Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 14:26
Remise de véhicules de commandement aux Préfets
Remise de véhicules de commandement aux Préfets
Remise de véhicules de commandement aux Préfets

 

 

DISCOURS DE MADAME LA PRÉSIDENTE DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L’ÉTAT DE LA TRANSITION, A L’OCCASION DE LA CÉRÉMONIE OFFICIELLE DE REMISE DES VÉHICULES DE COMMANDEMENT AUX PRÉFETS.

 

- Monsieur le Premier Ministre, Chef du  Gouvernement de Transition ;


- Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;

 

- Mesdames et Messieurs les Préfets ;

 

- Distingués invités ;

 

- Mesdames et Messieurs.

 

C’est avec un réel sentiment de satisfaction que je vous ai convié ici pour procéder à la remise officielle des véhicules de commandement à tous nos Préfets.

 

- Mesdames et Messieurs les Préfets,

 

J’ai encore très bonne souvenance des doléances que vous m’aviez soumises lors de l’audience que je vous ai accordée en date du 15 Mai 2015 concernant les difficultés que vous connaissez dans l’exercice de vos fonctions, notamment les problèmes de votre mobilité, de vos résidences, de vos bureaux entre autres.


A cette occasion là, j’avais pris le ferme engagement d’y apporter dès que possible des solutions idoines.

 

Et je me réjouis de voir que certaines de mes promesses concrétisent.

 

Concernant la situation des édifices publics, des actions concrètes sont entrain d’être menées par le Gouvernement pour la réhabilitation des ces différents bâtis de l’Etat.


Dans le même sens et, en vue de renforcer les actes déjà posés en faveur de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, je prendrai des textes dans un avenir très proche pour la nomination des Secrétaires des Sous-préfectures, pour la mise en place des nouvelles délégations ainsi que la nomination des Secrétaires Généraux et Chefs de Services Financiers auprès des Communes.


- Mesdames et Messieurs les Préfets ;

 

- Chers compatriotes,

 

Par Décret N°15.380 du 26 Août an courant, j’ai rendu officiel le Découpage des Circonscriptions pour les Elections Législatives, sans préjudice des termes de l’Arrêté N°023 du 01 Août 2015, portant création des Centres conjoints de Coordination des Opérations Electorales, signé par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de Transition, dont vous et les Sous-préfets faites partie intégrante.


J’ose espérer, à ce titre que nantis de ces instruments vous êtes suffisamment outillés pour mettre à profit vos expertises dans le processus des élections auxquelles nous attachons tous un prix capital.

 

Car le plein succès de ces consultations dans l’arrière pays dépend en partie de vos implications effectives et patriotiques dans ledit processus. 

 

Enfin, et pour terminer mon discours je tiens à attirer votre attention sur le bon usage de ces véhicules qui vous sont affectés.

 

En toute conscience vous devez les entretenir en « BON PÈRE DE FAMILLE ».

 

Car vous conviendrez avec moi que c’est au prix de beaucoup de sacrifices que le Gouvernement est arrivé à acquérir ces véhicules, en dépit de la tension de trésorière de notre pays dans ce contexte combien difficile.

 

A vous tous bon retour à vos postes respectifs et transmettez à tous vos administrés mes sincères salutations.

 

Je vous remercie.

 

 

NDLR : En 2013, Michel Djotodia avait déjà fait acheter pour près de 400 millions de F CFA auprès de certains commerçants libanais de la Bangui et remis 16 véhicules Toyota 4x4 double cabine aux Préfets des 16 préfectures que compte le pays. Bon nombre étaient restés à Bangui avec ces véhicules qu'on apercevaient souvent devant les bistrots de la capitale. Qu'est il advenu de ces véhicules pour qu'on en remette encore 16 autres aujourd'hui !  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 13:29
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Une Ong débat des conditions de la réussite des élections en Centrafrique

 

http://rjdh.org/ PAR FIDÈLE NGOMBOU LE 12 SEPTEMBRE 2015

 

La sécurité, la dotation de l’ANE en moyen etc. sont les conditions proposées pour la réussite des élections en Centrafrique. C’est la conclusion d’un débat entre les membres de l’Ong Pôle des Volontaires et les journalistes hier 11 septembre 2015, dans le 2ème arrondissement à Bangui. Une activité qui s’inscrit dans le cadre de la contribution à la réussite des opérations élections dans le pays.

 

Sur le plan politique, René Sakanga Mourouba, président du Pôle des volontaires pour le développement social pense que la sécurité devrait se rétablir prioritairement dans le pays, « mais malheureusement on se rend compte aujourd’hui que toutes les recommandations formulées dans ce sens lors du forum de Bangui sont en train d’être battues en brèche par des volontés non avouées pour saper le processus de rétablissement de la paix dans le pays ».

 

Il  poursuit, « Nous appelons tous les acteurs impliqués dans ce processus à se mettre ensemble très rapidement. Et surtout le gouvernement devra appeler les différentes parties à venir discuter pour trouver des solutions au rétablissement de la paix ».

 

Au plan technique, les membres de l’Ong Pôle des Volontaires ont noté que de nombreux défis se présentent à l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Pour qu’elle soit à la hauteur, « Il faut nécessairement donner des outils au personnel de l’ANE et les former».

 

La République Centrafricaine a entamé le processus électoral depuis le 26 juin avec les opérations de recensement électoral.

 

 

Une partie de la population de 6ème arrond. protestent contre l’attaque à la grenade

 

http://rjdh.org/  PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 12 SEPTEMBRE 2015

 

La circulation a été temporairement perturbée ce matin sur l’avenue Boganda. Pour cause, les parents des victimes de l’attaque à grenades du 9 septembre dernier ont manifesté leur mécontentement à travers une marche pacifique qui a pris fin devant le siège de la Minusca. A cette occasion, un mémorandum a été remis à la Minusca.

 

Marie Annick Service, l’une des organisatrices de cette manifestation, l’objectif est de revendiquer la rétablissement de la sécurité   « qui va de mal en pire en RCA ».

 

 « Tout à commencé depuis Bambari pour venir jusqu’ici comme en 2013. Nous réclamons le rétablissement de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national », a relevé un manifestant. 

 

Un parent d’une victime a de sa part déploré les jets de grenades avant de relever que  « c’est une manière de nous confronter avec nos frères musulmans du Km 5. Mais, nous sommes conscients ».

 

Dans la soirée du mercredi 9 septembre, des hommes armés sur deux  motos ont largué des grenades au quartier Pétévo et Fatima. Deux personnes, selon la Minusca, ont trouvé la mort et plusieurs autres blessées.

 

ont Rappelons que cette manifestation, vient à la suite de la déclaration du ministre de la Sécurité publique et porte parole du gouvernement le jeudi dernier qui a condamné avec force l’acte de barbarie commis par les inconnus.

 

 

La Minusca appelle les groupes armés au respect de la « zone sans arme » à Bambari

 

http://rjdh.org/ PAR ANNETTE MAÉLAINE MALEBINGUI LE 12 SEPTEMBRE 2015

 

La Minusca met en garde les groupes armés non conventionnels qui continuent de commettre des exactions dans la ville. Elle appelle au respect de la «zone sans arme », instaurée lors de la visite de Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, dans cette ville.

 

«Toute attaque, incident armé ou tentative de déployer des éléments armés dans la zone sans arme seront considérés comme une agression envers la population civile.  Et qu’en cas du non respect de cette zone sans arme, par les groupes armés, la mission prendra des mesures adéquates », a relève la Minusca lors de la conférence de presse hebdomadaire.

 

Selon les propos des intervenants, les casques bleus feront usage de force si nécessaire, « De plus, toute personne appréhendée dans cet espace, en possession d’armes, sera arrêtée par la Minusca et ne sera plus éligible au programme Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) ».

 

La question du rétablissement de la sécurité à Bambari a été abordée par le RJDH, lors d’un entretien ce 10 septembre avec le ministre conseiller  politique de la présidence, Anicet Guiyama Massogo. Ce dernier  a noté que le gouvernement est en train de tout faire, pour ramener la paix, la sécurité, et la cohésion sociale dans les villes de la RCA en générale et la ville de Bambari en particulier

 

Des véhicules gros porteurs pillés non loin de Bouar par habitants

 

http://rjdh.org/ PAR FIRMIN YAIMA LE 12 SEPTEMBRE 2015

 

Des véhicules gros porteurs en provenance de Bouar sont pillés par des habitants de certains villages périphériques de Bouar. Le dernier cas remonte au 04 septembre où un véhicule transportant des matériels de construction a été dépouillé par des habitants alors que le chauffeur s’est arrêté suite à une panne technique.

 

Ces cas sont signalés à Tédoua, Békadili, Zawa, des villages situés sur la route de Bangui-Bouar. Selon plusieurs sources concordantes, « lorsque les véhicules tombent en panne, les habitants, munis d’armes de fabrication artisanale s’en prennent à leur contenu ».

 

Ceci fait de telle sorte qu’il est « il est difficile » selon les mêmes sources, « pour les opérateurs économiques et les conducteurs de sauver leurs marchandises lorsque les engins tombent en panne »

 

Le dernier s’est produit le vendredi 4 septembre 2015. « A 5 km de Békadili avant d’arriver à Baoro, un véhicule en provenance du Cameroun et contenant des matériels de construction a été vidé de sa cargaison. Le chauffeur s’est arrêté pour remédier à une panne technique », a raconté un témoin qui a vécu la scène.

 

Une semaine avant, « des contreplaquées, tôles, tuyaux et lavabos ont été pillés par des habitants du village Zawa. Pour ce cas, le véhicule s’est renversé ».

 

Une situation qui complique la circulation sur le tronçon Bangui-Bouar, en plus de l’insécurité toujours persistante sur le même axe.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 13:07

 

 

 

Depuis que j’ai lu la récente et non moins scandaleuse interview du Monsieur du CNT dans les colonnes de l’hebdomadaire Jeune Afrique, j’éprouve un désir irrésistible de lui lancer… pour rester poli, taisez-vous! Je ressens également le besoin de lui dire un certain nombre de vérités dérangeantes, moi qui aime pourtant me tenir à bonne distance du stérile débat politique centrafricain.  

 

Ce que j’ai retenu en substance dans cette interview à Jeune Afrique du Monsieur du CNT, celui que les mauvaises langues de Bangui appellent ironiquement « l’homme de la situation » pour se moquer de ses déclarations à l’emporte-pièce au lendemain de la démission de Michel Djotodia, c’est qu’il faille reporter les prochaines élections, c’est-à-dire proroger à nouveau le délai de la transition mais surtout changer les actuels dirigeants de l’exécutif qui conduiraient, selon lui, les affaires de l’État avec « amateurisme ». Le mot est lâché. 

 

À dire vrai, ce qui me choque n’est pas tant le propos, c’est son droit le plus stricte de raconter ce qui lui passe par la tête mais c’est la posture, l’attitude. 

 

Il y a d’abord cette posture de donneur de leçon, de celui qui n’a rien à se reprocher et qui croit être investi d’une légitimité que les autres acteurs de la transition n’auraient pas. Alors qu’il ne représente rien d’autre que sa propre poche. Le Monsieur du CNT a une fâcheuse tendance à oublier qu’il n’a reçu mandat de personne pour être à la tête du CNT si ce n’est grâce à la générosité de Michel Djotodia. Le même qu’il a fini par trahir honteusement. 

 

Il donne des leçons de professionnalisme, de désintéressement  et de patriotisme alors que lui-même n’est nullement exemplaire. C’est à croire que l’hôpital a toujours voulu se moquer de la charité et que le vice ne résiste pas à l’envie de rendre hommage à la vertu. 

 

Comment prendre au sérieux quelqu’un qui a été exclu de l’Université de Bangui pour avoir été pris en flagrant délit de tricherie et qui en est revenu, en 2014, tout président du CNT qu’il est, pour passer une maîtrise de droit dans une salle spécialement aménagée. Pas au milieu des vrais étudiants qui sentaient trop mauvais à son goût. Mais plutôt dans l’un des confortables bureaux des doyen et vice-doyen de la faculté de sciences économiques et juridiques. Comment prêter attention au propos d’un homme qui n’a trouvé rien de mieux que de diminuer son âge de 6 ans afin de se donner l’illusion d’être un jeune. Un jeune qui aurait réussi au milieu des vieux. Le même qui avait écrit au président Bozizé pour lui rappeler leur prétendu lien de parenté et s’étonner que ce dernier refuse de le nommer quelque part. Il solliciter un poste de conseiller à la présidence pour lui permettre de nourrir sa famille.  

 

Je vais maintenant dire quelque chose de très grave qui touche à l’éthique morale et au sens de responsabilité dont le Monsieur du CNT à la prétention d’avoir. Je l’engage à me démentir publiquement si ce que j’avance n’est pas exact:  

 

Si tout dans son attitude démontre un acharnement vis-à-vis de madame Samba-Panza avec, c’est parce que cette dernière n’a pas répondu favorablement à ses multiples sollicitations. Aussi aberrant que cela puisse paraître, le même Monsieur du CNT qui ne manque pas l’occasion de critiquer les actions de Catherine Samba-Panza la traitant de tous les noms d’oiseau de la Ouaka  n’a pas eu froid aux yeux pour lui demander de l’argent afin de financer la campagne des candidats de son parti aux législatives. Comme elle lui a répondu qu’elle ne disposait pas d’un trésor de guerre pour ces genres de demandes, le Monsieur du CNT veut avoir sa tête.  Ce qui explique son énergie et sa haine recuite contre elle; 

 

Il en veut également à cette pauvre dame parce qu’elle n’a pas fait le choix de reconduire un représentant de son parti dans les nombreux gouvernements Kamoun alors que ce fut le cas dans les précédentes équipes gouvernementales. Ces choses doivent être dites pour que le peuple comprenne au mieux les enjeux qui sous-tendent les prises de position des apprentis-sorciers qui se prennent pour des leaders politiques.  

 

Il y a ensuite cette détermination à vouloir coûte que coûte entrainer le pays vers une prolongation de la transition. Sachant qu’au-delà de la transition, il retournera à son insignifiante existence d’intrigant, le Monsieur du CNT s’accroche à ses avantages et privilèges de l’heure telle la sangsue sur la peau de l’hippopotame. Il est pathologiquement convaincu que les arrangements politiciens nocturnes lui permettraient de demeurer encore pour quelques temps à la tête du CNT. D’où ses manoeuvres politiciennes tendant à l’avènement d’une troisième transition dans laquelle il espèrent bien sûr jouer un rôle de premier plan. Au détriment de l’intérêt supérieur de na nation.      

 

Yasmina Perrière 

 

Tribune libre : Les incessantes et indécentes manoeuvres politiciennes du Monsieur du CNT
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 13:03
Communiqué de la Fédération MLPC du Maroc

 

 

COMMUNIQUE

 

Le Bureau de la sous fédération MLPC du Maroc invite tous les camarades, militants et sympathisants résidents à se présenter massivement à l’Ambassade de la Centrafrique auprès du Maroc pour procéder à leur enregistrement sur la liste électorale.

 

La date de démarrage des opérations d’enregistrements a été fixée à partir de ce Mardi, 15 Septembre 2015 par l’Autorité d’Ambassade des Elections du Maroc.

 

A cet effet, le changement voulu par tous nos militants et les centrafricains en général doit démarrer de prime à bord par la participation de tous lors des enrôlements qui permettront à nos compatriotes d’obtenir chacun une carte d’électeur afin d’exercer pleinement leurs droits au moment venue des élections.

 

Vive la Centrafrique !

 

Victoire camarades !

 

Pour le Bureau de la Sous fédération MLPC

 

Le Président :

 

Alfred NDILIYAM YANAMADJI

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 14:22

 

 

 

Réaction du MLPC sur la détérioration de la situation sécuritaire
Réaction du MLPC sur la détérioration de la situation sécuritaire
Réaction du MLPC sur la détérioration de la situation sécuritaire
Réaction du MLPC sur la détérioration de la situation sécuritaire
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 14:19

 

 

 

Agence France-Presse  NATIONS UNIES 11 septembre 2015 à 19h53

 

Un Casque bleu de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) est accusé d'avoir entretenu une relation sexuelle avec une jeune fille tombée enceinte, ont rapporté vendredi des responsables de l'ONU.

 

La Minusca a été accusée de 15 cas d'abus sexuels, dont neuf concernant des mineurs, l'un d'entre eux étant âgé de seulement 11 ans.

 

Les nouvelles accusations contre un Casque bleu ont fait surface mercredi et la Minusca cherche à vérifier plusieurs détails de cette affaire. La mission cherche notamment à savoir si la victime présumée était mineure.

 

«Selon les informations réunies jusqu'à maintenant, un soldat de la Minusca entretenait une relation sexuelle avec une jeune femme qui est désormais enceinte», a déclaré sous couvert d'anonymat un responsable onusien à New York.

 

«Cette attitude représenterait une violation de la politique onusienne de non-fraternisation», a-t-il ajouté.

 

Ce responsable a refusé de préciser la nationalité du Casque bleu, indiquant seulement que le pays avait été informé.

 

Les accusations d'abus sexuels par des membres de la Minusca sont «catastrophiques», a estimé le chef des missions de l'ONU de maintien de la paix, Hervé Ladsous, de retour de Centrafrique.

 

M. Ladsous a affirmé que les Nations unies avaient suspendu les paiements à 15 pays dont des soldats ont été visés par des accusations de violences sexuelles. Les soldes de Casques bleus venant de neuf pays participant à la Minusca ont cessé d'être payés, a-t-il ajouté.

 

Ces nouvelles accusations interviennent au moment où le président américain Barack Obama s'apprête à accueillir un sommet à la fin du mois destiné à renforcer le soutien des pays développés, surtout l'Europe, aux missions de maintien de la paix.

 

Fin août, une délégation de la République démocratique du Congo (RDC) s'est rendue en Centrafrique pour enquêter sur des accusations de viol portées contre trois de ses Casques bleus en Centrafrique.

 

Suite à ces scandales, le secrétaire général de l'ONU a nommé Parfait Onanga-Anyanga, un Gabonais, à la tête de sa mission en Centrafrique, après la démission de Babacar Gaye.

 

Ban Ki-moon avait qualifié ces abus de «cancer dans notre organisation».

 

D'après la règle de l'ONU, les États membres sont chargés d'enquêter et éventuellement de poursuivre les Casques bleus mis en accusation.

 

Centrafrique: nouvelles accusations contre un Casque bleu
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 01:48

 

 

 

http://www.hautanjou.com/  17h03 - 11 septembre 2015 - par G.Y

 

Le Père Thomas Isaïe séjourne chaque année en France. Il y reste trois mois, le temps de faire le point avec ceux qui l’aident à faire fonctionner une école de 120 élèves à Berbérati. Avant de repartir fin septembre dans sa paroisse de Centrafrique, il a présenté ses nouveaux projets pour 2015 à l'association segréenne “Les Amis de Berbérati”.

 

En 2015, le Père Thomas Isaïe poursuit ses objectifs de développement dans sa paroisse centrafricaine. Le pari est maintenant d’atteindre les 165 enfants scolarisés dans toutes les classes du primaire et de servir un repas par jour  à chaque enfant. La barre est haute et pour l’atteindre l’association segréenne doit augmenter ses effectifs : passer rapidement à 200 membres donateurs. « L’idée est que tout le monde  puisse verser cinq euros par mois, soit une cotisation annuelle de 60 euros. Sans cette contribution, le projet n’est pas pérenne », indique Xavier  de Ponteves, président de l'association.


Pratique : pour tous renseignements sur l'association des “Amis de Berbérati”, contacter Xavier et Isabelle de Ponteves au 0241943727, mail : isabelledeponteves52@orange.fr

Lu pour vous : SEGRÉEN : DES NOUVELLES DU PÈRE ISAÏE ET DE BERBÉRATI EN CENTRAFRIQUE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 01:35

 

 

 

11 septembre 2015 – De retour à New York après une visite de trois jours en République centrafricaine (RCA), le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a fait le point vendredi sur les allégations d'abus sexuels impliquant des Casques bleus dans le pays, tout en annonçant une série de propositions pour mettre fin à ce phénomène inacceptable à l'avenir.

 

Depuis le déploiement l'an dernier de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), 63 allégations de mauvaise conduite impliquant le personnel onusien ont été dénombrées, a déclaré M. Ladsous lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU. Sur ces 63 allégations, a-t-il ajouté, 15 ont trait à de possibles cas d'abus et d'exploitation sexuels, dont 13 d'entre eux impliquent des Casques bleus.

 

« Quinze cas, c'est définitivement 15 cas de trop, et j'ai eu une longue réunion sur la question avec le personnel en uniforme à Bangui [la capitale de la République centrafricaine] : je n'ai pas mâché mes mots », a déclaré M. Ladsous, précisant que des enquêtes sont en cours dans la plupart de ces cas.

 

Le Secrétaire général adjoint a indiqué que, suite à 9 de ces allégations, l'ONU a annoncé aux Etats membres dont les soldats de la paix concernés sont les ressortissants sa décision de suspendre les paiements aux Etats membres ; et dans un cas en particulier, a-t-il souligné, l'Organisation a ordonné le rapatriement de sept membres du personnel militaire de la Mission.

 

Suite à l'une des dernières allégations d'abus sexuels à avoir fait surface, l'ONU a convoqué l'ambassadeur du pays contributeur de troupes impliqué, la République démocratique du Congo (RDC), et a fortement insisté pour que le pays envoie en RCA une équipe d'enquêteurs congolais de façon à faire la lumière sur ces allégations, a par ailleurs déclaré M. Ladsous, précisant que la RDC a répondu favorablement à cette demande et que l'Organisation attend désormais les conclusions de l'enquête.

 

M. Ladsous a également annoncé que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se réunira avec les pays contributeurs de troupes la semaine prochaine afin de discuter des mesures à prendre en vue de lutter contre ce problème récurrent.

 

« L'une des questions à l'ordre du jour est de savoir si nous pourrions nommer les pays concernés [par les allégations]. Je ne parle pas de nommer pour humilier, car l'humiliation est quelque chose d'une autre nature, mais de nommer parce que les responsables doivent être connus », a indiqué le Secrétaire général adjoint, qui a remis à M. Ban une feuille de route contenant 40 propositions pour réduire les cas d'abus sexuels par des soldats de maintien de la paix.

 

 

Allégations de viols en Centrafrique: l'ONU autorise l'audition de la rédactrice du rapport

 

BFMTV  11/09/2015 à 16h41

 

L'ONU a autorisé l'audition de son employée qui avait rédigé un rapport sur des accusations de viols portées par des enfants centrafricains contre des militaires français, a appris vendredi de source judiciaire.

 

Les Nations unies ont accepté la "levée d'immunité juridictionnelle dont jouit la rédactrice du rapport afin qu'elle soit entendue comme témoin", a expliqué la source. Cette audition devra se dérouler en présence d'un représentant du secrétaire général, Ban Ki-moon, a-t-elle précisé.

 

Il s'agit d'une Française désormais en poste au Chili, a ajouté une source proche du dossier. Révélé au printemps par le quotidien britannique The Guardian, son rapport fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénoncent des abus sexuels commis par des militaires français de l'opération Sangaris, dans le camp de l'aéroport M'Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014.

 

Par la rédaction avec AFP

Centrafrique : l'ONU annonce des propositions pour lutter contre les abus sexuels par des Casques bleus
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 01:25

 

 

 

http://la-nouvelle-gazette.fr/  14 h 25 min, 11 septembre 2015 par Marie-Madeleine Courtial

 

Selon le dernier point de situation du ministère de la Défense, l’opération Sangaris est sur le point de se terminer« le mandat Sangaris IV est en cours d’achèvement. Il a permis d’amener le plan de campagne stratégique quasiment à son terme. » Le ministère rappelle les principaux objectifs de cette opération: faire cesser les massacres et rétablir un niveau de sécurité minimal ainsi que préparer et faciliter le déploiement de la communauté internationale, seule capable de régler la crise centrafricaine dans la durée et dans sa globalité (dimensions politique, économique et juridique).

 

La situation est désormais stabilisée même s’il y a toujours des troubles à certains endroits, selon le ministère. La Minusca est pleinement opérationnelle. Le ministère rajoute: « de leur côté, les éléments de Sangaris, qui depuis juillet 2015 sont déployés en force de réaction rapide, poursuivent leur mission d’appui aux opérations conduites par la force internationale. » Il y a toujours 900 militaires français en Centrafrique avec 120 véhicules de combat et 7 hélicoptères. La présence français risque toutefois de s’éterniser au minimum.

 

Le Haut Commissaire aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a appelé vendredi à Bangui à une approche bien plus robuste contre les groupes armés qui, dans plusieurs régions de Centrafrique, continuent de commettre de nombreux crimes en toute impunité. Les principales milices continuent de contrôler des zones entières dans les régions du centre, l’est et du nord-est. De plus, on a parlé dernièrement d’un très probable report des élections législatives et présidentielles prévues pour le 18 octobre. La situation de la Centrafrique semble donc toujours très fragile.

Lu pour vous : Centrafrique: l’opération Sangaris bientôt sur sa fin ?
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 22:38

 

 

         

APA-Kampala (Ouganda) 2015-09-11 16:33:46

 

Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) ont mis fin aux poursuites contre le commandant en second de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA), Okot Odhiambo suite à la publication d'un rapport médico-légal confirmant sa mort.


Ce rapport remis au Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, confirme qu'Odhiambo a été tué en République centrafricaine (RCA).


L'ordonnance de cessation des poursuites a été émise par le juge présidant, Cuno Tarfusser, lundi dernier.


Odhiambo devient le deuxième commandant en second de la LRA inculpé, déclaré mort par le tribunal de La Haye, après Raska Lukiwya.


Les soldats ougandais déployés en RCA ont exhumé le corps d'Odiambo en début de cette année et l'ont identifié à travers des tests ADN qui ont ensuite été transmis au Procureur Bensouda.

Le gouvernement ougandais a délivré un certificat de décès, certifiant qu'Odhiambo est décédé le 27 Octobre 2013, à 50 kilomètres du nord-est de Djemah, en République centrafricaine.


Il a été inculpé conjointement avec l'insaisissable chef de la LRA, Joseph Kony, son ancien adjoint, Vincent Otti, Raska Lukwiya et Dominic Ongwen. Alors qu'Ongwen est à la cour attendant son procès, Kony est toujours en liberté et Otti est également soupçonné d'être mort.

Le mandat d'arrêt contre Okot Odhiambo a été émis le 8 juillet 2005.


Il se serait caché soit dans les jungles reculées de la République centrafricaine, au nord-est de la République démocratique du Congo, soit au Soudan du Sud.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=833559#sthash.6IQqp9m3.dpuf

La CPI abandonne les poursuites contre le chef rebelle ougandais suite à la confirmation sa mort
Repost 1
Centrafrique-Presse.com