Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 12:10
Centrafrique : début de la campagne pour les élections présidentielle et législatives

 

Centrafrique : début de la campagne pour les élections présidentielle et législatives

 

BANGUI, 12 décembre (Xinhua) -- Grandes affiches dans les rues, effigies des candidats placées çà et là, caravanes de militants, grands rassemblements, distributions de t-shirts et autres gadgets de campagne ont marqué la première journée de la campagne pour les présidentielle et législatives en République centrafricaine, a-t-on constaté sur place.

Au cours d'une adresse à ses challengers, le chef de l'Etat sortant et candidat à sa propre succession, Faustin-Archange Touadéra, a exhorté tous les candidats "à observer la retenue et à faire confiance aux institutions de la République", notamment l'Autorité nationale des élections (ANE), organe chargé de l'organisation des élections, et la Cour constitutionnelle, chargée de proclamer les résultats définitifs des scrutins.

Il a invité les candidats à "dépasser toutes les autres considérations pour mener une campagne électorale saine, dans l'intérêt de la stabilité, de la paix et de la sécurité de la République centrafricaine", les exhortant à se serrer les coudes, à agir avec la prudence et la retenue les plus complètes, à s'abstenir de tout acte de provocation tout en faisant des efforts pour garantir le calme, la sérénité ainsi que la liberté des scrutins.

Le président Touadéra a mis l'accent sur la responsabilité du Comité national de sécurisation des élections, et de la Mission onusienne de paix en Centrafrique (la MINUSCA), cette dernière ayant reçu le mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies de sécuriser le processus électoral.

Quant aux forces de défense et de sécurité nationales, il leur a demandé de coopérer étroitement avec les Casques bleus, d'éviter les provocations et de prendre toutes les dispositions qui s'imposent afin de permettre à tous les candidats ainsi qu'à leurs militants et sympathisants, de battre librement campagne sur toute l'étendue du territoire.

A l'attention des groupes armés signataires de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation du 6 février 2019, M. Touadéra leur a demandé de respecter les engagements en faveur du retour de la paix et de la sécurité en garantissant la libre circulation de tous les candidats sur l'ensemble du territoire et permettant aux électeurs de choisir librement leurs représentants.

Il a invité les électeurs qui se sont inscrits à se rendre massivement aux urnes le 27 décembre prochain afin de désigner leur président et 140 députés du pays.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 22:38
NOTE D’INFORMATION MINUSCA

 

 

LA MINUSCA CONDAMNE LES ALLIANCES ENTRE PARTIS POLITIQUES ET GROUPES ARMES ET LANCE UN APPEL POUR UNE CAMPAGNE ELECTORALE APAISEE

 

Bangui, le 09 décembre 2020 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) exprime de fortes préoccupations et condamne les alliances entre partis politiques et groupes armés. « La mission appelle les groupes armés à respecter leurs engagements et à s’abstenir de poser des actes pouvant entraver le processus électoral », a indiqué le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, tout en exprimant le souhait que la campagne électorale, qui débute le 12 décembre, se déroule de façon apaisée, et appelant tous les candidats à bannir les discours de haine et d’incitation à la violence.

Au cours de cette conférence de presse hebdomadaire, le porte-parole a rappelé que le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RCA, Mankeur Ndiaye, et les membres du G5+ ont achevé ce mercredi une série de rencontres avec la plupart des 17 candidats à l’élection présidentielle du 27 décembre 2020. Lors de cette rencontre, les membres du G5+ ont renouvelé leur engagement à continuer d’accompagner et de suivre le processus électoral pour le maintien d’un environnement propice à la tenue d’élections apaisées et crédibles en coopération avec toutes les parties prenantes et en toute impartialité. Par ailleurs, ils ont appelé les 17 candidats à signer et à respecter le Code de bonne conduite des partis politiques et candidats aux élections en République centrafricaine.

Intervenant lors de cette conférence de presse tenue la veille de la Journée internationale des droits de l’homme, célébré le 10 décembre de chaque année, le représentant du Directeur de la Division des Droits de l’homme de la MINUSCA, Ahmed Iyane Sow, a indiqué que « la MINUSCA continuera à travailler avec toutes les parties pour promouvoir et protéger les droits de l’homme dans le pays ». Selon ce responsable, la MINUSCA fera le monitoring des élections dans le domaine des droits de l’homme. « Cet exercice, différent de l'observation, se fera avant, pendant et après les scrutins, avec notamment le renforcement des 11 bureaux de terrain », a-t-il dit, avant d’ajouter que « ce monitoring portera entre autres sur des aspects comme la liberté de mouvement et d'expression, le droit à l’information, la liberté de réunion et d'association, la transparence de l’opération de vote et la sécurité des électeurs ».  

Le représentant du Directeur de la Division des Droits de l’homme a également rappelé un ensemble de tâches à mener par la Mission dans le cadre du nouveau mandat, à savoir l’appui à la justice transitionnelle et à la réconciliation nationale, le soutien à la lutte contre l’impunité et l’incitation à la haine, la protection des civils y compris les enfants ainsi que l’appui à la mise en œuvre de l’accord de paix. « Dans le cadre de l’Accord de Paix, la Division des droits de l’homme appuie les parties en fournissant des informations sur le respect des droits de l’homme par les ex-combattants des groupes armés susceptibles d’intégrer les unités spéciales mixtes de sécurité », a-t-il indiqué. Le mandat prévoit aussi l’appui des autorités de la RCA à élaborer une méthode pour la vérification des antécédents des éléments des forces de défense et de sécurité concernant le respect des droits de l’homme, a ajouté ce responsable.

Evoquant la question de la sécurisation des élections, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel, Abdoul Aziz Fall, a quant à lui indiqué que les soldats de la paix de la MINUSCA mènent quotidiennement des opérations de sécurisation, de réparation de routes et de ponts et de soutien au déploiement des Forces Armées centrafricaines. « La Force a également renforcé ses capacités aériennes », a-t-il souligné. Selon lui, un total de 2395 patrouilles, dont 368 conjointes avec les FACA, ont été menées par les casques bleus de la MINUSCA entre le 23 et le 30 novembre sur le territoire centrafricain, afin de protéger les populations civiles et prévenir les attaques des groupes armés.

 De son côté, la porte-parole de la composante Police, Inspecteur Rouafi Fati, a annoncé le lancement de séances de sensibilisation et des rencontres organisées par la police des Nations Unies sur la non-violence et la gestion des rumeurs en période électorale, afin d’éviter toutes formes de violences durant le processus électoral. « Cette campagne de sensibilisation qui va se tenir dans tous les arrondissements de Bangui, Bimbo et Bégoua, regroupera les FSI, maires, chefs de quartiers, leaders religieux, responsables des associations et regroupements des femmes et des jeunes », a dit la porte-parole. Par ailleurs, 12 éléments des forces de sécurité intérieure dont 05 femmes, désignées opérateurs de la Ligne verte 1325, ont achevé une formation coordonnée par UNPOL. Cette ligne, qui sera mise en service prochainement, recevra les appels des femmes électrices et candidates, notamment en cas de détresse, durant le processus électoral.

 

 

Strategic Communication & Public Information Division

MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic

Mail : publicinformation-minusca@un.org

Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions

Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR

Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 16:27
RCA: l’UE renforce les capacités des institutions républicaines en matériels bureautiques

 

Centrafrique : l’UE renforce les capacités des institutions républicaines en matériels bureautiques

 

BANGUI, 08 Novembre 2020 (RJDH) ---Dans le but de soutenir la tenue des élections en Centrafrique, l’Union Européenne à travers lAgence Belge (ENABEL Centrafrique), a possédé ce vendredi 04 Novembre à la remise des équipements bureautiques et d'autres matériels aux institutions républicaines.

Ces dons sont composés de 10 ordinateurs bureautiques et accessoires, 20 ordinateurs portables, 2 imprimantes de marque Canon Ir 2530i, 10 imprimantes et des marques (HP Color Lazer Jet Pro MFP M479 fdw), 10 imprimantes simple HP Lazer, 30 Onduleurs 2500 VA, 10 rallonges multiprises, 30 disques dures externes de 500 GB et 8 rétroprojecteurs. Les kits ont été remis par l’Union Européenne en Centrafrique à travers ENABEL et s’inscrivent dans le cadre du programme de la consolidation de la démocratie en RCA.

Daniel Jonckers, chef de Bureau ENABEL-RCA, a rappelé qu’ENABEL met en œuvre le projet de Consolidation de la démocratie sur financement de l’Union Européenne, « à ce titre, nous contribuons au processus électoral à travers le renforcement et l’implication des femmes dans ce processus. Donc, il nous a semblé important d’appuyer les différents acteurs qui interviennent dans le processus. C’est pour cela que nous avons remis ces équipements pour appuyer le Haut conseil de la communication, ici à Bangui mais aussi les Radios Communautaires à l’intérieure du pays. Car ce sont les acteurs très importants pour un bon fonctionnement de la Démocratie et un bon déroulement des élections en Centrafrique », précise-t-il.

Pour l’organe en charge de régulation des médias en Centrafrique, le Haut Conseil de la communication, les médias ont un rôle très crucial à jouer dans le contexte où le pays amorce déjà le processus électoral. Alors, il va falloir insiste le président du HCC José Richard Pouambi, les équiper pour qu’ils puissent être dans des conditions requises.

« Nous allons bientôt amorcer la dernière phase du processus électoral. En ce qui concerne les médias avec l’organisation des débats et l’entrée en campagne des candidats, il va falloir que les médias puissent avoir des outils nécessaires pour pouvoir enregistrer et traiter les informations pendant cette période électorale. Et c’est pour cette raison qu’ENABEL a bien accepté de doter le Haut Conseil de la Communication avec les outils nécessaires de travail pour renforcer les capacités des radios Communautaires mais bien évidement du Haut conseil de la communication », a exprimé le président du HCC.

Une partie de ces équipements vont être envoyés dans les radios communautaires qui éprouvent des sérieux problèmes, et trois institutions à savoir la Cour Constitutionnelle, le Cadre de Concertation et le Haut Conseil de la Communication qui sont les principaux bénéficiaires de ces dons de l’Union Européenne à travers l’Agence Belge ENABEL-RCA.

Ketsia KOLISSIO

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 16:00
Centrafrique : Martin Ziguelé propose une nouvelle voie

Lu pour vous

 

https://www.financialafrik.com/ Par Achille Mbog Pibasso - 8 décembre, 2020

 

Candidat à l’élection présidentielle du 27 décembre 2020, le porte-étendard le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) entend se positionner comme l’incarnation de la réconciliation et du développement.

« Ensemble, c’est possible ». Ce groupe de mots résume la profession de foi de Martin Ziguelé. Après son échec à la magistrature suprême lors du dernier scrutin, l’ancien premier ministre estime que le moment est venu pour prendre sa revanche. Un pari pas facile à réaliser, d’autant que le candidat du MLPC aura sur sa route, le président sortant Faustin Archange Touadéra, et l’ancien premier ministre Anicet Georges Dologuélé, le même duo qui lui avait déjà barré la route pour le second tour en 2016.

Selon toute vraisemblance, l’homme est déterminé à aller jusqu’au bout, porteur d’une « vision pour des générations ». L’objectif étant d’amener les uns et les autres à « être fier d’être Centrafricain ». Un programme adossé sur un pylône, la restauration de l’Etat de droit et l’émergence d’une économie forte et saine.

Globalement, il est question d’« assurer le bien-être des citoyens en restaurant la sécurité sur l’ensemble du territoire, rétablir les principes de la démocratie et du droit ainsi que les capacités fonctionnelles des institutions et assurer la transparence de l’action publique par la présence de l’Etat et de ses administrations déconcentrées sur l’ensemble du territoire », a-t-il indiqué.

Prenant l’exemple sur les Forces Armées Centrafricaines (FACA) qui sont une émanation de l’intégration nationale, il estime que ces institutions doivent dépasser « tout communautarisme et tout sectarisme, et incarner la communauté nationale dans toutes ses composantes ethniques et religieuses ». Au regard de la situation sociopolitique et économique précaire en Centrafrique, « c’est au prix de cet effort sécuritaire que la Nation pourra se redresser et que nos citoyens pourront de nouveau faire confiance en nos forces de défense et de sécurité ».

Une fois réconciliés, les Centrafricains devront concentrer leurs efforts au développement. Et pour cause,  « la République centrafricaine doit devenir un Etat de Droit où les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sont garantis, dument constitués et séparés ; La sécurité et l’accès à la justice sont assurés ; L’administration est compétente et susceptible d’assurer la continuité de l’Etat ; Les finances sont gérées selon les meilleures pratiques en usage à l’international et l’exécution des budgets est rigoureusement contrôlée, et La gestion de la dette et le financement de la reconstruction sont planifiés, exécutés et contrôlés », estime Martin Ziguélé.

L’assureur qu’il est devra convaincre ses concitoyens dans ce qui se présente comme une élection présidentielle très disputée, l’invalidation de la candidature de l’ancien chef de l’Etat François Bozizé étant loin d’avoir levé le suspens.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 15:57
RCA : Communiqué gouvernemental en réaction à celui de la COD-2020
RCA : Communiqué gouvernemental en réaction à celui de la COD-2020

 

Le Gouvernement répond à la COD-2020

 

RCA/Elections 2020: Bras de fer entre le pouvoir et l’opposition à quelques jours du scrutin

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 8 décembre 2020 13:53

Le gouvernement se montre ferme face au déplacement et aux propos de l’ancien président, François Bozizé, à l’intérieur du pays. Dans un communiqué publié hier, le pouvoir entend faire usage de tous les moyens légaux pour que la force reste à la Loi. De son côté, la coalition de l’opposition démocratique COD-2020 parle de provocation du pouvoir.

Après le verdict de la Cour constitutionnelle le 03 décembre 2020, invalidant certaines candidatures dont celle de François Bozizé à la présidentielle de décembre 2020, mentionne le communiqué, le gouvernement constate que l’ancien président sillonne certaines villes des provinces du pays et organise des meetings bien avant le lancement officiel de la campagne électorale.

A en croire les autorités, l'ex-président François Bozizé est accompagné dans ses activités par un groupe d’hommes armés dont l’effectif dépasse le nombre de militaires affectés pour sa sécurité.

Le communiqué du gouvernement relève également la nature belliqueuse des propos tenus par le président du KNK, lors de son dernier meeting à Bossangoa dans l'Ouham. Ce qui, selon les autorités, démontre sa réelle volonté de remettre en cause le processus électoral en cours.

Face à ce que Bangui qualifie de comportement moins démocratique de François Bozizé, les autorités se déclarent fermes et se disent prêtes à « faire usage de tous les moyens légaux pour que force reste à la loi ».

Cependant, la Coalition de l’opposition démocratique 2020 alerte l’opinion nationale et internationale sur, ce qu’elle qualifie de provocation, de la part du pouvoir. Pour l’opposition démocratique, l’encerclement de la résidence de François Bozizé le 03 décembre 2020, au PK16 dans la commune de Bégoua ainsi que le vandalisme du domicile de son fils Jean Francis Bozizé au PK11, démontrent clairement la volonté du gouvernement d’entrer en confrontation avec le leader du KNK.

Pour la COD-2020, le président Faustin Archange Touadéra est responsable de l’invalidation de la candidature de François Bozizé à la présidentielle de décembre 2020. Dans ce climat tendu, entre le pouvoir et l’opposition, le G5+ qui regroupe des pays et institutions partenaires de la République centrafricaine appelle toutes les parties à l’apaisement. Pour ce faire, il a ouvert le lundi 07 décembre 2020, une discussion avec les 17 candidats retenus pour la présidentielle. L'objectif est d'échanger sur le code bonne conduite. Un texte que les candidats doivent tous signer avant le démarrage de la campagne électorale prévue ce 12 décembre. Ces nouvelles tensions surviennent à 20 jours de la tenue du premier tour des élections groupées de 2020-2021.

RCA : Communiqué gouvernemental en réaction à celui de la COD-2020
RCA : Communiqué gouvernemental en réaction à celui de la COD-2020

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 15:44
La Minusca s'active pour des élections apaisées en RCA

 

 

https://www.dw.com/ 08.12.2020

 

La Minusca et ses partenaires s'activent pour des élections calmes en Centrafrique. Ils ont ouvert des discussions individuelles avec tous les candidats à l'élection présidentielle.

L'objectif de la Minusca est d'obtenir des candidats à l'élection présidentielle, l'engagement d'une bonne conduite pendant les élections groupées du 27 décembre 2020. Mais, certains candidats conditionnent la signature du code de bonne conduite à une concertation préalable au sein de leur base politique.

A lire aussi : RCA : les réactions au rejet de la candidature de Bozizé

Vladimir Montéiro, porte-parole de la Minusca est confiant sur cette démarche inclue dans le mandat de l'ONU en Centrafrique. Cliquez sur l'image ci-dessous pour l'écouter au micro de Jean-Fernand Koena

Le scrutin de décembre fait craindre un retour des violences dans un pays contrôlé aux deux tiers par les groupes armés, et ravagé par la guerre civile depuis qu'une coalition de rebelles à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le régime du président François Bozizé en 2013. 

>>>>>>François Bozizé recalé pour la présidentielle

Depuis son exil, ce dernier était accusé, notamment par l'ONU, d'avoir organisé une contre-insurrection menée par des milices essentiellement chrétiennes et animistes, les anti-balaka. 

Les combats entre groupes armés issus ou non de ces deux mouvances, ont baissé d'intensité depuis 2018, mais les milices continuent de perpétrer des crimes contre les civils, malgré un accord de paix signé en 2019 et la présence de Casques bleus de l'ONU. 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 15:42
Taïwan, Nouvelle-Zélande, Centrafrique : ces pays relativement épargnés par le Covid-19

 

 

Dans le Club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se fait ou se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui, on vous emmène dans des pays qui semblent rester relativement éloignés du virus.

https://www.francetvinfo.fr/ 

Centrafrique : peu de malades, peu de symptômes

 

En Centrafrique, enfin, il y a eu très peu de cas depuis la détection du premier malade, le 14 mars dernier. C'était un prêtre italien revenu dans le pays. En tout, un peu moins de 5 000 cas positifs ont été confirmés. Il faut préciser qu'il y a aussi peu de personnes testées, seulement 35 000. Ceci dit, l’épidémie en Centrafrique est très peu visible, officiellement seulement 63 personnes sont décédées du Covid-19 dans ce pays de 4,5 millions d’habitants. Bien entendu, on peut penser que les chiffres sont sous-estimés… Néanmoins, les services de la morgue ne sont pas particulièrement plus sollicités qu’à l’habitude.

S’il y a sans doute des cas qui passent entre les mailles du filet, c’est aussi parce qu'un grand nombre de malades développent des formes légères. Les symptômes de toux ou de fièvre sont très communs dans ce pays particulièrement touché par le paludisme et diverses formes d’infections respiratoires. De nombreux Centrafricains ne se font donc pas dépister, faute de moyens, mais aussi parce que beaucoup sont sceptiques. Une large partie de la population pense avoir été épargnés par cette maladie, qu’elle considère être une maladie de Blancs. Autant dire que les gestes barrières n’ont pas réussi à entrer dans les habitudes : ici, pas de distanciation sociale ni port du masque, ou presque.

Si les organisations internationales avaient anticipé une catastrophe sanitaire, elles n’avaient pas prévu que cette épidémie aurait un impact sur l’élection prochaine. Les Centrafricains sont effectivement appelés à voter pour les élections législatives et présidentielles le 27 décembre prochain. Mais l’épidémie mondiale a causé du retard dans l’organisation de ce scrutin. Les entreprises sélectionnées sur appel d’offres n’ont pas toujours pu honorer leurs commandes. Lorsque cela a été possible, l’acheminement a été complexifié par un trafic aérien particulièrement ralenti. Il a fallu trouver des plans B plus localement : urnes, isoloirs et autres matériels sont en train d’être acheminés depuis l’Afrique du Sud par exemple. La course contre la montre est lancée, à trois semaines des élections.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 15:29
RCA : La Covid-19 et les lourdeurs administratives ont retardé les travaux de liaison par fibre optique
RCA : La Covid-19 et les lourdeurs administratives ont retardé les travaux de liaison par fibre optique

 

La Covid-19 et les lourdeurs administratives ont retardé les travaux de liaison par fibre optique de la RCA au Cameroun

 

(Agence Ecofin) 08 décembre 2020 17:13 08 décembre 2020 17:13- La Centrafrique va accélérer les travaux d’interconnexion au Cameroun par fibre optique, lancés en octobre 2019, qui accusent actuellement du retard. D’après le ministre centrafricain des Télécoms, le chantier ralenti par la Covid-19 devrait être achevé d’ici fin juillet 2021.

Sur les 1 100 kilomètres de fouille à exécuter entre Bangui et Gamboula pour l’interconnexion par fibre optique de la Centrafrique au Cameroun, environ 200 kilomètres seulement ont déjà été réalisés. C’est le ministre centrafricain des Postes et Télécommunications, Justin Gourna Zacko, qui l’a dévoilé le jeudi 3 décembre lors d’un point de presse organisé à Bangui.

D’après le ministre, ce retard dans les travaux découle de lourdeurs administratives accentuées par le contexte actuel de pandémie à coronavirus. Cependant, des mesures seront prises afin que le chantier reprenne de la vitesse.

Justin Gourna Zacko a d’ailleurs souligné, à cet effet, que même la période électorale (élections présidentielle et législatives) qui va durer jusqu’en mars 2021 ne pourra pas bloquer les travaux d’interconnexion qui doivent être achevés d’ici fin juillet 2021.

Les travaux de réalisation du lien de fibre optique Centrafrique – Cameroun ont été officiellement lancés en octobre 2019 à Berberati dans la province de Mambéré Kadéï, par le président de la République Faustin Archange Touadera. Le projet est une composante du réseau national de fibre optique cofinancé à 33 millions d’euros par la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 15:19
Arrivée à Bangui de 12 milles urnes et d’autres matériels pour les élections
Arrivée à Bangui de 12 milles urnes et d’autres matériels pour les élections

 

Centrafrique : Arrivée à Bangui de 12 milles urnes et d’autres matériels pour les élections du 27 décembre prochain

BANGUI, le 03 décembre 2020 (RJDH)---Douze mille urnes sont arrivées jeudi 02 décembre dans la capitale et quatre mille isoloirs sont attendus ce vendredi pour les élections du 27 décembre 2020. Une information confirmée par l’Autorité nationale des élections et PNUD.

L’arrivée des ces matériels des bureaux de votes permettront aux électeurs d’élire leurs dirigeants prévu fin décembre 2020 en République Centrafricaine. A trois semaines des élections groupées en RCA, les matériels de votes commencent à arriver dans la capitale.

Ces douze mille urnes arrivent aujourd’hui et quatre mille isoloirs, à partir de ce vendredi, c’est ce qu’a fait savoir une source proche de l’Autorité Nationale des Elections ANE. Concernant les cartes d’électeurs, des deux préfectures à savoir, le Bamingui-Bangoran et la Vakaga au nord-est du pays, ces cartes sont arrivées depuis début de cette semaine à Bangui, et l’acheminement d’autres matériels se fait progressivement, indique l’ANE.

Un autre don en nature, vient de l’Afrique du Sud. Le pays a déployé 8400 urnes complétées, un don salué par la représentant du Programme des Nations-Unies pour le développement, Natalie Boucly.

Selon les information RJDH, le reste des cartes d’électeurs arrivera d’ici 8 décembre prochain.

Jocelyne Nadège Kokada

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 14:34
L’invalidation de la candidature de Bozizé au cœur d’une bataille de communiqués

 

Centrafrique: l’invalidation de la candidature de Bozizé au cœur d’une bataille de communiqués

 

https://www.rfi.fr/ 07/12/2020 - 19:52 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

En Centrafrique, la décision de la Cour constitutionnelle d’invalider la candidature de l’ancien chef de l’État François Bozizé fait réagir. Ce lundi, opposition et autorités se sont répondues à travers des communiqués interposés.

L’opposition est sortie de son silence, commentant pour la première fois la décision de la Cour constitutionnelle avec des propos forts. Elle affirme que l’invalidation de la candidature de François Bozizé est liée à la politique du président Touadéra. La coalition de l'opposition COD-2020 condamne aussi « les actes de persécution dont il fait l’objet ».

Elle demande donc la cessation de ce qu’elle considère comme des hostilités à l’encontre des leaders et des militants de l’opposition. Enfin, elle réclame une nouvelle fois une concertation nationale pour apaiser les tensions à trois semaines des élections.

Les autorités ont elles aussi pris la parole ce lundi dans un communiqué. Elles dénoncent la nature « belliqueuse » des propos tenus par François Bozizé à l’occasion de plusieurs déplacements en région ainsi que sa volonté de remettre en cause le processus électoral. « Ces déclarations et agissements de monsieur Bozize Yangouvonda François ne s’inscrivent pas dans les finalités légitimes de la liberté d’expression et du pluralisme partisan qui ne doivent nullement remettre en cause la sauvegarde de la sécurité nationale et de l’ordre public », estime le porte-parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui.

Les autorités affirment d'ailleurs que François Bozizé se déplace en région avec un groupe d’hommes armés qui dépasse l’effectif réglementaire de sa garde. Le communiqué appelle donc l’ancien chef de l’État à faire preuve de sagesse, « à se conformer à la décision de la Cour constitutionnelle » et « à s’inscrire dans la légalité à l’instar des autres acteurs politiques pour le déroulement sans entrave du processus électoral afin de permettre au peuple centrafricain d’élire librement et dans la quiétude ses dirigeants le 27 décembre 2020 ».

Le gouvernement veut aussi rassurer la population et assure qu’il « ne permettra pas que le pays replonge à nouveau dans le chaos » et qu'il usera de tous les moyens légaux pour que « force reste à la loi ».

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com