Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 18:31

 

 

 

 

 

 

http://www.lnc.nc/   lundi 01 septembre 2014 à 03H00

 

Tevai Teamo, 29 ans est l’un des deux soldats tahitiens blessés le 20 août à Bangui. Hospitalisé dans le Val-de-Marne, il se remet doucement de ses blessures en attendant de rentrer en Alsace, auprès de sa femme et de son bébé, avant de repartir en mission.

 

Les heurts ont été très violents les 19 et 20 août, à Bangui, entre les militaires français et des groupes armés. Des grenades ont été lancées. Qu’en est-il de vos blessures ?

 

Tevai Teamo : Une grenade a tapé au niveau de ma jambe droite. Des éclats ont frappé toute ma jambe, du pied jusqu’à la cuisse. Je ne peux plus marcher pour le moment mais, après six jours d’hospitalisation, j’ai déjà des séances de kiné. J’espère retrouver ma mobilité. Je ne connais pas encore la date de ma sortie.

 

 Que s’est-il passé ?

 

Dans un quartier musulman de Bangui, le 20 août, des groupes manifestaient depuis plusieurs heures, notamment contre la présence des militaires français. Ils bloquaient l’accès à l’arrondissement et on ne pouvait plus patrouiller. Ils avançaient et on reculait, jusqu’à ce qu’on ne recule plus. Ils étaient armés de grenades, de barres de fer et même de Kalachnikov. J’ai été le premier blessé. J’ai vu le mec dégoupiller la grenade et la lancer vers moi. De là, tout le monde a tiré.

 

Dans notre section, cinq hommes ont été blessés dont un autre Tahitien, le caporal-chef Edgar Renvoyé. Il a été touché à la cuisse gauche. Il a été hospitalisé à l’hôpital de Percy [hôpital militaire à Clamart, NDLR] mais il est sorti à présent. Sur place, nous avons été évacués rapidement. Juste sur notre position, il y a eu plusieurs morts du côté des groupes armés. J’ai été rapatrié en France le soir même.

 

Quelle était votre mission à Bangui ?

 

J’étais en mission avec Eufor-RCA [force opérationnelle dirigée par l’Union européenne en République centrafricaine, NDLR], engagée avec les Espagnols, les Italiens, les Polonais et les Géorgiens, pour un mandat de six mois. Cela faisait cinq mois que j’étais là-bas.

 

Avez-vous été sur d’autres conflits au cours de votre carrière ?

 

Je suis militaire depuis onze ans. Je suis allé notamment au Kosovo, au Liban, en Côte d’Ivoire et, bien sûr, en Centrafrique. L’armée m’a fait grandir. Je suis parti de Tahiti, j’avais à peine 18 ans. Je voulais m’engager, trouver un emploi stable et voyager. L’année prochaine, je passe un examen pour monter en grade. C’est la première fois que je suis blessé, mais je connais les dangers, bien évidemment. J’ai des copains qui ont été blessés et d’autres tués, comme dernièrement au Mali.

 

 

Mareva et Tamahana l’attendent à Sélestat

 

Tevai Teamo est marié et papa depuis le mois de janvier. Deux mois après la naissance de son petit garçon, il est parti en mission à Bangui. Il retrouvera prochainement sa petite famille qui habite à Sélestat, près de Colmar, en Alsace. « Depuis mon départ de Tahiti, Je n’y suis rentré qu’une fois pour le décès de mon frère. Je pense rentrer à la retraite », dit-il.

Douze victimes dans les rangs du 152e régiment

 

L’Agence France presse (AFP) rapportait, le 21 août dernier, que des heurts avaient opposé mardi et mercredi des soldats français à des individus armés au PK 5 dans le 3e arrondissement de Bangui, faisant au moins cinq morts et près de 40 blessés d’après une source hospitalière.

 

Selon des sources militaires, lors des affrontements du 20 août à Bangui, les militaires de la force européenne patrouillaient quand ils ont été attaqués par des individus en possession d’armes légères.

 

Les combats ont fait douze victimes dans les rangs du 152e régiment d’infanterie de Colmar. Cinq soldats ont été blessés. Les autres souffrent de troubles auditifs. 160 militaires de la 4e compagnie du 152e régiment d’infanterie opèrent actuellement à Bangui dans le cadre du dispositif de l’Eufor. Leur retour à Colmar est prévu fin septembre ou début octobre.

 

La France, dans le cadre de l’opération Sangaris et au sein de l’Eufor (dont l’objectif est d’assurer la sécurisation dans la zone de Bangui) tente d’appuyer les personnalités les plus modérées de chaque camp, les Séléka (majoritairement musulmans) et les anti-balaka (milices d’autodéfense, majoritairement chrétiennes, mises en place par des paysans) mais son influence sur le terrain est contestée. À partir du 15 septembre, la Minusca (Mission des Nations unies pour la stabilisation en RCA) doit se substituer progressivement aux forces internationales (française, européenne et africaine) déployées depuis fin 2013.

 

Propos recueillis par La Dépêche de Tahiti

Lu pour vous : « J’AI VU LE MEC DÉGOUPILLER SA GRENADE ET LA LANCER VERS MOI »
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 18:05

 

 

 

 

 

La montagne centrafricaine avec son gouvernement de Transition, ses « partis politiques alimentaires », sa « Séléka », ses Antibalaka, sa société civile, ses multiples déplacements à l’étranger a finalement accouché d’une souris. Ou d’un souriceau, mais tellement enflé ( 31 ministres) comme la grenouille de la fable qu’il va finir par éclater .

 

Le gouvernement Kamoun avec ses doublons fait plus penser à une auberge espagnole qu’à un gouvernement de combat pour sortir la RCA de la guerre, de la misère et de la pauvreté . C’est un gouvernement atypique, dirigé par une personnalité interdite de séjour aux Etats-Unis d’Amérique qui abritent l’ONU et les institutions de Bretton Woods (FMI, Banque Mondiale). Il n’a pas fait l’unanimité avant et après sa formation. La « Séléka » comme il fallait s’y attendre le désavoue malgré la part du lion réservée à ses cadres qui n’ont rien prouvé jusque-là. Cela n’est pas fait pour nous surprendre. La « Séléka » aurait désavoué n’importe quel autre gouvernement. C’est l’essence même de cette nébuleuse cooptée à l’étranger, financée, entraînée et envoyée en RCA pour la déstabiliser. Elle fait ce pour quoi ses commanditaires l’ont façonnée. Elle remplit sa part du contrat en suscitant une autre candidature et en inondant Internet et les journaux complaisants de ses communiqués insipides et redondants.

 

Nous nous garderons bien de critiquer le nouveau gouvernement (17 ministres maintenus sur 31 !) en attendant la déclaration de politique générale du Premier ministre et les premières mesures mises en place pour ramener la paix et la sécurité en RCA . Pour cela, le Premier ministre doit être clair, net et sans ambiguïté contre tous les porteurs d’armes en Centrafrique . Il peut s’appuyer sur les nombreuses Résolutions votées à l’ONU en faveur de la RCA pour mettre à contribution les forces internationales présentes ou à venir.

 

La France qui vante ses hélicoptères Fennec, Gazelle et Puma en Centrafrique doit être mise devant ses responsabilités . A quoi servent ces engins de guerre moderne si ce n’est pour protéger les populations civiles centrafricaines ? C’est le cas de rappeler ici qu’aucune force non conventionnelle centrafricaine ne dispose de couverture aérienne . En laissant massacrer les populations civiles centrafricaines à l’ère des drones, des écoutes électroniques sophistiquées, la France retombe dans un travers qui nous rappelle le Rwanda de triste mémoire.

 

L’actualité brûlante en Irak, en Ukraine et à Gaza a momentanément éclipsé la RCA du devant de la scène mais ce qui s’y passe reste douloureusement atroce : chaque jour qui passe apporte le deuil dans des dizaines de foyers centrafricains. On parle alors pudiquement de civils tués par des hommes armés. Mais tous les Centrafricains savent qui tue en RCA !

 

Nous relevons une curiosité au passage : tout le monde, y compris le journal Le Monde a présenté la guerre en Centrafrique comme une guerre religieuse opposant des musulmans aux chrétiens. Paradoxalement, le monde occidental chrétien qui a laissé tuer des chrétiens en Centrafrique est aujourd’hui vent debout pour venir en aide aux chrétiens d’Orient menacés par les djihadistes en Irak et en Syrie. Les premiers réfugiés chrétiens d’Irak sont déjà arrivés à Paris, accueillis par le Ministre des Affaires Etrangères en personne. Alors, deux types de chrétiens ? Deux poids, deux mesures ? La ficelle est trop grosse …

 

La Présidente de la Transition centrafricaine peut emprunter les chemins les plus tortueux, utiliser des ruses de Sioux pour finir par nous sortir de son chapeau un membre de son propre cabinet, doubler tous les postes ministériels pour offrir des rentes appréciables à des intrigants ou à des amis, se mettre à dos toute la sous-région et la communauté internationale etc…nous la jugerons sur pièce . Enfin, nous empruntons au chanteur ivoirien Gadji Celi cette strophe pour conclure cette tribune :


« C’est le seul pays de ma vie

Si tu le détruis

Je ne saurai plus où partir » (1)


David KOULAYOM-MASSYO   Reims, 26 Août, 2014

Centrafrique : Tout ça pour ça ? par David KOULAYOM-MASSYO
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 16:19

 

 

 

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

UNITÉ-DIGNITÉ-TRAVAIL

 

Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (Ex-Coalition Séléka)

 

…………………………………………………………………………………………………………

 

 

Communiqué de Presse No 0007/ECS/RCA

 

 

Le Bureau Politique de l’Ex-Coalition Séléka tient une fois de plus à informer l’opinion nationale et internationale, qu’elle ne se reconnait pas dans la composition du nouveau Gouvernement qui vient d’être publiée le vendredi 22 aout 2014 en République Centrafricaine.

 

L’Ex-Coalition Séléka n’a ni soutenu, ni communiqué le nom d’un Premier Ministre ou les noms des Ministres à la Présidence de la République. De ce fait, tous les Membres de l’Ex-Coalition Séléka ayant participé au présent Gouvernement sont exclus définitivement de ladite Entité.

 

Leur participation au Gouvernement, constitue une haute trahison et un non respect des consignes donnés par la Hiérarchie.

 

Les préalables n’ayant pas été respectés, le Bureau Politique de l’Ex- Coalition Séléka maintient sa position de non participation au Gouvernement.

