Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 00:59

 

 

180810logordc.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 18 Août 2010 14:43

« La décision de la jeunesse du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC), de rallier le parti au pouvoir « Kwa Na Kwa » et soutenir la candidature de François BOZIZE aux élections de janvier 2011 n’engage pas le bureau politique ni le comité directeur ».

 

Ces propos diffusés sur les ondes de Radio Ndeke Luka, ce mercredi 18 août 2010, émanent de Louis Pierre GAMBA, président du bureau politique de transition du RDC, suite à une rentrée politique tenue le week-end dernier par la Jeunesse de ce parti à ce sujet.

Louis Pierre. Gamba précise qu’il a bien été  informé de la tenue de ladite rentrée politique. Seulement, ajoute-il, le président de la Jeunesse David GBETI n’a pas respecté les règles établies.

Et par conséquent, conclut l’actuel leader du RDC, David Gbéti  est seul engagé dans cette décision.

Rappelons que le samedi 14 Août 2010, David GBETI avait précisé dans son discours que l’objectif de la rentrée politique a été de « rassembler les militants et militantes du RDC pour préparer les élections de 2011 ». Pour lui, il est tard pour le Parti de présenter un candidat à la présidentielle en Centrafrique.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 00:49

 

 

UNHCR-logo.jpg

 

Ai-Rca Mercredi, 18 Août 2010 17:24 - Dans un communiqué de presse parvenu ce jour au desk central de l’Agence Ai, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a annoncé le transfert des réfugiés congolais de Mongoumba à Batalimo.

Selon, le communiqué, depuis le 16 août dernier, le gouvernement centrafricain et l’UNHCR procèdent à la relocalisation des 18 000 réfugiés congolais de Mongoumba vers le nouveau site de Batalimo.

«Situé a environ 35 Km de la frontière, le nouveau site de Batalimo qui a une capacité d’accueil de 20 000 personnes se rapprochent des standards de l’UNHCR en matière d’installation des camps» a justifié Aminata Gueye, représentante de l’UNHCR en République centrafricaine, renchérissant que «cela permettra à notre agence et ses partenaires de fournir plus facilement les services de santé, d’eau potable, d’infrastructures sanitaires et la sécurité dont ont besoin ces réfugiés».

Selon ce même communiqué, la représentante de l’UNHCR en RCA s’est dit satisfaite de la meilleure collaboration qui existe entre son organisation et le gouvernement centrafricain tant au niveau central que local. «Les autorités centrafricaines à tous les niveaux ainsi que les chefs traditionnels des communautés environnantes ont tous donné leur accord pour l’installation des réfugiés sur ce site. Le soutien de ces autorités permet à notre agence et à ses partenaires de mener à bien leurs activités en faveur des réfugiés» a-t-elle déclaré.

Enfin, le communiqué souligne que, les réfugiés sont installés sur le nouveau site par la Croix Rouge Centrafricaine dans leurs abris temporaires et Merlin, une Ong médiale en charge de la santé qui effectue un check-up médical avant tout le départ des convois

Il convient de préciser que, c’est depuis le dernier trimestre de 2009 que ces 18 000 réfugiés Congolais ont fui la violence dans la Province de l’Equateur en RD Congo pour trouver refuge à Mongoumba dans la Lobaye

Ai- Douala

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 00:43

 

 

zarguinas.jpg

 

 

 

Ai- Rca- Mercredi, 18 Août 2010 15:45 - Dans un communiqué de presse signé le 17 août de son Président Maka Gbossokotto et parvenu au desk central de l’agence Ai, l’Union des Journalistes de Centrafrique (UJCA), fait état de l’agression de Virginie Makounzi, camerawomen exerçant à la Télévision centrafricaine (TVCA).

C'était dans la nuit du 15 au 16 août dans le quartier Ngongono 7 dans le 8è arrondissement.

Le communiqué précise que, Mme Makonzi a été agressée par un groupe d’hommes enturbannés et habillés en tenue des Forces Armées Centrafricaine (FACA) de son retour d’une mission à Bossangoa où elle accompagnait le Ministre de l’Education Nationale Ambroise Zawa, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de la République Centrafricaine.

Selon le document, , cet acte crapuleux s’est produit aux environ de 1H du matin et ceci devant son beau père, ses enfants, tout juste au moment où le véhicule qui la ramenait a rebroussé chemin pour aller déposer les autres passagers.

Le communiqué poursuit qu’ils ont été surpris par des détonations nourries d’armes légères suivies de sommation intimant l’ordre de se coucher, face contre terre. S’en est suivi des fouilles corporelles. Le sac, la valise, le téléphone portable, la camera et les cassettes ainsi que les provisions de Mme Makounzi ont été confisqués et emportés par les assaillants.

Fort de ce qui précède indique le communiqué, l’UJCA constate avec tristesse que le métier du journaliste n’est pas du tout respecté en Centrafrique. La puissance publique qui a pour rôle de protéger le journaliste et de lui porter assistance dans l’exercice de sa profession a dans le cas d’espèce foulé aux pieds ce principe cher à tout Etat de droit.

L’UJCA exige une enquête immédiate, sérieuse et impartiale et condamne avec la dernière énergie cette agression ignoble et traitement inhumain infligé à Mme Makounzi avant de lancer un appel à tous les journalistes que ce soit du privé ou du public de s’unir pour barrer la route à ces actes d’intimidation dirigé contre les journalistes.

Ai Doual

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 00:40



André Kolingba à l'investiture de Bozizé 11 juin 2005

RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE CENTRAFRICAIN

*****

BUREAU POLITIQUE TRANSITOIRE

*****

PRESIDENCE

*****

SECRETARIAT GENERAL

*****

FEDERATION-FRANCE

*****

PRESIDENCE

*****


SECRETARIAT GENERAL

Communiqué de presse: RDC-France/BPT/P/SG:006

 

La déclaration du délégué national à la jeunesse du Rassemblement Démocratique Centrafricain, Monsieur David GBETI faite ce samedi 14 aout 2010 lors de la rentrée politique de la section JEUNESSE du parti n'engage que ce dernier. La JRDC ne se reconnaît nullement dans cette prise de position unilatérale. Au moment où le Bureau politique transitoire du parti travaille au contenu du congrès et à la désignation de notre candidat à l'Élection présidentielle, ce genre d'acte est de nature à perturber la sérénité des initiatives entreprises afin de redonner de l'assise et de l'audience au parti.

  La fédération du Rassemblement Démocratique Centrafricain France-Europe, réaffirme l'appartenance du RDC à l'opposition démocratique qui continue de porter ses idées dans ce cadre là. Elle dément tout soutien à un candidat autre que le candidat officiel du RDC. La fédération appelle au calme et à la mobilisation les militants, sympathisants et amis du parti et leur rappelle que le RDC ira à ces élections avec un candidat pour les présidentielles et des candidats pour les législatives.

Fait à Paris le 16 août 2010,

 

Barbara Catherine VOHITO,

 

Secrétaire Générale de la fédération du RDC France-Europe

 

 

NDLR : Voilà qui est responsable et a le mérite de la clarté. Il est temps que le désordre qui a prévalu au sein et surtout à la direction de ce grand parti à la faveur des derniers moments de la vie de son président fondateur prenne fin. Le RDC qui est un important membre de la coalition des partis de l'opposition démocratique regroupés dans l'Union des Forces Vives de la Nation et également le Collectif des Forces du Changement ne saurait logiquement en même temps revendiquer son appartenance à l'opposition démocratique qui s'oppose au pouvoir en place à Bangui et appeler par la voix du responsable de son mouvement de jeunesse à voter l'illégitime Bozizé aux prochaines élections. La prise de position de David Gbéti  est le résultat à l'évidence, des grossières manoeuvres de Bozizé et son KNK qui visent à diviser au maximum les rangs de l'opposition pour mieux la terrasser. C'est gros comme une maison !

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 01:50

 

 

Elie Oueifio

 

                Elie Ouefio

L’occasion de la commémoration du cinquantenaire de l’Indépendance de la République centrafricaine qui a pourtant été officiellement annoncée comme reportée au 1er décembre 2010 pour être couplée avec les festivités de la proclamation de la République centrafricaine, a été un magnifique prétexte trouvé par Bozizé, ses différents ministres  et certains caciques de son parti comme son secrétaire général Elie Ouéfio de prendre d’assaut l’arrière pays pour déjà battre campagne en faveur de leur patron Bozizé.

Dès le lundi 9 août, c’est le ministre des Finances et du Budget Albert Besse qui a ouvert le bal en se rendant à Bambari chef lieu de la Ouaka. Puis Mme Béatrice Emilie Epaye ministre du commerce est allée elle à Obo dans le haut-Mbomou et Aurélien Simplice Zingas à Bangassou dans le Mbomou. Ensuite le mercredi 11 août c’était le tour du ministre délégué à l’élevage Youssoufa Yérima Mandjo de se rendre à Mobaye chef lieu de la Basse-Kotto et l’indéboulonnable Sylvain Ndoutingaï des mines à Berbérati dans la Mambéré-Kadéi. Le porte parole du gouvernement Fidèle Gouandjika ministre de l’agriculture a mis le cap sur Bouar chef lieu de la Nana-Mambéré. Toutes ces agitations cachent mal le trouble de Bozizé et sa crainte réelle de subir un cuisant échec dans les urnes malgré l’achat massif des consciences qu’il est en train d’organiser.

Est-il encore nécessaire de rappeler que lui et son épouse ont, quelques jours plus tôt, profité de la cérémonie de la pose de la première pierre de la cimenterie sur la route de Mbaiki pour procéder à leur retour à une scandaleuse et indigne distribution de billets de banque aux pauvres habitants du village Nzila. Pourquoi subitement Bozizé et ses ministres et dignitaires du KNK éprouvent le besoin de distribuer de la viande de bœuf aux populations rurales et dans certains arrondissements de la capitale ? Sont-ils à même de le faire 365 jours dans l’année et sur toute l’étendue du territoire national où du fait de leur mauvaise gouvernance, la faim tenaille leurs concitoyens et tue de nombreux enfants ? Personne n’est dupe de ce soudain élan intéressé d’amabilité et de générosité de Bozizé et sa clique envers les populations du monde rural, surtout ceux de l’Ouham-Pendé.

En soi, c’est déjà une violation de la loi. S’ils s’étaient seulement contentés de vanter le bilan de bilan qui est pourtant plutôt un cuisant échec, on pourrait encore le tolérer. Mais, à l’instar d’Elie Ouéfio qui avait choisi de se rendre dans l’Ouham Pendé ce week-end du 13 août avec comme unique objectif, non pas d’appeler les citoyens de cette région à voter pour Bozizé, ce qu’ils auront beaucoup de mal à faire le moment venu et pour cause, mais pour dénigrer et cibler le candidat du MLPC Martin Ziguélé avec à la clé de violentes attaques ad hominem. Cela est totalement inadmissible. Si le MLPC et Martin Ziguélé se mettaient à faire la même à l'égard de Bozizé, que ne va-t-on pas dire de ce parti, de son leader et de l'ensemble de l'opposition ? Bozizé et Elie Ouefio doivent immédiatement cesser avec leurs excès et violations de la loi.

Est-il besoin de rappeler que la campagne électorale n’a pas encore commencé aux termes de la loi. Martin Ziguélé n’est pas encore officiellement candidat puisqu’il n’a pas encore déposé son dossier de candidature comme on le sait. Quelle que soit la violence de ces attaques contre Martin Ziguélé, les Centrafricains de ces régions qui sont loin d’avoir la mémoire courte parce qu’ils ont été assez martyrisées durant des années par la soif de pouvoir et la politique de terre brûlée de Bozizé, ne sauraient oublier aussi facilement et rapidement tout ce qu’ils ont subi par la garde présidentielle de cet homme. Les stigmates des crimes et exactions du capitaine Eugène Ngaikoisset dit « le boucher de Paoua » sont encore vivaces dans leur esprit. Ce ne sont pas quelques morceaux de viande de bœuf et de maigres billets de banque d’un jour qui les rendront amnésiques comme Bozizé voudraient qu’ils soient Les Centrafricains sauront, une fois dans l’isoloir, distinguer le bon grain de l’ivraie. BOZIZE DOIT PARTIR !

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 23:02

 

 

Bozizé Y

 

 

Dans sa récente allocution à l’occasion des cérémonies du cinquantenaire de l’Indépendance de la République centrafricaine, Bozizé a prétendu que « le bilan du régime Bozizé peut être qualifié de positif, même s’il y’a encore beaucoup de réalisations à finaliser ou à mettre en place ».

Toujours dans le même speech, il a vivement déploré que "les Centrafricains s'enlisent dans la recherche du pouvoir et bloquent la machine de l'état" ajoutant au sujet de la construction d'un état de droit et pour "une justice libre et indépendante » que « son gouvernement doit tout mettre en oeuvre pour réussir cette mission". Il a aussi estimé par ailleurs que « l'éducation, la santé ainsi que l'électricité et l'eau relèvent des priorités ».

De même, dans sa dernière interview dans le magazine Jeune Afrique, à la question : Comment imaginez-vous la Centrafrique dans vingt ans? Bozizé a donné cette réponse :

Je rêve d’un pays désenclavé avec des aéroports, des voies ferrées, des routes, des hôpitaux, des écoles, enfin engagé sur la voie du développement accéléré.

Il vous faut un plan Marshall…

Sans doute. Mais avec notre uranium, notre or et peut-être demain notre pétrole, si notre bataille juridique contre la compagnie américaine Grynberg Petroleum est enfin gagnée, ce n’est pas impossible.

Quelques remarques élémentaires quant à ces différents brassages d’air de Bozizé s’imposent. Tout d’abord, pour rafraîchir la mémoire de François Bozizé, voici les propos qu’il tenait à l’époque. Interrogé par le quotidien camerounais Mutations du 16 septembre 2002 sur sa préférence entre la voie des armes et celle des urnes, le général rebelle François Bozizé déclarait :

Mutations : “Les urnes pour vous, cela signifie qu’il faut attendre la prochaine élection présidentielle dans trois ans ? :

François Bozizé : C’est trop loin. Le peuple meurt de faim pendant qu’il (le président Patassé) se remplit les poches. Aujourd’hui l’Etat centrafricain n’existe plus. Avons-nous le droit de croiser les bras? Je dis non! (…) “Nous avons des atouts pour réussir et des moyens pour parvenir à nos fins. Mais je ne peux pas vous fixer une date. Dieu seul pourra mieux nous fixer sur l’avènement de ce jour là. (…) L’armée me considère toujours comme son chef et ne veut pas combattre contre moi”.

Ces propos de Bozizé en 2002 sont d’une criante actualité et lui sont parfaitement opposables aujourd’hui. Alors qu’il avait fini après plusieurs désastreuses tentatives par renverser Patassé et prendre sa place contre lequel il prononçait ce réquisitoire, la situation du pays et du peuple centrafricain sur lequel il semblait s’apitoyer, non seulement n’a pas changé qualitativement après ses sept années de gouvernance mais elle s’est même empirée. A présent, dire que le peuple meurt de faim pendant que Bozizé et sa clique se remplissent les poches est un doux euphémisme. Affirmer que l’Etat centrafricain n’existe plus aujourd’hui est une douce plaisanterie tant la gravité de la déliquescence est prononcée. Plus de la moitié du territoire national n’est pas sous le contrôle des autorités de Bangui. Plusieurs rébellions tant nationales qu’étrangères écument l’arrière pays, semant la mort et la désolation au sein de la population innocente sans la moindre réaction de Bozizé.

Comme Centrafrique-Presse vient de le révéler en exclusivité dans le dernier compte-rendu de la réunion des « tontons macoutes » de Sassara présidée le 13 août par Bozizé lui-même, celui-ci a reconnu indirectement la spoliation par les commandos de Sylvain Ndoutingaï des collecteurs de diamant de Nola, Berbérati, Carnot Boda, Bria et autres, à l’origine du profond mécontentement de ceux-ci qui se traduira sans doute bientôt dans les urnes.

Quand on est au pouvoir et qu’on l’exerce, on ne rêve plus. On agit ! On fait ! Qu’est ce qui a réellement motivé le coup d’Etat de Bozizé ? Pourquoi voulait-il absolument prendre le pouvoir ? Ceux qui croyaient que c’était pour faire mieux que le régime de Patassé se sont lourdement trompés. Bozizé tenait en vérité à s’emparer du pouvoir pour s’en mettre plein les poches. Les milliards de F CFA qui sont régulièrement pompés du trésor national, l'affaire de son arrestation à Dusseldorf en 2004, celle des dessous de table de 20 millions de $ pour l'uranium de Bakouma avec URAMIN et d'autres bonus avec AREVA, les nombreuses spoliations des collecteurs de diamant etc... sont là pour en attester. 

Voilà son vrai bilan de la gestion du pays depuis sept ans dont Bozizé a honte parce qu’il est catastrophique et ne peut nullement inciter qui que ce soit à voter pour lui. Nulle pirouette ou artifice quelconque ne pourrait effacer cet échec retentissant. Aucune distribution de viande de bœuf ni d’argent comme s’y livrent les différents caciques de KNK et certains ministres ne sauraient renverser le cours des choses. Les Centrafricains se sont déjà fait leur religion : BOZIZE DOIT PARTIR !

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 18:26

 

 

Bozize KNK

 

 

Exclusivité Centrafrique-Presse

 

Le vendredi 13 août 2010, avant de se rendre au Stade Boganda, Bozizé a réuni l’ensemble de ses « tontons macoutes » et autres agents de renseignements à Sassara et les points débattus sont les suivants :

 

1-      Il a demandé que tout soit mis en œuvre pour que sa victoire se fasse au premier tour, et que le 15 mars 2011, il puisse célébrer son huitième anniversaire au pouvoir en tant que chef d’Etat élu. Il a dit qu’il faut tout faire pour lui éviter un deuxième tour, car dans l’opposition il constate une convergence pour une union sacrée au deuxième tour.

 

2-      Puis Bozizé a fait écouter à toute l’assistance l’enregistrement des interviews de Martin Ziguélé sur la chaîne de télévision Africa 24, dans lesquelles il commentait en direct les défilés du 14 juillet dernier à Paris. Il a ensuite ajouté que si Ziguélé s’est permis de justifier l’absence des Ivoiriens à ce défilé tout en étant à Paris, c’est qu’il a sans doute le soutien des autorités françaises. Il a ordonné que tout soit mis en œuvre pour contrecarrer toutes les actions politiques de Ziguélé et du MLPC, partout.

 

3-      Il a envoyé Elie Ouefio le secrétaire général du KNK avec de l’argent pour remettre aux collecteurs de diamant des  villes de Berberati, Carnot, Boda et Nola, tout en leur demandant de ne pas continuer à lui en vouloir. Il leur a promis de leur restituer leurs permis miniers et voudrait en contrepartie qu’ils ne soutiennent pas le MLPC.

 

4-      Les « tontons macoutes » ont informé à leur tour Bozizé que les populations de la Lobaye disent qu’ils refusent désormais sa politique et celle du KNK qui consiste à distribuer de l’argent et de la viande de bœuf. Ils affirment qu’ils veulent du travail et non pas de la viande.

 

5-      La Ministre des affaires sociales Mme Bernadette Sayo s’est rendue à Koro-M’poko sur l’axe Bossembélé-Bossangoa pour remettre de l’argent et de la viande à la population qui l’a rejetée.

 

6-      Bozizé  a chargé son fils Francis de faire à nouveau le tour des structures du KNK pour vérifier si les fonds qu’il leur envoie leur parviennent effectivement. La confiance n’exclut pas le contrôle, dit-on !

 

7-      Il a ensuite dit à l’assistance que son premier mandat de 2005 à 2010, il l’a fait comme candidat élu de la convergence KNK, et que son premier mandat de candidat du KNK sera celui de 2011-2016. Par conséquent, il compte faire son deuxième mandat de candidat KNK de 2016 à 2021, avant de laisser la place à son fils Francis. (ndlr : La RCA est-elle un royaume ?)

 

8-      Bozizé a dit à l’assistance qu’il s’inquiète des divergences apparues entre trois groupes de KNK, à cause des problèmes d’argent : Tahir Mahamat,  Jean-Eudes Teya et Michel Koyt ;

9-      le second groupe est constitué par Elie Ouéfio, Joël Moidamsé-Sinféi et Sylvain Ndoutingaï.

le troisième par les capitaine Ngaïkoisset, et les lieutenants Touaboy, Gbadora, etc.

 

10-  Bozizé a fait déménager les poudrières de Bossembélé et Benzambé sur Bangui, en disant que les Français préparent un mauvais coup contre lui et soutiennent ses opposants.

 

11-  Pour finir, il a conclu la réunion en disant qu’il ne compte plus sur Patassé pour les élections car il n’a pas pu s’imposer sur l’échiquier politique comme l’a prouvé le refus catégorique de l’ensemble de l’opposition de l’accepter comme médiateur quand il lui a demandé de jouer ce rôle lors de la crise du processus électoral en mars et avril derniers.  Par ailleurs, il a affirmé que Patassé est affaibli par la maladie et n’a pas d’argent comme il le prétendait.

 

12-  Enfin, il a conclu qu’il a nommé Papa Javon Zama comme DG de la presse présidentielle, spécialement pour diaboliser l’opposition.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 18:16

 

 

 

Bevarrah LALA

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

RELATIF AUX INJURES ET MOQUERIES DU PROCUREUR FINDIRO

A PROPOS DE LA DISPARITION DE CHARLES MASSI

 

 

**********************

 

 

La famille de Charles Massi, son parti politique le FODEM et sont organisation de résistance contre la dictature la CPJP, attendaient avec espérance les résultats de l'enquête judiciaire du gouvernement sur la disparition de Charles Massi pour l'apaisement.

 

Le Ministère public vient de rendre ces résultats en tenant des propos déplacés, injurieux et de moquerie dans ces termes ci-après: « ...De tout ce qui précède, l'enquête n'a révélé aucun élément matériel plausible de nature à attester la disparition a fortiori la torture et l'assassinat de Monsieur Charles Massi dans les locaux du camp de Roux ou de la prison de Bossembélé. »

 

Et il conclut d'une manière inhumaine: « Nous sommes encore dans l'hypothèse d'une présomption d'absence dont la durée maximum est de 10 ans à compter de la décision du tribunal dans le cas où la partie civile a engagée une procédure y relative. Pendant cette période, l'absent est présumé vivant. »

 

Eu égard à ce qui précède, nous nous indignons de cette conclusion ignoble et infâme de l'institution judiciaire centrafricaine manipulée par Bozizé. Ces gesticulations du Procureur Findiro traduisent le profond embarras et la panique dans lesquels se trouvent plongé Bozizé par les conséquences politico-judiciaires de cette affaire. Nous prenons à témoin nos compatriotes et la communauté internationale qui attendent que toute la lumière soit faite sur l'affaire Charles Massi pour la paix et la stabilité de notre pays.

 

 

Le coordonnateur Porte Parole de la CPJP

 

 

 

 

Dr Bévarrah  Lala

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 17:49

 

 

ambassadeur-cook.jpg

 

 

Lundi, 16 Août 2010 13:32

Ai-Rca - «Avant de quitter définitivement la RCA, je voudrais lancer un appel au peuple centrafricain. Entre autres divisions, il y a : les divisions des religions, de couleurs, d'ethnie, de résidence géographique. Mais seule l'unité nationale peut permettre de travailler et de rendre possible le développement de la nation». C’est le message de Frederick Bishop Cook l'ambassadeur sortant des Etats-Unis.

C’était lors du déjeuner d'adieu offert par le couple présidentiel centrafricain Monique et François Bozize au palais de la renaissance le 14 juillet.

Selon une source proche de la Présidence, l’entretien entre le chef de l’Etat et son hôte M Cook, dont le mandat de trois ans est arrivé à terme, a porté essentiellement sur le renforcement des liens de coopération entre Bangui et Washington et le processus électoral en Centrafrique.

Selon le diplomate américain, le message des Etats-Unis n'est plus compliqué : «C'est le moment de construire le pays et pour ce faire il faut qu'il y ait l'unité nationale ».

A l’en croire, la RCA est l’un des pays les plus riches au monde, mais qui a beaucoup souffert des crises et des violences politiques et à cela viennent s’ajouter la présence des rebelles de la Lord Resistent Army (LRA) de Joseph Kony, des braconniers, soudanais et autres grands fléaux.

«Au moment où la RCA célèbre le cinquantenaire de son indépendance, je voudrais lancer un message, celui de l'unité nationale à tous les centrafricains à la veille des élections de 2011, Unité Dignité Travail » a-t-il souligné, faisant allusion aux défis qui attendent le peuple centrafricain à savoir le développement, la défense et les élections.

«L'engagement du Président américain Barack Obama à aider les pays de la région des grands lacs, et précisément la RCA à se débarrasser des rebelles de la LRA a été chaleureusement salué par le peuple centrafricain» a confié la ministre déléguée aux Affaires Etrangères, Ambroisine Kpongbo jointe au téléphone par l’Agence Ai.

«Le gouvernement centrafricain est disposé et disponible à œuvrer ensemble avec le gouvernement américain dans l'intérêt commun de nos deux peuples », a-t-elle dit.

Elle s’est félicitée du rôle joué par M Cook au cours de son mandat de trois ans, lequel rôle a permis au gouvernement américain de combler le vide laissé par le départ des diplomates américains de Centrafrique. «En peu de temps, vous avez remis l'ambassade en condition de fonctionner normalement. Vous avez touché du doigt certaines réalités sur le terrain; notamment la signature de l'accord général de paix avec les chefs rebelles, le dialogue politique inclusif, le processus électoral et l'agression de notre pays par les rebelles de la LRA», a relevé la Ministre déléguée aux affaires étrangères.

Pour mémoire, après le coup d'Etat manqué de 2001, les diplomates américains s’étaient retirés provisoirement de Bangui pour s’installer à Yaoundé au Cameroun.

Il convient de signaler que, l'ambassadeur Frederick Cook a été élevé par le Président de la République François Bozize au grade de commandeur dans l'ordre de la reconnaissance centrafricaine à titre exceptionnel.

Kabongo, Ai Bangui

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 17:46

 

 

hawa-Youssef-ahma.jpg

 

 

Lundi, 16 Août 2010 13:29

Ai-Rca - Le Président de la République François Bozize s’est entretenu le 14 août au palais de la Renaissance avec la représentante de l’Union Africaine à Bangui Mme Hawa Youssef. 

Selon une source diplomatique, la représentante de l'Union Africaine en Centrafrique, Mme Hawa Ahmed Youssef est venue rendre compte au chef de l’Etat des décisions prises par les présidents africains lors du dernier sommet de l’Union Africaine. Surtout celles concernant directement la République Centrafricaine.

«L’objet de ma visite ici c'est de parler avec le chef de l'Etat François Bozize des conclusions du dernier sommet de l'Union Africaine qui a eu lieu Kampala en Ouganda», a dit la diplomate, ajoutant que l’une des conclusions était relative à la célébration de la journée de la paix et de sécurité qui sera célébrée le 21 septembre 2010 en Centrafrique.

Selon Mme Hawa, l’agenda de cette journée prévoit que, le 21 septembre 2010 à 11H, heure locale et 10H GMT, une minute de silence sera observée sur le continent. «Ce sera pour nous une manière de montrer que les Africains sont capables de mener des actions de paix et de sécurité en Afrique», a-t-elle expliqué, invitant tous les centrafricains à non seulement célébrer cette journée, mais aussi, se préparer pour les prochaines élections.

Kabongo, Ai Bangui

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales