Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:57
RCA : quels sont les plans de l’Angola pour régler le cas Bozizé ?

 

Lu Pour Vous

Centrafrique : quels sont les plans de l’Angola pour régler le cas Bozizé ?

Jeune Afrique août 27, 2021

Lors du sommet de la Conférence internationale pour l’Afrique des Grands Lacs le 13 septembre en Angola, la crise centrafricaine sera au centre des débats. En attendant, Luanda s’active pour régler au plus vite le casse-tête que représente François Bozizé.

Selon nos informations, la diplomatie angolaise n’a pas coupé le contact avec François Bozizé, réfugié depuis huit mois dans le maquis centrafricain, d’où il coordonne officiellement la Coalition des patriotes pour le changement (CPC, alliance de groupes armés). Les échanges sont encore réguliers entre l’ancien président et les équipes du président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), l’Angolais Gilberto Da Piedade Verissimo.

Ce dernier est la cheville ouvrière de Luanda, qui prépare activement le sommet de la Conférence internationale pour l’Afrique des Grands Lacs (CIRGL, actuellement présidée par le chef de l’État angolais João Lourenço), lequel doit avoir lieu le 13 septembre prochain dans la capitale angolaise. Lui aussi en première ligne, le ministre des Affaires étrangères, Téte António, s’était rendu à Bangui le 5 juillet dernier afin de s’entretenir avec le président Faustin-Archange Touadéra.

L’objectif de l’Angola est en premier lieu de favoriser la mise en place d’un dialogue national centrafricain le plus inclusif possible, c’est à dire comprenant l’opposition pacifique mais aussi armée. Selon nos informations, la CEEAC et la CIRGL n’ont ainsi pas abandonné l’espoir de rassembler autour d’une même table certains groupes armés entrés en rébellion sous la bannière de la CPC – comme ce fut le cas dans le cadre des accords de paix de Khartoum en 2019.

« LA POSTURE DE FAUSTIN-ARCHANGE TOUADÉRA N’A PAS CHANGÉ »

Plusieurs chefs de groupes armés, qui se tiennent relativement en retrait depuis le coup de force russo-centrafricain du début de l’année, ne seraient pas contre une participation, mais exigent des garanties de sécurité et des contreparties, ainsi qu’il en avait été à Khartoum il y a deux ans. « Ils ont laissé passer l’offensive russe et attendent que la
situation s’enlise de nouveau. Plus les négociations durent, plus la situation leur redevient favorable »,
confie un diplomate à Bangui.

Nouvel exil pour Bozizé ?

François Bozizé, qui assure officiellement la coordination de la CPC, participera-t-il lui-même au futur dialogue ? Selon nos sources, Gilberto Da Piedade Verissimo ne l’exclut pas, mais la posture de Faustin-Archange Touadéra, qui s’oppose à la présence de son prédécesseur et en a fait une ligne rouge à ne pas franchir, n’a pas changé. L’hypothèse semble donc peu probable et une deuxième option est par conséquent envisagée.

Luanda étudie en effet la possibilité de trouver à François Bozizé un lieu d’exil où il échapperait aux poursuites lancées contre lui par la justice centrafricaine. Ce scénario nécessiterait l’accord de Bangui, qui renoncerait à réclamer une extradition, et la participation des Nations unies, qui lui a imposé des sanctions en 2014 pour avoir appuyé financièrement et matériellement des milices anti-balaka lors de la crise de 2013.

Gilberto Da Piedade Verissimo était présent à Bangui ce 26 août afin de s’entretenir avec le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, le Sénégalais Mankeur Ndiaye. Le cas de François Bozizé était au menu des discussions. Le président de la commission de la CEEAC s’était également rendu le 2 août à Kinshasa pour évoquer le dossier centrafricain avec le président Félix Tshisekedi, lequel suit de près la situation à travers François Beya Wa Kasonga, son conseiller spécial en matière de sécurité.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:44
CEMAC : le FMI prescrit une utilisation des DTS « en toute transparence »
CEMAC : le FMI prescrit une utilisation des DTS « en toute transparence »
CEMAC : le FMI prescrit une utilisation des DTS « en toute transparence »

Lu pour vous

 

CEMAC : aux chefs d’Etats, le FMI prescrit une utilisation des DTS « en toute transparence »

https://www.financialafrik.com/ Par Nephthali Messanh Ledy 19 août, 2021

Prenant part ce mercredi 18 août au sommet extraordinaire virtuel des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) présidé par le Camerounais Paul Biya, Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), au cours des échanges avec les dirigeants des pays d’Afrique centrale sur l’impact économique de la pandémie et les défis auxquels la région fait face, n’a pas manqué d’appeler à une bonne gestion des droits de tirage spéciaux (DTS) qui seront alloués sou peu aux Etats.

« La prochaine allocation de DTS devrait être utilisée pour aider à reconstituer les réserves et répondre aux besoins immédiats. L’utilisation de l’allocation de DTS devra être faite avec précaution et en toute transparence. J’ai recommandé aux autorités de les utiliser pour répondre aux besoins urgents et au redressement des réserves de change », a-t-elle indiqué dans une déclaration publiée suite aux travaux.

Annoncée pour entrer en vigueur le 23 août prochain, cette allocation générale de DTS avait été approuvée en début du mois par le conseil des gouverneurs du FMI, et vise à accroître les liquidités dans le monde dans ce contexte de crise. Elle devra, entre autres, aider les pays les plus vulnérables qui s’emploient à surmonter les effets de la crise de la Covid-19.

Diversifier les économies

Lors du sommet de la CEMAC, Kristalina Georgieva a également plaidé pour une coordination étroite des politiques macroéconomiques entre les six pays et les institutions régionales de la CEMAC pour « renforcer la stabilité externe et interne » de la région à court terme et, dans le futur, « aider la région à sortir renforcée de la crise ». Elle a, par ailleurs, souligné que la communauté régionale « doit continuer à lutter contre la crise sanitaire et accélérer la campagne de vaccination pour assurer une reprise économique durable ».

« Je salue l’engagement des chefs d’État de la CEMAC en faveur de réformes structurelles profondes pour transformer radicalement et diversifier la région, continuer à soutenir les institutions régionales et réduire sa dépendance vis-à-vis des matières premières », a fait savoir la Bulgare, avant d’ajouter qu’ « il sera particulièrement important d’améliorer la transparence des finances publiques et du secteur pétrolier et gazier, de renforcer la mobilisation des recettes, de soutenir la bonne gouvernance et de mettre en œuvre des réformes favorables au secteur privé ».

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:26
Henri-Claude Oyima (BGFIBank) prépare un débarquement en Centrafrique
Henri-Claude Oyima (BGFIBank) prépare un débarquement en Centrafrique

 

Lu Pour Vous

 

Jeune Afrique

 

CBCA : le Groupe BGFIBANK va racheter une partie des 85% détenues par l’Etat centrafricain

Le groupe BGFIBank pose un pied à Bangui en établissant un partenariat stratégique avec Commercial Bank Centrafrique. Une présence qu’il entend consolider en entrant prochainement au capital de l’ex-filiale du groupe Fotso.

L’audience du 16 août que Faustin Archange Touadera a accordée à Henri-Claude Oyima avait officiellement pour objet la présentation du partenariat stratégique que BGFIBank vient d’établir avec Commercial Bank Centrafrique (CBCA). Lequel consiste en une assistance technique pour cette ancienne filiale du groupe Fotso que l’État centrafricain a réussi à restructurer.

Mais le patron du groupe bancaire panafricain a fini par dévoiler la véritable raison de son entrevue avec le président centrafricain. « Nous réaffirmons notre volonté d’accompagner fortement la CBCA qui n’est plus orpheline, mais une banque qui va désormais rentrer dans un groupe international implanté dans 11 pays… », décline Henri-Claude Oyima, accompagné pour la circonstance de Hervé Kogboma Yogo, le DG de CBCA, devant les caméras de la télévision publique.

Il n’en fallait pas davantage pour que le débat sur l’entrée de BGFIBank en RCA s’enclenche. D’autant que Bangui, qui souhaite réduire sa présence au tour de table, a reçu quelques offres sans consistance et que la banque s’apprête à effectuer une augmentation de capital pour renforcer ses fonds propres entre autres et être dans la norme communautaire de 10 milliards de F CFA.

Discussions

« Nous allons effectivement aller au-delà du partenariat établi pour faire une entrée dans le capital », confirme Henri-Claude Oyima contacté par Jeune Afrique. Pour ce faire, le groupe panafricain est en discussions avec Bangui pour racheter une partie des 85 % des parts détenues par l’État centrafricain. « Les autorités centrafricaines souhaitent que tout soit achevé en fin septembre », ajoute Oyima. Dans ce laps de temps, il faudra réunir les conseils d’administration et assemblées générales des différentes parties pour adopter l’opération et transmettre le dossier d’accord à la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), le régulateur, pour validation.

Projet d’entreprise

Si le patron gabonais ne donne aucune indication sur le pourcentage qui l’intéresse, il tient néanmoins à préciser : « Il va sans dire que notre entrée dans le capital fera de nous l’actionnaire de référence.» Avec ce nouveau coup, le groupe BGFIBank -dont le bilan total s’élevait à 3517 milliards de F CFA (5,36 milliards d’euros, soit une hausse de 12 %) en 2020, pour un bénéfice de 44 milliards de F CFA (+114 %) et un produit net bancaire de 197 milliards de F CFA – poursuit son expansion au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) où seul le Tchad lui résiste encore.

« NOUS FERONS DES ACQUISITIONS SI DES OPPORTUNITÉS SE PRÉSENTENT OU NOUS ESSAIERONS DE FONDER DES BANQUES À PARTIR DE RIEN »

Cette action s’inscrit dans le cadre du cinquième pilier de son projet nouveau d’entreprise « Dynamique 2025 » portant sur le développement du groupe. « Cela implique que nous ferons des acquisitions si des opportunités se présentent ou nous essaierons de fonder des banques à partir de rien », assure Henri-Claude Oyima.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 17:08
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

Bangui: l’électricité de retour dans les ménages après des années de délestages intempestifs

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 27 août 2021 07:31

La distribution de l’électricité est de plus en plus appréciée par les habitants de Bangui. Cela fait plusieurs semaines déjà que l’électricité est redevenue constante dans les ménages. Les délestages ont baissé et les activités nécessitant l’énergie électrique reprennent dans les quartiers de la capitale.

 L’amélioration dans la fourniture de l’électricité dans la capitale centrafricaine intervient après des travaux sur la centrale hydroélectrique de Boali 2. Selon de nombreux Banguissois, cette amélioration a permis la relance de leurs activités économiques. C'est ce que témoigne Nicaise Kouta, responsable d’un atelier de soudure au quartier Fouh dans le 4e arrondissement.

"Nous avions beaucoup souffert avec les délestages. Mais ces derniers temps, la distribution régulière nous permet de faire fonctionner l'atelier et cela améliore notre revenu", précise-t-il.

Pour Juvénal Redjimalet, superviseur d’un pressing à Bimbo, les recettes sont bonnes depuis que la distribution du courant est plus ou moins régulière.

"C'était difficile avec le délestage. On avait des problèmes avec nos clients et cela a aussi joué sur nos recettes. Depuis que nous avons l'électricité dans le secteur, tout se passe bien en termes de recettes financières et nos clients sont satisfaits", témoigne-t-il.

La satisfaction est encore grande dans les reculés de Bangui où l’électricité était presque inexistante il y a quelques mois en arrière.

"Les enfants sont contents à la maison. Avec ces vacances, ils sont devant l'écran pour suivre leurs chaînes préférées. Tout va bien pour l'instant", témoigne  Justraline, une mère de famille, habitant le secteur Bimbo.

Le manque d’électricité et les conséquences qui s’en sont suivies ont éveillé la conscience collective dans certains quartiers de Bangui. 

"Nous devons prendre conscience aujourd'hui et protéger les installations de l'Enerca pour notre bien et c'est ainsi que nous allons développer ce pays" lance Ghislain Nguitigaza, habitant du 4e arrondissement.

En plus des travaux réalisés sur la centrale hydraulique de Boali, l’Enerca est sur le point de diversifier ses sources d’énergie avec des centrales solaires de Danzi et Sakaï, encore en construction.

 

 

RCA: la SODECA annonce la construction de 3000 forages à Bangui et dans sa périphérie

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 20 août 2021 10:56

Face aux difficultés d’accès à l'eau potable dans certains quartiers de Bangui, la Société de distribution d’eau en Centrafrique (Sodeca) compte construire 3 mille forages dans la capitale centrafricaine et ses environs. Déjà au moins 10 forages sont en construction dans les quartiers Mbémbé et cité Nazareth dans la commune de Bimbo. La Sodeca et le Ministère de l'hydraulique ont visité les travaux le lundi 16 août 2021.

Une dizaine de forages seront construits aux quartiers Mbémbé et Cité Nazareth situés un peu en hauteur à la périphérie ouest de Bangui. Ces quartiers étaient privés d'eau potable pendant des années. Même si les machines continuent encore de perforer les forages, mais pour les riverains, l'eau qui commence déjà à sortir est un début de solution pour les habitants.

"Aujourd'hui, nous sommes soulagés avec la construction de ces forages par la Sodeca dans notre secteur, car avant nous ne consommons que l'eau du puits mais il faut aller vers Carmel et Padre Pio", déclare une habitante du quartier Mbembe.

"Avant, il faut parcourir au moins une distance de 2 km pour s'approvisionner en eau potable. Une femme transporte 4 bidons pour les besoins de la famille. C'est un ouf de soulagement", témoigne un père de famille habitant la Cité Nazareth.

Pour Arthur Bertrand Piri, ministre de l’hydraulique, l'accès à l'eau potable reste un défi à relever en raison de l'extension de la ville de Bangui.

"Compte tenu de l'extension de la ville de Bangui, la Sodeca ne dispose pas encore pour le moment des moyens pour faire face au rythme de création de nouvelles agglomérations. C'est pour cette raison que nous avons opté pour les zones périphériques la construction des forages en vue de permettre à nos compatriotes de consommer de l'eau potable", précise le ministre.

Si vraiment ces 3 mille forages seraient construits dans le temps imparti à Bangui et ses environs, les Banguissois pensent qu'ils réduiraient le problème d'accès à l'eau potable.

 

 

Nouvelles nationales sur RNL
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 00:05
RCA : offices religieux en prélude à la commémoration de la fête de l'indépendance
RCA : offices religieux en prélude à la commémoration de la fête de l'indépendance

 

Centrafrique : offices religieux en prélude à la commémoration de la fête de l'indépendance

Par : Yann | 
French.china.org.cn | Mis à jour le 09-08-2021

Plusieurs délégations gouvernementales se sont disséminées dimanche dans les différentes dénominations religieuses préalablement à la commémoration, le 13 août prochain, du 61e anniversaire de l'indépendance de la Centrafrique, a appris Xinhua dimanche de source gouvernementale.

Les délégations, composées de quatre personnes chacune, ont pour but d'une part de participer à des offices religieux et d'autre part d'exhorter les fidèles à la culture de la paix, du vivre-ensemble et de la cohésion sociale avant l'événement national, selon la même source.

De l'avis du ministre d'Etat centrafricain chargé du Désarmement, de la Démobilisation, de la Réintégration et du Rapatriement (DDRR) et du Suivi de l'Accord politique de paix et de réconciliation (APPR), Jean Willybiro Sacko, au sortir d'un culte dimanche dans le 2e arrondissement de la capitale centrafricaine Bangui, les mosquées n'ont pas été omises, car vendredi dernier, d'autres membres du gouvernement se sont rendus dans ces lieux de culte.

Source: Agence de presse Xinhua

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 00:01
« Le singe est une viande très appréciée »

Lu pour vous

 

« Le singe est une viande très appréciée »

 

https://www.ouest-france.fr/ https://www.ouest-france.fr/09/08/2021 à 05h00 Patrick David (Hauts-de-Seine) 

 

International. « En Centrafrique, la viande de singe est sur les étals des marchés de province et des quartiers nord de la capitale. Sa consommation n’est cependant pas sans risques pour la santé. »

Parmi les viandes d’animaux sauvages (appelées également viandes de brousse ou viandes boucanées), le singe est une viande très appréciée des Centrafricains, à l’exception des musulmans qui s’interdisent d’en consommer pour des motifs religieux. Certains n’hésitent pas à braver les services des douanes pour en apporter à des proches installés en France ou en Belgique. C’est un cadeau de choix.

En Centrafrique, la viande de singe est sur les étals des marchés de province et des quartiers nord de la capitale. Elle se présente sous la forme de morceaux boucanés. La tête, la cervelevée, les pattes, le bassin sont très recherchés des connaisseurs. Si la viande de singe est un plus un peu chère à Bangui, elle est accessible en province aux plus pauvres.

Pour ces derniers, le bœuf, le cabri ou les volailles sont des viandes trop coûteuses. Les milices ont détruit les élevages familiaux. La viande de brousse (antilope, pangolin, crocodile, serpents, porcs-épics, petits rongeurs, singe…) est une alternative pour ces populations.

La consommation de la viande de singe n’est, cependant, pas sans risques pour la santé.

Le singe peut être responsable de zoonoses, de la monkeypox (variole du singe). Les jeunes enfants sont les plus exposés.

Cette zoonose est moins grave que la variole humaine. Elle est néanmoins mortelle dans 1 à 10 % des cas. Depuis 2013, date du début des affrontements entre les groupes armés, plusieurs foyers ont été identifiés en plusieurs endroits du territoire. Entre 2018 et 2019, une trentaine de cas dont deux ayant conduit à des décès ont été décelés.

Il n’est pas envisagé d’en interdire la consommation dans le contexte d’insécurité que connaît le pays et s’agissant d’habitudes alimentaires bien ancrées. Aussi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Institut Pasteur restent très vigilants sur les risques concernant la consommation de viande de brousse et de singe en particulier.

Il est conseillé de manipuler ces animaux avec une grande prudence et de cuire leur viande.

Il faut savoir que la viande de brousse représente 80 % de l’apport en protéines des populations en Afrique centrale. La Centrafrique est d’autant plus concernée qu’elle connaît une grave crise alimentaire du fait des violences.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 23:48
Soldats au Mozambique et en Centrafrique, le Rwanda sur tous les fronts
Soldats au Mozambique et en Centrafrique, le Rwanda sur tous les fronts

Lu pour vous

 

Soldats au Mozambique et en Centrafrique, soutien possible à la RDC, le Rwanda sur tous les fronts


https://www.francetvinfo.fr/   09/08/2021 16:38 Jacques Deveaux France Télévisions  

 

Un nouveau contingent de casques bleus rwandais s’installe en Centrafrique. Au Mozambique, Kigali appuie l’armée nationale dans la sécurisation du Cabo Delgado. Paul Kagame n’exclut pas non plus de soutenir la RDC au Kivu et en Ituri.

300 casques bleus rwandais sont arrivés en renfort en Centrafrique, notamment pour sécuriser l’axe routier reliant Bangui au Cameroun. Un axe, vital pour le ravitaillement de la capitale, qui avait été coupé au plus fort de l’offensive des rebelles en décembre 2020. Des centaines de camions s’étaient retrouvés bloqués.

"Le reste du bataillon qui compte 450 soldats arrivera d'ici à la fin de l'année", a déclaré à l'AFP Abdoulaziz Fall, porte-parole de la force de la Minusca. Le Rwanda est ainsi le premier pays contributeur à la force de paix des Nations unies en Centrafrique.

"Main dans la main avec la Centrafrique"

Le Rwanda s’implique ainsi un peu plus dans le devenir de la République centrafricaine, et de son actuel président Faustin-Archange Touadéra. Kigali était déjà aux côtés de ce président dans sa lutte contre les rebelles. Des soldats rwandais sont intervenus début 2021 pour officiellement soutenir les casques bleus menacés par les rebelles. Faustin-Archange Touadéra a d’ailleurs été reçu en grandes pompes le 5 août à Kigali, et les deux pays ont signé quatre protocoles d’accords bilatéraux. Paul Kagame rappelait à cette occasion que "le Rwanda est très heureux de marcher main dans la main avec la Centrafrique, dans un objectif de paix, de réconciliation et de prospérité".

Dans ce contexte, Kigali n’a pas d’états d’âmes à participer à une force internationale pourtant très critiquée localement. "On nous a demandé de fournir plus de troupes sous la bannière des Nations unies. Nous sommes toujours prêts à le faire parce que nous en avons les moyens et parce qu’on nous l’a demandé" a précisé Paul Kagame.

Mission au Mozambique

Des soldats rwandais sont également présents au Mozambique pour aider l’armée à combattre les jihadistes dans le nord du pays. L’attaque contre Palma dans la province de Cabo Delgado le 24 mars 2021, a provoqué un traumatisme et révélé au grand jour l’incapacité de l’armée nationale à assurer la sécurité des habitants de la région. Jusqu'à présent, le président mozambicain Filipe Nyusi se montrait réticent à toute aide étrangère, insistant sur la souveraineté du pays, indépendant depuis 1975. Mais il a fini par céder face à la pression internationale.

Ainsi, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) regroupant 16 pays a annoncé fin juin l’envoi de troupes pour soutenir le Mozambique. Mais le Rwanda, qui ne fait pas partie de la communauté est lui déjà présent. 1000 hommes ont été déployés dès le 9 juillet.

Selon le porte-parole de l’armée rwandaise, l’opération de soutien aux soldats mozambicains se déroule bien, les succès se multiplient aux dires des militaires rwandais. "Nous progressons bien dans la province de Cabo Degaldo", a-t-il précisé à l’AFP. L’objectif est de reprendre le contrôle du port de Mocimboa da Praia, devenu un fief jihadiste. En chemin, ils ont sécurisé la localité d’Awasse, abandonnée par les jihadistes, tout comme celle de Palma.

Main tendue à Kinshasa

Dans son offensive diplomatique tous azimuts, après la normalisation des relations avec la France, Paul Kagame s’est également rapproché de son homologue congolais Félix Tshisekedi. Les deux hommes se sont rencontrés le 25 juin 2021 à Rubavu, au Rwanda. Les relations avec les deux pays ont toujours été difficiles. La République démocratique du Congo a connu deux guerres qui ont déstabilisé la région frontalière du Kivu. Le Rwanda en a largement pris sa part, et depuis, la RDC accuse régulièrement Kigali d’interventionnisme en armant les groupes armés dans le Kivu.

Désormais entre les deux pays on parle de coopération bilatérale, notamment sur l’exploitation de l’or. Et, dans le contexte de l’Etat de siège imposé en Ituri et au Nord-Kivu, Kigali se dit prêt"Le Rwanda s'engage à consentir d’efforts et cela en collaboration avec la République démocratique du Congo dans le respect de sa souveraineté nationale (...) le Rwanda est prêt à prêter mains fortes à la RDC dans la mesure de nos moyens", a déclaré Kagame.

Bref, Paul Kagame impose son leadership dans cette région d’Afrique centrale, et fait ainsi oublier les choses qui fâchent. Comme cette enquête de l’ONU qui met en lumière le rôle du Rwanda dans les réseaux de contrebande de minéraux congolais. Le pays, quasiment sans mines, est devenu l’un des plus gros exportateurs de coltan au monde.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 23:26
COMMUNICATION AU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL par MARTIN ZIGUELE

 

COMMUNICATION AU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

LUNDI 09 AOUT 2021

Par  MARTIN ZIGUELE 

THEME «  LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE FACE AUX ENJEUX GEOSTRATEGIQUES, SECURITAIRES ET ECONOMIQUES EN TEMPS DE CRISE » 

 

C’est la 4ème fois que je suis invité par votre auguste institution pour échanger avec vous sur des sujets relatifs à notre nation, et je voudrais vous en remercier. Autant les sujets précédemment évoqués étaient assez « classiques », autant la thématique d’aujourd’hui qui s’inscrit dans une actualité qui se déroule sous nos yeux, exige beaucoup de lucidité et de courage dans son analyse, afin de contribuer positivement à la réflexion générale sur les voies et moyens d’aller de l’avant dans la stabilisation de la situation de notre pays, aussi bien sur le plan sécuritaire qu’économique. Dans ma démarche, je présenterai dans ses grandes lignes l’ordre géostratégique actuel, avant de partager avec vous mes réflexions, forcément subjectives, sur les domaines du possible pour notre pays face à ce tableau. Le débat et les échanges nous permettront certainement de nous nourrir réciproquement de nos différentes visions, car la nation étant d’abord et avant tout une communauté de destin, les échanges sont plus que nécessaires.

Quelles sont, dans leurs grandes lignes, les stratifications géopolitiques d’aujourd’hui ?  

Le monde tel qu’il existe aujourd’hui avec ses lignes de forces, a été dessiné trois mois avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, par les premiers responsables des puissances alliées contre l’Allemagne (Union soviétique, Royaume-Uni, Etats-Unis) lorsque leur victoire devenait imminente , lors de la Conférence de YALTA, en Crimée, tenue du 4 au 11 février 1945.

Cette conférence avait pour objectifs, outre l’adoption d’une stratégie commune afin de hâter  la fin de la Seconde Guerre mondiale et le règlement du sort de l’Europe après la défaite allemande, mais surtout pour ce qui nous concerne, la garantie de la stabilité d’un nouvel ordre mondial après la victoire des Alliés.  En termes non diplomatiques, et plus prosaïques, il s’est donc agi de répartir le monde selon des zones d’influence pour chaque puissance alliée.

Ensuite, lorsque la guerre fut terminée, ces mêmes puissances décidèrent de transformer la Société des Nations (SDN) en Organisation des Nations Unies (ONU), c’est tout naturellement que les vainqueurs de la guerre de 1939- 1945 se sont retrouvés au Conseil de Sécurité et s’octroient un droit de veto (Etats-Unis, Royaume-Uni, Union soviétique, France et initialement la Chine de Taïwan, remplacée plus tard par la République Populaire de Chine avec le soutien unanime des Etats africains). A noter que les vaincus de la Puissance de l’Axe (Allemagne, Japon, Italie, Espagne, etc.) n’ont pas été cooptés dans le Conseil de sécurité.

Dans la foulée de la victoire des alliés, les Etats-Unis poseront deux actes fondateurs de la carte géostratégique et géoéconomique actuelle :

-         Ils mettront en place une Organisation militaire intégrée sous leur commandement, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) regroupant les pays ouest – européens, et qui bénéficient de leur parapluie atomique.

-         Ils  lanceront le fameux Plan Marshall pour reconstruire la partie de l’Europe relevant de sa zone d’influence. C’est que les Etats-Unis réuniront à Bretton-Woods leurs alliés pour bâtir, autour de la toute-puissance du dollar américain et de l’idéologie hégémonique du libéralisme économique,  le Consensus de Washington qui a donné naissance aux institutions dits de Bretton Woods :

1-     La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) ou Banque Mondiale pour financer comme son nom l’indique la reconstruction des pays détruits et amorcer leur développement économique. La Banque Mondiale a son guichet IDA (International Developement Agency pour les dons et prêts concessionnels aux pays très pauvres) et plus tard sa filiale SFI (Société Financière Internationale) pour le financement du secteur privé.

2-     Le Fonds Monétaire International (FMI) qui deviendra la banque centrale des banques centrales pour le contrôle des politiques budgétaires et monétaires. 

L’Union soviétique de son côté organisera sa zone d’influence dans les démocraties populaires de l’Est européen et l’Allemagne de l’Est, autour du « Pacte de Varsovie », qui est à la fois une union politique, économique, militaire et sécuritaire. C’est le «  Bloc de l’Est » ou « Bloc soviétique », auquel s’adjoindra la Chine Populaire en 1949, mais celle-ci s’émancipera de la tutelle soviétique dans les années soixante.  Les pays du Bloc de l’Est étaient sous la tutelle militaire et atomique de la puissance centrale, l’Union soviétique, et leur socle idéologique était le communisme.

Si l’Union soviétique elle-même est aujourd’hui démembrée en plusieurs républiques indépendantes suite à la perestroïka, il n’en demeure pas moins que le noyau central représenté par la Fédération de Russie, demeure toujours une superpuissance militaire face au bloc américano-européen. L’idéologie communiste n’est plus de mise, mais toute la superstructure politique, organisationnelle et fonctionnelle de la Fédération de Russie et de certaines anciennes républiques soviétiques fonctionne selon ce schéma idéologique.

Enfin, la République Populaire de Chine, ancienne alliée de l’Union soviétique,  se démarquera très rapidement du bloc soviétique, et prônera une politique d’indépendance face aux deux blocs. C’est ainsi qu’elle contribuera à la naissance du Mouvement des « non alignés » à la Conférence de Bandoeng avec Sukarno en Indonésie. Réunie du 18 au 24 avril 1955, cette Conférence est la première tentative des pays d’Asie et d’Afrique, d’affirmer leur volonté d'indépendance et leur non-alignement sur les puissances mondiales. 29 pays dont 23 d’Asie et 6 d’Afrique y participeront et parmi ses invités, on peut citer Gamal Abdel Nasser pour l’Égypte, le Premier ministre indien Nehru et Zhou En lai, Premier ministre de la Chine populaire afin de chercher à se démarquer de ces deux blocs évoqués ci-dessus.

La République Populaire de Chine, se considérant toujours comme un pays en voie de développement « frère et « ami » des pays en développement face aux deux blocs ne met pas en avant dans ses relations avec le reste du monde ses options idéologiques, mais travaille sur une politique de grande coopération économique et financière, en usant du soft power pour se construire des alliés « économiques » dans son positionnement parmi les deux blocs et dans sa lutte contre Taïwan.

Nous constatons par conséquent que les blocs géopolitiques et géostratégiques ont été créés par ces superpuissances mondiales pour perpétuer leurs influences sur les pays membres qui font partie des espaces qu’ils considèrent comme leur espace vital. Les instruments de leurs influences sont nombreux et variés, et s’inscrivent aussi dans ce cadre les actions militaires pures, les actions sécuritaires globales, les dispositifs de coopération économiques et financières préférentiels qu’elles déploient pour consolider et renforcer leur imperium.

Par conséquent, chaque bloc fait du prosélytisme politique, sécuritaire et économique, et réagit contre toute action venant d’un autre bloc ou considéré comme hostile dans sa zone d’influence.  Par conséquent elles veillent à ce qu’ils considèrent comme l’ordre mondial ne soit pas déstabilisé par le concurrent, ce qui entraîne des ripostes diplomatiques , sécuritaires et militaires, ainsi que politiques. Nous avons tous en mémoire la crise des missiles à Cuba et dans une certaine mesure aujourd’hui le cas de la Birmanie et de l’Ukraine.

Voici dans ses grandes lignes le tableau géostratégique et géopolitique actuel, qui ressemble à un champ de mines, et auquel notre pays fait face dans sa situation de crise.  

Que doit faire la RCA, pays en crise, face à ce tableau ?

La préoccupation majeure de la RCA, me semble-t-il, dans ce monde tel qu’il est aujourd’hui, consiste à réunir les conditions nécessaires pour garantir la paix et la sécurité du pays et d’œuvrer au bien-être de sa population. Dans cette quête légitime de la paix à l’intérieur de nos frontières et des leviers de notre développement, nous devons d’abord compter sur nous-mêmes, sur notre génie propre, sur la mobilisation de nos ressources propres et sur une allocation optimale de nos ressources par rapport à nos objectifs nationaux. C’est la voie suivie par toutes les nations aujourd’hui « debout » : la recherche constante d’une autonomie sécuritaire, politique et économique dans un monde interdépendant et globalisé. Il est évident que c’est un exercice difficile mais c’est à ce prix que se créent les Etats. C’est un prérequis qui demande beaucoup de sacrifices et qui nécessite une vision holistique des objectifs que nous avons ensemble définis, partagés et acceptés.

En d’autres termes, dans la configuration géopolitique actuelle, aggravée par le phénomène d’une mondialisation à sens unique, notre salut résidera dans notre lucidité et notre aptitude à comprendre que réellement seuls les intérêts des Etats guident leurs actions avouées et inavouées-ou inavouables-. Pour être plus concret par rapport à notre pays, nous devons nous poser les questions suivantes :

1-     Comment faire pour arriver à la paix tout en reconstruisant une armée à même d’assurer en toutes circonstances la paix et la sécurité de notre pays, dans le contexte géopolitique et géostratégique actuel ?

2-     Comment faire pour assurer à notre pays une viabilité financière à long-terme dans ce contexte de crise et de dépendance accrue à l’aide extérieure ?

3-     Comment faire pour reconstruire les bases d’une vraie économie nationale, robuste et endogène dans le contexte géopolitique et géostratégique actuel ?  

1-     Comment faire pour arriver à la paix tout en reconstruisant une armée à même d’assurer en toutes circonstances la paix et la sécurité de notre pays, dans le contexte géopolitique et géostratégique actuel ?

L’armée centrafricaine a commencé à être fragilisée par ses propres fondateurs, avec la purge des officiers que nous avons connue entre 1966 et 1979, et qui a ralenti considérablement sa montée en puissance pendant les années de plomb. Ensuite depuis près de 30 ans aujourd’hui, des crises récurrentes ont profondément déstabilisé notre armée. Par conséquent la reconstruction de notre armée peut être assimilée aux  travaux d’Hercule, si on met en face des besoins immenses, les ressources mobilisables à court et moyen-terme, d’abord sur le plan domestique puis au titre de la coopération. La loi de programmation existe mais il faut en assurer la pérennité du financement. Tant qu’une part critique du financement de la reconstruction de notre armée sera tributaire des appuis extérieurs, nous devons clarifier nos choix stratégiques pour en garantir la durabilité.

Par ailleurs la levée de l’embargo qui est une attente légitime de tous les Centrafricains est une bataille de longue haleine, dont l’issue est aussi bien tributaire de la satisfaction de certains critères techniques et administratifs, que des nécessaires approches diplomatiques et politiques, dans un climat dépassionné.   

2-     Comment faire pour assurer à notre pays une viabilité financière à long-terme dans ce contexte de crise et de dépendance accrue à l’aide extérieure ? 

La question que je me pose souvent est de savoir si les Centrafricains sont, dans leur majorité, conscients de la situation financière exacte de notre pays. A entendre certains discours, à voir certaines prises de position, et à lire certaines interventions sur les réseaux sociaux, j’ai des doutes quant à une réponse positive.

  • D’abord, au sein de la CEMAC où existent des critères de convergence, le seuil minimal de mobilisation des ressources internes est de 17% de la richesse nationale, nous en sont à 9% environ pendant que nos pairs de la CEMAC sont à 23% en moyenne et les pays de l’UEMOA à près de 30%.
  • En prenant en exemple le budget de l’exercice 2021, nous avons les agrégats suivants :

- Sur des ressources totales prévues en 2021 de  287,3 milliards de francs CFA, les ressources propres sont de 135,3 milliards de francs CFA soit 47,09% et les ressources extérieures de  151,9  milliards de francs CFA soit  52, 91%

- Sur ces ressources extérieures, les appuis  budgétaires   étaient prévues à 28,5  milliards de francs CFA  soit  18,76%, les dons projets   de 116,7 milliards de francs CFA   soit 76,82% et les emprunts de  6,7 milliards de francs CFA    soit 4,42%

- S’agissant des charges totales en 2021, elles sont prévues à 330,5 milliards de francs CFA, les dépenses primaires  sont de 168,8 milliards de francs CFA  soit  51,07%, le Remboursement Dettes de 15,9  milliards de francs CFA soit  4,81%, et le Budget Equipement est de  155,3 milliards de francs CFA  dont 28,9 milliards de francs CFA en financement national.      

 L’analyse sommaire de ce tableau nous indique clairement tous les défis qui se posent à notre pays et à notre intelligence commune :

  1. Nous avons un défi structurel de mobilisation de nos ressources  internes
  2. Notre fonctionnement en tant qu’Etat majoritairement financé par     des ressources externes
  3. L’équipement de notre pays est financé en très écrasante partie par les concours extérieurs

L’ensemble de ces défis doivent être et peuvent être relevés. Des solutions bien documentées existent et il faut les appliquer dans la dans la durée. Pour notre pays à court et à moyen terme, il s’agit de poursuivre le programme de réformes économiques avec les institutions de Bretton-Woods, afin d’espérer sortir un jour de cette situation de déséquilibre structurel entre nos ressources mobilisables et disponibles et nos attentes en matière de financement de développement.  

3-     Comment faire pour reconstruire les bases d’une vraie économie nationale, robuste et endogène dans le contexte géopolitique et géostratégique actuel ?  

La publication des données des Cahiers économiques de la Banque mondiale sur la RCA met en lumière de manière crue la situation économique et financière globale de notre pays. Elle conclut que la pauvreté y augmente de manière considérable puisqu’elle atteint désormais 75% de la population contre 60% précédemment. Cela signifie que 3 de nos compatriotes sur 4, quel que soit leur âge, vivent dans la pauvreté. De même, notre économie est en voie de récession par rapport à 2020, c’est-à-dire que la richesse nationale se contracte sous les effets conjugués de l’insécurité, d’une activité économique globale perturbée par des chocs internes et externes et également des effets du COVID 19. Elle nous apprend enfin ce que nous savions déjà, à savoir que les recettes propres de l’Etat, même si elles ont résisté aux divers chocs, demeurent structurellement en deçà du potentiel.

Les économistes de développement s’accordent à dire que pour qu’un pays sorte de la pauvreté et devienne émergent, il lui faut s’assurer des investissements de l’ordre de 25% du PIB de façon discontinue pendant 25 ans.  Pour la RCA si on retient un montant de PIB de 1500 milliards de francs CFA environ, il nous faut donc réaliser  375 milliards de francs CFA  d’investissements dans notre économie pendant 25 ans pour sortir des trappes de la pauvreté. Chacun peut apprécier la profondeur du gap.

 Alors comment faire dans la situation actuelle ?

La première démarche relève à la fois de la politique, de la diplomatie et de la recherche de l’efficacité économique :

- il faut prendre les taureaux par les cornes en engageant les réformes économiques structurelles indispensables à l’assainissement de notre environnement économique. Cela ne dépend que de nous.

- Il faut garder et resserrer nos relations avec la communauté financière internationale pour avoir accès à des financements concessionnels et aux dons plutôt qu’aux emprunts dans la phase actuelle de fragilité extrême ;

-   Il faut renforcer l’économie réelle en relançant enfin les filières agricoles vivrières et d’exportation. Nous avons plusieurs décennies de retard dans le domaine agro-pastoral et sylvicole, si on tient compte de notre potentiel

-  Et enfin, mais pas le moindre, l’amélioration du climat des affaires doit aller de pair avec le patriotisme économique, afin que nous produisions plus de richesses, d’emplois et de ressources budgétaires.

Voilà la substance de ce que m’inspire ce thème et je vous remercie pour votre attention et pour votre intérêt.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 22:39
RCA : l'ONU se dit «alarmée» par la situation des droits de l’Homme
RCA : l'ONU se dit «alarmée» par la situation des droits de l’Homme

 

Centrafrique: l'ONU se dit «alarmée» par la situation des droits de l’Homme

https://www.rfi.fr/ 08/08/2021 - 06:13

Dans un rapport publié cette semaine, l'organisation internationale estime que « toutes les parties au conflit continuent de commettre des atrocités, alors que la situation sécuritaire se détériore, en particulier dans les provinces ». Depuis décembre 2020, le pays est en proie à l'action de groupes armés coalisés qui ont tentés d'empêcher la dernière élection présidentielle.

526 cas de violations et d’abus des droits de l’homme et du droit international, pour au moins 1.221 victimes, dont des civils. Voilà le bilan tiré par l'ONU sur une période allant de juillet 2020 à juin 2021. 

Exécutions sommaires et extrajudiciaires, actes de torture, arrestations et détentions arbitraires, ou encore violences sexuelles, ces infractions au droit international ont été commises, selon les auteurs du rapport, par toutes les parties du conflit, groupes armés comme forces de soutien au gouvernement central. 

Selon la Minusca qui a participé à la rédaction de ce rapport, un peu plus de la moitié de ces exactions portent la marque de la CPC, la coalition rebelle, notamment pendant la période électorale.

Pour autant l'ONU pointe aussi du doigt, les Faca, les Forces armées centrafricaines et leurs alliés russes. Les instructeurs envoyés par Moscou auraient ainsi participé à des opérations de terrains en arrêtant des suspects et en commettant des traitements inhumains et des actes de torture sur certains d’entre eux.

Enfin, le rapport évoque aussi les groupes de sécurité privée affiliés à la Russie ; ceux ci auraient, de concert avec les FACA, participé aux graves violations du droit international en Centrafrique. En mars dernier, le Groupe de travail des Nations unies sur les mercenaires alertait sur une longue série de violations graves des droits de l’homme qui leur sont attribuées. Des informations « non vérifiées », a ensuite dénoncé Moscou

 

 

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 4 août 2021

 

République centrafricaine

Un rapport publié aujourd’hui par les Nations Unies détaille une situation critique, qui continue de se dégrader, en ce qui concerne les droits humains cette année en République centrafricaine, pays qui a essuyé les tentatives de groupes armés visant à interrompre les élections par la violence.  Les Forces de défense et de sécurité du pays ont riposté en lançant des opérations militaires afin de reprendre les territoires qu’ils occupaient.  Le rapport conjoint du Bureau de défenseurs des droits de l’homme des Nations Unies et de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) couvre la période allant de juillet 2020 à juin de cette année, dans un contexte d’élections présidentielle et législatives.  Sur le terrain, la division des droits de l’homme de la Mission a documenté 526 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans tout le pays au cours de la période.  Des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture, des arrestations et détentions arbitraires, des violences sexuelles liées au conflit et des violations graves contre les enfants, y compris leur recrutement par les parties au conflit, figurent au nombre de ces violations.  Selon le rapport, une coalition de groupes armés, connue sous le nom de CPC, est responsable de 54% des incidents recensés, le reste étant le fait des Forces armées centrafricaines, du personnel bilatéral des forces de sécurité intérieure et des contractants militaires privés.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 22:26
La République Centrafricaine et le Rwanda renforcent leur coopération

 

Coopération : la République Centrafricaine et le Rwanda renforcent leur coopération à travers 4 nouveaux accords

 

(Agence Ecofin) -  07 août 2021 11:15 - Lors de la première visite d'État du chef d'État rwandais Paul Kagamé en RCA en 2019, les deux pays avaient signé cinq accords de coopération. Cette année, le Président Centrafricain est en visite officielle au Rwanda et c'est l'occasion de la signature de nouveaux accords.

La République Centrafricaine et le Rwanda renforcent leur coopération. Les deux États ont signé quatre accords ce jeudi 5 août 2021 à l’occasion de la visite d'État du Président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, au Rwanda.

Faustin-Archange Touadera a été reçu à Urugwiro Village, le bureau du président rwandais Paul Kagamé en vue de discussions bilatérales avant la signature de 4 accords entre les deux pays. Il s’agit d’un accord d’exploration en vue de l'exploitation minière ; d’un protocole sur le développement du transport ; d’un protocole d'entente relatif à l'appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale de la réforme du secteur de sécurité dans le domaine de la défense en République Centrafricaine et d’un protocole d'entente pour une coopération dans le domaine de la planification économique.

Les deux Chefs d'État ont ensuite animé une conférence de presse. Le Président Touadera a, d'entrée, remercié son hôte pour « les appuis multiformes » apportés à son pays dans leurs « efforts de recherche de la paix, de la sécurité et du relèvement économique ».

« Le peuple centrafricain veut s'inspirer du modèle économique réussi au Rwanda mais aussi de l'exemple réussi de résilience de la réconciliation nationale et du vivre ensemble » a-t-il rajouté avant d'inviter les investisseurs rwandais à aller investir massivement dans son pays.

Le président Kagamé, dans son intervention, a affirmé que le Rwanda était dans son rôle et se devait d'apporter sa contribution à la résolution du problème.

« Bien qu'il s'agisse d'un problème que nous nous sommes tous réunis pour résoudre, le Rwanda et la République centrafricaine ont également la possibilité de travailler ensemble dans différents autres domaines, en soutenant davantage la paix et la sécurité, ainsi que le développement » a déclaré Paul Kagamé.

Les deux pays ont à cœur de renforcer leurs liens. Il y a moins de quatre mois Rwandair, la compagnie aérienne rwandaise, annonçait une nouvelle desserte de Bangui sur la ligne Bangui - Kinshasa - Bangui qui pouvait être élargie à une ligne Bangui - Brazzaville - Kigali.

Jean-Marc Gogbeu (stagiaire)

 

 

Centrafrique: le président Touadéra en visite d'État au Rwanda

 

https://www.rfi.fr/   05/08/2021 - 18:07

Le président centrafricain est arrivé ce jeudi 5 août à Kigali pour une visite officielle. Arrivé en milieu de journée, Faustin Archange Touadéra a immédiatement rejoint son homologue rwandais Paul Kagame. Les deux hommes se sont entretenus en privé pendant un peu moins d'une heure, avant d'assister à la signature de quatre protocoles d'accords bilatéraux. Ils ont ensuite tenus une conférence de presse.

Le président centrafricain a été accueilli dans le village Urugwiro par un défilé militaire, où il a passé en revue les troupes rwandaises, avant de rejoindre le président Paul Kagame dans son bureau, pour un entretien privé.

Exploitation minière et transport aérien

L'objectif de la visite est de resserrer les liens qui existent déjà entre les deux pays, notamment en matière de coopération sécuritaire et minière. Dans ces deux domaines, plusieurs accords ont déjà été signés, et selon le porte-parole de la présidence rwandaise, d'autres accords vont être annoncés à l'issue de la rencontre du jour.

Dans les deux premiers accords de la journée, sur l'exploitation minière et pour le développement des transports aériens, c'est un acteur privé qui a apposé sa signature aux côtés de celle des ministres centrafricains présents cet après-midi. Les liens économiques existent déjà entre les deux pays dans ces secteurs, puisqu'en 2019, un accord de coopération dans le secteur minier avait été signé, et une ligne aérienne de la RwandAir relie depuis peu Bangui et Kigali.

Les deux accords suivants, sur les plans économiques et de la défense, ont été paraphés par les ministres des deux parties, preuve de l'engagement de l'État rwandais dans le redressement de la Centrafrique. Engament que Faustin-Archange Touadéra n'a pas manqué de souligner : « Merci au peuple frère rwandais et à mon frère le président Kagame pour les appuis multiformes apportés à la République centrafricaine dans nos efforts de recherche et de consolidation de la paix et de la sécurité et du relèvement économique ».

De nouveaux casques bleus rwandais

De son côté, Paul Kagame a souligné l'importance des liens qui unissent désormais les deux pays : « Le Rwanda est très heureux de marcher main dans la main avec la république centrafricaine, dans un objectif de paix, de réconciliation et de prospérité. La signature de ces accords va renforcer nos liens et l’immense potentiel de la transformation socioéconomique de nos pays ».

Quelques jours avant la visite du président Touadéra, les Nations unies annonçaient l'arrivée de quelque 750 casques bleus rwandais supplémentaires en Centrafrique. Un apport militaire conséquent, que le président rwandais Paul Kagamé semble avoir fait de bon cœur, il s'est exprimé sur le sujet mercredi, tout en justifiant le maintien de ses forces présentent suite aux accords bilatéraux entre les deux pays.

« On nous a demandé de fournir plus de troupes sous la bannière des Nations unies. Nous sommes toujours prêts à le faire parce que nous en avons les moyens et parce qu’on nous l’a demandé. D’un autre côté, les troupes déployées sur le plan bilatéral sont là en renforcement, car l’une peut intervenir plus vite que l’autre », a déclaré le président Kagame. 

Mercredi 4 août, les Nations unies et la Minusca se sont alarmées des exactions commises par les forces armées centrafricaines et leurs alliés russes. Mais le rapport de l'ONU ne mentionne pas le contingent rwandais, et si l'on écoute Faustin-Archange Touadéra sur l'efficacité des militaires de Kigali, cela n'a rien de surprenant.

 « Nous sommes très satisfaits de la contribution, de la manière dont le contingent rwandais travaille dans le cadre de la Minusca, une force qui est très sollicitée, très demandée par le peuple centrafricain, au regard de leur prestation, des résultats obtenus sur le terrain », a déclaré le président centrafricain.

Ce soir après une visite du musée historique de la lutte contre le génocide, le président Touadéra est reçu à la table par son homologue pour le dîner. La visite du président centrafricain se poursuit ce vendredi avec la visite du village modèle de Kinigi, dans le nord du pays.

La République Centrafricaine et le Rwanda renforcent leur coopération
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com