Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 15:58

 

 

 

 


BANGUI AFP / 09 avril 2014 16h33 - Au moins 30 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées dans des affrontements entre miliciens anti-balaka et ex-rebelles Séléka dans la région de Dékoa, à 300 km au nord de Bangui, a-t-on appris auprès de la gendarmerie locale mercredi.


Au moins trente personnes, en majorité des civils, ont été tuées et plus d'une dizaine d'autres blessées mardi dans des affrontements à Dékoa, entre milices essentiellement chrétiennes anti-balaka et ex-rebelles Séléka, majoritairement musulmans, selon une source de la gendarmerie locale.

 
Les affrontements ont duré plus de quatre heures, faisant fuir les trois quarts des habitants de la région vers Sibut (60 km au sud), Kaga Bandoro (60 km au nord) et Bangui, a affirmé la source. 


Les anti-balaka ont attaqué tôt le matin les positions des ex-Séléka (...) Mais les ex-Séléka ont fait appel à leurs compagnons d'armes basés à Kaga Bandoro qui sont arrivés dans quatre véhicules pour les appuyer. La plupart des victimes sont des civils fauchés par des balles perdues, a-t-elle précisé.

 
Largement affaiblis par l'intervention de l'armée française en décembre, une grande partie des ex-rebelles Séléka, au pouvoir entre mars et janvier 2013, se sont depuis repliés dans les provinces du nord et de l'est de la Centrafrique, dont beaucoup sont originaires.

Formées en réaction aux exactions perpétrées pendant des mois par les Séléka sur la population centrafricaine (composée à 80% de chrétiens), les milices armées anti-balaka à dominante chrétienne, mènent des attaques répétées contre les anciens rebelles et les civils musulmans, qui fuient le pays en masse.



(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=466580 

Centrafrique: 30 morts dans des affrontements entre miliciens et ex-rebelles
Centrafrique: 30 morts dans des affrontements entre miliciens et ex-rebelles

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 12:53

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-04-09 11:40:28

 

Une délégation des leaders religieux américains, composée de Raspod Hussein, envoyé spécial du président Obama, du Cardinal Mc Areur de l’église catholique, du Révérend Anderson de l’église protestante et de l’Iman Mohamed Hag Magid, a quitté Bangui, mardi, après un séjour de 24h.


Selon une source proche de la plateforme des leaders religieux centrafricains, l'arrivée de délégation des leaders religieux américains a été possible grâce au lobbying fait auprès des gouvernements des pays étrangers pendant un mois par Monseigneur Dieudonné Nzapalahinga, Réverend Nicolas Gboungou Grekoyame et l'Imam Omar Kobine Layama.


La délégation des différentes confessions religieuse américaines a eu, peu après son arrivée une audience avec la présidente de la transition Catherine Samba Panza, en vue de jeter les bases de la création d'un cadre de concertation destinée à préparer la réconciliation nationale.


‘'Nous aux Etats-Unis, nous avons vu la situation en Centrafrique. Il nous faut faire quelque chose pour aider le peuple centrafricain que nous portons dans notre cœur'', a dit le cardinal américain Mc Areur au sortir de cette rencontre qui s'est déroulée au Palais de la renaissance à Bangui, en présence des leaders religieux centrafricains.


Le Cardinal a ajouté : ‘'malgré les différentes dénominations évangéliques, catholiques ou musulmans nous croyons en un seul Dieu, le Père de tous. Ce faisant nous sommes tous ses fils et filles''.

 
''Entre la famille religieuse, s'il y a des problèmes, il faut que nous œuvrions pour l'unité de la famille et l'unité de la passion'', a-t-il souligné, avant de relever : ‘'nous sommes là pour vous dire que nous sommes avec vous et que vous n'êtes pas seuls dans cette nécessité''.


Au cours de son séjour à Bangui, cette délégation a diversifié ses sources d'informations en s'entretenant avec la communauté musulmane à la Mosquée de Lakouanga dans le 2è, la communauté chrétienne à la cathédrale Immaculée Conception dans le 1er arrondissement et avec les deux parties belligérantes (Séléka et anti-balaka) en Centrafrique.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=600908#sthash.v9KTJIm4.dpuf

Fin d'un séjour de 24h à Bangui de religieux américains

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 09:48

 

 

 

 

NATIONS UNIES, 9 avril 2014 (AFP) - Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait adopter jeudi matin une résolution autorisant le déploiement en septembre d'environ 12.000 Casques bleus en République centrafricaine (RCA) pour y rétablir l'ordre et la sécurité, ont indiqué des diplomates.

 

La France soumettra au vote jeudi à 10H00 locales un texte prévoyant l'envoi de 10.000 soldats et 1.800 policiers qui formeront la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en RCA).

 

Ils assureront la relève de 6.000 Africains de la Misca, déjà sur place aux côtés de 2.000 militaires français. Les Européens ont aussi promis de leur côté 800 hommes.

 

Le déploiement effectif des Casques bleus est fixé au 15 septembre mais la nouvelle mission pourra recevoir immédiatement une aide logistique (génie, moyens de transport). La plupart des soldats africains devaient passer sous casque bleu, comme au Mali.

 

La résolution autorise les soldats français à prêter main forte à la Minusca en employant "tous les moyens nécessaires".

 

Les priorités de la Minusca seront la protection des civils et des convois humanitaires, le maintien de l'ordre, le soutien à la transition politique et le respect des droits de l'homme.

Il s'agira d'une des plus grosses opérations de maintien de la paix de l'ONU et son budget annuel est estimé par des experts entre 500 et 800 millions de dollars.

 

S'ajouteront aux soldats et policiers de nombreux civils (administrateurs, ingénieurs, juristes) qui pourront s'atteler dès maintenant à leurs tâches: organiser les élections et remettre sur pied une administration locale absente ou défaillante.

 

La résolution appelle les autorités de transition à Bangui à "tenir des élections présidentielles et législatives libres et équitables au plus tard en février 2015".

 

La RCA connait depuis un an des violences entre communautés musulmane et chrétienne qui font craindre à l'ONU un génocide et un nettoyage ethnique.

 

Après des mois d'exactions contre les chrétiens, perpétrées par les combattants majoritairement musulmans de la Séléka qui avaient pris le pouvoir à Bangui en mars 2013, des milices d'autodéfense "anti-balaka" (anti-machettes), à dominante chrétienne, attaquent anciens rebelles et civils musulmans. Ces derniers ont fui en masse vers le Cameroun voisin.

 

En visite à Bangui samedi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé une "épuration ethnico-religieuse" et a exhorté les dirigeants centrafricains à empêcher un nouveau génocide en Afrique, 20 ans après le Rwanda.

 

 

Déploiement de 12.000 casques bleus des Nations Unies

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 23:35

 

 

 

 

CONFERENCE - DEBAT SUR LA PENSEE POLITIQUE DE BARTHELEMY BOGANDA

 

A MONTPELLIER LE SAMEDI 12 AVRIL 2014

CONFERENCE - DEBAT SUR LA PENSEE POLITIQUE DE BARTHELEMY BOGANDA A MONTPELLIER
CONFERENCE - DEBAT SUR LA PENSEE POLITIQUE DE BARTHELEMY BOGANDA A MONTPELLIER
CONFERENCE - DEBAT SUR LA PENSEE POLITIQUE DE BARTHELEMY BOGANDA A MONTPELLIER

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 23:28

 

 

 

 

 

PARIS 08-04-2014 à 19h00 (Reuters) - La France s'est dite favorable mercredi à la relocalisation des populations musulmanes prises pour cibles par les milices anti-balakas en Centrafrique, tout en estimant que le déplacement des populations ne devait survenir qu'en dernier recours.

 

"La France est attachée à la protection de toutes les populations en République centrafricaine, y compris évidemment des populations musulmanes qui font l’objet de menaces et d’attaques intolérables", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, lors d'un point presse.

 

L'ambassade de France en RCA "procède à une évaluation de la situation des différentes localisations musulmanes, notamment au nord de Bangui", la capitale, a-t-il indiqué. "Nous sommes en faveur d’une relocalisation des personnes qui en exprimeraient le souhait" même si "le déplacement des populations doit être un dernier recours."

 

Le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR) s'est dit prêt la semaine dernière à participer à l'évacuation d'urgence de 19.000 musulmans vivant à Bangui et dans d'autres régions en raison des menaces que les milices chrétiennes anti-balakas font peser sur ces populations.

 

Cette initiative a été rejetée par le commandant de l'opération française Sangaris, le général Francisco Soriano, opposé à ce que la France réalise cette opération d'évacuation.

 

"Ma réponse est claire: je m'y refuse. Notre rôle est de protéger les populations et de tout faire pour qu'elles puissent vivre là où elles ont toujours vécu", a-t-il déclaré jeudi dernier lors d'une visio-conférence.

 

INQUIÉTUDES DES MUSULMANS

 

Plus d'un an après le début de la crise en Centrafrique, la situation sécuritaire reste préoccupante dans le pays et les 6.000 soldats de la force africaine Misca déployés aux côtés des 2.000 soldats français de l'opération Sangaris peinent à restaurer la sécurité.

 

Le coup d'Etat des rebelles musulmans de l'ex-Séléka en mars 2013 a été suivi par plusieurs mois d'exactions contre les chrétiens. Les violences se sont ensuite généralisées et ont pris pour cible les musulmans. Au total, des milliers de personnes ont été tuées et près d'un million d'autres ont été déplacées.

 

La décision du Tchad de retirer de la Misca son contingent fort de 850 hommes après avoir été accusé par l'Onu d'avoir tué une trentaine de civils fin mars à Bangui risque de compliquer un peu plus la donne dans le pays.

 

Dans une interview à France 24 diffusée mercredi, le chef de la Misca, Jean-Marie Michel Mokoko, estime que le retrait des soldats tchadiens est vécu avec inquiétude par les musulmans qui voyaient un peu dans les Tchadiens, accusés de partialité en raison de leur proximité avec les ex-Séléka, "leurs protecteurs."

 

"Leur départ, notamment dans la région de Bossangoa, va être difficile pour les populations et nous nous attendons à ce qu’il y ait des départs", a-t-il dit.

 

(Marine Pennetier et John Irish, édité par Yves Clarisse)

 

 

Musulmans menacés en RCA : Paris favorable à des évacuations en "dernier recours"

 

PARIS, 8 avril 2014 (AFP) - L'évacuation des civils musulmans menacés en Centrafrique, qui entérine de facto un nettoyage ethnique dénoncé par les ONG, "doit être un dernier recours", mais "l'urgence aujourd'hui, c'est de sauver des vies", a déclaré mardi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal.

 

"La France estime que le déplacement des populations doit être un dernier recours. Néanmoins, elle contribue à faciliter des évacuations ponctuelles, en accord avec les populations concernées, notamment dans les cas où leur sécurité et l'accès de l'aide humanitaire ne peuvent pas être garantis", a-t-il déclaré.

 

Jeudi dernier, le chef de l'opération militaire française Sangaris en Centrafrique, le général Francisco Soriano, s'était dit opposé à l'évacuation des populations musulmanes (19.000 personnes, selon l'ONU) menacées par les milices anti-balaka à dominante chrétienne.

 

"Ma réponse est claire : je m'y refuse. Notre rôle est de protéger les populations et de tout faire pour qu'elles puissent vivre là où elles ont toujours vécu", avait-il déclaré à la presse.

 

"Erreur majeure" et "décision inacceptable", avait réagi sur twitter le directeur urgences de l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch, Peter Bouckaert.

 

Plusieurs ONG ont dénoncé ces derniers mois un "nettoyage ethnique" en Centrafrique, où les musulmans sont tués ou contraints à l'exode par les anti-balaka.

 

Ces milices ont été initialement formées en réaction aux exactions commises par la Séléka, une coalition de rebelles musulmans qui avait renversé le président Bozizé en mars 2013, avant d'être chassée du pouvoir en début d'année. Mais les anti-balaka s'en prennent depuis des mois à la population musulmane, assimilée aux anciens rebelles.

 

Selon l'ONU, la proportion des musulmans a chuté de 15% à 2% de la population totale de la Centrafrique.

 

"L'urgence, aujourd'hui, c'est de sauver des vies", a souligné M. Nadal.

 

Quelque 2.000 soldats français et 6.000 militaires africains sont déployées en Centrafrique sous mandat de l'ONU avec pour mission de restaurer l'ordre et la sécurité dans ce pays plongé dans le chaos.

 

"L'objectif est de protéger les populations. Le constat d'échec, c'est celui de la réconciliation nationale, qui prend plus de temps", a-t-il reconnu.

 

La France favorable à la relocalisation des musulmans en RCA
La France favorable à la relocalisation des musulmans en RCA
La France favorable à la relocalisation des musulmans en RCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:14

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - APA 2014-04-08 16:02:07

 

Les principaux lieutenants de la rébellion coalition séléka réunis au sein du Comité militaire de crise piloté par le coordonnateur le général Aubin Issa Issaka, ancien directeur général de la sécurité présidentielle, ont exprimé, mardi à Bangui, leur volonté de faire la paix avec le peuple centrafricain et surtout avec les miliciens du mouvement anti-balaka.


''Contre vents et marrées des provocations, agressions et exactions des mouvements anti-balaka, la coalition séléka a opté pour la paix, bien que la coalition a les moyens de répliquer à ces attaques'', a dit Abakar Moustapha, le porte-parole de ce comité, lisant une déclaration signée plusieurs généraux. 


Il a ajouté : ‘'Notre volonté irréversible de préserver la paix s'explique par notre acceptation du cantonnement de tous nos éléments à Bangui et en provinces. La poursuite du désarmement de nos hommes sur toute l'étendue du territoire''.

Il a par ailleurs appelé les forces de Sangaris à poursuivre les opérations de désarmement afin de créer des conditions du retour d'une vie à la normale, ‘'sans présence ni crépitement des armes''.


Interrogé par APA, le général Issa Issaka : ‘'Nous sommes prêts pour le désarmement afin de reconstruire la RCA, un patrimoine commun à tous les centrafricains. Nous sommes aussi prêts à pardonner à tous ceux qui nous agressent et à pardonner les autres''.


Le transfert des Séléka depuis le Camp Béal et la base du RDOT jusqu'au bataillon de soutien et des services (BSS) a été assuré par la sécurité des troupes de la Misca.

La déclaration a été signée par les généraux Issa Issaka, Abdel Karim Moussa, Abakar Zackaria, Aroum Mahamat et Abakar Moustapha.

 

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=600855#sthash.W43ZDuSi.dpuf

La coalition Séléka décidée à faire la paix avec les anti-balaka

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:03

 

 

 

 

 

http://www.france24.com/   08/04/2014

 

Interrogé par FRANCE 24, le chef de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), Jean-Marie Michel Mokoko, revient sur le retrait du contingent tchadien, qui prend l'Union africaine de court et inquiète les musulmans.

 

Interrogé par FRANCE 24, Jean-Marie Michel Mokoko, le chef de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, est revenu sur le retrait du contingent tchadien des forces de l’Union africaine, le plus important de tous. Un départ qui risque d’influer sur la situation.

 

"Les populations musulmanes sont inquiètes et voyaient un peu dans le contingent tchadien leurs protecteurs. Leur départ, notamment dans la région de Bossangoa, va être difficile pour les populations et nous nous attendons à ce qu’il y ait des départs", explique le chef de la Misca.

 

Le Tchad, régulièrement accusé de prendre parti en faveur des rebelles de la Séléka, composés essentiellement de musulmans, avait annoncé début avril le retrait de ses troupes, dénonçant "une campagne gratuite et malveillante" contre ses troupes. Le retrait des 850 soldats tchadiens présents en Centrafrique représente une perte non négligeable pour la Misca, qui compte aujourd'hui 6 000 soldats, épaulés des 2 000 militaires français de la force Sangaris.

 

L'Union africaine prise de court

 

S’exprimant à l’issue d’une rencontre avec le ministre de la Défense tchadien, Jean-Marie Michel Mokoko regrette une décision qui prend l’Union africaine de court. "On avait souhaité que cela se fasse dans des délais qui nous auraient arrangés", explique Jean-Marie Michel Mokoko. "Mais apparemment, la décision est irrévocable et immédiate. Dès qu’ils seront en mesure de quitter le territoire centrafricain, ils le feront", affirme-t-il, inquiet.

 

Car pour l’Union africaine, le retrait soudain des soldats tchadiens n’est pas sans conséquences. "On a quand même un bataillon qui fait défaut désormais. Or, je n’ai pas le temps de générer en très peu de temps, autant de monde qui puisse se substituer aux Tchadiens", déplore-t-il.

Retrait des soldats tchadiens : "Les musulmans de Centrafrique sont inquiets"

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:47

 

 

 

 

 

http://www.lavoixdelamerique.com/  mardi, avril 08, 2014 Heure locale: 15:37

 

En Centrafrique, le retrait du contingent tchadien continue de susciter des réactions. La dernière en date est celle du Général Mohamed Moussa Dhaffane, l’un des leaders de l’ex-coalition Seleka. 

 
Au micro de notre envoyé spécial Bagassi Koura, il trouve regrettable le départ des Tchadiens, car pour lui le retrait d’un seul contingent pourrait entrainer d’autres.
 
Si on demande à un pays de retirer ses troupes, «  finalement on va demander le retrait de toutes les forces internationales »,  dit-il.

 
Par ailleurs, il remet en cause le rapport de l’ONU sur les fusillades qui ont lieu au KM 12, fin mars, impliquant les militaires tchadiens dans la mort d’une trentaine de personnes civiles.

 
« Je ne doute pas de la sincérité des Nations unies. Mais je doute du canal par lequel le rapport a été transmis », explique-t-il.

 

RCA : l’ex-coalition Seleka regrette le retrait du contingent tchadien

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:42

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-04-08 13:18:30

 

Le président du Comité national olympique sportif centrafricain (CNOSCA), Jacob Gbeti, s’est concerté récemment avec tous les responsables des fédérations sportives retenues pour les jeux de la jeunesse africaine de Gaborone, capitale de Botswana.


Il s'agit des fédérations d'athlétisme, de badminton, de boxe, de judo, de tennis de table, de taekwondo, de karaté et de tennis.


‘'Ces athlètes vont être préparés à deux niveaux. Au niveau externat, nous allons mettre les moyens à leur disposition. La deuxième phase consistera en un internat où tous les athlètes et leurs coachs seront internés au moins 25 jours avant leur départ'', a indiqué Jacob Gbéti, ajoutant que dans les jours à venir chaque athlète doit faire son check-up et avoir son passeport.


Dans le contexte actuel en Centrafrique, le comité international olympique a un rôle à jouer ''dans la recherche de la paix, créer les conditions de la cohésion sociale et rassembler ce qui est épars. Le sport peut le faire'', a-t-il souligné.


Selon une source proche de CNOSCA, à l'issue des compétitions de Gaborone, les athlètes africains seront qualifiés pour les jeux olympiques de la jeunesse de Chine 2015. Organisés tous les quatre ans, cette manifestation regroupe les jeunes athlètes des deux sexes, âgés de 14 à 18 ans.

Les athlètes centrafricains se préparent pour les jeux africains de Gaborone

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:32

 

 

 

 

 

 

Après la rencontre avec les Centrafricains de France dans la Salle de Conférence de l’Hôtel Intercontinental, Madame Catherine SAMBA –PANZA, Présidente de Centrafrique a reçu en audience Monsieur Emmanuel Olivier GABIRAULT, Coordonnateur des Centrafricains de France, accompagné d’une délégation composée de Madame DAMBAGOA Marie Bernadette (cadre de santé), Léon ODOUDOU (ancien Ministre) Christian MOROUBA (Secrétaire général intérimaire, remplaçant le Secrétaire Général en déplacement), SOULEMANE ISMAEL, cadre (PNUD) et Joseph GRELA (cadre).

 

Le Coordonnateur des Centrafricains de France a tout d’abord remercié la Présidente pour cette audience malgré son programme très chargé et a présenté les membres de la délégation qui l’accompagne ainsi que les objectifs de l’organisation qu’il dirige.

 

Selon l’intéressé, la Coordination des Centrafricains de France a été mise en place le 11 janvier 2014 par une Assemblée Générale des compatriotes vivant en France, membres ou non d’associations ou de partis politiques, sans distinction de croyances religieuses, animés principalement par le souci d’efficacité de leurs actions, de leurs réflexions sur les grandes questions nationales à partir d’une plateforme commune qui les rassemble.

 

Son principal objectif est de permettre à chaque membre, selon sa spécialité, de réfléchir et proposer des solutions pour aider le pays, ce qui donne la possibilité à des cadres formés vivant à l’extérieur d’être utiles pour le développement national sans attendre d’entrer d’abord dans une structure officielle.

 

Trois de ses membres occupent actuellement de hautes responsabilités au sein de l’Etat.

Les premières actions de la Coordination des Centrafricains de France ont porté successivement sur la rédaction d’un mémorandum proposant une série de mesures d’accompagnement de l’intervention de la communauté internationale en Centrafrique, la publication de trois déclarations suggérant également des solutions jugées appropriées à la crise en cours afin de permettre le retour de la paix durable nécessaire à la reconstruction nationale. .

 

Elle vient par ailleurs de faire mettre en ligne une pétition réfutant toute perspective de partition de la République Centrafricaine, multiconfessionnelle, unie et indivisible.

 

Monsieur GABIRAULT a ensuite soumis à la Présidente trois sujets parmi tant d’autres qui préoccupent la Coordination des Centrafricains de France avec des propositions correspondantes, notamment :

 

A-L’AFFIRMATION DE L’AUTORITE DE L’ETAT ;

B- LES NECESSAIRES ACTIONS SOCIALES ET HUMANITAIRES LIEES A LA CRISE ;

C-LA RECONCILIATION ET LA RECONSTRUCTION D’UNE PAIX DURABLE.

 

En ce qui concerne l’affirmation de l’autorité de l’Etat, M. GABIRAULT a dit qu’elle doit se réaliser à travers la lutte contre l’insécurité, contre l’impunité à travers la justice et la reconstruction de l’administration.

 

Concernant la lutte contre l’insécurité, tout en se réjouissant du casernement des soldats centrafricains pour leur utilisation, le Coordonnateur des Centrafricains de France a indiqué qu’il est nécessaire de faire procéder préalablement à leur évaluation, leur recyclage dans des centres d’instruction pour permettre à beaucoup d’entre eux de recevoir une formation d’éthique militaire, de morale qui leur a cruellement fait défaut, de manière à d’agir conformément aux valeurs et normes des forces républicaines.

 

 Il a ajouté que le rééquilibrage régional des forces armées centrafricaines est à rechercher à travers de nouveaux recrutements. Cependant, le rappel éventuel et exceptionnel pour un temps limité des soldats mis à la retraite mais encore valides peut pour des opérations de sécurisation être envisagé.

 

Quant au désarmement, il doit revêtir un caractère volontaire pour un délai assez court, et forcé à l’issue de celui-ci par un regroupement de forces avec la participation de gendarmes et policiers pour leur connaissance du terrain.

 

2° LA JUSTICE ET LA SOLUTION POLITIQUE A LA CRISE

 

Toujours dans le cadre de l’affirmation de l’autorité de l’Etat, M. GABIRAULT a précisé à la Présidente que la Coordination avait certes proposé la tenue d’une Table Ronde pour permettre aux Centrafricains de redessiner l’avenir du pays, mais compte tenu du contexte de la crise, la justice doit précéder toute concertation politique. Il a pour cela déclaré que les lois d’amnistie prises à l’occasion de précédents dialogues ont évité complaisamment aux auteurs de graves crimes leur traduction en justice sans pour autant favoriser la paix au sein de la nation en affirmant par ailleurs que la République

 

Centrafricaine ne doit pas demeurer un pays où on tue comme on veut pour espérer sur le pardon et les mêmes mesures pour recommencer les mêmes actes.

 

Le Coordonnateur des Centrafricains de France a déclaré pour cela qu’il est fondamental que les criminels, leurs coauteurs, les instigateurs de la haine interreligieuse pour des motifs politiques ayant occasionné le chaos généralisé du pays soient jugés de manière à éviter de confondre tout un peuple aux auteurs d’actes abominables commis parfois à visage découvert sur les chaines de télévision du monde entier.

 

3° LA RECONSTRUCTION DE L’ADMAINSITRATION Sur ce point le Coordonnateur de Centrafricains de France a attiré la très haute attention de la Présidente de Centrafrique sur l’administration du pays devenue anachronique, inadaptée à une société nouvelle et ne répondant plus aux exigences d’une nation moderne.

 

Etant également une condition essentielle pour une paix durable et une réconciliation nationale, il a dit que sa reconstruction doit prendre en compte non seulement des mesures de redéfinition des objectifs, de rendement, de recherche d’éthique, de lutte contre sa tribalisation, mais surtout des dispositions rigoureuses de neutralité dans un contexte de clivage qui se dessine entre chrétiens et musulmans.

 

B-ACTIONS SOCIALES ET HUMANITAIRES LIEES A LA CRISE

 

Ce deuxième important point développé par le Coordonnateur, porte :

 

1° sur l’organisation et le retour des réfugiés par la création de structures d’accueil tant à court terme qu’à long terme pour assurer les conditions matérielles de leur rapatriement, mais aussi globalement les conditions de leur réinsertion, en collaboration adéquate avec le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), l’Office Mondial d’Immigration, les ONG spécialisées ;

 

2° la mise en place programmes de formation pour les mutilés et autres victimes des conflits armés afin de leur permettre d’être autonomes et éviter d’être demain des mendiants, ce qui serait moralement contraire à leur dignité ;

 

3°la réparation des préjudices d’ordre matériel et moral de la population par la création d’un Fonds d’indemnisation devant faire l’objet d’une recherche de financements sur le plan international auprès des organisations étatiques et non gouvernementales.

 

C-RECONCILIATION NATIONALE POUR UNE PAIX DURABLE

 

Sur ce dernier point, Monsieur GABIRAULT a également attiré la très haute attention de la Présidente de Centrafrique sur :

 

 1°la lutte contre la vendetta : en expliquant que des dispositions sont à prendre dès maintenant pour prévenir une immense et inexpiable vendetta collective, à travers notamment un programme d’actions d’envergure d’apaisement, d’éducation de la population au civisme pour dépolluer les esprits grâce à des symboles communs pour assurer la cohésion nationale, la réconciliation nationale, le retour à une vie harmonieuse entre chrétiens et musulmans comme dans le passé ;

 

2°le problème préoccupant de la jeunesse : M.GABIRAULT a déclaré à ce sujet que dans la situation actuelle, les jeunes ont été utilisés toujours et comme toujours comme le fer de lance de la violence et que des enfants de 15 ans ou même moins, ont du sang sur les mains, certains ont dans les yeux le meurtre horrible de leurs parents, de leurs frères et sœurs, le viol de leurs mères, d’autres sont surtout à naître, fruit du viol.

 

Il a suggéré pour cela la mise en place de perspectives dans une dynamique de projets afin de les empêcher de succomber aux sirènes de la haine, tout en insistant sur la réforme du système éducatif dont l’échec est patent, afin de construire un nouveau pays avec la jeunesse ;

 

3°Le Coordonnateur a par ailleurs affirmé que l’implication nécessaire des religieux dont le rôle a été fondamental au cours de cette crise et de la société civile d’une manière générale dans le processus de réconciliation et de la médiation nécessite d’être appuyée et consolidée ;

 

4°En e qui concerne les médias, le Coordonnateur a déclaré qu’ils ont également un rôle essentiel à jouer, surtout comme vecteur de la paix pour dépolluer les esprits en faveur de la tolérance, de la réconciliation, rôle majeur nécessitant également un soutien approprié ; .

5°Pour terminer, Monsieur GABIRAULT a abordé la perspective de la partition du pays en expliquant que ce problème préoccupe fortement non seulement par les conséquences de plus en plus tragiques de la crise dans notre pays, mais surtout par l’idée qui se développe à la suite de la volonté de certains compatriotes, pour des raisons purement politiques, de voir le pays divisé en deux Etats, ce qui signifierait incontestablement la fin de la République Centrafricaine, nation multiconfessionnelle, unie, indivisible et devant le rester. .

 

Il a déclaré que cette perspective doit être combattue très fermement car sa simple évocation constitue une très grave incitation au clivage entre communautés chrétienne et musulmane qui ont pourtant vécu depuis une époque millénaire en parfaite harmonie et dans un profond brassage. .

 

Le Coordonnateur a également signalé le caractère de plus en plus préoccupant de cette question du fait qu’au moment où des auteurs d’actes répulsifs n’en mesurent pas présentement les conséquences, des associations centrafricaines de confession musulmane n’hésitent plus à l’évoquer dans des correspondances adressées au gouvernement ou dans des déclarations publiques, parallèlement aux discussions en coulisses dans des instances internationales. .

 

Il a attiré la très haute attention de la Présidente sur les graves conséquences d’une telle partition, source de conflits plus profonds, voire permanents entre musulmans et chrétiens. En terminant il a rappelé sur ce point les conséquences vivaces dans les esprits, de la séparation récente d’une même nation en en plusieurs Etats, partition qui ne constitue nullement un exemple à cautionner ou à imposer à la République Centrafricaine par la communauté internationale à cause d’une crise dont les causes, les instigateurs ou auteurs sont bien connus.

 

Après avoir remercié la Coordination des Centrafricains de France pour son importante contribution et Monsieur GABIRAULT dont elle a rappelé le combat en sa compagnie pour la paix et la réconciliation dans le cadre du Comité de Suivi du Dialogue National au sein duquel elle était Présidente et lui Vice-président, la Présidente de Centrafrique a souhaité vivement que cette participation au redressement du pays se poursuive.

 

Sur ce point la Présidente a promis dès son retour à BANGUI de faire communiquer son adresse mail au Coordonnateur et nommer un responsable qui se chargerait des contributions des Centrafricains de la diaspora qui y seront adressées pour les mettre à sa disposition.

 

1°Lutte contre l’insécurité et problème des Forces armées centrafricaines : La Présidente a expliqué que sa première préoccupation a été la sécurité, consciente que c’est l’insécurité qui a engendré le déplacement massif de la population. Les résolutions 21-21, 21-27 et 21-34 des nations unies ayant confié cette mission à la MISCA et aux forces françaises, celles-ci sont confrontées à un problème d’effectif mais à une guérilla urbaine.

 

Elle a informé la délégation de la Coordination des Centrafricains de France que les forces militaires centrafricaines sont actuellement casernées, dans le cadre d’un appel à une solution nationale, mais celles-ci ne sont pas armées pour des raisons liées aux deux résolutions des Nations Unies citées ci-dessus ayant fixé la mission de l’intervention internationale en Centrafrique. .

 

La seconde difficulté pour les équiper provient selon elle, non seulement de l’embargo qui pèse encore sur le pays, mais également de la réticence de la communauté internationale qui estime que ces forces sont tribales, s’appuyant sur l’image du lynchage d’un soldat par certains de ses collègues qui a fait le tour du monde lors du premier rassemblement militaire à l’ENAM. .

.

Elle a néanmoins précisé que des négociations sont en cours avec les Nations Unies au sujet de cette préoccupation.

 

En ce qui concerne le désarmement, l’expérience malheureuse du 5è arrondissement qui a été attaqué par la milice ANTIBALAKA dès que cette opération y a été réalisée l’a amenée selon elle, à suspendre celle du 3è arrondissement en attendant des conditions plus appropriées.

 

2° Lutte contre l’impunité à travers la justice : La Présidente partage la préoccupation de la Coordination pour ce qui est de la traduction de tous les instigateurs, auteurs, coauteurs de crimes, exactions, pillages, vols, viols dont a été victime la population centrafricaine au cours de cette crise.

 

3°En ce qui concerne l’administration, tout en prenant note des propositions de la Coordination, elle l’a informée de son intention de faire recours à l’assistance technique pour la gestion des décaissements qui viendraient du Fonds Monétaire International ou toute aide financière de la communauté internationale afin d’éviter les dérives du passé.

 

4° Au sujet des actions à caractère social et humanitaire : La Présidente a promis de communiquer au Coordonnateur des Centrafricains de France l’adresse d’organismes disposés à faire acheminer gratuitement en Centrafrique par avion ou bateau à partir de sites bien précis les biens à caractère humanitaire des différentes associations en provenance de la France, destinés à la population centrafricaine ; ;

 

 5° En ce qui concerne la perspective de partition du pays, la Présidente a affirmé que tant qu’elle est à la tête du pays, cette scission n’aura pas lieu même si elle est dans le contexte actuel quelque peu naturelle, du fait que les Centrafricains musulmans, ressortissants du nord s’y sont retirés à cause des violences dans la capitale. Elle compte néanmoins tout mettre en œuvre pour les faire ramener dans leurs lieux habituels.

 

Dans l’ensemble et selon la Présidente, les différentes actions ou décisions du gouvernement prises dans le cadre de la gestion de la crise pour faire ramener la sécurité et la paix, font non seulement l’objet d’une insuffisante compréhension, mais surtout de contre pied par des manipulations diffuses.

 

Tout en informant la Coordination des critiques au sujet de la composition de son gouvernement qui manquerait d’équilibre géopolitique, elle promet procéder à une évaluation après ses 100 premiers jours à la tête du pays et en fonction des résultats, réaliser l’équilibre régional.

 

Pour terminer, la Présidente a demandé aux Centrafricains de France, de là où ils se trouvent, d’aider à une prise de conscience collective et individuelle pour sortir le pays du chaos actuel et le mettre sur la voie de la reconstruction, surtout que la mobilisation de la communauté internationale pour le pays est exceptionnelle à l’heure actuelle.

 

L’audience s’est achevée par l’annonce de l’arrivée du Secrétaire Général des Nations Unies, prévue le lendemain 05 avril 2014 à BANGUI.

 

 Paris le 05 Avril 2014

 

Le Secrétaire Général pi de la Coordination des Centrafricains de France

 

Christian MOROUBA

COMPTE-RENDU DE L’AUDIENCE ACCORDEE PAR LA PRESIDENTE DE CENTRAFRIQUE A LA DELEGATION DE LA COORDINATION DES CENTRAFRICAINS DE FRANCE A PARIS LE 04 AVRIL 2014

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog