Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 23:19

 

 

 

 

Afrique

 

 

Messe pour la paix en Centrafrique et dans le monde

 

 

Le dimanche 10 juin 2012 à 10h30 en l'église de Brie sur Marne, Monseigneur Joachim NDAYEN Archevêque émérite de Bangui, entouré des prêtres centrafricains résidant en France, célèbrera une messe pour la paix en Centrafrique et dans le monde.

Tous les Centrafricains ainsi que tous les amis de Centrafrique, sans oublier les artisans de la paix, sont conviés à cette messe.

A la fin de la célébration nous partagerons le repas que chacun de nous aura apporté

Comment venir à cette messe :

RER A : Descendre à Bry sur Marne et prendre le bus120 ou 210 et descendre à la pairie. L’église est juste en face.

Voiture : 4 grande rue Charles De Gaulle, 94360 Bry sur marne.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 17:14

 

 

 

 

 

Bozizé KNK ridicule

 

Bangui 10 mai (C.A.P) - Sur instructions du ministre de la sécurité Claude Richard GOUANDJA, les chefs des quartiers populaires de Bangui, en particulier ceux du Km 5 et de Ouango Bangui, sont tenus de demander avec insistance aux habitants propriétaires des maisons mises en location et qui ont trouvé récemment des locataires, d’accompagner ceux-ci pour enregistrement auprès du chef de quartier, sécurité oblige.

Le pouvoir en place est convaincu et soupçonne ces quartiers d’abriter des mercenaires Rwandais déguisés en fous, venus clandestinement à Bangui pour réaliser un coup de force au profit du fils du défunt président André KOLINGBA, en fuite depuis un an et se trouvant aujourd’hui en France, Désire ZANGA KOLINGBA.  

Après le quartier Sara, c’est maintenant le tour des quartiers de la sortie Nord de Bangui autour du PK12. Plus aucun quartier de la capitale n’est épargné par ces dispositions sécuritaires qui sont la preuve de la véritable paranoïa dans la quelle vit actuellement le pouvoir de BOZIZE. Les dignitaires du pouvoir n’en dorment plus la nuit sur leurs deux oreilles.

En effet, à la tombée de la nuit et très tôt le matin, les chefs de quartier font diffuser  par mégaphone des messages de vigilance et d’appel à la délation afin de débusquer les mercenaires Rwandais ou les éléments de BABA LADDE qui se cacheraient dans les quartiers de la capitale dans l’intention de renverser le pouvoir de BOZIZE.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 16:01

 

 

 

 

 

RCA sud Est

Radio Ndéké Luka Jeudi, 10 Mai 2012 14:24

Rien ne va plus entre les populations de la ville de Obo située à l’extrême-est de la République centrafricaine et les Forces Armées Centrafricaines (FACA). 3 jours sans marché dans cette localité. Une difficile cohabitation entre la population et les Forces Armées Centrafricaines (FACA) détachées dans la ville pour la traque de la LRA de Joseph Kony en est à l’origine.

La population qui saluait l’arrivée de ces FACA, a vite été déçue, s’estimant excédée par les comportements désobligeants de ces FACA censées assurer sa sécurité. L’information a été confirmée ce 10 mai 2012 sur les ondes de Radio Ndeke Luka, par un habitant de cette région qui a requis l’anonymat.

Dans les faits, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été l’instruction d’un lieutenant des FACA à ses éléments d’abattre un jeune qui tardait de lui prêter de l'argent.

Ce que ces éléments ont refusé de faire. Pour manifester sa colère, cet officier de l’armée a donc instruit aux soldats de rouer de coups les jeunes qui se trouvaient dans un ciné-vidéo de la place. Cette situation a provoqué la colère de la population qui se refuse non seulement d’aller vendre au marché, mais aussi aux FACA.

Selon un témoin de l’évènement, joint au téléphone, « notre armée nous rend la vie difficile contrairement aux soldats ougandais et américains avec qui nous vivons dans une parfaite harmonie. Nous sommes en train de traverser un véritable clavaire. Etant porteurs de tenue, ces militaires se croient tout permis. Pour illustration, il y a un mois, un habitant de Mboki (est) a été tué. Et pour cause, une simple dispute alimentée sous le coup de l’alcool très prisé par ces hommes en treillis censés nous protéger. Ils ont aussi tenté d’assassiner notre chef du quartier ».

Ces FACA ont été détachées dans cette ville pour renforcer les opérations de la traque des rebelles ougandais de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) qui asphyxient la population par leurs multiples attaques meurtrières. Des opérations menées de commun accord avec les Forces américaines et ougandaises.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:57

 

 

 

 

 

car_map.jpg

BBC Afrique 8 mai, 2012 - 11:38 GMT

 

Officiellement lancé en août 2011, le programme de DDR peine à avancer pour des raisons financières.

La reprise du processus est annoncée par un communiqué signé du ministre en charge du programme du DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion).

Trois structures ex-rebelles basées au centre et au nord du pays sont concernées.

Il s’agit de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean Jacques Demafouth, l'Union des forces républicaines (UFR) de Florian Jadder et le Front démocratique du peuple Centrafricain (FDPC) dirigé lui par Abdoulaye Miskine.

Ces trois fronts avaient signé avec le gouvernement de Bangui des accords de paix en 2007 et 2008.

Mais ces accords ont été dénoncés par le FDPC, en mars dernier, accusant les lenteurs du processus.

Néanmoins, le communiqué du comité du pilotage du DDR indique que les leaders de ces mouvements politico-militaires sont chargés de regrouper leurs éléments sur les différents sites de désarmement retenus.

Officiellement lancé depuis août 2011, le programme de DDR peine à avancer.

Selon un responsable du comité de pilotage cette lenteur s’expliquerait par ''la lourdeur'' du processus et un ''manque de financement''.

Des problèmes résolus selon lui après le dernier plaidoyer du gouvernement et des Nations Unies à New York en avril dernier.

Source : http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2012/05/120508_car_armes_decisions.shtml

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:47

 

 

 

 

 

Marylin Mouliom Roosalem

Fid-les-Goundika.jpg

 

Jeudi, 10 Mai 2012 14:22

La plainte des populations centrafricaines relatives à la hausse des prix des produits de 1ère nécessité et la pénurie des denrées alimentaires préoccupent les élus de la Nation. 3 ministres sont passés le 9 mai 2012,  devant la tribune parlementaire de leur pays. Il s’agit de Fidèle Ngouandjika du Développement rural, Youssoufa Yérima Mandjo, Délégué à l’Elevage et Marlyn Mouliom Roosalem du Commerce.

Dans les échanges retransmis en direct sur les ondes de la radio Nationale, les députés ont reconnu les efforts du Ministre du Développement Rural, mais quelques manquements ont néanmoins été dénoncés.

Sur le plan agricole justement, les députés ont relevé que les efforts se sont limités au coton et un peu au café. Ils ont mis en exergue l’augmentation du prix des denrées alimentaires qui est due à une production insuffisante dans les plantations. Certains députés ont souligné le manque d’encadrement des agriculteurs.

Un autre point a été celui de la disparition des projets de développement dès leur réattribution au gouvernement centrafricain. Un des points d’orgue concernant l’agriculture a été le non -respect des promesses  faites par le Ministre Gouandjika de doter les agriculteurs en tracteurs. L’inexistence et le manque d’entretien des pistes rurales ont été également soulevés.

Du côté de l’élevage, les députés ont constaté que la principale raison de la crise de la viande de bœuf est le transfert du marché à bétail à Bouboui et ses corollaires. Selon eux, cette décision n’a pas été consensuelle, d’où la réticence de certains éleveurs de se plier à cette décision.

Ils ont par ailleurs souhaité que l’élevage soit élargi aux animaux domestiques qui constituent l’élevage traditionnel. Plusieurs députés ont même déclaré qu’il est à ce jour impossible aux Centrafricains de manger trois fois par jour.

En ce qui concerne le commerce, certains élus de la Nation ont constaté que l’arrêté bloquant les prix des produits de première nécessité n’est pas national mais seulement régional. Ils ont relevé que cet arrêté devrait être le fruit d’une concertation entre les différentes entités concernées par le commerce. Ils ont rappelé pour cela l’exemple du Cadre Permanent de Concertation. La plupart des produits de première nécessité étant des produits d’importation, et donc gérés par des expatriés, l’arrêté risque de créer une pénurie volontaire de la part de ceux-ci, et cela peut être cause de grogne au sein de la population.

Quelques députés ont demandé à la ministre du commerce de suspendre l’arrêté sur le prix du manioc. Ils ont enfin fait noter que l’augmentation du prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité, provient également des taxes douanières exagérés, des tracasseries policières et d’autres agents installés sur les barrières routières et fluviales. Les commerçants sont obligés de faire de la surenchère pour réaliser des bénéfices.

 

 

NDLR :  Mme Mouliom Roosalem s'est défoulée sur les chargés de mission, Directeurs généraux et directeurs de service du ministère du commerce qu'elle tient pour responsables de la non application de son arrêté d'encadrement des prix de produits de première nécessité. Il les a presque tous limogés de leurs fonctions.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:45

 

 

 

 

 

ACF.jpg

Oloron-Sainte-Marie

Par Jean Toutu     http://www.sudouest.fr

Les élèves du collège des Cinq-Monts de Laruns se mobilisent pour soutenir Action contre la faim. Ils participent à une opération nationale qui rassemble 260 000 élèves de plusieurs collèges et lycées pour la 15e édition de la Course contre la faim.

À l'initiative de la responsable du CDI et du professeur d'EPS qui ont déjà participé à cette action dans d'autres établissements, les élèves du collège ossalois vont prendre part à une journée sportive, le vendredi 11 mai, pour récolter des dons pour la République Centrafricaine.

Une rencontre a été organisée entre bénévoles de l'ACF et les élèves de toutes les classes du collège. Après la projection d'un film sur les diverses actions de l'association, les questions et témoignages ont permis d'aborder le problème de la faim et les solutions qu'on peut y apporter.

2,8 millions récoltés en 2011

Tous les ans, c'est un nouveau pays qui est aidé. Cette année : la République de Centrafrique, qui est un état fragile, avec des conflits récurrents. L'action d'ACF y est d'accompagner le retour et renforcer les moyens de subsistances des populations déplacées par les conflits, combattre la relégation sociale et l'insalubrité dans la zone urbaine de Bangui.

En 2011 plus de 2 800 000 € ont été récoltés, ces fonds avaient permis de soutenir un programme au Zimbabwe et en Inde. L'objectif de cette année est de battre ce record. Les élèves vont se retrouver vendredi matin sur le stade Robert-Paparemborde de Laruns pour parcourir le plus grand nombre de kilomètres autour du terrain de rugby, chaque kilomètre rapportant de l'argent.

Les collégiens s'investissent depuis plusieurs jours pour démarcher les entreprises et commerçants valléens, pour recueillir des promesses de dons et des parrainages, les parents sont également mis à contribution. « C'est un élan extraordinaire qui mobilise tous les collégiens, certains ont même prévu de piocher dans leur tirelire pour apporter une aide aux victimes de la faim », témoigne Fanny Caroff la responsable du CDI.

Un projet pédagogique est entrain de se mettre en place avec les autres professeurs (français, histoire, géo, etc.) pour découvrir le pays pour lequel les enfants se mobilisent et participer à un concours de poèmes sur la faim dans le monde.

Si vous avez l'occasion, venez les encourager et participer financièrement, vendredi à partir de 9 h au stade de Laruns.

Oloron-Sainte-Marie · Laruns

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:39

 

 

 

 

 

BAD-logo.JPG

Donald Kaberuka

 

http://www.afdb.org/   09/05/2012

La Banque africaine de développement (BAD) a ouvert un Bureau national à Bangui, le 8 mai 2012. A cette occasion, le ministre d'Etat au Plan et à l’économie, gouverneur de la BAD, le président de la Banque et le ministre des Affaires Etrangères ont successivement fait des déclarations  allant toutes dans le sens du renforcement de la coopération entre la BAD et la RCA. 

Dans son allocution, le ministre d’Etat, Abdou Karim Mekassoua a rappelé que la BAD a financé en RCA 39 projets pour un montant total de 143 milliards de francs CFA, et fait observer que l’intervention du président de la BAD avait permis à la RCA de renouer avec la BAD, après une longue période de suspension de la coopération.

Soulignant les différents appuis déjà apportés par la BAD à la RCA durant les moments difficiles, le ministre centrafricain a noté qu’en priorité, la RCA attend maintenant de la Banque une contribution à l’amélioration de la performance du portefeuille.

Le président Kaberuka a, pour sa part, placé la cérémonie d’ouverture du siège de la BAD sous le signe du renforcement de la coopération entre la BAD et la RCA. Il est revenu sur la question de la décentralisation qui, a-t-il indiqué, est un objectif majeur de la Banque, pour répondre aux besoins essentiels de ses membres. Dans ce contexte, il a fait remarquer que l’ouverture d’un Bureau de la BAD en RCA offre l’opportunité d’un dialogue permanent sur les questions de stratégie, autant qu’elle permet d’améliorer l’exécution des opérations financées par la Banque. 

Le président de la BAD a également a abordé la question de la bonne gouvernance, une option qui devrait permettre au Bureau national d’œuvrer dans le sens de l’amélioration du portefeuille. Il a affirmé que la BAD entend œuvrer à la recherche d’autres partenaires, afin de lever en sa faveur d’autres programmes de développement.

Le ministre des Affaires étrangères, Antoine Gambi, a noté que cette visite est la première d’un président de la BAD en RCA. A l’instar de ses prédécesseurs, il s’est appesanti sur le renforcement des relations de la RCA avec la BAD, ce qui constitue avec le  Bureau national, une ouverture vers de nouvelles perspectives pour la RCA. Pour le ministre centrafricain, la BAD doit être suffisamment africaine pour exprimer cette sensibilité qu’elle porte plus que tout autre partenaire.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 00:32

 

 

 

 

 

TVMLPC logo

 

 

Nouvelle interview de Martin ZIGUELE sur TELE MLPC qui parle des événements centrafricains depuis ce début d'année et aussi de l'élection de François Hollande.

A voir sur :  www.lemlpc.net

 

 

Interview-MZ-sur-TVMLPC-mai-2012.JPG

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 00:29

 

 

 

 

 

 

soldats-francais.jpg

N'DJAMENA AFP / 09 mai 2012 21h04 - Un militaire tchadien circulant sur une motocyclette a tiré sur deux soldats français qui sortaient de la base française du dispositif Epervier à N'Djamena, blessant un des militaires français à un coude, a appris mercredi l'AFP de source concordantes.

Les deux soldats français à bord de leur véhicule sortaient de la base et un individu à bord d'une motocyclette a tiré quatre balles en direction des soldats français, blessant l'un d'entre eux à un coude, a indiqué à l'AFP une source proche de l'ambassade de France au Tchad.

Le soldat a été admis à l'antenne médicale française. Il s'en est tiré et va être évacué, a ajouté la même source.

Un officier de la police judiciaire tchadienne a confirmé cette version précisant: la personne qui a tiré sur les militaires français est un militaire tchadien. Il a été arrêté et se trouve actuellement au B2 (deuxième bureau, renseignements militaires).

La France dispose dans le cadre de l'opération Epervier déclenchée en 1986 de 950 hommes au Tchad, comprenant notamment un important dispositif aérien avec des avions de chasse.

La base française à N'Djamena communique avec l'aéroport de N'Djamena. La base d'Abéché dans l'Est, de moindre importance, est également située sur l'aéroport.

Le 11 août 2010, date anniversaire des cinquante ans de l'indépendance du pays, le président tchadien Idriss Deby Itno avait remis en cause Epervier, lançant: Nous nous acheminons vers une révision de l'accord de siège entre Epervier et le Tchad.

Il reprochait notamment à la France de ne rien payer pour sa présence militaire. La présence de militaires français est mal vécue par une partie de la population.


(©)

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 00:22
 
 
 
 
Centrafrique-Bengassou_0.jpg
 
DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES
Bangui, le mercredi 09 Mai 2012
Mboki : Des marchands de bétails attaqués par la LRA
Huit marchants de bétail ont été attaqués et dépouillés  de leurs biens  hier  par l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de joseph Kony,   à environ 30 km de la ville de Mboki, a annoncé ce matin l’adjoint au maire de la ville, Mullaire Mokpidié.
Il a expliqué qu’il s’agit des sujets soudanais qui sont venus acheter des bœufs à Mboki. Ils ont été attaqués sur le chemin du retour en pleine brousse et ont été dépossédés de tous leurs biens, dont les bœufs qu’ils ont achetés.
Dans cette attaque, un des commerçants âgé de 35 ans a été blessé par balle, car après leur forfait,  les assaillants ont tiré sur leurs victimes pendant qu’ils se retiraient.
« La victime a reçu une balle dans l’abdomen, elle a été réanimée ce matin par ses parents qui se sont dépêchés sur les lieux et l’ont ramené à Mboki »,a expliqué Mullaire Mokpidié, joint par téléphone par le RJDH.
La victime a été ramenée à Mboki par le groupe d’auto-défense constitué de jeunes de la ville qui s’est rendu sur les lieux ce matin, car les quelques éléments des forces armées centrafricaines basés à Mboki affirment qu’ils ne sont pas autorisés à opérer au-delà d’1 Km.
« Nous demandons  au gouvernement de réagir en revoyant  la décision qui interdit aux  Forces armées centrafricaines (FACA) et la gendarmerie  de ne pas sortir à 1km au-delà  de la ville », a souhaité Nicaise Fabouyo, président de la jeunesse de Mboki.                          
 
Bouar : Des femmes victimes de violence domestique formées aux AGR
Au total 30 femmes victimes de violences basées sur le genre identifiées par le centre d’écoute des femmes juristes sont  en  formation sur les activités génératrices de revenu (AGR) depuis mardi 08 mai au centre Marie Marthe de Bouar, a rapporté ce matin radio Maïgaro.
Ces femmes victimes ont été identifiées comme ayant des conditions de vie les plus difficiles. Organisée par le centre d’écoute des femmes juristes de Bouar, cette formation vise à renforcer les capacités de ces femmes afin qu’elles soient capables de  répondre aux besoins élémentaires de leur foyer..
« Le niveau de la pauvreté chez ces femmes victimes de violence  est accentué  et un effort reste à faire en ce qui concerne l’indépendance  financière de ces femmes », a expliqué l’officier juriste du centre d’écoute de Bouar, Lucie Boalo.
L’initiative de cette formation sur les AGR se situe dans le processus de l’autonomisation de la femme et la promotion du genre dans la préfecture de la Nana-Mambéré.
 
Mbaïki : La question sécuritaire au centre d’une réunion
La question de la  sécurité a été au centre d’une réunion présidée hier par le préfet de la Lobaye, Abakar Picko, avec les responsables de Forces de l’ordre, les chefs de villages, les chefs de groupes et les notables de Mbaïki, a  rapporté radio Songo.
Le but de cette rencontre était de mettre en place un système  de patrouille dans la ville. Il a également été débattu de la mise en place de groupes d’auto-défense à travers les différents arrondissements, afin de garantir la sécurité.
D’après les informations rapportées par radio Songo, la présence d’éléments inconnus serait constatée dans la Lobaye.
 
Nola : Pas de médicaments pour les malades de trypanosomiase
Les 23 personnes souffrant de la maladie de sommeil dépistées durant les trois premières semaines du mois d’avril dans les communes de Salo et Bilolo sont transférés à l’hôpital préfectoral de Nola depuis le 5 mai dernier pour des soins, mais les médicaments ne sont pas disponibles, rapporté Radio Kuli Ndunga.
Bien que ces malades soient transférés à l’hôpital préfectoral de Nola pour des soins, les médicaments ne sont pas encore disponibles pour faciliter leur prise en charge. A cet effet, le Dr Julien Iya, médecin chef de l’ l’hôpital préfectoral lance un appel au ministère de la santé et aux partenaires pour répondre à ce besoin.
Selon le directeur de la région sanitaire N° 2, le Dr Paterne Tembeti, la maladie de trypanosomiase humaine africaine est revenue en force dans la sous- préfecture de Nola, d’où nécessité d’une prise en charge  des cas dépistés.  
 
        
Bambari : Un présumé rebelle tué par les jeunes au village Guidji
 
Un présumé rebelle du Front populaire pour le redressement (FPR) du chef rebelle tchadien Baba-Laddé, a été tué par les jeunes du village Guidjia,  à 22 km de la Sous-préfecture de Bakala le samedi dernier,  a rapporté radio Linga de Bambari.
 
Selon une victime interrogée par radio Linga, l’évènement  s’est déroulé autour de 10h au village Guidjia où se trouvent des chantiers d’exploitation de diamant et d’or. Trois personnes armées sont entrées dans le chantier et ont pris par la force des vivres, des grammes d’or, quelques points de diamant et la somme de 2 millions FCFA chez les artisans miniers.
 
Au moment où ils commettaient leur forfait, quelques jeunes alertés se sont constitués en groupe d’auto-défense et leur ont tendu une embuscade. Lorsqu’ils voulaient se retirer du village, ils ont été attaqués.
 
Un des trois présumés rebelles a été tué sur-le-champ et les autres se sont enfuis. Dans la foulée, deux jeunes du village ont été blessés et se trouvent actuellement à l’hôpital de Bambari pour des soins.
 
 
 
Bangui : Le programme DDR reprend dans le Centre-nord
 
Les opérations de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex-combattants des  groupes armés, ont repris le samedi 05 avril dans le Centre-nord de la République centrafricaine, a annoncé radio Néhémie.
 
Il s’agit des groupes armés tels que l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) basée  dans la préfecture de la Nana-Gribizi, le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC).
 
Pour le moment le programme vise les ex-combattants  cantonnés à Kaga-Bandoro, Ouandago, Bouca pour l’APRD et Kabo pour les éléments du FDPC. Les opérations dans la partie Nord-est devraient suivre plus tard au profit de l’Union des forces démocratique pour le rassemblement (UFDR) et de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP).
 
Le ministre délégué en charge du DDR et 2ème vice-président du comité de pilotage du programme, Xavier Sylvestre Yangongo, a annoncé samedi qu’un comité de suivi sera mis en place pour accompagner les ex-combattants dans leur communauté dans le cadre du processus de la réconciliation.
 
Lancée le 25 juin 2011, le programme avait été suspendu pour manque de financement. Cette première phase avait permis de désarmer au total 4797 ex-combattants de l’APRD.
 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches