Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 17:06




 

APA-Niamey 2009-07-16 12:28:58 (Niger) Le Syndicat autonome des magistrats du Niger (SAMAN) a appelé jeudi au « rétablissement » de la Cour constitutionnelle dissoute fin juin dernier par le Président Mamadou Tandja, après qu’elle a déclaré « non conforme à la constitution » le projet de référendum pour adopter une nouvelle constitution.

Dans une déclaration lue par son secrétaire générale, Yacouba Soumana, le SAMAN, a invité le Chef de l’Etat à « rétablir » la Cour constitutionnelle qu’il avait « illégalement » dissoute en vertu de pouvoirs exceptionnels qu’il s’est accordés « alors même que les conditions de ces pouvoirs n’étaient pas réunies ».

Les magistrats nigériens ont dénoncé la nomination d’une nouvelle équipe de juges constitutionnels « taillée sur mesure avec une concentration des pouvoirs entre les mains du Président de la république ».

« Même si les conditions de l’application des pouvoirs exceptionnels étaient réunis, ceux-ci devaient permettre de garantir le fonctionnement normal des instituions et non de les démanteler » a dit M.Soumana, faisant allusion à la décision prise par le Président de Tandja de gouverner par décrets et ordonnances.

Selon le responsable syndical, le SAMAN « se donnera tous les moyens légaux pour faire aboutir ses revendications ».

Lundi, les avocats du Niger ont déposé leurs robes et fermé leurs cabinets en raison d’une grève de 24 heures pour manifester leur « solidarité » avec la Cour constitutionnelle, révoquée pour s'être opposée au référendum du président Tandja qui veut adopter par référendum une nouvelle constitution qui lui permettrait de rester au pouvoir.

La représentante du Conseil de l'Ordre des avocats avait démissionné de la Commission nationale électorale indépendante (CENI), Me Zada Aïssatou, avait récemment démissionné de la vice-présidence de cet organe, en même temps que les délégués des ONG et partis opposés au référendum.

Afin d’organiser ce référendum, le Chef de l’Etat a dissout fin mai dernier, l’assemblée nationale et modifié le code électoral, après s’être octroyé des « pouvoirs exceptionnels » qui avaient également permis de dissoudre la Cour constitutionnelle.

Le 12 juillet dernier, à la veille du lancement de la campagne référendaire, le Président Tandja a appelé à un « oui massif » pour ce nouveau texte fondamental controversé au sein de la classe politique et des organisations de la société civile.

Le front pour la défense de la démocratie dirigé par le chef de file de l’opposition, Mahamadou Issoufou, a qualifié cette initiative de « coup d’Etat » et appelé à un « boycott massif » de ce référendum, « à haut risque et porteur de graves dangers pour la paix et l'Etat de droit », selon Mahamane Ousmane, l’ancien président du parlement et principal allié à Tandja.

Élu en 1999, puis réélu en 2004, le Chef de l’Etat devait quitter le pouvoir en décembre prochain, au terme de son deuxième quinquennat, selon les dispositions de la constitution actuelle. Mais, selon les termes de la nouvelle constitution soumise à référendum, le Président en poste pourra exercer le pouvoir d’Etat jusqu'en 2012.

Il pourra ensuite se représenter autant de fois qu'il le souhaite contrairement à l'actuelle Constitution qui limite le mandat présidentiel à deux mandats de cinq ans une fois renouvelable.


Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 16:31




UNION DES FORCES VIVES  DE LA NATION & AUTRES PARTIS

 

A LEURS EXCELLENCES: MESSIEURS LES PRESIDENTS DE LA REPUBLIQUE CHEF DE L'ETAT

A LEURS EXCELLENCES MESSIEURS LES DIRIGEANTS DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES MEMBRES OU COMITE DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DU DIALOGUE POLITIQUE INCLUSIF

OBJET : APPEL

EXCELLENCES,

Une fois de plus, le Président de la République, Chef de l’Etat, le Général François BOZIZE YANGOUVOUNDA, son Gouvernement et sa Majorité Parlementaire ont, lors du vote de la loi Portant Code Électoral, violé ouvertement le Consensus qui, pour aider au retour et à la Consolidation de la Paix, a été admis exceptionnellement par le Dialogue Politique Inclusif (DPI)  comme mode de décision à l’exclusion du Vote Majoritaire des Temps Ordinaires.

Dans une Déclaration Commune, l'Union des Forces Vives de la Nation et les « Autres Partis », tous les deux des Regroupements Politiques d'Opposition Démocratique ayant participé au Dialogue Politique Inclusif, ont dénoncé vigoureusement cette persistance du Chef de l'Etat et de sa Majorité:

1- à camper résolument sur la soit disant « légitimité Constitutionnelle de leur Autorité » pour imposer leur diktat au niveau du Code électoral transformé unilatéralement "en excellent instrument de leur victoire aux élections de 2010

2- à traiter par le mépris l'ensemble des Recommandations du DPI réduit lui-même en "banal fait politique", dépourvu de tout fondement juridique, donc insusceptible de s'imposer aux ''Pouvoirs dits légaux" issus de la Constitution.

Pour l'Union des Forces Vives de la Nation et les Autres Partis, nier au Dialogue- Politique Inclusif toute autorité, comme le font effrontément et en toute irresponsabilité le Général Président et sa Majorité tient du DEFI inacceptable lancé aux chefs d'Etat des Pays et aux Dirigeants des Organisations internationales qui:

• d'une part ; ont vu dans le Dialogue Politique Inclusif « La Solution Politique de Circonstance » à la crise institutionnelle très aigue qui secouait et secoue encore la Centrafrique  sans qu’on y trouve de « parades constitutionnelles » disponibles et efficaces.

*d'autre part; se sont investis, en conseils et en argent pour organiser cette Assise de l’Espérance et en assurer la réussite.

Face à un tel entêtement du Général Président et de sa Majorité hermétiquement fermés aux « Voies Concrètes Exceptionnelles » de règlement des Situations toutes aussi Exceptionnelles créées par des conflits militaro politiques fatals à la Démocratie, l'Union des Fortes Vives de la Nation et Autres Partis prennent volontiers leur responsabilité pour dire et affirmer net que ;

Lorsqu'un Chef d'Etat, Président de la République et sa Majorité prennent argument de leur légitimité issue des urnes pour faire boire au le Peuple Souverain la cigüe jusqu'à la lie, la levée générale des boucliers doit être le Recours ultime de tous les Démocrates de par le Monde pout que la liberté et la Justice triomphent sur l'arbitraire et la tyrannie, au profit de la Multitude.  

En conséquence de cette position, tout en rendant hommages aux Chefs d'Etat des Pays amis d'Afrique et d'ailleurs et aux Dirigeants des Organisations Internationales qui ont donné jusqu'ici d'eux-mêmes pour le Retour de la Paix, la Restauration de l'Etat, l’Autorité de l’Etat et la Démocratie en Centrafrique, l’Union des Forces Vives de la Nation et Autres Partis les appellent:

- à redoubler d'effort par une présence plus marquée aux cotés des Forces Démocratiques Centrafricaines en lutte, pour qu'ensemble ils amplifient la pression sur les Autorités de Bangui, décidées à tout risquer pour s'assurer la victoire dans des élections "arrangées" en 2010.

- à s'interdire de jouer demain le très désobligeant rôle du «Médecin après la Mort » en se mobilisant dès à présent, dans la recherche des voies et moyens d'éviter  le basculement du Pays tout entier dans le chaos dont, méthodiquement et par des touches successives, le Général Président, son Gouvernement et sa Majorité s'ingénient à créer les conditions.

Veuillez agréer:

 * Excellences Messieurs les Présidents de la République Chefs de l'Etat,

 * Excellences Messieurs les Dirigeants des Organisations internationales, l'expression de notre très Haute Considération .

Fait à Bangui le 10 Juillet 2010

 

Pour l'Union des Forces Vives de la Nation             Pour les Autres Partis

Le Coordonnateur                                                     Le Coordonnateur

 

Me Henri POUZERE                                             Le général Timothée MALENDOMA

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 14:54




 Linternationalmagazine.com, publié le 16/07/2009

Dans cette nouvelle liste noire établie par l’UE (que nous publions ici en partie), on note la présence de nombreuses compagnies africaines mais aussi les opérateurs individuels comme Air West (Soudan), Silverblack cargo freighters (Rwanda)...

 

La liste noire de l’UE comprend 200 compagnies de 17 pays, pour la majorité du continent africain, mais également d’Asie. Les compagnies africaines incriminées sont souvent inconnues et ne bénéficient pas, pour la plupart, d’une licence officiellement délivrée par les organisations internationales.

La RD Congo compte parmi les têtes de liste des pays possesseurs d’"avions poubelles". En effet, beaucoup d’avions militaires ayant servi pendant la guerre civile dans ce pays qui enregistre de nombreux crashs aériens ont été reconvertis dans le transport de passagers.

Le communiqué parvenu à la rédaction d’International magazine ne mentionne pas le nom de Yémania Airways. L’Union européenne attend les conclusions sur les causes de l’accident avant de prononcer une éventuelle interdiction de vol contre Yémania Airways en Europe.

Liste des transporteurs aériens faisant l’objet d’une interdiction d’exploitation générale dans la communauté européenne

AIR KORYO - République populaire démocratique de Corée

AIR WEST CO. LTD - République du Soudan

ARIANA AFGHAN AIRLINES - République islamique d’Afghanistan

MOTOR SICH - Ukraine

SIEM REAP AIRWAYS INTERNATIONAL - Royaume du Cambodge

SILVERBACK CARGO FREIGHTERS - République du Rwanda

UKRAINE CARGO AIRWAYS - Ukraine

UKRAINIAN MEDITERRANEAN AIRLINES - Ukraine

VOLARE AVIATION ENTREPRISE – Ukraine

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de l’Angola responsables de la surveillance réglementaire (à l’exception de TAAG Angola Airlines), à savoir :

AEROJET - République d’Angola

AIR26 004 - République d’Angola

AIR GEMINI - République d’Angola

AIR GICANGO - République d’Angola

AIR JET 003 - République d’Angola

AIR NAVE - République d’Angola

ALADA - République d’Angola

ANGOLA AIR SERVICES - République d’Angola

DIEXIM - République d’Angola

GIRA GLOBO - République d’Angola

HELIANG - République d’Angola

HELIMALONGO - République d’Angola MAVEWA 016 Inconnu République d’Angola

PHA République d’Angola

RUI & CONCEICAO République d’Angola

SAL - République d’Angola

SERVISAIR - République d’Angola

SONAIR - République d’Angola

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités du Bénin - République du Bénin responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

AERO BENIN - République du Bénin

AFRICA AIRWAYS - République du Bénin

ALAFIA JET PEA - République du Bénin

BENIN GOLF AIR PEA - République du Bénin

BENIN LITTORAL AIRWAYS - République du Bénin

COTAIR - République du Bénin

ROYAL AIR - République du Bénin

TRANS AIR BENIN - République du Bénin

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

AFRICA ONE - République démocratique du Congo (RDC)

AFRICAN AIR SERVICES COMMUTER - République démocratique du Congo (RDC)

AIGLE AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

AIR BENI - République démocratique du Congo (RDC)

AIR BOYOMA - République démocratique du Congo (RDC)

AIR INFINI - République démocratique du Congo (RDC)

AIR KASAI - République démocratique du Congo (RDC)

AIR KATANGA - République démocratique du Congo (RDC)

AIR NAVETTE - République démocratique du Congo (RDC)

AIR TROPIQUES - République démocratique du Congo (RDC)

BEL GLOB AIRLINES - République démocratique du Congo (RDC)

BLUE AIRLINES - République démocratique du Congo (RDC)

BRAVO AIR CONGO - République démocratique du Congo (RDC)

BUSINESS AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

BUSY BEE CONGO - République démocratique du Congo (RDC)

BUTEMBO AIRLINES - République démocratique du Congo (RDC)

CARGO BULL AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

CETRACA AVIATION SERVICE - République démocratique du Congo (RDC)

CHC STELLAVIA - République démocratique du Congo (RDC)

COMAIR - République démocratique du Congo (RDC)

COMPAGNIE AFRICAINE D’AVIATION (CAA) - République démocratique du Congo (RDC)

DOREN AIR CONGO - République démocratique du Congo (RDC)

EL SAM AIRLIFT - République démocratique du Congo (RDC)

ENTREPRISE WORLD AIRWAYS (EWA) - République démocratique du Congo (RDC)

ESPACE AVIATION SERVICE - République démocratique du Congo (RDC)

FILAIR - République démocratique du Congo (RDC)

FREE AIRLINES - République démocratique du Congo (RDC)

GALAXY KAVATSI - République démocratique du Congo (RDC)

GILEMBE AIR SOUTENANCE (GISAIR) - République démocratique du Congo (RDC)

GOMA EXPRESS - République démocratique du Congo (RDC)

GOMAIR - République démocratique du Congo (RDC)

GREAT LAKE BUSINESS COMPANY - République démocratique du Congo (RDC)

HEWA BORA AIRWAYS (HBA) - République démocratique du Congo (RDC)

INTERNATIONAL TRANS AIR BUSINESS (ITAB) - République démocratique du Congo (RDC)

KATANGA AIRWAYS - République démocratique du Congo (RDC)

KIN AVIA - République démocratique du Congo (RDC)

KIVU AIR - République démocratique du Congo (RDC)

LIGNES AÉRIENNES CONGOLAISES (LAC) - République démocratique du Congo (RDC)

MALU AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

MALILA AIRLIFT - République démocratique du Congo (RDC)

MANGO AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

PIVA AIRLINES - République démocratique du Congo (RDC)

RWAKABIKA BUSHI EXPRESS - République démocratique du Congo (RDC)

SAFARI LOGISTICS SPRL - République démocratique du Congo (RDC)

SAFE AIR COMPANY - République démocratique du Congo (RDC)

SERVICES AIR - République démocratique du Congo (RDC)

SUN AIR SERVICES - République démocratique du Congo (RDC)

SWALA AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

TEMBO AIR SERVICES - République démocratique du Congo (RDC)

THOM’S AIRWAYS - République démocratique du Congo (RDC)

TMK AIR COMMUTER - République démocratique du Congo (RDC)

TRACEP CONGO AVIATION - République démocratique du Congo (RDC)

TRANS AIR CARGO SERVICES - République démocratique du Congo (RDC)

TRANSPORTS AÉRIENS CONGOLAIS (TRACO) - République démocratique du Congo (RDC)

VIRUNGA AIR CHARTER - République démocratique du Congo (RDC)

WIMBI DIRA AIRWAYS - République démocratique du Congo (RDC)

ZAABU INTERNATIONAL - République démocratique du Congo (RDC)

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de Guinée équatoriale responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

CRONOS AIRLINES - Guinée équatoriale

CEIBA INTERCONTINENTAL- Guinée équatoriale

EGAMS - Guinée équatoriale

EUROGUINEANA DE AVIACION Y TRANSPORTES - Guinée équatoriale

GENERAL WORK AVIACION - Guinée équatoriale

GETRA - GUINEA ECUATORIAL DE TRANSPORTES AEREOS - Guinée équatoriale

GUINEA AIRWAYS - Guinée équatoriale

STAR EQUATORIAL AIRLINES - Guinée équatoriale

UTAGE – UNION DE TRANSPORT AEREO DE GUINEA ECUATORIAL - Guinée équatoriale

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités indonésiennes responsables de la surveillance réglementaire, à l’exception de Garuda Indonesia, Airfast Indonesia, Mandala Airlines et Ekspres Transportasi Antarbenua, notamment :

AIR PACIFIC UTAMA - République d’Indonésie

ALFA TRANS DIRGANTATA - République d’Indonésie

ASCO NUSA AIR - République d’Indonésie

ASI PUDJIASTUTI - République d’Indonésie

AVIASTAR MANDIRI - République d’Indonésie

CARDIG AIR - République d’Indonésie

DABI AIR NUSANTARA - République d’Indonésie

DERAYA AIR TAXI - République d’Indonésie

DERAZONA AIR SERVICE - République d’Indonésie

DIRGANTARA AIR SERVICE - République d’Indonésie

EASTINDO - République d’Indonésie

GATARI AIR SERVICE - République d’Indonésie

INDONESIA AIR ASIA - République d’Indonésie

INDONESIA AIR TRANSPORT - République d’Indonésie

INTAN ANGKASA AIR SERVICE - République d’Indonésie

JOHNLIN AIR TRANSPORT - République d’Indonésie

KAL STAR - République d’Indonésie

KARTIKA AIRLINES - République d’Indonésie

KURA-KURA AVIATION - République d’Indonésie

LION MENTARI AIRLINES - République d’Indonésie

MANUNGGAL AIR - République d’Indonésie

MEGANTARA - République d’Indonésie

MERPATI NUSANTARA AIRLINES - République d’Indonésie

METRO BATAVIA - République d’Indonésie

MIMIKA AIR - République d’Indonésie

NATIONAL UTILITY HELICOPTER - République d’Indonésie

NUSANTARA AIR CHARTER - République d’Indonésie

NUSANTARA BUANA AIR - République d’Indonésie

NYAMAN AIR - République d’Indonésie

PELITA AIR SERVICE - République d’Indonésie

PENERBANGAN ANGKASA SEMESTA - République d’Indonésie

PURA WISATA BARUNA - République d’Indonésie

REPUBLIC EXPRESS AIRLINES - République d’Indonésie

RIAU AIRLINES - République d’Indonésie

SAMPOERNA AIR NUSANTARA - République d’Indonésie

SAYAP GARUDA INDAH - République d’Indonésie

SKY AVIATION - République d’Indonésie

SMAC - République d’Indonésie

SRIWIJAYA AIR - République d’Indonésie

SURVEI UDARA PENAS - République d’Indonésie

TRANSWISATA PRIMA AVIATION - République d’Indonésie

TRAVEL EXPRESS AVIATION SERVICE - République d’Indonésie

TRAVIRA UTAMA - République d’Indonésie

TRI MG INTRA ASIA AIRLINES - République d’Indonésie

TRIGANA AIR SERVICE - République d’Indonésie

UNINDO - République d’Indonésie WING ABADI

AIRLINES - République d’Indonésie

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités du Kazakhstan responsables de la surveillance réglementaire (à l’exception d’Air Astana), à savoir :

