Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 22:03


(Le Courrier.ch 27/05/2008)

A quoi sert la Cour pénale internationale (CPI)? La question commençait à tarauder les esprits tant les résultats étaient minces au regard des espoirs suscités par l'inauguration du tribunal en 2003. Avec l'arrestation samedi de Jean-Pierre Bemba, les juges de La Haye tiennent enfin un accusé de poids.

En 2006, ce chef de guerre converti à la démocratie avait failli parvenir à la tête de la dévastée mais scandaleusement riche République démocratique du Congo (RDC).
Il s'était ensuite exilé, non sans avoir tenté un sanglant baroud d'honneur en pleine capitale. Reste une évidence: s'il l'avait emporté dans les urnes, Jean-Pierre Bemba ne dormirait pas cette nuit derrière les barreaux.

Jusqu'à nouvel ordre, la justice internationale demeure celle des vainqueurs. Apparue sur les décombres du IIIe Reich, la qualification de crimes de guerre et contre l'humanité aurait pu s'appliquer aussi bien au bombardement sur Dresde qu'à ceux sur Hiroshima ou Nagasaki.

Préfigurant la CPI, la notion de «compétence universelle» – qui permet à n'importe quel juge d'engager des poursuites contre un tortionnaire de passage – est elle aussi à géométrie variable. On n'a jamais vu un magistrat africain tenter quoi que ce soit contre un visiteur occidental.

Depuis son entrée en fonction, le procureur général de la CPI a ouvert quatre enquêtes – sur la RDC, le Darfour, l'Ouganda et la Centrafrique – et arrêté une poignée de suspects, tous africains.

A croire qu'il n'y a de forfaits internationaux que sur le continent noir. Le pragmatique Luis Moreno-Ocampo a toujours rétorqué qu'il fallait bien commencer quelque part. A condition de ne pas s'arrêter en chemin.

Pour le reste, il faut bien admettre que les crimes de Jean-Pierre Bemba méritent incontestablement d'être poursuivis, comme tant d'autres exactions perpétrées pendant les guerres congolaises.

Pourtant, étrangement, les actes qui lui sont reprochés par la CPI n'ont pas été perpétrés en RDC mais sur le territoire de la république centrafricaine voisine. Les miliciens de Bemba y avaient prêté main forte à leur allié d'alors, violant et rançonnant sur leur passage.

La volonté de ne pas ouvrir le dossier congolais dans son entier, et le fait que l'accusé Bemba s'apprêtait à revenir au pays pour diriger l'opposition, jettent une ombre sur l'indépendance de la CPI.

Alors qu'à Kinshasa on s'interroge sur la justice de La Haye, hier, en Ethiopie, des magistrats aux ordres ont condamné à mort l'ex-dictateur Mengistu. Accusé de génocide, le «Négus rouge», aujourd'hui réfugié au Zimbabwe, avait déjà écopé de la perpétuité.

Quant au sort de Hissène Habré, il est toujours suspendu aux délibérations du Sénégal, qui a promis de juger le Tchadien sur sol africain afin d'éviter une extradition en Belgique, jugée humiliante pour l'Afrique. La CPI n'a pas grand-chose à envier à ces deux procédures judiciaires.


SIMON PETITE


© Copyright Le Courrier.ch

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 21:31

 

 

La Centrafrique mine de rien, regorge de cadres de haut niveau qui s’ignorent. Certains cadres, patriotes se dévouent corps et âme pour le bien-être du peuple centrafricain tandis que beaucoup d’autres, de parcours universitaires souvent très relatifs ne cessent de penser et de croire qu’ils ne sont nés que pour n’occuper que des hauts postes  de responsabilités, mais pas n’importe lesquels, loin de là ! Ceux que tous décrivent comme « juteux ». Cette chasse effrénée et nauséabonde aux postes de responsabilités dits juteux, amène certains à brader leur honneur et leur personnalité et compose régulièrement avec le diable. Ces cadres techniques comme politiques se mettent systématiquement du côté du plus fort pour mieux becqueter en pleine mangeoire. Ils sont malheureusement légion !

 

            Mais le cas d’espèce qui mérite qu’on en parle, et qui défraie en ce moment la chronique à Bangui, est assurément celui de Charles Massi qui vient une fois de plus, de nous offrir  la preuve irréfutable de sa volonté constante d’être présent partout et à tout prix là où il y a des grains à picorer. En goupillant dans le plus grand secret sa « désignation » comme « coordonnateur » de l’UFDR, Charles Massi a apporté de l’eau au moulin des ceux qui, toujours plus nombreux en Centrafrique, jugent sévèrement les hommes politiques centrafricains en les qualifiant sans appel de « prostitués. Et il faut croire qu’il incarne cette forme odieuse de prostitution. Suivons un peu son parcours atypique.

 

En 1993, Ange Félix Patassé, soutenu par la redoutable machine électorale qu’est le MLPC, fut élu au second tour face à Abel Nguéndé Goumba de la Coordination des Forces Démocratiques (CFD). Aussitôt l’investiture passée, débarqua précipitamment M. Massi qui, par une assiduité stoïque, assiégeait la fameuse « Résidence Adrienne » dont Patassé venait de faire son bureau provisoire en attendant que Kolingba quittât le Palais de la Renaissance. Personne ne le connaissait sauf les chasseurs de postes descendus massivement de France et d’un peu partout. On apprenait par ces derniers qu’il aurait été à la tête d’une association à Bordeaux qui aurait « soutenu » Patassé. Tout le monde savait que le scrutin de France avait été purement et simplement annulé et que le vote des centrafricains de France n’avait aucune incidence sue la victoire de Patassé. Cela n’avait en rien entamé sa détermination qui finit par payer. Il décrocha le ministère très juteux des mines, poste qu’il occupa sans discontinuer jusqu’à la 2ème mutinerie qui avait abouti à la désignation de Jean Paul Ngoupandé et la formation du gouvernement dit d’union nationale.

 

Les partis de l’opposition, tapis derrière les mutins, ravirent la plupart des postes ministériels les plus convoités dont celui des Mines qui revint au RDC. Le nouveau Premier Ministre ne voulut pas de Massi dans son équipe, mais Patassé s’imposa. Le Président de la République, très affaibli par cette dure épreuve ne disposait que de quelques Ministères considérés comme moins juteux, sauf ceux dits de « Souveraineté ». Dans le lot, il y avait un « fretin » : le ministère de la jeunesse et des sports. Patassé qui tenait à maintenir Massi au gouvernement histoire de faire comprendre à Ngoupandé qu’il était encore le Chef de l’Etat, crut devoir lui proposer le maroquin de la jeunesse et sports. Tel le héron de La Fontaine, M. Massi opposa une fin de non recevoir, estimant que s’il devait rester au gouvernement en raison de sa « compétence », il ne voyait pas pourquoi il devait quitter les mines pour un « strapontin » comme le ministère de la jeunesse et sports ! Il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce département aussi aride. Et il refusa tout net. Patassé ne pouvait que ruminer son dépit.

 

            Tout allait de pire en pire entre Patassé et  M. Ngoupandé qui se comportait de plus en plus comme un Chef d’Etat (dans son adresse à la nation le lendemain du déclanchement de la 3è mutinerie, un samedi 16 Novembre 1996, n’avait-il pas dit en direction du peuple centrafricain : « vous m’avez fait confiance », comme s’il avait été lui-même élu ?) alors que son fauteuil ne tenait qu’à la plume de Patassé. Ce qui devait arriver arriva et Patassé le débarqua sans ménagement. Une fois de plus, Patassé  demanda à M. Massi d’entrer dans le nouveau Gouvernement de défense de la Démocratie (GADD) de Michel Gbézéra Bria et lui proposa le ministère de développement rural, entendre de Agriculture et Elevage. Il  s’empressa de l’accepter. C’est tout de même un département qui a du jus ! Mais les rapports entre le Président et Massi allaient de plus en plus mal. Ce dernier rédigeait dans le plus grand secret les statuts et règlement intérieur de son association, qui ressemblaient à s’y méprendre,  à ceux d’un parti politique. Des explications lui avaient été demandées devant le Bureau Exécutif du MLPC au grand complet lors d’une séance de conciliation entre lui et M. Faustin Montsoki, député de Bouar 1. Massi se cabra et Patassé le chassa du Gouvernement.

 

En réponse au geste présidentiel, il transforma au pas de charge et dans la foulée, son association en parti politique, le forum « Démocratique »pour la « Modernité » (FODEM). Ici commença sa longue carrière de farouche opposant à Patassé, multipliant des invectives des plus sordides contre Patassé et cherchant vainement à s’imposer comme figure incontournable de l’opposition. Il oublie qu’il y avait Ngoupandé et le patriarche Nguéndé Goumba qui avaient les mêmes ambitions qui couvaient. Il soutenait en désordre les complots et autres tentatives de coups d’Etat ourdis contre le régime de Patassé qui fut, soit dit en passant, également le sien.

 

En 1999, alors qu’il était parfaitement conscient que sont poids politique sur l’échiquier politique national, quasi nul, ne lui permettait pas de briguer la magistrature suprême, il se présenta à l’élection présidentielle, non sans avoir fait du tapage. La volonté d’attirer sur lui toute l’attention était plus forte que lui. Il prit une petite gamelle qui le rendit d’avantage plus furieux. Décidé comme d’habitude à avoir la peau du « Barbu », il soutint le coup d’Etat manqué de Kolingba en 2001 et s’exila en France.

 

Le général François Bozizé entra en rébellion contre Patassé sous le prétexte de son  imminente arrestation prévue par la justice. Sa tentative échoua et installa sa base au Tchad et s’exila à son tour en France.  M. Massi sera vu aux côtés de Bozizé et serait l’un des plus actifs des putschistes qui oeuvraient dans l’ombre au renversement de Patassé. Après l’échec de la 2ème tentative de Bozizé du 25 Octobre, Patassé, trahi par ses plus proches collaborateurs politiques et militaires, fut renversé et Bozizé entra triomphalement dans Bangui avec dans son sillage, tous les activistes putschistes de France. M. Massi se trouva une fois de plus au cœur de la mêlée, occupant par-ci par-là  des postes tant dans les instances de la transition qu’au Gouvernement. Il fut par exemple vice-président du Conseil national de transition puis ensuite ministre d’Etat. Ensuite il intégra « l’Union des forces vives de la nation » et se présenta à l’élection présidentielle de 2005 contre Bozizé ? Une nouvelle gamelle électorale  et hop, il soutint Bozizé au 2ème tour, sûr qu’il était, de la « victoire » de Bozizé en plaquant les naïfs de l’UFVN ! On connaît la suite…

 

Econduit du Gouvernement par Bozizé, Massi tenta vainement de revenir à l’assemblée nationale pour y reprendre son siège alors qu’une décision imbécile empêchait, contre les dispositions constitutionnelles, les députés  devenus ministres de retrouver leur siège après avoir quitté le Gouvernement. Ce bras de fer entre lui et le fumeux président de l’Assemblée Nationale (PAN) l’Honorable Célestin Leroy Gaombalet est des plus cocasses. Massi téléphona au PAN pour lui dire qu’il viendrait quand même siéger en dépit de son refus et le PAN de lui conseiller de ne pas le contraindre à requérir à la force publique pour l’expulser de l’hémicycle. Le soutien actif qu’il avait apporté à Bozizé n’aura servi à rien, mieux, il est source d’ennui au point de lui barrer la route à son entrée au comité préparatoire du Dialogue Politique Inclusif (CPDPI). Tel Saint Dominique, il reprit son bâton de pèlerin et regagna la France.

 

Il est fort à parier que le DPI risque de se dérouler sans Massi, ce qui constituerait une « première » pour cet homme qui affectionne les projecteurs et  surtout, adore les assises de ce type. Son absence à ces assises signifierait pour lui une mort politique certaine. Donc, il faut réagir, mais comment ? C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre et replacer l’acte opportuniste qu’il vient de poser en négociant, à coup de milliers d’euros ( ?) sa « désignation » comme « coordonnateur » de l’UFDR qu’il n’avait connue qu’à travers la propagande du gouvernement auquel il appartenait. Cette manigance « massilienne », même si elle nous fait sourire, pose néanmoins le redoutable problème de cette espèce d’hommes politiques qui ne vivent que pour des postes et des rôles de premier plan. Ils peuvent ainsi vendre leur âme au diable pour être toujours aux premières loges. Pour eux, la politique, au lieu de servir la cause du peuple, n’est rien d’autre qu’un fond de commerce.

 

La prétendue « désignation » de Massi est moralement inacceptable et fort condamnable à plus d’un titre. D’abord, l’ex-Président du FODEM a été l’un des principaux artisans des crimes économiques et de sang commis par Bozizé dans les cinq (5) Préfectures du Nord-Ouest, notamment dans l’Ouham-Péndé. Il fut l’un des piliers de la rébellion la plus dévastatrice que la Centrafrique ait connue et qui eut raison du régime de Patassé. Il a servi ce régime putschiste sans désemparer jusqu’à son limogeage lors de la dernière composition du gouvernement. Après sa gamelle à l’élection présidentielle de 2005, il conclut un pacte avec Bozizé au 2ème tour pour s’assurer sa pérennisation autour de la mangeoire et son ex-Parti fait toujours partie du conglomérat des partis satellitaires qui soutiennent Bozizé.

 

Ensuite, il y a lieu de souligner que lorsque Bozizé faisait la sourde oreille aux tambourinages et autres tintamarres de M. Massi pour entrer au sein du CPDPI, celui-ci a accordé une interview au quotidien « Le Confident » du 26 Mars 2008 où il a déblatéré contre Bozizé qu’il accusait de préférer traiter qu’avec ceux qui ne connaissent que les armes comme  moyens de débat politique au détriment de ceux (comme lui) qui empruntent les voies légales et démocratiques pour leur combat politique. Si ça ne tenait qu’à lui, il serait hors de question de traiter avec la rébellion et que le DPI ne se passerait  qu’entre les partis et associations « démocratiques » !! Moins de deux mois après cette vitupération contre Bozizé et ses déclarations très « démocratiques » Massi le démocrate, singulièrement opposé à tout langage des armes, opéra brutalement une mue. Le voilà rebelle, propulsé au sommet d’une organisation qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Pourquoi ? Eh bien pour les mêmes objectifs : être toujours là, présent ! Mais mal lui en a pris. L’UFDR est dans le maquis du nord est du pays et non à Cotonou.

 

Cette OPA de Massi a de quoi choquer par son côté rocambolesque et truculent, manquant un peu d’intelligence, et surtout de quoi perpétuer l’idée, largement partagée, selon laquelle les politicien seraient des « prostitué ». M. Massi est tout de même un homme intelligent et cultivé. Il n’a pas besoin de l’UFDR pour attirer l’attention sur lui, ni pour être sûr de participer au Dialogue Politique Inclusif ; son Parti occupe une bonne place au sein du Pouvoir. A vouloir tout gagner, il a certainement tout perdu. Ce n’est la faute à personne !!

 

 

Paris le 28 mai 2008

 

 

Djim-Arem MAÏTART « La voix qui crie dans le désert »

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 21:15

   

DECLARATION N° 001 /08/UFDR/PR

 

DU BUREAU POLITIQUE DE L’U .F.D.R

Relative à sa participation au Dialogue Politique Inclusif

 

 

 

Du 24 au 25 Mai 2008 , s’est tenue à LAGOS au Nigeria, une réunion du Bureau Politique de l’UFDR, dans l’objectif de faire le point sur la situation politique nationale, définir la stratégie politique et militaire de l’Organisation au regard du raidissement de la position du Gouvernement suite à la désignation du Colonel Charles MASSI, Coordonnateur Politique et fixer les conditions à la participation de l’UFDR à la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif.

 

Les participants à ces travaux, ont tenu à rendre un vibrant hommage à Leurs Excellences, EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA, Médiateur de la Crise Centrafricaine, Président de la République Gabonaise, Thomas BONI YAYI, Président du Bénin,Médiateur es qualité choisi par les Autorités Politiques Centrafricaines, le Colonel KADHAFI,Guide de la Grande Jamahiryia, Médiateur de la Zone CEN SAD et Nicolas SARKOZY, Président de la République Française dont les contributions multiformes ont contraint le Président François BOZIZE à accepter l’organisation d’un Dialogue Politique Inclusif en vue d’un règlement pacifique de la crise centrafricaine

 

Alors que les Membres Fondateurs de l’UFDR se trouvaient dans l’impossibilité d’entrer en négociation avec le Gouvernement Centrafricain, ce dernier a signé, hâtivement, le 13 Avril 2007 à Birao, un Accord de Paix avec le Chef militaire de l’UFDR, sans la moindre garantie de bonnes fins et sans information préalable au Bureau Politique.

 

C’est pourquoi, le Bureau Politique de l’UFDR,avait dénoncé l’Accord de Paix du 13 Avril 2007, au lendemain de sa signature par son Chef d’Etat-Major, car il comportait les germes de violentes contestations futures comme ce fut le cas des anciens compagnons d’armes du Général BOZIZE, le 17 Avril 2004 à BANGUI.

 

 Malgré le chantage éhonté du Président BOZIZE ,à l’endroit de l’Etat-Major de l’UFDR,pour les amener à se désolidariser du Bureau Politique, suite à la désignation du Coordonnateur Politique, la Direction du Mouvement à qui l’écrasante majorité de la troupe est restée fidèle, réitère son rejet de l’Accord de Paix du 13 Avril 2007 et porte à l’attention de l’opinion nationale et internationale, les conditions de sa participation à la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif comme suit :

 

1-Rénégociation de l’Accord de Paix du 13 Avril 2007, sous les auspices de Son Excellence Thomas YAYI BONI, Président du Bénin,Médiateur es qualité, comme son Frère le Président François BOZIZE , le lui avait expressément demandé par lettre et qu’il avait accepté en leur temps.

 

Cette Renégociation pourrait se faire en coordination avec le Médiateur de la zone CEN SAD, le Colonel KADHAFI, Guide de la Grande Jamahiryia. Elle devra aboutir à un Accord définitif  de Cessez-le feu et prendre en compte tous les aspects financiers du cantonnement, du désarmement, de la démobilisation de la troupe et  de l’intégration des cadres et combattants dans la vie politique et les Forces de Défense et de Sécurité centrafricaine..

 

2- Négociation et signature de l’Accord Global de Paix, à Libreville ,sous les auspices du Médiateur de la Crise Centrafricaine, Son Excellence EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA.

 

L’accord Global de Paix, signé par tous les parties prenantes à la crise politique centrafricaine :Gouvernement Centrafricain, groupes armés, partis politiques et la société civile, doit fixer de manière expresse :

 

a)-les arrangements militaires, notamment,les conditions financières liées à la démobilisation, l’indemnisation des combattants, les critères détaillés et objectifs de leur intégration dans les Forces, mais aussi la réciprocité de la neutralisation des moyens de nuisance par les armes, la détribalisation des Forces de Défense et de Sécurité et la fin de la transformation de la République Centrafricaine en une garnison des Forces étrangères en soutien exclusif au régime tribaliste, corrompu et incompétent du Président BOZIZE.

 

b)-Le retour de la confiance avec :

-les reformes radicales au plan politique et économique pour mettre fin de la politique d’exclusion avec le strict respect du principe de l’impartialité de l’Etat qui bannit toute discrimination fondée sur l’appartenance régionale, ethnique ou religieuse ainsi que la mise hors d’état de nuire du monopole familial sur tous les rouages de l’Etat, les ressources financières et l’opacité de la gestion des richesses naturelles du pays.

 

3- Pour la sérénité des débats et la sécurité des participants, la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif doit se tenir à l’extérieur du pays et ses Résolutions immédiatement exécutoires.

Tenant compte du pourrissement de la situation économique et sécuritaire et la nécessité d’y apporter une solution radicale avec un Gouvernement de Consensus National et un Parlement au service du Peuple, le 15 Juin 2008 doit être considérée comme date butoir pour l’organisation de la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif.

 

Par ailleurs S’agissant du Coordonnateur Politique, le Colonel Charles MASSI, des informations en provenance de BANGUI confirme que le Président BOZIZE, a engagé contre lui une vaste campagne disproportionnée de représailles contre lui, les siens et ses biens  et indirectement contre l’UFDR .

 

Si le Bureau Politique de l’UFDR qui s’est déjà engagé dans le processus de paix avec le pouvoir a choisi de faire appel au Colonel Charles MASSI , c’est que le Président BOZIZE qui, en lui fermant les portes du Parlement et du Comité Préparatoire du Dialogue Politique, l’a privé de tous ses droits. L’UFDR, lui a fait appel dans un cadre pacifique afin qu’il l’aide à élargir sa base politique en prenant en compte les préoccupations de la Nation toute entière.

 

L’UFDR qui a gardé toute ses capacités militaires et pourrait les accroître si nécessaire, prend à témoin l’opinion Nationale et Internationale des conséquences fâcheuses des  actes du  pouvoir contre le Coordonnateur politique et dégage, par avance, sa responsabilité d’une rapide dégradation de la situation militaire sur le terrain si le Président BOZIZE et ses aventuriers devaient mettre à exécution leurs menaces contre sa personne, les proches et les biens.

 

Fort de ce qui précède,le Bureau Politique de l’UFDR en appelle à l’intervention des Médiateurs des zones CEMAC et CEN SAD,les Nations Unies, l’Union Africaine, l’Union Européenne et la France, pour qu’ils prennent toutes les mesures nécessaires à une organisation rapide du Dialogue Politique, pour le retour de la confiance, la sécurité et la stabilité politique dans la sous région d’Afrique Centrale.

 

Le Bureau Politique à mis en place une structure chargée de la Prévention des violences contre les populations civiles et de la Protection des Droits humains dans les zones sous son contrôle.

Le Bureau Politique à mis en place une structure chargée de la Prévention des violences contre les populations civiles et de la Protection des Droits humains dans les zones sous son contrôle.

Cette structure travaillera en étroite collaboration avec le Bureau des Nations Unies en Centrafrique, les organisations de défense des droits de l'Homme.

Le Bureau Politique félicite le Président de l'UFDR pour avoir rapidement mis en place un nouvel Etat-Major militaire et l'invite à monter en grade les Officiers d'Etat-Major et de la branche politique du Mouvement.

 

Fait à LAGOS le 25 mai 2008

 

Capitaine Abacar SABONE 














Colonel Charles MASSI 



Capitaine André KOGBE

Commandants Coordination Militaires

Michel Am Nondroko Djotodia – Président de l'U.F.D.R.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 02:13



 

LE MONDE | 27.05.08 | 15h21  •  Mis à jour le 27.05.08 | 15h50

 

YAOUNDÉ, DOULA, ENVOYÉ SPÉCIAL

 

Les têtes tombent au Cameroun. Chaque matin, la dizaine de journaux quotidiens du pays rivalise de titres aguicheurs pour tenir la chronique de la grande lessive anticorruption au sommet de l'Etat. Dans un pays où il est d'usage de nommer "excellence" le moindre secrétaire d'Etat et où les médias impertinents sont à la merci d'une descente de police, dénoncer le "vol" de milliards de francs CFA par d'anciens protégés du chef de l'Etat, relève désormais de l'hygiène nationale.

 

Le directeur général des chantiers navals de Douala a été, en mai, la dernière cible de cette épuration. Il a suivi en détention un ancien ministre des finances et son collègue de la Santé. Ce dernier, accusé d'avoir mis dans sa poche l'argent de l'aide internationale contre le sida a été complaisamment filmé sur la paillasse de sa cellule par la télévision d'Etat. Oubliée la présomption d'innocence : le succès d'audience est assuré.

 

Amorcée en 2006 par le président Paul Biya, l'opération baptisée "Epervier" a déjà conduit à l'incarcération de quatre ministres et trois dirigeants de sociétés publiques. En 2006, des peines de vingt et trente-cinq ans de prison ont été infligées pour "détournement de deniers publics". Le total des sommes détournées par les personnages mis en cause s'élèverait à 136 milliards de francs CFA (207,3 millions d'euros) dans un pays où la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

 

La motivation première du régime de M. Biya est de répondre aux pressions des bailleurs de fonds étrangers et des ONG qui désignent régulièrement le Cameroun comme l'un des pays les plus corrompus de la planète. La corruption, évaluée à 40 % des dépenses de l'Etat, est officiellement désignée comme la principale entrave aux investissements étrangers dans ce pays pétrolier en panne de croissance. "Chacun vit en rançonnant plus faible que lui au détriment de l'Etat, précise un haut fonctionnaire. On accepte les "cadeaux" en se disant qu'on récupère ainsi de l'argent qui vous a été volé".

 

Pourtant, "Epervier" est activé aussi en fonction du calendrier politique. Les arrestations ont repris en mars, au lendemain des émeutes de la faim violemment réprimées et de la réforme constitutionnelle qui permet au président Paul Biya de prolonger, en 2011, un bail déjà long de vingt-six ans, et renforce son immunité.

 

Les opposants voient ainsi dans le grand déballage financier une soupape propre à apaiser la colère de la population. "Epervier" servirait aussi de leurre pour masquer les manoeuvres d'un chef de l'Etat prétendant à l'inamovibilité. "Un théâtre d'ombres nécessaire à la survie du régime", diagnostique le député d'opposition Jean-Jacques Ekindi. Le "grand oiseau justicier" viserait en priorité les jeunes ambitieux du sérail qui préparaient ostensiblement la succession du chef, âgé de 75 ans.

 

Scandale de tous les scandales, le coûteux contrat de location d'un antique Boeing 767 pour servir d'avion présidentiel, négocié par des pontes du régime sous couvert d'une société enregistrée aux îles Caïman, a de quoi nourrir la paranoïa du chef de l'Etat. L'Albatros - nom de l'appareil - a failli coûter la vie à M. Biya et à sa famille, en 2004, lors d'un vol vers Paris, suite à une panne du train d'atterrissage.

 

Aux sceptiques, le président Biya a répondu qu'"Epervier" "n'est pas de la poudre aux yeux". Mais les limites sont patentes. "Si le président était animé par une véritable volonté de transparence, il commencerait par appliquer le texte obligeant les dirigeants à rendre publics leurs revenus. Et se l'appliquerait à lui même", observe Jean-Bosco Talla, directeur du quotidien Germinal.

 

Or les confiscations de biens ordonnées par la justice n'ont été exécutées que marginalement et aucune recherche internationale des sommes évadées n'a été entreprise.

D'autres observateurs s'inquiètent d'un possible emballement du jeu de massacre en cours. En discréditant les responsables politiques, il pourrait se révéler dangereux pour un système où "chacun détient un dossier pourri sur son voisin". Totalement imprévisible, jouant de ses insondables silences, le président Biya - "le sphinx" pour les Camerounais -, est seul à maîtriser les envols ravageurs de "l'Epervier".

 

Philippe Bernard

Article paru dans l'édition du 28.05.08

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 02:01

Les Centrafricains piaffent d’impatience pour la tenue du dialogue national inclusif dont ils finissent bien par s’interroger sur la réelle volonté politique de Bozizé de le voir se tenir tant il a déjà pris du retard sur le chronogramme depuis son retour de Libreville en Avril dernier. Pendant ce temps, un débat agite le landerneau banguissois, en particulier les milieux du barreau national et des juristes. C’est celui autour de la procédure de destitution du président Bozizé qu’un avocat de la place et non des moindres, un des ténors du barreau national Me Assingambi Zarambaud, a engagée auprès de la cour constitutionnelle.

La requête devant la cour constitutionnelle concerne la violation par Bozizé des dispositions de l’article 23  qui dit ceci : « La fonction de Président de la République est incompatible avec l’exercice de toute autre fonction politique, de tout autre mandat électif, de toute activité lucrative, sous peine de destitution. »

Or outre ses fonctions de président de la République, Bozizé est également ministre de la Défense nationale, des Anciens combattants, des Victimes de guerre, du Désarmement et de la Restructuration de l'Armée. Le quotidien Le Citoyen qui a relayé l’information a vu son directeur de publication Maka Gbossokotto convoqué pour être entendu pendant quatre d’horloge lundi dernier par le procureur de la République, le tristement célèbre Firmin Feindiro. Le lendemain mardi 27 mai, c’était également au tour de Me Zarambaud lui-même de répondre à la convocation du parquet mais il était ressorti libre.

Dans cette affaire prise au sérieux par Bozizé, la question de la compétence de la cour constitutionnelle se pose. Certains de ses membres croient qu’elle est en effet compétente pour statuer sur cette requête de Me Zarambaud mais certains juristes avisés considèrent qu’elle ne l’est pas car il y aurait de graves lacunes dans la constitution s’agissant de la procédure de destitution en tant que telle. Bozizé a commis pour sa défense un jeune avocat centrafricain du barreau de Paris Me Jean Chrysostome Sando Wang You  et l’avocat de Me Zarambaud serait Me Nicolas Tiangaye, ancien bâtonnier et ténor du barreau centrafricain également.  

En perspective, une bagarre de juristes et de spécialistes de droit constitutionnel sur fond de règlement de compte politique. Cette situation présente malheureusement le grave inconvénient de détourner l’attention de l’opinion sur la nécessité de la tenue du dialogue national inclusif, ce qui ne peut arranger que les affaires de Bozizé.

Entre temps, Bozizé s’est envolé dimanche dernier de Bangui pour aller passer quelques jours au Japon à Yokohama où il devrait prendre part à la quatrième conférence internationale de Tokyo sur le développement africain (TICAD). Pourra-t-il se faire aisément pardonner par les nippons la mise à sac de l’entreprise Kajima par sa rébellion en 2002 – 2003 ? On peut en douter.  

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 23:52



 

Source: Humanitarian and Development Partnership Team - Central African Republic (HDPT CAR)

Date: 26 May 2008


Points saillants

- Jean-Pierre Bemba arrêté par la Cour Pénale Internationale

- Mia Farrow trouve un peuple envahi par la peur dans le nord de la RCA

- Soutien à l’agriculture dans l’extrême ouest par Première Urgence

- Mission imminente de la Représentante Spéciale des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés en

RCA Contexte et sécurité

 

Jean-Pierre Bemba arrêté par la CPI

 

Jean-Pierre Bemba, accusé de crime contre l’humanité et de crime de guerre, a été arrêté à Bruxelles en Belgique le 24 mai sur demande de la Cour Pénale Internationale (CPI). Les charges contre lui sont liées aux exactions, et particulièrement aux violences sexuelles, commises à Bangui et dans d’autres localités en 2002 et 2003 par les troupes du Mouvement de Libération du Congo (MLC), qu’il dirigeait. Le MLC a secouru le régime menacé de Patassé.

 

Actualités

 

Mia Farrow trouve un peuple en détresse

 

Un an après sa première visite, l’actrice américaine Mia Farrow, ambassadrice de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), est revenue en République Centrafricaine du 15 au 22 mai. Accompagnée d’Esther Guluma, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’ouest, qui était également avec elle lors de son premier passage en RCA, les deux dames sont venues évaluer la mise en œuvre de projets initiés en février 2007.

 

Cette année, Nurit Galron, une star de la chanson israélienne, et Meira Aboulafia du Forum israélien pour l’aide internationale humanitaire ont agrandi la délégation. L’ambassadrice et son équipe ont pu s’enquérir de la situation humanitaire dans le pays grâce à des visites sur le terrain, des rencontres avec les membres du gouvernement et des discussions approfondies avec les ONG et les agences des Nations Unies. L’équipe de l’UNICEF s’est rendue dans les villes de Bossangoa, Paoua, Kaga- Bandoro, Kabo et Sam Ouandja où elle a rencontré des populations déplacées et réfugiées ainsi que des personnes victimes de violences.

 

Lors de son dernier passage dans cette partie du pays, l’actrice n’avait émis aucun doute sur l’existence d’une crise humanitaire en RCA. Un an plus tard, elle est toujours du même avis. Face à la presse nationale, le 22 mai, Mia Farrow s’est dite choquée et préoccupée par ce qu’elle a pu observer dans le nord du pays.

 

Elle a loué l’assistance apportée par les acteurs humanitaires aux personnes affectées mais regrette la recrudescence de la violence dans le nord-ouest qui a occasionné le déplacement de milliers de personnes qui vivent dans des conditions extrêmement pénibles. Elle a ainsi expliqué que la plupart des personnes rencontrées étaient habitées d’une frayeur constante, majoritairement provoquée par les bandits communément appelés ‘‘coupeurs de route’’ qui pillent, brûlent des villages et enlèvent des personnes contre rançon. A cela s’ajoute les violences sexuelles perpétrées à l’encontre des femmes et des fillettes. Mia Farrow a fait état de plus de 1.000 victimes de viols assistées sur l’axe Kaga-Bandoro et Kabo, une des victimes étant une fillette de 4 ans.

 

« J’ai demandé à une femme déplacée si elle pensait retrouver une vie meilleure un jour. Elle m’a dit qu’elle ne voyait aucun espoir pour le futur. Je trouve ça horrible…en même temps malgré cette souffrance, il y a une lueur d’espoir quand on voit les maîtres-parents déterminés à enseigner des enfants dans des écoles de brousse,» a commenté l’ambassadrice de l’UNICEF. Après avoir mentionné certains centres de santé visités à Bossangoa totalement dépourvus de médicaments et de matériels, elle a lancé un appel au Chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé.

 

«L’année dernière quand j’ai rencontré le Chef de l’Etat, il m’avait nommée Porte-parole de tous les centrafricains qui souffrent. Alors en leur nom, je lui demande de consacrer 15% du budget de l’Etat à la santé et à l’éducation,» a-t-elle déclaré. Esther Guluma a évoqué les mêmes préoccupations que Mia Farrow, déplorant la crise humanitaire qui persiste dans le nord. «La crise dans ce pays est complexe à cause de la diversité des sources qui sont entre autres la pauvreté, les attaques des coupeurs de route sur la population et le viol des femmes,» a-t-elle dit.

 

La directrice régionale a affirmé que les ressources mobilisées pour soulager les populations l'an dernier ont été trois fois plus importantes que les trois dernières années confondues. Le plaidoyer réalisé par Mia Farrow en 2007 au cours de nombreuses conférences de presse et de rencontres au plus haut niveau a contribué à ce résultat. Grace à ces fonds, l’UNICEF a lancé de nombreux programmes dans le pays et a ouvert deux sous-bureaux à l’intérieur du pays.

La chanteuse israélienne, Nurit Galron, qui effectuait son premier voyage en Afrique s’est dite bouleversée par ce qu’elle a observé sur le terrain. Elle a par conséquent pris contact avec le ministère des affaires étrangères israélien qui pourrait s’engager aux cotés de la RCA.

Pour en savoir plus: aboher@unicef.org

 

Soutien à l’agriculture dans l’extrême ouest

 

Première Urgence a démarré ses activités agricoles d’urgence dans l’Ouham Pendé, de Bongaro en passant par Paoua jusqu’à Pougol dans l’extrême ouest du pays. Des 30 hectares de terres à réhabiliter dites ‘bas fond’ à cause de leur inondation en saison de pluie, 12 ont déjà été achevés. Cinq kilos de semences de riz seront distribués dans les prochains jours à chacun des 300 ménages qui bénéficieront de la remise en culture des bas-fonds. Ces familles recevront aussi des rations de protection de semences pour 45 jours. En vu de redynamiser l’économie locale et les flux commerciaux à travers la méthode de ‘‘Haute Intensité de Main d’œuvre’’, le projet de réhabilitation mobilisera 825 travailleurs pour 30 jours en appliquant l'approche 'Argent pour travail'. Quelques 160 travailleurs en bénéficient actuellement.

 

Une enquête de base en cours sur le même axe a permis d’identifier 6.000 ménages vulnérables. Il s’agit souvent des familles de déplacés internes ou de retournés, ayant fuit leur village souvent brulés. Leurs terrains ont été laissés à l’abandon, leurs outils sont endommagés, et les intrants leur manquent. Ces ménages recevront un don d’outils agricoles et de semences vivrières et commerciales ainsi que 45 jours de rations de protection. Ces projets agricoles sont financés par le Service d’Aide Humanitaire de la Commission Européenne (ECHO) ; les rations de protection sont un don de l’Ambassade de France en RCA.

 

Avec le soutien de l’UNICEF, Première Urgence a aussi réhabilité le centre de santé de Paoua, le dotant de salles adéquates, d’eau et d’équipements. La remise en condition du centre de santé de Pendé est planifiée pour les prochains mois.

Pour en savoir plus : pu.cdm.rca@gmail.com

Coordination

 

Enfants et conflits armés

 

Mme Radhika Coomaraswamy, Représentante Spéciale des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, se rendra en RCA du 27 au 31 mai. L’objectif de la mission est d’évaluer la situation des enfants sur le terrain, en vue de collaborer avec tous les intervenants pour assurer une plus grande protection des enfants. Mme Coomaraswamy portera une attention particulière sur le recrutement d’enfants par les forces et groupes armés.

 

Pour toutes informations, veuillez contacter:

 

UN OCHA RCA

Nancy Snauwaert snauwaert@un.org |+236 75 54 22 78

Gisèle Willybiro willybiro@un.org |+236 75 54 90 31

 
Find more information on http://www.hdptcar.net/blog/

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Société
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 23:39

 



JEAN-PIERRE BORLOO  (Le Soir 27/05/2008) La défense de Jean-Pierre Bemba demandera sa mise en liberté, dès ce mercredi, à Bruxelles.

 
Jean-Pierre Bemba a ses attaches familiales en Belgique, il est donc légitime qu'il y vienne régulièrement. » Et son avocat, Me Pierre Legros, d'ajouter : « Il y restera, à la disposition de la Cour pénale internationale (CPI), si la chambre du conseil de Bruxelles le libère mercredi. » Arrêté ce week-end à Bruxelles sous le coup d'un mandat de la CPI, Jean-Pierre Bemba, ancien rebelle du Mouvement de libération du Congo (MLC), devra comparaître mercredi devant la chambre du conseil. Celle-ci aura pour tâche de vérifier l'identité de l'intéressé, la régularité de la procédure d'arrestation et le respect des droits de la défense. Il y sera entendu, ainsi que son avocat, mais uniquement sur l'arrestation provisoire. Pas question d'aborder le fond de l'affaire ici en Belgique.


Envie de s'expliquer


L'homme est poursuivi pour des crimes contre l'humanité et crimes de guerre, dans le cadre de l'enquête sur des exactions commises à grande échelle en Centrafrique. Dans les trois mois, la CPI devra transmettre de nouvelles pièces à la Belgique en vue de confirmer cette arrestation et surtout d'organiser la remise expresse de Jean-Pierre Bemba à la Cour pour y être jugé.

« Mon client ne demande pas mieux que de pouvoir s'expliquer sur les faits qu'on lui reproche. Il aurait aimé être invité à livrer sa version sereinement à la CPI, insiste Me Legros. Il a d'ailleurs produit des documents à l'ONU et à la FIDH (Fédération internationale des droits de l'homme) sur les faits de Centrafrique. Lui, ne s'est pas rendu sur place et il n'a pas demandé à ses hommes de se comporter d'une manière violente. D'ailleurs, quand il a appris les exactions, il a fait dresser un conseil de guerre en campagne pour juger les débordements de certains de ses hommes. »


Avant de pouvoir plaider le fond de l'affaire, Me Legros tentera de faire libérer son client dès ce mercredi. « La chambre du conseil devra voir s'il y a des garanties suffisantes pour que Jean-Pierre Bemba se maintienne à la disposition de la justice internationale, ce que je crois. Il se présentera aux convocations, il ne risque pas de faire disparaître des éléments de preuve, ni d'influencer des témoins, et devrait pouvoir payer une caution… Il n'y a donc pas de raisons de le garder en détention préventive. »


La chambre du conseil statuera, comme pour tout autre mandat belge. Pour le reste, aucune autre disposition judiciaire ne pourrait entraver la libre circulation de Bemba sur le sol belge. S'il est vrai qu'il avait été condamné par défaut en 2003, il est également notoire qu'il avait fait opposition à cette condamnation. Et en 2004, le tribunal a estimé qu'il bénéficiait d'une immunité diplomatique, en tant que vice-président de la République démocratique du Congo. Ce qui le dégageait de toutes poursuites.


Le parquet fédéral avait aussi entamé une procédure contre lui et contre l'ex-président Patassé de Centrafrique, sur la base de la loi de compétence universelle. Mais lors de la modification de la loi, la Cour de cassation a dessaisi les juridictions de notre pays de ce cas. Qui a alors été pris en main pas la Cour pénale qui passe maintenant à l'action… via la Belgique.



RDCongo: un millier de militants réclament la libération de Jean-Pierre Bemba

 




KINSHASA (AFP) - mardi 27 mai 2008 - 23h58
- Un millier de militants du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba ont manifesté mardi à Kinshasa pour exiger la libération de l'ex-vice-président de la République démocratique du Congo (RDC).

Les manifestants, encadrés par un imposant dispositif policier, ont marché du siège de la fédération du MLC de Kinshasa jusqu'au Parlement, distant de quelques centaines de mètres, scandant: "Libérez Bemba!".

 

Jean-Pierre Bemba a été arrêté samedi à Bruxelles sur mandat de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, dont des viols et actes de tortures, commis par ses hommes en Centrafrique en 2002 et 2003. Brandissant des drapeaux du MLC, vêtus pour certains de T-Shirts à l'effigie de Jean-Pierre Bemba, les jeunes manifestants ont dénoncé la politisation de la CPI, qu'ils accusent de faire le jeu du pouvoir en privant la RDC d'un chef d'opposition.

 

"Le Congo a besoin de Bemba. Il est président d'un grand parti. Si la CPI estime qu'il a des explications à fournir concernant les faits qui se sont produits en Centrafrique, elle n'a qu'à lui envoyer une invitation. Il s'y présentera", a déclaré à la presse François Muamba, secrétaire général du MLC, qui se tenait en tête de la marche.

 

Des cadres du MLC ont été reçus par les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale, auxquels ils ont demandé d'"user de tous les pouvoirs en leur possession" pour obtenir la libération du sénateur Bemba, originaire de la province de l'Equateur (nord-ouest).

La manifestation s'est dispersée dans le calme en début d'après-midi.

 

Le MLC a appelé ses partisans à rester mobilisés en prévision notamment d'une grande marche envisagée samedi à travers Kinshasa. A Gemena, une des villes de l'Equateur, plusieurs centaines de militants du MLC sont descendus dans la rue mardi pour exiger la libération "sans condition" de leur leader et dénoncer une "main invisible du pouvoir de Kinshasa". Toutes les activités - écoles, marché, boutiques - ont été paralysées dans cette bourgade d'environ 50.000 habitants.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 23:25

 



Source:
Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict


OSRSG/080524

 

New York/N’djamena, 26 mai 2008 - Mme. Radhika Coomaraswamy, Représentante spéciale des Nations unies pour les enfants dans les conflits armés se rendra au Tchad et en République Centrafricaine du 26 au 31 mai 2008. L’objectif de la mission est d’évaluer la situation des enfants sur le terrain, en vue de collaborer avec tous les intervenants pour assurer une plus grande protection des enfants. Mme. Coomaraswamy portera une attention particulière sur le recrutement d’enfants par les forces et groupes armés.

 

Pendant sa mission, la Représentante spéciale focalisera sur des enjeux critiques, tels que le recrutement transfrontalier d’enfants, la sécurité du personnel et des biens humanitaires, ainsi que la sûreté des camps de réfugiés et de personnes déplacées. Elle soulèvera également la question de la recrudescence des viols et autres formes de graves violences sexuelles, ainsi que de la culture d’impunité qui prévaut dans la région. Elle se dit aussi très préoccupée par la dimension régionale du conflit et par la violence qui se propage entre le Soudan, le Tchad et la République Centrafricaine, et crée un climat d’instabilité qui rend les enfants encore plus vulnérables.

 

La Représentante spéciale des Nations Unies espère entamer un dialogue constructif avec les interlocuteurs clés, dont des officiels des deux gouvernements et les équipes pays des Nations Unies au Tchad et en République Centrafricaine. Elle rencontrera également des membres de la société civile, des ONGs et des enfants affectés par le conflit, afin de mieux répondre aux violations graves des droits de l’enfant et d’identifier les mesures spécifiques à mettre en place.

 

Cette visite régionale se fera dans le cadre de la Résolution 1612 (2005) du Conseil de sécurité sur les enfants dans les conflits armés, et en collaboration avec la MINURCAT, le BONUCA, OCHA and UNICEF.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

 

Tonderai Chikuhwa ou Rosalie Azar, Bureau de la Représentante spéciale sur les enfants dans les conflits armés – chikuhwa@un.org or azarr@un.org - +1 347-967- 8606 (en mission avec la RSSG) Luca Solimeo, Bureau de la Représentante spéciale sur les enfants dans les conflits armés - solimeo@un.org - +1 917-367-3563 (New York)

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 15:28



 

Dans une course contre la montre avant le début de la saison des pluies à la mi-juin, l’UNHCR a entamé vendredi le transfert de 9 526 réfugiés récemment arrivés de République centrafricaine vers le nouveau camp de Moula, situé au sud du Tchad. Les réfugiés centrafricains ont été transférés depuis un centre de transit, situé à 25 kilomètres environ de la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine, vers le camp de Moula, à environ 150 kilomètres de la frontière. Depuis vendredi, 1 662 réfugiés ont déjà été transférés dans deux convois. Nous espérons qu’un convoi de 15 camions pourra partir tous les deux jours, avant que les routes ne deviennent impraticables.

 

La dernière vague de réfugiés centrafricains est arrivée au sud du Tchad entre janvier et mars cette année à la suite des violences survenues au nord de la République centrafricaine. Bon nombre d’entre eux ont rapporté que leurs villages avaient été brûlés et pillés, et que des personnes avaient été tuées. De plus petits groupes de réfugiés ont continué à traverser la frontière.

 

Au départ, l’UNHCR avait projeté de transférer le groupe vers l’un de nos trois camps de réfugiés près de Goré, notre base au sud du Tchad.

Mais le tout dernier groupe a refusé de s’y rendre, prétextant des tensions interethniques. Cela nous a incités à construire un nouveau camp à 50 kilomètres au sud de Danamadji, notre bureau au sud-est du Tchad.

 

Les réfugiés, des paysans pour la plupart, ont été heureux d’avoir été transférés vers le camp de Moula, mieux équipé. Un terrain de quelque 2,5 hectares sera accordé à chaque famille, et la FAO distribuera plus tard au cours de l’année des semences et des outils, alors que le PAM distribuera chaque mois des rations alimentaires. Les réfugiés sont actuellement hébergés dans des tentes familiales, mais ils commenceront bientôt à construire leurs propres habitations.

 

L’UNHCR gère maintenant cinq camps de réfugiés au sud du Tchad abritant plus de 56 000 réfugiés originaires du nord de la République centrafricaine. Nous gérons également 12 camps à l’est du Tchad, pour 250 000 réfugiés venant de la région soudanaise du Darfour.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Société
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 23:48



 

APA Bangui 2008-05-26 (Centrafrique) La Cour pénale internationale (CPI) poursuit ses enquêtes sur les crimes contre l’humanité commis sur le territoire de la République centrafricaine pendant la période allant du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003, a appris APA lundi à Bangui.

 

C’est à la suite de ces investigations que la CPI a délivré, le 23 mai, un mandat d’arrêt sous scellés contre le leader du mouvement de libération du Congo (MLC), Jean Bemba, accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre commis en République centrafricaine.

 

Bemba, ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), aujourd’hui âgé de 45 ans, a été arrêté dans une banlieue de Bruxelles, en Belgique, pour répondre devant la CPI de quatre chefs de crimes de guerre et de deux chefs de crimes contre l’humanité commis sur le territoire centrafricain pendant la période allant du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003.

 

Au cours d’une conférence de presse, dimanche, l’analyste du bureau du procureur de la CPI à Bangui, M. Emeric Rogier, a indiqué que les hautes personnalités impliquées à différents niveaux de responsabilité au sein du dispositif du commandement à l’époque des faits feront l’objet d’un mandat d’arrêt.

 

S’agissant des crimes présumés commis en 2005 dans le nord-ouest de la Centrafrique, M. Rogier a indiqué que «nous analysons la situation, mais nous ne sommes pas dans une phase d’enquête».

Il demandé pourquoi «ces crimes présumés ne font pas l’objet des procédures au niveau national ?». La CPI fonctionne selon le principe de complémentarité, a-t-il expliqué.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation