Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 22:11

 

 

 

APA - Brazzaville(Congo) 2015-08-15 20:31:27 - Le 55ème anniversaire de l’indépendance du Congo a été célébré ce samedi à Ouesso, ville située à environ de 950 kilomètres au nord de Brazzaville, a constaté APA.


Les festivités ont été rehaussées par la présence des présidents Téodoro Obiang Nguema Basogo, de Guinée Equatoriale, Thomas Yayi Boni du Bénin, et Mme Catherine Samba Panza de la Centrafrique.

 

Les premiers ministres du Tchad du Togo et le vice premier du Cameroun ont représenté leur chef d'Etat respectif.


Ce 55ème anniversaire a eu comme point d'orgue un défile civil et militaire, qui s'est déroulé, sous une pluie battante.


Durant un peu plus de trois heures et demie, les hôtes de Denis Sassou N'Guesso, malgré la pluie ont assisté au déroulement de ce grand défilé qui s'est déroulé en deux temps.


Le premier temps a été marqué par un défilé de toutes les unités des Forces armées congolaises (FAC) 

 

La deuxième partie de ce défilé, est celle des forces vives de la nation, notamment les partis politiques et les administrations qui ont salué l'action de la municipalisation dite « accélérée » entamée depuis 1996 et qui contribue a doter le pays des infrastructures de base telles que les routes, les hôpitaux, les bâtiments administratifs et des usines.


Le département de la Sangha quatrième zone économique du pays et deuxième pôle économique du pays après Pointe-Noire, est aujourd'hui désenclavé avec la route Brazzaville-Pointe-Noire qui permet la libre circulation des personnes et des marchandises en moins d'un jour.


Il peut maintenant jouer pleinement son rôle dans l'économie congolaise avec la relance de la culture du cacao et l'exploitation du bois. 

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=831322#sthash.fs1WF32j.dpuf

Quatre chefs d'Etat honorent le 55ème anniversaire de l'indépendance du Congo
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 21:59

 

 

 

Samedi 15 Août 2015 (AFP)

 

Le secrétaire général du parti de l'ex-président centrafricain François Bozizé, Bertin Béa, a été arrêté samedi et placé en garde à vue, alors qu'il allait prendre un vol pour Paris, a appris l'AFP de source proche du parti.

 

"Le secrétaire général du Kwa Na Kwa (KNK), Bertin Béa, a été arrêté samedi à l'aéroport Bangui M'poko alors qu'il s'apprêtait à prendre son vol à destination de Paris où il devait assister aux obsèques d'une proche.

 

Son passeport lui a été retiré", a déclaré à l'AFP un membre du KNK qui a requis l'anonymat. Selon lui, "Bertin Béa a été arrêté par la police et conduit à la section recherches et investigations (SRI, de la gendarmerie, NDLR) où il se trouve en ce moment. On ignore tout à présent du mobile de cette arrestation".

 

D'après une source au sein de la gendarmerie, "M. Bertin Béa, faisait l'objet d'une enquête ouverte par le parquet, à la suite de déclarations qualifiées d'incitation au trouble et à l'ordre public", qui auraient été prononcées en juin dernier.

 

Bertin Béa avait annoncé publiquement le 7 août la candidature de l'ex-président François Bozizé à la présidentielle d'octobre 2015, déplorant que "tout (soit) mis en oeuvre pour barrer la route au président François Bozizé".

 

Le gouvernement estime que les sanctions onusiennes à l'encontre de François Bozizé constituent un obstacle à sa candidature. Le général Bozizé avait pris le pouvoir par la force en 2003, et fut renversé 10 ans plus tard, le 24 mars 2013, par une rébellion à dominante musulmane, la Séléka, ce qui plongea le pays dans la plus grave crise de son histoire depuis son indépendance en 1960.

 

En réaction, des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka ont commis de nombreuses exactions contre les civils, ouvrant la voie à des tueries de masse entre communautés musulmane et chrétienne. Les autorités de transition, mises en place lorsque la Séléka a été chassée du pouvoir par une intervention militaire française et internationale début 2014, peinent à relever ce pays déjà meurtri par des années de troubles et rébellions. M. Bozizé, ainsi que plusieurs chefs rebelles, font l'objet de sanctions onusiennes pour leur soutien apporté aux milices anti-balaka durant les violences.

Centrafrique : arrestation du secrétaire général du parti de l'ex-président François Bozizé
Centrafrique : arrestation du secrétaire général du parti de l'ex-président François Bozizé
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 19:33
Nouvelles nationales sur RJDH et radio NDEKE LUKA

 

 

Le Centre de santé de Boguila bénéficie toujours de l’appui de MSF

 

PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 15 AOÛT 2015

 

Les Médecins Sans Frontières (MSF) réaffirment leur appui au centre de santé de Boguila. Cette réaction intervient suite à l’inquiétude de la population de cette région  sur la transformation de l’hôpital à un centre de santé.

 

Dr. Prince ALFANI, Coordinateur médical  adjoint de MSF Hollande à Boguila a  noté que son organisation continue à soutenir les activités médicales essentielles grâce à l’équipe locale et à une supervision à distance de l’équipe de détachés et d’expatriés.

 

« L’hôpital fonctionne désormais davantage comme un centre de santé. Les activités s’inscrivent sur la base des objectifs suivants : Assurer l’accès aux soins médicaux de base et aux activités de vaccination afin de réduire la mortalité dans les zones affectées par le conflit et pour les populations déplacées, garantir la prise en charge des patients atteints de VIH/sida, référer les patients vers les structures hospitalières de Paoua, Bossangoa ou Bangui si nécessaire, maintenir une surveillance du contexte humanitaire et des besoins médicaux », a dit Dr. Prince ALFANI.

 

Il a ajouté qu’au centre de santé de Boguila, MSF gère les consultations externes, la prise en charge ambulatoire des enfants souffrant de malnutrition, la maternité, la salle d’observation, la pharmacie, la prise en charge du VIH/sida et de la tuberculose, le laboratoire ainsi que les activités vaccinales.

 

Selon MSF, la première cause de morbidité et de mortalité à Boguila et dans les alentours est le paludisme avec plus de 70% de taux positifs. Chez les enfants de moins de 5 ans, le paludisme est accompagné de diarrhées et de troubles respiratoires.

 

« Le paludisme étant la principale pathologie, fournir un accès gratuit au dépistage et au traitement de cette maladie au niveau communautaire est une priorité. Une autre priorité consiste à assurer l’accès de la population aux soins hospitaliers en cas de paludisme sévère,  de pneumonie, de malnutrition sévère avec complications, d’accouchements compliqués, de chirurgie d’urgence ou d’autres complications nécessitant une prise en charge hospitalière », note MSF.

 

En avril 2014, un incident dramatique a eu lieu à l’Hôpital de Boguila causant la mort de dix-neuf Centrafricains dont trois collaborateurs MSF. Cet incident avait ralenti les opérations dans cet hôpital avant d’être transformé à un centre de santé.

 

 

Une inondation à Bangassou fait des sans abris

 

http://www.radiondekeluka.org/   samedi 15 août 2015 15:16

 

Plus de 96 ménages dans le 2ème arrondissement de Bangassou se retrouvent sans abris après la pluie qui s'est abattue dans la nuit du 12 au 13 août 2015 dans cette localité. 

Les habitants des quartiers Maliko 2, Yapélé, Kôbô et Mboutou sont plus touchés par cette situation et vivent depuis lors dans des conditions difficiles et appellent à l'aide.

Selon les informations données par le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bangassou, c'est « l'absence des canaux d'évacuation des eaux dans cet arrondissement qui est à l'origine de ces dégâts dans le 2ème arrondissement de Bangassou où plusieurs maisons sont fissurées, d'autres écroulées et des eaux stagnent à certains endroits ».


Face à cette éventualité, la population continue de se mobiliser pour creuser des canaux afin d'évacuer les eaux. De l'autre côté, les volontaires de la Croix Rouge locales recensent les victimes afin de leur venir en aide. 


Alors que la pluie fait des dégâts énormes à Bangassou, une fillette de 3 ans s'est noyée ce vendredi, 14 août 2015 dans la rivière Kadéï à Sosso-Nakombo. Une pirogue avec 8 passagers s'est renversée et la petite de 3 ans malheureusement s'est noyée et à ce jour, son corps demeure toujours introuvable. 


Le correspondant de RNL à Berbérati a recueilli des informations selon lesquelles,   la pirogue à l'origine de cette noyade « est plus petite et ne pouvait contenir autant de personnes ».

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 19:30

 

 

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

Unité – Dignité – Travail

 

*************

 

                                    

          Après plusieurs années d’instabilité politique marquée par des conflits internes répétitifs qui ont ébranlé notre cher et beau pays, la République Centrafricaine, le retour à la paix était devenu l’impérieux besoin qui à incité les parties protagonistes aidées par la communauté internationale à se retrouver en juillet 2014 à Brazzaville pour signer ce qu’il était convenu d’appeler les accords de Brazzaville. Trois phases importantes ont scellé le contenu de ces accords, à savoir :

 

  1. L’arrêt des violences assorti d’une cessation des hostilités et l’engagement des acteurs pour la construction d’un dialogue national pacifique ;

 

  1. L’organisation des consultations populaires en RCA au niveau régional et des camps de réfugiés dans les pays voisins, avec pour finalité d’en sortir les termes d’un processus de réconciliation véritable et durable qui réhabilite le citoyen centrafricain dans son réel contexte sociopolitique ;

 

  1. Enfin, l’organisation à Bangui du Forum National de réconciliation et de reconstruction nationale.

 

Le Forum National de Bangui qui s’est fondé et qui s’est nourri essentiellement des résultats des consultations populaires, a tenu à toutes ses promesses ; comme l’ont attesté l’enthousiasme du peuple et les déclarations de satisfaction de la communauté internationale, garante du processus de paix en Centrafrique.

 

En effet, les consultations populaires, véritables innovations de cette assise ont eu le mérite de redonner la parole au peuple longtemps muselé.

 

 A cet effet, il importe de mentionner que si toutes les institutions actuelles sont frappées  par le sceau de la transition ; sauf  le peuple  est le vrai dépositaire du pouvoir de délibérer avant, pendant et après la transition. Preuve de sa suprématie ainsi que de l’obligation à toutes les centrafricaines et tous les centrafricains dignes de ce nom de se soumettre à ses décisions.

 

Force est de constater que depuis quelques jours, des rumeurs folles et persistantes font état d’une préparation par un groupuscule bien identifié, «les victimes» de la maturité politique du peuple souverain, d’un certains nombre d’actes dangereux qui violent successivement les recommandations du Forum National de Bangui, la Charte Constitutionnelle, voire même les décisions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

 

Ce groupuscule aigri, assoiffé de pouvoir, ennemi de la démocratie n’a qu’un seul  et unique objectif, celui d’empêcher par tous les moyens les élections de se tenir dans les délais, ceci afin de perpétrer des actes criminels sur la paisible population.

 

Aujourd’hui, nous savons avec certitude qu’il s’agit d’une association des individus qui ne peuvent gagner les élections par les urnes, et qui sont également des chantres connus de la théorie de l’impunité qui s’agitent et manipulent désespérément.

 

 Au regard de ce qui précède, Nous Partis Politiques, réunis au sein de la Coordination des Partis et Associations Politiques sans Plate-forme :

 

  1. Demandons au Gouvernement de Transition de prendre toutes les mesures fortes qui s’imposent afin que les recommandations du Forum National de Bangui, émanation du peuple souverain s’appliquent sans délai dans toutes ses dimensions ;

 

  1. Présentons nos sincères condoléances à toute la Communauté Internationale pour leurs hommes tombés sur le champ d’honneur pour la paix dans notre pays, tout en lui demandant de tout mettre en œuvre, conformément aux termes de sa mission afin d’empêcher le plan macabre actuellement en gestation contre le peuple souverain ;

 

  1. Exhortons les forces de sécurité et de défense à intensifier les contrôle de sécurité, et au besoin neutraliser au nom de la paix ces ennemis du peuple ;

 

  1. Appelons toutes les filles et tous les fils de Centrafrique à se lever comme un seul homme afin dire oui aux élections, non à l’impunité, non à la manipulation, non à la démagogie ;

 

  1. Enfin, faisons appelle à la maturité de la classe politique afin qu’elle dénonce et se désolidarise de cette conspiration partisane sans issue.

 

Fait à Bangui, le

 

Le Coordonnateur de la CPAPS

      

 

 

       Rigobert VONDO

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 19:25

 

 

 

EN ABREGE GRAJA

 

Eu égard à la sage et ultime décision des Chefs d’Etat de la CEEAC relative au prolongement de la Transition dirigée par la Cheffe de l’Etat Catherine SAMBA-PANZA jusqu’en Décembre 2015, le Groupe de Réflexion et d’Action des Jeunes Avertis en abrégé GRAJA, salue et apprécie à sa juste valeur cette décision.

 

Le GRAJA réaffirme son indéfectible soutien au Gouvernement que dirige Monsieur Mahamat KAMOUN Premier Ministre, sous l’impulsion de Son Excellence Catherine SAMBA-PANZA, Cheffe de l’Etat de la Transition.

 

Il réitère en outre son soutien aux recommandations fortes issues du Forum de Bangui tenu en date du 04 au 11 mai 2015 portant sur :

 

 Le report des élections prévues en juillet-août 2015 ;

 La prolongation de la Transition ;

 Le maintien en fonction des principaux acteurs de la transition.

 

Par ailleurs, le Groupe de Réflexion et d’Action des Jeunes Avertis met en garde certains leaders des partis politiques en mal de popularité et tous ceux qui veulent saper les efforts déployés par les autorités actuelles de la Transition et la Communauté Internationale en vue de mener à bien tout le processus électoral et la transition à son terme.

 

Le GRAJA demande avec insistance au Gouvernement et aux forces de défense et de sécurité ainsi qu’à toutes les forces vives de la nation et la Communauté Internationale de prendre leur entière responsabilité enfin de barrer la route à tous ces fossoyeurs de la République qui veulent amener le désordre actuellement dans le pays en parlant d’une éventuelle troisième transition et de prévenir tout dérapage de nature à entacher la bonne marche du processus électorale et de succès politique et social en cours.

 

Le GRAJA dit :

 

 Oui au processus électoral;

 Non à la troisième transition ;

 Non à la déstabilisation du pays ;

 

 Oui à la nouvelle constitution. Peuple Centrafricain et jeunesse de Centrafrique, nous n’avons plus droit à l’erreur.

 

Saisissons cette dernière chance et levons nous comme un seul homme pour protéger notre patrie. Nous appelons le peuple centrafricain ainsi que toute la jeunesse à la vigilance. Il ne faut pas céder à la manipulation et aux tentatives de déstabilisation de notre pays.

 

Vive la RCA, vive la Jeunesse de Centrafrique !!!

 

Fait à Bangui le 15 août 2015

 

Pour le GRAJA

 

Le Porte Parole

 

Aubin-Didier FEÏZOU

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 00:58
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Des difficultés relevées au sein du comité de suivi du forum de Bangui

 

http://rjdh.org/  PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 14 AOÛT 2015

 

Le forum national de Bangui, tenu du 04 au 11 mai 2015, a permis à environs 800 participants de formuler des recommandations. Celles-ci, au nombre de 643, doivent être mises en œuvre par le comité de suivi, mis en place le 23 mai par décret n°16-201. Cependant, plusieurs difficultés se présentent déjà à cet organe de suivi. Au de celles-ci la disponibilité des membres du comité de suivi.

 

Ce manque de disponibilité a été manifesté lors de l’atelier d’imprégnation des recommandations du forum national de Bangui à l’intention des membres du comité de suivi, tenu du 10 au 13 août 2015, à l’hôtel J.M Résidence. «Cet atelier aurait pu être un succès si tous les membres du comité de suivi, à qui est dédié la rencontre, étaient présents », a dit Joseph Bindoumi, président du comité de suivi ce jour 10 août 2015.

 

Me Sombo Dibélé Arlette s’est interrogée sur les critères ayant sous-tendu le choix des membres du comité de suivi. «Je pense que la disponibilité est une qualité requise pour les membres du comité de suivi. Comment peut-on choisir des membres qui n’accordent pas de priorité au comité de suivi  et préfèrent donner leur temps à autre chose. Ceci m’amène à m’interroger sur les critères qui ont été à la base du choix des membres du comité de suivi », s’est-elle indignée. 

 

Cet atelier qui a connu la présence de 11 membres du comité de suivi au lieu de 25, a par ailleurs relevé d’autres problèmes que risquent de rencontrer le comité de suivi du forum de Bangui. Il s’agit du cadre juridique du comité de suivi. « Il faudrait que les amendements au décret portant création du comité de suivi puissent mettre un accent particulier sur la garantie institutionnelle et l’indépendance du comité de suivi », ont recommandé les membres du comité, participants à l’atelier.

 

Une autre inquiétude est celle du lendemain du comité de suivi. La quasi-majorité des membres du comité restent dubitatifs quant au lendemain et à l’avenir du comité de suivi. « Rien ne garantit encore la survie du comité de suivi. Le comité de pilotage est dirigé par le Premier ministre de transition et pourrait disparaître à la fin de la transition. Aussi, le pouvoir issu des prochaines élections pourra décider d’abroger le décret de la création du comité de suivi du forum national de Bangui », ont-ils fait remarquer.

 

Ces difficultés, non exhaustives risquent de porter un coup fatal à l’espoir suscité lors du forum national de Bangui. Une véritable interpellation pour les autorités actuelles et surtout pour le gouvernement de la transition qui s’est montré favorable à la mise en œuvre des recommandations du forum national de Bangui, en octroyant environ 50 millions de FCFA au comité de suivi pour son fonctionnement.

 

Le comité de suivi de Forum de Bangui est composé de 25  personnalités issues de la société civile, des pouvoirs publics, des partis politiques entre autres

 

 

Un chantier minier s’écoule et fait 4 morts à Lambi

 

http://rjdh.org/  PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 14 AOÛT 2015

 

Un Chantier minier s’est écroulé sur 10 personnes, jeudi 13 août 2015 dans la commune de Lambi, située à 185 kilomètres à la sortie nord de Bangui. Selon les informations du RJDH, quatre personnes sont mortes dans cet incident. Une autre blessée a été transférée à l’hôpital de Bossémbélé.

 

Joint ce matin par le RJDH, Avelin Pacôme Touagouna, président de la jeunesse de Lambi a relaté les circonstances de cette catastrophe. « C’est hier à 16 heures que les 10 personnes se trouvaient au chantier Zekede, situé à 7 kilomètres de Lambi. C’est suite à une pluie que la mine s’est écroulée », a-t-il fait savoir.

 

Pour lui, trois corps ont été extraits et un corps reste enfoncé sous la terre. « Il ya une blessé qui a été conduite  en urgence à Bossémbélé pour des soins », a ajouté Avelin Pacôme Touagouna.

D’après la source, ce chantier est ces derniers temps plus fructueux et attire la population même en dehors de Lambi.

 

« Nous regrettons cette catastrophe. Nous conseillons les artisans miniers à ne pas creuser pendant la saison pluvieuse mais comme il n’ya pas des projets et des travaux dans la commune pour les aider, ils sont obligés  de le faire. C’est la conséquence de la pauvreté », a déploré le Maire de Lambi, Aristide Tonzi.

 

C’est pour la première fois que ce drame se produit dans la commune de Lambi

 

 

L’Archidiocèse de Bangui vole au secours de la communauté Islamique

 

http://rjdh.org/  PAR CAROLE BYCEKOAN LE 14 AOÛT 2015

 

L’Archidiocèse de Bangui a fait ce matin, un don en vivres et non-vivres  à la communauté Islamique centrafricaine. Cette assistance fait suite à  la demande  des  déplacés musulmans.

 

 Abbe Jésus Martial  Demele revient sur l’intérêt de cette activité «  c’est suite à la demande de nos frères musulmans de Nola qui ont  éprouvé  des difficultés que l’archevêque Dieudonné   Nzapalayinga a demandé à la Caritas de voler à leur secours »

 

Ilyas Zendi, chargé de mission de la communauté Islamique a salué ce geste qu’il qualifie de réconfortant «En tant que responsable de la communauté Islamique,  nous sommes très  satisfait de cette assistance, c’est déjà une bonne démarche qui témoigne du niveau d’entente entre nous »

 

La même source a fait savoir que  leur  responsabilité est de remettre ce don aux personnes cibles. Ce dons est composé de 10 sacs de riz 70 litres d’huile, 5 cartons de savon, des couvertures  et autres.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 23:06
Centrafrique : Evasions à la prison de Ngaragba

 

         

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2015-08-14 16:54:23 Au moins 18 prisonniers se sont évadés, lundi dernier, de la prison centrale de Ngaragba à Bangui, en emportant avec eux des armes appartenant aux gardiens, a appris APA, à l'occasion de la visite effectuée, vendredi, dans cet établissement pénitentiaire par le ministre d’Etat centrafricain de la Justice, M. Aristide Sokambi.


Le ministre de la Justice s'est d'autant dit étonné par cette évasion que la prison est sérieusement protégée par les forces internationales à cause de la qualité de ses détenus qui, pour la plupart, seraient des criminels membres des groupes armés qui sévissent encore dans le pays.


M. Sokambi a indiqué sa visite avait pour but de se rendre compte des conditions de sécurité à la prison centrale de Ngaragba, qui accueille actuellement, en grand nombre, d'anciens membres des groupes armés.


"C'est aussi une visite pour demander aux militaires qui protègent cette prison d'être toujours en éveil pour éviter qu'il y ait une évasion en masse des détenus", a-t-il ajouté.


Les évadés sont des braqueurs et des coupeurs de routes, qui purgeaient leur peine à la prison centrale, où ils avaient été incarcérés, après leur interpellation par les casques bleus, pour violences contre les populations de la ville de Bambari située au centre du pays. 


Ce n'est pas la première fois que les prisonniers se font la belle à la prison centrale de Ngaragba, où les détenus s'étaient mutinés en janvier dernier pour dénoncer leurs mauvaises conditions de détention. 


En avril dernier, l'ancien ministre du Tourisme, emprisonné pour le viol d'une mineure, s'était aussi évadé de cette prison pour se réfugier en République démocratique du Congo (RDC).

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=831253#sthash.WotDpxXR.dpuf

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:20
Centrafrique: Visite du PDG du fonds saoudien

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2015-08-14 15:06:52 Le Président directeur général (PDG) du Fonds d’investissement saoudien, Hassan Mohamed Alattas, est arrivé, vendredi à Bangui, pour confirmer la reprise de la coopération entre l’Arabie Saoudite et la République centrafricaine, interrompue depuis plus de trente ans.

 

La visite à Bangui du PDG du Fonds saoudien fait suite à celle effectuée le mois dernier en Arabie Saoudite, par le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun, qui avait pour but de relancer la coopération bilatérale.


Le gouvernement centrafricain attend beaucoup de la reprise de la coopération avec l'Arabie Saoudite, notamment un appui financier pour construire les routes, les écoles (...) et relancer son administration totalement détruite par la crise militaro-politique qui a déchiré le pays.


De nouveaux diplomates centrafricains ont été nommés, il y a plus de deux semaines, pour animer la nouvelle ambassade centrafricaine en Arabie Saoudite.

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=831242#sthash.kKfdgsiW.dpuf

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:12

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 14 août 2015 13:48

 

La grève illimitée déclenchée par les transporteurs camerounais depuis le 31 juillet  2015 paralysent les activités sur la route nationale n°1 qui mènent au Cameroun. Ces transporteurs camerounais dénoncent la persistance de l'insécurité sur le corridor Bangui-Garoua-Mboulaï. 


Une situation qui a des conséquences directes sur le commerce à Bangui avec la hausse des prix de certains produits de première nécessité.  


« Si vous voyez bien, les impacts commencent déjà à se faire sentir. Observer seulement la devanture du BARC (Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain), les jeunes qui ont l'habitude de vendre des produits ici n'ont plus de quoi à mettre sur le marché, il faut que le gouvernement dialogue avec les transporteurs camerounais pour une reprise», a souhaité un jeune commerçant rencontré sur les lieux. Un autre, vendeur d'oignon renchérit « C'est très difficile pour nous en ce moment par le simple fait que les convois n'arrivent pas. Nous n'avions pas des produits à acheter afin de desservir le marché local ».


Tous se tournent vers le gouvernement centrafricain qui, disent-ils devra « tout mettre en œuvre pour trouver une solution à cette situation ».


Du côté centrafricain, le Syndicat des transporteurs centrafricains et les responsables du ministère des transports soutiennent avoir entamé des discussions avec le syndicat des transporteurs camerounais afin de décanter cette situation. 


Le 29 juillet 2015, les transporteurs camerounais avaient décidé de procéder à un blocus du corridor Douala-Bangui pour exiger du gouvernement camerounais, « des garanties de sécurité et l’activation de l’action gouvernementale, côté centrafricain, aux fins de la mise en place d’un cadre de concertation au plus haut sommet du Cameroun et de la RCA, avec l’implication de la Minusca », afin de mettre un terme aux multiples attaques rebelles sur ce corridor. 


Malgré les assurances de sécurité donnée par la Minusca qui, selon le colonel Adolphe Manirakiza, porte parole militaire de l'institution onusienne « envoie toujours une équipe de patrouille pour sécuriser l'axe... », l'insécurité attribuée aux éléments du groupe rebelle du Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) de Martin Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine sur ce corridor est toujours de mise.


Le 19 juillet dernier, le Maire, le Sous préfet ainsi qu'un pasteur de Baboua ont été enlevés par ce groupe qui est aujourd'hui en négociation avec le gouvernement centrafricain selon les informations fournies par le ministre Saïd Dominique Paguindji, de la sécurité publique et porte parole du gouvernement centrafricain.

Le tronçon Bangui-Garoua-Mboulaï de nouveau paralysé
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:04
Centrafrique : Un Gabonais à la tête de la MINUSCA

 

 

         

APA-Bangui (Centrafrique) 2015-08-14 14:39:02 Le Gabonais Parfait Onanga Anianga est devenu jeudi le nouveau chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA)en remplacement du Sénégalais, Babacar Gaye, contraint à la démission le 12 aout dernier.


Nommé à ce poste par le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, le général Onanga Aninanga, qui a déjà travaillé pour le compte de l'ONU au Burundi, aura fort à faire pour soigner l'image des casques bleus ternie par des accusations de viols sur mineurs, d'abus sexuels et de meurtres des civils.


Le nouveau chef de la MINUSCA, doit très vite s'impliquer dans le processus électoral déjà mis en chantier par son prédécesseur, afin de permettre à la République centrafricaine de retrouver l'ordre constitutionnel.


Le général Onanga doit aussi veiller à la mise en œuvre du processus Démobilisation, Désarmement et Réinsertion des hommes armés qui piétine.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=831240#sthash.GiigEoAf.dpuf

Repost 0
Centrafrique-Presse.com