Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 02:34
Faustin-Archange Touadéra : « Les conflits entre la France et la Russie n’ont pas lieu d’être en Centrafrique »

 

Lu pour vous 

 

https://www.lemonde.fr Propos recueillis par Cyril Bensimon  Publié le 8 sept à 07h00

 

Le président de la République centrafricaine a rencontré Emmanuel Macron pour désamorcer les tensions nées du rapprochement avec Moscou.

La paix est l’objectif déclaré de Faustin-Archange Touadéra. Dans un entretien accordé jeudi 5 septembre au Monde Afrique, le président de la République centrafricaine aura prononcé ce mot à de multiples reprises. De passage à Paris pour une rencontre avec Emmanuel Macron, M. Touadéra se félicite par ailleurs que la France reprenne sa place de partenaire historique de son pays.

La France était particulièrement investie en Centrafrique avant votre élection en 2016. Avez-vous eu le sentiment d’un délaissement après votre accession au pouvoir ?

Il faut reconnaître que nous avions souhaité que la force « Sangaris » [l’opération militaire française déployée en Centrafrique entre décembre 2013 et octobre 2016] poursuive sa mission et avons regretté son retrait. Mais aujourd’hui, nous voyons qu’un certain nombre de programmes ont été rétablis, notamment dans le renforcement et la modernisation de l’administration centrafricaine. Depuis notre dernière rencontre avec le président Macron, il y a un véritable réengagement de la France aux côtés de la Centrafrique, que ce soit diplomatiquement, sur les actions de terrain ou les projets humanitaires.

Mais avant que la France revienne, la Russie s’est considérablement investie. Ne craignez-vous pas que votre pays devienne un terrain d’affrontements entre grandes puissances ?

« Tous les pays amis qui veulent apporter leur soutien pour ramener la paix et la stabilité sont les bienvenus. »

Je ne le pense pas. La coopération avec la Russie ne date pas d’aujourd’hui, elle existe depuis les années 1960. Aujourd’hui, la Russie fournit à la Centrafrique des moyens létaux pour nos forces de défense et il n’y a pas de raison qu’il y ait des affrontements avec la France. Ce n’est pas notre ambition. Aujourd’hui, la Centrafrique a de nombreux défis et tous les pays amis qui veulent apporter leur soutien pour ramener la paix et la stabilité sont les bienvenus. Les conflits qu’on évoque entre la France et la Russie n’ont pas lieu d’être. Les deux pays doivent travailler en Centrafrique en toute synergie pour que la paix revienne. La presse en a fait beaucoup et a donné l’impression qu’il y avait des conflits entre ces deux pays, mais les autorités centrafricaines font en sorte qu’il y ait la transparence. La France, qui est le partenaire historique de la Centrafrique, a sa place. La Russie, qui apporte quelques éléments de soutien dans la fourniture d’armes, a également sa place pour nous aider à obtenir la paix et la stabilité.

Les Nations unies ont fait état d’une diminution des violences depuis un an, mais votre pays demeure le théâtre d’affrontements réguliers entre groupes armés, comme dimanche à Birao. L’accord de paix de Khartoum signé en février avec quatorze groupes armés est-il en danger ?

Nous continuons de travailler pour que cet accord puisse nous profiter. Pour l’instant, c’est le seul instrument que nous avons pour aller à la paix et la réconciliation. Nous invitons donc tous nos partenaires à le soutenir. Cet accord suppose des défis quotidiens pour le renforcer. Depuis sa signature, il y a eu des accalmies. Les mécanismes prévus dans le cadre de cet accord sont mis en œuvre par le gouvernement et ses partenaires. Cela fonctionne. Il y a quelques défis en ce qui concerne les groupes armés qui traînent les pieds. Il y a des violations qui ont été identifiées et reconnues et nous travaillons pour que toutes les dispositions de l’accord soient mises en œuvre. C’est vrai qu’il y a quelques problèmes, mais l’accord n’est pas en difficulté.

Mais deux chefs de guerre, Mahamat al-Khatim puis Sidiki Abbas, viennent d’annoncer leur démission des fonctions officielles qui leur avaient été octroyées par cet accord. Cela ne traduit-il pas un malaise ?

C’est une question d’appréciation. Je pense que le comité de suivi a pris à bras-le-corps ce problème. Nous regrettons évidemment que Mahamat al-Khatim et Sidiki Abbas démissionnent de leurs fonctions parce qu’ils estiment qu’un certain nombre de clarifications n’ont pas été données sur leur poste, mais ils ne remettent pas en cause l’accord. Nous allons travailler à ce qu’ils reviennent pour qu’on aille vers le désarmement. C’est l’intérêt de tous.

L’accord de Khartoum ne vous soumet-il pas au bon vouloir des groupes armés, qui jouent le jeu de la paix quand cela leur profite et relancent les hostilités dès que les décisions ne leur conviennent pas ?

« Depuis ma prise de fonction, je ne fais que cela : discuter pour faire taire les armes. »

Non ! Nous avons signé un accord qui prévoit des engagements de la part des uns et des autres. Le gouvernement a vingt et un engagements, les groupes armés en ont dix. Nous avons mis en place des mécanismes de suivi dont l’article 34 mentionne que si on a des difficultés, on se réunit et on discute. C’est ce qui se fait dans le cadre du comité exécutif de suivi. Evidemment, l’appréciation des uns et des autres varie. Il faut donc faire un travail sur les hommes, sur la compréhension de l’accord. C’est ce que nous faisons. Nous avons signé un accord dont tout le monde a vu l’intérêt et nous travaillons sur cette base pour que chacun mesure ses bénéfices. Depuis ma prise de fonction, je ne fais que cela : discuter pour faire taire les armes.

Le chef antibalaka Maxime Mokom est chargé du programme de désarmement des combattants. Sidiki Abbas, dont le groupe est accusé d’avoir massacré 46 personnes près de Paoua en mai, était, avant sa démission, conseiller du premier ministre. N’est-ce pas une prime à l’impunité ?

L’élément fondamental de cet accord est qu’il respecte la Constitution. Notre Constitution dit non à l’impunité et l’accord prend des dispositions pour lutter contre l’impunité. Il n’empêche pas la justice de faire son travail, et le fait que certains soient au gouvernement ne signifie pas que la place est laissée à l’impunité. Tout le monde, y compris les groupes armés, est d’accord pour dire non à l’impunité et rappeler que nous devons aller à la paix et à la justice. Nous avons mis en place une commission inclusive pour identifier et qualifier un certain nombre de crimes. Nous travaillons dans le sens de la lutte contre l’impunité, mais il faut au préalable qu’il y ait la paix, que tout le monde soit rassuré, pour que nous allions vers la justice. La justice sera là.

Une Cour pénale spéciale a vu le jour il y a près d’un an à Bangui, avec pour mission de juger les exactions les plus graves commises depuis 2003. Pourquoi ne pas avoir transféré devant cette juridiction des chefs antibalaka comme MM. Ngaïssona et Rombhot, qui sont aujourd’hui dans l’attente d’un procès devant la Cour pénale internationale (CPI) ?

Nous n’étions pas informés que la CPI devait arrêter M. Ngaïssona. Il a été arrêté en France. M. Rombhot, lui, a été arrêté dans le cadre de l’accord que nous avons avec la CPI. Je pense qu’aujourd’hui, la Cour pénale spéciale a les moyens de commencer son travail et d’atteindre ses objectifs.

Vous avez été élu à la présidence il y a un peu plus de trois ans. La majeure partie du territoire échappe encore à l’autorité de l’Etat. Jusqu’à quel point pensez-vous avoir les commandes du pays ?

« Nous sommes un Etat en reconstruction. C’est une période difficile qui demande la mobilisation de tout le monde. »

Vous savez quel était l’état de notre pays au moment de l’élection. Nous sortons de crise et les séquelles sont nombreuses. Il y a le problème de l’insécurité, une armée totalement effondrée que nous reconstruisons pour la redéployer, une administration en lambeaux que nous sommes en train de reconstruire. Nous sommes un Etat en reconstruction. Nous sommes en train de reconquérir la paix et la stabilité pour notre pays. C’est une période assez difficile qui demande la mobilisation de tout le monde. C’est ce que nous sommes en train de faire. Nous avons hérité d’une situation et il faut reconnaître le travail qui est fait pour que le peuple puisse retrouver la quiétude.

On a pu croiser Alexandre Benalla dans le hall de votre hôtel. L’avez-vous rencontré ?

L’avez-vous croisé dans ma suite ? Je suis dans un hôtel et je ne sais pas ce qui se passe dehors, dans les couloirs ou ailleurs.

Cyril Bensimon

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 02:36
RCA : la mine d’or de Kolo à Mingala annexée par les hommes de l’UPC

 

https://www.radiondekeluka.org vendredi 6 septembre 2019 05:57

 

Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrassa. Des pertes en vies humaines ont été signalées.

Selon les informations, ce groupe armé signataire de l'accord politique de paix aurait mis en débandade les habitants de la localité. Le député de Mingala, Gabriel Tchima indique que le bilan de cette attaque n'est pas encore connu. Il déplore des pertes en vies humaines et le déplacement massif de population.

« Il y a tuerie d’hommes à Kolo mais le bilan n’est pas connu. Des détonations d’armes lourdes et légères des éléments de l’UPC ont été entendues du matin au soir », a indiqué Gabriel Tchima relevant que « pendant qu’on cherche la paix, Ali Darrasa a annexé les chantiers pour s’enrichir». Le chantier de Kolo a été annexé par des hommes armés remorqués à trois sur des motos en provenance de Bambari (Ouaka) et d’autres sur des chevaux venant de Bria (Haute Kotto).

Selon les informations, ces éléments sur place, vont attendre les renforts. « Nous sommes enclavés » s’est plaint le député Tchima, soulignant qu’un contingent népalais de la Minusca dépêché sur les lieux n’a pas pu atteindre son objectif à cause de la dégradation d’un pont.

Contacté par Radio Ndeke Luka, le chef de Bureau de la Minusca à Bambari indique que la ville de Mingala étant enclavée, empêche une intervention rapide des soldats de la paix.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 02:22
« Il faut frapper les capacités militaires des groupes armés », selon Martin Ziguélé   

 

Lu pour vous

 

Par Ulrich Mamenleya , Journaliste rédacteur (CNC) Publié le 6 septembre 2019 

 

Le député de Bocaranga 3 et Président du parti MLPC, Martin Ziguélé, grand défenseur de l’accord politique pour la paix et réconciliation signé entre le gouvernement et les groupes armés, très remonté contre certains de ces groupes signataires dudit accord qui continuent de prendre les centrafricains en otage. Selon lui, leurs capacités militaires doivent être frappées une fois que ces derniers ne respectent leur engagement.

 La colère de Martin Ziguélé s’intensifie davantage contre certains leaders des groupes armés, en l’occurrence Abass Sidiki, patron du mouvement 3R, et Ali Darassa, chef militaire de l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC), tous les deux signataires de l’accord de Khartoum et qui ont les mains misent sur une grande portion du territoire centrafricain.

« Une fois que les masques sont tombés sur les visages des chefs rebelles qui violent l’accord », Ziguélé souhaite que les garants et les facilitateurs  doivent utiliser des mesures répressives  pour anéantir leur capacité militaire.

«Première mesure de force, il faut que les structures de suivi de l’accord de paix continuent à fonctionner, mais il faut qu’elles intègrent obligatoirement les chefs des groupes armés pour qu’ils viennent dire ce qu’ils font sur le terrain, ensuite, les capacités militaires soient réduites donc il faut des frappes », a précisé Martin Ziguélé, député de Bocaranga 3.

Durant les trois semaines que Ziguélé est passé dans l’Ouham-Péndé, lui a permet de révéler plusieurs cas qui illustrent que Abass Sidiki continue de narguer la population civile de cette zone avec ses 17 bases militaires et véhicule qui portent des canons, « Sidiki a 17 bases militaires dans l’Ouham-pende et des véhicules qui portent des canons. Il a retiré ses éléments des barrières à Létélé, Makonzi houla et à Bokaya et à 100m de la brousse, il a ses mêmes gens avec les armements en civiles dans la ville. Il recrute aussi des mercenaires peuls de Niger Tchad, Soudan, etc. », a révélé Martin Ziguélé.

« Sidiki est un mercenaire, entrepreneur de guerre et il n’a pas d’autres objectifs que l’argent donc il ne bougera pas si c’est capacité militaire ne soit pas réduite », une manière pour Ziguélé de demander aux garants de frapper  Sidiki qui règne en maître dans cette localité.

Ce dernier  profite de l’occasion pour plaider par rapport à la gradation des sanctions contre ceux qui violent l’accord en évoquant que l’accord est un cadre juridique qui permet de voir ceux qui ne veulent pas respecter les engagements prescrits, « les sanctions doivent être définies parce qu’en face, nous avons des mercenaires sans foi, maintenant il y a un accord, il y a une clarification de la situation. C’est comme une voie et maintenant si vous  êtes dehors de cette voie, on voit clairement que telle personne n’a pas respecté ça », a- t il conclut.

13 jours après la réunion de suivi et l’évaluation de l’accord politique pour la paix et réconciliation, le communiqué final promu par l’Union africaine et par la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale permettant la reformulation  de l’Article 35 dudit accord qui prévoit des mesures répressives subies encore un blocage dont seuls les garants connaissent.

 

Copyright2019 CNC.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 02:11
Ali Bongo, éternel convalescent

 

Lu pour vous

 

By  La redaction de Mondafrique  4 septembre 2019

 

 

Par Jocksy Ondo Louemba 

 

Depuis son AVC survenu en Arabie saoudite le 24 Octobre 2018, l’état de santé réel d’Ali Bongo intrigue. Un état de fait alimenté par la communication opaque et médiocre des autorités du Gabon. 

 

C’était il y a près d’un an. Alors qu’il participe au « Davos du Désert » en Arabie Saoudite, Ali Bongo est foudroyé par un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Très vite l’information circule et pudiquement la presse du royaume saoudien parle d’un malaise ayant conduit à une hospitalisation du chef de l’Etat gabonais. Au Gabon la polémique enfle et les autorités se résignent à donner leur version des faits. 

 « Fatigue sévère contre AVC »

Alors que la Presse parle d’un AVC, la Présidence du Gabon préfère parler de « fatigue sévère » (Sic). Puis voulant se montrer rassurante face aux importantes fuites, la Présidence du Gabon ajoute qu’Ali Bongo est victime d’une fatigue « sévère suivie de saignements » (sic). Il faudra attendre que le Vice-Président de l’époque Pierre Claver Maganga Moussavou affirme contrairement aux préconisations qu’Ali Bongo avait été victime d’un AVC et qu’il avait une profonde empathie pour lui. 

Contradictions permanentes

La suite est une succession de contradictions. Ali Bongo se trouve « en convalescence » au Maroc mais on présente un décret qu’il aurait signé au même moment à Libreville. Le 22 Mars 2019, le gouvernement du Gabon déclare Ali Bongo totalement rétabli et on organise son retour que l’on veut triomphal. Moins de deux jours après, il est évacué sanitairement à Londres. Combien d’aller retours médicaux Ali Bongo a-t-il effectué ? Difficile de le dire.  Entre deux voyages, on tente montrer par diverses manœuvres qu’Ali Bongo est toujours aux commandes mais la communication présidentielle ne parvient pas à lever les doutes. 

Le fiasco d’Août 2019

Alors que les festivités célébrant l’accession du Gabon à la souveraineté internationale approchent et que l’opinion publique gabonaise s’interroge sur sa participation. La Présidence du Gabon annonce qu’Ali Bongo à nouveau « totalement rétabli » participera effectivement aux festivités et marquera par la même occasion son grand retour. Mais résultat n’est pas glorieux.  Ali Bongo apparaît lourdement handicapé malgré le contrôle des images et la campagne de presse bien huilée. Et le soir même de la fête nationale du Gabon alors qu’il ne s’était pas levé une seule fois pour saluer le passage des troupes surtout de sa garde prétorienne (Garde Républicaine), il est selon l’Agence Bloomberg évacué vers Londres, pris en charge médicalement ce qui n’empêche pas sa santé de se détériorer. 

Pour répondre à l’information de l’agence de Presse américaine, Sylvia Bongo publie une photo d’Ali Bongo ne contenant aucun élément de datation et la Présidence du Gabon reconnait dans un communiqué qu’Ali Bongo se trouve « en séjour privé dans sa résidence londonienne où il a pris quelques jours de congé́ en famille », avant de poursuivre « A cette occasion, il effectue des examens médicaux de routine et poursuit normalement sa rééducation ».

Or la même présidence du Gabon n’a jamais déclaré – comme le veut pourtant les usages – qu’ Ali Bongo avait pris des congés et quitté le Gabon..

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 01:43
LE CAMEROUN DÉPLOIE UN CONTINGENT DE 1100 NOUVEAUX HOMMES EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

Lu pour vous

 

CAMEROUN – MINUSCA: LE CAMEROUN DÉPLOIE UN CONTINGENT DE 1100 NOUVEAUX HOMMES EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

https://www.camernews.com

 

Le contingent conduit par le colonel Tabot Orock Samuel a reçu ce 3 septembre 2019, le drapeau national au cours d’une cérémonie présidée par le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo à la Brigade du quartier général de Yaoundé. Le 6e contingent camerounais est composé de 750 militaires et 350 gendarmes.

Un an après l’envoi du 5e contingent camerounais en République Centrafricaine dans le cadre de la Mission Multidimensionnelle Intégrée de Stabilisation de la Centrafrique (MINUSCA), le 6e contingent composé de 750 militaires et 350 gendarmes (1100 nouveaux hommes) est en route pour la RCA.

La cérémonie de remise du drapeau national au colonel Tabot Orock qui conduit les troupes a eu lieu ce 3 septembre 2019, à la Brigade du quartier général de Yaoundé, précise nos confrères de la CRTV.

Le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo qui présidait ladite cérémonie, a rappelé  aux 1100 désormais casques bleus de l’ONU, qu’ils devraient «assurer la mission de paix et de stabilité avec professionnalisme en Centrafrique. Ils devraient  faire preuve d’exemplarité pendant leur mission». Ces casques bleus devraient donc éviter «le recours à la force, sauf en cas de légitime défense, la partialité dans leur intervention». 

Des sanctions  sont prévues si des actes  d’indiscipline  sont identifiés  a prévenu le MINDEF au cours de cette cérémonie. En tant que représentants du Cameroun et des Nations-Unies, les hommes du colonel Tabot Orock Samuel, devraient: «assurer le retour de la paix et de la stabilité en RCA en crise depuis des années, soutenir les actions des organisations humanitaires, travailler en collaboration  avec les frères centrafricains», relève nos confrères.

Ce 6e contingent camerounais va séjourner en RCA pendant un an.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 01:31
Faustin Touadera (président centrafricain) sur RFI : «La France va se réengager» en RCA
Faustin Touadera (président centrafricain) sur RFI : «La France va se réengager» en RCA

 

 

Par Christophe Boisbouvier RFI : vendredi 6 septembre 2019

 

« La France va se réengager à nos côtés », se réjouit le président centrafricain Faustin Archange Touadera à l'issue de sa rencontre hier, jeudi 5 septembre, à l'Elysée avec son homologue français Emmanuel Macron. Il y a trois ans, en octobre 2016, la France a retiré de Centrafrique ses soldats de l'opération Sangaris. Qu'est ce que la France promet aujourd'hui à la Centrafrique ? Que se sont dits les deux chefs d’État pendant leur tête à tête de 50 minutes ce jeudi ? Faustin Archange Touadera répond sans détour aux questions de RFI.

 

RFI : Il y a encore plusieurs dizaines de violations de l’accord toutes les semaines. N'est-ce pas le signe que l’accord du 6 février est extrêmement fragile ?

Faustin-Archange Touadéra : Vous savez, on a signé le 6 février mais ça ne voulait pas dire que dès le 6 février, tout allait revenir à la normale. Il fallait mettre en place le mécanisme de suivi. Il y a encore des armes. Mais ce qu’il faut reconnaître, c’est qu’il y a eu un apaisement remarquable. Des barrières ont été levées. Il y a des centres administratifs qui ont été libérés permettant le retour des administrations. Il y a bien des avancées qui sont notables depuis la signature de cet accord. C’est un processus qu’il faut travailler, pour la paix. Et nous invitons la presse, notamment RFI, à aussi travailler dans ce sens pour que la paix revienne [et pas juste] épingler des cas pour décourager les gens ou donner un sentiment que les choses ne vont pas.

L'élection présidentielle approche, ce sera en décembre 2020. Serez-vous candidat à votre succession ?

Je suis à mi-mandat. Je crois que [nous en sommes] à trois ans et demi aujourd’hui et le mandat est de cinq ans. Il y a encore du travail, il y a du temps. C’est tout un processus qu’il faut préparer et le gouvernement travaille avec les autres institutions pour que nous ayons des élections en temps [et en heure], conformément à la Constitution. Mais en tant que président de la République, je dois travailler, je continue de travailler. Il n’est pas question de dire aujourd’hui : le moment viendra où cette question sera peut-être à l’ordre du jour. Pour l’instant, je suis en fonction donc, je continue de travailler pour faire avancer les choses.

Beaucoup d’opposants vous reprochent d‘avoir conclu un pacte avec les groupes armés afin de pouvoir faire campagne dans les territoires qu’ils contrôlent alors que les autres candidats resteront bloqués à Bangui.

Ça, c’est une vue de l’esprit. Comment voulez-vous ? Nous avons signé un accord qui été apprécié par tout le monde, soutenu par toute la communauté internationale. Ce n’est pas un pacte entre Touadéra et les groupes armés. Aujourd’hui, tous les Centrafricains, politiques ou pas, devraient soutenir cet accord pour que la paix revienne. Sans la paix, qu’est-ce que l’on peut faire ? Au lieu de soutenir cet accord, au lieu de faire en sorte que nous puissions aller vers la réconciliation, on dit un certain nombre de choses que je regrette. Je demande à ces compatriotes de se raviser.

En octobre 2018, au sommet de la francophonie à Erevan, Emmanuel Macron vous a demandé de ne plus laisser carte blanche à votre partenaire russe à Bangui. Alors ce jeudi à l’Elysée, lorsqu’il vous a refait la même demande, que lui avez-vous répondu ?

Ecoutez, vous revenez à chaque fois sur la question des relations avec la Fédération de Russie. Le problème est qu'en Centrafrique, ce n’est pas d’aujourd’hui que nous avons des coopérations avec la Fédération de Russie, ça date de très longtemps. La France est notre partenaire historique et privilégié avec qui nous avons toujours travaillé. Il y a aussi d'autres partenaires et nous demandons à tous nos amis de nous aider à sortir de ce conflit. La Fédération de Russie nous a apporté un soutien en faisant des dons de matériel ; des armes pour nos forces de défense et de sécurité. C’est un soutien que nous apprécions. Les partenaires sont en complémentarité et les autorités et moi-même faisons des efforts pour que les choses se passent en toute transparence.

C’est ce que vous avez dit à Emmanuel Macron ce jeudi, mais êtes-vous sûr de l’avoir convaincu ?

Nous avons échangé sur le renforcement de la coopération entre la République centrafricaine et la France, et aussi sur le soutien et le réengagement de la France à nos côtés. Parce que c’est important. Il y a eu beaucoup de progrès, la France nous appuie dans le cadre de la reconstitution de l’armée. Vous savez qu’aujourd’hui la France a pris la tête de l’EUTM, qui est la mission de formation. Nous optons pour une armée de garnison et nous avons besoin du soutien de la France pour la mise en place des différentes garnisons, notamment à Bouar ou dans les autres zones de défense. Nous avons besoin de ce soutien et c’est ce sur quoi nous avons échangé. Il y a aussi le soutien diplomatique. Aujourd’hui, la République centrafricaine est sous embargo [de l'ONU]. Eh bien, nous avons besoin que la France nous appuie pour qu’il y ait la levée de l’embargo pour que les forces de défense nationale -qui sont formées par l’EUTM- puissent être dotées des moyens permettant leur mission. Et bien d’autres choses, sur lesquelles nous avons échangé aujourd’hui, qui sont positives et montrent l’engagement de la France à nos côtés et le renforcement de notre coopération.

Donc pour vous, la France, depuis de le départ de Sangaris, n’est pas assez engagée chez vous. Vous lui avez demandé de se réengager. Est-ce que vous croyez avoir été entendu ?

On a besoin de plus d’engagement de tous les partenaires. Aujourd’hui, que ce soit l’Union européenne, les Nations unies, la France, les autres, … nous demandons davantage de regard sur la République centrafricaine pour permettre de tourner définitivement cette page. Et c’est ce que nous sommes venus demander aussi et discuter avec le président Macron qui nous a entendu, effectivement, et qui a pris des engagements pour continuer à nous soutenir. Surtout avec cet accord que nous avons obtenu pour que vraiment la paix revienne en République centrafricaine.

Peut-on dire que maintenant votre partenaire numéro un en matière de sécurité, ce n’est plus la France mais la Russie ?

En Centrafrique, il y a l’Union européenne, il y a les Nations unies, il y a la France, il y a aussi d’autres partenaires qui interviennent. Nous allons demander à ce que par exemple, au niveau de la sécurité et la force de défense intérieure, il y ait une mission de l’Union européenne pour former nos policiers et nos gendarmes. Et ça, nous avons demandé au président Macron d’intervenir auprès des États membres pour qu’une telle mission puisse se déployer. Les Américains aussi nous appuient. Nous avons aussi des appuis de la part de la Chine à travers un certain nombre de formations et nous avons besoin de soutien de la part de notre partenaire privilégié et historique, la France, et d’autres partenaires aussi qui nous appuient.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 00:53
Paris-Bangui: Emmanuel Macron demande des garanties au président centrafricain Touadéra
Paris-Bangui: Emmanuel Macron demande des garanties au président centrafricain Touadéra

 

Macron appelle au respect des accords de paix

 

septembre 05, 2019  AFP

 

Le président français Emmanuel Macron a rappelé jeudi à son homologue centrafricain Faustin Archange Touadéra, en visite à Paris, la nécessité de "faire tous les efforts pour que l'accord de paix soit bien respecté par les groupes armés", a indiqué la présidence française.

Six mois après la signature de l'accord conclu en février entre le gouvernement et 14 groupes armés, la paix tarde à revenir en Centrafrique, où les provinces sont toujours contrôlées à 80% par les groupes rebelles.

Les combats entre groupes armés et les attaques contre la population civile se poursuivent -- meurtres, viols, braquages, détentions arbitraires, attaques sur les personnels humanitaires -- avec 10 à 70 violations de l'accord enregistrées chaque semaine par la Mission de l'ONU en République centrafricaine (Minusca).

Le chef de l'Etat français, qui avait déjà reçu M. Touadéra en septembre 2017, "a aussi rappelé au président centrafricain son attachement à l'organisation d'élections libres et inclusives" fin 2020 et ajouté que le partenariat entre la France et l'Afrique centrale était "indispensable notamment pour la sécurité avec les pays voisins".

L'Elysée n'a pas précisé si les deux hommes avaient parlé du rapprochement entre la Centrafrique et la Russie, qui préoccupe Paris.

L'ancienne colonie française de 4,5 millions d'habitants, classée parmi les pays les plus pauvres au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé.

La France y était intervenue entre 2013 et 2016 (opération Sangaris) pour faire cesser les violences.

Paris a remis en décembre dernier 1.400 fusils d'assaut aux forces armées centrafricaines (Faca), après avoir obtenu une exemption à l'embargo de l'ONU, tout comme la Russie, qui a fait une entrée remarquée dans l'ancienne colonie du "pré carré" français en livrant des armes aux Faca début 2018.

Actuellement l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national et des groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

La France compte aujourd'hui quelque 300 soldats français en Centrafrique, qui mènent des actions de formation des forces armées nationales et assurent si nécessaire un appui à la force de l'ONU (Minusca, 13.000 hommes).

 

Rencontre Présidents F.A.Touadera et E.Macron : « La présence russe en République Centrafricaine a été également au menu de ces échanges », a rapporté la Présidence de la RCA 

 

Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a effectué une rencontre de travail ce matin du 05 septembre 2019 à l’Elysée avec son homologue français Emmanuel Macron.

Les échanges entre les deux hommes d’Etat qui ont été très fructueux, ont porté essentiellement sur le renforcement de la coopération bilatérale et multilatérale.

Au plan bilatéral, les deux chefs d’Etat ont réitéré la volonté de renforcer la coopération dans l’intérêt de leurs deux pays.

 

Sur le plan multilatéral, le Président Touadera a sollicité du Président Macron, l’accomplissement du défi de la mise en œuvre de l’Accord du 6 février, notamment l’opérationnalisation dans les meilleurs délais, des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité, solution transitoire au redéploiement des FACA et la mise en place de la Commission, Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation délai.

Quant à la MINUSCA, le Président Touadera a sollicité le plaidoyer de la France pour la mise en place d’un mandat qui tienne compte des recommandations de l’Accord politique pour la paix et la sécurité entre le gouvernement et les groupes armés.

 

La réactivation des commissions mixtes avec le Tchad et les autres voisins de la RCA comme le Congo RDC, le Soudan et le Soudan du Sud a été également à l’ordre du jour de ces échanges qui ont duré un peu plus d’une heure.

Notons que le Cameroun et le Congo Brazzaville ont récemment tenu des commissions mixtes avec la RCA.

 

Enfin, la question de la présence russe en RCA a été également au menu de ces échanges. Il en résulte que la RCA demeure un pays ouvert à toutes formes de coopération dans tous les domaines, notamment économiques, si elles sont basées sur le respect du code minier, des codes, des textes ou de la réglementation en vigueur.

Les questions de l’élection présidentielle et les législatives ainsi que la levée de l’embargo sur les armes ont été également abordées par les présidents Macron et Touadera.

 

Source : Présidence : La Renaissance

 

Lu pour vous 

 

Paris-Bangui: Emmanuel Macron demande des garanties au président centrafricain Touadéra

 

 https://www.lopinion.fr Pascal Airault  06 septembre 2019 à 17h45

 

Le président français a reçu son homologue centrafricain, le 5 septembre à l’Elysée, pour évoquer la situation politique, économique et sécuritaire à Bangui

 

La France s’est profondément réinvestie en Centrafrique ces derniers mois pour contrer les influences russe et chinoise. Le président de ce pays, Faustin-Archange Touadéra, était reçu ce jeudi matin à l’Elysée pour faire le point sur la relation bilatérale et évoquer l’avenir politique du pays à un peu plus d’un an d’une présidentielle qui suscite déjà beaucoup de convoitises.

Il a eu droit à un recadrage de la part de son homologue qui attend des résultats. Emmanuel Macron, selon l’AFP, a rappelé au président centrafricain son attachement à l’organisation d’élections libres et inclusives fin 2020. Il a ajouté que le partenariat entre la France et l’Afrique centrale était « indispensable notamment pour la sécurité avec les pays voisins. »

De son côté, le président centrafricain a insisté sur la souveraineté de son pays, qui s’est ouvert à la Chine et à la Russie, tout en louant le partenariat historique et privilégié de la France.

Depuis l’indépendance de l’ex Oubangui-Chari en 1960, la France a souvent fait la pluie et le beau temps dans ce pays. Son influence est réelle, même si elle avait fortement réduit son dispositif avant la crise de 2013. L’armée française forme et entraîne les forces armées centrafricaines (les « Faca ») quasiment sans discontinuer. Elle y a aussi conduit une demi-douzaine d’interventions militaires pour rétablir l’ordre ou protéger ses ressortissants dont la dernière est l’opération Sangaris, entre 2013 et 2016.

Attaques. Cette opération a permis de faire baisser les tensions intercommunautaires et interconfessionnelles, notamment à Bangui. Mais les provinces du pays sont toujours contrôlées à 80 % par les groupes armés essentiellement crées par des anciens mercenaires des ex-présidents Patassé et Bozizé reconvertis en rebelles sans réelles revendications politiques. En février dernier, le gouvernement et 14 groupes armés ont signé un accord de paix à Khartoum, parrainé par la Russie et son allié d’alors soudanais dont l’exécution tarde à venir. L’Elysée a insisté, jeudi, pour le respect de cet accord par les groupes armés. Les forces internationales sont régulièrement prises à partie par les rebelles et les attaques contre la population civile se poursuivent – meurtres, viols, braquages, détentions arbitraires, attaques sur les personnels humanitaires – avec 10 à 70 violations de l’accord enregistrées chaque semaine par la Mission de l’ONU en République Centrafricaine (Minusca).

« Cet accord de Khartoum fait figure de leurre, explique Jean-Pierre Mara, député centrafricain. Un des chefs des groupes armés notamment issu de la communauté peule se dit demi-frère du président Touadéra. Si cette relation est avérée, elle expliquerait en partie l’impunité dont bénéficient ces derniers. Par ailleurs, en ayant signé un accord avec les groupes armés et installé des structures de son parti (le MCU) dans les zones occupées par les groupes armés, le président pourra y faire campagne – ce que ne pourra pas faire l’opposition – et obtenir ainsi le soutien des populations pour la présidentielle de décembre 2020. En échange, il est prêt à leur offrir une immunité et leur permet de poursuivre leurs activités illicites  ».

Au nord du pays, les chefs de guerre peuls comme Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki) et Ali Darrassa vivent de nombreux trafics et de taxes perçues sur les commerçants. L’opposition dénonce le non-respect de l’accord de paix alors que les groupes armés ont obtenu des postes au sein des institutions à Bangui. Sidiki est conseiller militaire du Premier ministre mais n’a pas facilité la mise en place des unités mixtes associant milices et Forces armées centrafricaines.

La Centrafrique reste le pays de l’économie illicite, notamment du commerce informel du diamant. Les maigres recettes de l’Etat proviennent des impôts sur les importations de marchandises transitant par le Cameroun

« Les chefs de guerre se sont engagés à Khartoum sur plusieurs actions politiques comme préalables à leurs entrées dans le gouvernement. Entre autre engagement, la dissolution de leurs groupes armés pour monter des partis politiques, poursuit Jean-Pierre Mara. Or, aucun de leur engagement n’a été respecté à ce jour !  » Le processus de désarmement ne progresse guère. Et les Faca, en cours de formation, restent cantonnés au sud du pays (notamment à Bangui et Kaga-Bandoro)… au grand dam des populations qui dénoncent l’incapacité des forces de défense et des troupes onusienne à les défendre.

Economie illicite. La Centrafrique reste le pays de l’économie illicite, notamment du commerce informel du diamant. Les maigres recettes de l’Etat proviennent des impôts sur les importations de marchandises transitant par le Cameroun. Sans l’aide internationale, le pays ne pourrait s’en sortir. Paris insiste pour que l’Etat améliore sa gouvernance et cherche de nouvelles ressources. La France a proposé un appui pour structurer et formaliser la filière diamant dont le produit s’évapore clandestinement par toutes les frontières.

Face à la mal gouvernance, l’opposition et la société civile semblent prêtes à aller au bras de fer avec le pouvoir. Réunies au sein de la plateforme É Zingo Biani qui compte des hommes politiques comme Anicet-Georges Dologuélé, Jean-Serge Bokassa et Karim Meckassoua, elles envisagent de demander la destitution du chef de l’Etat. Elles tentent actuellement de rassembler une majorité des deux tiers à l’Assemblée nationale pour déposer un acte de mise en accusation pour« violation de serment », « affairisme », « homicides politiques » et « entretien de milices ». Le but est d’obtenir ensuite une destitution du chef de l’Etat par la Cour constitutionnelle et une comparution devant la Haute Cour de Justice.

Il sera toutefois difficile de rassembler le nombre d’élus nécessaires, certains restant fidèles au président Touadéra, d’autres estimant qu’il est contre-productif d’engager un bras de fer à un peu plus d’un an de la fin de son mandat.

La présidentielle est déjà dans toutes les têtes. Les proches du chef de l’Etat discutent actuellement du retour de l’ex président Bozizé, toujours en exil en Ouganda. Il pourrait lui être accordé le statut d’ex-chef d’Etat, incluant des émoluments, en échange d’un coup de pouce électoral.

Code électoral. « Le recensement n’est pas fait et ne peut être réalisé en l’état sécuritaire actuel, déplore Jean-Pierre Mara. On ne sait même pas qui pourra voter ». La cour constitutionnelle et l’Autorité nationale des élections sont accusées de partialité et de travailler à la réélection du chef de l’Etat. Un nouveau code électoral a été adopté, après moult discussion, mais beaucoup redoutent que le clan au pouvoir utilise l’identification à venir pour jouer sur la liste électorale. Dans le collimateur, la société Al Madina détenu dirigée par Aziz Nassour, un diamantaire libanais très proche du clan Touadéra. Cette société a gagné de gré à gré le juteux contrat des cartes nationales d’identité, également convoité par une entreprise française.

L’attribution de contrats pour la confection de pièces d’Etat civil et autres documents officiels (permis, carte grise…) donnent lieu depuis trois à des querelles jusqu’au sein du pouvoir où les ministres s’opposent pour confier les marchés à des entreprises « amies ».

Mais l’opposition craint surtout qu’Al Madina aide le clan Touadéra à conserver le pouvoir en distribuant des cartes d’identité en priorité à leurs partisans. « L’ONU, l’Union africaine et la France n’auront plu aucun moyen de s’assurer que la présidentielle soit transparente », explique un diplomate européen.

D’après le code électoral, la nouvelle carte nationale d’identité est le document requis pour se procurer sa carte d’électeur. Son prix a été ramené à 6 000 francs CFA alors qu’Al Madina avait prévu de la faire payer 15 000 francs CFA. Toujours trop. Certains experts dénoncent une sélection par l’argent et craignent que de nombreux Centrafricains ne puissent accéder au document en raison de son coût. L’opposition redoute aussi que le clan au pouvoir se serve de cette carte d’identité pour recruter du « bétail électoral », notamment dans la zone des frontières avec le Tchad et le Cameroun, sous contrôle des chefs rebelles.

A Bangui, le président russe a nommé un nouvel ambassadeur en janvier, Vladimir Titorenko, qui semble avoir de meilleures relations que son prédécesseur avec les diplomates français

Garantie. En ayant ouvert son pays à la coopération militaire russe et chinoise, le président Touadéra s’assure la garantie que le Conseil de sécurité de l’ONU ne devrait pas lui être hostile. La France s’est inquiétée de l’investissement russe en Centrafrique et de la présence nombreuse de « contractors » de Wagner, la société de Evgeny Prigogine, un proche du Kremlin qui opère aussi en Syrie. Jusqu’à une période récente, la France redoutait aussi les critiques dont elle a été l’objet dans la presse et les réseaux sociaux. Elle a vu la main de la Russie dans cette opération de French bashing, via le financement des médias locaux. « Les attaques contre la France sont moins nombreuses, poursuit le diplomate européen. La reprise du dialogue franco-russe y est certainement pour quelque chose même si Vladimir Poutine ne maîtrise pas forcément tous ses services de renseignement sur le terrain ».

A Bangui, le président russe a nommé un nouvel ambassadeur en janvier, Vladimir Titorenko, qui semble avoir de meilleures relations que son prédécesseur avec les diplomates français. Moscou fait aujourd’hui profil bas. Les contractors de Wagner ont beaucoup été critiqués pour leurs frasques nocturnes. Ils sont aujourd’hui plus discrets, restant cantonnés entre le Camp de Roux à Bangui et l’ex palais de Bokassa à Berengo. « Les Russes sont présents dans le commerce de l’or, du diamant et de la viande », ajoute le diplomate européen. Convoitant les ressources du pays, les chinois ont, quant à eux, acquis des concessions pétrolières et minières.

« Peu importe l’issue de l’accord de Khartoum, nous devons refuser la reproduction des comportements qui génèrent l’injustice sociale et qui empêchent l’adhésion de tous derrière un programme de reconstruction à mettre en place par consensus », conclut le député Jean-Pierre Mara.

 

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2019 5 06 /09 /septembre /2019 03:03
Obo : Les déplacés de Gougbere informés des dispositions prises pour leur retour
Obo : Les déplacés de Gougbere informés des dispositions prises pour leur retour

 

https://fr.africanews.com/  04/09 - 19:50

 

C’est aux fins de diagnostiquer les problèmes sécuritaires auxquelles font face les déplacés de Gougbere à Obo et de les sensibiliser sur l’Accord politique et le Mandat de la MINUSCA qu’une équipe du bureau régional de la MINUSCA, accompagnée d’autorités locales avec à leur tête le préfet de Haut Mbomou, s’est rendue le 3 septembre 2019 sur le site qui les accueille.

Pour l’histoire, Gougbere est un gros village d’un millier d’habitants dont environ 300 se sont déplacés à Obo (extrême sud-est de la Centrafrique), suite aux malheureux évènements survenus récemment dans cette région du pays. Ces derniers manifestent justement le désir de rentrer chez eux, mais craignent que les conditions de sécurité sur place ne soient pas encore réunies.

D’où l’importance de cette descente sur le terrain, pour expliquer les efforts qui sont en train d’être faits pour faciliter leur retour pacifique. « Le chef de Bureau de la MINUSCA et moi sommes en train de faire des efforts pour que la route qui mène chez vous soit réhabilitée, pour permettre les patrouilles de routine jusqu’à Gougbere. Cela permettra de garantir la sécurité en cas d’urgence. Ainsi vous pouvez retourner en paix », leur a dit le préfet de Haut Mbomou.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2019 5 06 /09 /septembre /2019 02:54
RCA :  "Le PAM attend 35 millions de dollars de l'Allemagne et des USA" : Hervé Verhoosel

 

Lu pour vous

 

INTERVIEWS EXCLUSIVES

 

https://www.dw.com 04.09.2019

 

" Le PAM attend 35 millions de dollars de l'Allemagne et des USA pour doubler son aide à la Centrafrique" (Hervé Verhoosel)

 

Le PAM réclame un financement supplémentaire pour 1,8 millions de Centrafricains en détresse alimentaire

L'organisme d'aide alimentaire de l'ONU plaide pour un appui financier supplémentaire en faveur de 1,8 millions de Centrafricains en détresse alimentaire. Selon le porte-parole du  Programme alimentaire mondial, la République centrafricaine est la 3e plus grande crise humanitaire au monde après le Yémen et la Syrie, si on considère la proportion de la population totale qui a besoin d’une aide humanitaire. 

 Hervé Verhoosel et la star de la musique centrafricaine Ozaguin OZ ont visité la semaine dernière la ville de Bambari, dans le centre du pays, pour attirer l’attention de la communauté internationale sur cette crise oubliée. Occasion pour lui de présenter la situation actuelle dans le pays.


DW : Après Genève, vous vous êtes rendu à Bambari, avec la star de la musique centrafricaine Ozaguin OZ pour attirer l'attention de la communauté internationale sur les besoins en assistance alimentaire. Pourquoi le choix de la ville de Bambari?

Hervé Verhoosel : Bambari est une ville qui héberge des camps de réfugiés. En République centrafricaine qui est un pays qui compte un peu plus de 4 millions cinq cent mille habitants, vous avez 600 000 déplacés internes et avec le chanteur Ozaguin OZ nous sommes allés visiter un camp de déplacés, le camp des élevages avec principalement des Peuls. Dans ce camp en particulier il y a huit mille cinq cents personnes qui étaient dans leur situation quotidienne. Et le fait que nous ne pouvions aider qu'un tiers de ses habitants, nous aidons un petit peu plus de 2500 personnes dans ce cas précis.

DW :  A Bambari quel est le constat général que vous avez fait par rapport à l'état de la population qui était sur place.

Hervé Verhoosel : J'ai tout de même, du côté positif vu une certaine indifférence au niveau de la sécurité à l'intérieur de la ville. Je sais qu'il y a un quartier en particulier qui pendant la nuit n'est peut être pas très sûr mais dans les rues de Bambari je n'ai plus vu d'hommes en armes comme on les voyait avant. C'est donc une chose relativement extraordinaire. J'ai vu les magasins qui étaient tous ouverts à la vie économique qui reprenait. C'est une chose importante. Ensuite dans le camp que nous avons visité la façon avec laquelle nous utilisions les coupons alimentaires. Qu'est-ce que c'est un coupons alimentaires? C'est un peu comme un chèque, plutôt que distribuer de la nourriture tous les mois, nous distribuons un coupon qui a une valeur de moins de 10 euros par personne par mois et donc les familles peuvent aller chez le commerçant local avec lequel le Programme alimentaire mondial a un accord particulier pour choisir et acheter eux mêmes leur propre nourriture. L'intérêt c'est que la nourriture est plus variée plus adaptée au type de famille mais aussi que cela permet à l'économie locale aux magasins par exemple mais également aux producteurs locaux d'avoir beaucoup plus de business et de vente. 
 
DW : Quand vous parlez de la distribution de coupons alimentaires, en franc CFA cela fait autour de 2800 ou 5800 francs équivalent de 1 ou 2 coupons alimentaires. Pensez-vous qu'un ménage, un individu puisse manger à sa faim pendant 28 jours, 30 jours?

Hervé Verhoosel: Bien sûr le coupon humanitaire n'est pas spécialement l'équivalent de l'ensemble de la nourriture dont la famille a besoin. Donc il y a également des distributions de denrées alimentaires que nous faisons nous mêmes. Mais c'est vrai que ce n'est pas toujours suffisant et qu'il faut faire plus. Mais aussi les gens eux mêmes commencent à travailler un petit peu dans des petits business parfois ou à trouver des suppléments financiers qui leur permettent de tenir le coup. 

DW : De Genève à Paris votre message est le même. Le PAM a besoin d'un financement supplémentaire. C'est pour quel type d'assistance précisément et quel est le gap aujourd'hui recherché?

Hervé Verhoosel : Aujourd'hui nous aidons 600.000 personnes en République centrafricaine tous les mois. Nous allons passer à l'avant de la fin de l'année à 800.000 personnes. Nous allons en fait ajouter 200 000 enfants femmes enceintes et allaitantes et l'année prochaine. Nous voulons ensuite doubler ce chiffre. C'est donc une énorme augmentation que nous voulons. Mais pour cela nous avons besoin de 35 millions de dollars supplémentaires. C'est de l'argent que nous devons trouver avant la fin de l'année afin de pouvoir planifier cette aide de l'année prochaine. A noter que notre second plus grand pays donateurs est l'Allemagne notre premier pays donateurs sont les Etats-Unis.

DW : La crise humanitaire centrafricaine est elle comparable à celle d'autres pays à l'exemple du Yémen ou encore de la Syrie.

Hervé Verhoosel : Exactement. En fait les gens ne se rendent pas compte de cette crise. Cette crise est un petit peu une crise oubliée. Les médias internationaux ont tendance à en parler de moins en moins. Mais ce que les gens ne se rendent pas compte c'est que c'est en réalité la troisième ou en fonction des chiffres la quatrième crise humanitaire dans le monde après le Yémen et après la Syrie et cela proportionnellement par rapport à la taille du pays et le nombre d'habitants bien sûr.

DW : Quels sont les challenges qui se posent à votre équipe qui est sur le terrain pour pouvoir porter assistance aux quelque 600 000 personnes répertoriées aujourd'hui?

Hervé Verhoosel : Aujourd'hui les challenges sont divers. Bien sûr il y a le challenge de la sécurité dans le pays en général. Des groupes armés qui sont toujours actifs même après les accords de Khartoum. Ensuite il y a le problème d'infrastructures même si on voit des efforts qui sont faits dans le côté de l'infrastructure. La route que nous avons prise entre Bangui et Bambari par exemple est tout de même une route de bonne qualité avec des travaux en cours pour la Manche. Mais dans d'autres régions du pays cela peut mettre plusieurs semaines nos camions de quitter Bangui pour arriver à des villes plus éloignées et cela peut être dû également à la météo. En période de pluies ces routes sont parfois presque impraticables et nous mettons plusieurs semaines pour arriver dans des zones où parfois les besoins sont urgents.

DW : Quelles sont les perspectives du PAM en termes de réponse aux besoins urgents de la population en Centrafrique.

Hervé Verhoosel : Nous voulons vraiment doubler doubler ce que nous faisons aujourd'hui des 600 mille personnes que nous aidons aujourd'hui 800.000 si tout va bien à la fin de l'année. Nous voulons doubler ce chiffre de 800.000 l'année prochaine pour aller jusqu'à un million cinq millions six voire plus. Nous sommes pour l'instant en contact avec des donateurs potentiels en espérant que cette crise oubliée ne le soit plus. Et bien sûr ne soit plus une crise. Dès que possible toute l'équipe du PAM ici à Bangui mais également au niveau international est vraiment très motivée pour aider ce pays qui en a vraiment besoin. 1,8 million de Centrafricains sont ce mois-ci en insécurité alimentaire alors que le pays en compte plus ou moins 4 millions et demi, un peu plus de 4 millions et demi.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2019 5 06 /09 /septembre /2019 02:43
LA COUR D’APPEL DE BANGUI PRÉPARE SA PREMIÈRE SESSION CRIMINELLE

 

 

https://minusca.unmissions.org/  4 sept 2019

 

Des réunions préparatoires sont en cours pour la tenue de la première session criminelle, pour l’année 2019, de la Cour d’appel de Bangui. Elle aura lieu du 18 septembre au 17 octobre, avec plusieurs dossiers relatifs à des violations graves des droits de l’Homme, en lien avec le conflit qu’a connu la République centrafricaine en 2013. Un total de 29 cas seront répartis en 16 dossiers criminels allant de l’assassinat, à la rébellion, en passant par le vol à main armée et le viol.

 

Si du retard a été pris par rapport à la première session de l’année, Ghislain Gresebguet, Magistrat et 1er avocat général explique que ce dernier sera rattrapé. « Nous sommes en plein dans les préparatifs de la première session qui se tiendra mi-septembre, où nous examinerons les différents dossiers on hold” déclare-t-il. 

Le tirage au sort des 30 jurés se fera le 9 septembre. Parmi eux, 6 seront à nouveau tirés au sort chaque jour pour constituer les jurys quotidiens de la session. En plus des 6 jurés, la cour criminelle sera composée du Président de la Cour, de deux Magistrats et de l’Avocat général.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com