suffisant et couvriront tout le territoire centrafricain. En 2011, il y a eu 5 000 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national. Cette année, nous aurons des scrutins groupés, c’est-à-dire 10 000 bureaux de vote. Le nombre des urnes arrivées va au-delà de nos attentes ».

 

Ces évènements touchant au processus électoral se produisent alors que la République Centrafricaine est dans l’attente de nouvelles dates des élections. Le chronogramme électoral publié le 19 juin dernier étant désormais caduc.

 

 

Des réactions après la démission du président de l'ANE

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 9 octobre 2015 12:52

 

Les réactions se multiplient après la démission ce vendredi, 09 Octobre 2015 du président de l'Autorité Nationale des Élections (ANE), Dieudonné Kombot Yaya. Démission intervenue après celle de l'ancien Vice-président Godefroy Mokamanadé.

« Il est impossible pour des raisons techniques de tenir les élections avant la fin de l'année. Je suis un homme de principe et je ne veux pas faire partie d'un processus bâclé », a déclaré sur une chaîne internationale Dieudonné Kombot Yaya qui dénonce ainsi les « pressions politiques et un chronogramme irréalisable imposé à son institution ».


Selon le responsables de l'ANE, des raisons liées aux pressions de la présidence et de la communauté internationale pour le chronogramme des élections qui selon la communauté internationale devraient avoir lieu avant le 31 décembre 2015 sont à l'origine de cet abandon. 


« Aujourd'hui, avec cette démission, nous avons la preuve que le mouvement « Temps de Béafrika » a raison et n'était que le porte voix de l'aspiration du peuple centrafricain puisque nous avions dit que la redéfinition d'un nouveau calendrier électoral par l'ANE et l'engagement de tous les acteurs politiques à le respecter était nécessaire », a déclaré Junior Mescheba, porte parole du mouvement « Le Temps de Béafrika ». « Une fois de plus, nous disons aux acteurs de la société civile, les acteurs politiques, le gouvernement, la communauté internationale et l'ANE de tout mettre en œuvre pour qu'on puisse se retrouver pour la redéfinition de ce nouveau calendrier électoral », a-t-il ajouté.

  
Le G8-RCA prend acte de cette démission qui intervient au moment où le processus électoral, après plusieurs mois d’immobilisme, a été mis sur les rails par les efforts conjugués des autorités de la transition et des partenaires. Le G8-RCA encourage de ce fait les autorités centrafricaines à « prendre les dispositions nécessaires afin d’assurer la poursuite des activités de l’ANE et du processus électoral de sortie de crise ». 


Alors que Dieudonné Kombot Yaya démissionne, 13350 urnes ont été réceptionnées à l'aéroport de Bangui ce 09 Octobre 2015 par Julius Ngoadébaba, président de la commission logistique de l'ANE qui réaffirme la détermination de l'ANE à organiser les élections : « Malgré la décision du président de l'ANE, les activités vont se poursuivre. Avec l'arrivée de ces urnes,  c'est une preuve de plus que notre détermination est totale pour aller aux élections ».


Le référendum constitutionnel en Centrafrique selon le chronogramme électoral est prévu le 4 octobre pour un premier tour initialement prévu au 18 octobre 2015. Depuis quelques semaines, les voix s'élèvent pour exiger un nouveau calendrier électoral consensuel. Le président de l'ANE démissionnaire avait reconnu l'impossibilité de la tenue dans les délais impartis du processus électoral mais avait admis un « léger glissement ». La communauté internationale pour sa part persiste et signe que le processus électoral en Centrafrique devrait s'achever au plus tard le 31 décembre 2015.

 

Vers une solution pour la reprise des activités à la société Centra Palm

 

http://rjdh.org/ PAR ARMANDO YANGUENDJI LE 9 OCTOBRE 2015

 

Le conseil d’administration de la Société Centrapalm demande au personnel de reprendre les activités dans un bref délai, après avoir observé trois mois de grève pour réclamer le paiement de 63 mois d’arriérés. L’appel a été lancé par Janvier Ngawen président du Conseil d’Administration, qui conditionne le paiement de quelques mois par la reprise des activités.

 

« Ces revendications seront prises compte lorsque le personnel reprendra le service », a conditionné le président du conseil administratif de Centrapalm.

 

Toutefois, la même source reconnaît le droit des grévistes. « La revendication de ces travailleurs est légitime. Et elle mérite une réponse dans l’immédiat. Même si les choses sont tellement dures, il faut une stratégie pour une reprise des activités », souhaite-t-il.

 

Il est difficile d’avoir le collectif des travailleurs de cette société pour leur version des faits. Car après plusieurs mois d’arrêt d’activités, ces derniers se sont reversés dans les travaux agricoles afin de subvenir aux besoins de leurs familles.

 

Les travailleurs de la société Centrapalm ont revendiqués 63 mois d’arriérés de salaires. C’est l’unique société de palm que dispose le pays.

