Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 00:01




 

LEMONDE.FR | 04.09.09 | 15h34  •  Mis à jour le 04.09.09 | 15h45

Odile Biyidi, présidente de l'association Survie


La commission électorale gabonaise a désigné Ali Ben Bongo comme vainqueur de l'élection présidentielle. Il succédera à son père qui avait dirigé le pays pendant 41 ans. Des émeutes ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, dénonçant des fraudes lors du vote. Les manifestants s'en sont aussi pris à des symboles de la présence française dans le pays, en attaquant une station essence Total et le consulat français à Port-Gentil. Odile Biyidi, présidente de l'association Survie – qui mène des campagnes d'information pour une réforme de la politique de la France en Afrique – dénonce elle aussi un coup de force et la perpétuation d'un système d'influence entre la France et l'Afrique.

Pour vous, l'élection d'Ali Ben Bongo à la place que tenait son père depuis 1967 est entachée d'irrégularité ?

Oui. Les premières constatations dans les bureaux montraient une avance considérable des deux candidats d'opposition (Pierre Maboundou et Andre Mba Obame) et Ali Bongo arrivait assez loin en troisième position. Ce résultat est un coup de force. Il n'a même pas été annoncé à l'unanimité car le procès verbal n'a pas été signé par tous les membres de la commission. Il y a eu beaucoup d'affrontement au sein de cet organe qui a longtemps tergiversé pour remettre les résultats. Quoi qu'il en soit, la décision finale n'apparaît pas très correcte et légale. Mais aujourd'hui, il n'y a pas de possibilité de vérification car rien n'est transparent dans la procédure de dépouillement ou dans les chiffres. Ces derniers apparaissent très partiels et on n'a même pas de chiffre de la participation. Rien n'est correct dans ces résultats.

Après 41 ans de règne sans partage, on attendait beaucoup de la première élection réellement pluraliste du Gabon. Est-ce un espoir déçu ?

On a le témoignage de Marc Ona, un leader tout à fait reconnu de la société civile, qui dit que la victoire d'Ali Bongo était déjà annoncée avant même le dépouillement. C'est dans la continuité totale des années précédentes. C'est ça qui est le plus désolant, l'absence de changement dans les pratiques de fraude, de mainmise sur tous les organes du pouvoir, de la justice à la commission électorale. Avant les élections, Ali Bongo ne voulait même pas démissionner de son poste de ministre de la défense. Il a fallu qu'il y soit contraint, mais en fait c'est resté formel. Il détenait toujours tous les rouages du pouvoir pendant la campagne.

Les manifestants s'en prennent notamment aux "intérêts français" au Gabon. Pourtant Paris s'est défendu de toute ingérence.

Les Français peuvent croire les déclarations d'Alain Joyandet [secrétaire d'Etat chargé de la coopération et de la francophonie] selon lesquelles la France est restée neutre. Mais les Gabonais y voient une sacrée plaisanterie. Pour eux la présence des intérêts français est tellement évidente dans leur pays. La présence écrasante du contingent français reste intimidante pour les manifestations de l'opposition. Il y a aussi des intérêts dans le pétrole, le bois et l'uranium. Bolloré vient par exemple de créer une société de service et de transport pour aider les entreprises à venir exploiter les ressources du Gabon, notamment les entreprises chinoises. Et c'est Pascaline Bongo qui est présidente de cette société. On voit bien là les intrications d'intérêt des Français avec le clan Bongo.

Là encore, pour vous on est dans une certaine continuité, mais quel est l'intérêt de la France à voir au pouvoir un candidat plutôt qu'un autre ?

La France a envoyé des observateurs complaisants qui ont déclaré avant même le moindre contrôle que les élections s'étaient bien passées. Un certain nombre de proches de Bongo sont venus se faire "briefer" en France avant les élections. De toute façon se sont des gens qui passent toutes les semaines en France, qui y ont des résidences, des proches. Leur staff est français. Tout ceci est dans la continuité d'une complicité qui repose sur beaucoup de trafics inavouables. Il n'y a pas que les activités commerciales "normales" comme le bois où le pétrole. Il y a tout le système occulte des commissions et rétro-commissions. S'il y avait un changement, beaucoup de choses pourraient être déterrées. Avec Bongo, il n'y aura aucun changement.

 

Propos recueillis par Antonin Sabot

 

Au Gabon les dernières convulsions de la Françafrique

Isabelle Lasserre Le Figaro
04/09/2009 | Mise à jour : 07:


Cent cinquante militaires français ont pris position jeudi devant le consulat général incendié dans le sud-ouest du pays. Les Français résidant sur place sont invités à rester chez eux.

 

Malgré les tentatives récentes de l'Élysée pour défaire les liens intimes qui ont si longtemps uni le pouvoir français à ses an­ciennes colonies africaines, les vieilles habitudes de la «Françafrique» sont tenaces… Les violences qui ont éclaté jeudi au Gabon viennent de le rappeler.

Quatre-vingts militaires français ont dû intervenir jeudi matin pour secourir le consul de France de Port-Gentil, dont les bureaux avaient été incendiés par des opposants à Ali Bongo, déclaré vainqueur de l'élection présidentielle. Les installations de Total et de Schlumberger ont également été prises à partie. Une employée du groupe franco-américain a été «sérieusement blessée» par des partisans du candidat Bruno Moubamba, qui accusent la France d'avoir imposé le fils de l'ancien président Omar Bongo, dont ils contestent l'élection. Cent vingt soldats français, appartenant pour l'essentiel au 6e bataillon d'infanterie de marine, étaient toujours en alerte jeudi soir dans cette ville du sud-ouest du pays. Alors que la situation restait très volatile, certains craignaient que les intérêts nationaux ne soient à nouveau pris pour cible, dans ce pays qui héberge environ 9 500 résidents français. Vendredi matin Bernard Kouchner a exhorté les Français habitant au Gabon à la prudence. "Nous leur disons de rester chez eux pour le moment", a-t-il déclaré sur RTL.

 Ce n'est pas la première fois que les forces armées françaises doivent intervenir à Port-Gentil, la deuxième ville du pays et le fief de l'opposition. En 1990, de violentes émeutes avaient ébranlé le pouvoir du président Omar Bongo. C'est François Mitterrand qui avait alors ordonné aux soldats français de rétablir l'ordre…

 Redéfinir les accords de défense

 Le Gabon a toujours été le meilleur allié de la France sur le continent africain et, de tous les présidents de la région, Omar Bongo - 41 ans de règne - fut celui qui entretint les liens les plus intimes avec les cercles du pouvoir français. «L'Afrique sans la France, c'est la voiture sans le chauffeur. La France sans l'Afrique, c'est une voiture sans carburant», avait-il coutume de dire.

En arrivant à l'Élysée, Nicolas Sarkozy avait promis de mettre fin à ces relations quasi incestueuses. Il avait notamment promis de redéfinir les accords de défense conclus entre Paris et ses anciennes colonies, dont certaines clauses secrètes autorisaient les forces armées françaises à se porter au secours des régimes en cas de crise grave. La France, estime le président français, ne doit plus se comporter en «gendarme de l'Afrique».

Deux de ces accords jugés «obsolètes» et qui ont trop souvent servi à justifier des interventions controversées dans les années 1980 et 1990, ont d'ores et déjà été renégociés, au Togo et au Cameroun. En ouvrant une base militaire à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, Nicolas Sarkozy a également opéré un recentrage stratégique de la présence française à l'étranger. Au détriment de l'Afrique : l'implantation militaire en Côte d'Ivoire a été ramenée à 900 hommes et l'une des deux bases françaises d'Afrique de l'Ouest - au Sénégal ou au Gabon, justement - doit être fermée. À terme, la France ne devrait plus maintenir que trois bases militaires permanentes en Afrique : une dans l'Ouest, une dans le centre, l'autre dans l'Est.

Si la situation dégénère…

 En attendant, l'élection gabonaise pourrait rattraper une nouvelle fois la France, au moins momentanément. Un petit millier de militaires français sont basés au Gabon et ce contingent pourrait être renforcé s'il fallait évacuer les résidents français. Mais que se passera-t-il si la situation dégénère vraiment et que le président officiellement élu, Ali Bongo, demandait l'aide des militaires français, alors que l'accord de défense liant Paris à Libreville n'a pas encore été renégocié ?

 




Gabon Déclaration de presse de l’Union du Peuple Gabonais (UPG)

Alfred MBA ASSEKO
Vendredi, 04 Septembre 2009 17:41

DECLARATION DE PRESSE


Mesdames, Messieurs,

Déterminés à installer définitivement au GABON, l’ordre héréditaire du clan BONGO, une unité de bérets rouges, composée par des éléments spécialement choisis au sein de la frange la plus conservatrice de l’ethnie TEKE, et dirigée par les généraux Roch ONGANGA et Paul OPERA, a engagé, le 3 septembre 2009, une opération militaire aux conséquences incalculables.

Pour faire échec au coup d’Etat électoral élaboré dans les officines du candidat du Pouvoir, qui entendait dépêcher un commando au siège de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente, les partisans du changement on entrepris de faire pression sur ladite commission, en occupant pacifiquement le chemin d’accès à cette institution.

Cette manifestation citoyenne, parfaitement encadrée par les forces de gendarmerie nationale et les éléments de la garde républicaine de faction, n’a connu, toute une nuit durant, aucun débordement.

C’est dans ces conditions et contre toute attente, que l’unité de bérets rouges, dirigés par le colonel ONGANGA Roch, a débarqué sur des lieux parfaitement sécurisés, pour agresser de paisibles manifestants, parmi lesquels Messieurs Pierre MAMBOUNDOU, André MBA OBAME, mais aussi plusieurs candidats à la dernière élection présidentielle, ainsi que des personnalités politiques éminentes.

Au regard des brutalités infligées sans ménagements, y compris aux premiers responsables politiques présents sur les lieux, les militants de l’Union du Peuple Gabonais expriment aujourd’hui leurs plus grandes préoccupations pour la vie de leur leader, celle de ses collaborateurs et celle de ses collègues.

L’Union du Peuple Gabonais qui n’a aucune information au sujet de Monsieur Pierre MAMBOUNDOU, s’inquiète des conséquences du traitement dont il a été l’objet, traitement qui de l’avis de nombreux témoins, peut aujourd’hui nous faire craindre la mort.

Face à une telle issue, l’Union du Peuple Gabonais lance un appel pressant à toutes les forces du changement ainsi qu’à tous les démocrates sincères, afin qu’ils se mobilisent partout ils le peuvent, pour défendre l’ordre républicain, désormais apprivoisé par les tenants de l’ordre héréditaire.

Dans l’urgence et pour des raisons humanitaires, l’Union du Peuple Gabonais lance, ici et maintenant, un appel urgent à l’endroit de la communauté nationale et internationale, aux fins d’identifier le lieu où se trouve le Président MAMBOUNDOU, lui apporter les soins nécessaires, et surtout, le sécuriser d’avantage du comportement imprévisible des auteurs du coup d’état électoral, qui répondront de toutes les conséquences fâcheuses devant le Peuple gabonais.

D’ores et déjà, l’Union du Peuple Gabonais réfute les résultats annoncés par la CENAP, qui ne reflètent en aucune manière la vérité des urnes.

A ce propos et sans délai, l’UPG va engager une concertation générale au sein de l’Alliance pour le Changement et la Restauration, pour envisager de manière collective, toutes les mesures qu’exigent la situation du moment.

Face à l’oppression imposée par les forces héréditaires, l’UPG se prévaut de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et du Citoyen, qui en pareille circonstance, légitime le recours à la résistance.

Ensemble nous vaincrons.

Fait à Libreville le 3 septembre 2009

Le Secrétaire Politique chargé des Questions électorales et des organes locaux

Vendredi 04 septembre à 19h59

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 23:52




 

Edito du Monde | 04.09.09 | 14h54  •  Mis à jour le 04.09.09 | 14h54


Après quarante-deux ans de règne de l'autocrate Omar Bongo, les Gabonais méritaient d'élire librement son successeur. L'annonce, jeudi 3 septembre, de la victoire de son fils Ali n'est une bonne nouvelle ni pour eux ni pour la démocratie en Afrique.

Tout porte à croire que le score de 41,73 % attribué à M. Bongo junior ne reflète nullement le véritable verdict des urnes de cette élection à tour unique. Alors que, dans ce petit pays assis sur une nappe de pétrole, les résultats auraient normalement dû être connus dans la soirée de dimanche, jour du vote, il aura fallu trois longs jours de tractations entre les tendances du clan Bongo pour rendre public un score à la fois sans appel et considéré comme présentable.

De bout en bout, le processus électoral aura montré à quel point le Gabon reste marqué par les travers de l'ère Bongo. Médias publics accaparés par le "candidat Ali", disparité abyssale des moyens financiers, listes électorales gonflées, achat des voix : rien n'aura été négligé pour que rien ne change dans le système de captation des richesses du pays, qui, avec la bénédiction de la France, maintient les habitants de cet "émirat pétrolier" dans la misère depuis un demi-siècle.

Certes, les adversaires d'Ali Bongo, incapables de dépasser leurs querelles d'ego, de s'unir et de présenter une plateforme commune en faveur du développement, ont facilité l'avènement de ce qu'ils prétendaient combattre : une succession quasi monarchique, sous couvert de processus électoral. Certes, la démocratie ne peut surgir spontanément dans un pays qui ne l'a jamais connue, surtout après quatre décennies de système Bongo : celui-ci a perverti profondément le débat politique en pratiquant, à grande échelle et avec succès, l'achat des opposants, leur offrant postes, revenus et honneurs pour les soumettre et les faire taire. Malheureusement, l'intronisation de Bongo II et les proclamations simultanées de victoire de ses deux challengers confortent l'opinion répandue selon laquelle l'Afrique n'est pas mûre, voire pas faite, pour la démocratie.

La France, officiellement neutre, a oeuvré pour obtenir le résultat proclamé jeudi, au nom de la préservation de la stabilité. Une occasion de mettre en oeuvre les nouveaux rapports avec l'Afrique revendiqués par Nicolas Sarkozy a été manquée, et le régime gabonais, qui symbolise caricaturalement la "Françafrique", va donc perdurer. Pour combien de temps ?

 

Article paru dans l'édition du 05.09.09

 


Formé en France, Ali Bongo l’héritier, est "africain dans l'âme" selon un de ses proches

LE MONDE | 04.09.09 | 11h44

Libreville, envoyé spécial


Omar Bongo s'était bien gardé de désigner publiquement un dauphin. Depuis des lustres, méthodiquement, il n'avait pourtant rien négligé pour que son fils aîné, Ali, prenne sa suite.

Dans sa corbeille d'enfant gâté, l'héritier avait trouvé le poste de ministre des affaires étrangères alors qu'il n'avait pas atteint la trentaine.

Pour ses quarante ans, il avait reçu le très stratégique ministère de la défense, qu'il a conservé jusqu'à ces dernières semaines. Jeune quinquagénaire, il vient d'être élu président du Gabon.

Son père avait soigné les détails : un mandat de député dans le berceau paternel de Bongoville, un poste dirigeant au sein de l'ultradominant Parti démocratique gabonais (PDG). Sans oublier une rencontre avec Nicolas Sarkozy à l'Elysée, en décembre 2008, perçue comme un adoubement.

Lorsqu’Ali Bongo entame ce parcours rectiligne, il ne se prénomme pas Ali mais Alain, prénom qu'il abandonnera en se convertissant à l'islam, en même temps que son père, en 1973.

Né le 9 février 1959 à Brazzaville (Congo), il a hérité de sa mère, Patience Dabany, chanteuse de talent, un goût prononcé pour la musique. Formé entièrement en France – une école protestante à Alès, le collège Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine, puis le droit à l'université Paris-I (Panthéon-Sorbonne) –, il esquisse une carrière musicale, enregistre quelques disques et acquiert une réputation de fêtard, avant de rentrer dans le rang en intégrant le cabinet de son père comme "représentant personnel".

PROCHE DE MOHAMMED VI

Avec son ami André Mba Obame, son rival à l'élection présidentielle, il fait partie des jeunes loups, les "rénovateurs" chargés par Omar Bongo de renouveler les cadres du PDG.

Attiré à la fois par le monde arabe – il est proche depuis longtemps du roi du Maroc Mohammed VI – et par les Etats-Unis – il a organisé le passage de Michael Jackson au Gabon –, Ali Bongo est présenté par l'un de ses proches comme "un personnage cultivé mais austère, de culture française mais africain dans l'âme".

Longtemps, nombre de Gabonais ont estimé que son manque de charisme, son ignorance des langues locales et son impopularité lui laisseraient peu de chance d'accéder à la magistrature suprême. La dispendieuse campagne électorale qu'il vient de mener – un budget de 90 millions d'euros est évoqué – a révélé un homme qui, derrière une image pataude, sait mener un meeting et répondre à ses adversaires.

L'avenir dira si la population gabonaise, en pleine paupérisation, parviendra à s'identifier à un homme qui, d'après l'enquête sur les "biens mal acquis" menée par la police française en 2008, possède un appartement avenue Foch, à Paris, et deux Ferrari.

Peu avare de promesses, il a juré, pendant la campagne présidentielle, de "mettre fin définitivement au règne de l'impunité, du laxisme, du laisser-aller, de la paresse, des magouilles, des combines" et de construire "un Gabon où les fruits de nos richesses communes sont partagés entre tous équitablement".

 

Philippe Bernard

Article paru dans l'édition du 05.09.09

 

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 15:26




 

  Rencontre entre le Ministre assistant Zhai Jun et le nouvel ambassadeur de Centrafrique en Chine

2009/09/03 Communiqué du ministère chinois des affaires étrangères

Le 3 septembre 2009, le Ministre assistant des Affaires étrangères Zhai Jun a reçu au siège du Ministère le nouvel ambassadeur de Centrafrique en Chine Emmanuel Touaboy. Le Ministre assistant Zhai a rappelé que depuis le rétablissement de leurs relations diplomatiques il y a une dizaine d'années, la Chine et la Centrafrique avaient vu leurs relations se développer dans d'heureuses conditions et leur coopération progresser sans cesse dans les domaines économique, commercial, culturel, éducatif, sanitaire et autres. Selon lui, la partie chinoise apprécie et remercie le soutien que le gouvernement centrafricain lui a apporté sur les questions touchant aux intérêts centraux de la Chine, et souhaite travailler ensemble avec la partie centrafricaine pour faire avancer sans cesse les relations bilatérales entre les deux pays.

Selon l'Ambassadeur Touaboy, le gouvernement centrafricain accorde une haute importance à ses relations avec la Chine. Reconnaissante pour les aides désintéressées que la Chine lui a apportées depuis de longues années, la Centrafrique souhaite renforcer sa coopération mutuellement bénéfique avec cette dernière notamment dans le domaine de l'exploration et du développement des ressources naturelles ainsi que de l'agriculture. L'Ambassadeur Touaboy a aussi exprimé sa volonté de travailler activement durant son mandat pour contribuer au développement des relations d'amitié et de coopération entre les deux pays.

 

Hu Jintao accepte les lettres de créance de cinq nouveaux ambassadeurs

2009-09-04 18:40:05  Radi Chine Internationale on line

Le président chinois Hu Jintao a accepté vendredi à Beijing les lettres de créance des ambassadeurs belge, centrafricain, ukrainien, finlandais et égyptien en Chine.

Les cinq nouveaux ambassadeurs sont Patrick Nijs pour la Belgique, Emmanuel Touaboy pour la Centrafrique, Yuriy Kostenko pour l'Ukraine, Lars Backstrom pour la Finlande et Ahmed Rezk Mohamed Rezk pour l'Egypte.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 01:47




Ouest-France jeudi 03 septembre 2009


Une équipe de chercheurs américains a découvert deux nouveaux anticorps puissants qui pourraient permettre de créer un vaccin contre le virus du sida, selon des travaux publiés jeudi. Ils vont maintenant essayer d'exploiter ces vulnérabilités du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) pour élaborer de nouvelles approches afin de concevoir un vaccin. Ils espèrent empêcher ainsi l'infection responsable de plus de 25 millions de morts depuis 1981, surtout dans les pays en développement, particulièrement en Afrique subsaharienne.


Super anticorps


Ces super anticorps appelés "bNAbs" ont des capacités étendues de neutralisation du VIH, un virus difficile à combattre en raison de ses multiples et rapides mutations. Le processus par lequel ces anticorps ont été découverts va probablement révéler encore plus de vulnérabilités du virus, estiment ces chercheurs dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science datée du 4 septembre.

Ils ont en effet travaillé sur un large échantillon de sang infecté provenant de 1 800 volontaires dans une dizaine de pays dont sept en Afrique subsaharienne ainsi que la Thaïlande, l'Australie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.


"Percée prometteuse"


"Cette découverte représente en elle-même une percée prometteuse vers l'objectif de développer un vaccin efficace contre le sida car nous avons potentiellement une meilleure cible sur laquelle mobiliser nos efforts",
  explique Wayne Koff, directeur de la recherche et du développement de l'IAVI, l'Initiative mondiale pour un vaccin anti-sida, une organisation à but non lucratif présente dans 24 pays dont la fondation Bill et Melinda Gates est l'un des principaux contributeurs.


Vers un vaccin?


"Maintenant que nous avons identifié ces deux anticorps (baptisés PG9 et PG16) nous sommes en mesure d'en trouver d'autres, ce qui devrait accélérer les efforts de la communauté mondiale pour développer un vaccin contre le sida",
ajoute ce responsable de l'IAVI. Des expériences sur des animaux laissent penser qu'un tel vaccin peut être efficace.
Avant la découverte de ces deux nouveaux anticorps du VIH, seulement quatre avaient été isolés, et ce il y a plus de dix ans.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Sciences
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 22:30




POINT DE PRESSE  ( BANGUI LE 03 SEPTEMBRE 2009)

 

DECLARATION  LIMINAIRE

 

Les Partis et Associations politiques signataires de la présente remercient les médias pour leur présence massive à ce point de presse.

 

D’entrée de jeu, nous tenons à lever une équivoque. Il ne s’agit pas d’un point de presse de l’UFVN et de l’entité « Autres Partis », mais d’un collectif de toutes les forces du Progrès qui oeuvrent pour un véritable changement dans notre pays. Son cadre reste ouvert à toutes les sensibilités qui se sentent solidaires de notre combat autour de deux exigences.

 

1)    La première exigence est la restauration de la démocratie par le respect scrupuleux de la Constitution en vue d’instaurer un Etat de droit protecteur des libertés publiques et privées.

 

La constitution du 27 décembre 2004 a été maintes fois violées par le pouvoir actuel : non respect des décisions judiciaires, violation du principe du non cumul des fonctions par le Président de la République etc….

 

Le dernier exemple le plus  flagrant est la promulgation de la loi n°09.009 du 3 août 2009 portant code électoral en violation de la Constitution et au mépris de la décision de la Cour Constitutionnelle qui avait déclaré certaines dispositions de cette loi contraires à la Constitution.

 

Les Partis et Associations signataires de la présente  ont saisi la Cour Constitutionnelle pour demander l’annulation de la loi  portant Code Electoral.

 

Il est évident qu’un Parti responsable ne peut accepter d’aller aux élections avec un Code électoral qui viole la Constitution.

 

Le décret d’application d’un code électoral nul ne saurait servir de support légal à la création d’une Commission Electorale Indépendante (CEI).

 

C’est pourquoi, tout en en exprimant notre ferme détermination à aller aux élections de 2010 dans la transparence, nous suspendons notre participation à la mise en place de la CEI, jusqu’à la décision de la Cour Constitutionnelle.

 

2)    La deuxième exigence vise à privilégier le dialogue, la concertation en vue de préserver la paix  et l’unité nationale qui passent par le respect scrupuleux des recommandations du Dialogue Politique Inclusif dont le consensus est la clé de voûte. La stabilité politique et le retour définitif à la paix sont à ce prix.

 

C’est pourquoi nous lançons solennellement un appel à tous les Partis Politiques, Syndicats, Associations  de se joindre à ce mouvement en gestation pour former un Front dont la plate forme programmatique tourne autour de la défense de la Constitution d’une part et d’autre part le respect des recommandations du Dialogue Politique Inclusif, lesquelles constituent des acquis inaliénables de la lutte du peuple Centrafricain.

 

Nous vous remercions.

 

 

MLPC-CRPS-RDC-FC-ADP-PATRIE-ASD-LONDÖ


NDLR : Voilà qui a le mérite de la clarté. C'est la réponse que méritait le ministre Elie Ouéfio qui croyait qu'après la supercherie de la "promulgation" hors délai du code électoral par Bozizé alors que ce texte de loi avait pourtant été fortement contesté en vain par l'opposition, sa machine à frauder les prochaines était prête. Tant et si bien qu'il a poussé encore la fuite en avant jusqu'à faire signer par la suite à Bozizé, le décret mettant en place la Commission Electorale Indépendante en s' arrogeant unilatéralement le droit de désigner leurs représentants à leur guise sans tenir compte de l'opposition. Cette politique de la sourde oreille a assez duré. Ce point de presse répond parfaitement à celui tenu par le même Ouéfio il y a quelques jours pour accuser l'opposition de retarder le processus électoral. On le voit maintenant clairement, c'est le pouvoir qui s'emploie méthodiquement à retarder les choses, est-ce pour que les élections ne puissent se dérouler à temps et obtenir à tout prix un vide juridique? Dans quel but politique ?  Pour que le mandat de Bozizé soit prolongé par sa majorité parlementaire au lieu du suffrage universel ? On ne peut que se poser toutes ces questions.  L'opposition doit être déterminée et rester vigilante devant ces manoeuvres machiavéliques de Bozizé et sa clique.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:41




Bangui, 3 sept. 2009 (C.A.P) - Les autorités de Bangui ont été avares de réaction voire sont demeurées relativement muettes quant aux fracassantes annonces de l’ex président Ange Félix Patassé de mettre fin à son exil togolais et de rentrer au bercail. Seul le ministre d’Etat Cyriaque Gonda avait déclaré que « personne ne s’opposait au retour de Patassé » dans son pays.


Mais selon des informations crédibles provenant d’un membre du gouvernement qui a souhaité garder l’anonymat, Bozizé, avant de quitter dernièrement Bangui pour prendre part aux festivités du 40ème anniversaire de prise du pouvoir du guide libyen à Tripoli, a pris le soin de poser au dernier conseil de ministres pour aviser, a-t-il dit, le problème de Patassé, notamment la question de savoir quelle était la décision de justice rendue dans la querelle de légitimité du parti MLPC qui avait opposé Martin Ziguélé et le vice président Luc Apollinaire Dondon Konamabaye représentant à l’époque Ange Félix Patassé.  


Tous les ministres présents lors de ce conseil, et notamment celui de la Justice en tête, lui ont répondu qu'une décision de justice a tranché le problème en faveur de Martin Ziguélé et qu'il n'y a pas lieu à débat là dessus. Ensuite Bozizé a aussi demandé si les permis forestiers de Patassé lui ont été restitués. Devant la montée au créneau des ministres pour le mettre en garde contre le retour d’Ange Félix Patassé qui serait selon eux, plus dangereux pour lui que pour le MLPC de Martin Ziguélé, Bozizé a automatiquement paniqué et promis "mettre les choses au clair" avec Patassé lors de leur rencontre à trois à Tripoli (entendez Patassé, Bozizé et Kadhafi). Et Bozizé de conclure en disant qu'il dira clairement à Ange Félix Patassé  que si la CPI le réclame, il le livrera et a levé la séance.


Depuis lors, Bozizé s’est rendu à Tripoli. Patassé également a bien quitté Lomé dans un avion libyen et y est arrivé depuis lundi dernier. On suppose donc qu’après l’extinction des lampions de la fête de Khadafi, celui-ci les a reçus pour quelques franches explications et que Bozizé a eu le courage de délivrer ce qu’il s’était promis de déclarer à Patassé devant le colonel libyen.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 18:35




 

 

PORT-GENTIL (Gabon) (AFP) - jeudi 03 septembre 2009 - 18h06 - Des éléments de l'armée française ont pris position au Consulat de France de Port-Gentil, incendié par la foule dans la matinée après l'annonce de la victoire d'Ali Bongo à la présidentielle au Gabon, a constaté un journaliste de l'AFP.


Des hommes du 6e Bataillon d'infanterie de marine ont pris place devant le bâtiment où la situation était calme.


Des partisans de l'opposant Pierre Mamboundou, arrivé 3ème au scrutin, s'étaient dirigés peu avant 11h00 locales (10H00 GMT) vers le consulat de France. Ils ont forcé le portail d'entrée et ont mis à sac la partie administrative du consulat avant d'y mettre le feu et de partir. Le bâtiment a subi d'importants dommages. La partie arrière du consulat n'a pas été touchée.


Les boxes de petits commerces attenant au grand supermarché à proximité du consulat ont aussi été pillés.

Les manifestants qui s'en sont également pris aux commerces d'immigrés ouest-africains dans le quartier jouaient au chat et à la souris avec les forces de l'ordre à 16H00 locales.


Ces manifestants avaient commencé par libérer dans la matinée les détenus de la prison de Port-Gentil avant de se diriger vers le Palais de justice, protégé par un important dispositif policier.


A Libreville, la présence de forces de l'ordre était plus importante mais des troubles ont eu lieu dans de nombreux quartiers populaires alors que le Bord de mer, où se situent la Présidence, les principaux ministères et commerces, faisait l'objet d'une protection particulière.

 


Gabon : La Chancellerie de l’Ambassade du Gabon à Dakar incendiée

Libreville, 3 septembre (GABONEWS) – La Chancellerie de l’Ambassade du Gabon à Dakar au Sénégal est en flamme ce jeudi à la suite d’un incendie causé par les proches de l’opposition gabonaise, a-t-on appris de sources concordantes.


L’Ambassadeur aurait été informé d’une descente de ces partisans à la représentation diplomatique.

Dès lors, le diplomate aurait alerté et solliciter l’aide des autorités sénégalaises qui n’ont malheureusement réagit qu’après les faits.



Sénégal: feu à l'ambassade du Gabon


AFP  03/09/2009 | Mise à jour : 21:46


Un incendie s'est produit ce soir dans l'enceinte de l'ambassade du Gabon à Dakar, après un rassemblement d'étudiants gabonais protestant contre l'élection d'Ali Bongo à la présidence, a-t-on appris de sources concordantes. Les sapeurs-pompiers sont "intervenus dans l'enceinte de l'ambassade du Gabon à Dakar à 15H35 (locales et GMT), pour un feu qui a été éteint", a déclaré à l'AFP leur porte-parole.


Le gardien de l'ambassade du Gabon, cité par la chaîne de télévision sénégalaise Canal Info, a relaté qu'une vingtaine d'étudiants gabonais, protestant contre l'élection d'Ali Bongo, avait provoqué cet incendie. Le gardien a assuré avoir été ligoté par ces étudiants qui ont lancé un cocktail Molotov à l'intérieur des locaux.

Le porte-parole de la police a confirmé qu'un incendie s'était produit dans l'ambassade mais s'est refusé à tout commentaire.


Devant l'ambassade du Gabon: «On ne peut plus accepter ça»





REPORTAGE Libération  03/09/2009 à 14h23


Les opposants au nouveau président gabonais Ali Bongo, rassemblés devant leur ambassade à Paris, bouclée par les forces de l'ordre, dénoncent un «coup d'Etat».

Pour eux, c'est une évidence: la victoire d'Ali Bongo est un coup d'Etat. Une vingtaine de Gabonais, réunis devant l'ambassade de leur pays dans le XVIe arrondissement de Paris, ont laissé éclater leur colère, jeudi. Ali Bongo, fils d'Omar, président décédé en juin après 40 ans de pouvoir, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle en début d'après-midi à Libreville. Aux dépens de Pierre Mamboundou et de Mba Obame, qui avaient revendiqué la victoire, lundi.


Ambassade fermée


Sous la fine pluie parisienne, la colère des Gabonais est double: non seulement ils refusent catégoriquement l'élection d'Ali Bongo, qui selon eux a «volé ces élections», mais ils voient se dresser devant eux une barrière de CRS, qui bloque l'accès à l'ambassade, fermée. La rangée de fonctionnaires de police est vécue comme le symbole de la complicité de l'Etat français. «On ne peut même pas rentrer sur notre territoire», s'emporte Michael, exaspéré. Plus tôt dans la journée, l'étudiant avait profité de la faible présence policière du moment pour tenter de pénétrer dans le bâtiment, bravant les grilles dressées devant l'ambassade. Il avait été rattrappé illico, provoquant l'arrivée de renforts policiers conséquents. «Ce qui se passe chez vous, ça reste chez vous», explique calmement un responsable de la police aux manifestants.


Accusations de fraude


Depuis dimanche, jour des élections, la tension n'est pas redescendue. D'étranges manoeuvres ont été observées au sein de l'ambassade, dimanche, provoquant l'ire des Gabonais, qui avaient placé beaucoup d'espoir dans cette élection présidentielle. Selon le vice-président de la commission consulaire électorale de Paris, Jean-Claude Kombila, cité par l'AFP, une fraude aurait été organisée au sein même de l'ambassade: 143 cartes d'électeurs factices se trouvaient au cinquième étage de l'immeuble, et auraient été proposées à des partisans d'Ali Bongo pour gonfler les urnes en sa faveur. L'incident avait provoqué une bagarre, d'où le dispositif policier.


«On sera là tous les jours», promet Philippe, désespéré. S'il contient sa colère, une jeune femme s'emporte. «Comment on peut ne pas s'énerver?» rétorque la femme à ceux qui tentent de l'apaiser. Au téléphone, un autre cherche à remonter le moral d'un membre de sa famille, à Libreville: «Ne restez pas chez vous, sortez dans les rues!». A 5450 kilomètres de là, Ali Bongo est le nouveau président du Gabon, et les bérets rouges dispersent la foule. «Qu'ils vous tuent, s'ils doivent vous tuer, continue-t-il. Quoi qu'il arrive, Ali Bongo sera le président des cadavres et des pierres tombales».

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 18:07




 

Bangui, 3 sept 2009 (C.A.P) - Selon des informations émanant d’une source proche de Bozizé souhaitant conserver l’anonymat, le président Bozizé devrait arriver à Paris lundi prochain en partance pour Beijing en Chine pour une visite officielle de quelques jours dans ce pays qui est un des principaux pourvoyeurs d’armes de guerre pour le régime de Bozizé.


Toujours selon nos sources, certains accords de coopération entre la Chine et la RCA devraient être signés à cette occasion, notamment dans le domaine des communications pour l’obtention d’une assistance technique chinoise en vue de l’amélioration des vétustes installations techniques de radio Centrafrique.


On se souviendra qu’en octobre 2006, Bozizé était arrivé à Paris en chemin pour Beijing mais  fut obligé de retourner en catastrophe à Bangui parce que la rébellion de l’UFDR venait de s’emparer de la ville de Birao.


Les relations entre Beijing et Bangui n’ont cessé de s’accroître ces dernières années. Bozizé vient de nommer à Beijing un de ses parents, Emmanuel Touaboy comme ambassadeur. C’est la seconde fois que Bozizé se rend en Chine. Il a nommé deux citoyens chinois, Mark Lu et Kamin Ho respectivement comme conseiller spécial à la présidence à Bangui et conseiller économique à l’ambassade de la RCA à Beijing.


Ce pays a aussi ces dernières années, formé plusieurs promotions de cadres militaires pour les Faca dont plusieurs parents de Bozizé. Beijing a également fourni d’importantes quantités d’armes et munitions de guerre à Bangui. Bozizé se sert du député de Carnot, Ibrahim Aoudou Paco comme intermédiaire pour écouler ses diamants en Chine contre la livraison des armes.


D’ailleurs certains observateurs ne s’y trompent pas qui disent à Bangui que cette visite officielle de Bozizé Chine permettra sans nul doute à Bozizé d’aller écouler une fois de plus ses pierres et glaner de l’argent pour sa prochaine campagne politique, ainsi qu’à sa famille, épouse, sœurs, filles, fils  et autres cousins, de faire du shopping à Beijing.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 16:01




 

AFP 02.09.09 | 20h58


L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Susan Rice, a mis en garde mercredi l'imprévisible numéro un libyen, Mouammar Kadhafi, contre tout débordement lors de sa venue à New York fin septembre pour l'Assemblée générale des Nations unies.


Mme Rice a affirmé que "pratiquement tous les Américains ont été choqués" par l'accueil triomphal réservé récemment à Tripoli à Ali Mohamed al-Megrahi, le Libyen condamné pour l'attentat de Lockerbie (Ecosse) et libéré pour raisons de santé.


"C'est un sujet sensible et douloureux"

"La manière dont le président Kadhafi choisira de se comporter lorsqu'il participera aux réunions de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité à New York aura la capacité d'exacerber encore ces sentiments et ces émotions ou non", a dit Mme Rice.

"Nous espérons que ce sera (au contraire) l'occasion de séances constructives à l'Assemblée générale et au Conseil de sécurité", a ajouté la diplomate.


Mme Rice a également rappelé au dirigeant libyen que la réunion au sommet du Conseil de sécurité qui sera présidée par le président américain Barack Obama le 24 septembre, porterait exclusivement sur le désarmement et la non-prolifération nucléaires.


"Il serait hors de propos et déplacé pour quelque chef d'Etat que ce soit de parler de sujets sans rapport avec ces questions",
a-t-elle averti.

"Nous voulons être respectueux des chefs d'Etat qui participeront, nous avons demandé et obtenu l'assurance de la plupart d'entre eux qu'ils limiteront la durée de leur allocution à cinq minutes et nous attendons la même chose du président Kadhafi s'il vient," a ajouté Mme Rice.


Elle a expliqué cette contrainte de temps par "le créneau très étroit" dont disposeront les chefs d'Etat ou de gouvernement participant à cette réunion, dont beaucoup devront quitter New York peu après pour se rendre au sommet du G20 à Pittsburgh (Pennsylvanie).


M. Kadhafi, qui participera à l'Assemblée annuelle de l'ONU pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir il y a 40 ans, doit faire un discours à la Tribune le 23 septembre, juste après M. Obama.


Il doit en principe participer également, le lendemain, à la réunion spéciale du Conseil de sécurité sur le nucléaire.


Avant même sa venue, le "Guide" libyen a causé une première controverse fin août en projetant de planter sa tente de bédouin à Englewood (New Jersey), une banlieue de New York de 30.000 habitants où la Libye possède une propriété.
La nouvelle a déclenché un tollé car des parents de victimes de l'attentat de Lockerbie résident dans la commune. M. Kadhafi a finalement renoncé au projet, selon un élu local.

pour les Etats-Unis, a-t-elle insisté lors d'une conférence de presse. Parmi les 270 morts dans l'attentat, 189 étaient américains.
Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 15:38




 

03/09/2009 à 00h00 Libération (Analyse) Par THOMAS HOFNUNG


Les Kabila, les Gnassingbé, et demain les Bongo ? Après le multipartisme, le continent s’en remet à la filiation


Premier, deuxième ou troisième ? Le résultat d’Ali Bongo, le fils de feu Omar, resté au pouvoir durant quarante-et-un ans à Libreville, a focalisé toutes les attentions lors de la présidentielle au Gabon. S’il s’imposait - par les urnes ou par la force - dans cette ancienne colonie française, cet homme trapu et massif viendrait renforcer le camp des successions dynastiques sur le continent noir. S’il perdait - et acceptait sa défaite -, son échec donnerait, à l’inverse, un coup d’arrêt à un phénomène qui apparaît, à certains égards, comme la maladie infantile du multipartisme en Afrique.


«Greffe».
«Le problème de l’Afrique, c’est qu’elle a dû expérimenter des systèmes importés et que, parfois, la greffe n’a pas pris», analyse Jean-Paul Ngoupandé, ancien Premier ministre de Centrafrique, faisant allusion à des pays où la compétition, matinée d’ethnicisme, a dégénéré en conflits sanglants, notamment en Afrique de l’Ouest. La fin du parti unique, quand elle se conjugue avec le dénouement du long règne d’un dirigeant, apparaît aussi comme un moment des plus périlleux. Le déclin du maréchal Mobutu au Congo-Zaïre a ainsi débouché sur des années de guerre.Après les indépendances, acquises au début des années 60 dans l’ancien «précarré» colonial français, nombre de pays ont connu soit une période d’instabilité chronique (comme au Niger) soit, au contraire, le long règne d’un seul homme (Houphouët-Boigny en Côte-d’Ivoire, Omar Bongo au Gabon ou Gnassingbé Eyadéma au Togo). Mais, après la chute du mur de Berlin, tous ont dû accepter, bon gré mal gré, l’instauration du multipartisme.


C’est dans ce pays, rebaptisé république démocratique du Congo, que l’Afrique subsaharienne a expérimenté sa première succession dynastique. En 2001, le tombeur de Mobutu, Laurent-Désiré Kabila, est assassiné. Aussitôt, son fils Joseph, illustre inconnu, assure l’intérim. Une promotion validée par les urnes que bien plus tard, en 2006, avec la bénédiction de la communauté internationale. En 2005, le fils d’Eyadéma, Faure Gnassingbé, a été propulsé dans le sang à la tête du Togo par son clan, désireux de préserver ses avantages acquis. Dans d’autres pays, comme en Libye ou au Sénégal, les dirigeants actuels ont mis sur orbite leurs rejetons. A Tripoli, Seif el-Islam (37 ans) et Saadi (36 ans) tiennent la corde. A Dakar, malgré un échec retentissant lors des dernières municipales, Karim Wade s’est vu confier un super ministère par son père de président.


«Fierté».
Nommé à la Défense par son père en 1999, Ali Bongo a eu le temps de se préparer à prendre les rênes. Mais, note Jean-Paul Ngoupandé, «la longévité de son père, synonyme de stabilité, a créé un sentiment national fort, une vraie fierté d’être gabonais». Paradoxalement, cette fierté pourrait se retourner contre son fils, les Gabonais refusant une dérive monarchique dans leur pays.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE