Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 01:03

 

 

carte Côte d'Ivoire

 

 

ABIDJAN - AFP / 28 mars 2011 19h49 - Les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara ont lancé lundi une "offensive généralisée" dans l'ouest, le centre-ouest et l'est du pays, a affirmé l'état-major de l'armée fidèle au chef d'Etat sortant Laurent Gbagbo.

"Il y a une offensive généralisée sur toute la ligne de front" qui coupe depuis 2002 le pays, le nord étant contrôlé par les combattants pro-Ouattara et le sud par l'armée loyale à M. Gbagbo, a indiqué à l'AFP une source à l'état-major des Forces de défense et de sécurité (FDS), fidèles au président sortant.

"Il y a eu une attaque des rebelles à Duékoué (ouest), une attaque sur le 2ème bataillon de Daloa (centre-ouest) et une autre près de Bondoukou (est). Cela pose le problème du cessez-le-feu en vigueur" depuis les affrontements de 2002-2003, a ajouté cette source.

"A Duékoué, les combats se poursuivent. A Daloa et Bondoukou, les attaques ont été repoussées", a-t-il affirmé.

A l'état-major des Forces républicaines, nouvelle dénomination des forces pro-Ouattara, rassemblant essentiellement des ex-rebelles des Forces nouvelles (FN), on a confirmé les attaques sur ces trois fronts.

"A Duékoué, il y a une poche de résistance (des FDS) dans une scierie située à la sortie ouest de la ville", selon cette source.

"A Daloa, nous avons attaqué le camp du 2ème bataillon et ce (lundi) matin nous avons pris la localité de Bediola (35 km au nord de Daloa). Nos hommes progressent maintenant vers Daloa", porte d'entrée de la "boucle du cacao", la grande région productrice.

La Côte d'Ivoire est le premier producteur et exportateur mondial de cacao.

A l'est du pays, "nous sommes à 15 km au nord de Bondoukou", ville frontalière du Ghana, selon cette source.

Cette offensive des forces pro-Ouattara intervient au moment où le pays glisse chaque jour un peu plus vers la guerre civile, les violences post-électorales ayant fait 462 morts, essentiellement des civils, selon l'ONU, depuis le scrutin contesté du 28 novembre.

Soumis à d'intenses pressions internationales, le président sortant, au pouvoir depuis 2000, refuse de céder le fauteuil présidentiel à son rival.

(©)

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 01:02

 

 

blaise compaore

 

 

OUAGADOUGOU - AFP / 28 mars 2011 19h32 - Des militaires mécontents ont bloqué lundi une entrée de la ville de Fada N'Gourma, dans l'est du Burkina Faso, où ils avaient libéré dans la matinée l'un des leurs emprisonné pour viol, a-t-on appris auprès des autorités locales.

A Fada N'Gourma, à 220 km à l'est de la capitale Ouagadougou, "les soldats ont bloqué l'entrée de la ville avec des chars", a déclaré une source proche du gouvernorat de la région de l'Est.

Ils sont ensuite sortis "en direction de Koupéla (45 km au nord de Fada)", arrêtant sur leur chemin des camions citernes pour "se ravitailler en essence", avant de continuer vers Tenkodogo (78 km au nord de Fada), a-t-il ajouté.

A Koupéla, un journaliste a expliqué par téléphone à l'AFP que sa voiture avait été "réquisitionnée par les soldats", qui ont "tiré en l'air" en ville. "Il y avait une dizaine de pick-up. Ils sont armés de lance-roquettes, de kalachnikov", a-t-il détaillé.

A Tenkodogo, les soldats ont "tiré en l'air en allant vers le camp militaire", a rapporté un habitant.

Sur place, "ils ont été rejoints par une cinquantaine de soldats, ils ont tiré en l'air, avant que ceux venus de Fada ne repartent dans leur ville", a indiqué un autre.

Les militaires mécontents du 32e régiment d'infanterie commando (RIC) de Fada N'Gourma avaient dans la matinée libéré lundi l'un des leurs, emprisonné pour le viol d'une fillette, après avoir semé la panique en tirant en l'air dans les rues.

Cet incident survient après une grogne, dans la nuit du 22 au 23 mars à Ouagadougou, de militaires qui étaient sortis de deux casernes, avaient tiré en l'air dans les rues et pillé des boutiques après la condamnation de cinq des leurs dans une affaire de moeurs.

Les cinq condamnés avaient finalement été libérés.

(©)

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:16

 

 

Bozize-decorant-Wade.jpg

 

En visite en CENTRAFRIQUE Me Wade fait Commandeur de la Grand Croix


(Le Soleil 28/03/2011)

Le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, a effectué une visite de 48 heures à Bangui, en République Centrafricaine, où il a été élevé au grade de Commandeur de la Grand Croix par le président François Bozizé. Cette visite d’amitié et de travail a été sanctionnée par un communiqué final insistant sur les excellentes relations entre nos deux pays.

Accueilli à l’aéroport international de Bangui par le président François Bozizé, le chef de l’Etat a été largement ovationné par les populations massées le long du cortège, et plus particulièrement par la colonie sénégalaise en Centrafrique au rythme de « Gorgui yaw la ». C’est au cours d’un déjeuner que la décoration de Commandeur de la Grand Croix lui a été remise par le président Bozizé.

Après un dépôt d’une gerbe de fleurs au Monument Barthélemy Boganda, père de la République centrafricaine, Me Wade a visité le monument qui abrite des arbres cinquantenaires, décoré par des artistes locaux. Au cours du déjeuner officiel, les excellentes relations entre les deux pays ont été magnifiées. « Il n’y a pas de démocratie parfaite et je salue en vous le modèle, car vous incarnez la valeur de la démocratie pour avoir lutté pendant très longtemps», a dit le président centrafricain à l’endroit de Me Wade. Il a ajouté : «vous persévérez dans la lutte pour renforcer la démocratie au Sénégal».

En réponse à son hôte, le chef de l’Etat a déclaré que c’est une opportunité exceptionnelle pour lui de se retrouver en Centrafrique, car cela fait plusieurs décennies que ce pays ami n’a pas reçu un président sénégalais. Il a poursuivi en disant que ce silence a été rompu et s’est dit très satisfait de retrouver ce pays après une période difficile, marquée par l’instabilité, la guerre et des pertes de vies humaines. « Vous êtes dans une période de normalisation avec des institutions fonctionnelles, et je suis venu après votre réélection vous encourager ainsi que tous les hommes et femmes de la sphère politique dans la persévérance à cultiver la paix, la démocratie et la tolérance », a lancé le chef de l’Etat à son homologue centrafricain.

Avant de quitter Bangui, le président de la République a rencontré la colonie sénégalaise dont il a salué le bon comportement en terre centrafricaine. Parmi les doléances évoquées par nos compatriotes sur place, figurent en bonne place l’obtention de cartes nationales d’identité, les passeports et la carte de séjour délivrée par les autorités du pays hôte. Il faut rappeler que lors de la cérémonie d’investiture du président Bozizé, c’est le président du Sénat, Pape Diop, qui avait représenté le chef de l’Etat aux festivités.

El H A.THIAM

© Copyright Le Soleil

 

NDLR : Abdoulaye Wade n’était déjà plus crédible eu égard à sa mauvaise gouvernance dans son propre Sénégal. En allant rendre visite au dictateur sanguinaire et voleur d’élections François Bozizé, il a définitivement perdu le peu de considération qui lui restait.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:00

 

 

 

Bozizé KNK ridicule

 

Des hommes armés ont empêché le vote à Bambari

Radio Ndéké Luka Lundi, 28 Mars 2011 13:11

Les électeurs du village de Boyo situé à 120 km de la ville de Bambari n’ont pas pu se rendre aux urnes ce 27 mars 2011 pour le 2nd tour des élections législatives. Des hommes armés non identifiés ont attaqué le village dans la nuit du 24 mars.

Les 4 bureaux de vote du village de Boyo sont restés fermés le jour du scrutin. C’est une circonscription électorale de Bambari 3.

On ne dispose pas de bilan sur la perte en vies humaines mais des populations jointes par Radio Ndeke Luka ont affirmé que ces hommes armés avaient juste « la volonté de boycotter le scrutin ».

Par contre dans la circonscription électorale de Bambari 1, une confusion plane encore sur la crédibilité des élections à cause des deux récents heurts entre les deux candidats en lice faisant plus de 15 blessés dont 2 seraient encore sous surveillance médicale.

 

Dans l'attente des résultats du second tour

Radio Ndéké Luka Lundi, 28 Mars 2011 12:30

Les Centrafricains sont donc dans l’attente des résultats du second tour des élections législatives qui se sont déroulées dimanche 27 mars. En attendant ces résultats, on peut d’ores et déjà faire un premier constat, celui de la faible participation des électeurs à ce scrutin. Dans la matinée, l’explication donnée était que les offices religieux dominicaux interdisaient toute affluence et que ce serait différent dans l’après-midi. Il n’en a rien été.

Pour l’opposition, cette faible mobilisation est à mettre à son actif. Elle est la preuve selon elle de la réussite et du respect de son mot d’ordre de boycott du scrutin. En revanche, le pouvoir et la CEI s’inscrivent en porte à faux contre ce point de vue. Fidèle Ngoundjika, porte-parole du gouvernement a déclaré : « l'appel de l'opposition au boycott du 2e tour des législatives, n'a eu aucun effet sur le scrutin. Le vote s'est déroulé normalement, sans incident grave et c'est pour le gouvernement un motif de grande satisfaction". Il juge que l'affluence "ne pouvait pas être la même" qu'au premier tour notamment parce que les électeurs choisissaient alors en même temps leur président.

Même si quelques bureaux de vote ont pu ouvrir à 6 h  comme initialement prévu, le plus grand nombre a ouvert ses portes en retard. Les raisons évoquées sont le retard dans le déploiement du matériel électoral, surtout celui dit « sensible » tel les bulletins de vote, l’encre indélébile et  le cachet.

Le second constat majeur est celui de certaines irrégularités qui ont donné l’occasion aux forces de l’ordre et de défense d’intervenir. Le cas le plus frappant est celui d’un président de bureau de vote de la première circonscription qui a profité de l’absence de ses collaborateurs pour bourrer une urne. L’urne a été vidée et le contenu brûlé sur place et en public.

L’autre cas est le comportement des partisans d’un candidat, dans la première circonscription du 5ème arrondissement. Ils ont voulu influencer le vote des électeurs. Une bagarre est née de cette situation. Le cameraman de la télévision nationale qui filmait la scène a été agressé et sa caméra cassée.

Les auteurs arrêtés et libérés tout de suite après… ont récidivé dans un autre centre de vote.

Il convient de signaler que les électeurs absents dans la plupart des bureaux de vote, les opérations de dépouillement ont commencé plus tôt. Vers 18 heures déjà, des résultats étaient affichés devant certains bureaux de vote.

On attend à présent dans les prochaines heures  les conclusions des différentes missions d’observateurs tant nationaux qu’internationaux déployés sur le terrain. Parmi elles, il y a l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et l’Institut pour la Démocratie en Afrique Centrale EISA.

Les résultats devraient être connus dans les huit jours et la Cour constitutionnelle a quinze jours pour les valider ou non. Une chose est certaine : la nouvelle assemblée nationale sera largement aux couleurs du KNK, le parti au pouvoir.

 

NDLR : Malgré le boycott de ce second tour par l’opposition et certains partis de la majorité présidentielle et alors que le KNK s’est retrouvé tout seul à batailler contre d’autres candidats indépendants KNK pour la plupart d’entre eux, on a encore assisté à des scènes de fraudes et d’irrégularités telles que décrites dans ce papier. C’est trop fort ! C’est que sans ces fraudes le KNK ne pourra jamais gagner quoi que ce soit dans ce pays.Il n'y a donc rien à attendre de ce second tour non plus. Toute cette mascarade électorale doit être annulée purement et simplement.  

 

Deux journalistes agressés à Bangui

Lundi, 28 Mars 2011 13:09

Cyrus-Emmanuel Sandy, Directeur de publication du quotidien indépendant MEDIAS+ a été séquestré ce lundi 28 mars 2011, par un groupe d’étudiants résidents de l’Ecole Normale Supérieure (ENS). Ces jeunes ont assiégé son domicile où se trouve également sa direction de publication, pour manifester leur mécontentement contre un article qui les aurait incriminés. La scène a eu lieu de 05h à 07h du matin.

L’article incriminé est intitulé « Quand le campus de l’ENS fait la honte de l’Université de Bangui ». Il est paru dans le N°254 du lundi 21 mars 2011. Dans cette parution, le confrère a rapporté un constat déplorable  des ressortissants de l’ENS revenus dans la même école 10 ans plus tard et qui se demandent si le campus universitaire de l’ENS est-il devenu un fourre-tout ou une cité détritus ? Voilà qui aurait mécontenté les étudiants ce matin.

Cyrus-Emmanuel Sandy se dit « surpris » de cette réaction des étudiants. « Ils sont passés me voir la veille pour discuter sur ledit article, et rendez-vous a été fixé le lendemain à 8 heures », explique-t-il à Radio Ndeke Luka. Pour lui, il s’agit d’une « manipulation politique derrière ces jeunes ». Le Directeur de publication de ce quotidien conclut « c’est quand une honte de voir un tel agissement ».

Mais interrogé à leur tour, ces étudiants « rejettent en bloc » tout ce qui est dit dans l’article. Kevin Yabada l’un des étudiants-résidents du campus de l’ENS précise « qu’aucun homme politique n’est derrière eux ». Au sujet de l’accusation selon laquelle l’ENS serait transformé en un lieu de commerce, Yabada indique que parfois ils « sollicitent de l’eau aux voisins ou vis-versa ». Il ajoute d’ailleurs que « les locaux sont aussi partagés entre eux et leurs camarades des sciences économiques ainsi que les élèves professeurs ».

Cet incident est survenu à la suite d’un cas de violence sur un cameraman de la Télévision Centrafricaine dimanche 27 mars au centre de vote du Lycée Miskine à Bangui. Il a été agressé par les partisans d’un Candidat du parti KNK aux législatives. Le Cameraman filmait une bagarre entre des électeurs KNK et un président de bureau de vote. Il a également vu son matériel de reportage entièrement saccagé, avec notamment une caméra détruite.

 

 

Le second tour des législatives s'est déroulé sans incident majeur

(Xinhuanet 28/03/2011)

BANGUI, 28 mars (Xinhua) -- Le second tour des élections législatives de la République centrafricaine s'est déroulé dimanche dans les circonscriptions concernées de Bangui et de provinces, sans incident majeur.

Il s'agit de pourvoir les 70 sièges restants sur les 105 que compte l'Assemblée nationale, les 35 autres étant pourvus dès le premier tour, le 23 janvier dernier.

Les élections se sont déroulées dans le calme, mais le constat général est qu'il y'a une faible mobilisation de la population, contrairement au premier tour.

Bien que le Front pour l'annulation et la reprise des élections de janvier 2011 (FARE 2011) ait demandé aux candidats de l'opposition concernés par ce second tour de retirer leur candidature, quelques-uns et les indépendants sont resté dans la course.

Le FARE 2011 a appelé la population au boycott de ce second tour dont elle estime les résultats connus d'avance à cause "de la fraude massive du pouvoir au premier tour" qu'elle dénonce depuis la publication des résultats provisoires par la Commission électorale indépendante (CEI).

Le second tour des législatives est organisé alors que la Cour constitutionnelle qui est la juridiction chargée de valider les résultats des élections n'a pas encore validé tous les résultats provisoires du premier tour ni examiné les recours des candidats.

Seul les résultats concernant la présidentielle ont été validés, ce qui a permis l'investiture le 15 mars dernier du président réélu François Bozizé pour un second mandat de 5 ans.

Au premier tour des législatives, 35 candidats ont été élus dont 34 du parti au pouvoir le KNK et un du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC).

Seul la présence de l'Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA) a été signalée pour l'observation internationale de ce second tour.

© Copyright Xinhuanet

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 01:01

 

 

 

frederik bishop cook

 

l'ex-ambassadeur américain en RCA Frédérick COOK

 

Chaque jour qui passe apporte non seulement son lot de révélations sur les méthodes de prédation de Bozizé mais également jette une lumière crue sur l'impossibilité pour la République centrafricaine de s'en sortir, ne serait que par un quelconque début d'un moindre commencement de décollage dans la voie du développement, tant que Bozizé et sa bande de corrompus et de prédateurs continueront à diriger ce pays.

 

C'est la désespérante et triste conclusion qu'on doit tirer des extraits du télégramme diplomatique envoyé au Département d'Etat à Washington par l'ex-ambassadeur des USA à Bangui qui a fait ses adieux au pays il n'y a pas si longtemps, que révèle Wikileaks. Bozizé fait vraiment la honte de la République centrafricaine mais plus il est traité "d'inapte" aux fonctions de président de la République, plus il veut s'accrocher au pouvoir. Un individu qui veut être chef mais n'a aucune vision du dévloppement du pays et du bien-ête de ses concitoyens et surtout n'a aucune dignité et le sens de l'honneur qui doit caractériser un officier qui se prend pour un général d'armée. C'est prprement affligeant !

 

Rédaction C.A.P 

 


Source: http://www.africareview.com/ mardi 8 Mars 2011 à 12h53


Un bras de fer à propos d’un route a donné un aperçu du fonctionnement interne du gouvernement de la République centrafricaine avec la révélation d’un câble diplomatique de Wikileaks qui suggère que le président François Bozizé avait cherché à tirer profit personnellement de l'argent prévu pour le projet.

Le projet de 2,75 millions financés par l'USAID aurait été une partie intégrante d'une route est-ouest dont répondait directement le gouvernement centrafricain lui-même dans son Document de stratégie de réduction de la pauvreté.

Mais, selon de nouveaux câbles Wikileaks, une frénésie de rencontres entre M. Bozizé et ses acolytes avant la date prévue au 26 Octobre 2009 pour le lancement des travaux routiers ont laissé à l'ambassadeur des États-Unis l'impression que le président était "personnellement intéressé par les profits financiers que les fonds de développement allaient apporter".
"Il cherchera à s'insérer dans les moindres détails du projet s'il voit une possibilité de gains financiers», dit un câble de l’ambassadeur américain Frederick Cook B. envoyé à ses supérieurs à Washington, mais il est copié par plusieurs autres ambassades.

Selon M. Cook, le président Bozizé et ministres proches ont insisté pour que le ministère de l'équipement la RCA, en utilisant les engins lourds de son département, « pourrait réparer la route en "peu temps, à moitié coût, et avec une meilleure ingénierie».

Ce sera ainsi malgré les protestations de l'ambassadeur selon lesquelles les spécifications de la route ont été arrêtées conformément aux normes juridiques et financières des États-Unis.

"Le président est un officier est un militaire sans formation en génie civil de même que le ministre de l'Equipement lui aussi et aucun autre expert en matière de route étaient présent lors de la réunion», a souligné la note.

Malgré le projet qui devrait employer 9.000 personnes en un an, le président Bozizé a insisté sur l'utilisation des engins lourds du Ministère de l'Equipement et dit ne se laisser influencer, même après qu'il a été souligné que ce serait prendre les emplois dont aurait tant besoin la population visée.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 00:05

 

 

 

Binguimale2 0

 

 

BANGUI (AFP) - 27.03.2011 20:26 - Les Centrafricains se sont rendus aux urnes dimanche pour élire leurs députés au second tour d'élections législatives dont l'issue laisse peu de doute, l'opposition boycottant le scrutin.

3.800 bureaux de vote étaient ouverts pour permettre d'élire 69 des 105 députés. 35 sièges ont été pourvus au premier tour, le 23 janvier, dont 26 pour le seul parti Kwa Na Kwa (KNK, le travail rien que le travail) du président François Bozizé.

Ce dernier, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003, élu en 2005, a été réélu avec 64,37% des voix dès le premier tour regroupant présidentielle et législatives.

Huit sièges ont été obtenus par des indépendants, dont cinq sont proches de M. Bozizé, et un seul par l'opposition.

Par ailleurs, une circonscription devait revoter à Birao (nord) et les résultats d'une autre à Boganda (sud), où les bulletins ont été dépouillés tardivement, ne sont pas connus.

Les opérations de vote qui devaient débuter dimanche à O6H00 locales, ont commencé avec du retard dans la capitale, a constaté un journaliste de l'AFP, où durant la journée les longues files d'attentes visibles lors du premier tour des élections de janvier étaient inexistantes cette fois.

Selon le rapporteur général de la Commission électorale indépendante (CEI) Rigobert Vondo, elles avaient pris fin sur l'ensemble du territoire vers 17H30 locales après les 10H00 d'ouverture continue réglementaires et se sont déroulées sans qu'"aucun incident grave" ne soit signalé.

"Nous sommes satisfaits de la participation du peuple centrafricain à ce second tour", a-t-il déclaré, signalant que "s'agissant du taux de participation il est encore trop tôt pour avancer un quelconque chiffre mais je précise que c'est un deuxième tour des législatives, pas de la présidentielle".

"Si les citoyens ne votent pas, ils doivent s'attendre à ce que leurs droits ne soient pas défendus et tant pis pour eux", a déclaré Freddy Mouakaouada, un électeur à l'école Saint Paul, à Bangui.

"J'ai voté au premier tour, mais je suis parvenu à la conclusion que les résultats ont été bien loin de la réalité", a de son côté estimé Jean-Marc Tembé, cadre banguissois de 41 ans, ajoutant qu'il avait refusé de voter lors de ce second tour "parce que voter c'est légitimer un parlement monocolore".

L'opposant Martin Ziguélé (3e à la présidentielle avec 6,80%) a quant à lui jugé dimanche qu'il y avait "peu d'engouement des électeurs". Il y a vu le signe que le boycott auquel appelait l'opposition avait été "suivi".

M. Ziguélé (2001-2003) est membre de la plate-forme de l'opposition, le Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011) qui regroupe trois des quatre candidats malheureux à la présidentielle, dont l'ex-président Patassé (2e, avec 21,41%).

Le Fare a appelé au boycott du scrutin de dimanche et refuse de reconnaître les résultats des élections de janvier, accusant le pouvoir de fraude.

M. Ziguélé avait estimé que "l'objectif de Bozizé est d'obtenir une majorité absolue avec des gens de sa famille pour faire sauter le verrou constitutionnel des deux mandats (du président). Il a besoin d'une majorité des deux tiers".

"L'appel de l'opposition au boycott du 2e tour des législatives, n'a eu aucun effet sur le scrutin. Le vote s'est déroulé normalement, sans incident grave et c'est pour le gouvernement un motif de grande satisfaction", a affirmé le porte-parole du gouvernement Fidèle Ngouandjika, jugeant que l'affluence "ne pouvait pas être la même" qu'au premier tour notamment parce que les électeurs choisissaient alors en même temps leur président.

Les résultats devraient être connus dans les huit jours et la Cour constitutionnelle a quinze jours pour les valider ou non.

L'instabilité politique a empêché le pays, pourtant riche en matières premières (uranium, diamants, bois, or) de se développer.

© 2011 AFP

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:54

 

 

Abdoulaye-Miskine-Koumta-Madji.jpg

 

 

Front Démocratique du Peuple Centrafricain

(F D P C)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LES AGISSEMENTS DU GENERAL BOZIZE

 

Depuis que les élections ont eu lieu dans notre pays le 23 janvier 2011 avec les résultats que nous connaissons, les Centrafricains doivent mieux se rendre compte le Président François BOZIZE a encore davantage jeté le masque de son visage. C’est quelqu’un qui n’est pas capable de respecter sa parole d’Officier Général. Il n’a nullement mis en application les Accords que le FDPC a accepté de signer avec lui en Libye.

Aujourd’hui, non content d'avoir triché aux élections pour gagner dès le premier tour, il rend la vie difficile aux leaders de l’opposition qui sont comme en prison.  L’avocat Me TIANGAYE est empêché de voyager. les leaders font l’objet de toutes les tracasseries policières et ne peuvent pas jouir de leurs libertés   garanties par la Constitution de la République centrafricaine.

Même pour des raisons de santé, il refuse l’évacuation à l’étranger de l’ancien Président Ange PATASSE. Que veut vraiment le Président BOZIZE ?

C’est pour ces raisons que je tiens à prendre l’opinion nationale et internationale à témoin par rapport aux agissements du Général Président François BOZIZE qui porte une grande responsabilité dans la situation que connaît la République centrafricaine. C’est quelqu’un qui ne veut pas que la paix revienne dans ce pays.

Le FDPC condamne avec force les actes arbitraires du Général Président BOZIZE et rejette sur lui tout ce qui arrivera.

Le FDPC tient à réaffirmer sa volonté de continuer la lutte jusqu’à la libération des Centrafricains de la servitude du Général François BOZIZE.

Fait le 27 mars 2011

Pour le F D P C

 

Le Général Abdoulaye MISKINE

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:19

 

 

Bokassa-1er.jpg

 

samedi 26 et dimanche 27 mars 2011 sur RFI

 

Par Valérie Nivelon

Nous sommes le 4 décembre 1977, le président à vie Jean-Bedel Bokassa se couronne « Empereur de Centrafrique » sous le soleil de Bangui. La cérémonie est fastueuse ; le sacre, un grand spectacle dont Jean-Bedel Bokassa est la vedette.

Valéry Giscard d’Estaing offrira le film de la cérémonie à « son cher parent », Jean-Bedel Bokassa. Un film réalisé par le service cinéma des armées de l’époque. Aujourd’hui déclassifié par l’ECPAD

« Bokassa 1er, empereur de Françafrique », c’est le titre du documentaire signé Emmanuel Blanchard, diffusé le jeudi 31 mars 2011 sur la chaîne Planète, et en avant-première dans « La marche du monde ».

Appuyé sur des images d’archives inédites et les témoignages exclusifs de ceux qui en furent les acteurs et les témoins, ce film nous plonge au coeur d’un dérapage majeur de ce qu’on appelle « la Françafrique ». 

Invités :

- Emmanuel Blanchard, historien et réalisateur du documentaire « Bokassa 1er, empereur de Françafrique »

- Antoine Glazer, ancien rédacteur en chef de la Lettre du Continent, spécialiste des relations entre la France et ses anciennes colonies africaines

- Capitaine Christophe Cazorla de l’ECPAD, l’établissement de communication et de production audiovisuel de la défense.

 

Lien pour écouter le document en ligne :   http://www.rfi.fr/aef_player_popup/rfi_player#

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 23:11

 

 

URNE EN BOIS

 

 

Législatives : vers une confirmation de la faible participation au scrutin

27 mars 2011 www.journal-des-elections.net    par Simon-Pierre NDouba

 

 

Le scrutin pour le second tour des législatives se poursuivait dans le calme, dimanche après-midi sur l’ensemble du territoire centrafricain.

A Bangui, le centre de santé de Gobongo, dans le 8ème arrondissement, était presque désert autour de 13h 30, heure locale. Idem pour le centre de vote de l’école Malimaka, dans le 5ème arrondissement, où le président d’un bureau de vote a été interpellé et ses assesseurs remplacés pour avoir remis 4 bulletins de vote à un électeur.

La même tendance est observée à Nola (Sud-ouest), Bouar et Bozoum (Nord-ouest).
Dans cette dernière localité, un bureau de vote de la mairie affichait 91 votants sur 254 inscrits tandis qu’un autre de l’école Saint-Michel enregistrait 102 votants sur 653 inscrits, environ une demi-heure avant la clôture du vote

 

Centrafrique: bureaux de vote fermés, dépouillement en cours

BANGUI (AFP) - 27.03.2011 17:05 - Les opérations de vote pour le second tour des élections législatives en Centrafrique se sont terminées et le dépouillement des suffrages était en cours à travers le pays en fin d'après-midi dimanche, a indiqué à l'AFP la Commission électorale indépendante (CEI).

"Pour l'ensemble des opérations, tant à l'intérieur du pays que dans la capitale, c'est le dépouillement", a déclaré le rapporteur général de la CEI, Rigobert Vondo, ajoutant qu'"aucun incident grave ne nous a encore été signalé".

Des bureaux de vote ayant ouvert avec du retard à Bangui ont fermé après 16H00 (15H00 GMT), l'horaire de clôture initialement prévu, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous avions commencé à 7H00 (6H00 GMT et non 6H00 locales comme prévu) à cause de la distribution du matériel, c'est pourquoi nous devons aller jusqu'à 17H00 (16H00 GMT) puisqu'il nous faut remplir les 10H00 de vote", a expliqué Jacques Zallot, président du bureau de vote numéro 7 à l'école Koudoukou de Bangui.

"Nous aurions pu commencer même avant 17H00 (le dépouillement) parce que les électeurs ne viennent plus mais nous attendons l'heure exacte pour commencer", a-t-il poursuivi.

Les longues files d'attentes visibles lors du premier tour des élections législatives qui étaient groupées avec l'élection présidentielle (remportée dès le premier tour par le président François Bozizé) le 23 janvier étaient cette fois inexistantes dans la capitale.

"Nous sommes satisfaits de la participation du peuple centrafricain à ce second tour", a déclaré M. Vondo, signalant que "s'agissant du taux de participation il est encore trop tôt pour avancer un quelconque chiffre mais je précise que c'est un deuxième tour des législatives, pas de la présidentielle".

L'opposant Martin Ziguélé a quant à lui jugé que le boycott, auquel appelait l'opposition qui rejette les résultats des élections de janvier et qui s'est retirée des législatives, a été suivi.

Les Centrafricains votaient dimanche pour 69 sièges sur 105 à l'Assemblée nationale qui n'ont pas été attribués au premier tour.

Le parti présidentiel du président Bozizé devrait sortir largement majoritaire du scrutin dans la mesure où l'opposition boycotte les élections.

© 2011 AFP

 

Second tour des législatives: un journaliste molesté  27/03/2011

Le cameraman Jonathan Oulhimi de la Télévision Centrafricaine a été sauvagement battu par les partisans du Candidat Hippolyte Meyers du parti KNK (Kwa na Kwa, parti au pouvoir) dimanche matin centre de vote du Lycée Miskine.

Le Cameraman qui filmait une bagarre entre les électeurs KNK et le président d'un bureau de vote a également vu son matériel de reportage entièrement saccagé.

 
(Source Bêafrica.net)

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:47

 

 

Crépin Mboli Goumba

 

Maître Crépin MBOLI-GOUMBA, Président du Patrie

 

Vice-Président de la CEI, l'auteur de cette réflexion a dû claquer la porte avec fracas de cette même CEI dont la responsabilité personnelle et les dérives inadmissibles de son président dans la gestion de cette structure et dans le mauvais déroulement des opérations électorales et les fraudes à grande échelle par la suite qui ont été sévèrement pointés dans l'explosif rapport de l'UE sur les élections groupées du 23 janvier dernier. Crépin Mboli-Goumba a dit l'avoir fait "pour servir d'électrochoc" à ses autres camarades représentants des partis de l'opposition qui siégeaient avec lui au sein de cette commission électorale mais ceux-ci ne l'ont pas suivi et sont demeurés en  fonctions jusqu'au dernier moment contre toute évidence et lucidité politique, avalant couleuvre après couleuvre, attitude que beaucoup leur reprochent aujourd'hui et qui a quelque peu entamé la crédibilité de l'opposition et fait  douter d'aucuns de la détermination de certains de ses leaders.

Rédaction C.A.P

 

Ces temps derniers, je m’étais éloigné des rivages du débat corrupteur, pour faire le bilan de plus d’une année de lutte unitaire. C’est établi, face à l’obstacle, les visages s’éclairent pour autrui. J’ai donc pu observer les visages d’hommes « en situation », essayant, autant que possible,  de palper leur vérité profonde. Je dois l’avouer,  ce que j’y ai découvert ne m’a pas rassuré pour l’avenir.

Homme libre, insensible à la tyrannie de la pensée unique, d’où qu’elle vienne, n’aspirant à aucun entrisme et exclusivement préoccupé par notre commune destinée, je me devais de rappeler certaines choses essentielles.

D’abord, toutes affaires  cessantes, que cela soit dit : la Commission électorale indépendante de 2011 a organisé les élections les plus calamiteuses de toute l’histoire de notre pays.  Aujourd’hui, à l’heure du bilan, nous ne pouvons que constater l’immense champ de ruines de nos illusions. Cela ne contribuera pas à améliorer notre réputation nationale, c’est-à-dire ce qui n’est pas quantifiable et constitue l’âme d’un peuple.

Mais c’était fort prévisible. Nous avions vu le code électoral se dévider de l’essentiel de ses dispositions et avons accepté de participer au scrutin. En tant que membre d’un parti politique qui a participé aux différentes réunions de l’opposition, je n’ai aucune peine à assumer cette part de responsabilité devant l’histoire. Même si chacun sait en son for intérieur ce qu’il en est réellement. A quelques jours des élections générales, tous les partis politiques constituant le Collectif des Forces du Changement (C.F.C), avaient décidé de retirer leurs représentants au sein de la commission électorale indépendante. Tous les partis, sauf, un, certainement le plus important de l’opposition, lequel nous avait affirmé que pareille décision relevait du Congrès. Les documents étaient préparés, distribués !

Il parait qu’il fallait aller aux élections, pour toucher du doigt certaines irrégularités. Je voudrais objecter, sans malice aucune, qu’on n’a certainement pas besoin de boire la ciguë pour savoir qu’elle tue !  Cette attitude nous prive de l’acte de contrition nécessaire, l’humilité de reconnaitre que nous avons manqué de stratégie, et, au fond, de caractère. Si nous n’assenons que des certitudes, où serait la part du doute, de l’interrogation ?

Si nous sommes incapables de faire notre mue, alors, il faut en tirer les conséquences. Nous ne devons pas nous précipiter pour créer des structures, sans lever des équivoques. La peur de rater l’événement, le désir, légitime, de peser sur la marche des choses nous poussent parfois à faire des erreurs. Un homme avançant à hauteur d’histoire ne devrait pas avoir peur de se retrouver temporairement seul, tant il est vrai que la traversée du désert précède le triomphe. C’est le chemin, difficile, de ceux qui n’ont pas choisi la complaisance vis-à-vis d’eux-mêmes. 

Il est des questions qui sont essentielles, qui conditionnent le futur de notre pays et constituent désormais le préalable à l’action unitaire, au nombre desquelles la place de notre pays dans la sous-région. Je le dis en connaissance de cause. A titre d’illustration, lorsque l’armée tchadienne a pénétré sur le sol national, sacré pour ceux qui aiment leur pays, en appoint à l’armée nationale, sans débat préalable à l’assemblée nationale, sans consensus, pas le moindre petit communiqué de l’opposition ! Quelque fut la justification de cette intervention, nous avons évité d’intervenir, parce qu’une telle initiative eut été porteuse de l’aliénation d’un soutien précieux de quelques pays de la sous-région, dans cet affligeant chemin de Damas qui est le cimetière de notre ambition nationale. 

J’estime pour ma part que le palais de la renaissance, sans les armoiries nationales, ce n’est pas la peine. Je ne suis pas prêt à m’associer avec n’importe qui, même le diable, pour arriver au pouvoir, et régner, même sur des cadavres. Si la politique n’offrait que cette unique perspective, alors, il ne me resterait plus qu’à me retirer sur mes terres, pour écouter le champ des oiseaux et la mélodie éternelle de la rivière Nzagarou.

Se pose ici une question philosophique : l’homme politique, aspirant conquérir la machine d’Etat pour transformer la société, peut-il considérer qu’il a échoué s’il n’y parvient pas?

Je n’ai pas de réponse définitive à cette question. J’ai pourtant le sentiment que tout est relatif. L’homme politique étant d’abord une force de propositions, donc des idées, s’il ne parvient pas au pouvoir, mais que ces idées y parviennent, n’aura pas perdu son temps, car les grandes nations tirent leur force dans les repères de l’histoire.

Au fond, nous avons avancé sur des malentendus. Nous avons été incapables de signer le moindre petit accord électoral, de sorte qu’une victoire de l’opposition eut été simplement celle d’un parti politique membre de cette opposition. Lequel parti politique n’aurait pas été obligé de partager le pouvoir avec les autres, en toute légalité !

En y réfléchissant, l’opposition a perdu les élections  à trois reprises avant le 23 janvier 2011 : lorsqu’elle a renoncé à l’exigence du départ de Binguimale, lorsqu’elle a accepté les listes manuelles, et le jour mémorable où elle a déclaré solennellement ne pas exiger un gouvernement d’union nationale, après la prorogation irrégulière, du mandat des députés et du Président de la République. Il ne s’agissait pas d’aller au gouvernement pour occuper des postes, mais plutôt pour exiger un droit de regard sur l’organisation des élections.

Le coup de grâce a été donné à notre crédibilité lorsque les candidats à l’élection présidentielle ont écrit au Secrétaire Général des Nations Unies, à cinq jours du scrutin, pour menacer de boycotter les élections, si certaines exigences n’étaient pas satisfaites. Le jour de l’ouverture de la campagne, j’ai allumé mon transistor, pour me rendre compte, malgré la non satisfaction de ces exigences, que tous les candidats, sans exception, avaient décidé d’y aller. Cela m’a arraché un sourire triste.

Et maintenant vient le temps de l’anathème, de la dictature de la pensée unique ! Ceux qui hier voulaient un congrès pour retirer leurs représentants à la CEI se posent en donneurs de leçons, et exigent des choses, distribuent des bons et mauvais points ! C’est la faute à l’ADP, la faute à la communauté internationale. Certains ont même considéré ma démission de la CEI comme relevant de l’immaturité et n’ont pas hésité à se comparer à des ânes en quête de foin ! C’est confondant de sincérité ! Face à un tel autoportrait, que leur répondre, sinon souhaiter que le foin fût savoureux.

L’ADP avait parfaitement le droit de refuser de retirer à la vingt- cinquième heure ses représentants de la CEI, puisqu’au moment opportun, quand elle était prête les autres se sont défilés !

Quant à la communauté internationale, nous lui avons accordé une importance trop grande, la faisant sortir de son rôle. J’ai bien vu avec quelle délectation nous faisions valider la moindre initiative par elle, y laissant du coup toute notre autonomie. Cette communauté internationale est composée de Diplomates, dont la mission n’est pas de se substituer à l’opposition centrafricaine. Si nous avons manqué de caractère, en acceptant certaines pressions légitimes, nous n’avons aucune fierté à nous en plaindre. 

D’ailleurs, il convient de nuancer. La communauté internationale n’est pas un bloc monolithique. On ne peut pas ne pas saluer le rôle de l’union européenne dans le processus électoral.

Certains préalables devront être levés, parce que des occasions de transversalité se présenteront. Mais nous ne devons pas nous comporter comme s’il ne s’était jamais rien passé.

Dans l’intervalle, chacun cultivera son jardin comme bon lui semble, sans arrière-pensée, sans faux-semblant.  Je suis persuadé que d’autres initiatives de regroupement verront le jour. Dans cette diversité, chaque groupe devra agir en fonction de l’intérêt supérieur de la nation. Dans cette perspective, le Patrie, résolument dans l’opposition, prendra attache avec tous ceux qui sont intéressés par l’action pour une modernisation de la vie politique dans notre pays.

Une image, pour finir : les travaux de réhabilitation de l’hôpital général de Bangui, si gracieusement financés par le royaume chérifien. C’est certainement une très bonne nouvelle pour les Centrafricains. Mais quelle symbolique ! Nous cherchons à rattraper la position qui était la nôtre il y a plus de trente ans !

Voilà pourquoi, nous n’avons pas le droit de nous contenter de pis-aller.

 

Bangui, 27 mars 2011

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion