Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 12:29

 

 

Par RFI Publié le 08-10-2019 Modifié le 08-10-2019 à 11:16

 

L’ONG Invisible Children dénonce plus de 300 attaques contre des civils dans le nord-est de la RDC et dans l’est de la Centrafrique depuis le début de l’année. Entre janvier et septembre 2019, selon son dernier rapport, 72 civils ont été tués et 265 autres enlevés.

Plusieurs groupes armés sont responsables de ces exactions selon Invisible Children. Les hommes de l’Armée de résistance du seigneur, la LRA de Joseph Kony, seraient particulièrement actifs dans le Haut et le Bas-Uélé côté congolais avec 4 500 enlèvements en plus de dix ans, explique l’ONG dans son dernier rapport. Près de 172 personnes auraient été kidnappées entre janvier et juin 2019, plus que sur la même période l’an dernier.

Enfants enrôlés de force

Les adultes sont utilisés comme porteurs et relâchés, les enfants seraient eux enrôlés de force. Invisible Children, qui a été créé à l’origine pour mobiliser contre les crimes commis par ce groupe armé ougandais, demande aujourd’hui à la communauté internationale de revoir son approche de non-intervention actuelle.

Absence d'autorité étatique

Dans la Haute-Kotto, côté Centrafrique, ce sont les groupes armés Seleka et anti-balaka qui commettent le plus d’exactions contre les femmes et les enfants. Et ce malgré la signature d’un accord de paix avec le gouvernement en février 2019. D’ailleurs, l’ONG note que dans le mois qui a suivi cette signature, il y a eu là-bas au moins 98 attaques contre des civils. En cause, la quasi-absence de l’autorité de l’État la présence humanitaire réduite. Du coup, les enfants qui parviendraient à s’échapper de ces groupes armés n’auraient personne pour les prendre en charge.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 11:48
VERBATIM DE LA CONFERENCE DE PRESSE DE LA MISSION CONJOINTE UA UE ONU

 

VERBATIM DE LA CONFERENCE DE PRESSE DE LA MISSION CONJOINTE UNION AFRICAINE (UA), 
UNION EUROPEENNE (UE), NATIONS UNIES

Bangui, le 06 octobre 2019

 

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, en charge des Opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix

 

Bonjour et bienvenue à tous. Après notre visite en avril, Le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, Ambassadeur Smail Chergui, Le Directeur Général - Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'Union Européenne et moi-même, nous remercions d’abord les autorités centrafricaines au premier rang duquel, le Président de la République, le Premier ministre, les membres du Gouvernement, et tous ceux que nous avons rencontré au cours de cette visite ; les membres, représentants de la société civile, leaders d’associations, d’organisations ainsi que les représentants des formations politiques et bien sûr, je voudrais remercier nos collègues sur le terrain de l’Union européenne, de l’Union Africaine et de la MINUSCA.

 

Avant de continuer, je voudrais rendre hommage aux quatre soldats, officiers, sous-officiers sénégalais, qui ont perdu la vie lors de l’accident de leur hélicoptère d’attaque il y a quelques jours dans le nord-ouest du pays alors qu’ils conduisaient une opération de soutien aérien aux effectifs de la MINUSCA engagés contre un groupe armé.

 

Je crois que cette visite nous conforte dans l’idée qu’il faut redoubler les efforts. Il y a une dynamique de l’Accord qui a des progrès qu’il faut souligner, parce qu’ils sont trop souvent passés sous silence, il y a des progrès depuis la signature de l’Accord. Et je voudrais citer quelques chiffres très concrets : il y avait eu entre juin et octobre de l’année dernière, 597 incidents répertoriés, 1077 victimes, incidents au titre d’attaques, au titre d’exactions, d’actes hostiles, notamment de la part des groupes armés. 1077 victimes, donc entre juin et octobre 2018. Pour la même période de cette année, il y a moins moitié moins d’incident et moitié moins de victimes, 304 incidents et 494 victimes.

 

Aujourd’hui, les FACA se redéployent, il y a désormais 1346 éléments des FACA qui sont déployés dans 17 lieux, y compris Kaga-Bandoro, Bria, Birao et je ne compte pas ceux qui sont déployés à Bangui. Il y a aussi 1400 membres des Forces de sécurité intérieure déployés en dehors de Bangui. Il y a la plupart des préfets et sous-préfets qui sont déployés, donc l’Etat revient, même si cette tendance doit se poursuivre et que les moyens de l’Etat doivent être renforcés, notamment par les administrations qui sont susceptibles à fournir des services de base à la population. Et, il y a aussi la mise en œuvre des comités et organismes de suivi de l’Accord : Comités de mise en œuvre préfectoraux, comités techniques de sécurité en plus du comité exécutif de suivi au niveau national.

 

Je cite tout cela pour souligner quand même qu’il y a des progrès qui sont clairs. Est-ce ça suffit ? Evidemment non ! D’abord il y a les violences dans certaines zones du pays, notamment l’altercation récente à Birao. Et je relève qu’il y a eu 15.000 personnes déplacées à Birao, et c’est très désolant et au même temps aucune victime grâce à l’action de la MINUSCA, alors que les combats ont été violents. Je vais rendre hommage à la MINUSCA et tous ceux qui portent concours à notre action. Il y a eu des incidents tout aussi inacceptables au nord-ouest et la MINUSCA a aussi pris ses responsabilités au prix malheureusement de sacrifice de quatre de nos soldats. Mais tout ça pour vous dire que la MINUSCA s’est fait aussi preuve de fermeté lorsqu’il le peut, utiliser la force.

 

Je crois qu’il ne faut pas se tromper. La solution ce n’est pas, pour faire avancer l’Accord privilégier la force. La force et la pression sont utiles, mais nous avons eu l’occasion de dire que pour ceux qui refuseraient de jouer le jeu de l’Accord, quels qu’ils soient d’ailleurs, qu’ils soient membres des groupes armés, qu’ils soient signataires ou pas signataires, il y a les sanctions qui sont prévus dans l’article 35 de l’Accord et ils s’exposeraient à des sanctions. Et pour ceux des groupes persisteraient dans une attitude de refus de l’Accord et de poursuite des exactions, il y a le recours à des mesures robustes par la MINUSCA.

 

Mais ce qui compte avant tout c’est le dialogue. Et le dialogue c’est d’abord la responsabilité des Centrafricains eux-mêmes. Tous doivent être parties à ce dialogue. L’Accord est la propriété des Centrafricains et c’est des Centrafricains qui doivent le faire vivre : les autorités, les signataires, la société civile, tout le peuple centrafricain. Et, nous sommes déterminés à aider, pour que les conditions de ce dialogue soient préservées et créer, là où c’est encore difficile, il y a beaucoup à faire, pour sensibiliser toute la population à l’Accord, et pour faire comprendre à tous que ceux qui choisiraient la violence seraient non seulement exposés à des mesures de fermeté mais in fine, ces violences détruiraient n’amèneraient à rien.

 

Maintenant pour la suite, nous nous sommes d’abord déterminés à continuer à la mise en œuvre des arrangements sécuritaires, notamment les USMS et nous avons d’une seule voix, les USMS sont un élément indispensables, d’une première étape dans la restauration d’une présence de sécurité là où il n’y a pas la présence de sécurité légitime et il y s’agit de faire travailler ensemble pour protéger les populations, ceux qui viennent des groupes armés et les FACA, et c’est aussi une première étape vers le DDR, là où le DDR ne peut pas être réalisé immédiatement.

 

Et, il y a de notre part un soutien concret pour la mise en place de ces USMS. Le premier de ces soutiens est pour la mise en place des unités, à Bouar, dans les tous prochains jours, et il faut que ces mouvements poursuivent le plus rapidement possibles ailleurs et notamment à l’est. La deuxième chose, c’est que le retour de l’Etat doit se poursuivre, la poursuite du déploiement des FACA, des Forces de sécurité, le retour des services de base indispensables à la population pour lesquelles, le soutien de l’Union africaine, de l’Union européenne, les Nations unies, les ONG aussi sont indispensables. Et nous encourageons tous, à faire avancer les projets humanitaires, les projets de développement qui sont nombreux, dont la plupart sont prêts à être financés et qui seront de nature à aménager la situation, les conditions de la population dans plus grands nombres de zones précises.

 

Enfin, il y a un certain nombre de textes de loi importants qui sont en cours d’examen ou qui sont en cours de préparation et qui sont indispensables pour la bonne et pleine mise en œuvre de l’Accord. Je pense notamment aux premières lois sur les partis politiques, aux projets de loi sur la décentralisation ou encore sur les conditions de l’organisation des élections, puis que la bonne tenue des élections est également quelque chose d’essentiel, dans les délais prévus par la Constitution et nous avons souligné à tous nos interlocuteurs que nous sommes prêts à soutenir la tenue des élections, mais qu’il était exclu d’envisager qu’elles ne tiennent pas et que les idées qu’on aurait pu entendre d’ici et là, de nouvelle transition étaient inacceptables et étaient potentiellement de nature à profondément déstabiliser le pays de faire retourner en arrière et mettre sérieusement en danger l’Accord de paix. Donc nous sommes déterminés à soutenir les élections aux délais prévus et dans des conditions et dans des conditions libres, équitables et la totalité du pays.

 

Voilà quelques considérations, que j’ai la certitude que mon frère Smail Chergui aura beaucoup à dire ainsi que Koen Vervaeke, je vais donc tourner le micro vers les deux, et je vous remercie de votre attention.

 

Le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, l’Ambassadeur Smail Chergui

Merci infiniment, mon cher Jean-Pierre, comme ces éléments qui seraient moins importants, et qui d’ailleurs sont partagés par les trois délégations ici présentes, j’aimerais à mon tour saluer et souhaité la bienvenue à nos amis des médias et leur dire que cette deuxième visite après celle qu’on a entrepris en avril est le témoignage de notre volonté commune d’accompagner de plus près, le peuple centrafricain, dans la mise en œuvre de cet Accord de paix. Et je voudrais dire ici, réaffirmer que cet Accord appartient au peuple, c’est un acquis du peuple centrafricain. Et je crois qu’il appartient à vous tous, non seulement de le protéger, le sanctuariser, mais surtout de le mettre en œuvre, parce que la première responsabilité est celle des Centrafricaines, des Centrafricains, de tous les acteurs politiques et ceux de la société civile.

 

Dans cet exercice, je voudrais vous dire que nous sommes très réconfortés par les entretiens que nous avons eu dans cette même salle avec les partis politiques, les organisations de la Société civile, les ONG, les organisations des femmes et le corps diplomatique présent dans cette capitale. Nous avons convenu d’un certain nombre de questions qui sont essentielles. Je crois que l’une d’elles, la première, c’est que, certes il n’y a pas d’accord parfait normalement. Mais c’est un accord qui permet à ce pays des avancées réelles. Jean Pierre Lacroix vient de décrire ces avancées et ces améliorations, même si nous déplorons évidemment, nous condamnons de manière très ferme toutes les violations qui ont été portées à cet Accord.

 

Nous restons résolus, à vous accompagner dans la mise en œuvre de l’Accord, mais aussi à user et utiliser l’Article 35 de l’Accord, s’agissant des sanctions. Ceux qui croient qu’ils peuvent violer l’Accord, ou perturber sa mise en œuvre, je pense qu’ils trouveront la Communauté internationale en face d’eux. Et nous nous disons ça pour les signataires et ceux qui n’ont pas signé, quels qu’ils soient, parce que nous sommes convaincus que c’est un grand acquis pour ce pays et qu’on ne peut pas avoir à chaque fois un plan B pour un autre Accord de paix, après 8 passés. Donc, le moment est venu. Après la rencontre de New York, en marge de l’Assemblée générale, nous avons senti, que la Communauté internationale est vraiment prête à vous accompagner. Saisissons cette occasion, éloignons toutes ces idées, quelque part irresponsables de nouvelle transition ou de report des élections, parce qu’il faut respecter la Constitution. Et, je crois que la Communauté internationale est prête à mettre les moyens, pour que ces élections aient lieu à terme. Donc il y a un petit gap pour le financement de ces élections et je crois que nous y travaillons pour le combler.

 

Ensuite, non seulement, dans la mise en œuvre de cet Accord, les USMS sont un élément clé, au-delà de ce que Jean-Pierre Lacroix vous a déjà développé, au fait c’est un investissement, dans l’intégration et l’harmonie sociale dans ce pays. C’est-à-dire : voilà ceux qui se combattaient hier, retrouver un cadre légal où peuvent seulement cette fois ci, toutes les énergies, s’orienter vers la protection les institutions du pays et préserver les vies humaines et les biens des citoyens. Je crois que c’est un élément qui a bien fonctionné ailleurs, il n’y a pas des raisons pour qu’ici ça ne fonctionne pas, ça va rapprocher, ça va désarmer les cœurs, ça va vous permettre réellement de reconstituer le tissu social qui a toujours caractérisé ce peuple, qui était de tolérance, de coopération, de fraternité. Vous n’êtes pas moins valeureux que les autres peuples, donc nous comptons vraiment sur vous pour que ce message passe et passe bien.

 

L’autre élément dans cette mise en œuvre c’est au-delà de ce qui est demandé aux groupes armés pour adhérer au DDR. Il s’agissait de la ligne de l’Accord que vous avez signé, nous avons demandé aussi au gouvernement de hâter la mise en œuvre des articles qui le concernent en particulier, ceux qui concernent, l’application et l’adoption des projets de textes qui sont relatifs à la décentralisation, à la justice transitionnelle, aux partis politiques, au statut des anciens Chefs d’Etat. Je crois que ce sont autant d’éléments, qui vont nous permettre d’asseoir, notre démarche, sur une base légale, transparente, mais aussi partagée par tout le monde, par toute la société. C’est à ce prix là que nous pourrons réellement nous dire que voilà, le pays est maintenant sur une nouvelle trajectoire. De part et d’autre, nous avons appelé toutes les parties à l’Accord, à réellement activer leur démarche et leur contribution pour la mise en œuvre de l’Accord.

 

Mais, mes chers amis, il y aussi un investissement important à apporter. Il faut que les dividendes de la paix soient visibles aux citoyens en matière d’écoles, d’hôpitaux, d’emplois que les gens puissent évoluer dans la dignité. Dignité envers leur famille, leur milieu et ça, ça ne peut possible que par la mise en œuvre immédiate des projets économiques dont les financements existent. Il y a trois jours, le Président a inauguré avec l’Union européenne un projet relatif à la fibre optique, qui donne immédiatement 5.000 emplois. La Banque mondiale a des projets qui concernent les jeunes, un qui donnera 12.000 emplois, l’autre qui va les sortir de la précarité. Donc nous avons besoin aussi d’activer d’approche qui va accompagner et renforcer cette démarche que nous voulons inclusive, constructive à tout point de vue, à la fois d’ordre politique, économie, social et j’en passe.

 

Voilà un peu, je ne voudrais pas m’étendre ce que déjà mon frère et ami Jean-Pierre Lacroix a déjà développé. Voilà un peu le sens de cette visite. Je pense que nous partirons encouragés, mais déterminés, non seulement à continuer ce travail d’accompagnement, mais aussi déterminés à assurer notre responsabilité par rapport à cet Accord, aux échéances électorales conformément à la Constitution. Déterminés à promouvoir aussi la dimension économique et sociale de cette approche, de telle manière que réellement, nous permettons à ce pays qui a potentialité reconnues et fabuleuses à s’en saisir et à promouvoir son propre développement et demain, voire même à aider les autres. Je pense que dans votre approche, ce pays peut être un pole de développement, non seulement national mais régional.

 

D’ici avec Jean-Pierre Lacroix nous allons au Soudan. Nous allons aussi renforcer ce message avec vos voisins. Parce que sans vos voisins, sans des relations de confiance, de protection mutuelle, je crois que ce processus sera toujours en phase de défis, très grande, surtout sécuritaire. Donc je me félicite de la commission mixte avec le Cameroun, avec le Congo, je crois que bientôt celle avec le Tchad va être organiser au début novembre. Donc c’est des indices très positifs et je crois qu’avec la nouvelle donne au Soudan, ça devait être le cas, il n’y aucun doute, et également avec les autres pays, puis que nous avons un nouveau Président en RDC, qui est très sur la coopération avec tous ses voisins. Donc comptez sur nous aussi pour promouvoir et faire avancer cette relation avec vos voisins.

 

Je vous remercie.

 

Le Directeur Général - Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'UE, M. Koen Vervaeke

Bon après midi à tous et merci d’être venus. L’Europe est ici, vous le savez, dans tous les domaines, on soutient l’action humanitaire, on est donateur d’aide au développement, nous sommes ensembles avec l’Union africaine et les Nations unies, très présentes au niveau politique pour pousser l’Accord de paix et également dans le domaine de la sécurité.

 

Donc notre message est un message de mobilisation totale en soutien de l’Accord, en soutien du peuple centrafricain, mais aussi un message de fermeté, il n’y a plus de feuille de route, celle de l’Europe c’est la mise en œuvre de l’Accord de paix, c’est également l’organisation des élections, comme il a été dit. Les calendriers doivent être respectés et également, des élections crédibles, transparentes pour lesquelles l’Europe se mobilise déjà. Nous avons promis 17 millions d’Euros pour soutenir les élections, ce n’est pas assez, donc vous pouvez ajouter dans vos articles que la Communauté internationale, en plus de ce que la MINUSCA fait déjà, doit aussi se mobiliser.

 

On a parlé de dividende de la paix, cette fois-ci je ne vais pas donner des chiffres financiers, par ce que c’est assez relatif, mais je vais essayer de vous donner une impression de ce qui qui bouge sur le terrain. Au niveau de sécurité vous savez que nous avons 200 militaires ici, qui sont en train de former les nouveaux FACA, la nouvelle armée centrafricaine. Cette mission a déjà formé 4000 soldats des FACA, et surtout elle a donné la formation aux 1000 nouvelles recrues des FACA donc c’est une nouvelle armée qui est inclusive et républicaine et nous allons poursuivre ce travail et vous voyez que ceci se poursuit et les 4000 que nous avons déjà formés sont en train d’être déployés à l’intérieur du pays.

 

En ce qui concerne quelques autres projets, les projets fibre optique a été mentionné, c’est un investissement de long terme, ça veut dire que nous croyons à l’avenir de ce pays, ainsi ça va vous connecter, internet et autres avec les autres régions d’Afrique, et c’est 5.000 emplois cette année, là où les tranchées seront exécutées pour mettre ce câble.

 

L’éducation a été mentionné, l’Europe avec UNICEF donc les Nations unies, nous assurons que 200.000 enfants centrafricains sont scolarisés. Nous avons formé les enseignants, nous avons réhabilité 226 écoles c’est du concret surtout à l’intérieur du pays, c’est toujours aussi un effort qui essaie toujours de ramener les ex-combattants dans la société. Par exemple un effort a été fait pour réinsérer des enfants des ex-combattants dans des écoles. En ce qui concerne la santé, 3 millions de bénéficiaires surtout à l’intérieur du pays y ont accès à la santé aux hôpitaux ruraux. Par exemple on a parlé de Birao. Après les graves incidents qui se sont produits, les déplacés ont accès à l’hôpital de Birao, parce que nous avons ensemble avec l’ONU, réhabilité cet hôpital.

 

Au niveau de l’emploi, au niveau du secteur socio-économique, nous avons formés 1500 acteurs économiques. A Bangui, à Bouar des micro entrepreneurs surtout les femmes, 600 groupements des femmes, des entrepreneurs ont été soutenus et donc tout ça c’est 8000 bénéficiaires qui n’ont pas uniquement la formation mais aussi des emplois, pour réinsertion dans leur société. Et nous allons continuer. Je ne vais pas énumérer tout le sud-ouest mais aussi sud-est, par ce qu’évidement concentré là ou on pouvait se déployer.

 

Maintenant avec l’Accord de paix au sud, nous avons développé un nouveau programme qui va au sud-est, qui va toucher un million de bénéficiaires, 20% de la population dans les préfectures qui sont sensibles mais qui sont maintenant ouvertes. Ce sont quelques exemples pour dire que ça change sur le terrain, ce n’est pas assez, c’est vrai on a parlé des défis mais la dynamique est là, et nous souhaitons vraiment qu’elle se renforce, c’est aux mains des Centrafricains mais l’Union européenne et les autres organisations sont là pour les accompagner et les soutenir. Merci

 

Question des journalistes

Merci beaucoup, je suis Pascal Isidore Boutene du ‘’Réseau des journalistes francophones’’. Ma première question va à destination de Monsieur Lacroix. Vous avez dit que le dialogue est la responsabilité de tout le monde. Dans ce pays, nous avons déjà connu 8 dialogues et Accords de paix, est-ce que la Communauté internationale à conscience de cela ?

Je reviens de Kaga-Bandoro pour un voyage de presse avec la MINUSCA et nous nous sommes rendu compte que là où il y a le déploiement des FACA, comme à Kaga-Bandoro, il y a le calme. Pourquoi la Communauté internationale ne continue pas ce déploiement dans d’autres villes où la situation n’est pas normale ?

 

Je suis Fiacre Salabe de ‘’Radio Sewa’’. J’ai trois petites préoccupations. Vous avez dit tout à l’heure, je cite « ceux qui violent cet Accord, auront la Communauté internationale en face ». Il y a des sanctions qui sont prévues dans l’Article 35, de cet Accord. Cet Accord dans son Article 35 n’a pas défini des mesures coercitives claires à l’égard de ceux qui violent cet Accord, quelles mesures pourriez-vous prendre à l’égard de ceux qui violent cet Accord ?

La seconde question est que, vous avez dit que la Communauté internationale est prête à soutenir la tenue des élections sur toute l’étendue du territoire, pourtant, 80% du territoire centrafricain sont toujours entre les mains des groupes armés, nonobstant qu’ils sont signataires de cet Accord de paix et qu’ils ont des engagements, mais ils continuent à violer l’Accord en faisant des violences. Est-ce que vous pensez ces élections vont se tenir sur l’ensemble du territoire ?

 

Je suis Rodrigue Le Roi Benga de ‘’Radio Ndeke Luka’’, lors de la dernière réunion d’évaluation de l’Accord, il a été dit que des discussions pour définir les contours des sanctions étaient en cours, je veux savoir où en sommes-nous aujourd’hui avec cela ?

 

Je suis Vianney Ingasso du ‘’Réseau des journalistes pour les Droits de l’Homme’’, ma question s’articule autour des élections, vous-même l’aviez, il y a certaines idées autour d’une probable transition et nous constatons que l’organe en charge de l’organisation des élections a enregistré de retard dans les préparatifs, la cartographie, le démembrement, la révision des listes, mais la Communauté internationale tient à ce que ces élections aient lieu. C’est un processus, mais à cela s’ajoute, les défis sécuritaires, les problèmes des routes, mais vous voulez des élections justes et équitables, pensez-vous que c’est tenable ?

 

Merci beaucoup, je suis Georges Vernier Kpinzongo de ‘’Radio Centrafrique’’.

Nous saluons l’engagement de la Communauté internationale aux Cotés de la Centrafrique pour la résolution de cette crise. Mais je dis que la Communauté internationale ne s’est pas attaquée à la racine même de ce problème. Puis que si vous n’attaquez pas à la racine, le problème va rester tel. La racine, ce sont ces étrangers à la tête de ces groupes armés, ce sont ceux-là, qui sont en train de causer la désolation, cette boucherie humaine au sein de la population. Je citerai le cas de Birao et bien d’autres. Qu’est-ce que la Communauté internationale que vous représentez peut engager dans la recherche de solution à cette crise ? Que faire à ceux-là, que je peux qualifier de bandits ? La République centrafricaine est victime des exactions des bandits.

 

Réponses du Secrétaire général adjoint des Nations unies, en charge des Opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix

Merci pour toutes ces questions. Je voudrais d’abord commencer par la question sur le dialogue. Je crois qu’il faut d’abord partir du dialogue. Il y a un Accord qui a été signé par le Gouvernement et les groupes armés. Et tout le monde le sait, un accord c’est un début. Ce n’est pas un Accord parfait, qui, miraculeusement amène la paix en quelques semaines. L’Accord c’est le début d’un processus, qui nécessite que chacun remplisse ses engagements. Et les engagements, il y en a pour les groupes signataires et il y en aussi pour les autorités et au-delà de ça, il y a aussi de toutes les villes et de toutes les Communautés, toutes les préfectures et toutes les campagnes, un travail de réconciliation à faire.

 

Il y a un projet important dont on m’a parlé qui est le projet relatif à la justice, réconciliation et réparation. Ici, il n’y a pas cet effort qui est fait à la fois entre les parties de l’Accord de dialoguer pour travailler ensemble à mettre en œuvre les engagements. Ici il n’y a pas parallèlement ce travail qui est fait promouvoir la réconciliation. On voit que la paix n’est pas avancée. Tous les pays africains et au-delà qui ont réussi à ramener la paix, ont privilégié le dialogue et la réconciliation. Est-ce que tout le monde est prêt au dialogue ? Non, c’est clair. Je crois que ce qui a été dit tout à l’heure par Koen, par Smail et par moi-même, sur le fait que si ces attitudes persistent, on va faire recours à la fermeté, c’est tout à fait valide. La fermeté ça peut être des sanctions mais la question est que si elles ont été définies ou pas, c’est une question subsidiaire, par ce que chacune de nos organisations prend un certain nombre de mesures. Il peut s’agir des interdictions de voyager, gel des avoirs…

 

Si nous constatons que l’espace du dialogue est fermé, s’il y a un refus manifeste et avéré de tel ou tel, s’il y a un obstacle mis à la mise en œuvre de l’Accord, à ce moment-là, nous travaillerons ensemble pour appliquer les sanctions. Mais il ne faut pas tout parquer sur la force. Certaines doléances des uns et des autres doivent être écoutées. Donc la mise en œuvre de l’Accord c’est une combinaison. Il faut associer un cadre de dialogue, associer la fermeté comme c’est nécessaire, et associer surtout un effort concret de la mise en œuvre sur le terrain. Si on sous-entend que tout va être régler par la force, c’est une impasse.

 

Il est vrai que là où sont déployées les éléments de sécurité, on les aide beaucoup à rassurer les populations, à ramener le calme. Et, ils bénéficient totalement du soutien de l’Union européenne qui les forme, la MINUSCA, sans ces soutiens, le déploiement serait impossible, il faut le dire. L’objectif est que demain, ils puissent être autonomes, pour faire leur travail. Et qu’elles aient aussi action, responsabilité et qu’elles soient vraiment efficaces, qu’elles soient respectueuses des Droits de l’Homme, d’interaction avec les populations.

 

Moi je ne sais pas si 80% du territoire est sous contrôle des groupes armés, je dirais qu’il faut regarder de manière positive cette situation. Je veux simplement vous inviter à une analyse positive, parce qu’il y a des zones qui sont atteintes par l’Etat où la MINUSCA est présente. Pour ce qui est de l’organisation des élections, nous avons dit qu’elles doivent se tenir dans le respect de la Constitution. Si les élections ne se tiennent pas dans le respect de la Constitution, on aura un vide institutionnel, c’est le retour en arrière, c’est l’annulation de tous progrès enregistrés jusqu’à présent, ces progrès qui sont réels et c’est une ouverture vers l’inconnu. Donc je crois que c’est clair. Et vous avez dit que la Communauté internationale souhaite qu’il y ait des élections. Non, c’est l’intérêt de la Centrafrique. Nous disons non seulement, c’est un délai prévu par la Constitution, mais nous faisons au maximum pour que ces élections se tiennent sur l’ensemble, dire 100% du territoire je ne peux pas le garantir, mais sur la grande partie du territoire national.

 

Réponses du Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, l’Ambassadeur Smail Chergui

Sur la question qui a été posée sur les sanctions, c’est une question pertinente. Et vous savez les trois organisations disposent d’un processus, d’un comité qui est assis et qui décide d’imposer des sanctions que ce soit sur des individus ou des organisations. Nous l’avons fait ailleurs, le Conseil de sécurité des Nations unies également le fait souvent. Donc, ces gens-là aussi, peuvent être concernés par la justice nationale ou la justice régionale. Donc, soyez certains que ces dispositions n’ont pas été mises comme ça à la légère.

 

Nous avons tous les outils à notre disposition. Mais ce que nous voulons, là je m’en tiens à une question qui a été posée sur Birao, c’est d’abord de tendre la main pour que nous puissions construire une situation durable, parce que, aller tout de suite à la violence, qui appelle une autre violence à l’utilisation de la force qui pouvait mettre un garrot, à une hémorragie. Mais à terme il nous faut, une opération de reconstitution des tissus. Est-ce le régime de l’apartheid n’a pas commis les crimes plus horribles ? Et pourtant les Sud-Africains se sont parlés, ils ont trouvé une voix, sans pour autant occulter le droit de justice. Dans l’Accord il est dit qu’il n’y a pas d’impunité, donc nous ne toléreront pas l’impunité. Donc il s’agit de conjuguer tous ces éléments.

 

Les élections, si on ne les tient pas à temps, ça veut dire, qu’on aura un vide, qui a ses conséquences. Ça veut dire qu’après, on remet en cause les institutions, la légitimité du pays, et ça c’est vraiment une glissade très dangereuse pour un pays qui est déjà très fragile. Comme on l’a dit, il faut nous orienter vers des démarches qui soient responsables, qui soient adaptées à la situation et qui soient conformes à vos valeurs. Le peuple centrafricain a des valeurs, et je pense que dans ces trois éléments on peut trouver ensemble une réponse à cette situation.

 

Question des journalistes

 

Merci, je suis Fernand Nathan du journal ‘’L’Arbre qui parle’’. Quelque part dans l’Accord politique pour la paix et la réconciliation, on a parlé de la dissolution des groupes armés. Malheureusement aujourd’hui, les groupes armés ne sont pas dissouts et ils sont là en train de faire leurs activités. A quand la dissolution de ces groupes armés ?

Sur les élections, nous nous souvenons qu’en 2015, la Communauté internationale a demandé aux Centrafricains d’aller aux élections, malgré que les groupes armés aient encore les armes en main, cette même Communauté internationale va aider au désarmement des groupes armés. Les Centrafricains sont allés aux élections et trois ans et quelques mois, cette Communauté internationale n’a pas désarmé les groupes armés. Un adage dit, les mêmes faits produisent les mêmes effets. Quel candidat peut aller aujourd’hui battre campagne avec ces groupes armés, armes en main ?

J’ai entendu Monsieur Lacroix parler de la solution à la crise centrafricaine qui n’est pas militaire, mais le dialogue. Le dialogue oui, mais avec les Centrafricains. Les groupes armés dont les chefs sont des Centrafricains ont respecté leurs engagements et n’ont pas violé l’Accord de paix. Ce sont les groupes dont les chefs sont des étrangers qui brillent avec les violences. Si la Communauté internationale peut aider la Centrafrique, à chasser ces étrangers.

 

Je suis Hippolyte Marboua, Correspondant de ‘’BBC Afrique’’ et ‘’Deutsche Welle’’. L’objectif de la Communauté internationale aujourd’hui est d’aller aux élections afin d’éviter une probable transition, d’éviter le vide constitutionnel, sans le DDR. Est-ce que dans cette ambiance, certains candidats qui dénoncent l’attitude des groupes armés, peuvent se rendre sur le terrain pour battre campagne dans leur zone ? Je vous remercie.

 

Réponse du Directeur Général - Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'UE, M. Koen Vervaeke

Ce n’est pas la Communauté internationale qui va ramener la paix en ici, ce sont les Centrafricains. Peut-être que vous sous-estimez mais les élections de 2015 étaient vues par nous, par l’Europe, par la Communauté internationale, comme un succès incroyable, parce que nul ne s’attendait à avoir les élections qui se sont déroulées correctement, relativement dans le calme et qui ont donné une légitimité aux institutions ici en République centrafricaine. Et donc il faut continuer sur cette lancée, on ne veut pas vite aller aux élections, non, on veut le respect de la Constitution et de la procédure normale. Vous êtes en train de devenir un pays normal, et vous devez le montrer aussi dans le respect de votre démocratie et les institutions issues de votre Constitution. Donc c’est vraiment important.

 

Et je vous ai, dans mes propos liminaires, montré qu’il avait plus d’espace maintenant pour travailler à l’intérieur du pays avec nos projets. Ça veut dire qu’il y a plus d’espaces maintenant aussi pour ceux vont faire campagne, je vois le président de la République hier à Berberati, il était à Bouar. Il y a un moyen, du reste le problème des routes et autres, des problèmes d’insécurité, mais il y a aussi des avancées notables. Et je crois qu’il est important que vous y croyiez, vous respectiez le cadre légal de votre pays.

 

Au niveau des sanctions, je voudrais simplement soutenir tout ce qui a été dit, c’est important quand on va dans cette direction le moment venu, et c’est prévu dans l’Accord et nous travaillons ensemble, nous écoutons toujours au niveau de l’Union européenne, attentivement l’Union africaine va décider ou va proposer, nous apporterons nos poids, nos poids politiques, des sanctions européennes si nécessaires le moment venu. Donc cette coopération c’est vraiment très important. N’attendez pas la Communauté internationale, nous sommes là pour vous accompagner, pour vous soutenir, et nous travaillons tous ensemble avec la fermeté nécessaire, mais aussi avec la mobilisation de toutes les forces positives de ce pays. Merci

 

 

Réponses du Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, l’Ambassadeur Smail Chergui

J’aimerais ajouter sur cette question de l’élection. C’est vrai qu’il y a une situation d’insécurité dans certaines régions, c’est évident vous avez raison. Mais, je crois que d’abord contrairement à ce que vous avez dit, le DDRR avance, n’avance pas à la vitesse requise, mais il avance. Deuxièmement, des mesures seront prises au moment venu, pour non seulement là où il n’y a pas de routes, la MINUSCA est en train de dégager un budget pour ça, pour permettre à tous ceux qui doivent se déplacer dans les régions pour battre campagne, pour défendre leur programme, d’une manière ou d’une autre, ils seront soutenus et de manière équitable, ce n’est pas que le parti au pouvoir qui aura le privilège de tous les soutiens et les autres, non. Quand les listes seront définitivement arrêtées, il aura un programme de soutien et d’accompagnement de tous les candidats, au même titre, çà c’est un élément. Deuxième élément, si nous espérons que d’ici les élections les choses vont continuer à avancer, parce que c’est pour cela que nous avons de tout corpus, l’Accord est le document juridique qui va nous permettre d’agir sur beaucoup de choses.

 

Donc sachez que nous sommes conscients des défis que cela pose. Mais nous pensons ne ce n’est pas opportun de faire courir au pays un risque plus grand que ce que nous avons, en créant l’esprit de report et d’aller dans une autre ambition. Vous savez ce que ça veut dire. C’est l’incertitude, vous pouvez bloquer le pays pour de longues années. Ce pays a trop souffert, il faut forcer la marche. Et Koen a raison, nous sommes là pour vous accompagner, c’est à vous de prendre réellement l’initiative qu’il faut et ma foi, la montée en puissance des FACA, c’est quoi ? Si elles se déploient partout, elle va remplir ses responsabilités premières qui lui incombent, y compris la protection de vos frontières qui sont totalement poreuses aujourd’hui.

 

Donc c’est un effort qui peut être long, mais qui est certain et je crois qu’on nous a donné le chiffre de combien d’agents de forces de sécurité et de défense ont été déployés et l’effort continue. Si vous voulez le chiffre on vous les redonne. Donc il y a 1300 éléments et 1045 qui ont été déployés dans 17 lieux en dehors de Bangui, y compris Kaga-Bandoro, Bria, Birao etc. Ils vont aller faire quoi ces gens-là ? Si ce n’est pas pour sécuriser les élections et ne pas permettre que l’insécurité qui régnait par le passé puisse passer, qu’ils démantèlent toutes ces barrières, ces taxes illégales, alors c’est quoi leur mandat si ce n’est pas cela ? Donc il vous appartient aussi de voir dans vos institutions. Si tout le temps vous doutez, c’est normal, à ce moment-là vous dites non la Communauté internationale doit tout faire, mais jusqu’à quand ?

 

Le moment est venu pour prendre votre responsabilité et la force internationale est là pour vous accompagner. Donc il y a un investissement dans les institutions du pays pour les renforcer, pour leur permettre d’occuper le terrain, ma foi vous avez tous les préfets qui sont aujourd’hui sur le terrain et nous avons 66 sur 71 sous-préfets qui sont déjà déployés. Donc nous attendons d’eux un retour légitime. Donc mes chers amis, ça dépend de quelle manière il faut voir, soit le verre est à moitié vide ou moitié plein. Je crois qu’aujourd’hui il faut s’exprimer dans une logique optimiste parce que nous autres africains nous sommes optimistes. Et je pense que le pays est sur la bonne voie, pourvu que ses enfants y croient d’abord, si vous y croyez, si vous vous mettez chacun ne serait-ce qu’un mot gentil vis-à-vis du voisin, si nous éliminons de notre langage ces discours haineux, c’est vraiment ça qui va nous amener à nous assurer que ce que nous faisons, nous le faisons cette fois-ci sur des bases solides. C’est un véritable investissement pour ce pays, pour non seulement se relever, mais être un acteur important dans la vie.

 

Donc c’est un travail de tous les jours, de tous les instants. La manière dont vous saluez votre collègue, pour lui demander une cigarette, de vous prêter un stylo, c’est toute une différence. On peut lui arracher le stylo, ou on peut lui dire « cher ami, cher frère, peux-tu me prêter ? » C’est l’approche. Donc nous voulons surtout croire, nous prenons notre temps à discuter avec vous, êtes le lien essentiel à ce que nous faisons. Nous dépendons de vous, nous acceptons que vous nous critiquiez, et vous nous dites qu’attention la dernière fois on a dit tel ou telle chose, mais c’est avéré, nous acceptons.

 

Mais aussi aidez-nous à conter une chose qui marche, on vous donne les faits, au moins d’en faire le témoignage. Parce que si vous avez un journal, vous ouvrez et vous n’avez que de mauvaises nouvelles, mais les gens sont démoralisés, et ce n’est pas l’objectif d’un journaliste ! Ce n’est pas à moi de vous dire, montrer ce que c’est qu’un métier du journaliste, c’est aussi l’éducation, donc cette responsabilité est très importante. Je vous remercie !

 

Strategic Communication & Public Information Division

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 17:49

 

 

 

L’Union africaine, Les Nations Unies, et l’Union européenne réitèrent leur appui à la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA), unique voie pour le retour à une paix durable en RCA.

 

Du 4 au 7 octobre 2019, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Ambassadeur Smail Chergui, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et le Directeur Général - Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'Union européenne, M. Koen Vervaeke, ont effectué une mission conjointe en République centrafricaine.  Cette mission, qui fait suite à celle d’avril 2019, s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine signé le 6 février 2019. Elle avait ainsi pour but de faire le point sur les progrès accomplis, d’identifier les défis relatifs à la mise en œuvre de l’Accord de paix et d’échanger avec les différents acteurs concernés sur les solutions adéquates pour en accélérer l’exécution.

 

La mission conjointe a été reçue en audience par le Président de la République, Son Excellence le Professeur Faustin Archange Touadéra et le Premier Ministre, Son Excellence M. Firmin Ngrebada. Elle a aussi mené une série d’entretiens avec des membres du Gouvernement, des leaders de partis politiques et de la société civile, ainsi que des représentants des missions diplomatiques et d’organisations régionales et internationales. Elle a eu une séance de travail par vidéoconférence avec l’ensemble des responsables civils et militaires des Bureaux de terrain de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

 

Au terme de cette visite, la mission conjointe salue les efforts déployés par le Président de la République et son Gouvernement, ainsi que par les acteurs qui travaillent pour la mise en œuvre intégrale de l’Accord de paix. Elle se félicite des progrès réalisés dans la restauration de l’autorité de l’État, notamment avec l’installation de tous les Préfets dans les 16 préfectures, de la majorité des sous-préfets, des Comités techniques de sécurité (CTS), des Comités de mise en œuvre préfectoraux (CMOP), ainsi que du déploiement progressif des Forces de défense et de sécurité.

 

La mission conjointe, tout en prenant note des progrès réalisés à ce jour avec une baisse sensible des violences depuis la signature de l’Accord de paix, a exprimé sa préoccupation face aux actes hostiles qui continuent d’être perpétrés dans le pays. Elle a fermement condamné, d’une part, les affrontements entre les groupes armés à Birao et ayant entrainé le déplacement de plus de 15 000 personnes, et, d’autre part, la persistance des violations de l’Accord de paix et des droits de l’homme dans les autres régions du pays, notamment au nord-ouest dans la période récente. 

 

La mission en appelle à toutes les parties prenantes à respecter scrupuleusement leurs engagements pris au titre de l’Accord et exhorte tous les groupes armés à déposer immédiatement les armes, à mettre un terme aux violences visant la population civile, à démanteler les barrières illégales et à privilégier le dialogue et la concertation, ainsi que les mécanismes de règlement de différends prévus dans l’Accord. Elle engage toutes les parties à garantir l’opérationnalisation rapide des mesures de sécurité transitoires, notamment les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) ainsi que le désarmement et la démobilisation des groupes armés. Elle encourage également l’adoption rapide des projets de lois essentielles à la pleine mise en œuvre de l’Accord et à la tenue des prochaines élections.

                                

Elle encourage par ailleurs la population centrafricaine, y compris les parties signataires et non signataires, les acteurs politiques, la société civile et les associations de femmes et de jeunes, à continuer de soutenir la mise en œuvre de l’Accord qui reste l’unique voie pour le retour à une paix durable sur l'ensemble du territoire. Elle réaffirme la détermination de la communauté internationale à s’opposer à toute remise en cause de l’Accord dans lequel le peuple centrafricain a tant investi et qui répond à ses aspirations en matière de paix, de sécurité, de justice, et de réconciliation nationale. Elle rappelle que toute entrave a la mise de l’Accord expose ses auteurs à des sanctions.

 

La mission en appelle à l’ensemble de la communauté internationale à continuer à apporter une réponse urgente et appropriée aux besoins humanitaires et de développement, essentiels pour permettre à la population de bénéficier des dividendes de la paix qui commencent à se concrétiser sur le terrain.

                      

La mission conjointe se félicite de l’accompagnement continu de l’Union africaine, de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), garants de l’Accord de paix, des pays de la sous-région, ainsi que celui de la MINUSCA, de l’Union européenne, et des autres partenaires internationaux, qui revêt une grande importance dans la stabilisation et le relèvement de la République centrafricaine et les invite à poursuivre leurs efforts concertés afin d’accroitre leur appui à la mise en œuvre des dispositions de l’Accord de paix.

 

La mission conjointe réaffirme que le processus électoral constitue une étape indispensable et prioritaire pour la consolidation des acquis démocratiques et la stabilité du pays. Elle exhorte donc les acteurs centrafricains au respect des prochaines échéances électorales de 2020/2021, dans les délais constitutionnels, et s’assurer que celles-ci soient libres, transparentes et pacifiques. Elle appelle la communauté internationale à appuyer ce processus électoral à travers la mobilisation des fonds nécessaires à son bon déroulement.

 

La mission conjointe réitère sa volonté de continuer à soutenir les efforts de l’ensemble des institutions centrafricaines et de la population dans la mise en œuvre de l’Accord de paix, la bonne conduite des élections à venir et la stabilisation de la République centrafricaine.

 

La mission conjointe remercie le Gouvernement et le peuple centrafricains pour l’accueil chaleureux et se réjouit de la disponibilité de tous les acteurs tout au long de son séjour.

 

Fait à Bangui, le 6 octobre 2019

 

 

Strategic Communication & Public Information Division

MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic

Mail : publicinformation-minusca@un.org

Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions

Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR

Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 17:33

 

 

DROIT DE REPONSE DE TELECEL CENTRAFRIQUE

 

En référence au contentieux judiciaire qui oppose la Société TELECEL CENTRAFRIQUE à la Société PCCW GLOBAL LIMITED, des commentaires alarmistes ont paru ces derniers jours dans les médias faisant état de menaces de saisie immobilière voire de fermeture définitive concernant TELECEL CENTRAFRIQUE. 

 La Direction Générale de TELECEL CENTRAFRIQUE estime être de son devoir de rétablir la vérité des faits.

 La Société TELECEL CENTRAFRIQUE tient à rassurer sa fidèle Clientèle, ses Partenaires et la Population qu’elle n’est pas du tout menacée d’une quelconque fermeture définitive.

 La vente de ses actions mise en œuvre par l’Etude d’un Huissier de Justice dont il est prétendument question, constitue une procédure abusive, vexatoire et illégale.

 Aussi, la Société TELECEL CENTRAFRIQUE est - elle décidée à engager toutes actions judiciaires appropriées à l’encontre des auteurs et complices de cette initiative de vente inique en vue de défendre ses droits et de sauvegarder ses intérêts.

 En tout état de cause, TELECEL CENTRAFRIQUE est et demeure une Société citoyenne qui a toujours œuvré, en toutes circonstances, dans l’intérêt du Peuple centrafricain, et entend poursuivre dans cette direction. Les actions malveillantes dont elle est victime dernièrement ne sauraient en aucun cas constituer un obstacle à son développement harmonieux ni à ses actions citoyennes.

Fait à Bangui le 07 octobre

 

La  Direction Générale

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 16:15
Centrafrique, le désastre écologique des mines d’or chinoises
Centrafrique, le désastre écologique des mines d’or chinoises
Centrafrique, le désastre écologique des mines d’or chinoises
Centrafrique, le désastre écologique des mines d’or chinoises
Centrafrique, le désastre écologique des mines d’or chinoises

 

Lu pour vous

 

Aurelio Gazzera, le Bozoumgate et la Chine en Afrique centrale: l'interview

 

Notre entretien avec Aurelio Gazzera

 

https://www.arefinternational.org  02 OCTOBRE 2019


Aref International Onlus a documenté il y a quelques jours "un désastre écologique" par des entreprises chinoises en Afrique centrale. Le protagoniste de l'histoire était Aurelio Gazzera , un missionnaire carmélite de Bozoum , qui a toujours signalé les dommages causés à l'écosystème local. On ne l'a jamais cru, jusqu'à ce que "le laboratoire Lavoisier de Bangui, soutenu par l' Unesco , ait en fait analysé les échantillons d'eau prélevés en juin dans la rivière (Ouham, ed), traçant une concentration de  mercure de quatre à 26 fois plus élevée. la limite admissible ".

 

Pour éclaircir la question, nous avons contacté le directeur intéressé, Aurelio Gazzera .

 

Bonjour Aurelio Gazzera et bienvenue à Aref. Avant de commencer, nous sommes curieux de savoir pourquoi vous êtes en Afrique.

"Je suis missionnaire en Afrique centrale depuis 1992. L’Afrique et la mission ont toujours fait partie de mes rêves, depuis que je suis enfant. En 1982, j'étais déjà un frère carmélite et j'avais terminé mes études secondaires: j'ai eu la chance de venir ici à Bozoum , en Afrique centrale, pour une année de stage. Ce fut une expérience très forte et très belle. Même s'il n'y avait pas de téléphone, si le courrier arrivait après 2-3 mois, c'était un moment important de ma vie. Après le stage, je suis retourné en Italie pour y étudier et en 1989, je suis devenu prêtre. Et après trois ans, en 1992, j'ai finalement pu retourner en Afrique centrale ".

Il y a quelque temps, sur notre site, nous avons documenté un épisode survenu en Afrique centrale qui vous concerne de près, Aurelio Gazzera. Pouvez-vous expliquer brièvement ce qui s'est passé?

«Pendant plusieurs mois, j'avais remarqué la présence d' entreprises chinoises à Bozoum . Je savais qu'ils extrayaient de l'or , mais ce n'est que lorsque les villageois m'ont dit qu'il y avait des problèmes que j'ai étudié le problème. Et j'ai remarqué que les compagnies chinoises étaient en train de semer le trouble : la rivière Ouham s'est déviée, le fond dragué et tamisé avec une énorme machinerie, l'eau polluée. J'ai commencé à signaler le problème et à publier des photos et des vidéos des sites. Le 27 avril, alors que je filmais l'un des sites, j'ai été arrêté par l'armée qui assure la sécurité des Chinois.

Quand ils m'ont emmené en ville (dans ma voiture, conduite par l'armée), la réaction populaire a été très forte: des centaines de personnes sont arrivées à la caserne et le procureur général m'a autorisé à partir. Cela a déclenché de vives réactions dans le pays et dans le monde. Quelques jours plus tard, le Premier ministre m'a accusé devant le Parlement d'être moi-même un passeur d'or. La réaction du Parlement a été forte.

Beaucoup me connaissent, ils connaissent le travail que nous faisons ici à Bozoum pour l'éducation (nous avons plus de 5 000 enfants dans nos écoles), l'agriculture, la santé, la médiation en temps de guerre et l'accueil de milliers de réfugiés pendant le conflit. de 2013-14. Le résultat a été une commission d'enquête parlementaire, qui a mis en lumière le désastre environnemental, écologique et économique. Et quelques jours plus tard, les analyses ont été révélées, révélant la forte présence de mercure dans l’eau des rivières ".

D'après Tempi.it, nous comprenons que la Chine extrait de l'or dans la nation africaine. Est-ce le seul projet actif ou y en a-t-il d'autres qui limitent l'équilibre de l'écosystème local? Sommes-nous confrontés à des œuvres intégrées à la récente New Silk Road?

"La Chine fait de l’or l’un des minéraux les plus recherchés. Depuis quelques années, il est devenu le premier consommateur. En Afrique centrale, il existe au moins une douzaine de sites d'extraction (Bossangoa, Yoaloke, Garga, Gallo, Bossembele, Nola, Sosso Nakombo, etc.). Il y a beaucoup d'opacité à obtenir des permis (sur les 19 chantiers navals de Bozoum, seuls 3 seraient "régulièrement" enregistrés), et les autorités locales sont simplement "achetées", sans scrupule et sans souci du bien commun. Mais le système remonte au plus haut niveau.

Il y a aussi un jeu géopolitique en cours, auquel la Russie et la Chine se font face (suivi et en concurrence avec la France, le Tchad et d'autres pays de la région). La Chine promet des financements et des cadeaux, tandis que de l’autre, elle soustrait les ressources naturelles avec beaucoup de scrupules. "

Depuis plusieurs mois, vous vous battez pour lutter contre les catastrophes environnementales auxquelles vous êtes témoin. Selon vous, la communauté internationale est-elle intéressée par le sujet interne ou s'agit-il d'un sujet laissé dans l'oubli?

"C’est un sujet très sensible qui intéresse beaucoup l’opinion publique. Sur Bozoum, de nombreux médias internationaux ont beaucoup attiré l'attention (RFI, France24, Le Monde, BBC, RAI, Osservatore Romano, Radio Vatican). Cela a beaucoup aidé et le cas de Bozoum, dans les médias nationaux, est devenu la "Bozoumgate" , ce qui a amené le Parlement à mettre en place une commission d'enquête, ce qui bouleverse les hautes autorités de l'État. Même Amnesty International prend soin très au sérieux ".

Ces catastrophes environnementales seront également négatives pour les humains. Au sein de la nation, comment le thème est-il perçu? Est-ce discuté? Y a-t-il un travail de sensibilisation?

"L’affaire Bozoum a touché les nerfs d’un système politique très corrompu. D'un côté, il y a le «système» (président, ministres, autorités locales) qui fait tout pour empêcher un débat, accusant quiconque parle d'être dans l' opposition et évitant de prendre au sérieux les plaintes et les rapports. .

Cela se répercute alors localement avec de très graves conséquences: personne, malgré les informations dénonçant la présence de mercure dans l’eau, n’a osé sensibiliser ou prendre des mesures. Les médias nationaux (notamment les sites Internet) ont beaucoup parlé de 'Bozoumgate', et j'espère que quelque chose bougera tôt ou tard ".

Face à l'extraction de l'or, les Chinois avaient promis des infrastructures pour la population locale. Quelle est la situation aujourd'hui, Aurelio Gazzera?

"Ils ont promis, mais pour l'instant il n'y a pas grand chose. Pour les réalisations locales, ils ont alloué 35 000 euros (ce qui représente environ le coût d'une journée de travail pour les entreprises chinoises), qui devraient être destinés à la construction d'une école et de 2 dispensaires. Curieusement, l'école et les dispensaires ne sont pas encore là, mais une grande tribune a été construite pour permettre aux autorités d'assister au défilé du 1er décembre, fête nationale. "

Plus généralement, quelle est la situation politique et sociale en République centrafricaine? Connaissez-vous les accords commerciaux que l'Etat a conclus avec la Chine?

"L'Afrique centrale cherche désespérément des accords avec divers gouvernements. La Chine est connue pour n'avoir aucun scrupule à rechercher des matières premières. À une époque plus lointaine, la Chine avait un rôle plus actif dans le développement (les rizières de Bozoum avaient été créées par elles dans les années soixante-dix). Au lieu de cela, l'attention semble se concentrer exclusivement sur l'entreprise. Avec les autorités politiques locales, souvent corrompues, le jeu est facile ".

Comment pensez-vous que finira l'histoire qui vous considère comme le protagoniste, Aurelio Gazzera?

"Je ne sais pas. J'espère que quelque chose va changer quand même. Beaucoup d'informations ne sont plus transmises par les médias officiels (qui sont peu nombreux et souvent liés au gouvernement en Afrique centrale), mais par les médias sociaux (Facebook, Twitter) et il est donc difficile de tout étouffer. J'espère que, du moins dans le cas de Bozoum (19 mètres d'extraction, desquels sont extraits des kilos d'or chaque mois), nous pourrons arriver à une suspension des travaux et au départ des sociétés chinoises. J'espère trop? Probablement oui. Mais déjà le fait que si on en parle partout, c'est une petite victoire, qui, à l'avenir, pourra créer une mentalité différente ».

 

Propos recueillis par Angelo Andrea Vegliante

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 13:00
Le ministre Lamido ISSA BI AMADOU pointe du doigt le criminel et seigneur de guerre des 3R SIDDIKI SOULEYMANE BI SIDDI

 

 

BANGUI LE 04 0CTOBRE 2019

 

A

 

Monsieur SIDDIKI SOULEYMANE BI SIDDI, PRESIDENT du mouvement 3R.

DEGAULLE

 

SOUS-PREFECTURE DE KOUI.

 

 

 

Objet : Dénonciation des violations graves de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA) signé le 06 Février 2019 à BANGUI par le Mouvement 3R.

 

 

Monsieur le Président du Mouvement 3R,

 

Le 06 Février 2019, le Monde entier et le Peuple Centrafricaine ont été témoins de votre présence au palais de la Renaissance, très haut lieu et symbole du pouvoir exécutif de la République juste après votre retour de Khartoum pour apposer votre signature sur les pages de l’Accord historique de paix cité en objet. Je veux citer l’APPR-RCA.

 

Je rappelle qu’à l’occasion de toutes vos interventions pour justifier la création du mouvement 3R, vous avez toujours répéter que l’objectif du mouvement ne vise pas la conquête du pouvoir par les armes, mais plutôt c’est pour protéger les éleveurs Peulhs et leurs bétails gravement menacés par certains groupes armés qui les prenaient comme cibles. Ce discours nous avait rassurés et convaincus. Nous avions cru en vous.

 

Nous avons cru en vous le 15 DECEMBRE 2017, lorsque vous avez accepté de faire la paix avec nos frères NDALES Responsables des groupes Antibalaka de Bouar car cela a permis le retour de la paix, la libre circulation facilitée par la lever des toutes les barrières dans la zone occupée par 3R.

 

Nous avions cru en vous quand vous avez engagé le mouvement 3R dans le projet pilote pré-DDR qui a permis à nos vaillants éléments à subir une formation militaire au sein de la République et d’intégrer les forces armées Centrafricaines (FACA) ;

Nous avons cru en votre sincérité et votre bonne foi quand vous avez accepté de venir personnellement au Palais de la Renaissance apposer votre signature sur l’Accord de paix le 06 Février 2019.

 

Nous avons encore cru en vous quand étiez venu à Bouar à l’occasion de la cérémonie d’installation du Comité de mise oeuvre préfectoral (CMOP) parrainée par Son Excellence Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat ; a cette occasion vous avez pris des engagements formels devant le Chef de l’Etat pour le respect de vos engagements en faveur de la paix et du processus DDRR.

 

Mais aujourd’hui le peuple centrafricain en général et les éleveurs peulhs en particulier ont des doutes et des regrets.

 

Nous nous doutons de votre sincérité et de votre bonne foi à respecter vos engagements contenus dans l’ACCORD de paix que vous avez signé en notre nom ;

 

Nous avons des regrets de constater votre changement d’attitude et votre comportement qui se caractérisent par des actes de violations graves des dispositions de l’APPR-RCA.

Nous avons le regret de constater que vous nous avez menti ; vous n’êtes pas le protecteur de la communauté peulh comme vous prétendiez être.

 

Nous avons le regret de constater que vous vous cachez derrière des prétexte de vols des bétails des peulhs pour commettre des crimes de masse sur les paisibles populations avec lesquelles nous avons vécu depuis 1920 soit depuis exactement 99 ans dans l’harmonie et la parfaite cohésion sociale.

 

Vos actes exposent gravement toute la communauté peulh qui est aujourd’hui très mal perçue et rejetée par les compatriotes centrafricains.

Vous détruisez ainsi gravement les fondamentaux de la société Centrafricaine à savoir l’Unité et la Dignité du peuple.

 

Nous avons le regret de constater que ce sont nos bétails qui vous intéressent et non notre protection car vous vous considérez comme le propriétaire de tous les boeufs présents dans la zone que vous contrôlez. C’est justement cette raison qui vous pousse à chercher à étendre davantage votre présence par la conquête des nouveaux espaces.

 

Nous avons le regret de constater que chaque deux ou trois mois vous prélever de force les boeufs des éleveurs peulhs que vous prétendez pourtant protéger ; vous êtes aujourd’hui perçu comme le véritable danger pour le Développement de l’Elevage bovin dans la région et pour la vie même des éleveurs peulhs et des agriculteurs car ces prélèvements abusifs inversent la dynamique de croissance naturelle des cheptels bovins et de la population.

 

Nous avons le regret de constater que vous vous opposer désormais au programme DDRR et à l’opérationnalisation des Unités Spéciales Mixte de Sécurité prévus par l’APPR-RCA pour justement pérenniser vos propres intérêts égoïstes.

 

Nous avons le regret de constater que vous ne respectez plus les chefferies traditionnels, les chefs traditionnels et les autorités locales que vous n’hésitez pas d’humilier publiquement par des traitements inhumains et dégradants ; l’exemple le plus récent date du Mercredi 03 octobre 2019 à YELEWA ou vous avez ordonnez personnellement que les jeunes et les notables du Village soient tabassés en votre présence. Cet acte est inacceptable et criminels au regard de nos moeurs et nos lois.

 

En raison de tous ces comportements, nous vous informons de ce qui suit :

 

1. qu’une plainte sera déposée contre vous auprès des juridictions nationales et internationales pour que vous répondiez des vos actes.

 

2. Nous saisirons les garants et les facilitateurs de l’APPR-RCA pour que les mécanismes de sanctions prévus par cet accord en son article 35 soient clarifiés et appliqués sans délais sur vous ;

 

3. Nous lançons un appel patriotique aux jeunes peulhs mbororo, fils d’éleveurs centrafricains, aux officiers de 3R et à Monsieur SIDDIKI SOULEYMANE BI SIDDI de quitter immédiatement le mouvement 3R avec ou sans leurs armes pour se mettre à la disposition de la République dans le cadre du Programme DDR afin de bénéficier des avantages liés à ce programme ; notamment l’intégration dans les corps en uniforme ( FACA, GENDARMERIE, POLICE, DOUANE, EAU-FORET) et la réintégration socio-économique avec les activités génératrices des revenus de leurs choix (commerces, élevage, agriculture etc.).

 

4. Nous lançons un appel patriotique à Monsieur Siddiki afin de prononcer sans délais la dissolution du Mouvement 3R conformément aux engagements pris par lui-même à Khartoum, à Addis-Abeba et à Bangui et de se mettre à la disposition de la justice de la République Centrafricaine.

 

5. Nous demandons au Gouvernement d’accélérer la mise en place des USMS pour garantir notre sécurité et la sécurité de nos biens conformément aux recommandations de la réunion du Comité Exécutif de Suivi de l’APPR-RCA tenue le 27 Septembre 2019 à BANGUI.

 

6. Nous encourageons la Minusca de poursuivre ses efforts de sécurisation des populations dans la Zone de Défense Nord-Ouest pour réduire les capacités de nuisance des Groupes armés actifs dans cette zone.

 

7. Nous demandons à la Communauté internationale, à l’Union Africaine, à la CEEAC et aux pays amis de la République Centrafricaine de ne plus considérer le mouvement 3R comme le protecteur de la Communauté Peulh de Centrafrique et d’appuyer efficacement le redéploiement rapide des FACA et des FSI dans les communes d’Elevage de l’Ouest pour assurer la sécurité des éleveurs et de leurs bétails ainsi que les agriculteurs et les commerçants afin de matérialiser véritablement la restauration de l’Autorité de l’Etat dans cette zone en attendant l’installation des USMS .

 

Tel est l’objet de la présente note. Je vous remercie.

 

Lamido ISSA BI AMADOU

 

Chef Traditionnel du Premier Degré, Président du Conseil National des Chef Traditionnels Peulhs de Centrafrique ; Ancien Maire de la Commune d’Elevage de Niem Yelewa ; Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Administration du Territoire, Charge du Développement Local.

 

BANGUI, REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

 

Copie :

1. Président de la République Chef de l’Etat ;

2. Assemblée Nationale ;

3. Premier Ministre Chef du Gouvernement co-président du CES ;

4. Les Garants

5. Les facilitateurs

6. Tous les officiers de 3R ;

7. Minusca

8. Ambassade France ;

9. Ambassade Etats-Unis

10. Pays amis de la RCA

11. Tous les Chefs Traditionnels Peulhs ;

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 12:46
  Livre : « Catherine Samba Panza et l’expérience du pouvoir transitionnel » vient de paraitre.

 

Lu pour vous

 

par Arsène-Jonathan MOSSEAVO - 4 Octobre 2019 modifié le 4 Octobre 2019 - 15:25

 

Ce livre est écrit selon l’auteur, pour que la transition dirigée par Catherine Samba-Panza en Centrafrique ne s'oublie pas. Dans l'histoire politique du pays, une femme a été déjà Premier Ministre mais ce fait historique s'est presque effacé dans la mémoire des Centrafricains. Ce livre hautement symbolique rend hommage au courage d'une femme qui a accepté de diriger la Centrafrique à un moment critique de son histoire politique. « J'ai été entièrement inspiré par les discours de Catherine Samba-Panza et les analyses des Éditorialistes sur la République Centrafricaine. J’espère bien que ce livre pourrait contribuer à parler autrement de la République Centrafricaine et de comprendre ce qui se passe dans ce pays », renchéri Joël Bandiba.

Le livre parle de la transition de 2014 à 2016- l’auteur a illustré la page 3 du livre par une citation de Catherine Samba Panza : « les hommes n’ont pas pu régler les problèmes du pays, il est temps que les femmes se positionnent davantage ».

C’est un message fort et un acte de bravoure et de courage de Catherine Samba Panza qui a accepté de diriger la transition suite à sa brillante élection le 20 janvier 2014 au palais de l’assemblée nationale parmi les 7 autres candidats qui n’étaient que des hommes, dont son challenger qu’elle a battu au 2ème tour, Désiré Nzanga Kolingba avec 75 voix contre 53 - Jean Barkès Gombe Kette, Maxime Mbringa Takama pour ne citer que ceux là.

Catherine Samba Panza née SOUGA est née au Tchad, le 26 juin 1954 à Fort Lamy devenue aujourd’hui Ndjamena, capitale du Tchad. Son père Barthelemy DJOU est de nationalité camerounaise, et sa mère, Henriette OUALOUMA, centrafricaine. De confession chrétienne, elle parle français et arabe. Elle est mariée à Cyriaque Samba Panza, un homme politique centrafricain, cadre du Parti Social Démocrate (PSD) d’Enoch Derant Lakoué. Son époux, Cyriaque Samba Panza, a été plusieurs fois ministre, notamment sous les présidences d’André Kolingba et de François Bozizé.
Elle est mère de trois enfants : Stéphane, Christelle, Jimmy SAPPOT.

Catherine Samba Panza est une journaliste - titulaire d’une licence en science de l’information et de la communication, d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en droit des assurances obtenu à l’université Panthéons-Assas en France. De retour dans son pays en 1984, elle a embrassé une carrière dans l’assurance dans une des filières du groupe Allianz –elle a crée sa propre structure de courtage en assurance dénommé « Grand Savoy ».

Catherine Samba Panza a été Maire de Bangui du 14 juin 2013 au 23 janvier 2014 et présidente de la transition de 23 janvier 2014 au 30 mars 2016. Elle milite au sein de l'Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC), association spécialisée dans la lutte contre les mutilations génitales et toutes les autres formes de violence que subissent les femmes centrafricaines. Elle est également formatrice en droits humains au sein du programme Afrique d'Amnesty International, ce qui l'amène à rencontrer de nombreuses organisations non gouvernementales dans la région des Grands Lacs.

Le livre de Joël Bandiba vient compléter le parcours politique de Catherine Samba Panza pendant les deux années de transition qu’elle a dirigé et les différents programmes qu’elle a exécuté.

L’élection de Catherine Samba Panza à la présidence de transition est une première dans l’histoire politique de la RCA qui a été toujours dirigée par des hommes. Sa principale mission a été de pacifier le pays et d’organiser les élections dans un bref délai. Mais très vite, Catherine Samba Panza qui avait annoncé que « les hommes n’ont pas pu régler les problèmes du pays, il est temps que les femmes se positionnent davantage », s’est rendue compte que la tache n’était pas en réalité aisée. Elle est contrainte de diriger la RCA entièrement dépourvue de ressources financières et d’armée nationale. Mais la mission la plus difficile pour Catherine Samba Panza a été, celle de tenir tête à des groupes armés qui avaient leurs propres agendas en Centrafrique.

Joël Bandiba est né le 22 juillet 1972 à Bangui. Il est titulaire d’une maitrise en droit. Il a été journaliste de 2006 à 2015 à radio Ndeke Luka – d’abord reporter – présentateur de la revue de presse, ensuite il a rejoint le service de comptabilité de la Radio Ndeke Luka. Il vit actuellement en France où il travaille.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 12:37
NOTE D’INFORMATION MINUSCA
NOTE D’INFORMATION MINUSCA

 

 

ARRIVÉE À BANGUI DE LA MISSION CONJOINTE DE HAUT NIVEAU

UNION AFRICAINE, NATIONS UNIES ET UNION EUROPEENNE

 

Bangui, le 4 octobre 2019 – La mission conjointe UA-UN-UE composée du Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine (UA), l’Ambassadeur Smail Chergui, du Secrétaire général adjoint des Nations unies pour les opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et du Directeur Général-Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'Union européenne, M. Koen Vervaeke, est arrivée ce vendredi à Bangui.

 

Cette visite conjointe, qui fait suite à celle effectuée en avril 2019, s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, et d’échanges avec différents acteurs, afin de continuer à mobiliser davantage de soutien tant sur le plan national que de la communauté internationale.

 

« Nous sommes de retour cette fois-ci pour faire le point sur la mise en œuvre de l’Accord de paix et voir quels sont les défis que nous devons relever conjointement avec les autorités du pays. C’est une visite de suivi de nos précédentes visites », a déclaré à l’arrivée de la délégation, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, l’Ambassadeur Smail Chergui. « Nous sommes venus unis. Les trois organisations sont engagées ensemble pour faire aboutir cet Accord et s’assurer que toutes les parties remplissent ce qui est attendu d’elles », a-t-il poursuivi.

 

Au cours de son séjour, la mission aura plusieurs entretiens, notamment avec le Chef de l’État, le Premier ministre et des membres du Gouvernement, des représentants des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale et de la Société civile, ainsi que des représentants de Missions diplomatiques et d’organisations internationales.

 

Le programme de visite prévoit également une visite de terrain, notamment à Birao, dans le Nord-est du pays où la délégation rencontrera des autorités locales et les victimes des récents affrontements.

 

 

PS : En pièce jointe, verbatim de la déclaration à l’arrivée de la mission.

 

Strategic Communication & Public Information Division

MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic

Mail : publicinformation-minusca@un.org

Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions

Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR

Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

NOTE D’INFORMATION MINUSCA
NOTE D’INFORMATION MINUSCA
NOTE D’INFORMATION MINUSCA
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 12:35
Abou-Bakr Mashimango, partisan de la lutte armée et enseignant à Bangui

 

Lu pour vous 

 

By La rédaction de Mondafrique - 5 octobre 2019

 

La Centrafrique est devenue ce pays étrange où la frontière est ténue entre les groupes armés, la vie universitaire et l’engagemetn humanitaire, comme le montre le parcours acrobatique de Abou-Bakr Mashimango

Abou-Bakr Mashimango est un citoyen rwandais qui a poursuivi ses études universitaires en France jusqu’au diplôme de docteur l’Université Lyon III après avoir soutenu une thèse en 2010 sur le thème suivant, « Transnationalisme éthique états et conflits armés. » Il est l’auteur de trois livres paru ensuite aux éditions l’Harmattan: La dimension sacrificielle de la guerre (2012), Les conflits armés africains dans le système international (2013), Violences et conflits en Afrique des Grands lacs (2015).

 

De l’humanitaire aux groupes armés

 

Mashimango a commencé à travailler en Centrafrique en Octobre 2014 pour une mission d’un an à la Croix-Rouge Française à Bangui, puis  au sein de l’ONG INSO pendant six mois depuis Bambari. Il devient ensuite chef de mission pour l’ONG Triangle Génération Humanitaire (TGH) fonctions qu’il occupera pendant trois ans de mars 2016 à mars 2019.

Alors qu’il est employé par cette ONG Triangle, il collabore discrètement avec le groupe armé Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC). Dénoncé pour ses accointances avec des membres de ce groupe armé, Mashimango est confronté par sa hiérarchie à laquelle il se confesse indiquant qu’il a outrepassé son rôle parce qu’il s’est senti culturellement proche de la lutte que mène la Seleka en Centrafrique.

Les observateurs de la vie politique Centrafricaine avaient d’ailleurs le style soutenu des communiqués du FPRC dès l’été 2018… Mashimango est alors discrètement licencié par l’ONG Triangle qui tente d’étouffer cette embarrassante affaire qui pourrait potentiellement impacter le financement des activités de cette ONG en RCA. Mashimango rentre ensuite quelques semaines en France puis il réapparait à Bangui en mai 2019, prenant une villa en location à Miskine et achetant un véhicule pour ses déplacements. Il indique alors à ses interlocuteurs à Bangui être là pour ses activités commerciales personnelles et le développement d’activité de sa société de conseil « M&M consulting Team. »

Dans la foulée, le 24 mai 2019, un communiqué du FPRC annonce sa nomination comme « conseiller spécial à la Présidence du FPRC chargé des relations avec les institutions nationales et internationales » pour représenter Nourredine Adam à Bangui. Il est aujourd’hui surprenant de noter que celui qui représente officiellement le groupe armé FPRC continue aujourd’hui tranquillement d’enseigner chaque semaine aux élèves du Master 2 « gestion, règlement et prévention des conflits » à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Bangui.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 12:34
Centrafrique : le gouvernement veut refondre le secteur du diamant

 

Lu pour vous

 

(Agence Ecofin) 05 octobre 2019 - Le gouvernement centrafricain a annoncé une « refonte complète » de son secteur des diamants alluviaux. Un décret présidentiel signé le 30 septembre dernier a mis en place un processus permettant aux maisons d’achats existantes de formaliser leurs activités.

Selon les détails énoncés, chaque maison d’achat de diamant doit exporter au moins 3 millions de dollars de pierres par trimestre. Les entités ne respectant pas ce minimum perdront leurs licences. Après la période d’essai (qui se termine le 31 décembre 2019), les maisons qui auront respecté toutes les conditions concluront des contrats avec le gouvernement.

Cette nouvelle réforme intervient alors que le marché international est toujours « prudent » à l’égard des diamants extraits en Centrafrique. L’objectif de l’Etat est de mettre des protocoles de diligence raisonnable de traçabilité pour permettre une transparence totale afin d’ôter de l’esprit collectif le terme de « diamant de sang » associé aux pierres précieuses du pays. La réforme sera soutenue par un renforcement de la police minière et des structures locales du Processus de Kimberley.

Si en 2012, la production totale de diamants de la République centrafricaine était d’environ 62 millions $, elle a chuté pour n’être que de 2,3 millions $ en 2018. En 2017, après une levée partielle de l’embargo qui frappait les exportations du pays, les choses se sont bien passées pendant un certain temps avec 113 000 carats expédiés. Toutefois en 2018, la production est retombée à 12 000 carats, soit à peine 3 % du volume de 2012.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com