 

Le combat que mène l’Ex-Coalition Séléka  ne se résume pas aux portefeuilles ministériels. Elle veut implanter la Paix au pays et le doter d’un Projet de société pour la RCA assorti  d’un idéal de Liberté, de Démocratie, de Prospérité pour le plus grand nombre possible de nos concitoyens, sans aucune espèce de discrimination, qui sera soumis à l’ensemble du peuple Centrafricain au moment opportun.

 

Toutefois, le Bureau politique de l’Ex-Coalition reste déterminé à trouver une solution politique juste, équitable et durable par la voie du dialogue et de la négociation avec toutes les forces vives de la nation.

 

Fait à Birao, le 31 Août 2014

 

Pour Le Président,

 

Le 1er Vice-président

 

Général NOUREDINE ADAM

 

Ancien Ministre D’État

Nouredine Adam stigmatise la "haute trahison" des trois ministres ex-Séléka du gouvernement Kamoun
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 16:12

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-08-31 12:08:53 - Cinquante enseignants chercheurs de l’Université de Bangui qui viennent d’être formés pendant quatre mois à la pédagogie universitaire ont reçu samedi leurs parchemins, au cours d’une cérémonie tenue dans l’amphithéâtre ‘’Paul Pamadou Pamoto’’ de l’Ecole normale supérieure (ENS) de Bangui.


Cette formation, la 18è du genre organisée par le Centre pédagogique universitaire (CPU) pour la session 2013-2014, vise le renforcement de ces enseignants chercheurs et nouvellement recrutés.


‘'Les enseignants de l'université doivent être enseignés en pédagogie pour assurer leur rôle d'enseignant et pour mieux améliorer la qualité de leur enseignement'', a déclaré Faustin Dolingo, directeur du Centre pédagogique universitaire (CPU)


Selon lui, cette formation qui a démarré le 10 mars pour prendre fin le 25 août a permis aux apprenants d'être initiés à l'andragogie, la psychologie de l'adulte, la docimologie, l'évaluation la didactique des enseignements, la communication pédagogique, la rédaction administrative, la pédagogie universitaire, le leadership et la méthodologie de recherche.


‘'A travers cette formation, l'Université de Bangui a donné l'occasion aux enseignants chercheurs et aux jeunes nouvellement recrutés de recevoir un bain pédagogique'', a-t-il souligné.


‘'Pendant la formation, nous avons appris beaucoup de choses puisqu'on ne savait pas vraiment comment enseigner à l'université et qu'on confondait la pédagogie à l'andragogie'', s'est réjoui, l'un des apprenants, Patrick Mbesse, promettant qu'avec cette formation reçue ‘'nous allons pouvoir enseigner maintenant un adulte''.

 

 http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=803424#sthash.MHjnFPCD.dpuf

Renforcement de capacités pour 50 enseignants chercheurs centrafricains
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 16:00

 

 

 

 

AU SECOURS DES IDEES                                                                    

 

Nommé le 10 août, premier ministre, Mahamat Kamoun a annoncé, vendredi 22 août, la formation d’un nouveau gouvernement de large ouverture, comptant 31 ministres contre une vingtaine, dans le précédent, conduit par André Nzapayéké. La nouvelle équipe intègre, à peu près, tous les profils de la scène politique centrafricaine actuelle : société civile, partis politiques, groupes armés, chrétiens, musulmans, animistes.

 

Douze membres du gouvernement sortant, ont retrouvé une place dans le nouveau cabinet. Les ministres des Affaires étrangères, des Postes, de l’Economie, de la Fonction publique, de l’Education, du Commerce, et de la Santé, restent inchangés.

 

Cinq membres de l’ancienne équipe se voient attribuer de nouveaux portefeuilles, à l’instar d’Aristide Sokambi, issu de la société civile et ancien titulaire de l’Administration du territoire, qui devient nouveau ministre de la Défense.

 

Dix-neuf nouvelles personnalités font leur entrée au gouvernement, dont le général de gendarmerie, Thierry-Marie Métinkoué, nouveau ministre à la Sécurité.

 

Les rebelles de l’ex-coalition Séléka obtiennent trois portefeuilles, avec l’Elevage (Mahamat Tahib Yacoub), les Transports (Arnaud Djoubaye Abazène) et les Postes et Télécommunications (Abdallah Kadre Hassane). Ils sont entrés au gouvernement après un accord du président de Séléka, l’ancien président de la transition, Michel Djotodia.

 

Armel Ningatoloum Sayo, un commandant du mouvement Révolution et Justice (rébellion armée active dans le Nord-Ouest), a, quant à lui, été nommé ministre de la Jeunesse et des Sports.

 

Des voix se sont élevées, et non des moindres, pour contester, non seulement, la nomination de Mahamat Kamoun, au poste de premier ministre, mais aussi, celle de l’ensemble de son gouvernement. Il en est, par exemple, du deuxième vice-président de l’ex-Séléka, le général Dhaffane, qui « se donne le droit de reconsidérer les engagements pris au Forum de Brazzaville », organisé du 21 au 23 juillet, sous l’égide du président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, médiateur de la crise centrafricaine.

 

Une partie de la société civile représentée par Joseph Bindoumi, président de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme, fait savoir, de son côté, que « des personnalités se réclamant de la société civile (et faisant partie du gouvernement) n’ont pas été choisies par la société civile ». Il en est de même de l’ancienne majorité du président, François Bozizé, renversé, en mars 2013, par l’ex-Séléka : « Nous n’avons rien contre Mahamat Kamoun, mais il fut directeur de cabinet de l’ancien président Michel Dotodia (qui avait renversé François Bozizé le 24 mars 2013) qui a laissé un passé plein de mauvais souvenirs au peuple », a déclaré Mohamed Bengué Bossin, porte-parole de la coalition GPP-RTL qui regroupe l’ancienne majorité du président François Bozizé.

