Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 20:24

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

CP/SPK#059/2015

 

 

 

Libreville, le 26 novembre 2015 – Les Chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sont profondément engagés dans le processus de validation de la feuille de route politique et de stabilité de la Centrafrique, indique le Répresentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Centrafrique et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga.

 

«Je salue l’engagement constant des dirigeants de la CEEAC qui se traduit non seulement par un soutien politique continu mais également par des réponses concrètes à la mobilisation de ressources pour les élections», précise Onanga-Anyanga, en dressant le bilan du sommet extraordinaire de la communauté qui s’est déroulé jeudi à Libreville.

 

Le Répresentant spécial salue, notamment la décision des Chefs d’Etat et de Gouvernement de proroger la fin de la Transition afin de favoriser l’aboutissement du processus électoral en cours.mil se félicite également de l’octroi par le Gabon d’une contribution d’un milliard de francs CFA pour aider à combler le déficit du budget électoral. Cette contribution s’ajoute à celles du Congo et du Cameroun. La CEEAC devient ainsi le deuxième contributeur au budget du processus électoral centrafricain après l’Union européenne.

 

Le Répresentant spécial met également en exergue l’appel lancé par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC à l’endroit de tous les acteurs politiques à soutenir le calendrier électoral décidé par l’ Autorité Nationale des Elections«afin que la RCA soit dirigée à partir d’avril 2016 par des autorités élues», selon le comuniqué final du sommet.

 

«Cet ajustement technique de la durée de la Transition est une  exhortation forte aux autorités de transition pour qu’elles se consacrent exclusivement au processus électoral vu le nombre important de défis à relever», souligne Onanga-Anyanga.

 

Dans le comuniqué final, les Chefs d’Etat et de Gouvernement  reconnaissent le rôle crucial de la MINUSCA et de la Sangaris dans le maintien de la paix et la stabilisation de la Centrafrique tout en les exhortant à renforcer leur posture de manière à sécuriser  les prochaines élections. «A cet effet, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont décidé de dépêcher une délégation de haut niveau auprès du Secrétaire général des Nations Unies et du Conseil de sécurité pour solliciter le renforcement du mandat de la MINUSCA afin de lui permettre de répondre de manière plus ferme et plus efficace aux défis sécuritaires», lit-on dans le document.

 

Finalement, les chefs d’Etats et de délégation ont emis le voeu que le processus de reconstruction des Forces armées centrafricaines «soit progressif afin de constituer une armée représentative, professionnelle et républicaine».

 

Dans un briefing au Conseil de sécurité sur les opérations de paix, le 20 novembre dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a défendu une collaboration plus étroite avec les partenaires régionaux. «Nous devons institutionaliser les consultations et le dialogue, et en cas de besoin, la planification et la conduite des opérations de paix. Nous devons soutenir nos partenaires de manière effective et nous devons commencer avec l’Union africaine, aujourd’hui notre partenaire clé», avait déclaré Ban Ki-moon.

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

LA MINUSCA REND PUBLIC SON PLAN DE SECURISATION DES ELECTIONS

 

Bangui le 26 novembre 2015 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a rendu public, mercredi 25 novembre 2015 à Bangui, son plan de sécurisation des prochaines échéances électorales en Centrafrique. « Il s’agit de créer les conditions nécessaires à la conduite d’élections crédibles, légitimes et transparentes » a déclaré le Général Jacques de Lapasse, Chef de l’Etat-major de la Force de la MINUSCA, au cours de la conférence hebdomadaire de la Mission.

 

Dans le même ordre, le General de Lapasse a annoncé que la MINUSCA était prête à continuer d’apporter le soutien nécessaire aux autorités centrafricaines, ainsi qu’aux forces de défense et de sécurité intérieures pour assurer la sécurisation des élections.

 

En plus des milliers d’hommes et de femmes déjà mobilisés par la MINUSCA, 1800 gendarmes centrafricains seront également déployés dont 600 à Bangui. De même, 28 communes, en plus de Bangui, seront couvertes par la police nationale. Les Forces armées centrafricaines seront, quant à elles, chargées de la surveillance d’une vingtaine de bâtiments et d’institutions de la République dans la capitale.

 

La MINUSCA est représentée, dans l’arrière-pays, aux échelons nationaux et préfectoraux des centres conjoints de coordinations des opérations électorales et dans certains échelons sous préfectoraux, notamment dans les zones sensibles.

 

A ce sujet, le Général Jacques de Lapasse a indiqué que « tous les sites identifiés comme points sensibles seront couverts par la présence statique de la force ». Tous les bureaux de vote y seront sécurisés, soit par une garde statique soit par des patrouilles en coopération avec les forces de sécurité intérieures.

 

Chaque bataillon de la force se voit attribuer une zone de responsabilité englobant les bureaux de votes dans son territoire de déploiement. Notons par ailleurs qu’un système de diffusion d’alertes et des comptes rendus est mis en place. Tous les moyens sont utilisés : radio, téléphone fixe et mobile, permettant de relier un bureau de vote à un élément de sécurité capable d’agir.

 

«A tous les niveaux de déploiement de la Force, la MINUSCA dispose d’un élément d’intervention pour faire face à toute éventualité. Chaque bataillon possède son propre élément de réserve et chaque secteur dispose d’une unité pouvant être héliporté dans toute sa zone de responsabilité. Un bataillon de réserve peut être déployé partout en Centrafrique depuis Bangui » a-t-il précisé.

 

«La sécurisation de la campagne électorale ainsi que la protection rapprochée des candidats restent à la charge des autorités nationales afin de respecter le principe de la neutralité des Nations Unies » a souligné le Général de Lapasse. De même, la protection des institutions nationales est aussi à la charge des autorités nationales pour le personnel et se fera en coordination avec les forces internationales pour les bâtiments. 

 

Au cours de la conférence de presse, la cheffe de la Communication et de l’Information Publique de la Minusca, Myriam Dessables a mentionné que le Représentant Spécial, Parfait Onanga Anyanga, prenait part ce mercredi 25 novembre au sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) sur les élections et la sécurité en Centrafrique à Libreville (Gabon). A la veille de ce sommet il avait été reçu en audience par le Chef de l’Etat Gabonais et Président à l’exercice de la CEEAC Ali Bongo Ondimba. La situation politique, notamment le processus électoral et la sécurité en Centrafrique ont été discutées lors de cette audience.

 

S’agissant de la visite du Pape François en Centrafrique prévue du 29 au 30 novembre 2015, Myriam Dessables a cité le Représentant Spécial estimant que le choix de la Centrafrique avec le Kenya et l’Ouganda était un signe d’espoir. Il a aussi décrit le séjour papal comme une exhortation aux filles et fils de Centrafrique à s’approprier leur avenir afin de bâtir une nation apaisée réconciliée et fraternelle, dans une prospérité partagée et une liberté plus juste.

 

La CEEAC est engagée dans le processus politique et la stabilité de la Centrafrique, selon le chef de la MINUSCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 20:14
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC prorogent la transition en Centrafrique jusqu’au 31 Mars 2016

 

http://rjdh.org/  PAR AGGÉE YAGOUA GUERET LE 26 NOVEMBRE 2015

 

Cette décision a  été prise lors de la session extraordinaire,  ténue hier, 25 Novembre 2015 à Libreville au Gabon. La rencontre portait sur la situation politique, sécuritaire et humanitaire en République Centrafricaine. A l’issue de cette session, un communiqué final a été publié fixant la fin de la transition au 31 Mars 2016.

 

« Après une brève  présentation des efforts consentis  pour appuyer le processus électoral en Centrafrique par Mahamat Kamoun, premier ministre centrafricain,  les chefs d’Etat ont réitéré leur engagement  pour soutenir la transition »,  précise le communiqué.

 

D’après le document, je cite,  « vu la  situation qui prévaut dans le contexte actuel, la CEEAC décide  sa prorogation. Elle  exprime son adhésion au  nouveau calendrier publié par les autorités de la transition et appelle tous les acteurs à soutenir ce calendrier dont le respect permettra la tenue d’élection à fin que la RCA soit dirigée à partir d’Avril 2016 par des nouvelles autorités ».

 

Le communiqué note par ailleurs que « Les chefs d’Etat de la CEEAC condamnent avec la dernière rigueur les actes de violences qui sont de nature à compromettre la bonne marche de la transition et  mettent en garde tous ceux qui ambitionnent de perturber le processus électoral en cours en soulignant qu’ils s’exposent à des sanctions de la communauté internationale ».

 

Enfin, les chefs d’Etat et gouvernements de la CEEAC se sont mis d’accord pour financer les prochains scrutins en Centrafrique.  «Dans ce contexte, la République du Gabon a annoncé une contribution d’un milliards de FCFA et d’autres pays se sont engagés à contribuer prochainement », conclut le communiqué.

 

Cette session extraordinaire a été organisée sous l’initiative son Excellence Omar Bongo Ondimba, président du Gabon et président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat de la CEEAC.

 

La transition prorogée au 31 mars 2016 par la CEEAC

 

http://www.radiondekeluka.org/  jeudi 26 novembre 2015 12:15

 

La transition en République Centrafricaine a été prorogée au 31 mars 2016. Décision intervenue à l'issue du sommet extraordinaire de la  Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), tenue ce 25 novembre à Libreville au Gabon en présence de Denis Sassou Nguesso, médiateur international de la crise centrafricaine et Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la CEEAC. 

Au menu de ce sommet extraordinaire, plusieurs points. Entre autres, la situation toujours très précaire en Centrafrique, l'insécurité et les difficultés financières auxquelles fait face la Centrafrique.


Selon Ahmad Allam-Mi, secrétaire de la CEEAC, l’insécurité et les difficultés financières de la RCA ont poussé la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale à prolonger la transition de trois mois. Cette prorogation, précise-t-il a été décidé « à la demande des trois hautes autorités de la Centrafrique, notamment la cheffe de l’Etat, le Premier ministre et le président du Conseil national de la transition ». 

Les dirigeants de la CEEAC ont par ailleurs décidé un appui financier pour boucler le budget des élections en Centrafrique qui présente un déficit de 3,6 millions dollars. Le Gabon - pays hôte de ce sommet extraordinaire, a annoncé une contribution de 1 milliard de francs CFA alors que des apports supplémentaires ont été promis par d’autres pays membres de la CEEAC. 


Si le sommet a averti que « les fauteurs de troubles seront envoyés à la Cour pénale internationale (CPI) », la CEEAC a également demandé à la classe politique centrafricaine « d’être plus patriotique en montrant un amour pour leur pays ».

 

 

La Minusca dévoile le plan de sécurisation des prochaines élections en Centrafrique

 

http://rjdh.org/ PAR ARMANDO YANGUENDJI LE 26 NOVEMBRE 2015

 

La Minusca a présenté ce 25 novembre 2015 son plan de sécurisation des élections en Centrafrique. Le plan prévoit le déploiement des casques bleus sur toute l’étendue du territoire nationale.

 

Le plan de sécurisation des élections permettra de créer un climat serein pendant la tenue des élections. Cependant, cela ne consiste pas à pacifier la RCA ni à désarmer les milices et groupes armées.

 

« Ce que nous recherchons c’est de créer des conditions pour la conduite des élections. Il existe plusieurs  bureaux de votes, mais nous les avions catégorisés en deux types : les bureaux de vote situés dans des zones sensibles et moins sensibles. La police ou la gendarmerie de la Munisca y sera déployée », a dit le chef d’Etat-major de la Minusca, Jacques De Lapasse.

 

En ce qui concerne la sécurisation de la ville pendant la visite papale, Jacques De Lapasse, affirme que, «  la Minusca va seulement appuyer le gouvernement qui reçoit le pape. Ce n’est pas la Minusca qui va recevoir le pape ».

 

Les élections en Centrafrique sont prévues pour la fin de cette année.

 

Les FACA interdites d’escorter les convois commerciaux sur l’axe Bangui-Garoua-Boulaï

 

http://rjdh.org/ PAR ARMANDO YANGUENDJI LE 26 NOVEMBRE 2015

 

La décision de la Minusca fait suite à un incident qui s’est produit la semaine dernière entre les éléments des Forces Armées Centrafricaines et le contingent de la Minusca à Garoua-Bolaï. Le calme est revenu et les convoies ont repris la route après quelques jours de manifestation de la population contre l’interdiction des éléments FACA d’escorter les véhicules commerciaux.

 

Tout est parti d’après le chef d’Etat-major de la force de la Minusca, Jacques De Lapasse, de l’interdiction faite aux éléments des FACA d’escorter les convois commerciaux. « Ce sont quelques véhicules commerciaux escortés par les  éléments des FACA en provenance de Garoua-Boulaï pour Bangui qui ont été empêchés par un de nos contingents à Baboua.  Ils ont jugé que cela n’est pas inscrit dans le rôle des FACA. C’est ainsi que la population de Baboua, de Bouar y compris ces éléments ont érigé des barricades pour protester contre cette prohibition », a expliqué Jacques De Lapasse.

 

« Nous avions appelé le Ministre de la Défense Nationale qui, a son tour  rappelé les  responsables de  ces FACA sur place pour leurs demander de rentrer à la caserne. Et de ne plus monter le service sur les barrières. Ce qui a été fait et depuis  le calme est observé », a-t-il ajouté.

 

Il a par ailleurs évoqué que, «  quelques éléments  des FACA vont aussi être déployés dans des bureaux de vote pour la sécurisation du scrutin ».

 

 

Centrafrique : L’ambassade des Etats-Unis donne des véhicules à la Minusca

 

http://rjdh.org/ PAR NOURA OUALOT LE 26 NOVEMBRE 2015

 

L’ambassade des Etats-Unis en Centrafrique a fait don de véhicules à la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilité en RCA (Minusca). Selon le diplomate américain Jeffrey Hawkins, qui présidait la cérémonie de remise, le matériel offert facilitera la mission des différents contingents de la Minusca. La cérémonie s’est déroulée mercredi 25 novembre au camp de la Minusca à Combattant.

 

Il s’agit de quatre véhicules 4/4 simple cabine, deux 4/4 doubles cabines, huit ambulances, trois véhicules de récupération, huit camions de carburant et quatre véhicules de transport de troupes qui ont été remis à la Minusca.

 

Jeffrey Hawkins se dit très fier d’appuyer la police et les forces de maintien de la paix  de la Minusca. « Nous sommes très contents de donner ces véhicules pour aider la Minusca dans sa tâche. Nous voyons la présence et l’action des Etats Unis comme des éléments essentiels à la stabilisation du pays », a déclaré l’ambassadeur.

 

La Minusca, bénéficiaire de ce don remercie les Etats Unis car, les véhicules vont renforcer ses capacités surtout à Bangui. « C’est un moment très important pour la police, pour les troupes qui sont en opération et pour la Centrafrique en cette période électorale. C’est un signe de solidarité », a dit Diane Corner, représentante spéciale adjointe et chef adjoint de la Minusca.

 

Pour Joseph Bindoumi, Ministre de la Défense Nationale, tout don fait à la Minusca est considéré comme un bienfait à l’égard de la République Centrafricaine. «  Lorsque les Etats Unis donne tous ces véhicules pour que la Minusca s’en serve afin de faire un bon travail, nous considérons que ce don nous est offert. Nous sommes plus heureux que la Minusca », a-t-il livré.

 

Le membre du gouvernement souhaite que les « contributions faites par les Etats Unis nous servent à ramener la paix, à organiser des élections libres et crédibles pour avoir un gouvernement légitime ».

 

Par ailleurs, Jeffrey Hawkins affirme que les Etats Unis sont fermement engagés à soutenir le peuple centrafricain et le gouvernement de la République Centrafricaine qui travaillent à construire une société pacifique, démocratique et inclusive.

 

Le coût total des 29 véhicules s’élève à plus de 2,6 millions de dollars américains, soit plus de 1. 700. 000.000 FCFA. C’est le troisième don offert par les Etats-Unis en République Centrafricaine pour cette année 2015.

 

Des jeunes musulmans du 3ème arrondissement de Bangui sensibilisés sur la sécurité, la paix et la cohésion sociale

 

http://rjdh.org/ PAR BABIKIR OUSMANE LE 26 NOVEMBRE 2015

 

Une campagne de sensibilisation est ouverte à l’endroit des jeunes musulmans du 3ème arrondissement. Tous les dimanches, dans les mosquées du 3ème arrondissement, la Fondation de la Jeunesse Musulmane pour la Paix en Centrafrique (FJMPCA), montre à ces derniers le bien-fondé de la paix, la sécurité et la cohésion sociale entre les différentes communautés du pays et aussi les méfaits de la guerre selon les versets coraniques.

 

Pour Amadou Hawal, président de cette association, il est important de sensibiliser la jeunesse car elle est beaucoup plus impliquée dans les conflits que subit le pays.

 

« Nous voulons aider ces jeunes à travers des séries de sensibilisations afin qu’ils puissent accepter de vivre ensemble avec les autres confessions et de cultiver la paix. Actuellement, nous sommes dans une période très sensible qui nécessite des messages de paix afin d’apaiser les cœurs et leurs permettre d’oublier l’esprit de la vengeance et de la haine », a-t-il expliqué.

 

Un jeune musulman qui a participé à cette campagne de sensibilisation s’est réjouit de cette initiative. Il promet d’être le porte-parole de la paix, et de la cohésion sociale auprès de ses frères musulmans. « Je suis satisfait de cette sensibilisation. Nous jeunes n’avons pas parfois des repères dans notre vie. Mais cela va nous amener à voir clair dans l’avenir », dit-il.

 

Cette campagne de sensibilisation a commencé à la mosquée Ali Babolo et se poursuit dans d’autres Mosquées

 

Deux morts et un blessé suite à un affrontement entre deux tendances des Anti-Balaka à Damala

http://rjdh.org/ PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 26 NOVEMBRE 2015

 

La population du quartier Damala, dans la commune de Bégoua a passé la matinée du 25 novembre 2015 sous des détonations d’armes. A l’origine, un affrontement a opposé deux factions rivales Anti-Balaka, basées dans le secteur. Cette situation a provoqué une psychose générale au sein de la population. Deux personnes sont mortes à la suite de cette altercation.

 

Selon les sources concordantes, il s’agirait d’un élément FACA assassiné par un groupe des jeunes assimilés aux Anti-Balaka, basés dans le secteur qui en est la cause.

 

« Nous ne savons pas exactement les raisons de ces affrontements. Car, nous sommes obligés d’être à l’abri des balles perdues. Ces hommes en armes sont encore visibles dans le secteur », a affirmé un commerçant du marché Tournant.

 

Une autorité locale a aussi confirmé cette information. « Il s’agit d’assassinat d’un élément FACA le jeudi 19 novembre 2015, qui en est la cause et c’est après l’inhumation de ce corps que les affrontements ont éclaté aux environs de 9 heures », a-t-elle confié.

 

Ces affrontements ont occasionné des pertes en vies humaines et des blessés toujours selon cette source. « Après les affrontements, nous avons enregistré deux morts du côté des groupes armés et un blessé du côté de la population », a précisé cette autorité locale.

 

La population vit dans la peur au lendemain de ces affrontements. Car, ces Anti-Balaka maintiennent encore leurs positions.

 

Les forces conventionnelles ne sont pas visibles dans le secteur et un calme précaire règne à Damala à la mi-journée du jeudi 26 octobre 2015.

 

Le candidat Nguerekata s’oppose au retrait des photos des cartes d’électeurs

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 26 NOVEMBRE 2015

 

Gaston Mandata Nguerekata, président du Parti pour la Renaissance Centrafricaine (PARC) et candidat déclaré à la présidentielle, s’est dit opposé au retrait des photos des cartes d’électeurs annoncé par l’Autorité Nationale des Elections. Il s’agit, selon ce leader politique, d’un plan de fraude auquel il s’oppose farouchement. Le président du PARC l’a dit dans une interview accordée, ce jeudi au RJDH.

 

Pour Gaston Mandata Nguerekata, le retrait de photo de la carte d’électeur n’est pas à envisager à l’état actuel du processus. « Nous avons été surpris par l’annonce de l’Autorité Nationale des Elections, relative au retrait de photo de la carte d’électeur. Ce changement brusque n’est pas envisageable à l’état actuel du processus. C’est pourquoi je m’y oppose farouchement », a contesté le candidat.

 

Pour le président du PARC, le retrait des photos constitue une violation du code électoral. « Le code électoral qui encadre les élections en Centrafrique a prévu la biométrie, on la retiré. Il a exigé la photo, maintenant on veut la retirer, pour moi, c’est une violation du code électoral qu’on s’est donné pour ces élections là. J’appelle tous les acteurs du processus au respect de ce cadre juridique qu’est le code électoral. C’est cela qui va nous aider à éviter des réclamations », prévient-il.

 

Gaston Mandata Nguerekata pense que cette méthode vise à imposer aux Centrafricains un président choisi depuis l’extérieur« cette pratique vise à imposer quelqu’un choisi par l’extérieur » a confié ce dernier sans aucune précision sur qui a choisi qui. Pour le président du PARC « les Centrafricains ne pourront plus accepter un candidat imposé par l’extérieur. Ce temps est révolu aujourd’hui ».

 

Le candidat dit soutenir la nouvelle prorogation de la transition « les chefs d’Etat de la CEEAC ont prorogé de trois mois la durée de la transition. Il s’agit pour moi, d’une prorogation technique pour permettre aux autorités d’organiser les élections et de passer la main. Je soutiens cette prorogation technique qui a toute sa raison d’être » relève Gaston Mandata Nguerekata qui appelle les autorités à recadrer les dates des élections avec cette nouvelle donne « la transition a été prorogée. Il est temps que les autorités de la transition et l’ANE utilisent cela pour mieux préparer les élections en repoussant les dates actuelles qui sont irréalistes de telle sorte que nous puissions régler les problèmes qui menacent la sincérité des élections » propose ce dernier.

 

La transition en Centrafrique a été prorogée de trois mois, mercredi dernier par le sommet des chefs d’Etat de la CEEAC.

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 13:04
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Le conseil d’Etat se déclare incompétent sur la requête de la concertation élargie relative à l’annulation de certains décrets

 

PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 25 NOVEMBRE 2015

 

Le conseil d’Etat s’est déclaré incompétent sur la requête de la concertation élargie des partis, associations politiques et personnalités politiques indépendantes, demandant l’annulation des décrets fixant le chronogramme électoral et convoquant le corps électoral. Rendu le mardi dernier, cet arrêt est considéré par les requérants comme un déni de justice.

 

Joseph Bendouga, président du Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC), membre de cette concertation, s’insurge contre cette décision qui, selon lui n’a aucune motivation rationnelle « je pense que le conseil d’Etat vient de rater une occasion de redresser le processus électoral. C’est une honte, cette décision là. Nous sommes déçus parce que les juges n’ont pas eu le courage de dire le droit  privilégiant leur critère au détriment de la vie de la nation » a-t-il expliqué. 

 

Contacté par le RJDH, Crépin Mboli Goumba, président du présidium de la concertation, n’a pas souhaité faire de commentaire. Ce dernier considère toutefois, cette décision comme une porte fermée sur le terrain de la justice. Le président estime que le seul recourt reste le terrain politique. Pour Joseph Bendouga, il faut saisir la cour constitutionnelle même si, ce dernier n’y croit pas du tout « nous sommes en train d’écrire l’histoire ce pays. Je pense que si la concertation décide, il va falloir saisir la cour constitutionnelle de transition même si nous n’avons pas l’assurance qu’elle peut agir autrement » confie t-il.

 

De sources concordantes, la concertation élargie est décidée à engager des actions politiques après cet échec sur le plan du droit.

 

 

Le personnel de la SOCATEL menace de perturber la venue du Saint Père à Bangui

 

PAR NERVA NGANG NDOUNGA LE 26 NOVEMBRE 2015

 

Le retard de 32 mois de salaires est à l’origine de ce mécontentement. La menace de perturbation de la visite du Souverain Pontife a été prise lors de la dernière Assemblée Générale des Syndicats de la société centrafricaine de télécommunication (SOCATEL) tenue le lundi 23 novembre 2015. Cette menace intervient à trois jours de l’arrivée du Pape en Centrafrique et consiste à perturber la communication à l’international.

 

A  l’issue de cette Assemblée Générale, qui réunissait les deux syndicats de ladite structure, à savoir le Syndicat Autonome des Télécommunications (SYNATEL) et le Syndicat Chrétien des Travailleurs des Télécommunication (SCTT), le personnel de la Socatel décide de perturber les communications téléphoniques à l’international lors de la visite du Pape.

 

Selon Julien Elysée Ngalakpa, Secrétaire Adjoint du Synatel, « étant donné que la venue du Saint Père c’est déjà un week-end alors les jours suivants c’est toujours les fériés. La fête de la proclamation de la RCA, et tout ça, si le personnel n’est pas motivé, on ne sait pas de quelle manière on pourra mettre la main sur eux pour couvrir cet évènement de taille ».

 

Cette menace qui intervient quelques jours avant la visite du Pape se justifie par le non-paiement de leurs trente et deux mois de salaires. «C’est une question de salaire, les travailleurs ont revendiqué, pour réclamer cinq (5) mois sur les trente-deux (32) mois qu’ils totalisent depuis plusieurs années », nous a confié Julien Elysée Ngalapka.

 

Il a par la même occasion lancé un cri de raz-bol à l’endroit des autorités politiques et ecclésiastiques de Centrafrique. « Les travailleurs de la Socatel disent maintenant que l’Archevêque de Bangui est devenu le sapeur-pompier de la RCA,  s’il peut s’impliquer pour venir éteindre ce feu là en intervenant auprès de la Présidente de transition afin qu’elle puisse jeter un petit coup d’œil sur ces petits enfants, car retour à l’école = retour à la paix », a-t-il dit.

 

C’est depuis le mois de mai 2015 que le mouvement de grève du personnel de la Socatel paralyse les activités au sein de cette structure paraétatique. Pour le personnel, en cas d’échec de négociation, le boycotte de la venue du pape reste l’unique moyen de faire entendre leur voie.

 

Le personnel de L’ANE font face à des difficultés à Bouar

 

PAR FIRMIN YAÏMANE LE 26 NOVEMBRE 2015

 

L’Autorité sous préfectorale des élections de Bouar éprouve des sérieuses difficultés dans l’exercice de leurs fonctions. Plusieurs cas d’omissions sur la liste électorale ont été enregistrés. Les électeurs de ladite ville s’inquiètent de cette situation.

 

D’après Daniel Alola, président des autorités sous préfectorales des élections les listes ont été affichées sans aucun moyen financier, « alors que dans chaque centre de Bouar, une personne devrait être disponible toute une journée afin de ne pas laisser ces affiches vandalisés et aussi de collecter les réclamations des compatriotes».

 

Selon ce dernier, plusieurs cas d’omissions ont été signalés. « Face à cette situation, six (6) centres sur les quinze (15) sont opérationnels et ont affichés leurs listes. Les centres cités ci-après à savoir du lycée de Bouar, de l’école Persévérance, de la Mairie, du quartier Mamadou Sara et de l’école préfectorale fille, ont enregistré des  cas d’omissions. De même pour l’école préfectorale Garçon», a-t-il dit.

 

« Les citoyens omis attendent avec impatience l’affichage de leurs listes. A cet effet,  les 6 centres qui n’éprouvent pas cette difficulté, dépendent seulement de six (6) membres déployés pour surveiller pendant 6 jours. Mais ils n’ont  aucun moyen pour surveiller les affiches et d’enregistrer les réclamations des concitoyens», a ajouté Daniel Alola.

L’affichage des listes électorales dans les provinces a débuté la semaine dernière.

 

 

Des mesures sécuritaires avant l'arrivée du Pape

 

http://www.radiondekeluka.org/  mardi 24 novembre 2015 12:55

 

Le ministère de la Sécurité Publique vient d’annoncer de nouvelles dispositions pour assurer la sécurité de la visite du Pape François à Bangui. Le chef de ce département, le général Pierre Chrisostome Sambia, dans une interview accordée ce lundi 24 novembre à Radio Ndeke Luka, appelle les centrafricains à cesser toutes formes de violences. 


« La visite du Pape est la visite de la dernière chance. Sachons la prendre à bras le corps, car d'elle découlera la miséricorde divine que nous attendons, peuple centrafricain, musulmans, chrétiens, animistes de Bangui. Mettons tout en œuvre pour que la visite du Pape ne connaisse aucun incident même mineur. Qu'il ne soit versé pendant cette visite aucun sang de quelque compatriotes que ce soit ».


Le membre du gouvernement demande aux conducteurs de taxis et taxis-motos d’observer plus de discipline et de respecter les règles de conduite. 


« Par ailleurs, tous les conducteurs de taxis, de taxis-motos devront se conformer à toutes les dispositions antérieures qui règlementent la circulation routière dans la capitale », a-t-il averti, attirant par la même occasion l'attention des conducteurs des taxis-motos : « Les conducteurs de taxis-motos qui circuleront au-delà de 18 heures s'exposeront à une immobilisation sans autres formes de procès ».


Par ailleurs le ministère de la Sécurité Publique appelle les commerçants à libérer certaines rues et avenues de Bangui ainsi que les abords des édifices étatiques et des ambassades. « Le ministère de la Sécurité Publique invite toutes les populations à dégager les passages sur les axes principaux depuis l'aéroport, le marché Combattant, l'avenue Omar Bongo, la place des Nations Unies, l'avenue Barthélémy Boganda, l'avenue Koudoukou, le rond point zéro, à libérer les devantures des édifices, ambassades, représentations diplomatiques, banques », a martelé général Sambia qui opte pour la facilitation d'une meilleure mobilité des agents de sécurité. 

« Il nous faut rendre la circulation fluide afin de faciliter une intervention aussi rapide que possible des forces de sécurité intérieure. La ministère de la sécurité Publique rappelle à toutes et à tous qu'il n'est pas toujours aisé de faire usage de la force afin de pousser les citoyens à bien agir et à bien se comporter »

Dans son appel à la population, le ministre Pierre Chrisostome Sambia annonce enfin que les kermesses, les bals publics et autres distractions de masse sont interdites et cela jusqu’aux prochaines élections.


Un appel du CNT à la population


Le Président du Conseil National de Transition (CNT, le parlement provisoire), Alexandre Ferdinand Nguéndet, invite le peuple centrafricain à se réconcilier et à bannir l'esprit de vengeance au profit de la paix et de la concorde nationale. L'invitation du parlementaire provisoire est adressée ce lundi 24 novembre  au siège du CNT à Bangui à l’approche de la visite du Pape François.


« La violence et ses corollaires que sont la haine et l'esprit de vengeance continuent de sévir. C'est pourquoi, le voyage du Saint Père à Bangui est la dernière chance pour notre pays de réconcilier tous ces enfants, de jeter les bases de la véritable refondation de notre nation. Aussi voudrais-je exhorter les différentes communautés à être réceptives au message de paix et de réconciliation que le Souverain pontife viendra nous délivrer. Je vous propose pour la survie de notre pays, la réconciliation.Martin Luther King nous apprend que la haine est aussi néfaste à la personne qui hait. L'esprit de vengeance ne règle rien. L'amour est la seule force capable de transformer un ennemi en ami. Avec l'amour, nous devenons capable par notre vie et nos paroles d'avouer à nos ennemis ou adversaires que nous continueront de nous aimer. Faisons-le pour la République Centrafricaine ».

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 03:36
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Le candidat Gaston Mandata Nguérékata s’oppose à l’idée d’une 3ème transition

 

http://rjdh.org/ PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 21 NOVEMBRE 2015

 

Le président du Parti pour la Renaissance Centrafricaine (PARC), Gaston Mandata Nguérékata, candidat à la présidentielle, s’est opposé à toute idée de la 3ème transition. Il l’a dit lors d’un point de presse  tenu le vendredi 20 novembre 2015 à son domicile sis au centre-ville à Bangui.

 

Gaston Mandata Nguérékata a commencé par douter de la légitimité d’une nouvelle transition souhaitée par la concertation élargie des partis, associations politiques et personnalités politiques indépendantes. Il estime que la solution à la crise ne saurait être une 3ème transition « le candidat Gaston Mandata Nguérékata n’est pas membre de cette plateforme politique et se pose la question de savoir pourquoi une troisième transition ? S’il faut une troisième transition, il faut justifier cela. Est-ce que la prochaine équipe souhaitée apporterait de véritables solutions aux problèmes de sécurité que nous connaissons ? », s’est-il interrogé.

 

Ce dernier exige la tenue des élections « Je crois qu’une transition est faite pour une durée déterminée et nous avons déjà dépassé cette durée. Il faut aller aux élections. Donc, une troisième transition n’est pas nécessaire », a souligné le Pr Gaston Mandata Nguérékata.

 

Pour lui, il est nécessaire de régler la question de sécurité en même temps que les élections « il faut absolument que la question de sécurité soit réglée en même temps que nous irons aux élections. Car, c’est une question de volonté non seulement politique mais, militaire sur le terrain avec les forces internationales qui sont avec nous », a-t-il confié.

 

Pr Gaston Mandata Nguérékata s’est aussi opposé à la proposition du président du Conseil national de transition Alexandre Ferdinand Nguendet qui a proposé la mise en place d’un état-major intégré composé des officiers chrétiens et musulmans « il va falloir qu’on ne mette plus en avant les critères confessionnels. Un Centrafricain est centrafricain quelque soit sa religion. Je ne vois pas pour quelle  raison qu’il faut un état- major composé de deux religions. Si c’est le cas  où est-ce qu’on mettra les animistes ? », a-t-il demandé.

 

Le président du PARC a appelé les chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), à continuer à soutenir la RCA dans ces moments difficiles. La position de Gaston Mandata Nguérékata se fait à cinq jours d’un sommet extraordinaire de la CEEAC sur la situation en Centrafrique notamment sur la question de la 3ème transition

 

 

Le PARC signe un accord politique avec le FODEM du feu Charles Massi

 

http://rjdh.org   PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 23 NOVEMBRE 2015

 

Une cérémonie de signature d’accord politique entre le Parti pour la Renaissance Centrafricaine (PARC) et le Forum Démocratique pour la Modernité (FODEM) s’est déroulée ce lundi 23 novembre 2015 à Bangui. Le président du FODEM Stéphane Penschowaki juge que le candidat du PARC est “digne, irréprochable et capable de sortir le peuple centrafricain du gouffre de la misère”.

 

Ce dernier a fait savoir que c’est un « accord électoral ». « Cet accord doit être matérialisé par la signature d’un accord électoral, fondement d’un accord politique qui va couvrir toute la période électorale et postélectorale entre le candidat du PARC et le parti politique FODEM du président fondateur Charles Massi », a-t-il poursuivi.

 

Le candidat à la prochaine élection présidentielle Gaston Mandata-Nguérékata a précisé qu’il est nécessaire de rendre hommage aux illustres Centrafricains disparus. « Il va falloir que nous passions à une ère nouvelle pour la gouvernance de notre pays en commençant à rendre hommage à certains illustres disparus de ce pays, Charles Massi lui-même et aussi élucidé les circonstances de son décès, de celui de  Barthélemy Boganda, Karinou et Krébedjé un chef de guerre à Sibut et autres », a souligné le Pr Nguérékata.

 

La signature de l’accord politique entre le candidat à la prochaine élection présidentielle Gaston Nguérékata et le parti politique FODEM, vient après le dépôt de la candidature officielle de ce dernier à l’Autorité Nationale des Elections (ANE) le jeudi dernier

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 10:56

 

 

 

http://fr.radiovaticana.va/  23/11/2015 06:52

 

(RV) Les musulmans sont favorables à la venue du Pape François en Centrafrique ; ils se réjouissent surtout que le Saint-Père se rende à la grande Mosquée de Bangui. Dans une déclaration publiée mercredi 18 novembre 2015, le FPRC-Coalition-Séléka, composé majoritairement de musulmans, affirme que la visite papale est une occasion que doit saisir le peuple centrafricain pour ramener la paix, la cohésion sociale, l’amour et le pardon. 

 

Le groupe se dit convaincu de la nécessité d’encourager le dialogue, de mettre un terme au détournement des fonds publics, et d’œuvrer pour la mise en place d’institutions consensuelles. Il se prononce également en faveur d’élections libres et crédibles. Mais surtout, il invite les Centrafricains et en particulier les musulmans à venir massivement accueillir le Saint-Père, qu’il qualifie d’homme de paix et d’ouverture d’esprit. Il s’agit aussi pour eux de montrer que les problèmes du pays ne sont pas d’ordre confessionnel, mais qu’ils sont dus à la mauvaise gouvernance et à l’exclusion. 

 

Le Pape François arrivera à Bangui dimanche 29 novembre 2015 et passera la nuit dans un pays où la situation sécuritaire reste toujours précaire. Le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique, FPRC-Coalition-Séléka, se dit disposé à apporter sa modeste contribution en matière de sécurité et d’accueil si nécessaire, lors de cette visite pontificale.

 

Le renversement en mars 2013 du président Bozizé par la rébellion Séléka, majoritairement musulmane, et les représailles menées par les miliciens anti-balaka, majoritairement chrétiens, a plongé l’ex-colonie française dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries intercommunautaires, des pillages et des violences en tous genres.

 

Par ailleurs, d'une façon plutôt encourageante, les responsables de l'ex-rébellion Seleka, formée essentiellement de jeunes musulmans, ont diffusé un message souhaitant la bienvenue au Pape François. Dans une déclaration publiée mercredi 18 Novembre 2015, le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique se dit favorable à la venue du souverain pontife à Bangui. La visite papale, selon le FPRC, est «une occasion que doit saisir le peuple centrafricain, pour la paix, la cohésion sociale, l’amour et le pardon».

 

A Bangui, les musulmans de l'ex-Séléka accueilleront François
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 10:48

 

 

 

 

Les personnes dont les noms suivent sont désignées membres de l’équipe de campagne France-Europe du candidat du Rassemblement Démocratique Centrafricain, le frère Désiré Bilal NZANGA KOLINGBA, aux prochaines élections présidentielles :

 

Directeur de campagne : Philippe DELMAS

 

Directeur adjoint de campagne : Alexis OKONGO

 

Responsable de communication et Porte-parole : Médard POLISSE-BEBE

 

Responsable des finances : Corinne OGOULA

 

Responsable adjoint des finances : Jonas NZOKO

 

Responsable du matériel et de la logistique : James NDJEHOYA

 

Responsable adjoint du matériel et de la logistique : Jean-Claude MBOMBOTO BANDASSE

 

Responsable de sensibilisation et de mobilisation : Kévin PENDA

 

Responsables adjoints de sensibilisation et de mobilisation :

 

  • André KONZALE
  • Vanina KPATA YATCHIKAYA
  • Agnès PARIZI
  • Mauricette KONZALE

 

Fait à Paris, le 22/11/2015

 

Pour le Président KOLINGBA

 

 

                                                                                          Le Porte-parole 

 

Médard POLISSE-BEBE

COMMUNIQUE DE PRESSE de la DNC FRANCE-EUROPE du candidat Désiré Bilal NZANGA KOLINGBA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 10:45

 

 

 

 

Le 29 Octobre 2015, suite à un incident survenu aux 92 Logements où deux taxis motos  ont trouvé la mort, des individus armés ont mené des représailles contre les populations civiles des quartiers proches du marché KM5.

 

C’est ainsi que dans la matinée du 29 Octobre 2015, des attaques systématiques ont été dirigées contre les populations civiles des quartiers Gbawara, Kina, et Fatima premières cibles de ces groupes armés, tirant sur toutes les personnes surprises ou en fuite, incendiant à leur passage des maisons d’habitation.

 

Dans leur débandade ou le sauve qui peut, ces populations ont lancé des SOS à l’endroit des autorités Centrafricaines, de la MINUSCA, de l’Ambassade de France pour arrêter ces attaques.

 

Aucune réaction officielle de la part des autorités nationales et les forces internationales (MINUSCA et SANGARIS) n’a pas été remarquée sur le théâtre de ces agressions. Ces autorités ont été sourdes et muettes devant la détresse exprimée.

 

C’est ainsi que les attaques se sont poursuivies aux quartiers Cattin, Kpèténé avec des incendies de maison et des tueries par arme à feu ou arme blanche. Ces quartiers étaient devenus un champ de bataille avec l’intervention d’un autre groupe venu s’opposer à ces attaques.

 

Du 29 Octobre 2015 à ce jour, les quartiers Gbawara, Kina, Fatima, Cattin et Kpèténé ont donc été incendiés avec tout ce que contenaient les maisons incendiées. Des biens ont été brûlés ou pillés. Le Bilan de ces événements n’est pas encore établi en raison de l’insécurité qui règne dans ces quartiers désormais occupés par les assaillants, mais on déplore déjà dix pertes en vies humaines, des blessés,  des centaines de maisons d’habitations et l’Eglise Baptiste de Kina incendiées et plusieurs milliers de personnes sans abris.

 

Les populations de ces quartiers quittant précipitamment leurs maisons par crainte d’être tuées, ont grossi les centres de déplacés de fortunes de Bangui ou bien des familles d’accueil à Bimbo et ailleurs, complètement démunies.

 

 A ce jour, aucune assistance des autorités n’est apportée à ces populations victimes de ce désastre humanitaire.

 

 La récente promesse gouvernementale de sécurisation du secteur n’est pas encore réalisée.

 

Ces victimes, conscientes de leur fragilité individuelle ont décidé le 15 novembre 2015 au Centre Jean XXIII à Bangui,  de se regrouper pour prendre leur destin en main afin d’agir ensemble, de manière pacifique et dans la légalité.

 

A cet égard, nous, victimes de ces événements décrits ci-haut, condamnons l’inertie du gouvernement de la RCA, ainsi que celle de la MINUSCA et la SANGARIS devant la perpétration de ces actes criminels.

 

Nous considérons l’attitude du Gouvernement, de la MINUSCA et de la SANGARIS comme un défaut d’assistance à personnes en danger.

 

En effet, le devoir de protection des populations et de leurs biens s’impose aussi bien au Gouvernement centrafricain, au regard de sa Chartre Constitutionnelle de Transition et des instruments juridiques internationaux ratifiés par la RCA en cette matière et à la MINUSCA, en vertu de son mandat de protection qui concerne également la SANGARIS.

 

En conséquence, nous réclamons en urgence, protection, pour pouvoir revisiter les lieux de nos drames, sauvegarder ce qui peut l’être, documenter les faits et voir la possibilité de nous réinstaller.

 

Ces quartiers désaffectés doivent être sécurisés par les forces conventionnelles pour encourager le retour des populations déplacées.

 

 Nous  lançons en outre à appel :

 

*      Aux organisations humanitaires, pour secourir les populations affligées, complètement démunies, sans habitations, malades et affamées afin de leur apporter un peu de dignité.

 

*      Au gouvernement de transition, pour assurer la mission de protection des populations et de leurs biens et d’engager des poursuites contre les auteurs présumés de ces crimes.

 

*      A la MINUSCA et la SANGARIS, d’exécuter leur mandat de protection en vertu des résolutions des Nations Unies concernant le conflit en RCA.

 

Enfin, pour notre part, nous nous engageons à contribuer à la détermination des responsabilités dans ces événements, afin que les personnes concernées répondent de leurs actes et que justice nous soit rendue.

 

A cet égard, nous ferons valoir nos droits au recours et à réparation.

 

L’impunité doit être combattue dans l’intérêt de la stabilité et de la paix à Bangui en particulier et sur toute l’étendue du territoire de la RCA en général.

 

La justice demeurera  notre ultime objectif.

                                                                                  Fait à Bangui, le 19 Octobre 2015

                      

                                                         

                                                                                       Le Coordonateur

 

                                                                             Apollinaire MOKOTEMAPA       

DECLARATION DES VICTIMES DES EVENEMENTS DU 29 OCTOBRE 2015 ET SUIVANT A BANGUI
DECLARATION DES VICTIMES DES EVENEMENTS DU 29 OCTOBRE 2015 ET SUIVANT A BANGUI
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 23:50
RCA: le quartier du PK5 bloqué par les anti-balaka

 

 

 

Par RFI 21-11-2015 à 13:01

 

En Centrafrique, le quartier majoritairement musulman de Bangui, le PK5, subit un embargo de la part de miliciens anti-balaka. Les accès aux quartiers sont coupés et les combats entre miliciens anti-balaka et jeunes musulmans armés sont quasi quotidiens.

 

La route qui relie le PK5 au centre-ville est déserte sur plus d'un kilomètre. Il n’y a pas une âme qui vive, hormis quelques guetteurs armés, cachés derrière les vestiges des habitations. Ali Ousmane, le coordinateur des communautés musulmanes de Centrafrique, n'a pas de mots assez forts pour condamner la situation.

 

« Nous assistons à un véritable blocus, un grand embargo contre le kilomètre 5. Pour le moment, les vendeuses de légumes - qui sont des femmes chrétiennes - ne peuvent plus venir ici. Je vous dis aussi que même les banques, ici au kilomètre 5, sont fermées et les stations service également », indique encore Ali Ousmane.

 

Personne ne se risque à sortir

 

Le marché est presque vide et pour cause, les commerçantes qui apportaient les produits frais ne peuvent plus y accéder. Personne ne se risque à sortir faire ses courses.

 

« Le prix des légumes a augmenté. Voyez pour la tomate, l’aubergine, il y a eu une augmentation. Nous avons donc pas mal de problèmes pour nous approvisionner. Il y a des individus qui sont avec des armes et ils bloquent tous ceux qui veulent entrer au kilomètre 5. Et même s’il y en a qui ont la chance de rentrer, tout ce qu’ils ont acheté, en sortant, les individus armés le récupèrent. Si entre temps, une famille pouvait acheter une coco à 250 ou 500 francs, aujourd’hui cela valait quand même le double du prix », s’est, pour sa part indigné Abdoul Salam, porte-parole de l'Association des commerçants.

 

Les casques bleus, malgré des patrouilles régulières, ne parviennent pas à rassurer la population et le gouvernement, de source sécuritaire, s'avoue impuissant. Sur le chemin du retour, en repassant par le no man's land en direction du centre-ville, des hommes armés ont tiré en direction de la voiture de RFI. Des soldats, stationnés à quelques mètres, font signe d'accélérer...

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 23:38
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Un véhicule de la Minusca échappe à un braquage à Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR NERVA NGANG NDOUNGA LE 21 NOVEMBRE 2015

 

Deux incidents dont le braquage manqué d’un véhicule de la Minusca se sont produits le 19 novembre dernier à Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui. L’acte est attribué à des hommes armés non identifiés.

 

Le second incident est le meurtre d’un élément des Forces Armées Centrafricaine. Selon des témoignages recueillis sur place, cet incident malheureux serait dû à une rancune  entre le défunt et ses présumés assassins.

 

« Il était environ 20h lorsque des personnes lourdement armés, font irruption dans un bar dancing où se trouvait le défunt. Ce dernier, en se rendant aux toilettes s’est vu tiré dessus », a dit un témoin sous l’anonymat.

 

Un autre témoin a poursuivi en disant que « l’homme atteint de trois balles succombera l’ors de son évacuation à l’hôpital ».

 

S’agissant du braquage du véhicule de la Munisca, les sources contactées parlent d’ «attaque armée d’éléments non identifiés qui ont emporté l’engin ». Interrogée, la Minusca évoque une tentative qui n’a pas atteint son objectif.  « C’est une tentative de braquage échoué », a noté le porte-parole de la Minusca.

 

Ces incidents se produisent à quelques jours de la visite du Pape François en Centrafrique et des scrutins législatifs et présidentiel.

 

 

Le Ministre Saïd Paguéndji à la prison de Ngaragba pour constater l’évolution des travaux de réhabilitation

 

http://rjdh.org/ PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 21 NOVEMBRE 2015

 

Le ministre de la Justice, garde des sceaux a effectué ce samedi, une visite à la prison centrale de Ngaragba en présence de ces proches collaborateurs et des partenaires au développement. Le but étant de s’imprégner du déroulement des travaux de réhabilitation de cette maison carcérale. Les travaux ont vu le jour après les évènements du 26 et 28 septembre, occasionnant l’évasion de plus de 600 détenus.

 

Le membre du gouvernement et sa suite ont visité les quartiers et les cellules de la prison centrale de Ngaragba. Il s’est dit ravi du rythme des travaux. « Les travaux ont été effectués avec professionnalisme. Donc, je saisis cette opportunité pour jeter des fleurs aux différents entrepreneurs qui travaillent sur le site de la maison d’arrêt centrale », a martelé Dominique Saïd Panguendji.

 

Dominique Saïd Panguéndji, ministre de la Justice garde des sceaux a indiqué que « Cette visite permettra d’évaluer les travaux en cours afin de rendre opérationnelle notre maison carcérale. Nous avons enregistré dans un passé récent une évasion massive des prisonniers, au total près de 700 prisonniers. Avec l’appui des partenaires, le gouvernement a entrepris les travaux de réhabilitation».

 

Le Ministre a annoncé l’ouverture prochaine de cette prison, « Ce qui est sûr la semaine prochaine, nous allons procéder à la cérémonie d’inauguration pour permettre au Parquet de Bangui et aux magistrats de déférer les prisonniers pour qu’ils soient dans les conditions acceptables ».

 

 

Les travaux de réhabilitation de la prison centrale de Ngaragba ont été effectués par la Minusca section justice et affaires pénitentiaires de projet à impact rapide réalisé par l’ONG  ACDES-Suisse.

Un véhicule de la Minusca échappe à un braquage à Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR NERVA NGANG NDOUNGA LE 21 NOVEMBRE 2015

 

Deux incidents dont le braquage manqué d’un véhicule de la Minusca se sont produits le 19 novembre dernier à Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui. L’acte est attribué à des hommes armés non identifiés.

 

Le second incident est le meurtre d’un élément des Forces Armées Centrafricaine. Selon des témoignages recueillis sur place, cet incident malheureux serait dû à une rancune  entre le défunt et ses présumés assassins.

 

« Il était environ 20h lorsque des personnes lourdement armés, font irruption dans un bar dancing où se trouvait le défunt. Ce dernier, en se rendant aux toilettes s’est vu tiré dessus », a dit un témoin sous l’anonymat.

 

Un autre témoin a poursuivi en disant que « l’homme atteint de trois balles succombera l’ors de son évacuation à l’hôpital ».

 

S’agissant du braquage du véhicule de la Munisca, les sources contactées parlent d’ «attaque armée d’éléments non identifiés qui ont emporté l’engin ». Interrogée, la Minusca évoque une tentative qui n’a pas atteint son objectif.  « C’est une tentative de braquage échoué », a noté le porte-parole de la Minusca.

 

Ces incidents se produisent à quelques jours de la visite du Pape François en Centrafrique et des scrutins législatifs et présidentiel.

 

 

Le Ministre Saïd Paguéndji à la prison de Ngaragba pour constater l’évolution des travaux de réhabilitation

 

http://rjdh.org/ PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 21 NOVEMBRE 2015

 

Le ministre de la Justice, garde des sceaux a effectué ce samedi, une visite à la prison centrale de Ngaragba en présence de ces proches collaborateurs et des partenaires au développement. Le but étant de s’imprégner du déroulement des travaux de réhabilitation de cette maison carcérale. Les travaux ont vu le jour après les évènements du 26 et 28 septembre, occasionnant l’évasion de plus de 600 détenus.

 

Le membre du gouvernement et sa suite ont visité les quartiers et les cellules de la prison centrale de Ngaragba. Il s’est dit ravi du rythme des travaux. « Les travaux ont été effectués avec professionnalisme. Donc, je saisis cette opportunité pour jeter des fleurs aux différents entrepreneurs qui travaillent sur le site de la maison d’arrêt centrale », a martelé Dominique Saïd Panguendji.

 

Dominique Saïd Panguéndji, ministre de la Justice garde des sceaux a indiqué que « Cette visite permettra d’évaluer les travaux en cours afin de rendre opérationnelle notre maison carcérale. Nous avons enregistré dans un passé récent une évasion massive des prisonniers, au total près de 700 prisonniers. Avec l’appui des partenaires, le gouvernement a entrepris les travaux de réhabilitation».

 

Le Ministre a annoncé l’ouverture prochaine de cette prison, « Ce qui est sûr la semaine prochaine, nous allons procéder à la cérémonie d’inauguration pour permettre au Parquet de Bangui et aux magistrats de déférer les prisonniers pour qu’ils soient dans les conditions acceptables ».

 

Les travaux de réhabilitation de la prison centrale de Ngaragba ont été effectués par la Minusca section justice et affaires pénitentiaires de projet à impact rapide réalisé par l’ONG  ACDES-Suisse.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 23:15

 

 

Message de condoléances et de soutien du MLPC au Mali
Message de condoléances et de soutien du MLPC au Mali
Repost 0
Centrafrique-Presse.com