 

 

Vers la relance des activités génératrices de revenus dans le 5ème arrondissement de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR CAROLE BYCEKOAN LE 9 OCTOBRE 2015

 

L’Organisation pour la Promotion des Initiatives de Développement Durable (OPID) à procédé ce vendredi 09 octobre au lancement officiel du « Projet de soutien socio-économique, aux femmes et filles du 5e arrondissement de Bangui ». Ce projet  s’inscrit dans le cadre des relances de leurs  activités.

 

Il s’agit pour cette organisation nationale de renforcer la capacité des femmes issues des différentes associations du 5ème  arrondissement de la ville Bangui, dans le cadre des activités génératrices de revenus, selon Patrick Leonard Zacko, président de cette structure.

 

Cette initiative est appréciée par les autorités locales du 5ème  arrondissement de Bangui. Alain Yemo, maire de cet arrondissement, se dit ravi de ce projet. « Désormais, il y’aura amélioration des conditions de vie dans chaque foyer et un impact en découlera dans le 5ème  arrondissement  à travers ce projet », a-t-il projeté.

 

Berthe Devan, présidente de l’Association Femme de l’Esperance du 5ème  arrondissement, une des bénéficiaires de ce projet, a montré l’intérêt de ce projet, qui selon elle, est une occasion pour  son organisation de relancer les activités génératrices de revenus.

 

 « Ce projet est le bienvenu dans notre association. Désormais, nous allons transformer le manioc amélioré en grande quantité et nous aurons un grand bénéfice », a-t-elle dit.

 

Ce projet de soutien socio-économique est financé par l’ONG IRC (International Rescue Committee). L’OPID promet d’élargir ses activités dans des différents arrondissements de Bangui.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 14:54
Nouvelles nationales sur APA
Nouvelles nationales sur APA

 

 

Le couvre-feu allégé à Bangui 

 

APA- Bangui(Centrafrique) -2015-10-09 12:02:53 - Le couvre-feu a été allégé à Bangui où il est désormais de 20h à 5h du matin contre auparavant 18h à 6h du matin, selon un décret du ministre centrafricain de la Sécurité publique Dominique Saïd Panguendji, publié ce vendredi.


Cet allègement s'explique par la maîtrise progressive de la situation sécuritaire par les forces internationales et nationales dans une bonne partie des arrondissements de Bangui.


Cette amélioration de la sécurité dans la capitale centrafricaine tranche avec l'insécurité qui persiste sur les routes qui desservent Bangui.


Les milices antibalakas ont érigé de multiples barrages sur ces principales voies imposant des taxes à tous ceux qui les empruntent.


Seuls arrivent à circuler les véhicules qui sont escortés par les casques bleus.

Dans le 4ème et le 8ème arrondissements de Bangui, on note une recrudescence de braquages et de vols de biens. Ces zones sont les fiefs des milices antibalakas.

Le couvre feu a été imposé par le Premier Ministre Mahmat Koumoun le 28 septembre dernier dans un discours à la nation au lendemain d'une tentative de prise de pouvoir par les antibalakas, suite aux violences qui avaient démarré à Bangui le 26 septembre.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=835822#sthash.KWKuf67w.dpuf

 

 

 

Le Président de l'Autorité Nationale des Elections démissionne

 

APA Bangui Centrafrique - 2015-10-09 13:48:10 - Le Président de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) de Centrafrique, Dieudonné Kombo Yaya, a annoncé qu’il allait remettre aux autorités de la Transition ce vendredi sa lettre de démission accompagnée d’un mémorandum pour détailler les raisons de sa décision.


Il a expliqué que la pression politique a pris le dessus sur les contraintes techniques pour l'organisation des élections. 


Selon lui, le respect du chronogramme électoral en souffre.


Le nouveau calendrier qui prévoit l'organisation des élections générales en Centrafrique pour la fin d'année 2015 ne peut pas être respecté techniquement selon Dieudonné Kombo Yaya. 


Les difficultés de tout genre que connaît le pays à savoir l'insécurité, le manque d'argent pour boucler le budget électoral justifient le glissement du processus électoral jusqu'au premier trimestre 2016.


Il a dit préfère quitter ses fonctions au lieu de continuer à faire des propositions de ‘'dates intenables''.


La démission annoncée du Président de l'ANE n'aura pas d'impact sur les préparatifs des élections puisque les urnes en vue de la tenue de ces élections générales sont arrivées au petit matin de ce vendredi dans la capitale centrafricaine.


Ensuite le processus d'enrôlement des électeurs a pris fin avec plus de 80% de personnes susceptibles d'être inscrites.


Dieudonné Kombo Yaya est la deuxième personnalité a avoir démissionné de l'Autorité Nationale des Elections après son vice-président Godfroy Mokamanandé au mois d'aout dernier et remplacé par Richard Gregbagba qui a prêté serment ce vendredi 


http://apanews.net/news/fr/article.php?id=835839#sthash.O32ATMRY.dpuf

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com