 

Bref, il y a beaucoup de mécontents. Y compris l’AFDT  (Alliance des forces démocratiques pour la transition) qui demande le retrait de sa représentante, du gouvernement.  La coupe est pleine.

 

La présidente de transition, Catherine Samba-Panza pouvait-elle satisfaire tout le monde ? Quand on voit l’état de délabrement du pays et la hargne que mettent les groupes armés ou non à le détruire, malgré l’implication des forces politiques et militaires internationales, on donne raison à la présidente, qui s’est donné du temps, trois semaines, pour consulter, avant de désigner de façon « discrétionnaire » son premier ministre, et sortir l’équipe gouvernementale.

 

Pour diriger le Centrafrique, de nos jours, il faudrait une sacrée dose de caractère. Catherine Samba-Panza n’est peut-être pas (encore) une professionnelle de la politique, mais elle peut être considérée comme une « dame de fer ». Seule devant l’histoire, elle a fait son choix en toute responsabilité, et l’assume devant ses compatriotes : « Il faut donner l’occasion au nouveau premier ministre de faire ses preuves », au lieu de continuer à chercher à « déstabiliser la transition ».

 

Face à trop d’intérêts en jeu, dans ce pays tiraillé de tous les côtés, Catherine Samba-Panza vient de dicter son choix, qu’elle estime conforme aux (seuls) intérêts de son pays, actuellement, en lambeaux. C’est une litote. Exit le candidat du médiateur. Celui du président en exercice de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale) n’a qu’à se préparer pour la prochaine élection présidentielle, tout comme celui de la France, qu’on disait avoir un très bon profil. C’est à Madame Panza de désigner un premier ministre. Point final. Ce pouvoir lui a été donné en janvier, à N’Djamena, par les chefs d’Etat de la sous-région. Ne revenons pas là-dessus. Donnons-lui, plutôt, les moyens d’abréger cette transition qui n’a que trop duré.

 

Ce sera, donc, Kamoun jusqu’à l’élection présidentielle de février 2015.

 

Sans tarder, il faut se (re)mettre au travail car le temps presse, tout en ayant à l’esprit, que la communauté internationale fait, déjà, beaucoup pour aider le pays, mais qu’elle ne sera pas, éternellement, derrière lui si ses fils et filles continuent de refuser de prendre son destin en main.

 

AFRIQUEDUCATION n° 398 - Du 1er au 15 septembre 2014 - www.afriqueeducation.com

 

Lu pour vous : CENTRAFRIQUE : CATHERINE SAMBA-PANZA EST-ELLE COURAGEUSE OU SUICIDAIRE ? Par Paul TEDGA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 14:59

 

 

 

 

 

Par Le Nouvel Observateur   30-08-2014 à 13h46

 

À l'occasion du festival Visa pour l'image de Perpignan, le photojournaliste Michaël Zumstein revient sur ses reportages en Centrafrique.

 

Photojournaliste franco-suisse spécialiste du continent africain, Michaël Zumstein a couvert ces dernières années plusieurs conflits de la Centrafrique à la Côte d’Ivoire en passant par le Mali et la République démocratique du Congo.

 

Pour sa 26édition, le festival Visa pour l’image de Perpignan expose ses photos sur le conflit centrafricain dans une série intitulée "De terreur et de larmes." Un reportage au long cours de plusieurs mois, commencé début septembre 2013, à l’aube de la lutte armée qui allait opposer la Séléka, mouvement rebelle à majorité musulmane, et les anti-balaka, milices chrétiennes d’autodéfense.

 

De la formation des milices aux multiples exactions commises par les deux camps, le photographe a suivi toutes les évolutions du conflit dont la teneur religieuse se profilait. Avec Cyril Bensimon, journaliste au "Monde", ils étaient parmi les premiers reporters sur place. Michaël Zumstein raconte au "Nouvel Observateur" les conditions de travail dans lesquelles il a opéré en Centrafrique et la difficulté pour les photojournalistes de vendre leurs images. Interview.

 

Pourquoi un festival de photojournalisme comme Visa pour l’image est important ?

- La production de l’information est de plus en plus rapide, on est dans l’instantanéité. Le festival Visa offre une histoire de l’actualité sur la longueur, avec la possibilité de montrer la quasi-intégralité des photos du reportage. C’est un temps de répit où le long récit est roi. Pour des sujets complexes, comme la guerre en Centrafrique, le festival permet aussi de mettre en avant le travail des photojournalistes qui, à part lors d’enlèvements ou de meurtres, sont assez peu mis en avant.

 

C’est le moment d’une compréhension du monde, l’occasion de prendre le temps d’expliquer notre travail et les conditions de réalisation d’un sujet.


Certains journaux spécialisés publient encore des photoreportages, mais c’est un public restreint. Avec le festival Visa, plus de 200.000 personnes peuvent y accéder gratuitement.

 

Quand vous prenez une scène violente en photo, comme en Centrafrique avec les machettes, ne craignez-vous pas que cela se retourne contre vous, en tant que témoin ?

 

- Ceux qui commettent ce genre d’exactions savent très bien qu’il y a des journalistes autour d’eux. On est souvent proches de la scène de violence. En tant que Blancs, avec des appareils photos professionnels, on est très vite repérables, surtout si on ne travaille pas au téléobjectif. À partir du moment où l’on n’est pas chassé directement, c’est qu’il y a une permission implicite.

 

Le plus important est de faire attention que les scènes ne se produisent pas à cause des journalistes présents. J’ai connu des situations où des membres de groupes armés nous disaient : "Venez, venez, on a coincé un musulman, vous allez voir ce qu’on va lui faire." C’est de la manipulation pure et dure dans ce cas-là. Le photographe ne doit pas céder à la tentation de l’image facile. Le groupe de photojournalistes dans lequel j’étais a toujours refusé de participer à ce genre de scène. C’est une ligne à ne surtout pas franchir.

 

La crise du photojournalisme vous pousse-t-elle à rechercher des photos plus trash ?

 

- Non, je ne suis pas en quête de photos sanglantes. L’ultra-violence détourne parfois la vision de l’ensemble et enlève le côté narratif au récit que l’on donne à voir. Au contraire, on redouble de prudence avec ce genre d’images "trash". Le sang n’est pas la preuve que la photo est bonne.

 

Surtout, il ne faut pas oublier qu’en zone de conflit, les différents camps veulent manipuler l’information pour se mettre en valeur, intimider l’adversaire et tirer profit de la couverture des médias. Cela fait partie de la propagande des groupes armés."

 

En Centrafrique, au début de la crise, on voyageait avec un chauffeur musulman et un fixeur [accompagnateur, NDLR] chrétien, puis on alternait. Mais après plusieurs semaines de combats, il était difficile d’aller dans un quartier chrétien, avec un chauffeur de confession musulmane, et vice-versa. Or, pour traiter l’actualité, c’est essentiel d’aller dans les deux camps et trouver un équilibre dans la réception de l’information. On recoupe toujours les renseignements qu’on nous donne avec les ONG, les émissaires de l’ONU sur place pour être certain que nos photographies correspondent à la situation. Lors de mes 11 semaines de reportage pour "Le Monde", j’ai pu me rendre partout et passer d’un camp à l’autre dans la même heure.

 

Il y a des photos très violentes que j’ai demandé au journal de ne pas diffuser. Soit parce que je n’avais pas les moyens de vérifier les circonstances de la mort de la personne, soit parce que l’image ne donnait pas plus d’information qu’une mort brutale.

 

Ces photos peuvent-elles servir à expliquer autre chose que l’instant ?

 

- Prendre ces photos est important pour un travail d’archive. L’ambition du photojournaliste est aussi de documenter, de s’inscrire dans l’Histoire. Je me souviens d’une image très dure d’une personne morte qui allait être émasculée, à 100 mètres de la porte d’entrée des forces françaises. Garder cette image est primordial pour savoir comment la France réagira quand on lui demandera de faire le bilan de l’intervention.

 

Quels changements avez-vous observés dans le secteur du photojournalisme ?

 

Au niveau de la production de photos, on a moins d’espace qu’il y a 20 ans par exemple. Quand j’étais plus jeune, j’arrivais à trouver des journaux pour publier mes reportages et raconter des histoires.

 

L’avantage aujourd’hui est qu’avec la baisse des prix des billets d’avion et le développement des moyens de communication, il est plus facile de se pré-positionner sur le terrain quand on sent une actualité. Par exemple en Centrafrique, des relais m’avaient parlé de tensions qui existaient dans le pays. J’y suis allé avant que cela n’explose, ce qui m’a donné la possibilité de nouer des contacts, de comprendre les enjeux géopolitiques et de faire du repérage.

 

Le danger avec ces facilités d’accès au terrain, c’est l’arrivée de jeunes reporters inexpérimentés sur des zones conflictuelles où le risque est démultiplié.

 

En République centrafricaine, j’ai vu des jeunes photographes qui travaillaient dans des conditions dramatiques sans gilet pare-balles, sans assurances, sans média derrière eux, ni même une agence pour distribuer leurs photos."

 

Ils n’avaient pas de voiture, ou alors un vieux taxi qu’il fallait pousser pour faire démarrer ; imaginez quand il faut prendre la fuite pour échapper à une horde de rebelles armés de machettes. L’équipe de photojournalistes professionnels sur place leur a dit de partir. Le danger pour les jeunes photographes c’est de vouloir aller trop vite, trop loin, trop fort.

 

L'indication "Presse" peut-il faire des journalistes une cible, plutôt qu’une protection ?

 

Oui, cela peut arriver. On est toujours des proies potentielles dans une zone de conflit. C’est le grand mythe de tuer le messager plutôt que l’ennemi.

 

Propos recueillis par Tancrède Bonora

 

Michaël Zumstein commente deux de ses photos pour "Le Nouvel Observateur" :

 

"Ci-dessus, une photo que j’ai faite lors de mon premier voyage, en septembre 2013. À l’époque, on ne les appelait pas encore les anti-balaka, c’était encore des groupes d’autodéfense villageois, armés de carabines, qui essayaient de se défendre de la Séléka au pouvoir.

 

Puis quand le rapport de force s’est inversé, à partir de janvier 2014, ces mêmes milices chrétiennes ont commencé à faire aux musulmans ce que la Séléka leur avait fait subir : pillage, viol, destruction de villages. Cette photo prend maintenant des airs de tableau inquiétant car ces hommes sont devenus les maîtres officieux des routes centrafricaines. Au début, la population civile chrétienne les acclamait, maintenant c’est terminé car ils rançonnent tout le monde sur la route (chrétiens et musulmans). Ce sont devenus des grands brigands."

 

"Après l’attaque ratée de Bangui, le 5 décembre 2013, par les miliciens anti-balaka, pour prendre la ville et faire tomber le pouvoir de la Séléka, les miliciens chrétiens se cachaient dans les faubourgs. Ici, nous les trouvons presque par hasard dans une école désaffectée où ils nous proposent d’assister à un cours d’instruction militaire.

 

Alignés en rang comme dans une classe normale, les "élèves" sont venus à l’école avec leurs armes : machettes, gourdins cloutées et couteaux. Ils répondent aux questions de l’instructeur militaire et tachent de faire bonne figure devant le photographe.

 

Quelques semaines plus tard, ce sont ces mêmes hommes qui terroriseront les populations musulmanes et les forceront à quitter un pays qui était pourtant le leur."

 

Lu pour vous : CENTRAFRIQUE. "Le sang n’est pas la preuve que la photo est bonne"
Lu pour vous : CENTRAFRIQUE. "Le sang n’est pas la preuve que la photo est bonne"
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 12:52

 

 

 

 

 

30/08/2014 à 13:00 (AFP)

 

Au moins onze personnes ont été tuées dans de violents affrontements survenus mercredi et jeudi dans la région de Bambari, dans le centre-est de la Centrafrique, entre Peuls armés et miliciens anti-balaka, a indiqué à l'AFP une source au sein de la force africaine Misca.

 

"Au moins onze personnes, en majorité des Peuls, ont été tuées et plusieurs autres blessées dans de violents affrontements qui ont éclaté mercredi et jeudi dans le village de Ngakobo", a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

 

Ces combats ont opposé des Peuls armés et des individus armés se réclamant des milices anti-balaka à majorité chrétienne, selon la même source.

 

"Il s'agit d'un bilan provisoire, parce que des heurts sont signalés entre les deux camps dans des villages des environs où l'on parle aussi d'incendie et de destructions de maisons, de pillages et autres exactions", a ajouté la même source.



"Les affrontements semblent se poursuivre encore, car les Peuls armés sont à la recherche des anti-balaka dans la zone", selon cette source.

Centrafrique : 11 morts dans des affrontements
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 12:28

 

 

 

 

 

http://mondafrique.com/    PAR XAVIER MONNIER - Publié le 30 Août, 2014

 

Mails, virements, hommes de l'ombre, enquêtes privées et paradis fiscal. Sept ans après la plus grande OPA de l'histoire du géant nucléaire français, la manoeuvre a tourné au fiasco. Deux milliards de perte au moins. Et le dossier irradie encore, de France jusqu'en Centrafrique.

 

C'est un puzzle dont les pièces ont été éparpillées. Au fil du temps, elles ont même été enrichies, remplacées, détournées, déplacées à travers le monde.  Entre Europe, Amériques, Afrique et leurs paradis au climat fiscal bien tempéré, leurs coffres-forts inviolables et leurs transactions frappées du sceau du secret bancaire. 

 

Trésor centrafricain

 

Sept ans après le rachat d'Uramin, société canadienne immatriculée aux îles Vierges Britanniques, par Areva à l'occasion de la plus grosse OPA de l'histoire du géant nucléaire (et public) français, quelques éléments refont surface, nourrissant le trouble sur les modalités de l'opération. Son but. Ses bénéficiaires. Venues d'Afrique du Sud, de Centrafrique, du Canada ou bien sûr de France, ces empreintes, froides, marquent un terrain largement miné. Que ce soit sur le plan politique, économique ou diplomatique. 

 

Les enquêtes de Bakchich, au cours des dernières semaines, ont révélé certains de ces éléments. Par exemple : le virement d'Areva au trésor centrafricain pour solder le différent fiscal autour du rachat d'Uramin. Si le versement du géant français, via l'un de ses comptes londoniens, a bien été effectué, les finances centrafricaines en ont été délestées… Que cette manne ait été détournée par le clan Bozizé, alors au pouvoir en Centrafrique, et serve maintenant à financer la rébellion dans un pays où les soldats français sont embourbés n'est pas une hypothèse invraisemblable...

 

Les coquilles d'Areva

 

Les étranges caviardages des documents transmis par Areva à l'Agence des participations de l'Etat pour valider l'achat d'Uramin intriguent également. Non seulement l'opération a été finalisée durant l'entre-deux tours de la présidentielle de 2007, mais encore les bémols avancés par les experts miniers d'Areva quant aux capacités d'Uramin n'ont pas été soumis à l'appréciation de la puissance publique. Ni même l'étonnante – et très impressionnante - hausse du cours d'Uramin, 6 mois avant son rachat : de quelques centaines de millions de dollars fin décembre 2006, son prix s'est envolé, en juin 2007 à 2,5 milliard de dollars. L'investissement s'est révélé d'autant plus ruineux que le marché de l'uranium s'est effondré après la catastrophe de Fukushima, obligeant Areva à provisionner 2 milliards d'euros de pertes, principalement sur Uramin. Les mines acquises en Namibie et en Centrafrique, difficilement exploitables, ne sauraient être rentables qu'avec un marché de l'uranium au plus haut. Un pari risqué, tenté et perdu par Anne Lauvergeon. A dessein?

 

De la France à l'Afrique, un fort accent belge

 

C'est le soupçon qui plane depuis 2007 sur le dossier, et que ni le rapport Ricol en 2010, ni les missions d'information parlementaires de 2012, ni les audits effectués la même année, ni même les enquêtes privées diligentées par Areva, ne sont parvenus à éteindre : celle aussi, sur laquelle planche la brigade financière parisienne, saisie par le parquet national financier après une alerte, en avril 2014, de la Cour des comptes. Sept ans après les faits, la justice a ouvert une enquête préliminaire pour «présentation ou publication de comptes inexacts ou infidèles »« diffusion d'informations fausses ou trompeuses »« faux et usage de faux ». Des premières perquisitions ont été réalisées au sein même d'Areva et aux domiciles de ses anciens dirigeants - d'Anne Lauvergeon (présidente) et son époux Olivier Fric à Sébastien de Montessus (directeur de Mines) en passant par Daniel Wouters (vice-président, et grand exécutant de l'achat d'Uramin) - préalable fort peu urbain mais nécessaire avant une audition en bonne et due forme, à laquelle le dernier nommé a déjà goûté. 

 

Au coeur des interrogations des policiers, le CV dudit Wouters. Financier belge, spécialiste des opérations minières et levées de fonds liées à l'Afrique, il jouit d'un épais carnet d'adresses qui lui a permis de rapidement rebondir, après son départ d'Areva… dans la nouvelle structure créée par les anciens d'Uramin. Encore plus troublant, en 2008, pas peu fiers de la culbute qu'ils avaient réalisée, les fondateurs de la boîte publient un livre, A team enriched, où ils écrivent que le secret le mieux gardé d'Areva consiste en la personne qui a embauché Wouters au sein du géant français.

 

Cv et mails, les actes gratuits de M. Lauvergeon

 

Le secret a été partiellement éventé. Le mari d'Anne Lauvergeon a placidementexpliqué qu'il avait, en avril 2006, transmis le CV de Wouters dont l'embauche serait actée que six mois plus tard. « A l'époque, beaucoup de "mercenaires" des mines ont postulé, se rappelle un proche d'Atomic Anne. Mais elle voulait un vrai financier spécialiste des mines, pas un broker. Elle s'en est ouvert à son mari, qui connaît mieux les milieux de l'Est que l'Afrique. Mais un de ses amis travaillait avec Wouters sur une levée de fonds sur la plus gros cimenterie africaine. Il lui a transmis le dossier, sans le suivre». L'acte, gratuit, s'est transformé après le fiasco Uramin, en élément à charge. Que des pièces saisies lors des récentes visites policières sont venues alourdir.

 

Notamment un mail, dévoilé par L'Obs, sur lequel Bakchich a également mis la main, et que nous publions ici dans son intégralité.

 

A première vue, ce courriel, un rien crypté, a de quoi indisposer Olivier Fric, qui a toujours nié s'être mêlé des affaires d'Areva, malgré le cas Wouters et son rôle de conseiller des financiers d'UAG, l'un des partenaires d'Areva en Namibie.

 

Bakouma, un gisement très prisé

 

Surtout, le mail concerne l'un des épisodes les plus complexes du dossier Uramin dans la «très touchy» Centrafrique. Autour du gisement de Bakouma, racheté à prix d'or par Areva, deux parcelles connexes ont été acquises par Saif Durbar et Richard Odonko, proches conseillers de Bozizé, et regroupés dans la société Uranio. Or, sans ces terrains, impossible de lancer une exploitation de Bakouma. Ce verrou a longtemps pesé sur les négociations entre Areva et la Centrafrique… jusqu'à l'incarcération de Durbar, en France, après sa condamnation à cinq ans de prison dans un (très vieux) dossier d'escroquerie. Étrangement, l'homme d'affaires indopakistanais bénéficiera après seulement quelques mois d'une libération conditionnelle : Uranio, elle, disparaîtra…

 

«Rigsby, qui est cité dans le mail, était le trustee de Durbar», peste un proche de l'ancien vice-ministre des affaires étrangères de Centrafrique. « Il a essayé de le trahir en vendant ses part dans son dos». Sans succès. Si Robert Kissin, spécialiste comme Fric des marchés de l'Est en général et épinglé par Wikileaks pour son rôle dans une affaire de corruption au Kazakhstan, assure à Bakchich ne pas se souvenir du dossier, les proches de M. Lauvergeon s'en rappellent fort bien.

 

«Olivier Fric est connu par tous les milieux financiers parce qu'il bosse là dedans depuis 30 ans. Il a reçu 5 propositions d'émissaires d'Uranio, avant et après ce mail. Il a transmis à qui de droit, c'est à dire Montessus, c'est tout. Sans donner suite». Ni succès.

«Dans l'affaire, Durbar a tout perdu », décrit un proche de l'homme d'affaires indopakistanais. « Les permis d'Uranio ont été annulés entre 2010 et 2011, avant d'être accordé à une joint-venture créé fin 2009 entre Areva et Georges Forrest». 

 

Ancien consul honoraire de France et de Belgique au Katanga, Georges Forrest, considéré comme l'un des plus influents miniers d'Afrique australe, avait notamment prêté à Patrick Balkany son avion privé, lors des tournées africaines du maire de Levallois. Selon Le Point, il a même émis virement de 5 millions de dollars sur un compte singapourien, dont le bénéficiaire final serait l'élu sarkozyste.

Encore une pièce dans un puzzle des plus radioactifs…

Lu pour vous : Areva, le puzzle d’Uramin
Lu pour vous : Areva, le puzzle d’Uramin
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 10:54

 

 

 

 

 

                 M.L.P.C

Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain

 

Justice – Liberté – Travail

 

 Membre de l’Internationale Socialiste

 

                                                                                                                                         

 Bureau Politique

Secrétariat Général

 

                                               

Décision n°          / 14

Portant  suspension d’une camarade membre

de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage (CCA)

 

 

Le Bureau Politique

 

Vu les Statuts et Règlement  Intérieur du Parti ;

 

Vu le procès – verbal de la réunion statutaire du Bureau Politique en date du 27  Août 2014.

 

Décide

 

Article 1er : La camarade  Jeannette  DETHOUA, vice Présidente de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage (CCA), est suspendue de toute activité du Parti conformément à l’article 72 alinéa 2 du Règlement Intérieur jusqu’au prochain Conseil Politique National (CPN).

 

Motifs : - Inobservation de la ligne politique du Parti (article 69 alinéa 1 du

                Règlement Intérieur) ;

              - Refus d’exécuter les décisions et directives émanant  du Bureau Politique

                (Article 71 alinéa 1 du Règlement Intérieur) ;

 

Article 2 : La présente décision qui prend effet pour compter de la date de sa signature sera enregistrée et publiée  partout où besoin sera.

 

 

                                                       Fait à Bangui, le

 

 

                                 Le Président

 

                            Martin  ZIGUELE

Ampliations

 

-C.C.A

-Tous les organes du Parti                         

-AFDT

                    

Pour refus de démission du gouvernement Kamoun, Mme Jeannette Déthoua est sanctionnée par le MLPC
Pour refus de démission du gouvernement Kamoun, Mme Jeannette Déthoua est sanctionnée par le MLPC
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 10:50

 

 

 

 

Cinq millions de Centrafricains

Ont vaincu les agresseurs

Victoire pour le combat pour nos terres!

 

                                                                    1

 

Le peuple Bantou gagne toujours!

Victoire contre les agresseurs

De la Centrafrique

                                                                   2

 

Nos mères se nommaient, elles

Mandapu, Zara, Yalama

Pourquoi  les séparer?

                                                                    3

 

Durant les combats bientôt, ils

Accourent à Birao, Ndélé à Djalé

Pourquoi recruter les enfants?

                                                                    4

 

Ne confondons pas les cultures!

L’adolescent était un combattant

Pourquoi maintenant est-il devant

Les mitrailleuses pour tuer les gens?

                                                                  5

 

Faca Anti-Balaka l’armée centrafrique

Victorieuse est rendue fantôme

L’adolescent Guy Moquet de France

A dix- sept ans ,  fusillé par les allemands

Il est de nos frères dans l’esprit

Ancien de la Résistance

                                                                 7

 

Le Général De Gaulle mena

Au meilleur de son pays

Uni par l’espérance des

Nourritures

                                                               8

 

La victoire des centrafricains

La souffrance des enfants femmes

Hommes est humiliée

Pourquoi?

                                                              9

 

Cinq millions de combattants

Humiliés après la victoire

Notre victoire centrafricains!

Ils nous traitent en mendiants

                                                             10

 

D’un coup de talon de soulier sur le

Dos de la populationvictorieuse

Ils n’ont pas de regard sur elle

Ils accourent les bandits laids

Je vends tout!

 

                                                                 11

 

Ils accourent du refuge de leurs

Maîtres-partenaires leur cervelle

S’entre égorger

Ils n’ont jamais rien fait sur terre

Que se prostituer

                                                                12

 

Je vends tout intermédiaire

Nègre blanc de croyances franco-china

Qui égorgent  les gens

Je prends tout

Je vends toute appartenance à la

Race centrafricaine d’est en ouest

 

                                                             13

 

Ils trahissent le peuple de la victoire

Femmes hommes enfants qui sont

Cinq millions dans le Silence

La résistance réduite au silence

Sans espérance des nourritures

Pourquoi?

 

                                                              14

 

D’un coup de talon d’un saut sur le dos

Ils n’ont jamais rien fait sur terre

Que copier, ils se disputent les postes

De dévorer la cervelle la tête du peuple

 

                                                               15

 

Cinq millions de centrafricains

Ont vaincu les agresseurs

 Ils n’ont  rien fait que le bruit du fusil

Et les crimes contre l’Humanité

Il reste Elle, la victoire sur

Cette terre patrimoine sacré

                                                                16

Cinq millions de champs

Côte à côte pèle- mêle

Nos chants entendent

Accourir les bandits laids

Ils entendent voler les terres, tout

                                                                  17

Des hommes victorieux  tous ces bandits

Minou miaou font des esclaves

Et des mendiants affamés en vain

                                                                 18

Cinq millions de champs

Centrafricains bantous font l’homme

Femmes enfants adolescents

Avec le chant d’un fusil

Libre Centrafrique

 

Attention grands colonialistes

Miaou minou voleurs petits bandits

 

29 août 2014

 

Bamboté Makombo

Cinq millions de Centrafricains,  Ont vaincu les agresseurs par Bambote Makombo
Repost 0
Centrafrique-Presse.com