AERO AIR COMPANY - République du Kazakhstan

AEROPRAKT KZ - République du Kazakhstan

AEROTOUR KZ - République du Kazakhstan

AIR ALMATY - République du Kazakhstan

AIR COMPANY KOKSHETAU - République du Kazakhstan

AIR DIVISION OF EKA - République du Kazakhstan

AIR FLAMINGO - République du Kazakhstan

AIR TRUST AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

AK SUNKAR AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

ALMATY AVIATION - République du Kazakhstan

ARKHABAY - République du Kazakhstan

ASIA CONTINENTAL AIRLINES - République du Kazakhstan

ASIA CONTINENTAL AVIALINES - République du Kazakhstan

ASIA WINGS - République du Kazakhstan

ASSOCIATION OF AMATEUR PILOTS OF KAZAKHSTAN - République du Kazakhstan

ATMA AIRLINES - République du Kazakhstan

ATYRAU AYE JOLY - République du Kazakhstan

AVIA-JAYNAR - République du Kazakhstan

BEYBARS AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

BERKUT AIR/BEK AIR - République du Kazakhstan

BERKUT STATE AIRLINE - République du Kazakhstan

BERKUT KZ - République du Kazakhstan

BURUNDAYAVIA AIRLINES - République du Kazakhstan

COMLUX - République du Kazakhstan

DETA AIR - République du Kazakhstan

EAST WING - République du Kazakhstan

EASTERN EXPRESS - République du Kazakhstan

EOL AIR - République du Kazakhstan

EURO-ASIA AIR - République du Kazakhstan

EURO-ASIA AIR INTERNATIONAL - République du Kazakhstan

EXCELLENT GLIDE - République du Kazakhstan

FENIX - République du Kazakhstan

FLY JET KZ - République du Kazakhstan

IJT AVIATION - République du Kazakhstan

INVESTAVIA - République du Kazakhstan

IRBIS - République du Kazakhstan

IRTYSH AIR - République du Kazakhstan

JET AIRLINES - République du Kazakhstan

JET ONE - République du Kazakhstan

KAVIASPAS - République du Kazakhstan

KAZAIR JET - République du Kazakhstan

KAZAIRTRANS AIRLINE - République du Kazakhstan

KAZAIRWEST - République du Kazakhstan

KAZAVIA - République du Kazakhstan

KOKSHETAU - République du Kazakhstan

MAK AIR AIRLINE - République du Kazakhstan

MEGA AIRLINES - République du Kazakhstan

MIRAS - République du Kazakhstan

NAVIGATOR - République du Kazakhstan

OLIMP AIR - République du Kazakhstan

ORLAN 2000 AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

PANKH CENTER KAZAKHSTAN - République du Kazakhstan

PRIME AVIATION - République du Kazakhstan

SALEM AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

SAMAL AIR I- République du Kazakhstan

SAYAT AIR - République du Kazakhstan

SAYAKHAT AIRLINES - République du Kazakhstan

SEMEYAVIA - République du Kazakhstan

SCAT - République du Kazakhstan

STARLINE KZ - République du Kazakhstan

SKYBUS - République du Kazakhstan

SKYJET - République du Kazakhstan

SKYSERVICE - République du Kazakhstan

TAHMID AIR - République du Kazakhstan

TULPAR AVIA SERVICE - République du Kazakhstan

TYAN SHAN - République du Kazakhstan

UST-KAMENOGORSK - République du Kazakhstan

ZHETYSU AIRCOMPANY - République du Kazakhstan

ZHERSU AVIA - République du Kazakhstan

ZHEZKAZGANAIR - République du Kazakhstan

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de la République kirghize responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

AIR MANAS - République kirghize

AVIA TRAFFIC COMPANY 23 AVJ République kirghize

AEROSTAN (EX BISTAIR-FEZ BISHKEK) - République kirghize

CLICK AIRWAYS - République kirghize

DAMES - République kirghize

EASTOK AVIA - République kirghize

GOLDEN RULE AIRLINES - République kirghize

ITEK AIR - République kirghize

KYRGYZ TRANS AVIA - République kirghize

KIRGHIZSTAN - République kirghize

MAX AVIA - République kirghize

S GROUP AVIATION - République kirghize

SKY GATE INTERNATIONAL AVIATION - République kirghize

SKY WAY AIR - République kirghize

TENIR AIRLINES République kirghize

TRAST AERO - République kirghize

VALOR AIR - République kirghize

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités du Libéria responsables de la surveillance réglementaire

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de la République du Gabon responsables de la surveillance réglementaire (à l’exception de Gabon Airlines, d’Afrijet et de SN2AG), à savoir :

AIR SERVICES - République du Gabon

AIR TOURIST - République du Gabon

NATIONALE ET REGIONALE TRANSPORT - République du Gabon

SCD AVIATION - République du Gabon

SKY GABON - République du Gabon

SOLENTA AVIATION GABON - République du Gabon

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de Sierra Leone responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

AIR RUM - Sierra Leone

HEAVYLIFT CARGO - Sierra Leone

ORANGE AIR SIERRA - Sierra Leone

PARAMOUNT AIRLINES - Sierra Leone

SEVEN FOUR EIGHT AIR SERVICES - Sierra Leone

TEEBAH AIRWAYS - Sierra Leone

 

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités du Swaziland responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

AERO AFRICA (PTY) - Swaziland

JET AFRICA SWAZILAND - Swaziland

ROYAL SWAZI NATIONAL AIRWAYS - Swaziland

SCAN AIR CHARTER,- Swaziland

SWAZI EXPRESS AIRWAYS - Swaziland

SWAZILAND AIRLINK - Swaziland

Tous les transporteurs aériens certifiés par les autorités de la Zambie responsables de la surveillance réglementaire, à savoir :

Zambezi Airlines - Zambie

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans EUROPE
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 14:35




 Il apparaît de plus en plus que clair que le procureur de la Cour Pénale Internationale a des comptes personnels à régler avec Jean-Pierre Bemba. Pas besoin de faire un dessin pour comprendre que Moreno Ocampo cherche par tous les moyens comment coincer le leader du MLC et ne rate aucune occasion pour y aller avec toute la haine et la hargne possibles. En mission en Ituri depuis la semaine dernière, Moreno s’est arrangé pour revenir sur le cas Bemba à la faveur d’une conférence de presse à Bunia dans des termes sans équivoque pour confirmer sans gêne que J.P Bemba sera condamné à des peines lourdes car il dispose des preuves tangibles que ce dernier commandait ses troupes à Bangui et était au courant des crimes que ses troupes commettaient dans la capitale centrafricaine. Ce qui choque davantage dans le comportement de Moreno Ocampo, c’est le manque de compassion à l’égard de quelqu’un qui vient à peine de perdre son père et qui en plus bénéficie de la présomption d’innocence jusqu’à un jugement définitif à l’issue d’un procès équitable et juste. Mais avant que les juges ne se soient prononcés, le procureur a déjà tranché!

A tout le moins, cet acharnement à l’endroit de notre compatriote dissimulerait un véritable complot qui, selon certaines officines, viserait à créer une jurisprudence pénale internationale pour exercer un chantage éhonté sur les dirigeants africains, surtout lorsqu’il faudra leur arracher des conventions internationales concernant la biodiversité et le problème d’eau potable dès lors qu’il est de plus en plus évident que les puissances occidentales ont du mal à se mettre d’accord pour réduire l’émission des gaz à effet de serre. Au tout dernier sommet du G8, les divergences ont apparu et aucun accord n’a été trouvé entre les Etats les plus riches au monde. Or, l’on sait que c’est en Afrique centrale que tous les regards sont tournés et plus particulièrement en RDC qui possède le 3/5ème des forêts encore vierges du continent. Selon des prévisions scientifiques les plus hardies, il est établi que dans vingt ans, de nombreux pays du Moyen et d’extrême Orient ainsi que certains pays d’Afrique comme le turbulent Rwanda voisin auront des besoins énormes en eau potable qu’ils ne pourront trouver qu’au pays de P.E. Lumumba. Absence des preuves à charge de Bemba L’acharnement d’Ocampo sur notre compatriote commence à déranger.

 Dans un premier temps, la chambre préliminaire n’avait pas retenu la responsabilité pénale personnelle de J.P. Bemba, faute de preuves tangibles. Il fut prié de requalifier les faits par rapport à la qualité de chef hiérarchique des troupes envoyées à Bangui. Plusieurs questions de droit se posent alors. La première est d’apporter des preuves palpables établissant que l’inculpé se trouvait sur le terrain des opérations au moment des faits, en démontrant le lien de subordination entre Bemba et ses troupes en opérations à Bangui. Or, le leader du MLC n’a jamais mis ses pieds à Bangui. Comment pouvait-il commander ses troupes à distance sans passer par le haut commandement centrafricain ? Ensuite, lorsque des rumeurs faisant état des exactions commises par ses troupes sur des populations civiles étaient répandues, J.P. Bemba avait saisi par lettre l’Etat-Major de la force onusienne basée en Centrafrique pour lui demander de mener des enquêtes afin d’établir les responsabilités. Ce qui n’a jamais été fait. Mais, une fois les troupes revenues à Gemena, J.P. Bemba avait instruit la justice militaire d’ouvrir des actions judiciaires à charge des éléments reconnus coupables des crimes de guerre qui furent condamnés à de lourdes peines.

Deux poids deux mesures

Par ailleurs, il y a quelque temps Martin Ziguélé, ancien premier ministre du gouvernement d’Ange-Félix Patassé, a déclaré que toutes les troupes étrangères et nationales venues à la rescousse du régime en butte à la rébellion de François Bozize étaient placées sous le commandement du président de la République , en sa qualité de commandant suprême, de l’Etat Major Général de l’armée centrafricaine et du ministre de la Défense. On aimerait savoir pourquoi le procureur argentin n’a toujours pas lancé des mandats d’arrêt à charge de ces trois personnalités ou de hauts responsables des pays qui avaient envoyé des troupes à Bangui, en l’occurrence le Tchad et la Libye. D’ailleurs c’est ce dernier pays qui avait équipé en armes, munitions et uniformes toutes les troupes en expédition en Centrafrique pour freiner l’avancée des éléments rebelles de François Bozize. De ce point de vue, le procès contre Bemba s’annonce chaud car outre les témoins à charge et à décharge, il faudra entendre toutes les personnalités ayant exercé des fonctions importantes au moment des faits criminels imputés aux troupes du MLC. Une autre question qui sera posée, sera celle de savoir pourquoi le procureur argentin n’a toujours pas effectué des enquêtes dans la partie Nord de la RCA contrôlées par les rebelles de François Bozize.

Un avocat centrafricain qui dirigeait aussi une Ong de défense des droits de l’homme et qui venait d’effectuer des enquêtes dans la partie jadis contrôlée par la rébellion de François Bozize avait été assassiné dans des circonstances demeurées floues jusqu’à ce jour. En suivant la logique du procureur argentin, bon nombre de dirigeants africains seraient dans son collimateur. Comme il est établi que le nombre des déplacés dépasse 400.000 personnes dans les territoires où se sont déroulées les opérations militaires conjointes rwando-congolaises en plus des crimes contre l’humanité, on s’attend à ce qu’Ocampo lance un mandat d’arrêt à charge du président Paul Kagame. L’acharnement du procureur argentin sur les africains a énervé les chefs d’Etat et de gouvernement lors du sommet de Syrte qui ont fini par prendre une résolution demandant à tous les membres de l’Union Africaine de ne plus collaborer avec la Cour Pénale Internationale. Et dans de nombreux cercles politiques, on s’étonne que cette cour pénale internationale ne s’est jamais intéressée aux crimes contre l’humanité commis en Palestine, en Birmanie, en Géorgie, en Irak, en Iran, en Colombie, en Erythrée, etc.


Castro
Kinshasa, 16/07/2009 (Le Phare, via mediacongo.net)

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 23:23




 

APA-Libreville 2009-07-15 21:24:24 (Gabon) Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba et ministre de la Défense, a été désigné mercredi soir à Libreville candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à l’issue d’une réunion du bureau politique de cette formation politique.

Ali Bongo Ondimba, par ailleurs vice-président du PDG, a été préféré, par consensus, à neuf autres candidats à la candidature au sein de son parti.

Il avait notamment pour adversaire l’actuel Premier ministre Jean Eyeghe Ndong et l’ancien Premier ministre et présentement ministre des Mines et du pétrole Casimir Oyé Mba.

Il sera investi officiellement dimanche prochain lors du congrès de cette formation politique, a indiqué le secrétaire général du PDG, Faustin Boukoubi, dans une déclaration lue à la télévision nationale.

Ali Bongo Ondimba est ainsi le huitième candidat à la future élection présidentielle anticipée prévue pour se tenir au plus tard le 6 septembre prochain, date butoir de la période intérimaire.

Cette élection présidentielle anticipée sera organisée suite au décès d’Omar Bongo Ondimba intervenu le 8 juin dernier à Barcelone (Espagne).


Présidentielle au Gabon la commission électorale choisit le 30 août

LIBREVILLE – (AFP) 16 juillet 2009 01h15) La Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap) du Gabon a proposé au gouvernement d'organiser l'élection présidentielle anticipée le 30 août, selon un calendrier publié tard mercredi par le média privé d'information en ligne Gabonews.

Aucune source officielle n'avait immédiatement pu être jointe par l'AFP pour commenter cette information.

Selon l'agence Gabonews, généralement bien informée, la Cénap a arrêté un calendrier électoral, devant encore être examiné par le gouvernement, qui prévoit notamment l'organisation de la présidentielle le 30 août. Ce scrutin est à tour unique au Gabon.

D'après le Code électoral, c'est la Cénap qui détermine "la date de convocation des électeurs", ensuite "matérialisée par décret pris en Conseil des ministres".

La Cénap envisage la période du 17 au 22 juillet pour le dépôt des dossiers de candidature, et le démarrage de la campagne électorale le 15 août à 00H00 (14 août à 23H00 GMT), pour deux semaines.

Aucune date n'avait jusqu'à présent été proposée pour ce scrutin. La Cour constitutionnelle avait indiqué qu'il devrait se tenir "au plus tard le 6 septembre".

La semaine dernière, le ministère de l'Intérieur, chargé de la préparation des scrutins, avait arrêté un calendrier d'opérations pré-électorales, incluant la révision des listes électorales, qui a débuté le 10 juillet.

Cette révision se poursuivra jusqu'au 21 juillet. Les listes électorales seront ensuite "traitées" (du 22 au 31 juillet), puis "éditées et affichées" (1er au 5 août) avant l'enregistrement des réclamations (6-8 août).

Le ministère compte remettre "les listes définitives" à la Cénap le 15 août, avant d'entamer le lendemain la distribution des cartes électorales.

L'élection présidentielle anticipée fait suite au décès, annoncé le 8 juin, du président Omar Bongo Ondimba, dont le mandat devait prendre fin en 2012.

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 19:14




APA-Kampala 2009-07-14 14:45:03 (Ouganda) Le secrétaire d’Etat ougandais pour les Affaires internationales, Henry Oryem, a confirmé mardi que le Directeur général de la police nationale de son pays avait reçu des instructions pour procéder à l’arrestation immédiate du président soudanais, Omar el Bechir, s’il foulait le sol ougandais, conformément aux dispositions du mandat d’arrêt lancé contre le dirigeant soudanais par la Cour pénale internationale (CPI).

Ces propos de M. Oryem contredisent ceux du ministre d’Etat Sam Kuteesa, qui disait vendredi dernier lors du Sommet de l’Union Africaine en Libye, que l’invitation adressée par l’Ouganda à Bechir de venir en visite à Kampala pour le ‘Smart Partnership Dialogue’ (Dialogue de partenariat intelligent) n’était nullement un traquenard pour le faire arrêter.

M. Oryem avait tenu lundi une conférence de presse commune avec le Juge en chef de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo, durant laquelle il avait annoncé que le chef de la police de son pays avait reçu le mandat d’arrêt contre El Bechir, accusé de crimes contre l’humanité et d’autres atrocités commises dans le région soudanaise du Darfour.

A ce propos, M. Ocampo avait déclaré que l’Ouganda, qui est signataire du Statut de Rome instituant la CPI avait l’obligation d’arrêter el Bechir s’il venait à mettre les pieds en Ouganda, vers le fin du mois prochain.

Il a précisé que le dirigeant soudanais pouvait se rendre dans d’autres pays non membres de la CPI, mais ne pouvait ni participer à la prestation de serment du président sud-africain, Jacob Zuma, ni voyager librement au Botswana.

Il a également réaffirmé que les résolutions prises par l’Union Africaine ne s’appliquaient pas à CPI, puisque l’Union Africaine (UA) n’est pas membre de la CPI.

M. Ocampo a par ailleurs révélé qu’il s’était rendu en RD Congo où il a eu des discussions avec la Mission de paix de l’ONU au Congo (MONUC) et avec les autorités congolaises au sujet de l’arrestation imminente des chefs rebelles ougandais de la l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) qui terrorisent l’Ouganda depuis deux décennies.

Il a expliqué que le Congo et la République Centrafricaine (CAR) apportaient leur appui à cette opération.

Il a aussi expliqué que le Kenya envisageait d’utiliser le modèle ougandais pour juger, au niveau local, les exécutants des violences post-électorales et remettre leurs chefs à la CPI.

Pour sa part, l’ambassadeur du Soudan en Ouganda, el Sadiq, a déclaré que si l’Ouganda arrêtait el Bechir, ce serait un coup dur porté aux relations entre les deux pays voisins.

Il a estimé que la CPI entretenait une cabale contre El Bechir, invitant l’Ouganda à ne pas passer outre les résolutions de l’Union Africaine, tant que Mbeki Thabo n’aura pas terminé ses investigations et rendu son rapport sur cette question.

Luis Moreno Ocampo devait rencontrer mardi le président ougandais, Yoweri Museveni.
Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 17:52





Centrafrique : la France octroie 16 millions de francs CFA pour les victimes des inondations de Bangui

Bangui, 15 Juil (ACAP)-L’Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française à Bangui, M. Jean-Pierre Vidon, a annoncé, à l’occasion de la célébration du 220ème anniversaire de la prise de la bastille mardi 14 juillet 2009 à Bangui, l'octroi par le centre de crise du ministère des Affaires étrangères d'une enveloppe de 16 millions de francs CFA à l’intention des victimes des inondations qui ont touché les 2ème et 6ème arrondissements de Bangui le 3 juillet dernier.

S'exprimant en présence du président François Bozizé et de son gouvernement, lors d'une réception, mardi soir à sa résidence d'Ouango, dans le 7ème arrondissement de Bangui, M. Vidon a indiqué que cette enveloppe a été mise à la disposition de l’ambassade par le fonds d’urgence humanitaire pour les quelque dix mille personnes sinistrées, dont les 3/4 sont des femmes et des enfants.

« La situation qui prévaut dans les quartiers concernés a depuis longtemps attiré l’attention des partenaires de la République Centrafricaine, aussi bien la Banque Mondiale que la Commission européenne et la France sont intervenues pour prendre en charge le projet visant à prévenir les dégâts causés par les eaux pluviales », a-t-il souligné.

Sur le plan de la sécurisation de la Centrafrique, Jean Pierre Vidon, s’est réjoui de la succession de l’Eufor Tchad-RCA, par une composante militaire de la MINURCAT basée à Birao, à travers la résolution 1861 du Conseil de Sécurité.

Selon lui, « la France ne cesse, avec de nombreux partenaires internationaux, de former des vœux ardents que la paix soit définitivement consolidée avec l’accomplissement du projet Démobilisation Désarmement et Réinsertion (DDR) qui est un enjeu majeur ».

Il a souhaité que « les élections libres et transparentes se tiennent aux échéances prévues, témoignage majeur de l’ancrage de la démocratie et de son appropriation par le peuple centrafricain ».

 En réponse à l'Ambassadeur de France, le ministre chargé du Secrétariat Général du gouvernement et des Relations avec les Institutions, M. Désiré Nzanga Kolingba, a déclaré que "la coopération française en faveur de la République Centrafricaine, demeure toujours accrue dans les moments difficiles en vue d'un retour à la paix, à la sécurité et à la stabilité, condition sine qua non d'un développement durable".

A cet égard, a-t-il poursuivi, "je souhaite insister sur l'importante contribution multisectorielle des partenaires régionaux de la République Centrafricaine, la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) dont la présidence revient en ce moment à notre pays".

"Il n'en demeure pas moins que les efforts constructifs de la France se sont nettement manifestés récemment par l'annulation de la dette de la République Centrafricaine par les Institutions de Bretton Woods", a-t-il fait remarquer.

Enfin l'Ambassadeur Jean Pierre Vidon a décerné à l'artiste Samuel Fosso la médaille de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres et au restaurateur André Lemonier, ex-gendarme maritime français la médaille de chevalier de la légion d'honneur.

 

Centrafrique : un chèque de 14 millions CFA remis par la Chine pour les victimes d'inondations

Bangui, 14 juil (ACAP) -Le Chargé d’affaires de l’Ambassade de Chine à Bangui, Gou Zheng-You, a remis, mardi 14 juillet, au Premier Ministre, Faustin Archange Touadéra, un lot de médicaments et un chèque d’un montant de 30.000 dollars, soit 14 millions de francs cfa, pour venir en aide aux familles ayant perdu leurs maisons suite aux inondations du 16 juin et du 3 juillet 2009 dans les 2ème et 6ème arrondissements de Bangui.

L’assistance de l’ambassade de Chine fait suite à un appel lancé, le 3 juillet dernier, par le Premier ministre Faustin Archange Touadéra, qui avait sollicité une aide internationale pour les victimes des inondations ayant affecté les 2ème et 6ème arrondissements de Bangui, après des pluies diluviennes qui ont arrosé la capitale centrafricaine fin juin et début juillet.

Il convient de signaler que le bilan des dégâts établi par la Croix-Rouge centrafricaine fait état de deux morts, plus de 200 maisons écroulées et 11 000 sans-abris.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 17:50




APA-Niamey2009-07-15 12:30:04 (Niger) L’ambassadeur de France au Niger, François Ponge, a appelé au respect de la Constitution actuelle du Niger afin de « permettre aux Nigériens de s’exprimer librement, à travers les mécanismes de la représentation prévus à cet effet, lesquels sont les outils de la régulation sociale et politique et du développement ».

 «La France a exprimé ses préoccupations croissantes et appelé à la retenue, au respect des principes constitutionnels et démocratiques, sans parti pris, sans ingérence ni indifférence, en s’efforçant de rester à sa place pour être utile et d’aider à éviter une véritable crise politique » a-t-il dit devant de hauts responsables du Niger, au cours d’un dîner offert à l’occasion de la fête française du 14 juillet.

Le diplomate français évoque ainsi la situation née de la décision du Président Mamadou Tandja de changer la constitution par référendum, en vue de disposer d’un nouveau texte fondamental, qui lui permettrait de rester au pouvoir, au terme de son deuxième quinquennat.

Cette décision a suscité une vague de réactions de par le monde, notamment de l’Union africaine, la Francophonie, des organisations d'intégration régionale comme la CEDEAO, Lagos, Washington, Ottawa et de nombreuses Ong, la France et l’Union européenne, qui ont unanimement dénoncé la tenue du référendum.

Selon M. Ponge, c’est ce même souci du développement, de la stabilité, de la paix et de la démocratie qui "continue à animer mon pays dans les événements que traverse depuis quelques semaines le Niger, appelé à s’engager en 2009 dans toutes les élections normalement prévues, conformément à la constitution en vigueur »

« La voie prise depuis quelque temps s’est éloignée,selon nous, de cet ordre juridique, ce qui a conduit mon pays, tout comme bien d’autres partenaires et amis du Niger, européens et nord-américains, la francophonie, les Nations- Unies, la CEDEAO, à marquer clairement sa position » a-t-il insisté.

Dans un message qu’il a livré à la 35ème session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), le Chef de l’État français a affirmé que la situation qui prévaut au Niger fait partie des « menaces sur la démocratie » comme en Guinée Bissau.

Pour sa part, l'Union européenne (UE) qui a exprimé sa « plus vive préoccupation », a décidé de bloquer le versement d'une aide destinée aux dépenses de l'Etat nigérien. Le montant de cette aide n’est pas connu, mais selon plusieurs sources, il s’agirait de plusieurs milliards FCFA destinés à appuyer le budget de l’Etat.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 23:08






 

C’est un secret de polichinelle que depuis qu’il se trouve à la tête de la République centrafricaine, Bozizé entend conserver le plus longtemps possible le pouvoir dont il s’est emparé par coup d’Etat puis légitimé ensuite par une mascarade électorale. Il n’a jamais fait mystère non plus de sa volonté de s’accrocher par la force et d’y mourir ou de le transmettre à son fils Francis, actuel ministre délégué chargé de la défense. Pour cela, il a très vite compris qu’il lui faut se constituer un important arsenal de guerre. C’est ainsi qu’il a pris langue avec la République populaire de Chine qui lui en a fourni une certaine quantité qu’il a disséminée ça et là dans des cachettes dit-on à Benzambé, Bossembélé, Sibut et autres. Puis il a chargé le député Ibrahim Aoudou Pacco de Carnot qui a séjourné longuement en Chine pour écouler ses diamants contre des livraisons d’armes de guerre. C’est ainsi que par le canal ce député, deux imposants avions cargo chinois avaient débarqué plusieurs dizaines de tonnes d’armes sur l’aéroport Bangui Mpoko au nom et à l’adresse d’Ibrahim Aoudou Pacco.  

Ensuite il s’est retourné vers l’Afrique du Sud où après avoir concédé à la filiale sud africaine d’URAMIN, il a eu à toucher un dessous de table de 20 millions de dollars (environs plus de 8 milliards F CFA) virés en tranches sur un compte bancaire ouvert dans un paradis fiscal aux îles vierges britanniques. Selon nos informations, une bonne partie de ce magot a servi à l’achat d’armes sud africaines. Chaque fois que Bozizé se rendait en Afrique du Sud, les soutes de son avion  étaient bourrées d’armes au retour sans compter les avions cargo qui en transportaient aussi jusqu’à Bangui. Pourquoi cette boulimie d’armes de guerre ? L’attaque de la garnison de Bossembélé le 13 février dernier a permis aux assaillants de vider une bonne quantité des armes de guerre qui y étaient entreposées. Des témoins qui ont assisté à la scène de la visite que Bozizé avait effectuée ce jour à ce dépôt d’armes de Bossembélé racontent qu’il en avait presque les larmes aux yeux.

Dans une récente parution, Centrafrique-Presse informait ses lecteurs de que la villa qui sépare l’Assemblée nationale de la paillote de l’OFCA à Bangui que Bozizé vient d’acquérir est littéralement transformée en un important dépôt d’armes. Il y a quinze jours à peine, d’importants déchargements ont eu lieu suite à une livraison en provenance d’Afrique du Sud. Des soldats montent d’ailleurs la garde devant cette maison dont l’accès donne sur l’avenue de l’Indépendance. Via le port de Douala également, des camions porte conteneurs embarquent des cargaisons d’armes de guerre et les acheminent par la route jusqu’à Bangui ou d’autres cachettes à travers le territoire.

La question se pose donc légitimement de savoir d’où provient l’argent avec lequel Bozizé se procure toutes ces armes de guerre qui coûtent chères car cela ne sort apparemment pas du trésor public national. Les milliards de bonus et autres dessous de table que Bozizé et Ndoutingai  ont perçus peuvent certainement expliquer de tels achats mais d’autres sources d’enrichissement illicites peuvent également être prises en considération. Par exemple, selon des informations d’une source digne de foi désirant garder l’anonymat, outre ce qui revient à l’Etat sous forme d’impôt ou taxes sur les produits pétroliers et qui entre normalement dans la structure des prix des hydrocarbures, Bozizé percevrait aussi automatiquement et personnellement à son seul profit 24 F CFA sur chaque litre, tous produits pétroliers confondus (essence super, gas-oil, pétrole lampant), vendu sur tout le territoire centrafricain. C’est tout simplement hallucinant ! Sachant que dans la structure des prix actuellement en vigueur en RCA, le pétrole lampant coûte 500 F CFA/litre, le Super 780 F CFA/ litre et le Gasoil 680 francs CFA/litre et qu’environs 6 m3 ou 6 millions de litres en moyenne tous produits pétroliers confondus, sont écoulés mensuellement dans le pays,  Bozizé percevrait donc en moyenne 144 millions de F CFA par mois, soit environs 2 milliards de F CFA par an, rien que sur les ventes d’hydrocarbures.

Ce pactole ne prend pas la route des caisses du trésor public mais va droit quelque part dans un compte bancaire appartenant à Bozizé ou le lui remet-t-on en espèces sonnantes et trébuchantes. Si un tel enrichissement qui est non seulement totalement illicite n’est pas un crime économique contre le pays, il faudrait trouver une autre définition du concept de crime économique. Il faut rappeler qu’en outre, Bozizé et sa famille proche (ses rejetons, ses sœurs et autres frères) exploitent sur le territoire national, tant à Bangui que dans certaines villes de province comme Bossangoa, Damara et autres, plusieurs stations d’essence qui leur rapportent également de substantiels profits. Il a goûté depuis longtemps aux délices du commerce des produits pétroliers lorsqu'il fut chef d'état major des Faca. C'est à ce moment qu'il avait réussi à détourner les dotations de l'armée pour en faire la fortune qui lui a permis d'envisager de faire un coup d'Etat. Il exploitait notoirement une station au pk 4 sur l'avenue Boganda. On a vu la suite. Et dire qu’il veut rempiler à la tête du pays pour encore cinq ans ! Les Centrafricains le laisseront-t-il le faire ?

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 19:03




  Le candidat du MLPC Martin Ziguélé et la délégation qui l’a accompagné dans sa tournée dans l’Ouham-Pendé et la Nana-Mambéré, ont quitté la ville de Bouar ce jour 14 juillet après avoir tenu un important meeting avec la population de cette ville. Arrivés à la barrière de Bossembélé (157 km de Bangui) aux environs de 17h 30 heure locale, les passeports de toute la délégation y compris celui de Martin Ziguélé ainsi que les cartes parlementaires des trois députés qui l'accompagnaient ont été ramassés et enregistrés avec la filiation des intéressés par les élements du capitaine Semndiro qui ordonne par talky-walky qu'ils soient conduits à sa base.

 Entre temps alertés, le commissaire de police de la ville et le commandant de brigade de la gendarmerie arrivent sur les lieux, récupèrent  et restituent à leurs propriétaires, les passeports et cartes parlementaires et décident d'escorter toute la délégation jusqu'à 7 km hors de la ville, conformément aux instructions qu'ils auraient reçues de Bangui.  Le capitaine Vianney Semndiro lui,  voulait absolument les arrêter on ne sait trop pourquoi a été contourné et n'a pu réaliser son forfait.

C’est après avoir fait traverser entièrement la ville de Bossembélé à Martin Ziguélé et toute sa suite - composée notamment des députés Christophe N'douba de Paoua 2, Barthelémy Boua de Koui et Joseph Zoukétia Boykota de Paoua 1 dont le ministre d’Etat Cyriaque Gonda a cru devoir annoncer prématurément la mort à l’ouverture d’une assise de son parti samedi dernier - que le commandant de la brigade de gendarmerie et le commissaire de police de Bossembélé ont pris congé et fait demi-tour pour regagner leur base.

Cette fâcheuse situation, caractéristique d’une république bananière, illustre parfaitement la nature réelle du régime de Bozizé qui est bel et bien une dictature sanguinaire qui se prépare frénétiquement à réaliser un hold-up électoral pour s’accrocher au pouvoir par la force et la fraude. Ce que viennent de vivre le candidat du MLPC et sa suite est proprement scandaleux et doit être dénoncé et condamné par tous les démocrates avec la dernière énergie. C’est inadmissible que des fils du pays ne puissent pas circuler librement à travers leur territoire, de surcroît à l’approche d’importantes échéances électorales qui doivent décider de l’avenir des Centrafricains et de leur pays.

Tous les Centrafricains, les partis politiques de l’opposition, les patriotes et démocrates de tous bords, doivent dénoncer et condamner fermement les intolérables agissements du capitaine Vianney Semndiro et tous ceux de son acabit qui prennent de toute façon leurs ordres et instructions directement de Bozizé, et exiger de ce régime dictatorial de Bozizé que cessent toutes ces entraves à la liberté de circulation et d’expression des citoyens.

Tous ces obstacles à la liberté de circulation, toutes ces entraves au libre exercice de la démocratie que dressent impunément Bozizé et son clan, doivent édifier et interpeller les décideurs des pays amis et autres partenaires de la communauté internationale qui commencent déjà à rivaliser dans l’annonce des montants de leur contribution au financement des élections qui profilent à l’horizon. Financer des élections est certes important mais n’est pas une condition suffisante pour garantir la fiabilité, la crédibilité et la transparence de celles-ci.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique