Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 16:21

 

 

 

CAD 7 mai 2011

 

 

Collectif pour l’Alternance Démocratique en Centrafrique (CAD)

s/c Mme Marie-Reine HASSEN

75017 Paris - France                                                

 

 

A l’attention de la

Haute Représentante de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-présidente de la Commission

Bruxelles (Belgique)

 

 

Objet : DECLARATION A L’ATTENTION DE L’UNION EUROPPENNE

 

 

 

Le général François BOZIZE, dans son exercice du pouvoir, n'a pas seulement généré de multiples mouvements de rébellion comme l’APRD, la CPJP, le FDPC, l’UFDR, le MLCJ, qui sévissent dans  huit des seize préfectures de la RCA, mais se montre particulièrement indifférent et inactif dans la lutte réelle et efficace contre l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) du criminel Joseph KONY. Par ailleurs, Il n’entreprend également rien pour pacifier le pays, remettre l'économie en marche et faire de notre pays un Etat de droit.

Bien au contraire, il a mis en place un système politique caractérisé par la privation des libertés d'expression, de presse, de circulation et de manifestation politique de l’opposition.

C'est dans la logique de cette pratique qu'avait été organisée la mascarade électorale du 23 janvier 2011 financée à plus de 80% par l'Union Européenne, un  scrutin suite auquel toutes les malversations opérées ont permis a  BOZIZE et sa famille forte de 8 personnes de s'installer à l'Assemblée nationale avec plus de 90% de députés issus de son parti le KNK, écartant de facto l’opposition politique, instance pouvant faire valoir une crédibilité politique en RCA.

Au vu des faits et actes contraires à la démocratie et à la consolidation de la paix posés par le général François BOZIZE depuis 2005, le CAD demande aux partenaires bilatéraux de la République Centrafricaine de ne point cautionner ni soutenir les pratiques anti-démocratiques présenté au nom de tout le peuple Centrafricain par un gouvernement issu d’une élection contestée.

Compte tenu des graves manquements et manœuvres délibérément frauduleuses ayant débouché sur le hold-up enregistré lors des dernières consultations électorales, le CAD exige :

1-      l'annulation pure et simple des dernières consultations qualifiées par le rapport de la mission des experts électoraux de l’UE comme « sujettes à caution » et leur reprise dans un délai raisonnable ;

2-      la révision des textes fondamentaux qui régiront dans l’avenir l'organisation d'élections présidentielles, législatives et municipales en République Centrafricaine selon les normes techniques modernes actuellement en vigueur dans d’autres parties du monde, par une commission électorale constituée de façon réellement paritaire ;

3-      la relance et la réalisation du processus DDR par une structure plus neutre que l’actuel comité de pilotage dont l’inefficacité patente ne permet pas de parvenir au désarmement effectif attendu dans le pays depuis si longtemps ;

4-      la mise en place d'un mécanisme de dialogue politique avec l'opposition politique pour une  sortie de crise sur la base révisée de la feuille de route édictée par le DPI ;

Le CAD condamne avec fermeté tous les actes de violences qui ont eu lieu ces derniers temps en République Centrafricaine notamment la crise inter communautaire née de l’assassinat de deux petits garçons, les attaques par les groupes rebelles armés et par la LRA.

Le CAD rend responsable le Président de la République, Chef de l’Etat et Ministre de la Défense, le général François BOZIZE, de tous ces actes de violences et demande solennellement aux partenaires de la RCA de ne lancer aucune consultation engageant l'avenir de la République  Centrafricaine sans la satisfaction des exigences sus mentionnées.

Fait à Paris, le 12 juin 2011

 

 Médard  POLISSE-BEBE 

Secrétaire Général du CAD

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 16:06

 

 

 

violencs à Bangui km 5

 

Bangui, 14 juin (C.A.P) – La population de plusieurs quartiers populaires de Bangui excédées sont en effervescence depuis ce matin pour protester contre les délestages chroniques de courant électrique et aussi en raison du manque d’approvisionnement chronique en eau potable de la ville par les deux sociétés que sont l’ENERCA et SODECA.

Très tôt ce matin en effet, les populations des quartiers Malimaka, Miskine, Sarah, Ngou-ciment,Gbakondja,Castors, Mbenguéwé, Km 5 et autres, ont dressé des barricades et brulé de vieux pneus sur les principaux artères que sont l’Avenue Koudoukou, Avenue de France, obligeant les taxis et minibus à faire de grands détours.

La crise énergétique perdure depuis déjà plusieurs années dans la capitale centrafricaine en raison de la grande vétusté des machines de la seule centrale hydroélectrique de Boali qui alimente Bangui en courant électrique et qui date de la fin des années cinquante. Les Banguissois en payent le prix fort avec les coupures sauvages et délestages chroniques qui plongent la ville dans la pénombre totale la nuit venue et empêchent toutes activités économiques normales.

La question énergétique et celle de l'eau potable sont les domaines dans lesquels le pouvoir de Bozizé aura le plus échoué. Le ministère dédié de ces deux secteurs dont l'argentier de Bozizé Sylvain Ndoutingaï avait la charge depuis le coup d'Etat du 15 mars 2003 n'a jamais rien fait et s'est surtout contenté de tirer le maximum de profit du secteur des mines avec le diamant, l'uranium et peut-être bientôt le pétrole.  

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 02:36

 

 

 

 Bozizé KNK ridicule

 

 

Ai-Rca- Lundi, 13 Juin 2011 12:26 -  Une délégation officielle de la Commission Africaine de Droits de l’Homme et du Peuple (CADHP), forte de cinq membres en visite en Centrafrique, a été reçue par le Président de la République François Bozize, le 11 juin  au Palais de la Renaissance.

 Le but de cette mission était de présenter cette institution aux autorités centrafricaines, un organe en charge de la promotion des droits de l’homme composé de 11 commissaires et au sein duquel chaque commissaire a une thématique différente à traiter.

Pour M. Khal Fallah Béchir, cette visite est prescrite par la Charte Africaine « la Charte Africaine en son article 45 nous (les commissaires NDLR) invite à faire des visites dans tous les  pays pour constater avec les gouvernements comment cette charte africaine est traduite dans les faits ». La mission en Centrafrique prend fin le 16 juin prochain.

Avant d’être reçue par le Président de la République, la délégation avait eu des échanges avec la société civile et avait été reçue par certains membres du gouvernement. Avec ces différents représentants du peuple, la délégation a permis aux commissaires de mieux  appréhender la réalité centrafricaine du point de vue économique, social, culturel, politique.

« Nous avons eu l’honneur de rencontrer le Président de la République avec qui nous avons fait le tour d’horizon sur les problèmes en matière des droits de l’homme » a confié M. Khal Fallah Béchir, chef de la délégation au sortir de l’audience.

Selon M. Khal Fallah Béchir, le chef de l’état Centrafricain a une volonté d’écoute et de dialogue. Et il veut à partir de la nouvelle législature imprimer une nouvelle page dans l’histoire du pays.

Pour le chef de la délégation, en tant qu’organe de l’Union Africaine, « nous avons attiré son attention sur la Charte Africaine et constaté auprès du chef de l’Etat une disposition pour non seulement l’application dans la lettre, mais aussi dans l’esprit de cette charte, et enfin d’instaurer dans ce pays qui a connu des moments difficiles ; la paix et la sérénité ».

La Commission Africaine de Droits de l’Homme et du Peuple (CADHP), organe de l’Union Africaine existe depuis janvier 1987.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Il est très étonnant que ce ne soit que seulement maintenant que cette structure des droits de l’homme de l’UA puisse s’intéresser à la RCA, à la gouvernance de Bozizé au pouvoir depuis plus de huit ans avec un bilan en matière de droits de l’homme qui est particulièrement catastrophique. Il faut fortement espérer que ces chers messieurs de l’UA ne se soient pas laissé berner par les propos démagogiques et mensongers de Bozizé qui, pris la main dans le sac, a toujours tendance à botter en touche comme on dit. Il est pourtant entouré d'assassins et criminels tels que Eugène Ngaikoisset alias "le boucher de Paoua", Olivier Koudémon alias Gbangouma dont la liste des crimes et exactions diverses est assez longue, et autre Vianney Semndiro pour ne citer que ceux-là qui, malgré leurs forfaits, bénéficient tranquillement de sa protection et de l'impunité.    

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 01:39

 

 

 

 

logo-CPJP-gf.JPG

 

 

 

BANGUI Lundi 13 juin 2011 | 19:39 (Xinhua) - Un accord de cessez-le-feu a été signé entre le bureau politique de la rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et le gouvernement centrafricain, dimanche à Bangui.

L'accord paraphé par le conseiller politique de la CPJP, Mahamat Zakaria, et le ministre délégué au Désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants (DDR), le général Xavier Sylvestre Yangongo, devrait aboutir dans les prochains jours à un accord de paix définitif.

Le document comporte en gros huit points relatifs, pour l'essentiel, à la cessation immédiate des hostilités, à l'abstention de tout acte militaire et autre forme de violence, à la ratification par la CPJP de l'accord de paix global de Libreville de 2008 (signé par la plupart des mouvements politico- militaires avant le dialogue politique inclusif) puis au cantonnement des combattants en vue de l'intégration de la CPJP dans le processus du DDR.

Les deux parties ont aussi convenu de créer les conditions du retour des déplacés dans leurs villages respectifs. "La CPJP a décidé de déposer les armes, c'est un engagement de notre part et nous allons le respecter. Il y a un temps pour toute chose",' a déclaré Mahamat Zakaria au cours de la cérémonie de signature de l'accord.

"La CPJP demande pardon au peuple centrafricain, la CPJP demande pardon à une frange de la population qui aujourd'hui vit dans la brousse à cause de la guerre. (..) La CPJP demande aux ONG humanitaires de faire vite pour aller au secours de la population du Bamingui Bangoran", a-t-il ajouté citant quelques zones d'opération dans le Nord-est du pays.

Le ministre Sylvestre Yangongo s'est félicité d'un "tournant décisif dans le rétablissement de la sécurité et la consolidation de la paix" en République centrafricaine (RCA). "

"Le gouvernement et la CPJP viennent de poser aujourd'hui un acte patriotique salutaire dans un esprit de réconciliation sincère et de fraternité", a-t-il conclu.

En signant cet accord de cessez-le-feu, la CPJP rejoint les cinq mouvements rebelles qui ont adhéré au processus de paix en juin 2008 à travers l'Accord de paix global. Avant la tenue des élections du 23 janvier, tous les chefs des mouvements politico- militaires ont été nommés par le président de la République conseillers en matière de DDR.

Créé par l'ancien ministre d'Etat Charles Massi en 2008, porté disparu depuis bientôt deux ans, la CPJP qui continuait jusqu'ici à revendiquer la lumière sur son leader opérait dans le Nord-est et le Sud de la Centrafrique.

La signature de l'accord s'est déroulée en présence du médiateur de la République, Mgr. Paulin Pomodimo, de l'ambassadeur de France Jean-Pierre Vidon et des ambassadeurs de l'Union africaine, ainsi que des coordonnateurs du Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA) et de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (MICOPAX). 

 

NDLR : La guerre de communiqués à laquelle on a assisté ces derniers temps indique que deux fractions rebelles différentes se revendiquent de la CPJP. La signature de l’accord de cessez-le-feu qui vient d’intervenir n’a été qu’avec la CPJP tendance Abdoulaye Issène, Bevarrah Lala et consorts. On croit savoir qu’une seconde et autre fraction de la CPJP existe aussi et est commandée elle par un certain général Nouradine et dont l’ex ambassadeur en Chine Christophe Gazam Betty est le représentant et porte-parole. Ce n’est pas par hasard qu’après avoir signé le cessez-le-feu avec le gouvernement, Mahamat Zakaria dans une déclaration sur Radio Centrafrique, a envoyé quelques pics au même Gazam Betty. A quand la signature d’un cessez-le-feu avec l’autre CPJP ?

Par ailleurs tout semble montrer que ce n’est pas par le pur des hasards si la signature de ce cessez-le-feu tombe trop opportunément, presque la veille de la fameuse Table Ronde des donateurs de Bruxelles que le pouvoir de Bozizé prépare avec frilosité et qui lui fournit une fois de plus, le prétexte de vider les caisses du trésor public afin que quelques individus aillent faire des courses en Belgique et en France. Personne n’est dupe. Cette Table Ronde va échouer sûrement car l’UE qui a déjà clairement posé les conditions de sa participation a aussi averti le PM Faustin Touadéra sur le caractère inutile et inopportun de cette réunion mais nos princes de Bangui qui sont durs d'oreille, n’en ont rien à foutre et font semblant que tout se passera bien et qu'ils lèveront plusieurs centaines de milliards.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 00:02

 

 

 

 

eau sodeca

 

 

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 13 Juin 2011 13:19

Pas eu une seule goutte d’eau dans les robinets depuis deux jours dans la quasi-totalité des quartiers de la ville de Bangui. La Société de distribution d’eau en Centrafrique (Sodeca), l’unique société de distribution d’eau, n’arrive pas à assurer ce service vital et d’intérêt public.

Le spectacle le plus banal dans la capitale centrafricaine est fait de colonnes de femmes, bidons vides en équilibre sur la tête, parcourant les rues à la recherche du précieux liquide. Elles sont obligées de faire ces « courses à l’approvisionnement d’eau » de concession en concession.  Elles s’intéressent particulièrement aux maisons disposant d’un puits.

La Sodeca a fait diffuser dimanche 12 juin 2011 dans les médias, un communiqué dans lequel elle s’explique sur cette situation. C’est une panne dont les détails ne sont pas connus, qui serait à l’origine de la rupture de l’approvisionnement en eau. Tout ce que la société consent à dire, c’est que les moyens nécessaires sont mis en œuvre pour réparer la panne.

Cette situation n’est pas nouvelle à Bangui. La Sodeca est souvent indexée par les abonnés à cause des nombreuses perturbations dans la distribution de l’eau. Celle-ci va de la baisse de pression à la rupture totale. La dernière crise d’eau potable de la Sodeca à Bangui, remonte au 9 mai dernier où le 4ème, le 8ème, le 6ème arrondissement de Bangui ainsi que le PK12 avaient été durement marqués par la rupture d’eau potable.

Pourtant, le directeur de la Société de Distribution d’Eau en Centrafrique, avait rassuré les consommateurs sur les ondes de Radio Ndeke Luka« Pas de discrimination dans la distribution de l’eau à Bangui. Nous sommes en pleine phase de changement de vannes défectueuses. Toute la population sera bientôt servie ».

La question qui revient dans tout Bangui est « pourquoi un mois plus tard, la promesse de la Sodeca n’est toujours pas tenue ? ».

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 00:00

 

 

 

 

Kony

 

 

Dimanche, 12 Juin 2011 15:32

La population de Obo (extrême-nord du pays) réclame plus de sécurité. Elle entend organiser mercredi 15 juin 2011, une marche pacifique. Objectif, protester contre les exactions de la rébellion de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Koni.

La décision a été prise samedi au cours d’une réunion initiée par les fonctionnaires et agents de l’Etat en poste à Obo, en partenariat avec les couches sociales de la localité.

Cette marche fait suite à celle organisée la veille par les professionnels de santé de Centrafrique. Ils ont ainsi dénoncé la mort du médecin-chef de Haut Mbomou (est) assassiné lundi dernier par la LRA. Ces derniers ont exigé du gouvernement  plus de sécurité et de meilleures conditions de travail.

Les éléments de la LRA sévissent en maître dans les régions du nord-est de la République Centrafricaine. Ils pillent, violent les populations locales. Le dernier bilan de leur attaque en date fait état de 2 morts, véhicule et vaccins incendiés.

 

Centrafrique : la LRA fait de nouvelles victimes civiles

Ai-Rca- Lundi, 13 Juin 2011 12:23 - Le médecin de la préfecture du Haut Mbomou, le Dr Francis PANDJE et  son chauffeur sur la route du retour dans l’Obo, ont été tués par les rebelles de  la Lord’s Resistance Army (LRA) de Joseph Kony.

 Cette scène macabre s’est déroulée le 6 juin dernier, 10Km après la rivière Dembia, dans la sous-préfecture de Rafai.

Le Médecin Francis Pandjé, en attente de son intégration dans la fonction publique, avait signé un contrat avec le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) pour se rendre dans le Haut Mbomou avec des kits de dépistage et les vaccins contre la polio.

Pour des raisons difficiles à donner, les rebelles de la Lord’s Resistance Army (LRA) lourdement armés ont ouvert le feu sur le véhicule avec à son bord, le  Dr Francis PANDJE, et son chauffeur. Tous  les deux ont été tués sur le coup et le véhicule a été incendié par la suite.

Selon les dires des autorités politico administratives rencontrées, le phénomène de la LRA ne prendra  fin que si les Forces  Armées Centrafricaines (FACA) combattent elles-mêmes ces rebelles parce  que, ajoutent-ils « les ressortissants ougandais qui sont censés combattre les rebelles de la Lord’s Resistance Army (LRA), ne font que tirer en l’air s’ils sont en présence des rebelles de la Lord’s Resistance Army (LRA) ».

Elles soulignent en outre que « même les rebelles de la LRA capturés ou qui se sont rendus volontairement sont soit libérés par les militaires ougandais soit ils sont transportés en avion en Ouganda pour être par la suite libérés ».

Cependant, l’ordre des médecins et pharmaciens de Centrafrique  a organisé ce  10 juin 2011  sur les grandes artères de la Ville de Bangui une marche pacifique. Un mémorandum a été adressé au président de la république et une grève d’une semaine est en cours d’être observée.

C’est depuis presque trois ans que les rebelles de la LRA sèment la désolation parmi les populations  du Mbomou et du Haut Mbomou.

Kabongo, Ai Bangui

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 23:48

 

 

 

Ibni-Oumar-Mahamat-Saleh.jpg

 

RFI lundi 13 juin 2011

La justice tchadienne entend pour la première fois ce lundi 13 juin les témoins de l'enlèvement de l'opposant et ancien ministre Ibni Oumar Mahamat Saleh. Un petit pas en avant dans l'enquête mise en place il y a trois ans. Le dirigeant du Parti pour les libertés et le développement a été enlevé le 3 février 2008 et n'a plus été revu depuis.

La justice tchadienne fait un petit pas en avant dans le dossier sur la disparition de l'opposant et ancien ministre Ibni Oumar Mahamat Saleh. Pour la première fois, elle entend ce 13 juin les témoins directs de l'enlèvement du leader du Parti pour les libertés et le développement (PLD) par les forces de défense et de sécurité. Une décision qui a été obtenue difficilement par ses partisans.

Ibni Oumar Mahamat Saleh était à la fois le secrétaire général du PLD et  le porte-parole de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), une coalition de partis d’opposition politiques non armés lorsqu'il a disparu. Le 2 février, des forces rebelles entrent dans Ndjamena pour tenter de renverser le président Idriss Déby. Les combats durent plusieurs jours avant que les rebelles ne soient repoussés. C'est le 3 février qu' Ibni Oumar Mahamat Saleh disparaît. En fin d’après-midi, des témoins, dont sa femme, le voient se faire arrêter à son domicile par des militaires, et être emmené.

Depuis trois ans, le dossier n’a pas avancé malgré la création d’une commission d’enquête tchadienne mise en place en février 2008, suite à la pression internationale. Cette dernière a d’ailleurs estimé que cet enlèvement n’avait pu être réalisé que par des éléments de l’armée nationale. Les évènements de février 2008 ont vu l’arrestation et la disparition de nombreux individus. Une tâche au tableau du parcours d’Idriss Déby, réélu lors de l’élection présidentielle du 25 avril 2011 et qui se pose désormais en rassembleur.

Fin 2010 néanmoins les choses bougent un petit peu, avec la désignation de deux experts internationaux, l’un pour l’Union européenne, l’autre pour l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) pour assister et appuyer la justice tchadienne sur place afin de reprendre l’enquête. Des conclusions devraient être remises en juin 2011. La famille de l'opposant, ses partisans, anciens collègues de mathématiques avec le soutien d'Amnesty International et de quelques députés français mobilisent l'opinion.

Etudiant à Orléans en France puis professeur de mathématiques au Niger puis à l’université de Ndjamena, Ibni Oumar Mahamat Saleh avait créé des liens avec les universités et écoles françaises, pour promouvoir l’enseignement des sciences dans son pays.

Il a occupé plusieurs postes ministériels (1982-1990) sous la présidence de Hissène Habré et de son successeur Idriss Déby Itno. Il a été ministre de la Coopération de 1991 à 1994. En 1993, il fonde le Parti pour les libertés et le développement.

 

NDLR : En Centrafrique, il reste aussi à entendre un jour les témoins des enlèvements suivis de disparition de Charles Massi et Hassan Ousman afin de faire la lumière sur ces deux cas de disparition.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 02:24

 

 

 

dans-l-jungle.jpg

 

 

BANGUI Samedi 11 juin 2011 | 17:23 (Xinhua) - Les zones forestières du sud de la Centrafrique sont touchées par les impacts du changement climatique à travers la perturbation de la pluviométrie qui affecte les principales activités vivrières de ces communautés.

Selon les résultats de trois ans de recherche du projet Forêt du Bassin du Congo et adaptation aux changements climatiques (CoFCCA), rendu publics vendredi.

L'information a été donnée par les responsables dudit projet au cours d'un atelier de restitution baptisé "Dialogue science politique sur l'adaptation au changement climatique dans la Forêt du Bassin du Congo : exemple de la République Centrafricaine", organisé par l'Université de Bangui en partenariat avec le Centre international de recherche en foresterie (CIFOR).

En utilisant la méthodologie Recherche Action Participation (RAP), les communautés de base affirment reconnaître la variabilité du climat à travers une forte "perturbation de la pluviométrie" caractérisée par l'arrivée précoce de la pluie ou la sécheresse prolongée, ce qui affecte leurs activités de survie telles que l' agriculture et la cueillette des produits forestiers non ligneux.

Les deux sites de recherche sont le village Mbéko situé à 97 km de la capitale, Bangui, et le village Mossapoula, plus loin dans la sous-préfecture de Bayanga, tous dans le Sud ; cette partie étant la principale zone forestière du pays.

Le point focal du CIFOR Dr Félix Ngana a expliqué que ce sont les habitants des deux sites qui ont identifié eux-mêmes les bouleversements du climat et ses impacts sur la pratique de l’agriculture et autres activités.

Sur le site de Mbéko, les méthodes d'adaptation en matière d’agriculture proposées sont entre autres "la multiplication des boutures de manioc résistantes à la sècheresse agricole, l’extension des parcelles de maïs et la multiplication et la redistribution des rejets sains de bananiers plantains", afin de lutter contre une éventuelle crise alimentaire.

Pour ce qui est des activités forestières et agro-forestières, l'adaptation au changement climatique devra se faire à travers la multiplication des plantules d'arbres à chenilles, un des produits forestiers non ligneux, menacé par la perturbation du climat. Dans le domaine de la santé il sera question de créer et d'animer une plateforme sur la phytothérapie.

Sur le second site, celui de Mossapoula, les paysans et le projet envisagent la recherche des causes de l'assèchement des boutures de manioc et du pourrissement des tubercules, l'adoption du maïs jaune à cycle court, le renforcement du capital social et la création d'un observatoire local de changement climatique.

Selon l'équipe de recherche du projet CoFCCA, cet observatoire sera chargé de noter avec plus de précision les différents moments de mutations climatiques et leurs impacts sur les principales activités des populations autochtones.

Initié par le CIFOR, le projet CoFCCA concerne trois pays d’Afrique Centrale, notamment le Cameroun, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo.

Son but est d'amener les populations des trois pays à prendre la mesure de l'enjeu du changement climatique et assurer une gestion durable des forêts, mais aussi trouver des moyens pour s’adapter au changement climatique qui est une évidence en trouvant des solutions alternatives à certains problèmes.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Société
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 23:28

 

 

 

 

Ndoutingai.jpg

 

 

 

 

 

N’ayant pu digérer comment l’argentier de Bozizé Sylvain Ndoutingai les a entubés auprès de leur soleil, quelques responsables aigris du KNK sans doute Elie Ouéfio et autres Jean Claude Lenga ont balancé ces derniers jours dans les journaux quelques insanités sur leur frère ministre d’Etat aux finances et au budget qui leur a damé les pions. Ils n'ont pas avalé le fait que Ndoutingaï les a supplantés auprès de Bozizé, et est devenu le tout-puissant Vice-Roi.

Si Sylvain Ndoutingaï a jugé utile d'infiltrer les réseaux de François Bozizé Yangouvonda c'est que la réalité du pouvoir à Bangui se trouve ni à la primature ni à l'assemblée nationale mais dans les réseaux de François Bozizé Yangouvonda. Le vrai problème est de savoir maintenant exactement ce qui se fomente dans les réseaux François Bozizé Yangouvonda. Tout cela est la preuve que la confiance règne au sein du KNK, parti au pouvoir.

Ci-dessous, deux morceaux choisis du genre de littérature en guise de règlement de comptes ses autres camarades travailleurs du KNK déversent sur le Don Juan et argentier Ndoutingai. Cela donne une idée des préoccupations de l'heure de ces gens qui ont la charge des affaires du pays qui est en butte à de multiples rébellions criminelles qui sèment l'insécurité et la désolation sur son territoire. Au moment où les Centrafricains particulièrement ceux de la capitale souffrent de délestages chroniques et de manque d'eau potable, ils doivent être très édifiés de constater que les soucis majeurs des dirigeants du parti au pouvoir se résument à des questions d'infiltration de réseaux de François Bozizé Yangouvonda ou de ceux de Sylvain Ndoutingaï. Franchement cela vole très haut !

Rédaction C.A.P

 

 

L’OGRE DU KNK

Nul n’ignore que Doutingaï  (DS) a infiltré tous les réseaux de renseignement civil et militaire à ses propres fins. Il aurait même infiltré toutes les fréquentations de François Bozize Yangouvounda (FBY)  aux fins de savoir  les moindres intentions du Président de la République sur lui-même et sur les autres.

Le but principal de DS est d’avoir la maîtrise des informations nécessaires au maintien de son influence sur le Président de la République. Il peut par ce moyen former ou déformer les informations dont a besoin FBY pour prendre ses décisions. C’est ainsi qu’il a pu faire ou défaire certains ministres ou cadres autour du Président ou bien encore positionner dans les bonnes intentions du Président de la République des personnalités ou cadres de sa coterie.

Lorsque DS veut atteindre un but, déguerpir un cadre ou obtenir un poste ou une nomination favorable à lui, il active ses réseaux qui transmettent partout les mêmes signaux pendant que lui-même matraque le Président de la République dans le même sens.

Ayant obtenu par ce même moyen d’être nommé DNC du KNK, DS, qui rêve d’être Premier Ministre, a mis sa machine en marche pour préparer FBY a lui faire le lit pour sa mainmise sur les institutions politiques et administratives pendant le présent mandat. Il rêve d’être le maître à jouer du second mandat de FBY sans se rendre compte qu’il y a des femmes et de hommes plus valeureux que lui et qui ont été de vrais artisans de la victoire de FBY aux élections du 23 janvier 2011.

Des cibles à abattre, selon sa méthode, sont identifiés au sein du Gouvernement moribond du premier mandat et du Bureau politique du KNK. Ces derniers  vont faire l’objet de harcèlements de la part de ses réseaux de renseignement ou vilipendés par la coterie de DS qui entretien des mensonges inimaginables à leur encontre. L’objectif recherché est de positionner à tout prix au gouvernement et au Bureau politique du KNK les marionnettes  qui constituent sa coterie alimentaire.  

Tout compte fait, on se demande, pourquoi DS s’agite-t-il tant ? A-t-il envie de se positionner au fauteuil de FBY au cas où ? Si c’est la raison, DS doit savoir que seul le ciel donne le pouvoir, et que le pouvoir de FBY ne peut lui être retiré qu’au temps de Dieu mais non au temps de DS.

Le mandat 2011-2016 appartient aux centrafricains de toutes les ethnies et de toutes couches sociales qui ont massivement élu FBY. Il n’appartient pas aux méchants qui font des calcules manniquéins sur le pouvoir à des fins personnelles.

FBY devra se retirer, consulter son Dieu qui lui a donné le pouvoir et qui lui donnera un premier Ministre selon son cœur et selon la vision qu’il a de son nouveau mandat.

 

L’INCOMPETENCE DU DNC A PLOMBE L’ELAN DU KNK AUX ELECTIONS DU

23 JANVIER 2011.

 

La nomination très contestée de DS par la quasi-totalité des responsables des structures de base et les cadres du Parti KNK n’a pas rendu service audit Parti pendant les élections du 23 janvier 2011.

Sa tentative de manipuler l’opinion en faisant signer une motion de soutien par les présidents des Conseils préfectoraux et sous préfectoraux contre des enveloppes remises à l’issue du Séminaire de Boali n’a servi à rien. La compétence ni l’intelligence ne se décrète pas ni ne s’achète pas.

Le complexe du crapaud qui est le mal incurable de DS l’a empêché de saisir la meilleure opportunité de réussir sa mission de DNC. Deux atouts de succès pour lui étaient les rapports de mission de terrain dont dispose la Commission d’organisation et de Contrôle des opérations électorales (COCOE) et le rapport exhaustif de la mission du Secrétaire général du Parti auprès des organes de base sur tout le territoire effectuée par l’équipe du Secrétaire général dudit Parti. Ces rapports présenteraient l’état des organes du Parti et des forces et faiblesses des candidats aux législatives à la veille des élections du 23 janvier 2011 offraient par eux-mêmes les stratégies de campagne.

Estimant que faire recours à ces travaux, pourtant réalisés par ceux qui connaissent mieux le terrain, serait faire crédit à leur compétence, Monsieur DS a préféré les ignorer pour ne pas partager sa gloire de DNC après la victoire, pourtant avérée du candidat FBY. Quel gâchis, avec toute la somme d’argent mise à sa disposition pour!

Le déroulement de la campagne tant à Bangui qu’en province a démenti le DNC qui a malheureusement démontré une incompétence criarde. Tous les organes de base du Parti et les Partis et alliés politiques engagés dans la campagne ont été abandonnés à eux-mêmes sans moyens ni stratégie de campagne.

Dans la propre circonscription de DS à Berbérati I, semble t-il, il n y avait pas d’effigie et de tee-shirts du candidat FBY alors que trônaient les grands posters  du candidat DS dans toute la ville. Le projet de société du candidat FBY qui aurait pu être mis à la disposition du public ne l’a pas été tandis que le programme d’action du candidat DS bien relié et en couleur était distribué.

Ces mêmes constats se retrouvent partout sur le territoire même à Bangui ; les « états majors et bureaux de campagne »installés par arrondissement et quartier étaient abandonnés et dépourvus de moyens. Le DNC aurait été quelqu’un d’autre que DS aurait fait des scandales pour le discréditer auprès du candidat FBY.

La victoire au premier tour avec 64% des voix du candidat FBY est le résultat des acquis du premier mandat du Président de la République et celui du travail de terrain réalisé auprès des organes de base sur toute l’étendue du territoire part le Secrétariat général et la Commission dite d’Organisation et de Contrôle des Opérations électorales.

Le DNC n’a aucun mérite a tiré de l’issue de ces élections. Au contraire son passage à ce poste a été et reste un motif de désorganisation politique du KNK pendant ces opérations électorales.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 23:19

 

 

 

jeunes centros

 

Centrafrique : Le président du conseil national de la jeunesse donne sa position

Par Kpangbandjé - 12/06/2011 JDB

Il était question de la stabilité et de la paix menacées en République centrafricaine et des actions à mener au niveau du CNJ

 

Le président du conseil national de la jeunesse centrafricaine M. Christian Guenebem a rencontré les professionnels des médias. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animé dans la salle de conférence du ministère de la jeunesse, des sports, des arts et de la culture, il était question de la stabilité et de la paix menacées en République centrafricaine et des actions à mener au niveau du CNJ qui est la conférence nationale de la jeunesse. Le président Guenebem était assisté du chargé de programme à la participation des jeunes M. Thierry Tenguédet. Dans ses propos liminaires, il a indiqué qu’un certain nombre de personnes mal intentionnées cherchent par tous les moyens à perturber la paix chèrement acquise en République centrafricaine et cela au détriment de la jeunesse centrafricaine. Pour ce faire, il a donné clairement la position de la jeunesse sur ce qui se passe dans le pays qui est celle de donner les vraies informations aux jeunes par rapport aux menaces qui planent sur la paix et la stabilité, et qui auront de répercussion sur l’émancipation de la jeunesse et sur sa responsabilité.

En répondant aux questions des journalistes si les forces de l’ordre et de la défense n’ont pas failli à leur devoir lors des obsèques du président Patassé, bien au contraire, le président Guenebem a félicité les forces de défense et de sécurité qui n’ont pas cédé à cette pression du public et qui ont agi avec sagesse, parce que selon lui, les objectifs poursuivis durant les obsèques du président Patassé depuis l’aéroport Bangui M’poko et dès l’arrivée de la dépouille de l’ancien président de la République centrafricaine Ange Félix Patassé, c’étaient de provoquer des incidents, de faire en sorte qu’il y a des casses de manière à ce qu’ils récupèrent et mènent leurs combats politiques sur la base de sacrifice.

Le président Guenebem a interpellé la jeunesse de Centrafrique à ne pas se laisser divertir, car l’intérêt d’un jeune en République centrafricaine au jour d’aujourd’hui, c’est la paix et la stabilité. Il a précisé pourquoi la jeunesse, ne veut pas s’engager dans le cycle de la violence parce qu’il croit que la RCA qui a fait un pas en avant fera dix pas en arrière et ce sera difficile pour remonter l’échelle. De tout ce qui a été évoqué, la jeunesse entend mener des actions telles que, les meeting, des débats à la radio et à la télévision, des conférences à l’université et dans les lycées, mais la grande action que le CNJ a en perspective, c’est la conférence nationale de la jeunesse centrafricaine qui impliquerait les jeunes de la diaspora, de l’arrière-pays, de la capitale pour échanger sur la vision de la jeunesse par rapport à ce nouveau cinquantenaire. Egalement la vision de la jeunesse par rapport au nouveau mandat du chef de l’Etat et de quelle manière, les jeunes souhaitent que les choses soient faites dans leur intérêt.

 

NDLR : Pourquoi seuls les jeunes du KNK ont le droit de disposer de la salle de conférence du ministère de la jeunesse pour y tenir des conférences pour débiter de telles conneries ? D'où sort cet individu de Guénébem ? Dans quelle planète vit-il ?  

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique