Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 01:02


gl André Kolingba

Communiqué de presse N° 010/ CPJP /CS/P/02-10

C'est avec une profonde consternation que la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) vient d'apprendre la disparition de l'ancien chef d'Etat centrafricain, le général André Kolingba décédé le dimanche 7 février 2010, des suites d'un cancer.

Nous nous empressons, l'ensemble des membres de la CPJP et moi-même, d'adresser à toute la famille du regretté ainsi qu'au peuple centrafricain nos condoléances les plus attristées et toute notre respectueuse sympathie.

Nous partageons du plus profond de notre cœur l'immense douleur et la grande affliction de tous ceux qui lui sont chers et leur exprimons notre fraternelle et sincère compassion. Nous nous inclinons par la même occasion, avec une vive et réelle émotion devant la mémoire de l'un des plus grands chefs d'Etat centrafricain que nous saluons avec déférence.

Que cette terre nourricière qui l'avait vu naître, lui soit légère.

Fait au Camp de la Liberté, le 08 février 2010

KARAMA Souleymane Nestor,


Président du Conseil Suprême

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 00:16


Gl Kandji Minurcat

La mission des Casques bleus au Tchad et en Centrafrique (Minurcat) est un "échec", a affirmé mardi lors d'une rare visite au Soudan le président tchadien Idriss Deby Itno, pour justifier la demande de non-renouvellement de cette mission de paix.

"A l'heure actuelle, à la mi-parcours, Minurcat n'est pas opérationnelle et Minurcat ne sera pas opérationnelle non plus même si on lui donnait encore un an", a déclaré M. Deby lors d'une conférence de presse conjointe avec le président soudanais Omar el-Béchir à l'aéroport de Khartoum, au terme de sa première visite au Soudan depuis 2004.

La partie civile de la mission de paix "avait pour mission de procéder, d'identifier et faire du développement tout au long de la frontière, (mais) un an après, aucun projet, même pas un seul puits n'a été fait, donc la mission de Minurcat est un échec", a-t-il affirmé.

"C'est pourquoi nous estimons qu'il n'est pas nécessaire de renouveler", a-t-il ajouté. "Une force, fût-elle onusienne, qui n'est pas en mesure de remplir une mission, n'a pas le droit d'être dans ce pays avec le poids financier qu'elle fait peser sur les pays membres disons des Nations unies", a-t-il estimé.

La Minurcat a été créée en 2007 pour assurer la sécurité des quelque 450.000 réfugiés et déplacés dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique, deux pays affectés par la guerre au Darfour (ouest du Soudan). Elle est aussi chargée de favoriser le retour volontaire des réfugiés et de faciliter l'aide humanitaire.


(belga)
09/02/10 14h59

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 12:32


car-singe-domestique.jpg

 

PARIS (AFP) - mardi 09 février 2010 - 9h12 - Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris, selon des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD).

Leur étude sur plus de 4.000 prélèvements sanguins, publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE, apporte un éclairage nouveau sur la circulation d'Ebola dans la nature et sur sa dangerosité pour l'homme, qui pourrait s'avérer moindre que prévu.

15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre ce virus, sans apparemment jamais avoir eu de fièvre hémorragique ou d'autres symptômes (diarrhées sévères, vomissements..), ont constaté Eric Leroy, de l'IRD-centre international de recherches médicales de Franceville (Gabon) et ses collègues.

Ce grand nombre de porteurs sains existe même dans des zones où aucune épidémie ne s'est jamais déclarée et leur fréquence, la plus haute rapportée à ce jour, varie selon les régions. Ainsi, les zones de savane et de plaines affichent des taux respectivement de 10,5 et 12,4%, tandis qu'en zones forestières, le taux atteint 19,4%, jusqu'à 33,8% dans certains villages.

Ces personnes n'ont probablement développé qu'une forme légère de la maladie ou une forme sans symptômes.

Les chercheurs pensent que la source d'exposition se trouve à proximité des villages, aucun facteur de risque n'ayant pu être identifié comme la chasse ou le contact avec les animaux sauvages.

Seuls les grands singes et les chauves-souris sont naturellement infectés par Ebola. Les premiers sont rarement en contact avec les humains. En revanche les chauves-souris sont très nombreuses dans les régions forestières du Gabon, où les taux d'immunité sont justement les plus hauts.

De plus, elles se perchent en grand nombre dans les arbres et consomment leurs fruits, en particulier dans les villages ou aux alentours. Les habitants ont vraisemblablement été en contact avec le virus en mangeant des fruits contaminés par la salive de ces animaux.

Depuis le premier cas recensé en 1976, la fièvre Ebola foudroie épisodiquement humains et grands singes au Gabon, en République du Congo et en République démocratique du Congo, au Soudan et en Ouganda



Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Sciences
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 12:11


Andr--Kolingba.jpg

Communiqué de presse N° 010/ CPJP /CS/P/02-10


C'est avec une profonde consternation que la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) vient d'apprendre la disparition de l'ancien chef d'Etat centrafricain, le général André Kolingba décédé le dimanche 7 février 2010, des suites d'un cancer.

Nous nous empressons, l'ensemble des membres de la CPJP et moi-même, d'adresser à toute la famille du regretté ainsi qu'au peuple centrafricain nos condoléances les plus attristées et toute notre respectueuse sympathie.

Nous partageons du plus profond de notre cœur l'immense douleur et la grande affliction de tous ceux qui lui sont chers et leur exprimons notre fraternelle et sincère compassion. Nous nous inclinons par la même occasion, avec une vive et réelle émotion devant la mémoire de l'un des plus grands chefs d'Etat centrafricain que nous saluons avec déférence.

Que cette terre nourricière qui l'avait vu naître, lui soit légère.

Fait au Camp de la Liberté, le 08 février 2010

KARAMA Souleymane Nestor,


Président du Conseil Suprême

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 23:25


Gl-Kolingba.jpg

Par RFI lundi 08 février 2010

Une page se tourne dans l'histoire de la Centrafrique. L'ancien chef d'Etat, le général André Kolingba, est décédé dimanche 7 février 2010, dans l'après-après midi, à Paris des suites d'un cancer. André Kolingba était arrivé au pouvoir en 1981 à la faveur d'un coup d'Etat. C'est lui qui avait instauré le multipartisme en Centrafrique, ouvrant la voix à la première élection présidentielle démocratique en 1993. Il avait d'ailleurs été battu par Ange-Félix Patassé à cette occasion, et s'était plié au verdict des urnes.

Arrivé au pouvoir en 1981, à l’issue d’un coup d’Etat sans effusion de sang, André Kolingba a voulu durant toute sa vie donner l’image d’un homme de paix, mais il reste pour de nombreux Centrafricains l’homme du colonel Mansion, le pro-consul français à Bangui. C’est lui qui a instauré le tribalisme dans la gestion de l’Etat, lui qui a fait brûler des villages dans le nord du pays après le coup d’Etat manqué d’un certain François Bozizé et de son ami d’alors Ange-Félix Patassé.

Ange-Félix Patassé

Ancien président centrafricain, qui a succédé par les urnes à André Kolingba en 1993.

Un homme qui a beaucoup contribué à l'instauration de la démocratie... il a accepté le principe d'élections libres et démocratiques pour le changement... j'avais dit que je pardonnais à tous ceux qui ont contribué à me renverser... moi je n'ai pas d'ennemi, c'est un patriote qui a pris l'option des armes mais il a vu que les armes ont des limites...

08/02/2010 par Carine Frenk

Sous la pression populaire, il réinstaure le multipartisme en Centrafrique. C’est l’époque du discours de La Baule et contrairement à d’autres chefs d’Etat africains, il accepte que le débat démocratique s’instaure en Centrafrique, sans faire usage de la violence. Il ouvre ainsi la voie à la première élection présidentielle démocratique et cède le pouvoir à Ange-Félix Patassé en 1993.

Le général Kolingba, c’est aussi l’homme du coup d’Etat manqué du 28 mai 2001 –il en assume en tout cas la paternité- Des milliers de Yacoma doivent fuir la répression. André Kolingba se réfugie en Ouganda.

Puis vient le moment du pardon : à la tribune du Dialogue national, organisé après la prise du pouvoir du général Bozizé en 2003, l’ancien président Kolingba demande pardon pour les erreurs commises.

Fidèle Gouandjika Ministre du Développement rural et proche du président Bozizé.

"Le président Kolingba a été un des grands bâtisseurs de la République centrafricaine. Il a ramené la démocratie en 1993, il a laissé un pays pacifique... un président qui a accepté d'aller aux urnes et qui a perdu dignement... un très bon souvenir..."

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 22:39


-beac.jpg


(Cameroon-Tribune 08/02/2010)



Le nouveau gouverneur de la banque centrale a été installé dans ses fonctions vendredi dernier à Yaoundé.

Un jour nouveau se lève sur la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Un nouveau capitaine est arrivé aux commandes du navire. L’Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama a pris officiellement ses fonctions de gouverneur de la BEAC, vendredi dernier au palais des Congrès de Yaoundé, au cours d’une cérémonie présidée par le président du comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC), le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Albert Besse. Après les remous sous fond de luttes d’influence et de détournements de fonds, qu’a connus la BEAC au cours des derniers mois voire années, l’installation du nouveau gouverneur est venue concrétiser les décisions prises lors de la 10e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC qui s’est tenue à Bangui en République centrafricaine les 16 et 17 janvier 2010. Il en ressort que Lucas Abaga Nchama prend le relais du Gabonais Philibert Andzembe. Davantage, au terme des travaux de Bangui, la Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC a institué le principe de la rotation par ordre alphabétique des Etats membres, au niveau des institutions, organes et institutions spécialisées de la Communauté, mettant fin au consensus de Fort Lamy.

Ainsi, au-delà des aspects protocolaires, la cérémonie de vendredi a fixé le cap de l’action du nouveau patron de la BEAC. «Vous aurez la lourde charge de tout mettre en œuvre pour que renaisse durablement la confiance entre, d’une part, la BEAC et d’autre part, ses partenaires, les populations de la CEMAC et les opérateurs économiques, suite aux diverses affaires qui ont terni l’image de notre institution d’émission ». Paroles d’Albert Besse, président du comité ministériel de l’UMAC à l’endroit du gouverneur entrant.

En clair, Lucas Abaga Nchama est en mission pour redorer le blason de la banque. En outre, il lui a été clairement demandé de veiller à ce que tous ceux qui se sont rendus coupables de malversations soient poursuivis par la justice.

Le nouveau gouverneur doit insuffler un nouvel esprit au sein de cette institution qui a été sérieusement ébranlée par des affaires de détournements de fonds et de placements à risques. Renforcer la rigueur dans la gestion de la banque, garantir la bonne gouvernance. Comme le lui a rappelé Albert Besse, les chefs d’Etat lui font confiance et il faudrait qu’il trouve les solutions appropriées permettant de restaurer la crédibilité et l’image de la Banque centrale.

Même son de cloche chez le ministre des Finances du Cameroun, Essimi Menye, qui a rassuré le nouveau gouverneur de tout l’appui du Cameroun, hôte du siège de la BEAC. Mais comme a rappelé le ministre des Finances camerounais, il s’agira, avant toute chose, d’appliquer à la lettre les recommandations formulées par les Chefs d’Etat de la CEMAC et par les organes de contrôle de la BEAC. Le message n’est certainement pas tombé dans les oreilles d’un sourd. Lucas Abaga Nchama en tant qu’ancien de la maison BEAC est parfaitement au courant des dossiers. A lui d’imprimer définitivement sa marque !


Simon Pierre ETOUNDI

© Copyright Cameroon-Tribune

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 22:36


BDEAC siège


(Congo- Site Actualités 08/02/2010)


L’assemblée générale des actionnaires de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) s'est tenue le 6 février à Brazzaville. Elle a consacré la prise de fonctions du nouveau président de la banque, le Gabonais Michael Adandé qui succède au Centrafricain Anicet Georges Dologuélé, placé à la tête de la BDEAC depuis 8 ans.

L’assemblée a entériné la nomination du nouveau président de la BDEAC, désigné par les Chefs d’Etat des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), lors du dernier sommet tenu du 16 au 17 janvier 2010 à Bangui (RCA).

Agé de 57 ans, M. Adandé a travaillé à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) et au département Afrique du Fonds monétaire internationale (FMI). Il est appelé à conduire les orientations et instructions des Chefs d’Etat de la zone CEMAC.

«Je voudrais affirmer à tous que je n’épargnerai aucun effort pour justifier la confiance placée en moi. C’est l’occasion de rendre hommage mérité à mon prédécesseur, l’ancien Premier ministre Anicet Georges Dologuélé, pour les efforts déployés durant sa présidence en vue de donner à notre institution la place qui est la sienne aujourd’hui», a déclaré M. Adandé.

Le nouveau président de la BDEAC a ajouté qu’il conviendrait de s’orienter vers une voie de réformes visant à faire de cette institution bancaire un véritable outil pour l’émergence des Etats de la zone CEMAC. Il s’agira selon lui de moderniser les structures, disposer des expertises nécessaires, renforcer la gouvernance et édicter des règles ainsi que des procédures d’une grande fiabilité.

Ces mutations, estime M. Adandé, devraient contribuer à rendre cette banque plus performante et plus attractive en vue d’une notation enviable sur les marchés afin de lever les ressources indispensables à la réalisation de ses missions.

«Je voudrais partager avec vous la vision d’une institution compétitive, au service du développement de nos Etats et dont la renommée tient à la qualité des hommes qui l’animent. Comme vous, je suis un fervent défenseur du travail bien fait et de l’esprit d’équipe. C’est la condition nécessaire pour réussir l’exaltante mission qui vient de nous être confié par les plus hautes autorités de nos pays respectifs. J’invite d’ores et déjà chacun de vous à donner le meilleur de lui-même», a-t-il dit.

Le président sortant de la BDEAC a salué la confiance et la collaboration avec les actionnaires de la banque durant son mandat. Il a indiqué qu’au moment où il prenait ses fonctions, notamment le 18 septembre 2001, la mission paraissait presque impossible tant l’ampleur des dégâts était énorme.

La BDEAC a connu une longue période d'hibernation dans les années 90 avant de reprendre le financement des projets en 2003. L'année dernière, le capital social de la banque est passé de 94 milliards à 250 milliards de francs CFA soit de 2,5% d’augmentation.

 
Anicet Clotaire Ndzi

© Copyright Congo- Site Actualités

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 22:34


gl André Kolingba

 

APA - Bangui 08-02-2010 (Centrafrique) Le Président François Bozizé de Centrafrique a présenté lundi ses condoléances à la famille de l’ancien Président le général André Kolingba décédé dimanche à Paris des suites d’une maladie à l’âge de 73 ans.

« Mon frère d’Armes, le Général d’Armée André Kolingba, ancien Président de la République, n’est plus. La tristesse qui est celle de sa famille est également la nôtre car, la fraternité et l’unité qui étaient le sens de sa politique continuent de nous interpeller profondément pour la préservation de notre patrie », écrit le président centrafricain dans un message rendu public lundi à Bangui.

« En cette douloureuse circonstance, en votre nom à tous, je présente ma fraternelle compassion à la famille du disparu ainsi qu’à son parti, le parti le Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) pour cette perte incommensurable », note le communiqué

« La République en appelle à chacune et chacun de nous pour réserver, sur la terre de ses ancêtres, les adieux à la dimension de l’ancien Chef d’Etat que fut le Général d’Armée André Kolingba », ajoute le communiqué.

Arrivée au pouvoir le 1er septembre 1981, par un coup d’Etat, le Général d’Armée André Kolingba a mis en place un Comité Militaire de Redressement National (CMRN) en vue de restaurer l’autorité de l’Etat tout en s’attaquant au problème de redressement de l’économie.

 

Centrafrique: hommage de Bangui et de Patassé au défunt président Kolingba

BANGUI 8 février 2010 (AFP) — Le gouvernement centrafricain, mais aussi son ancien adversaire, l'ex-président Ange-Félix Patassé, ont rendu hommage lundi à l'ancien président André Kolingba (1981-1993), décédé dimanche à Paris à l'âge de 73 ans.

"Le gouvernement et le peuple centrafricains gardent encore en mémoire les souvenirs d'un grand homme d'Etat au sens élevé de la patrie", affirme un communiqué du gouvernement diffusé lundi.

Joint par l'AFP, Ange-Félix Patassé a affirmé avoir "pardonné tout cela" à André Kolingba en parlant de la tentative de coup d'Etat de 2001 de ce dernier contre lui, préférant évoquer la mort d'un "frère, d'un compatriote et d'un grand homme d'Etat".

"C'est lui qui a ouvert le pays au multipartisme et c'est lui qui a organisé les premières élections libres et démocratiques", a affirmé M. Patassé, arrivé au pouvoir en 1993 en battant notamment M. Kolingba lors du scrutin.

"C'est vrai qu'il avait pris les armes avec d'autres compatriotes pour me renverser, mais il a fini par se convaincre que ce n'était pas la bonne voie", a conclu M. Patassé.

De source informée à Paris, M. Kolingba souffrait depuis longtemps d'un cancer de la prostate.

Né le 12 août 1936 à Bangui, l'ancien général d'armée avait renversé par un coup d'Etat en 1981 le président David Dacko (1979-1981) successeur de Jean-Bédel Bokassa.

Fondateur du parti unique Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) en 1987, Kolingba avait été contraint sous la pression de la rue et après des grèves sans précédent dans le pays, d'autoriser le multipartisme en 1991. Il s'était maintenu au pouvoir jusqu'en 1993.

Après une tentative ratée de coup d'Etat en 2001 et un exil en Ouganda, il avait bénéficié en 2003 du renversement de Patassé par François Bozizé, actuellement au pouvoir, et d'une amnistie pour participer au "dialogue national". A nouveau candidat à la présidentielle en 2005, il avait terminé troisième du scrutin remporté par Bozizé.

Son parti était considéré comme la seconde force d'opposition du pays avec notamment six députés au Parlement, fort de 105 membres.

Copyright © 2010 AFP.

 

NDLR : Comme d’habitude en pareille circonstance, l’amnésie est la règle. Après la mort des hommes politiques centrafricains, l’opinion assiste généralement à un indécent et hypocrite concert de louanges post mortem. Ce fut le cas pour le président David Dacko et plus récemment encore du Pr Abel Goumba. Faut-il rappeler que dans son allocution de clôture du Dialogue National de 2003 auquel assistait le général André Kolingba, celui-ci se faisait traiter de « serpent venimeux » par ce même Bozizé qui ose parler aujourd’hui de « perte incommensurable » occasionnée par sa disparition. Faut-il en rire ou en pleurer ?  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 04:52


Joseph Binguimalé

 

 

Joseph Binguimalé doit partir !

 

A peine trois mois seulement à la présidence de la coordination nationale de la Commission Electorale Indépendante, le personnage du vrai faux pasteur Joseph Binguimalé est déjà fortement contesté. Son impartialité est inexistante. L’indépendante de ladite commission n’existe que de nom. De fortes présomptions de mauvaise gestion pèsent en effet sur lui quant à l’utilisation des premiers décaissements d’argent mis à sa disposition pour l’accomplissement de la mission de la CEI. Certains bailleurs de fonds qui ont donné leur accord de principe pour contribuer au financement des élections à travers la CEI hésitent dorénavant à mettre la main à la poche. Motif : Binguimalé a davantage utilisé les fonds mis à sa disposition pour acquérir surtout des véhicules pour lui-même et les membres de la CEI.

 

Tant et si bien que l’opposition regroupée au sein du Collectif des Forces du Changement exige sa démission. Elle a fait publiquement le 30 janvier dernier lors de la réunion convoquée par Bozizé avec la classe politique et la société civile en présence du corps diplomatique, la démonstration de l’incompétence, de la malhonnêteté et l’inventaire des irrégularités et fautes commises par Joseph Binguimalé.

 

C’est ainsi que séance tenante, Bozizé a accédé à un certain nombre de revendications de l’opposition et même ordonné qu’il soit effectué un audit de sa gestion de ces trois mois de gestion de la CEI. Voilà que quelque temps après, sans doute sous la pression des faucons et des durs de son clan, le pouvoir semble amorcer une sorte de rétropédalage sur les points de revendication de l’opposition qui avaient rallié l’acceptation de Bozizé, notamment la dissolution des comités locaux de la CEI clandestinement et illégalement mis en place par Binguimalé.

 

Faut-il rappeler que l’audit sur la gestion du vrai faux pasteur ordonné par Bozizé est en soi un cinglant désaveu de son douteux compère. Il n’est pas normal qu’en attendant les conclusions de l’audit, ce dernier puisse continuer de poser des actes comme président de la coordination nationale de la CEI et engager toujours des dépenses. On apprend qu’il serait envoyé par Bozizé pour on ne sait pour quelle mission à Khartoum au Soudan. Visiblement, tout semble indiquer que Bozizé ne voudrait pas se défaire de lui pour des raisons bien simples à comprendre. Binguimalé est la pièce maîtresse de sa sratégie de fraude électorale. Il pourra difficielement le lâcher s'il ne trouve pas un remplaçant du même acabit.

 

Autre étrangeté qui illustre parfaitement le fait que Binguimalé est bel et bien aux ordres et que cela est totalement inadmissible, c’est l’annonce faite par lui sans rire il y a quelques jours, de ce qu’il aurait "retrouvé" comme par enchantement dans des entrepôts au quartier Combattant à Bangui, les listes électorales qui avaient servi aux dernières élections de 2005 alors que le ministre chargé de l’Administration du Territoire Elie Oueifio avait pourtant déclaré en avril 2009 devant les députés à l’Assemblée Nationale lors de l’examen de la loi portant code électoral, que ces listes avaient été détruites.

 

Il y a lieu ici de rappeler que la principale mission confiée à la Commission Electorale Indépendante est celle de procéder au recensement de la population afin de dresser des listes électorales fiables et non de réviser d’anciennes listes miraculeusement retrouvées. Sur sa lancée, Binguimalé pousse la provocation jusqu’à demander le financement de la communauté internationale pour saisir ces « listes électorales ». Il est clair que toutes ses grossières manœuvres sont cousues de fil blanc car il tente d’imposer subrepticement les listes obtenues à partir du recensement illégal et clandestin orchestré par le ministre Elie Oueifio qui avait fait remettre des cahiers d’écoliers aux chefs de village et maires, découvert par hasard au cours de sa tournée dans l’Ouham-Pendé et dénoncé en règle par Martin Ziguélé en juillet 2009. Une telle démarche est totalement malhonnête et disqualifie totalement le vrai faux pasteur pour les fonctions de président de la coordination nationale de la CEI.

 

La communauté internationale qui se déclare vouloir appuyer la République centrafricaine à réussir la tenue de ses élections, ne doit pas laisser le pouvoir de Bozizé prendre autant de liberté avec les normes et standards internationaux en matière d’organisation d’élections. Elle doit veiller à la régularité de toutes les étapes du processus et mettre la pression sur Bozizé pour l’indispensable  réalisation du DDR avant la tenue de ces élections. Car faute de cela, il est évident que la RCA ne connaîtra pas la sérénité, la sécurité et la paix, nécessaires à la réussite de ces élections dont tout le monde s’accorde à reconnaître le caractère décisif sur l’avenir à court terme du pays.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 01:41


billets-CFA.jpg

BANGUI – (L’Indépendant) – 07 février 2010 – Le directeur national de la documentation, l’un des nombreux services de renseignement de François Bozizé, Aristide-Briand Reboasse, serait en détention pour malversation financière, a-t-on appris samedi d’une source proche de la présidence centrafricaine.

M. Reboasse serait arrêté sur les instructions du président centrafricain, qui reprocherait à son chef de renseignement « ses pratiques mafieuses » et sa mauvaise gestion des « fonds alloués » à son service.

À en croire une autre source proche du dossier, Aristide-Briand Reboasse se serait spécialisé depuis sa prise de fonction dans « l’extorsion de fonds » aux commerçants musulmans particulièrement libanais. « Il menaçait de les accuser d’atteinte à la sureté de l’État pour leur faire peur. Et il repassait pour exiger des espèces sonnantes et trébuchantes », indique la source.

Selon nos informations, M. Reboasse se serait également brouillé avec son mentor Firmin Feïndiro, procureur de la république de Bangui, qui l’avait pourtant présenté à François Bozizé avant sa nomination à la tête du bureau national de la documentation (BND), alors qu’il travaillait comme caissier dans une station service de Tours (France).

Difficile pour l’heure actuelle d’avoir la confirmation de l'arrestation de ce dernier auprès des autorités centrafricaines, qui ne souhaitent pas s’exprimer. Toutefois, une source gouvernementale indique il serait détenu à la SRI (section recherche et information), de triste réputation et dirigé par le fils Bozizé, Papy.

À rappeler que le bureau national de la documentation est un service de renseignement rattaché directement au cabinet du président centrafricain. Il est dirigé depuis sa création il y’a deux ans, par M. Reboasse.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique