Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 00:07

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) -2014-05-28 12:59:02 - L’ambassadeur de France à Bangui, Charles Malinas, a déclaré, mercredi dans la capitale centrafricaine, que son pays était favorable à un retour de la République centrafricaine dans le Processus de Kimberley, une mesure qui, selon le diplomate, devrait permettre aux Centrafricains de jouir du ‘’commerce légal’’ de leurs ‘’ressources naturelles’’.


''La France est aux cotés de la RCA pour faire en sorte que le commerce légal des ressources naturelles, de l'or, de diamant et des matières précieuses puisse reprendre'', a notamment dit l'ambassadeur de France, au sortir d'une rencontre avec le ministre des Mines et de l'Hydraulique, Olivier Malibangar.


La participation de la RCA à la réunion des pays membres du processus de Kimberley à Shangai en Chine au mois de juin prochain, la suspension de la RCA dans le Processus de Kimberley et le commerce légal des ressources minières ont été au centre des entretiens entre les deux hommes.


A la question de savoir si la mesure prise contre Bangui est ‘'une sanction'', Charles Malinas a simplement déclaré : ‘'c'est une décision prise par le processus à la suite des évènements du 24 mars''.


A en croire le diplomate français, la reprise du commerce légal des ressources minières centrafricaines fera de sorte que la RCA et les Centrafricains pourront jouir du produit de ces ressources.

''C'est une bonne nouvelle de voir la France aux cotés de la RCA pour plaider sa cause auprès du processus de Kimberley. La France a promis d'aider le RCA à sortir la tête de l'eau'', s'est félicité le membre du gouvernement.

 

http://apanews.net/article_read-604851-la-france-favorable-au-retour-de-la-rca-dans-le-processus-de-kimberley-ambassadeur.html#sthash.EVSlNXvq.dpuf

La France favorable au retour de la RCA dans le Processus de Kimberley (ambassadeur)
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 00:00

 

 

 

  

APA-Brazzaville (Congo) –2014-05-28 14:35:29 - La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, a déclaré, mercredi à Brazzaville, que sous sa direction ‘’des avancées’’ ont été obtenues dans son pays en matière de sécurité, soulignant que l’objectif principal des autorités centrafricaines est d’arriver à l’instauration totale de la sécurité afin de procéder à l’organisation des élections.


''Au plan sécuritaire des avancées ont été observées depuis que je suis est à la tête de l'Etat Centrafricain, c'est-à-dire en janvier 2014. A Bangui et même à l'intérieur du pays, la sécurité a connu des avancées, mais on n'est pas encore arrivé au point zéro (…) la question sécuritaire demeure ‘', a notamment dit Catherine Samba-Panza, à son arrivée à Brazzaville, en fin de matinée, pour une visite de travail de 84 heures.


S'adressant à la presse au salon d'honneur de l'aéroport de Maya-Maya, peu après l'accueil du président congolais Denis Sassou N'Guesso, Samba-Panza a ajouté que ''l'objectif de la transition est d'organiser les élections. Il appartient aux autorités de la transition de tout mettre en œuvre pour que les conditions sécuritaires, politiques et sociales soient réunies et qu'on arrive à ces élections décidées pour-2015''.


Pour sa part, le président congolais, médiateur dans la crise centrafricaine, a déclaré : ''nous déployons toute l'énergie en donnant le maximum, c'est ce que nous tentons de faire. Nous n'épargnons aucun effort pour maintenir le contact avec les autorités centrafricaines. Nous maintenons les contacts avec l'UA, avec la communauté internationale, de manière général, à travers le groupe international de suivi qui a tenu d'ailleurs plusieurs réunions, ici à Brazzaville et ailleurs''.


‘'Nous pensons que la République centrafricaine est une partie de nous-mêmes, donc nous faisons tout ce qui est notre possible pour que la paix et la sécurité reviennent en Centrafrique pour que les institutions démocratiques se remettent en place et surtout le peuple centrafricain qui est aujourd'hui éparpillé retrouve la paix et la dignité'', a-t-il dit.


Il ajouté : ''nous épargnons aucun effort pour cela en tant que médiateur mais aussi en notre qualité de chef d'un Etat de la sous région et voisin en plus''.

 

http://apanews.net/article_read-604859-catherine-samba-panza-signale-%E2%80%98%E2%80%98des-avance----dans-la-seriten-rca.html#sthash.9WmsJnz8.dpuf

Catherine Samba-Panza signale ‘‘des avancées'' dans la sécurité en RCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 23:31

 

 

 

A lire dans les publications de la Fondation Jean Jaures  Note n°219 - Fondation Jean-Jaurès - 27 mai 2014 - page 1

 

http://www.jean-jaures.org/Publications/Notes/La-situation-en-Republique-centrafricaine 

 

27 Mai 2014

La situation en République centrafricaine

par Martin Ziguélé

La situation en République centrafricaine
 

 

La situation en République centrafricaine demeure empreinte de vives tensions entre les ex-Selekas et les anti-Balakas. Martin Ziguélé, Président du MLPC, revient sur l’instabilité chronique qui agite son pays et propose des solutions pour une sortie de crise....

La situation en République centrafricaine par Martin ZIGUELE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 22:21

 

 

 

 


BANGUI AFP / 28 mai 2014 22h39 - Au moins dix personnes, dont un prêtre, ont été tuées mercredi à Bangui lors de violences dans un quartier de la capitale centrafricaine où vivent musulmans et chrétiens, a-t-on appris de sources concordantes.

Dix personnes ont été tuées et plusieurs blessées au cours de ces violences qui ont éclaté dans l'après-midi aux abords de l'église Notre-Dame de Fatima, dans le centre de Bangui, où des milliers de déplacés avaient trouvé refuge, ont indiqué à l'AFP une source policière centrafricaine et une source militaire.


Des échanges de tirs continuaient en début de soirée, notamment aux abords du quartier majoritairement musulman de PK-5. Un hélicoptère survolait Bangui, a constaté un journaliste de l'AFP. Des barricades ont été érigées dans plusieurs quartiers, selon des sources militaire et policière.


Il n'était pas possible dans l'immédiat de connaître les circonstances exactes de ces nouvelles violences.


D'autres sources ont fait état d'un bilan plus lourd. Cinq cadavres ont été transférés à la morgue de l'hôpital général, où la situation était tendue, a constaté un journaliste de l'AFP.


Un prêtre âgé de 76 ans, Paul-Emile Nzale, a été tué au cours de ces violences, a annoncé à l'AFP l'archevêque Dieudonné Nzapalainga.


On ne peut être que triste devant ces morts. Depuis quelques jours, il y a des affrontements dans ce quartier, a-t-il dit à l'AFP.


Un nombre important de déplacés qui avaient trouvé refuge sur place ont fui le quartier.

La crise centrafricaine a pris un tournant interconfessionnel depuis plusieurs mois, entre ex-rebelles Séléka, à dominante musulmane, et miliciens chrétiens anti-balaka.

Ces violences ont fait de nombreuses victimes et forcé les civils musulmans, minoritaires, à fuir des régions entières du pays, essentiellement vers le Nord et le Centre, alimentant les craintes d'une partition du pays.

A Bangui, où les violences ont contraint de nombreux musulmans à fuir, un regain de tension très net se fait sentir depuis quelques jours, a affirmé une source proche de la force française Sangaris à l'AFP.

Sur les 2.000 soldats français déployés en Centrafrique, quelque 700 sont mobilisés à Bangui où on les voit patrouiller dans les rues à bord de blindés légers. La mission de l'ONU, la Misca, compte un peu plus de 5.000 soldats africains déployés dans le pays.


(©) Description : http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=482661

Centrafrique: 10 personnes, dont un prêtre, tuées dans des violences à Bangui
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 17:05

 

 

 

 

 

 

Afrique 7  (28/05/14)

 

En République Centrafricaine, l’ex-coalition rebelle Séléka signe progressivement son retour, après avoir été dissoute en septembre 2013. Un retour pour le moins inquiétant, qui laisse craindre une partition du pays.

 

Après la démission de l’ex- président Michel Djotodia le 10 janvier 2014, la Séléka avait sombré dans la désunion en perdant beaucoup de son influence dans le conflit centrafricain. L’ex-coalition semble pourtant renaître de ses cendres.

 

En effet, à la mi-mai, à l’issue d’une réunion tenue à Ndélé (nord-est), un nouvel état-major a été formé. Depuis, les combattants Séléka ont fait leur réapparition dans la ville de Bambari (centre) où les violences se sont accrues ces derniers jours. La renaissance de cette coalition à majorité musulmane n’a pas manqué de soulever des inquiétudes au sein de la classe politique centrafricaine. Pour les autorités de transition, le retour de la Séléka est motivé par des projets sécessionnistes, vu que les ex-rebelles reprennent progressivement le contrôle de leurs fiefs traditionnels dans le nord-est du pays, et multiplient les exactions contre les civils.

 

Ils s’en prennent régulièrement aux milices chrétiennes anti-balaka. Pour Alexandre-Ferdinand Nguendet, président du Conseil national de transition (CNT), ces agissements traduisent l’intention de la coalition de procéder à la partition de Centrafrique. La présidente de transition Catherine Samba Panza a fermement condamné toute intention visant à diviser la RCA. Pour elle, tout projet allant dans ce sens est « funeste » et « inadmissible » déclarant que. « La Centrafrique ne cèdera aucun pouce de son territoire ».

 

De leur côté, les Séléka se sont défendus de toute ambition de porter atteinte à l’unité territoriale du pays. Ils se disent même opposés à toute idée de sécession. Abdoulaye Hissène, le coordonnateur politique de la coalition, a assuré que la réorganisation de la Séléka s’est faite dans le simple but de mettre en place une chaîne de commandement, nécessaire au désarmement des combattants.

 

Centrafrique: retour inquiétant de la Séléka
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:57

 

 

 

 

28/05/14 (APA)

 

APA-Brazzaville (Congo) - La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, est attendue ce mercredi en fin de matinée à Brazzaville pour une visite de travail, selon les services de la communication de la présidence congolaise.

 

Selon les mêmes sources, Catherine Samba-Panza sera accueillie à son arrivée à l'aéroport international de Maya-Maya par son hôte, le président congolais Denis Sassou N'Guesso.

 

‘'Catherine Samba-Panza va au cours de son séjour congolais, faire à son homologue congolais, médiateur de la crise dans son pays, le point sur l'évolution de cette crise depuis qu'elle est à la tête de la Centrafrique'', a-t-on expliqué des mêmes sources.

 

Cette visite sera la deuxième qu'effectue à Brazzaville la présidente de la transition en Centrafrique depuis son arrivée à la tête du pays au début de cette année 2014.

 

Pour ce faire, les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) avaient contraint à la démission Michel Djotodia qui avait chassé du pouvoir de François Bozizé en mars 2013.

Catherine Samba-Panza attendue à Brazzaville pour une visite de travail
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:54

 

 

 

 

28/05/14 (PANA ) - Les religieux centrafricains, conduits par l’évêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, ont sollicité lundi à Brazzaville, du président congolais, Denis Sassou-Nguesso, médiateur dans la crise en Centrafrique, le renforcement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) dont le commandement est assuré par le Congo, a annoncé mardi Radio Congo.

 

'Notre premier souci est la sécurité. Nous avons fait le tour de la question pour voir comment faire pour que ces forces augmentent et en même temps voir comment les appuyer', a déclaré Mgr Nzapalainga, à l’issue d’un entretien avec le chef de l’Etat congolais.

 

Il était accompagné du grand Imam de Centrafrique, Oumar Kobine Layama et du révérend Nicolas Guerekoyame, président des Associations des Eglises évangéliques pour la région Afrique centrale.

 

Selon Mgr Nzapalainga, 'apporter des réponses à la question sécuritaire ce n’est pas seulement une question de force, mais aussi une question de l’esprit. Et ce travail-là, nous, leaders religieux, nous le faisons au quotidien'.

 

La MISCA est une mission de maintien de la paix en Centrafrique autorisée le 5 décembre 2013 par le Conseil de sécurité des Nations unies à travers la Résolution 2127 demandée par le France, suite à la montée de la violence en République centrafricaine depuis le coup d’Etat de la coalition 'Séléka' du 24 mars 2013.

 

Ses effectifs sont de 6.000 hommes appartenant aux pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

 

Sécurité : les religieux centrafricains pour le renforcement de la MISCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:46

 

 

 

 

http://radiookapi.net/  le 28 mai, 2014 à 12:01

 

Des personnes non identifiées profèrent quotidiennement des menaces de mort à l’endroit des journalistes de Radio Ndeke Luka, une radio indépendante émettant à Bangui en République centrafricaine (RCA). Dans un communiqué parvenu mardi 27 mai à Radio Okapi, la Fondation Hirondelle qui parraine ce média dit reconnaitre la difficulté des autorités actuelles du pays à garantir la sécurité pour tous les citoyens, mais elle sollicite un minimum de sécurité pour tous les journalistes centrafricains.

 

Selon la Fondation hirondelle, les journalistes de Radio Ndeke Luka « se battent pour rester en dehors du conflit qui déchire ce pays en donnant une information responsable et crédible ».

 

La situation sécuritaire est devenue précaire depuis la chute de François Bozizé en mars 2013. Des rebelles de la Séleka qui ont pris la direction du pays avec en tête Michel Djotodia ont plongé le pays dans des conflits ethniques et religieux qui ont conduit à une situation de chaos.

 

« Nous demandons un minimum de protection. Nous avons évoqué cette situation avec des autorités à la fois nationales et des représentants de la communauté internationale ici à Bangui », a affirmé Jean-Luc Mootoosamy, chargé de programme à la Fondation Hirondelle.

 

Pour lui, Ndeke Luka est « la seule radio nationale aujourd’hui capable de parler à l’ensemble des Centrafricains en français ou en sango [une langue locale de la RCA] ».

 

Jean-Luc Mootoosamy invite la communauté internationale « à demander à toutes les parties en conflits de ne pas toucher aux journalistes ».

 

« Nous attendons. Probablement dans les prochains mois lorsque la Minusca [Mission onusienne en Centrafrique] sera opérationnelle au pays. Nous espérons qu’il y aura encore plus de prise de conscience de l’importance de protéger les journalistes », a-t-il déclaré.

 

Radio Ndeke Luka émet depuis dix ans à Bangui. Elle a une mission de service public et d’intérêt général et s’efforce de jouer un rôle positif dans la reconstruction de la République Centrafricaine.

 

Fondée sur les principes et les valeurs de la Fondation Hirondelle, elle a su s’imposer comme le média national de référence. Plus d’un million d’auditeurs suivent cette radio et environ 20 000 internautes par mois visitent son site web.

 

Le nom « Ndeke Luka » est né de la contraction de « Ndeke », mot sango qui évoque un oiseau, et « Luka », dérivé de l’anglais « luck ». Ndeke Luka signifie ainsi « L’oiseau de bon augure ».

Bangui : des journalistes de Radio Ndeke Luka menacés de mort
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:41

 

 

 



http://www.direct.cd     mai 28, 2014

Une note interne de la CPI, Cour pénale internationale a dévoilé le lundi 26 mai 2014, le calendrier pour la suite de la procédure engagée contre l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba, poursuivi en qualité de chef militaire, pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre qu’auraient commis ses troupes entre le 26 octobre 2002 et le 15 mars 2003 en Centrafrique. *Sauf décision contraire des juges, les plaidoiries finales interviendront à partir du 13 octobre 2014, selon le document.

 

Elles s’étendront sur deux ou trois jours, précise à Jeune Afrique Paul Madidi, porte-parole de la CPI en Rdc, rappelant que la présentation des moyens de preuve dans l’affaire Bemba est close depuis le 7 avril dernier Est-ce la fin du suspense pour l’ancien Vice-président de la République, Jean-Pierre Bemba Gombo ? Il y a lieu de se poser cette question car, selon une note interne de la Cour pénale internationale (CPI) rendue publique lundi, les plaidoiries finales dans l’affaire Bemba seront entendues à partir du 13 octobre 2014. Le verdict pourrait alors être prononcé au plus tard début 2015

 

Lu pour vous : Jean-Pierre Bemba le verdict attendu au plus tard début 2015
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:33

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-05-28 10:26:28 - La situation au plan de sécurité s’est beaucoup améliorée à Bangui, une réalité confirmée par la reprise progressive de l’activité économique et l’ouverture des écoles, a confié à APA le chef d’état-major des armées françaises, le général d’armée Pierre de Villiers, soulignant, toutefois, qu’il subsiste ‘’des piques de violence’’ à éradiquer avant pouvoir s’atteler réellement ‘’à la négociation’’.


''Je trouve au contraire que la situation sécuritaire s'est bien améliorée, même si il y a des piques de violences qu'il faut combattre par la force pour systématiquement revenir à la négociation'', a notamment dit le chef d'état major des armées françaises, au sortir d'une audience avec la présidente de la république, Catherine Samba-Panza, mardi soir.


Selon une source officielle, le tête-à-tête a porté notamment sur la sécurité sur toute l'étendue du territoire, la mise en place de la gouvernance étatique et la relance de l'économie. 

''J'étais venu avec le président François Hollande il y a deux mois, je constate qu'à Bangui la vie a repris, les marchés sont ouverts, les écoles ont repris'', a souligné Pierre de Villiers qui en est à sa deuxième visite en Centrafrique.


Profitant de son séjour à Bangui, le général Villiers s'est rendu à Bambari, chef lieu de la préfecture de la Ouaka, où s'est installé l'état-major de la coalition Séléka pour se rendre compte de l'effectivité de la présence des troupes étrangères.

 
A ce sujet, il a déclaré : ‘'nous avons rempli les contrats avant la saison des pluies. Nous sommes déployés maintenant sur l'ensemble du territoire''. 


Rassurant les Centrafricains sur l'axe routier ouest qui mène à Cameroun, il a affirmé que ‘'l'axe économique a repris. Grâce à la sécurisation de ce axe, nous avons réussi à faire doubler le nombre des convois qui y circule''


Selon lui, la plénitude de la souveraineté de l'Etat centrafricain ne peut être préservée que si ‘'le gouvernement centrafricain rétablisse la sécurité simultanément, remette la gouvernance étatique en place et en même temps développe l'économie''.

 

 

La situation sécuritaire s'est bien améliorée à Bangui, selon le chef des armées françaises
Repost 0
Centrafrique-Presse.com