Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 18:13
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : La ville de Ngaoundaye attaquée par un groupe de combattants ex-Séléka

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 15 JUIN 2016

 

BANGUI, 15 juin 2016 (RJDH)–La ville de Ngaoudaye, une ville de l’extrême nord-ouest de la RCA a été attaquée ce matin par des éléments de l’ex-Séléka positionnés depuis quelques jours aux périphéries de la ville. L’information a été confirmée par le député de Ngaoundaye Bernard Dillah que nous avons joint au téléphone.

 

Les ex-Séléka seraient entrés dans la ville très tôt ce matin à bord des motos. Selon le député de Ngaoundaye, Bernard Dillah, ces ex-Séléka se sont positionnés depuis quelques journées à l’entrée de la ville « c’est depuis une semaine que nous avons l’information de leur présence à quelques kilomètres de la ville. Ils projetaient d’attaquer, c’est ce qu’ils ont fait ce matin » a-t-il expliqué.

 

Bernard Dillah parle de dégâts énormes causés par les assaillants « les informations que j’ai font état de plusieurs maisons brulées. Ce sont les ex-Séléka qui contrôlent la ville au moment où je vous parle. Il y avait un petit effectif de gendarmes mais que peuvent-ils faire face aux renforts qui sont venus de Kabo, Paoua et autres ? La population est en débandade », précisé l’honorable.

 

Il est difficile d’entrer en contact avec les habitants de Ngaoundaye faute de réseau. Selon un humanitaire joint à Paoua, les réseaux téléphoniques de Ngaoundaye auraient été coupés par les assaillants. Difficile d’avoir une idée précise sur la situation réelle de la ville.

 

Une source proche du ministre de la sécurité publique a confié au RJDH qu’une équipe de gendarmes a été dépêchée dans cette ville, il y a quelques jours. Cette source dit n’être pas en mesure en ce moment de confirmer cette information. Le ministre de la Sécurité publique n’a pas été joignable de la journée pour donner des précisions. De sources indépendantes, les ex-Séléka menacent depuis deux semaines d’entrer dans la ville de Ngaoundaye. Une première tentative a été repoussée, la semaine dernière par un groupe de jeunes auto-défenses de la ville.

 

 

Centrafrique : Le procureur de Bangassou déplore les conditions de fonctionnement du système judiciaire de la ville

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 15 JUIN 2016

 

BANGUI, 15 Juin 2016 (RJDH)—Dans une interview accordée ce jour au RJDH, le procureur de la République près le tribunal de Bangassou Nestor Gabin Maménéyaki a déploré les conditions dans lesquelles évolue le système judiciaire de la région. Il a appelé à une intervention rapide des autorités pour régulariser la situation.

 

Selon le procureur de la République près le tribunal de Bangassou, le manque de personnel et de matériels sont les principales difficultés du système judiciaire de la région, « la justice est une chaine. Nous travaillons avec les policiers et les gendarmes. Malheureusement leur effectif est dérisoire ce qui ne permet pas de faire le travail comme le veut la loi. A cela s’ajoute le manque de matériel et de local » a fait savoir le magistrat qui précise que les audiences sont tenues au niveau de la mairie de Bangassou.

 

Selon Nestor Gabin Maménéyaki, il est difficile de respecter toutes les procédures en matière de poursuite « nous ne pouvons pas le faire parce que les OPJ qui sont censés mettre à notre disposition les résultats d’enquêtes et autres, ne sont pas en nombre. Les délais des gardes-à-vue sont difficilement respectés à cause de cette situation » regrette-t-il.

 

Le procureur a aussi déploré les conditions de détention des prisonniers « les personnes incarcérées sont victimes de plusieurs cas de maladies cutanées parce que les conditions de leur détention sont déplorables et inappropriées. Ces détenus sont parfois libérés, suite à leur état de santé lamentable. Les droits des détenus ne sont pas respectés parce que nous avons des difficultés énormes ».

 

Nestor Gabin Maménéyaki appelle les autorités à doter le système de moyen « nous travaillons dans les conditions que je viens de vous décrire. Nous attendons des autorités l’aide nécessaire afin que la justice fasse normalement son travail à Bangassou. La maison carcérale est en réhabilitation sur fonds de la Minusca mais il faut plus de nos partenaires pour espérer garantir la justice à tous » souhaite ce dernier.

Selon le procureur, le vol, les violences basées le genre, l’escroquerie sont les délits récurrents dans la ville de Bangassou.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:55

 

 

Par David Meilhac et Tommy CattaneoFrance Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Mercredi 15 juin 2016 à 6:16

 

Dans la Drôme, les Spahis de Valence repartent en Centrafrique pour quatre mois. Environ 200 hommes, chargés de mettre fin à l'opération Sangaris. Les Saphis vont assurer des missions de patrouille et défense, tout en organisant le départ du pays.

 

Les Spahis de Valence ont refait leur paquetage. Ils ont pris l'avion mardi soir pour Bangui, où ils vont rester quatre mois. Environ 200 hommes, pour mettre fin à l'opération Sangaris, qui avait débuté il y a deux ans et demi. Depuis, le pays a élu un président et le calme est revenu dans la capitale. L'objectif fixé par François Hollande, c'est de quitter la Centrafrique avant la fin de l'année 2016. Mais ça ne vas pas se faire à la va vite.

 

"Ce n'est pas parce que la situation est plus calme que les combats ne peuvent pas reprendre" - Capitaine Jérémy, commandant de l'escadron de Spahis en Centrafrique.

 

A Bangui, il y aura un escadron de Spahis, composé de cinq pelotons : un de logistique et quatre de combats. Pourquoi de combat si la mission Sangaris est un succès ? Parce que la stabilisation du pays prend du temps. "C'est pas parce que la situation est plus calme qu'elle n'est pas volatile et que les combats ne peuvent pas reprendre", explique la capitaine Jérémy, qui va commander l'escadron de Spahis en Centrafrique. "Il faut toujours se tenir près à reprendre les armes."

 

La Centrafrique ne sera pas laissée à l'abandon

 

Les Saphis vont donc assurer des missions de patrouille et de défense de lieux. Parfois de manière autonome, parfois avec les autres forces présentes sur place. "Le pays ne sera pas laisser à l'abandon", ajoute le capitaine Jérémy. "Sur place il y a aussi 11 000 hommes de la missions de l'ONU, la Minusca, et la force européenne, qui se charge de la formation des soldats centrafricains."

 

L'autre volet de cette dernière mission des Spahis en Centrafrique, c'est la logistique. Avec la fin de l'opération Sangaris, les forces françaises engagées doivent ramener leur matériel. "Il y a quelques véhicules, mais aussi beaucoup d'autres choses", explique le colonel Maxime Do-Tran, le chef de corps du régiment des Spahis. "Sur un théâtre d'opération, il faut se nourrir, se laver... il y a tous les domaines puisque nous sommes une force autonome." Au total, plus de 400 Spahis auront participé à l'opération Sangaris.

Lu pour vous : Les Spahis de Valence retournent une dernière fois en Centrafrique

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:36

 

 

© Peter Kum | Cameroon-Info.Net

 

Garoua, 14 Juin 2016

 

Mbot Gustave Maitre et ses autres collègues camerounais de la MINUSCA, effectuaient une mission officielle en prélude de la visite du Président Touadéra le 6 juin dernier.

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), dans un communiqué de presse publié le 7 juin dernier, annonce qu’elle a perdu deux de ses Casques bleus le 6 juin 2016. «Alex Katurebe et Mbot Gustave Maitre, respectivement du Rwanda et du Cameroun, ont succombé à leurs blessures le 5 juin 2016, suite à des accidents de la circulation», indique le communiqué de la MINUSCA.

 

L’accident de circulation qui a ôté la vie au soldat Alex Katurebe est survenu sur l’axe routier Bouar-Baoro dans la Préfecture de la Nana Mambéré, à l’Ouest du pays. «Son véhicule a quitté la route à 8 km de Bouar, Chef-lieu de la Préfecture, alors qu’il s’y rendait pour effectuer une mission officielle en prélude de la visite du Président Touadéra le 6 juin 2016». Le soldat rwandais aurait succombé à ses blessures lors de son évacuation vers l’Hôpital de Bouar. Trois autres blessés du bataillon rwandais ont été admis à l’hôpital de la MINUSCA de Bangui.

 

Plus tard, le même jour, «un autre accident de la circulation emportait le soldat Mbot Gustave Maitre dont le véhicule a également quitté la route». Trois autres soldats camerounais de la MINUSCA ont été également blessés et évacués à l’Hôpital de la MINUSCA dans la capitale centrafricaine.

 

Les dépouilles des deux soldats sont arrivées à Bangui le 6 juin où la Mission leur rendra un dernier hommage avant de leur remettre à leurs gouvernements respectifs. «La MINUSCA exprime ses plus sincères condoléances aux familles des défunts, ainsi qu’aux Gouvernements et Peuples rwandais et camerounais».

 

Depuis le déploiement des troupes de la MINUSCA en septembre 2014 en RCA, «31 personnels de la MINUSCA ont payé de leurs vies la recherche de la paix et de la stabilité en République centrafricaine», renseigne le service de la communication de l’organe.

 

Peter Kum

 

Lu pour vous : Cameroun/Centrafrique: Un Casque bleu de nationalité camerounaise mort sur l’axe routier Kaga-Bandoro en République Centrafricaine

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:34

 

 

http://www.voaafrique.com/  14 juin 2016

 

L'Armée de résistance du Seigneur (LRA pour Lord's Resistance Army) auraient enlevées au moins 17 personnes dans l'est de Centrafrique.

 

Une nouvelle attaque de la LRA a secoué l'est de Centrafrique. Au moins 17 personnes auraient été enlevées par la rébellion ougandaise.

 

Le point avec notre correspondant, Freeman Sipila, à Bangui pour VOA Afrique.

 

Selon des sources locales contactées par VOA Afrique, l'attaque s'est produite lundi matin, dans le village Kadjema, à 45 kilomètres de Obo, chef-lieu de la préfecture du Haut-Mbomou.

 

En plus des 17 personnes enlevées par la LRA, le village aurait été complètement pillé. Prises de panique, de nombreuses familles ont dû trouver refuge dans les localités environnantes.

 

Le même lundi, des échauffourées ont éclaté entre les populations civiles et les militaires ougandais basés à Obo, dans le cadre de la lutte contre la LRA.

 

Les habitants, mécontents, ont exigé le départ des soldats ougandais jugés inactifs face aux attaques. L'altercation a fait un blessé par balle.

 

Pour l'heure, un calme précaire règne à Obo et dans les villages environnants, encore sous le choc de cette nouvelle attaque de la LRA.

 

Au moins 17 personnes capturées par la rébellion ougandaise en Centrafrique

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:28
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Un affrontement entre des forces intérieures et des peulhs armés signalé dans la ville de Bang

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 juin 2016 (RJDH)—Un  affrontement a opposé, le vendredi dernier, des éléments de sécurité intérieure de Bang à une équipe de peulhs armés qui voulaient entrer dans la ville avec leur troupeau. Le bilan non encore officiel fait état de quatorze morts et un blessé.  

 

L’affrontement aurait eu lieu, selon nos sources, après l’échec des négociations engagées par les forces intérieures. Une autorité locale contactée a indiqué que la gendarmerie avait proposé aux peulhs armés d’entrer sans leurs armes « mais ils n’ont pas accepté. C’est de là que tout a commencé » a-t-elle expliqué.

 

Selon des sources sécuritaires, les peulhs armés ont infiltré la nuit « face au refus des forces intérieures, ces hommes armés sont entrés dans la nuit du jeudi au vendredi en passant par Ngaoundaye. Le vendredi matin, trois jeunes armés ont été appréhendés. C’est lorsque les forces regagnaient leur position qu’elles ont essuyé des tirs d’où l’affrontement » explique un cadre de la gendarmerie de la ville de Bang.

 

Cet affrontement, selon des sources non officielles, a fait quatorze morts du côté des assaillants et un blessé du côté des forces nationales. Le commandant de la brigade blessé serait transféré à Bangui pour de soins.

 

Selon les informations du RJDH, les peulhs armés se sont positionnés à quelques kilomètres de la ville avec l’intention d’attaquer la ville de Bang. Une source sécuritaire a confié que ces peulhs seraient une soixantaine. Le RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec les responsables de la sécurité publique et la Minusca pour avoir leur réaction.

 

Aux dernières nouvelles, les dispositifs militaires sont renforcés dans la ville. Les forces intérieures ont multiplié les patrouilles.

 

 

Centrafrique : Une manifestation hostile aux forces ougandaises fait monter la tension à Obo

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 juin 2016—La population de Obo organise depuis hier des manifestations hostiles aux forces ougandaises basées dans la ville pour la lutte contre la LRA. La tension est montée d’un cran dans la ville suite à la tentative des soldats ougandais de disperser les manifestants.  

 

Les habitants de Obo reprochent aux soldats ougandais leur manque de réaction face à l’attaque, dimanche dernier du village Kadjema par les éléments de la LRA. Selon une autorité locale, la population a barricadé les principaux axes pour exprimer son mécontentement « après l’information que nous avons eue, faisant état d’une attaque de la LRA à quelques kilomètres de la ville et face au refus de l’armée ougandaise de se rendre sur les lieux, la population est sortie spontanément dans les rues pour dire non. Les axes ont été barricadés et des pneus brulés » a-t-elle expliqué.

 

Le préfet du Haut-Mbomou, Ghislain Dieu béni Kolengo contacté par le RJDH a indiqué que la levée des barricades a fait un blessé « les forces ougandaises ont tiré pour lever les barricades. Dans la foulée, le chauffeur du HCR a reçu des éclats de balles. Il est pour le moment à l’hôpital » a-t-il expliqué.

 

Selon des informations du RJDH confirmées par le préfet du Haut-Mbomou, les forces ougandaises ont déchiré le drapeau centrafricain et brutalisé les sous-préfets de Obo et de Mboki « je peux confirmer ces informations parce qu’il m’a été rapporté qu’un soldat ougandais a déchiré notre drapeau lors de l’intervention. Les sous-préfets de Obo et de Mboki à qui j’ai demandé d’aller calmer la tension, ont été aussi brutalisés » confie Ghislain Kolengo qui dénonce ces faits en ces termes « ce sont des actes ignobles que je dénonce avec énergie. J’ai clairement dit au colonel commandant l’armée ougandaise que ce comportement va conduire à un incident diplomatique ».

 

Deux réunions ont été organisées dans la journée par le préfet pour essayer de calmer la tension. De sources indépendantes, la population maintient son exigence relative au retrait des forces ougandaises. Malgré ces tentatives, les activités sont paralysées dans la ville. De sources locales, les forces ougandaises ne patrouillent plus dans la ville « ce sont les Faca qui circulent dans la ville mais les soldats ougandais sont restés dans leur camp » a expliqué un habitant joint au début de l’après-midi.

 

Le commandant de l’armée ougandaise basée à Obo n’a pas été joignable dans la journée pour se prononcer sur cette affaire.

 

Le bilan de l’attaque du village Kadjema (45 km de Obo) par la LRA le dimanche dernier, déclic de ce mouvement, fait état d’une quinzaine de personnes enlevées et de plusieurs biens emportés.

 

Centrafrique : Le HCR propose son aide pour faciliter le retour volontaire des réfugiés centrafricains

 

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 Juin 2016 (RJDH—Le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) a annoncé son intention de soutenir les réfugiés centrafricains voulant rentrer au pays. C’est le représentant en charge des opérations  au HCR  Abdoulaye Barry qui l’a exprimé ce jour lors d’un point de presse à Bangui.   

 

Selon les données du HCR, 480.000 Centrafricains sont aujourd’hui réfugiés dans les pays voisins « ces Centrafricains sont dans la grande majorité au Cameroun plus de 260.000, au Tchad 100.000, 90.000 en RDC et 40.000 au Congo Brazzaville » a précisé Abdoulaye Barry, représentant en charge des opérations  au HCR. Selon ces derniers, ces réfugiés attendent de regagner le pays.

 

Abdoulaye Barry a affirmé la volonté du HCR de soutenir le processus de retour des réfugiés « nous avons un programme qui permet d’appuyer ceux qui décident de revenir et de recevoir le minimum de condition pour faciliter leur réintégration ».

 

Cette annonce a été faite dans le cadre des activités relatives à la journée des réfugiés qui sera célébrée le 20 juin prochain.

 

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 11:05
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : L’Apôtre Charles Kétafio arrêté pour viol sur mineure

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 13 JUIN 2016

 

BANGUI, 13 juin RJDH—L’Apôtre Charles Kétafio de l’église Jehova Sabahot est arrêté pour viol depuis le vendredi 10 juin à la brigade criminelle à Bangui. Il a été transféré ce jour à la prison centrale de Bangui.

 

Charles Kétafio est accusé de séquestration et viol d’une fille de 17 ans. Selon nos informations, l’affaire a été portée au niveau de la justice par les parents de la fille qui serait une choriste dans l’église de l’Apôtre. C’est depuis le vendredi 10 juin que Charles Kétafio est arrêté et détenu à la brigade criminelle où, selon de sources policières, une plainte a été déposée contre lui.

 

 Le pasteur de l’église Sabahot est placé, depuis ce matin sous mandat de dépôt, selon le procureur de la République « je vous confirme que le pasteur Charles Kétafio est transféré à la maison centrale. Il est poursuivi pour attentat à la pudeur, atteinte à la promotion de jeune fille » a confié Ghislain Gresenguet.

 

Charles Kétafio encoure cinq ans de prison assortie d’amende. Cet Apôtre avait déjà été condamné pour cinq ans en 2012 pour faux et usage de Faux et trouble à l’ordre public.

 

 

Centrafrique : Des marchés de Bangui dans l’insalubrité malgré l’opération « Toumba Zendé »

 

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 13 JUIN 2016

 

BANGUI, 13 juin (RJDH)—Les effets de l’opération « Toumba Zendé » sont difficilement observables au niveau des marchés de  Bangui. Les commerçants regrettent cette situation et appellent la municipalité à plus d’ardeur.

 

Au marché Boy-Rabe dans le 4ème arrondissement, il est 08 heures passé. Les premiers commerçants s’activent en installant leurs marchandises, le tout dans un bruit énorme dû aux effets de klaxons de véhicules et des cris des vendeurs ambulants. Au bord de la route, des centaines de personnes faufilent entre des tas d’ordures d’où sort une odeur désagréable.

 

Le bac à ordure se trouvant à l’entrée du marché est débordé. Sylvain, un des commerçants installés à coté dudit bac regrette leur sort et s’interroge sur les effets de l’opération Toumba Zendé « notre situation n’a pas changé ici. Nous sommes restés dans l’insalubrité puis que vous pouvez voir qu’un peu partout, il y a des tas d’ordure. Pourquoi alors l’opération Toumba Zendé ? ».

 

Au milieu du marché se trouvent les vendeurs de la viande de bœuf. Des tas d’ordure sont sous leurs étalages. A leur face, sont installées les vendeuses de légumes qui sont encerclés par les ordures de tout genre. Judith, une d’elle est en colère «  quand il pleut, nous avons des difficultés, le marché est inondé et les ordures flottent sur l’eau. Nous sommes abandonnés depuis longtemps. L’opération n’a pas réussi et nous sommes en colère ».

 

Nous quittons le marché Boy Rabé pour celui de Combattant. Le constat est similaire voire pire. L’abord de l’avenue des Martyrs qui traverse ce marché pour aller vers l’aéroport est rétréci par les tas d’ordures. Les marchandises sont exposées au milieu des ordures, ce qui ne semble pas étonner nous inquiéter les commerçants et les clients.

 

Fabrice, commerçant est fataliste « il n’y a plus rien à faire. On a tout tenté mais le marché n’a pas changé d’image. C’est pourquoi, nous vendons dans ces conditions d’insalubrité parce qu’il n’y a plus rien à attendre ».

 

Quelques marchés de la capitale centrafricaine ont fait l’exception. Il s’agit entre autre ceux de Ouango et de Lakouango respectivement dans les 7ème et le 2ème arrondissements où l’insalubrité a reculé.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 13:01
Centrafrique : au moins 4 morts dans des heurts à Bangui

 

 

YAOUNDE, 13/06/16 (Xinhua) -- Au moins quatre personnes ont été tuées dans une nouvelle escalade de violences survenue samedi soir à Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA), selon des sources concordantes.

 

Des membres de la communauté musulmane ont décidé de se venger après la découverte samedi soir du corps d'un des leurs, retrouvé assassiné dans une zone du 3e arrondissement de la ville, a rapporté à Xinhua une source indépendante.

 

"Des heurts violents ont par la suite éclaté entre cette communauté et des populations chrétiennes de PK5", a précisé cette source.

 

Tout au long de la nuit, la tension est restée vive dans ce quartier musulman du 5e arrondissement de Bangui connu pour avoir été l'épicentre des violences lors de la récente crise centrafricaine due à la prise du pouvoir des ex-rebelles de la Seleka et leur leader Michel Djotodia en mars 2013 au terme de trois de conflit contre le régime de François Bozize.

 

Cette tension s'est étendue à d'autres quartiers comme Boeing, à l'Est de la capitale, a indiqué une autre source.

 

"Ce matin, les corps de trois autres hommes tués ont été découverts dont deux à PK5 et un à Boeing", a-t-elle ajouté.

 

Dimanche matin, un calme apparent régnait dans la ville, mais les boutiques du marché de PK5, qui appartiennent pour la plupart à des commerçants musulmans, étaient fermées.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 12:56
Lu pour vous : Touadéra sous influence de son dircab

 

 

Par La redaction de Mondafrique - 31 mai 2016

 

Le directeur de cabinet du nouveau président centrafricain Touadéra, Firmin Ngrebada n’est pas un perdreau de l’année. Avec l’habileté d’un caméléon, cet ancien inspecteur du travail a traversé les remous du marigot politique centrafricain sans jamais boire la tasse. Marié à une cousine de Touadéra, c’est auprès de lui qu’il entame sa carrière politique lorsque Touadera occupe le poste de premier ministre de François Bozizé de 2008 à 2013.

 

La démission de son mentor après les accords de paix de Libreville du 11 janvier 2013 et l’arrivée au pouvoir de Michel Djotodia n’entament en rien sa carrière. Malgré la détestation que lui vouent Bozizé et Touadéra, le nouveau président du Conseil national de transition (CNT), Alexandre N’Guendet, nomme Firmin Ngrebada avec qui il partage un gout pour les séjours à l’étranger et les luxueux palaces, directeur de cabinet adjoint. Les deux hommes mènent grand train. En octobre 2015, lors du très chic forum de Crans Montana, Alexandre N’Guendet se voit décerné une médaille d’or récompensant les efforts déployés par le CNT afin d’améliorer la situation du pays.

 

Ngrebada, globe trotteur

 

Resté fidèle à son beau-frère le président Touadéra, il œuvre activement auprès des autorités de la transition pour obtenir leur ralliement à sa candidature lors de la campagne présidentielle. Dans l’ombre, il s’emploie à réactiver les réseaux bozizistes qui, plus que leurs adversaires, ont une bonne connaissance des processus électoraux. En contrepartie de ses efforts, Firmin Ngrebada est nommé directeur de cabinet. Depuis, le caméléon s’est rendu incontournable et exerce, murmure t-on à Bangui, un influence considérable sur le président. « Aucune de ses déclarations, aucune décision présidentielle ne peut se faire sans son aval » assure une source centrafricaine bien informée.

 

Comme avec Alexandre N’Guendet, Firmin Ngrebada peut, avec Touadéra, laisser libre cours à sa fièvre des voyages. C’est lui qui, depuis l’élection du nouveau président l’a accompagné dans ses nombreuses visites hors du pays effectuées sans le ministre des affaires étrangères. « Le directeur de cabinet d’un président est censé assurer la continuité des services publics en l’absence du président. Or, Firmin Ngrebada n’est au bureau qu’entre deux voyages » s’énerve une source centrafricaine.

 

 “Le candidat du peuple”

 

Reste que cette bougeotte qui s’est emparée du nouveau président centrafricain et de son bras droit agace en haut lieu. Dans les cercles politiques banguissois, on reproche aux nouvelles autorités de préférer les visites parisiennes aux déplacements très attendus du chef de l’Etat à l’intérieur du pays ou tout simplement auprès des populations. Celui qui s’était présenté aux élections comme « le candidat du peuple » ne s’est pour l’instant fendu que d’une visite au pas de course au camp de Mpoko près de l’aéroport de la capitale où environ 20 000 déplacés se trouvent toujours entassés.

 

Alors que la Commission européenne a annoncé le 27 mai qu’elle allait accroitre son aide financière à la Centrafrique en octroyant au total 72 millions d’euros, la machine Touadéra est pour l’instant plus versé dans le voyagisme que les mesures politiques de poids.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 12:48

 

 

NEW YORK (Nations Unies), 11/06/16 (Xinhua) -- Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rencontré vendredi Faustin Archange Touadera, président de la République centrafricaine, pour discuter de la situation dans le pays, y compris du dialogue du président avec les représentants des groupes armés.

 

"Le secrétaire général a noté que le pays avait tourné une nouvelle page après l'organisation des élections démocratiques", a indiqué à la presse le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric, à l'issue de cette rencontre.

 

"Le secrétaire général a salué la position du président envers les groupes armés et sa vision pour un processus global afin de prendre en compte les raisons profondes qui les ont poussé à prendre les armes."

 

Le secrétaire général a également salué la décision du président et de son gouvernement de poursuivre ce processus dans un esprit de réconciliation nationale et d'intégration, guidé par les principes et les proposition du Forum de Bangui, a fait savoir le porte-parole.

 

"Le secrétaire général a appelé les groupes armés à saisir cette occasion offerte par l'initiative du président afin de rétablir la paix et la stabilité dans le pays en s'engageant dans ce processus de bonne foi", a déclaré le porte-parole, ajoutant : "Il a souligné que le rétablissement de l'autorité de l'Etat était crucial pour la sécurité et la reprise socio-économique du pays."

 

Le secrétaire général a par ailleurs mis l'accent sur l'importance du soutien de la communauté internationale aux efforts de la République centrafricaine visant à s'attaquer aux causes fondamentales de la crise, a ajouté le porte-parole.

 

De grands efforts sont en cours en République centrafricaine pour rétablir la paix et la stabilité dans ce pays déchiré par la guerre.

 

Le 10 décembre 2012, la République centrafricaine a été plongée dans une guerre opposant la coalition rebelle, la Seleka, aux forces gouvernementales. La Seléka a pris le pouvoir en chassant le président Francois Bozize en mars 2013, où le leader rebelle Michel Djotodia s'est déclaré chef de l'Etat.

 

 

Centrafrique : l’Onu au bord du gouffre

 

Par La redaction de Mondafrique - 9 juin 2016

 

En Centrafrique, la mission de maintien de la paix de l’Onu, la Minusca, va de Charybde en Scylla. Après les accusations portant sur des viols d’enfants centrafricains et le non renouvellement des unités fournies par la police burundaise soupçonnée de commettre des exactions au Burundi, d’autres faits gravissimes entachent l’image déjà ternie de la mission.

 

Dans un rapport publié mardi 6 juin, l’ONG Human Rights Watch (HRW) accuse des casques bleus du Congo-Brazzaville d’avoir tué au moins 18 personnes entre 2013 et 2015. Un charnier de 12 personnes a été découvert à 500 mètres d’une base des forces du maintien de la paix congolais à une centaine de kilomètres au nord de Bangui. A l’issue du match éliminatoire de la CAN 2017 opposant la RCA à l’Angola le 5 juin, un casque bleu Rwandais a assassiné, devant des centaines de personnes, un supporter centrafricain au risque de rallumer les affrontements intercommunautaires. Enfin, la route stratégique qui relie la Centrafrique au Cameroun reste extrêmement dangereuse pour les commerçants régulièrement victimes de pillages et d’agressions sous les yeux des contingents du Bangladesh.

 

Ces dernières semaines, plusieurs observateurs pointent les tentatives de recomposition de l’ex Seleka notamment dans le nord-est du pays sans réaction de la Minusca désormais privé du soutien des militaires français de Sangaris. Ecoeuré face à cette situation, Anders Kompass, le directeur des opérations du Haut commissariat aux droits de l’Homme qui avait dénoncé les crimes sexuels en RCA a démissionné de son poste le 7 juin.

Le secrétaire général de l'ONU rencontre le président centrafricain sur le processus de paix dans le pays
Le secrétaire général de l'ONU rencontre le président centrafricain sur le processus de paix dans le pays
Le secrétaire général de l'ONU rencontre le président centrafricain sur le processus de paix dans le pays

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 12:45

 

 

Par RFI Publié le 11-06-2016 Modifié le 11-06-2016 à 00:10

 

Le Premier ministre centrafricain Simplice Sarandji a sollicité ce vendredi 10 juin un vote de confiance des députés après avoir prononcé sa déclaration de politique générale et répondu à leurs questions. Sur les 120 députés présents, 119 ont voté pour. Mais derrière cet unanimisme politique se cache la peur d'un retour en arrière.

 

C'est l'union sacrée derrière Simplice Sarandji et le président Faustin-Archange Touadéra. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’un blanc-seing est accordé au gouvernement. L'Union pour le renouveau centrafricain (URCA) d'Anicet-Georges Dologuélé avait ainsi demandé au Premier ministre de chiffrer sa copie, faisant planer le doute sur son vote, pour finalement revenir à de bons sentiments au nom de cette union sacrée.

 

D'autres groupes parlementaires ont eu des propos durs, voire menaçants. Plusieurs députés ont interpellé Simplice Sarandji sur le réarmement des Forces armées centrafricaines. Le Premier ministre a déclaré que le processus serait long et a souligné l'importance du DDR (le programme de désarmement, démobilisation, réinsertion).Comme le dit un observateur, c'est « l'intérêt de la Centrafrique qui a prévalu ».

 

L'union sacrée derrière Simplice Sarandji cache mal les attentes et les doutes

 

Le chef du gouvernement, dans ses réponses aux députés, a rappelé ses priorités: la sécurité et la paix, la cohésion sociale, la relance de l'économie, la bonne gouvernance. A plusieurs reprises, il a été applaudi, quand il évoquait la lutte contre la corruption, le vivre ensemble. Là les députés du Nord ont mis en garde le gouvernement : que l'histoire ne se répète pas, qu'enfin le Nord ne soit plus la dernière région du pays.

 

Rien à voir avec un état de grâce. Cette union sacrée derrière Simplice Sarandji cache mal les attentes et les doutes. A l'image des députés du Nord-Est. Cette région qui va de Ouanda Djallé à Birao est coupée du pays depuis toujours, enclavée. « C'est au Premier ministre de démontrer que cette région fait partie de la RCA, d'abord par le rétablissement des forces de sécurité et de défense », estime un observateur.

 

Mais le Nord-Est n'est que la très grosse épine dans le pied du Premier ministre. Car c'est en fait tout l'arrière-pays qui souffre, par manque d'Etat, d'écoles, de centres de santé, de routes. Simplice Sarandji dit avoir entendu le message.

 

Autre défi : ne pas favoriser un groupe plus qu'un autre

 

Autre défi pour Simplice Sarandji : ne pas favoriser un groupe armé plus qu’un autre, en clair les anti-balaka plus que les Seleka. « Le gouvernement doit briser la spirale des frustrations », estime un observateur.

 

Par ce vote unanime, c'est donc l'intérêt de la Centrafrique qui a prévalu. Simplice Sarandji a certes été applaudi à plusieurs reprises, quand il a évoqué la corruption ou le vivre ensemble. Mais dire est une chose, faire en est une autre, se disait un député. Gare à la déception et au découragement.

 

RCA: union sacrée derrière Simplice Sarandji, mais pas d’état de grâce

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com