Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 22:40
RCA: l’assassin du colonel Mombeka identifié par l'ONU
RCA: l’assassin du colonel Mombeka identifié par l'ONU
RCA: l’assassin du colonel Mombeka identifié par l'ONU
RCA: l’assassin du colonel Mombeka identifié par l'ONU

 

 

Par RFI Publié le 20-10-2016 Modifié le 20-10-2016 à 22:54

En République centrafricaine, un colonel de l'armée était tué par balles par deux hommes circulant sur une moto le 4 octobre dans la capitale, un incident qui avait entraîné un regain de tensions et de violences à Bangui où on avait alors dénombré au moins huit morts. Selon une information de RFI, l'enquête sur cet assassinat a beaucoup avancé, mais l'homme qui jouirait de la protection de groupes d'auto-défense n'a pas pu être arrêté jusqu'ici.

La Minusca serait parvenue à identifier l'un des assassins du colonel Mombeka début octobre, selon une source de RFI. Mais il n'a pas pu être arrêté jusqu'ici car cet homme aurait trouvé refuge en plein cœur du quartier PK5 de Bangui, où il jouit de la protection des milices d'auto-défense. Sa cachette n'a pas encore été localisée avec précision, mais les casques bleus de l'ONU ont pu circonscrire une petite zone où il serait caché, selon notre source. Et de préciser que « nos hommes sont sur place et ils surveillent les va-et-vient ». En espérant qu'il ne passera pas entre les mailles du filet.

Plus de deux semaines après cet assassinat, des tensions persistent toujours après la flambée de violence qui a suivi la mort du colonel Mambeka. Au moins deux musulmans auraient été tués dans des actes de représailles selon des sources sur place.

La Minusca est donc attendue au tournant. La population et même le gouvernement centrafricain lui ont demandé une nouvelle fois depuis cet incident de mettre hors d'état de nuire les fauteurs de trouble du PK5.

La mission de l'ONU en Centrafrique, elle, se veut rassurante, en rappelant qu'elle est toujours intervenue à chaque fois qu'il y avait un problème. Quant à l'assassin présumé du colonel Mombeka, la Minusca tente aujourd'hui d'obtenir la collaboration de groupes locaux d'auto-défense qui se rejettent la responsabilité, alors qu'elle ne peut pas intervenir militairement dans cette zone densément peuplée.

 

 

RÉACTION DE LA JEUNESSE DU NORD CENTRAFRIQUE-JNC À MR TOUADERA

Réponse à Mr Touadera .

Depuis votre accession à la magistrature suprême du 30 mars 2016 jusqu'à ce jour la Centrafrique ne fait que s'enfoncer de jour en jour. Le rêve de voir la Centrafrique sortir se cette merde se transforme en cauchemar . Depuis votre accession à la magistrature suprême on a tout entendu des beaux discours mais pratiquement rien ne change . Dans votre discours d'aujourd'hui de kaga bondoro vous nous demander le désarmement de coeur or vous même vous n'avez pas desarmez votre coeur tout simplement vous et votre gouvernement vous ne traitez pas la population centrafricaine que vous gouvernez sur le même point d'égalité en vous basant sur des critères subjectifs d'ordre ethnico- religieuse et régionale . Ce comme si il y'a une population centrafricaine supérieure et une population centrafricaine inférieure . Ce comme si il y'a une population centrafricaine importante à protéger et une population centrafricaine moins importante .

Pourquoi décréter un deuil national à la mémoire des victimes de kaga bondoro et ne pas décréter un deuil national à la mémoire des victimes musulmanes froidement assassinés et cannibalisés par les antibalaka à la SEGA ?? Pourquoi le président et le gouvernement prennent partie quand il s'agit d'une même population centrafricaine ?? Parce que les premières victimes sont musulmanes et d'autres sont chrétiennes ?? Pourquoi le président dans son allocution parle d'une église-archevechée pas détruite mais vendalisée alors qu'on compte plus de 700 mosquées détruites et réduites en cendres depuis fin 2013 jusqu'à ce jour tant à Bangui qu'à l'ouest et la partie nord du pays (bossangoa) qu'aucun des gouvernants depuis Catherine samba panza jusqu'à Touadera personne n'a osée condamner les destructions des lieux des cultes des musulmans . En quoi l'archevêché peut - elle beaucoup préoccupée les gouvernants au détriment des mosquées détruites et réduites en cendres ?? 


C'est une question d'inégalité , de rancœur , de mépris de l'autre . 


Le gouvernement est le premier responsable des protections des biens et des personnes de toutes les couches de la population sans distinction aucune . S'il s'agit de décréter un deuil national on doit décréter pour les personnes massacrée de la SEGa , les victimes de LRA qui ont été abbatues froidement et les femmes prises en esclaves sexuelles à l'Est et au nord-est du pays . 


Tant que le gouvernement continue avec sa politique de discrimination on est loin de la paix , loin de la cohésion sociale , loin du vivre ensemble , loin du développement . 
C'est l'injustice , la discrimination et l'exclusion qui poussent les gens à prendre des armes . 
Touadera et ton government prenez votre responsabilité . 


On a trop entendu des discours nous voulons des actes , on a trop entendu le terme je suis élu démocratiquement par les suffrages , les élections ne sont pas les premières préoccupations des centrafricains d'aujourd'hui . Changez votre gouvernance . 
Il n'ya pas de sous peuple , tous les humains sont nés égaux en dignité et en droit . 
Quand l'injustice devient loi la résistance devient un devoir jusqu'à la victoire finale . 
La liberté ça ne se donne pas mais ça s'arrache . 


Qui vivra verra . 
Vive la paix 
Vive la jeunesse 
vive l'égalité .

Directeur de publication de JNC

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 21:06
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Manifestation des habitants des Castors contre la présence du contingent Pakistanais

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 20 OCTOBRE 2016

BANGUI, 20 octobre 2016(RJDH)- « Non aux Bangladeshis, Non aux Burundais, Non au Pakistanais » tel est le slogan d’une manifestation des habitants du camp des Castors ce 20 octobre 2016. Ils refusent la relève du contingent gabonais par les pakistanais dans leur secteur.

Ce sont des hommes et des femmes de différents âges qui ont fait une marche sous le soleil de plomb pour exprimer leur mécontentement suite à une information indiquant la relève des gabonais de leur secteur par les pakistanais. Cette manifestation a débuté au pont Yakité pour finir sa course à la base de la Minusca où les participants à ce mouvement d’humeur ont sollicité une rencontre avec les responsables onusiens.

Selon un manifestant qui a requis l’anonymat, la passivité des casques bleus pakistanais devant les exactions des éléments de la Séléka à Kaga-Bandoro est à  l’origine de leur mécontentement. Pour lui, «les Nations-Unis veulent reprendre dans leur localité, le  même scenario qu’ils ont fait à Kaga-Bandoro. Ces Pakistanais ont tué beaucoup des Centrafricains et aujourd’hui ils veulent changer les gabonais qui sont au Camps des Castors. Voilà pourquoi nous disons  non au  contingent Bangladesh, Burundais et Pakistanais.  Si  les Nations –Unis ne veulent pas, qu’ils nous laissent assurer la sécurité de notre pays », a martelé ce dernier.

Une autre manifestante a estimé que « ces pakistanais vont laisser les éléments de la Séléka du Km5 commettre beaucoup d’exactions comme ils l’ont fait à Kaga Bandoro. Nous avons beaucoup souffert » a-t-elle lâché.

Les manifestants n’ont pas été reçus par les responsables de la Minusca et comptent reprendre la marche dans les jours qui suivent.

Cette manifestation se tient alors que des pétitions circulent à Bangui pour demander le départ de la Minusca.

 

Centrafrique : Trois personnes kidnappées et une autre tuée par la LRA à Derbissaka

http://rjdh.org/ PAR RICHARDO DIMANCHE LE 20 OCTOBRE 2016

DEMBIA, 20 octobre (RJDH) — L’Armée de Résistance du Seigneur  de Joseph Koni (LRA) continue dans ses actions macabres sur la population. Elle a  fait une  incursion à Derbissaka le 18 octobre. Trois personnes ont été enlevées et une autre tuée par ces hommes armés.

Le village Derbissaka situé à 70 kilomètre de Dembia dans la préfecture de Mbomou a été attaqué par des éléments de la LRA qui ont kidnappé trois personnes et tué une autre. Deux jours après leurs forfaits, ils ont libéré les otages.

Selon une source locale, « ces hommes ont agi en représailles après la disparition de leurs compagnons qui avaient auparavant attaqué Derbissaka ». Elle a ajouté que la LRA a promis de revenir sur les lieux si les portés disparus ne seraient pas retrouvés.

Pour parer à toutes éventualités, « les forces ougandaises ont pris le contrôle de la localité pour garantir la sécurité de la population civile », a confié au RJDH un habitant de Zémio sous anonymat.

 Le Mbomou et le Haut-Mbomou sont mis en coupe par la LRA qui kidnappe et viole la population civile. Le dernier cas de violence est le pillage d’un véhicule de transport en commun par ce groupe rebelle ougandais à 15 kilomètres de Zémio, hier mercredi 19 octobre.

 

Centrafrique : La Séléka réunie en AG à Bria projette de cantonner ses combattants

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 20 OCTOBRE 2016

 

BRIA, 20 Octobre 2016(RJDH) — Le mouvement Séléka était en assemblée générale du 18 au 19 Octobre 2016 à Bria, Préfecture de la Haute-Kotto. Le DDRR et le Cantonnement des éléments du groupe armé étaient à l’ordre du jour de cette rencontre.

Bria, Chef-lieu de la Haute-Kotto a abrité l’assemblée générale des Séléka tenue du 18 au 19 Octobre 2016. Elle était présidée par le chef de l’UFDR, Zacharia Damane et a connu la participation de plusieurs leaders des groupes armés dont Abdoulaye Hisseine. Certaines autorités locales et des administrés de Bria étaient aussi à cette assemblée, a rapporté le Colonel Narkoyo, porte-parole de ce mouvement.

Au cours de cette assemblée générale, plusieurs décisions ont été prises. Notamment, « le regroupement des combattants de la Séléka et leur cantonnement en vue du DDRR. Ce cantonnement nous permettra de surveiller nos hommes et de réduire les cas de pillages, braquages à mains armées commises par des combattants incontrôlés », a justifié le Colonel Narkoyo.

Il a ajouté que « nous avons instauré ce système afin de bien surveiller nos hommes et d’éviter des dérapages qui pourraient nous discréditer ».

Abdoulaye Hisseine lors de cette assemblée nationale a été désigné le président du Conseil National de Défense et de la Sécurité, au sein du mouvement Séléka.

MPC d’Alkhatim et l’UPC de Ali Darass n’ont pas pris part à cette assemblée générale de Bria, dont les travaux ont été clôturés mercredi 19 octobre 2016.

Les conclusions de ce conclave sont prises au moment où l’arrière-pays est secoué par un regain de violence. A Kaga-Bandoro,Koui et Kouango, les hommes armés ont perpétré des atteintes sur la population civile.

 

ABDOULAYE HISSENE A ÉTÉ ÉLU PRÉSIDENT DU CONSEIL NATIONAL DE DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ DE LA COALITION SELEKA

Depuis quelques jours, tous les responsables politiques et militaires sont conviés à une assemblée générale à BRIA où ABDOULAYE HISSENE a été nommé Chef d'état major de la coalition SELEKA. JOSEPH ZOUNDEKO et ZACHARIA DAMANE prennent l'aile politique avec NOURREDINE ADAM. 


ALI DARASS de l'UPC devient le chef d'état major -ADJOINT du mouvement, ALKHATIM devient le sous-Chef d'état-major.

Lors de cette assemblée générale, le mouvement SELEKA a aussi projeté de cantonner ses troupes dans des camps en vue du DDRR

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 21:02
Violences en Centrafrique : situation humanitaire alarmante, "On dort dans la boue"
Violences en Centrafrique : situation humanitaire alarmante, "On dort dans la boue"

 

CENTRAFRIQUE 

 

http://observers.france24.com/ 20/10/2016

Des milliers de personnes sont actuellement réfugiées dans un camp de fortune autour de la base militaire de la Minusca à Kaga-Bandoro, dans le nord de la Centrafrique. La semaine dernière, des violences ont secoué la ville, faisant 45 morts selon un dernier bilan. Et face à l’insécurité, les humanitaires peinent à venir en aide aux populations. 


Depuis le début du mois d’octobre, les combats entre miliciens ex-Séléka et les combattants anti-Balaka se sont multipliés en Centrafrique. Une semaine après les violences qui ont fait une dizaine de morts à Bangui, c’est la ville de Kaga-Bandoro qui a été touchée par les combats mercredi 12 octobre. 


Un site de déplacés situé dans l’évêché de Kaga-Bandoro avait été attaqué et plusieurs maisons appartenant à des autorités locales, civiles ou religieuses ont été détruites ou pillées. Les bases de plusieurs ONG ont également été dévalisées. Selon le ministère de l'Éducation nationale, trois instituteurs et le directeur du centre pédagogique régional ont notamment été tués au cours de ces violences. 

"Nous sommes nombreux à n’avoir plus d’affaires, plus de maison, plus rien"

Fuyant les violences, environ 18 000 personnes se sont réfugiées depuis une semaine autour de la base aérienne de la mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) à Kaga-Bandoro. Selon notre Observatrice, arrivée dans le camp le week-end dernier avec ses enfants, la plupart de ces déplacés ont tout perdu et la psychose est à son comble. 

Personne ne se sent en sécurité. La ville est coupée en deux entre quartiers musulmans au nord, et quartiers chrétiens au sud. Nous ne voulons pas rentrer chez nous. Même des professeurs ont été attaqués, désormais, j’ai peur de mettre mes enfants à l’école. 


Une partie de l’ancien camp de réfugiés dans l’évêché a été brûlé et de nombreuses maisons pillées. Nous sommes nombreux à ne plus rien avoir du tout, plus d’affaires, plus de maison, plus rien. Ici, on dort dans la boue, mais on n’a nulle part d’autre où aller. Et on a l’impression que la situation est bloquée.

Manque d’installations sanitaires, tentes de fortune et insécurité : la situation est alarmante. Selon les Nations unies, l’insécurité alimentaire touche 120 000 personnes dans la région. Et les humanitaires, régulièrement ciblés lors des attaques, ne parviennent que difficilement à gérer la situation. Depuis le début de l’année, dans le pays, plus de 300 incidents visant des membres d’ONG ont été comptabilisés et trois humanitaires sont morts assassinés selon RFI. 


Un Observateur, membre d'une ONG, nous a également fait part des difficultés à Kaga-Bandoro. 

"Nous avons perdu plus de 50 % de nos effectifs à Kaga-Bandoro"

Les besoins sont énormes. Les réfugiés ont dû construire des abris de fortune avec du bois, de la paille et des bâches. Certains sont venus avec tout ce qu’ils pouvaient : de la nourriture, des matelas, etc. D’autres n’ont rien. Les blessés ont été amenés à l’hôpital à proximité ou rapatriés vers Bangui. Il y a à peu près 18 000 personnes actuellement autour de la base de la Minusca : normalement, c’est gérable. Mais là, nous manquons de moyens. Une partie des humanitaires ont fui la région. Je dirais que ces derniers mois, nous avons perdu plus de 50 % de nos effectifs à Kaga-Bandoro. Nous sommes parfois menacés lors des attaques et dans ces conditions c’est très compliqué de travailler. En plus, plusieurs bases d’ONG ont été attaquées et pillées.


Nous cherchons maintenant à ouvrir un véritable camp, en dehors de la base de la Minusca : une zone militarisée ne peut pas servir de base à long terme. C’est trop dangereux, surtout qu’il s’agit d’un aérodrome, des avions des Nations unies atterrissent dans la zone, il nous faut un endroit neutre. Encore une fois, cette situation illustre la complexité de la situation en Centrafrique. Et malheureusement, nous avons bien peur de ne pas trouver immédiatement la bonne solution. Pour le moment, les populations sont bloquées dans la base et le contexte est trop dangereux pour les faire rentrer chez eux. Je pense qu’ils seront bloqués pour quelques mois encore.


Ces dernières violences ont également ravivé le mécontentement envers le gouvernement et les Nations unies. Le président, en visite dans le camp de Kaga-Bandoro en début de semaine a été hué par la foule. 

Mercredi 19 octobre, une pétition de la Société Civile en Centrafrique a également été lancée pour demander le départ de la Minusca jugée passive et inefficace. 

La Centrafrique est plongée dans une grave crise suite à la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l’ex-président François Bozizé par les rebelles Séléka, majoritairement musulmans, entraînant une contre-offensive des anti-balaka, majoritairement chrétiens. 


Malgré l’instabilité persistante, le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, doit se rendre à Bangui les 30 et 31 octobre, pour annoncer officiellement la fin de l’opération militaire Sangaris déployée par la France en décembre 2013 pour stopper les violences inter-communautaires. 

Maëva Poulet

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 21:00

 

                   Population de : 

Bocaranga-Koui-Ngaoundaye                                République Centrafricaine

                     --------------                                                           Unité – Dignité - Travail

                                                                                                               -------------

 

 

                                                              Bocaranga le 14 0ctobre 2016  

                                                                                                                                     

 

                                                          MEMORADUM

1.       Considérant que les élections qui sont passées ont porté au pouvoir un gouvernement  et la population de l’Ouham-Péndé principalement de Bocaranga-Koui-Ngaoundaye a très bien participer aux différents processus électoraux ;

2.       Considérants les troubles socio-politiques qui sévissent la RCA depuis des années et surtout la Zone de Bocaranga-Koui-Ngaoundaye ;

3.       Considérant l’indifférence du gouvernement face aux multiples exactions et progression du groupe armé non conventionnel dénommé R.R.R dirigé par  SIDIKI la 3e personnalité du groupe ;

4.       Considérant que la force d’interposition Internationale de la zone, Minusca Camerounaise qui  ne soutient que le groupe armé non conventionnel SIDIKI pour que les choses persistent ;

5.       Considérant le comportement de la Minusca Camerounaise sur le terrain qui n’est pas dans le sens d’assumer leur role d’interposition mais plutot de soutenir les actions louches du groupe armé SIDIKI au détriment de la population centrafricaine qui se défend ; en les aidants à avancer, en les protégeant, en les dotant des armes et munitions surtout par le Capitaine sortant Léopold  MBOLION ;

6.       Considérant que le contingent  Minusca Camerounaise, depuis leur arrivé sous ordre du Capitaine Léopold,  tirait à balle réelle sur les compatriotes dont le bilan de mort du côté  des compatriotes  est de 6 et 0 du côté de SIDIKI. Il s’agit des comzone : Pedro et YAIDOU de Tolé (S/P de Bocaranga) ; POL , Joseph et deux autres du village Nzoro (S/P de Ngaoundaye) ; Cinq (5) blessés du dernier affrontement entre les éléments de SIDIKI et les Compatriotes dont la Minusca camerounaise ont tiré contre les compatriotes en la date du 11 Octobre 2016 dans la ville de Dégaulle (Koui) ; l’Interposition ???????

7.       Considérant que le processus  du désarmement appliqué par la Minusca camerounaise depuis leur arrivé ne vise que les compatriotes, tandis que les éléments de R.R.R commandé par SIDIKI circulent librement avec les armes de guerre de toutes marques et sont entrain de conquérir des Sous-préfectures.  Est-ce que c’est la partition du pays ou la conquête du pouvoir ?

8.       Considérant l’indifférence des Contingents Camerounais face à des personnes égorgées par le groupe R.R.R en leur présence. Un exemple parmi tant d’autre: Mr. Dounia âgé de 34 ans en la date du 10 Octobre 2016 ce qui a propulsé les représailles des compatriotes contre la position du groupe R.R.R basé actuellement à Dégaulle (KOUI) ;

9.       Considérant les biens de la population chrétienne de Koui emportés par  SIDIKI dont 1500 bœufs plus 22.000.000fcfa (vingt-deux millions) l’argent en liquide, dont les bœufs ont été conduit par les éléments Camerounais commandé par l’Adjudant André MOUATCHO jusqu’au niveau de la frontière Ngaoui (cameroun) ;

 

 

RECOMMANDONS :

 

1         A son excellence le Président de la République, Chef de l’Etat Le Professeur  Faustin Archange TOUADERA, la population lui adresse ses soutiens et lui demande de sortir de son silence…

2         Au Gouvernement que dirige son excellence Monsieur le Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI de prendre sa responsabilité et de défendre la population face à la conquête et les intentions cachées du groupe R.R.R dans le Nord de la R.C.A.

3         Au contingent de la Minusca Camerounaise, la population des trois (3) Sous-préfectures rompt le contrat de protection qui les lit et leur demande de quitter dans l’immédiat et de céder la place à un autre contingent.

 

Ampliations :

-          Présidence de la République,

-          Primature,

-          Son Excellence, Monsieur Le Ministre de l’Administration du Territoire, de la Sécurité Publique et de l’Intérieur,

-          Monsieur le Représentant du Secrétaire Général des Nations-Unis,

-          A Monsieur Le très Honorable, Président de l’Assemblée Nationale,

-          Aux  Sous-Préfets de : Bocaranga – Koui – Ngaoundaye.

-          Archive.

  

Fait à Bocaranga le 14 Octobre 2016.

 

La population de Bocaranga-Koui-Ngaoundaye.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 20:57
RCA : "succès" de Sangaris même si la "stabilité n'est pas totalement revenue" (Le Drian)
RCA : "succès" de Sangaris même si la "stabilité n'est pas totalement revenue" (Le Drian)

 

RCA : "succès" de Sangaris même si la "stabilité n'est pas totalement revenue" (Le Drian)

19/10/16 (AFP)

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé mercredi que l'opération française en Centrafrique avait été un "succès" et qu'il importait maintenant de passer le relais à l'ONU "même si la stabilité n'est pas totalement revenue" dans ce pays.

"Nous fermons une opération parce que cette opération a été un succès", a déclaré devant l'Assemblée nationale M. Le Drian, qui doit la clore officiellement le 31 octobre à Bangui.

"Nous avons évité des massacre de masse (..) permis un processus de réconciliation intercommunautaire, la reconstitution de l'Etat centrafricain, une élection présidentielle, des élections législatives", a-t-il cité lors d'un débat sur les opérations extérieures de la France.

"Nous avons aussi permis la mise en œuvre d'un outil de formation de la nouvelle armée centrafricaine (EUTM RCA) et le déploiement de la mission des Nations Unies pour garantir la sécurité sur le moyen terme de ce pays", a-t-il poursuivi.

"Même si la stabilité n'est pas totalement revenue, il importe maintenant que (..) le relais soit pris et par les forces centrafricaines et par la mission des Nations unies", a relevé M. Le Drian.

La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement du président François Bozizé par des rebelles séléka majoritairement musulmans, entraînant une contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes.

Des groupes armés sont toujours actifs dans le pays. Onze personnes ont encore été tuées samedi au cours de violences dans un camp de déplacés dans le centre de la RCA.

"Nous n'abandonnons pas pour autant la Centrafrique. Nous continuerons à accompagner et à soutenir les forces internationales", a martelé Jean-Yves Le Drian.

Environ 350 militaires français, équipés de drones d'observation, resteront présents en RCA, dont une centaine au sein de la force de l'ONU (Minusca -12.000 hommes), notamment au niveau de l'état-major. Déployés en décembre 2013, ils ont été plus de 2.000 au plus fort de la crise.

"Après la fermeture de Sangaris, la France gardera une capacité propre d'intervention sur court préavis grâce à un dispositif en RCA, aux troupes de Barkhane (opération française contre les jihadistes dans cinq pays du Sahel, dont le QG est à N'Djamena) et aux troupes positionnées en Afrique", a résumé mi-octobre la porte-parole du ministère, Valérie Lecasble.

 

En Centrafrique, la France satisfaite de Sangaris

http://www.la-croix.com/ Laurent Larcher, le 20/10/2016 à 16h49

L’opération française en Centrafrique a été un « succès », selon le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian.

Mais le contexte sécuritaire centrafricain se dégrade à nouveau.

« Nous fermons une opération parce que cette opération a été un succès », a jugé mercredi 19 octobre, sans sourciller, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, à propos de Sangaris, l’opération française lancée en décembre 2013 en Centrafrique (RCA) alors qu’elle était le théâtre de violences intercommunautaires.

« Nous avons évité des massacres (…) ; permis un processus de réconciliation intercommunautaire, la reconstitution de l’État centrafricain, une élection présidentielle, des élections législatives », a-t-il poursuivi. « Même si, a-t-il concédé, la stabilité n’est pas totalement revenue, il importe maintenant que (…)le relais soit pris et par les forces africaines et par la mission des Nations unies ».

L’auto-satisfecit de Jean-Yves Le Drian

À quelques jours de son voyage en Centrafrique, où il doit proclamer la fin de l’opération Sangaris, les 30 et 31 octobre, l’auto-satisfecit de Jean-Yves Le Drian laisse un peu songeur. Loin d’être sécurisée et réconciliée, le pays est aujourd’hui balkanisé par une myriade de groupes armés dont les ex-Séléka (à majorité musulmane), les anti-Balakas (issus de milices d’autodéfenses) et la LRA (groupe d’origine ougandais).

Depuis la mi-septembre, les violences intercommunautaires ont repris de plus belle. Pour le seul mois d’octobre, les combats entre les ex-Séléka et les anti-Balaka ont affecté les régions occidentale, orientale, centrale de la RCA, tuant une soixantaine de personnes.

Une situation alarmante dans le pays

Le jour même de l’intervention de Jean-Yves Le Drian à l’Assemblée nationale, Anton Katz, du Groupe de travail des Nations unies sur les mercenaires, lançait un signal d’alarme : « Nous avons reçu des informations selon lesquelles des mercenaires et des combattants étrangers en provenance de pays voisins, notamment du Cameroun, du Tchad, du Niger et du Soudan, ont rejoint des groupes armés, principalement les Séléka, provoquant chaos et destruction. »

Et de préciser : « Plus de 500 mercenaires et combattants étrangers demeurent en RCA aujourd’hui et ont profité de la fragilité actuelle du pays pour s’enrichir à travers des activités criminelles. »

 « Un signal d’encouragement donné aux fauteurs de troubles »

Sur le plan politique, la restauration de l’ordre constitutionnel qui s’est traduite par les élections présidentielles et législatives cette année, s’est soldée par la reconduction de la classe politique centrafricaine : à commencer par le président actuel, Faustin-Archange Touadéra, qui avait été premier ministre de 2008 à 2013.

« Dans le climat actuel, annoncer la fin de Sangaris est un signal d’encouragement donné aux fauteurs de troubles », confie un acteur de premier plan engagé dans la reconstruction de la Centrafrique. Et en premier lieu à ceux tentés de prendre le pouvoir par un coup d’État : le moyen habituel à Bangui d’y parvenir depuis l’indépendance.

Laurent Larcher

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 20:56
Lu pour vous : République centrafricaine : la problématique de la dette publique

 

République centrafricaine : la problématique de la dette publique

JEUDI 8 SEPTEMBRE 2016 / PAR SEDAR FRED POUGAZA, ÉCONOMISTE


Lea más en http://www.afrik.com/republique-centrafricaine-la-problematique-de-la-dette-publique#LIcgVWLH1dQEHwug.99

Bien qu’étant une nécessité au lendemain de leur accession à l’indépendance, la dette publique des pays les moins développés socio-économiquement de la planète, en général, et de la République Centrafricaine en particulier, se présente aujourd’hui comme la contrainte majeure pesant sur leur développement. Le constat est qu’après avoir été un instrument au service de la croissance, la dette publique est aujourd’hui et surtout un frein majeur au développement économique. Sedar Fred Pougaza, économiste, enseignant et chercheur indépendant aux Etats-Unis d’Amérique, a accepté de livrer son analyse à AFRIK.COM.

 

L’approche keynésienne est que la dette publique ne peut pas être considérée et traitée comme si elle était la même que la dette privée. En particulier, il n’est pas vrai que la dette publique doit être nécessairement éteinte mais cela est possible. Quel est le bilan de la gestion de la dette en République CentrafrIcaine et comment envisager les perspectives d’avenir ?

De facon simplifiée, la dette signifie ce qu’on doit à quelqu’un ou la somme d’argent qu’on doit. La dette publique est la dette de l’Etat. En matière de finance, la dette publique désigne l’ensemble des sommes dues par l’Etat. La dette extérieure ; quant à elle ; est l’ensemble des dettes d’un pays à l’égard de l’étranger.

En fonction des sources de crédits, la dette publique est subdivisée en une dette commerciale et une aide publique au développement. La dette commerciale est composée des crédits fournisseurs, des emprunts obligataires et des crédits accordés par les établissements financiers privés. L’aide publique au développement est constituée par les crédits accordés par les organismes internationaux et les gouvernements ou les institutions publiques. Il faudrait aussi noter qu’il y a une distinction entre l’engagement et l’encours. Les engagements sont des crédits non mobilisés. Ils correspondent aux sommes des contrats et des conventions signés durant une période donnée. Les encours sont le résultat de la somme des tirages de la période c’est-à-dire des emprunts financièrement realisés diminués de la somme des remboursements de capital effectués.

Le service de la dette correspond à l’ensemble des montants qu’un emprunteur doit payer chaque année pour honorer sa dette, qu’il s’agisse des intérêts ou du remboursement du capital emprunté. Elle est différente de la charge de la dette qui, elle, ne tient compte que des intérêts annuels déboursés.

A partir de 1980, l’endettement extérieur considéré jadis comme le recours indispensable pour le financement adéquat de leur développement, apparait comme le principal obstacle au décollage économique des pays les moins avancés (PMA) dans leur ensemble et plus particulièrement des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) comme la République Centrafricaine. Dans le cas de la République Centrafricaine, l’encours de la dette publique du pays s’élève à 450 milliards de francs CFA (soit 765 millions de dollar Américain) au 15 juillet 2016. Cet encours est de 173,07% du produit intérieur brut (PIB).

En l’an 2016, le service de la dette représente environ 60% des recettes fiscales. En 2014 la dette publique qui était de 1,179 millions de dollar Américain, représentait 68.34% du PIB. Il est bien de s’adresser aux défis post conflit en Centrafrique. Il est bien de donner priorité à la cohésion sociale et à la paix pour remettre le pays sur les rails. Mais il faudrait aussi combiner à ces actions avec la question épineuse de l’endettement car la forte pression sur le budget de l’état centrafricain (le montant du budget est estime 260 milliards de francs CFA soit 442 millions de dollar Americain) réduit considérablement le taux d’investissement et donc les possibilités de création de richesse et de mobilisation de l’épargne locale.

Cette spirale d’endettement est due à des causes tant internes qu’externes ayant aggravées le niveau d’endettement de la République Centrafricaine. Au plan interne, on note les raisons comme l’absence de stratégie optimale d’endettement , ou d’insuffisance de gouvernance (le manque de volonté politique clairement exprimée par les régimes qui se sont succedés en République Centrafricaine sur la question de la dette).

Au plan externe, elle est due à des chocs exogènes comme la détérioration des termes de l’échange ou l’instabilité (les fluctuations) des taux d’intérêts. Par ailleurs, il faudrait relever l’échec des différentes tentatives de réechelonnement et des initiatives pour l’allègement du poids de la dette ; l’échec des programmes d’ajustements structurels (PAS), et l’absence d’engagement véritable de l’Union Européenne dans la gestion de la dette de la République Centrafricaine.

L’annulation pure et simple de la dette centrafricaine s’impose

Sur la base de ce constat, j’estime qu’une annulation pure et simple de la dette contractée auprès de Banque Européenne d’Investissement (BEI) s’impose.

Cette option est soutenue par les arguments suivants : en raison du fardeau de la dette, le taux d’investissement baisse. Ce qui compromet la croissance et aménuise les opportunités de création de richesses et donc de génération d’épargne ; La forte pression de la dette sur le budget oblige également l’état centrafricain à renoncer à certains investissements de base. Ce qui entraine l’instabilité sociale et politique.

Les statistiques et les ratios relatifs à l’encours et au service de la dette par rapport aux possibilités de remboursement témoignent également de l’intensité de la contrainte. La seconde option qui est une sorte de solution alternative est que je propose un moratoire de remboursement long pour permettre à l’économie Centrafricaine de reconstituer son potentiel de production en vue de créer de nouvelles richesses.

Aussi, il convient d’indexer le service de la dette aux performances de l’économie centrafricaine (Termes de l’échange, capacité de mobilisation des ressources internes). Un autre moyen qui pourrait être le plus sûr est de renégocier les termes de la dette. Beaucoup de pays le font chaque fois.

Cela permet de refinancer la dette avec des taux d’interets plus favorables pour réduire la dette. Des mesures d’accompagnement comme la mise en place des mécanismes d’information en matiere de gestion de la dette entre l’Etat et la société civile ; la mise en place d’une véritable stratégie de gestion de la dette avec l’implication de la société dans toutes ses composantes et à toutes les étapes du processus de négociation et de gestion de la dette ; le renforcement des capacités en matière de gestion de la dette ; la mise en place d’une structure au niveau national de gestion et de suivi de la dette ; et l’assainissement du cadre macro-économique ne sont pas aussi à négliger.

Je recommande en outre l’implication de la societe civile dans toutes ses composantes à la gestion de la dette publique, une volonte politique clairement exprimée au niveau de la République Centrafricaine, une implication effective de l’Union Européenne à la gestion de la dette multilatérale, et une offensive concentrée de la République Centrafricaine sur la question de la dette à l’horizon 2020.

En conclusion, j’estime que la dette publique constitue aujourd’hui l’obstacle majeur au développement économique et social de la République Centrafricaine. Par conséquent, si une solution radicale n’est pas trouvée au problème de la dette, la République Centrafricaine sera encore plus affaiblie et plus marginalisée à l’horizon 2020.

La prise en compte de ces réflexions contribuera de facon significative à la résolution de la crise de la dette publique dans cette partie du monde. Il est possible de stabiliser le ratio de la dette publique au PIB, même si le gouvernement gère les déficits primaires.

Ce résultat est obtenu en choisissant une composition des dépenses publiques associées à un taux de croissance plus supérieur au taux d’intérêt sur la dette publique. Cette analyse est essentiellement basée sur l’idée que les dépenses publiques peuvent être décomposées en deux composantes : les dépenses « productives », qui affectent positivement et directement le taux de croissance de l’économie ; et les dépenses « improductives », qui ne touchent pas le taux de croissance directement. La situation en matière de la dette publique en République Centrafrique est impérieuse voire pressante et doit être sérieusement prise en compte avant qu’il ne soit trop tard.

Face aux orientations en matière d’appui à l’allègement de la dette des Etats membres du Groupe des Etats d´Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), quelle est réellement la réaction de la partie centrafricaine ? Si les tendances actuelles au niveau des ratios de la dette se poursuivent, quel va être le sort des générations futures ? Comment améliorer les ratios dette/exportations, dette/Produit Intérieur Brut (PIB) ?

Références :

1- Central African Republic National Debt, http://countryeconomy.com/national-...

2- Claudio Sardoni. How to deal with the public debt. Ideas from Keynes, Lerner, Domar and Hicks. Sapienza University of Rome. May 13, 2013. Provisional Draft. PP.1

3- Edward J. Nell. Transformational growth and effective demand. Economics after the capital critique. New York University Press. 1992. PP. 477-91.

4- http://takaparlenews.over-blog.com/...

5- Karl Polanyi. The great transformation : The political and economic origins of our Time ; foreword by Joseph E. Stiglitz ; with a new introduction by Fred Block." 2nd Beacon paperback ed. 2001. PP. 14-15


Lea más en http://www.afrik.com/republique-centrafricaine-la-problematique-de-la-dette-publique#LIcgVWLH1dQEHwug.99

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 22:33
Uramin Anne Lauvergeon conteste avoir caché les difficultés d'Areva
Uramin Anne Lauvergeon conteste avoir caché les difficultés d'Areva

 

Uramin Anne Lauvergeon conteste avoir caché les difficultés d'Areva


Paris AFP / 19 octobre 2016 21h21 - L'ex-patronne d'Areva, Anne Lauvergeon, s'est défendue mercredi d'avoir dissimulé les difficultés financières du groupe nucléaire français pour conserver sa place, dans une interview télévisée.

Je n'ai jamais dissimulé aucune perte, a affirmé Mme Lauvergeon dans l'émission Pièces à conviction visionnée par l'AFP et diffusée mercredi soir sur France 3.

Elle a qualifié d'absurde l'idée selon laquelle elle aurait agi pour conserver son siège. 

Si j'avais voulu garder ma place à la tête d'Areva, certainement aurais-je agi un tout petit peu différemment par rapport à certaines demandes qui m'étaient faites par le pouvoir politique, a-t-elle assuré, évoquant la volonté de vendre des centrales nucléaires à la Libye de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi ou de céder l'activité mines du groupe à des intérêts qataris.

Je n'ai pas cherché à plaire, a ajouté celle qui avait finalement été évincée en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy

Anne Lauvergeon a été mise en examen en mai pour présentation et publication de comptes inexacts et diffusion de fausses informations dans le cadre d'une information judiciaire portant sur les provisions inscrites par Areva en 2010 et 2011 pour couvrir les pertes découlant du rachat d'Uramin en 2007 pour 1,8 milliard d'euros. 

L'exploitation des gisements d'uranium de cette société canadienne en Namibie, en Afrique du Sud et en Centrafrique, s'est avérée beaucoup plus difficile que prévu et l'opération s'est transformée en gouffre financier. 

C'est une expérience assez traumatisante, a dit Mme Lauvergeon à propos de sa mise en examen. 

Plusieurs courriels internes, dont l'AFP a eu connaissance, montrent qu'elle avait été alertée par la division des mines dès 2008 sur les difficultés d'exploitation des sites. 

La thèse selon laquelle les demandes faites par la Business Unit (division, ndlr) Mines étaient valides, ça j'ai un gros doute, parce qu'elles ne sont pas étayées, elles ne sont pas cohérentes les unes avec les autres dans le temps, a expliqué Mme Lauvergeon. 

Les dépréciations supplémentaires demandées par ses collaborateurs ont varié de 0 fin 2009 à 1,5 milliard six mois plus tard, a-t-elle précisé.

Entre les pertes liées à Uramin, la catastrophe de Fukushima et les retards dans la construction d'un EPR en Finlande, Areva a accusé cinq années de suite dans le rouge et est aujourd'hui en pleine restructuration.



AREVA


(©)  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 22:24
Jean-Yves Le Drian : l'opération Sangaris en Centrafrique est un "succès"

 

 

 

Quelques jours avant la clôture officielle de l'opération militaire française en Centrafrique, le ministre de la Défense a fait le bilan et passe le relais à l'ONU.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé mercredi que l'opération française Sangaris en République centrafricaine (RCA) avait été un "succès" et qu'il importait maintenant de passer le relais à l'ONU "même si la stabilité n'est pas totalement revenue" dans ce pays. 

La Centrafrique se relève. "Nous fermons une opération parce que cette opération a été un succès", a déclaré devant l'Assemblée nationale Jean-Yves Le Drian, qui doit la clore officiellement le 31 octobre à Bangui. "Nous avons évité des massacre de masse (..) permis un processus de réconciliation intercommunautaire, la reconstitution de l'Etat centrafricain, une élection présidentielle, des élections législatives", a-t-il énuméré lors d'un débat sur les opérations extérieures de la France.

A l'ONU de prendre le relais. "Nous avons aussi permis la mise en oeuvre d'un outil de formation de la nouvelle armée centrafricaine et le déploiement de la mission des Nations Unies pour garantir la sécurité sur le moyen terme de ce pays", a-t-il poursuivi. "Même si la stabilité n'est pas totalement revenue, il importe maintenant que (..) le relais soit pris et par les forces centrafricaines et par la mission des Nations unies", a relevé Jean-Yves Le Drian.

Encore des violences. La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement du président François Bozizé par des rebelles séléka majoritairement musulmans, entraînant une contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes. Des groupes armés sont toujours actifs dans le pays. Onze personnes ont encore été tuées samedi au cours de violences dans un camp de déplacés dans le centre de la RCA.

350 militaires français restent. "Nous n'abandonnons pas pour autant la Centrafrique. Nous continuerons à accompagner et à soutenir les forces internationales", a martelé Jean-Yves Le Drian. Environ 350 militaires français, équipés de drones d'observation, resteront présents en RCA, dont une centaine au sein de la force de l'ONU (Minusca, 12.000 hommes), notamment au niveau de l'état-major. Déployés en décembre 2013, ils ont été plus de 2.000 au plus fort de la crise.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 18:59
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

« C’est une tragédie énorme la situation à Kaga-Bandoro », selon le Coordonnateur Humanitaire en Centrafrique

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 19 OCTOBRE 2016

 BANGUI, 19 octobre 2016(RJDH)–La situation de Kaga-Bandoro continue d’indigner l’opinion. Fabrizio Hochschild  Coordonnateur Humanitaire en Centrafrique a dans l’interview qu’il a accordée au RJDH, qualifié la situation humanitaire à Kaga-Bandoro d’énorme tragédie.

Dans cet entretien, Fabrizio Hochschild Coordonnateur Humanitaire en Centrafrique a souligné que la dernière montée des violences dans cette localité a rendu la situation beaucoup plus grave : «C’est beaucoup pire que préoccupante, c’est une énorme tragédie la situation à Kaga-Bandoro ». Il a déploré que « les opérations humanitaires ont été réduites avec les derniers  évènements de Kaga-Bandoro au mois de septembre mais  cette situation s’est aggravée depuis le 12 octobre où la population déplacée à été attaquée ».

Sur le bilan du drame, « trente trois personnes (33) ont été massacrées, 95% des  personnels humanitaires locaux a souffert d’un acte de pillages, agression et l’assassinat d’un collègue  du CICR dans ces violences, ce qui laisse aucune espace humanitaire avec de grave conséquence pour les victimes d’avant et les nouveaux victimes parce que suite au massacre entre 10.000 et 15.000 personnes se sont déplacées vers la Minusca à la recherche de la protection », a indiqué le Coordonnateur.

Selon Fabrizio Hochschild, «les ONG présentent à Kaga-Bandoro ne se sont complètement retirées, la plupart ont réduit le nombre de leur personnel. Ils vont revenir avec  le rétablissement de la sécurité ».

Poursuivant, il a annoncé  que des dispositifs d’urgence ont été pris, notamment «  les distributions des vivres aux victimes et autres matériels ont recommencé y compris les victimes des inondations car en plus de ces conflits 3.200 personnes avaient perdu leurs maisons suite aux pluies».

Sur la prise en charge médicale des déplacés, Fabrizio Hochschild a aussi annoncé que « les services de santé vont reprendre avec deux sites de santé pour la population, car l’hôpital a dû être  fermé suite aux pillages et c’est triste ». Il a condamné le vandalisme du matériel sanitaire en déclarant que « cela montre que les groupes armées n’ont aucun respect pour l’humanité ».

Par ailleurs, l’assainissement de la ville et son approvisionnement en eau potable sont la troisième priorité de l’action humanitaire à Kaga-Bandoro « avec une aide en abris surtout le nouveau site de ces déplacés », a précisé Fabrizio Hochschild, Coordonnateur humanitaire.

Le Coordonnateur humanitaire a interpellé les acteurs du conflit au  respect du droit international humanitaire.

 

Centrafrique : L’afflux continudes déplacés de Kaga-Bandoro  vers Bangui

http://rjdh.org/ PAR NOURA OUALOT LE 19 OCTOBRE 2016

BANGUI, 19 Octobre 2016(RJDH) — Le nombre des déplacés de Kaga-Bandoro s’accroit de jour en jour dans la capitale centrafricaine. Le notable de Gobongo2 qui a offert l’hospitalité à ses rescapés de la violence déplore le manque de prise en charge de ceux-ci par le gouvernement et les ONG.

Ce sont des hommes, des femmes et des enfants exténués démunis de tout et bouleversés qui sont arrivés à Bangui en provenance de Kaga-Bandoro depuis le début de la semaine. Ces déplacés qui n’ont pas de parents à Bangui sont logés au domicile du Chef du quartier Gobongo2, Etienne Oumba.

Devant son incapacité à prendre en charge ces personnes déplacées, le notable a lancé un appel d’aide au gouvernement qui jusque-là reste insensible. « Depuis hier, nous n’avons reçu aucune aide de la part des membres du gouvernement. Seulement des visites de la Croix-Rouge Centrafricaine, des ONG comme OXFAM, Caritas, Plan International et autres ainsi que des députés de Kaga-Bandoro. Mais ces ONG n’ont donné aucune aide, elles ont juste enregistré les déplacés», a confié ce dernier.

Cette demande d’assistance est aussi réitérée par le coordonnateur des victimes du 8ème arrondissement qui déplore les conditions de séjour et d’alimentation de ces personnes déplacées. Il faut aussi relever que parmi ces sinistrés se trouvent des femmes enceintes, des malades dont un atteint de la tuberculose. D’après lui, ils ont reçu des vêtements, des nourritures de la part de la population environnante et de quelques personnes de bonne foi, qui leur ont offert des sacs du riz, de maniocs, des sachets de café, des bidons d’huile, des cartons de savon. C’est le cas de l’association des femmes évangéliques de Bossangoa. Mais tout cela semble insuffisant vu leur nombre.

Interrogés par le RJDH sur les événements de Kaga-Bandoro, ces rescapés ont déclaré quitter leur village à cause de l’insécurité car le contingent pakistanais manque à sa mission et serait de mèche avec les Ex-Séléka. « Si les Burundais ne seraient pas déployés, nous serons tous morts. J’ai même vu de mes yeux, les pakistanais donner des minutions aux Ex-Séléka. Qu’ils rentrent car nous n’avons pas le moral en pensant à ceux qui sont encore à Kaga-Bandoro », exigent-t-ils. L’accusation constante contre les casques bleus pakistanais est encore difficile à confirmer.

Selon ces rescapés de la tragédie de Kaga-Bandoro, le nombre des morts est difficile à préciser. Le bilan dépasserait plus de 300 morts car beaucoup de personnes sont mortes par noyade. C’est depuis le 17 octobre 2016 que ces personnes sont arrivées à Bangui. En dehors de la résidence du chef, certains sont à l’ONAF et d’autres chez leurs parents.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 18:45
RCA: à Kaga-Bandoro, situation humanitaire alarmante après les violences
RCA: à Kaga-Bandoro, situation humanitaire alarmante après les violences
RCA: à Kaga-Bandoro, situation humanitaire alarmante après les violences

 

RCA: à Kaga-Bandoro, situation humanitaire alarmante après les violences

Par RFI Publié le 19-10-2016 Modifié le 19-10-2016 à 15:04

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra s'est rendu à Kaga-Bandoro accompagné de Parfait Onanga Anyanga, le chef de la Minusca, et d'un certain nombre de responsables politiques et humanitaires. Les violences du 12 octobre, qui ont fait 45 morts selon le dernier bilan, ont laissé une ville exsangue. La moitié du site de déplacés de l'évêché est parti en fumée et une grande partie de la ville a été pillée. Sur le plan humanitaire la situation est catastrophique.

Les populations manquent de tout. Les humanitaires ont considérablement réduit leurs activités. C'est d'autant plus problématique que Kaga-Bandoro servait jusqu'à maintenant de centre régional, d'où partait l'aide pour 200 000 personnes dans la zone.

Au-delà de ça, la ville est plus que jamais coupée en deux. Au nord, les quartiers musulmans. Et au sud, de l'autre côté d'un pont, des quartiers chrétiens, où se trouvent également les locaux des Nations unies autour desquels se sont massés des milliers de déplacés depuis la semaine dernière.

Les communautés ne se parlent plus et la réconciliation vient de faire un grand bond en arrière explique Fabrizio Hoschild, le coordinateur humanitaire des Nations unies.

« On a eu des tentatives de réconciliation. Il y avait certaines parties de la ville qui étaient mixtes. Mais ça maintenant c’est de l’histoire, ça paraît loin dans le passé. Parler aujourd’hui de réconciliation paraît difficile. Ça va prendre des mois, sinon des années. Maintenant c’est divisé. La partie de la ville qui était chrétienne est presque totalement désertée. Quelques personnes reviennent la journée prendre des choses dans les maisons et reviennent la nuit dormir tout près de la Minusca », raconte-t-il.

Le coordinateur humanitaire des Nations unies explique qu’il faut désormais se concentrer sur le retour à la vie normale et renouer le lien social. Mais cela s’annonce compliqué. « Le plan maintenant c’est d’essayer de rétablir la sécurité dans le secteur chrétien, dans le camp de déplacés, pour rétablir la confiance et amener les gens à revenir chez eux. Mais pour vraiment reconstruire la cohésion sociale, on fait des efforts. On parle avec les leaders religieux et les leaders de la communauté. Mais ça va être très très difficile et ça va prendre beaucoup de temps. »

Repost 0
Centrafrique-Presse.com