Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 13:05

 

 

Par RFI  10-03-2016 Modifié le 10-03-2016 à 09:22

 

Dans trois semaines, Faustin-Archange Touadéra prêtera serment et deviendra le nouveau président de la République centrafricaine. En attendant, ses alliés préparent le début du mandat : un secrétariat politique a été constitué. Composé de sept commissions thématiques, il se donne une semaine pour faire des propositions sur les priorités du futur gouvernement.

 

Pour le président de ces commissions, l’objectif est clair : il s’agit « d’apporter au président Touadéra un certain nombre de réflexions sur les thématiques les plus importantes concernant les priorités sur lesquelles le président doit faire démarrer les activités de son gouvernement ».

 

Jean Willybiro Sako a particulièrement évoqué « les questions de réconciliation, de DDR [désarmement-démobilisation-réinsertion], de restauration de l’autorité de l’Etat, de santé, éducation, relance de l’économie nationale, les questions de diplomatie et les questions liées à la Constitution de la majorité parlementaire ».

 

« Il s’agit d’un travail vraiment volontaire de toutes les personnalités pour que le président Touadéra dispose des éléments qui lui permettront dans les cent premiers jours de pouvoir répondre aux nombreuses attentes des Centrafricains », a expliqué l’ancien ministre d’Etat.

 

Pour Jean Willybiro Sako, ce programme mérite « d’être enrichi et présenté sous des formes » qui puissent être « exploitées immédiatement » par l’équipe gouvernementale à mettre en place.

 

RCA: création d’un secrétariat pour faire des propositions au gouvernement
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 10:07

 

AU DELA DES PAGNES et DE LA FETE : LA PROBLEMATIQUE DES FEMMES EN CENTRAFRIQUE

 

CONVOCATION DE PRESSE

 

Journée de réflexion organisée par Oxfam pour dénoncer la violence sur les femmes et les filles

 

Chaque jour il y a 200 cas de violences sexuelles et du genre en Centrafrique.  L´absence des mécanismes de protection effectifs a rendu la situation des femmes et des filles insupportable. Quelle est la réalité ? Qu´est-ce que les femmes pensent ? Quelles sont les solutions ? 

 

La violence sur les femmes en Centrafrique est arrivée à des niveaux agaçants : 60.000 cas de violence basée sur le genre entre janvier et octobre 2015 c'est-à-dire en dix mois, selon une étude d´un groupe d´agences dirigé par le Fond de Population de l´ONU.  Depuis 2013, les affrontements ont renvoyé au second plan les violences chroniques contre femmes et filles,  comme le mariage précoce ou l´excision. Au même moment, le conflit a suscité des nouveaux types de violences : le viol comme arme de guerre, les attaques pendant les déplacements pour s´approvisionner en eau ou en vivres, la perte de sécurité suite à la perte des logements, terres et biens, etc.

La précarité des mécanismes de protection liée à l´absence de forces de sécurité et de justice rend la situation encore plus atroce pour des milliers des femmes et filles qui ont le droit à une vie en paix et sécurité.

 

À l´occasion de la Journée International de la Femme, Oxfam organise une activité dédiée à l´analyse et la revendication à Bangui et à Bimbo. On parlera de la situation légale, sociale, politique et judiciaire à l´égard des violences contre les femmes. On écoutera les témoignages des femmes et les membres des comités de protection et des associations des femmes joueront des sketchs de dénonciation.

 

8 mars, 9 heures : Croix Rouge Centrafricaine, à coté de la Mosquée Central, Pk5, 3me  arrondissement

 

10 mars, 9 :30 heures : Chapelle S. Jeanne D´Arc, Guitangola 5, Commune de Bimbo 2

 

Pour plus d´informations et interviews : María J. Agejas, Média Officer medocf@oxfamintermon.org, 72 85 09 55

 

 

María José Agejas| Media Officer OXFAM |Quartier SICA II, Nº667, Derrière Fédération de Scoutisme | Bangui, République Centrafricaine (CAR), Phone: (+236) 72 85 09 55 email: medocf@oxfamintermon.org, webmail: www.oxfam.org

Journée de réflexion organisée par Oxfam pour dénoncer la violence sur les femmes et les filles
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 10:01

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, le 9 mars 2016 – La situation sécuritaire qui prévaut ces derniers jours à Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka, a été l’un des temps forts de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ce 9 mars 2016. Tout en exprimant les condoléances de la MINUSCA aux proches des victimes, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, a précisé que la MINUSCA a répondu immédiatement à la flambée de violence conformément à son mandat de protection des civils. La réponse rapide de la Force a notamment empêché une attaque des anti-Balakas contre le camp de réfugiés soudanais au Pladama-Ouaka. Le bataillon mauritanien est déployé autour du camp pour en assurer la protection. La Force de la MINUSCA mène des patrouilles à Bambari et dans les environs et surveille la situation grâce aux Casques bleus mauritaniens et gabonais sur place.

 

Parmi les solutions envisagées, la MINUSCA entend déployer sa police dans les camps de déplacés pour résoudre la question de la circulation des munitions et des armes dans ces lieux. A ce sujet, Monteiro a signalé que des rapports indiquent que des armes et des munitions y circulent, « ce qui constitue un risque majeur pour les civils ». Cette question sera traitée en coordination avec les groupes humanitaires. Dans le même temps, le bureau régional de la MINUSCA à Bambari est en rapport avec les groupes armés pour s’assurer qu'ils respectent le pacte de non-agression et d’autres accords signés.

 

Selon le porte-parole, la posture musclée de la MINUSCA vise à dissuader les groupes armés de mener des attaques contre la population civile, conformément à son mandat.

 

Lors de la conférence de presse, le porte-parole est également revenu sur la publication du Rapport du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé en République centrafricaine. Rendu public le 4 mars 2016, le troisième rapport de ce genre couvre la période allant de janvier 2011 à décembre 2015. Il porte essentiellement sur six catégories de violations graves commises sur des enfants et fournit des informations sur les auteurs de ces crimes ainsi que le contexte dans lequel ils ont été commis. Des recommandations visant à faire cesser et à prévenir les graves atteintes commises ont été formulées à l’endroit des parties au conflit, des autorités centrafricaines ainsi que des pays membres et donateurs.

 

Sur la genèse de ce rapport périodique, l’Administrateur chargé de la protection de l’enfance de la MINUSCA, Charles Fomunyam, a rappelé que la communauté internationale à travers le Conseil du Sécurité des Nations Unies a depuis 1997, mis en place une politique pour la protection des enfants affectés par ces conflits. A ce jour, cette politique a été à l’origine de l’adoption de 13 résolutions sur les enfants et les conflits armés dans le but de les proteger contre ceux-ci. L’une de ces résolutions, la 1379 (2001) demande au Secrétaire General de présenter un rapport chaque année sur les sorts des enfants qui vivent dans les zones à conflits.

 

Concernant les préparatifs du second tour des élections législatives, Monteiro a annoncé l’élaboration d’une matrice de préparation afin de proposer des actions correctives et déterminer ainsi les responsabilités des structures responsables de sa mise en œuvre. Ce travail est le fruit d’une retraite interne des Commissaires de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) tenue les 2 et 3 mars 2016.

 

Sur la promotion et la protection des droits de l’homme, au cours de la semaine ecoulée, 51 incidents de violations et d’abus ont été recensees. Ils ont fait au moins 61 victimes y compris sept femmes, trois mineurs et une personne âgée. Il s’agit d’une hausse des violations par rapport à la semaine précédente”, a-t-il précisé.

 

À propos du pré-DDR, le porte-parole a indiqué que les chefs des groupes armés dans le secteur de Bria ont réaffirmé leur engagement au processus de paix et leur soutien au pré-DDR ainsi que leur volonté de travailler avec les nouvelles autorités centrafricaines pour le rétablissement de la paix et de la sécurité. Par ailleurs, à Birao, le Sultan a favorablement accueilli le projet du pré-DDR. Il s’est engagé à prôner un engagement massif et volontaire des combattants.

 

Partageant ce même objectif de renforcement de la cohésion sociale, plusieurs activités sont en cours à travers le projet « jeunes à risque ». À Bangui, la partie nord du marché de Boy Rabe a été entièrement pavée grâce aux efforts fournis par 143 jeunes dont 18 femmes tandis qu’à Bouar, 210 jeunes contribuent actuellement à la reconstruction du marché Haoussa. À Bambari, les travaux de réhabilitation du stade municipal et de la gare routière sont exécutés à 40%. Enfin, les gros œuvres la salle de réunion municipale  de Kaga Bandoro sont presque terminés.

 

Dans cette dynamique, à l’initiative du bureau régional de la MINUSCA, un atelier a eu lieu à Kaga Bandoro afin d’évaluer les recommandations d’une campagne sur la cohésion sociale organisée le mois précédent dans les huit arrondissements de la ville en faveur de 1.500 participants. La rencontre a aussi porté sur un plan d’action pour restaurer et renforcer les liens entre les deux communautés antagonistes.

 

S’agissant des activités de la composante de Police de la MINUSCA, son porte-parole, Oana Popescu, a fait état de violences dans les provinces. A Bangui, la semaine écoulée a été marquée par les incendies survenus au Marché central Bloc opératoire de l’Hôpital Communautaire et au camp de Roux. Des enquêtes sont en cours pour établir l’origine de ces incendies. Par ailleurs, a l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, le réseau de femme de la police de la MINUSCA a pris part aux cotes de leurs consœurs de Centrafrique, a des activités organisées dans ce cadre.

 

Concernant la Force, le porte-parole militaire de la MINUSCA, le Colonel Adolphe Manirakiza, est revenu sur les patrouilles  menées dans tous les secteurs, notamment dans les zones où des incidents ont été constatés. Le Colonel Manirakiza a aussi informé de la poursuite des travaux de réhabilitation de la route Bangassou-Bambari par le Génie de la Force. Il est prévu de réhabiliter les axes Yaloke-Bossembele, Bossembele-Bossangoa, dans le secteur Ouest ainsi que Kaga Bandoro-Ndele-Birao, du secteur Centre vers l’Est. En outre, au cours de la semaine en revue, la Force de la MINUSCA a escorté 726 véhicules commerciaux sur toutes les routes principales d’approvisionnement.

 

 

LA MINUSCA ADOPTE UNE POSTURE MUSCLEE CONTRE LES VIOLENCES A BAMBARI
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 09:48
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

HRW fustige le rapport de l’ONU sur les viols sexuels commis par des Casques Bleus en Centrafrique

 

http://rjdh.org/  PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 9 MARS 2016

 

Dans un communiqué de presse publié le 4 mars dernier, Human Rights Watch (HRW), a critiqué le rapport des Nations-Unies sur les viols sexuels commis par des casques bleus en Centrafrique et ailleurs. Ce nouveau rapport, selon HRW, expose les failles de la justice et de la protection des victimes par l’ONU.

 

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a dans son rapport annuel, évoqué  les 69 allégations d’abus sexuels qui ont été enregistrées en 2015, soit une augmentation de 17 cas par rapport à 2014. Cette augmentation s’explique essentiellement par les 22 cas rapportés concernant la Minusca, d’après ledit rapport.

 

HRW souligne le fait que le secrétaire général de l’ONU ait publié officiellement pour la première fois, les nationalités des soldats de la paix soupçonnés d’abus et d’exploitation sexuels alors qu’ils portaient le casque bleu de l’ONU.

 

Sarah Taylor, responsable de plaidoyer auprès de la division Droits des femmes à Human Right Watch juge que la « réputation de l’ONU en ce qui concerne la protection des civils est en jeu ».

 

« Le rapport du Secrétaire général lève le voile sur les sévices commis par les soldats de la paix, mais les pays qui fournissent des contingents aux opérations de maintien de la paix devront poursuivre leurs actions contre les auteurs de ces exactions», déclare-t-elle.

 

Pour HRW, « l’ONU devrait faire preuve de leadership pour mettre un terme à l’exploitation et aux abus sexuels partout dans le système, du siège à New York aux missions sur le terrain dans les zones de conflit. Les gouvernements devraient arrêter de faire bonne figure devant ce problème pour prendre des actions concrètes comme améliorer la formation de leurs troupes et sanctionner les responsables d’abus ».

 

HRW appelle donc l’ONU à concrétiser les engagements précédents comme surveiller régulièrement l’état d’avancement des enquêtes et des poursuites judiciaires par les pays fournisseurs de contingents, créer un poste de cadre responsable pour toutes les missions sur le terrain afin d’assurer les meilleures pratiques à la fois pour les enquêtes et la protection des victimes.

 

L’ONG insiste pour que l’ONU puisse assurer une formation systématique des soldats de la paix sur la politique de « tolérance zéro » vis-à-vis de l’exploitation et des abus sexuels ; garantir le rapatriement rapide des unités responsables de crimes et indiquer clairement aux pays fournisseurs de contingents que leur capacité à rendre compte des crimes perpétrés par les soldats de la paix sera un critère essentiel pour décider ou non d’accepter davantage de leurs troupes au sein des missions de maintien de la paix de l’ONU.

 

Le rapport l’ONU a documenté en Centrafrique le meurtre de 333 enfants et la mutilation de 589 autres dans des attaques depuis 2013. Il  estimait en 2014 qu’entre 6.000 et 10.000 enfants étaient associés à toutes les parties au conflit et plus de 500 cas de viols et autres formes de violences sexuelles ont été documentés par l’ONU depuis 2011.

 

 

« Avec le nouveau pouvoir, il faut aller très vite vers la normalisation du pays » dixit Mme M’Boua Léa Koyassoum Doumta

 

http://rjdh.org/  PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 9 MARS 2016

 

La célébration de la journée internationale de la femme sous le thème planète 50=50 d’ici 2030, le cas des viols commis sur les filles mineurs en Centrafrique sont les principaux qui ont été abordés lors d’une interview que Mme M’Boua Lea Koyassoum Doumta a accordée au RJDH le 8 Mars dernier.

 

RJDH: Madame M’boua Doumta Bonjour!

 

M.D: Bonjour RJDH!

 

RJDH: Nous célébrons aujourd’hui la journée internationale de la femme autour du thème « Planète 50=50 d’ici 2030. Est ce que cela est réalisable en Centrafrique?

 

M.D: Merci pour cette opportunité que vous m’offrez pour débattre du thème international de cette journée qui parle de l’égalité entre homme et femme. Ce thème est un objectif qui est fixé à tous les pays du monde.

 

Il appartient à la République Centrafricaine de voir dans quelle mesure nous pouvons atteindre cet objectif. Je suis optimiste parce qu’il y’a cent ans, nous n’avons pas le droit de nous exprimer, nous n’avions que des devoirs mais les choses ont évolué et avec tout ce que nous avons comme exemples positifs des réalisations des femmes, je ne vois pas pourquoi on améliorerait pas les choses pour que les femmes rurales soient aussi sur le même niveau que les hommes.

 

RJDH: Vous êtes optimiste, est ce que les conditions objectives sont réunies par les gouvernants afin d’atteindre cet objectif en 2030?

 

M.D: Il ne s’agit pas que de gouvernement il s’agit aussi des familles. Je pense qu’il est important que nous éduquions nos enfants sur les mêmes pieds d’égalité. Mais lorsque le garçon  a plus d’opportunité que la fille, c’est là où le bas blesse. Cela fait déjà des années que notre pays parle de concept genre. Je me souviens en 2004, j’étais ministre des affaires sociales. J’ai nommé un homme Bagayassi  comme directeur général de la promotion de la femme et il a fait un très bon travail, il a même sorti une loi pour protéger les femmes contre les violences.

Le gouvernement a sa responsabilité, les familles ont leurs responsabilités et les médias aussi.

 

RJDH: La présence des forces internationales notamment la Sangaris et la Minusca s’est soldé par de nombreux cas de viols sur les filles. Entant que femme politique centrafricaine et surtout membre du parlement quelle approche faite vous de cette situation?

 

M.D: C’est de manière régulière qu’on écoute parler d’abus sexuels sur les mineurs et par des personnes qui sont censées assurer notre protection. Cela veut dire que le recrutement n’est pas bien fait, à cela s’ajoute aussi l’encadrement au niveau des familles car certaines fille disent qu’ils n’ont pas à manger voilà pourquoi elles se livrent.

 

Il faut apprendre à nos enfants la valeur de la pudeur. Mais se laissez tricoter par des gens qui viennent nous protéger, c’est ce que je déplore et j’interpelle les parents à mieux éduquer leurs enfants, leur apprendre à connaitre et maitriser leur corps.

 

Les Nations -Unies ont été très lentes dans leurs enquêtes pendant ce temps où le mal est fait. Donc, il est question de prendre  des dispositions pour que cela ne se répète pas.

 

RJDH. Vous êtes présidente par intérim du PUN. Comment est ce que vous arrivez à gérer ce parti entant femme?

 

M.D: Je me suis engagé dans ce parti par conviction, je sais que ce n’est pas facile de gérer un parti. Mais quand vous avez une conviction vous ne baissez pas les bras, et si j’ai été membre du gouvernement à trois reprises, c’est à cause de ce parti. J’ai une dette morale envers le président fondateur Jean Paul Ngoupandé qui nous a montré le chemin. Nous ne voulons pas que ce qu’il a semé à savoir la valeur de la famille qui est la base de la société puisse rester. Malgré qu’il ne soit plus de ce monde, il faut que sa femme, ses enfants puissent voir une République Centrafricaine ou les  familles vivent dans l’harmonie.

 

RJDH: Comment entrevoyez-vous le paysage politique centrafricain après ces séries d’élections ?

 

M.D: Je voudrais exprimer ma satisfaction quant à l’exploit que le peuple centrafricain à réaliser d’abord en choisissant notre constitution, ensuite en élisant un chef d’Etat et bientôt des députés. Donc notre pays est entrain de revenir dans l’égalité constitutionnelle. Avec le nouveau pouvoir, il faut aller très vite vers la normalité. Si les centrafricains ont choisi ce chef d’Etat, je pense qu’ils sont près à l’accompagner chacun dans son domaine respectif parce que ce pays nous appartient à nous tous. Il faut que nous oublions la période sombre que nous avons traversée et que les orphelins, les veuves, les veufs de ce pays puissent voir ce pays meilleur où le vivre ensemble est notre mot clé.

 

RJDH: Nous vous remercions!

 

M.D: Merci à vous RJDH!

 

Propos recueillis par Bienvenue Marina Moulou-Gnatho

 

 

Des réfugiés centrafricains au Cameroun reviennent progressivement dans la Nana Mambéré

 

http://rjdh.org/  PAR FIRMIN YAÏMANE LE 9 MARS 2016

 

Certains Centrafricains qui se sont réfugiés au Cameroun  depuis le déclenchement de la crise militaro politique en décembre  2012, reviennent progressivement dans la Nana Mambéré. C’est  le cas du  village Lambi-Pont, situé à 200 km de la ville de Bouar, dans la sous préfecture d’Aba que plusieurs réfugiés ont déjà regagné.

 

Plusieurs réfugiés centrafricains au Cameroun ont opté pour le retour dans leurs villes respectives.  Massa Sani, délégué des retournés a indiqué que leur retour est facilité par la cohésion sociale qui devient une réalité dans cette partie du pays « Tous les retournés ont été bien accueillis par la population de Lambi-Pont  qui est en majorité chrétienne. Elle même avait réclamé le retour des réfugiés. Beaucoup ont repris leurs activités et le muézin de la mosquée de la ville appelle à la prière  5 fois par jour  », a t-il expliqué.

 

Le commandant de brigade de la gendarmerie d’Aba, Adjudant Guerembringa Fulbert, se réjouit de la volonté de la population de laisser les autres rentrer « Je suis fière de la cohésion sociale qui revient au village Lambi-Pont. C’est un modèle pour les autres régions », a apprécié le commandant.

 

C’est depuis le déclenchement de la crise militaro politique en décembre 2013, que certains Centrafricains des deux communautés se sont réfugies au Cameroun fuyant les exactions des groupes armés non conventionnels.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 13:48

 

 

WASHINGTON, 09/03/16 (Xinhua) -- Mardi, le département du Trésor des Etats-Unis a annoncé des sanctions concernant le groupe rebelle centrafricain LRA (Armée de résistance du Seigneur) et son leader, Joseph Kony.

 

"La décision prise ce jour gèle tous les actifs de la LRA au sein de la juridiction des Etats-Unis et, d'une manière générale, interdit à toutes les personnes des Etats-Unis de se livrer à des transactions avec le groupe,'' a indiqué le département du Trésor des Etats-Unis dans un communiqué de presse.

 

Dirigée par M. Joseph Kony, la LRA est connue pour ses massacres et mutilations de civils et pour ses enlèvements d'enfants qu'elle utilise comme soldats ou même comme esclaves.

 

"Que ce soit pour ses meurtres de civils innocents ou ses pillages de villages, l'Armée de résistance du Seigneur est responsable d'actes de violence notoires,'' a dit le Directeur adjoint du Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Trésor américain, John E. Smith.

 

Il a souligné que les sanctions contribueront aux efforts plus vastes déployés par le département du Trésor pour démanteler le groupe rebelle.

 

Plus de 200 personnes ont été kidnappées à l'est de la République centrafricaine cette année, soit déjà plus du double par rapport à l'année dernière, dans le cadre d'une série d'enlèvements qui auraient été perpétrés par l'Armée de résistance du Seigneur, a indiqué le site Web LRA Crisis Tracker.

 

 

NDLR : Pour les Centrafricains, le plus important est de capturer Joseph Kony et ces bandits de la LRA afin que les populations du Haut Mbomou et de la Haute Kotto puissent retrouver la paix et la tranquillité. Comment comprendre que malgré leurs énormes moyens de toutes sortes, les USA n'aient toujours pas mis la main sur Joseph Kony. 

Les Etats-Unis sanctionnent le groupe rebelle centrafricain LRA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 13:40

 

 

Suite à une décision du gouvernement de transition portant sur l’intégration ou le remplacement numérique des agents de l’Etat dans la fonction publique Centrafricaine, chaque département ministériel avait pour mission de fournir la liste des candidats à cet effet. En ce qui concerne l’Enseignement supérieur, la liste émane d’un ou des procès-verbaux résultant des différents conseils d’Université de Bangui. Il important de rappeler que la dernière intégration à l’Université de Bangui date de 2011. Cela dit, le quota réservé à l’enseignement supérieur était de 70 places. Cependant, il y a 3 ou 4 promotions dont les plus anciennes sont celles de 2010 (un reliquat de 33 recrus) et 2012 (54 recrus). Les deux plus anciennes promotions réunies font un total de 87 recrus parmi lesquels nombreux sont des assistants, quelques maitre-assistant et Docteur vétérinaire et enfin des chargés de travaux. 


QUELLES SERAIENT LES CRITERES DE CHOIX ?


Rappelons que parmi les 87 recrus de ces deux anciennes promotions réunies, certains ont déjà été intégrés dans la fonction publique pour d’autres départements ministériels. D’autres travaillent dans des organismes internationaux et donc, ne participent à aucune des activités universitaires depuis leur recrutement. Par contre, beaucoup sont actifs sur le campus participants ainsi à toutes les activités pédagogiques et de la recherche de l’université. C’est ainsi que certains ont déjà obtenu leur doctorat et d’autres en phase finale.

 

Toutes ces informations sont disponibles au niveau des établissements respectifs de l’université.
Alors, pour répondre à la question posée, le premier critère de choix serait l’ancienneté et à cela s’ajoute toutes les dispositions citées précédemment. Ce qui impliquerait absolument la contribution de tous les chefs d’établissements selon la procédure normale, faute de quoi, des fantômes pourraient être intégrés. Et c’est malheureusement le cas. Des noms qui se répètent sur la liste, certains recrutés dans un établissement mais listés dans un autre, parfois incompatibles avec leur spécialité, d’autres qui ne sont pratiquement pas là et ne seront peut-être jamais là, existent aussi sur la liste. Il y a en qui exercent sur le campus depuis plus 6 ans et ne sont pas pris en compte au profit de certains qui sont, quant à eux, recrutés récemment en 2014 et en 2015.

 

Le népotisme, le favoritisme et la partialité sont des maux qu’il faut absolument éradiquer pour l’honneur de notre communauté. 

 

DOIT-ON, UNIVERSITAIRES, FAIRE LA PROMOTION DE CES MAUX OU ALORS LES REPRIMER ?

 

Or tout le travail a été fait exclusivement au cabinet du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique sans contribution des chefs des établissements qui disposent d’informations techniques concernant les candidats.


C’est pourquoi, il convient de dénoncer ce genre de gestion portant à discréditer les universitaires. Nul n’est besoin d’être rappelé qu’il n’existe aucune autre institution éducative au-dessus de l’Université. Ce qui ferait des universitaires des personnalités dignes, loyales et responsables.

 

Faut-il rappeler que ce genre de gestion des institutions de l’Etat est l’une des causes de ce qu’a connu notre pays ? Il n’est donc pas du devoir des intellectuels et surtout les plus hauts gradés qui sont les universitaires, de montrer l’exemple ?


Faut-il aussi rappeler que, si le Professeur Faustin Archange TOUADERA alors Président de la République, est élu à la magistrature suprême, parce qu’il a fait preuve de loyauté, d’intégrité et de responsabilité dans l’intérêt de la nation quand il était le chef du gouvernement pendant cinq années consécutives ? Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

 

 Tout cela contribue à nourrir le mal qui gangrène notre pays. 


C’est vraiment une HONTE !

 

Maurice Alabida

Le mythe l’intégration des jeunes enseignants chercheurs de l’université de Bangui à la fonction publique par Maurice Alabida
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 12:21

 

 

 

YAOUNDE, 09/03/16 (Xinhua) -- Sept femmes sont dénombrées parmi une dizaine de morts dans les violences survenues ces derniers jours à Bambari, ville du Centre de la Centrafrique, où les femmes ont profité de la célébration de la Journée internationale de la femme mardi pour remettre aux autorités un mémorandum appelant à la fin des exactions commises par les groupes armés.

 

Ces violences, attribuées à l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), une faction de l'ex-coalition rebelle de la Séléka, qui s'était emparée du pouvoir en mars 2013 à Bangui, point de départ d'une longue crise sociopolitique aux conséquences graves, ont ravivé les tensions intercommunautaires dans cette ville, notamment entre les populations musulmanes et chrétiennes.

 

Pourtant, "la paix avait commencé à revenir à Bambari depuis deux mois et certains déplacés avaient regagné leurs maisons", a souligné à Xinhua le général Joseph Zoundéko, chef d'état-major du Front patriotique pour la renaissance en Centrafrique (FPRC), la principale faction de la Séléka présente dans la ville et rival de l'UPC du général Ali Darass.

 

Par une expression commune de leur ras-le-bol, les femmes, aussi bien chrétiennes que musulmanes, réunies dans l'amphithéâtre de l'Ecole normale d'instituteurs (ENI) de Bambari pour commémorer mardi la Journée internationale de la femme, en présence des autorités administratives et des représentants des Nations Unies, ont dénoncé cette persistance de l'instabilité et de l'insécurité.

 

Elles ont à cette occasion remis au préfet du département de la Ouaka dont dépend l'arrondissement de Bambari, Mathurin Kanga-Fessé, un mémorandum dans lequel elles plaident pour la fin des exactions subies par la population de la part des groupes armés, et un retour à une paix durable, pour permettre la reconstruction du pays, par la relance de l'économie, aujourd'hui au point mort.

 

Ces femmes, représentées par leurs leaders associatifs, se sont précisément déclarées "fatiguées par rapport aux groupes armés qui ont assiégé la ville et s'y promènent encore", a témoigné le préfet dans un entretien téléphonique avec Xinhua.

 

A quelque 382 kilomètres au Nord-est de Bangui, la capitale, Bambari est l'une des grandes villes de la République centrafricaine (RCA). Jadis grand centre économique et commercial, elle est tombée sous le contrôle des ex-rebelles de la Séléka en décembre 2012.

 

En dehors du FPRC et de l'UPC, nés de l'éclatement de cette ex-alliance rebelle en plusieurs factions en 2014, la présence d'autres groupes armés, également impliqués dans le trafic illicite de l'or et de diamants, principales sources de revenus du pays, y est signalée.

 

A cause des exactions commises par ces seigneurs de la guerre, quelque 44.000 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons pour trouver refuge dans des sites de déplacés, dont la cathédrale Saint-Joseph de l'Eglise catholique, selon les statistiques officielles.

 

Ces populations en détresse sont prises en charge dans des sites protégés par les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), opérationnelle dans ce pays pauvre et enclavé d'Afrique centrale depuis septembre 2014.

 

Avec Bria et Kaga-Bandoro, dans le Nord, la ville de Bambari représente une des bases des trois "états-majors régionaux" de cette mission onusienne chargée d'aider au retour de la paix et de la sécurité, en plus de Bangui, le centre de commandement. Jusqu'à récemment, des troupes de la force française Sangaris y ont aussi opéré, pour le même objectif.

 

Selon le préfet Kanga-Fessé, "étant donné que les troupes de la MINUSCA ne peuvent être partout et ne peuvent pas tout faire, les femmes de Bambari ont souhaité que nos forces intérieures puissent aussi être déployées dans le département de la Ouaka, pour rétablir la paix et la sécurité. Elles demandent d'arrêter la circulation des armes".

 

Après les violences du week-end dernier, un calme précaire régnait mardi à Bambari. "On est habitué à ces soubresauts dus à des incompréhensions entre communautés locales. Mais, on gère. On continue de faire le suivi pour que les choses puissent revenir à la normale", a fait savoir le préfet, absent de la ville pour une mission à Bangui au moment des incidents déclarés.

 

"La fête s'est très bien passée. Ça a été un grand moment de communion où les participantes, dans un esprit de symbiose et la joie, ont exprimé le besoin de cohésion sociale et de sécurité", a-t-il encore indiqué.

 

Cette situation illustre l'ampleur des défis à relever, pour satisfaire les attentes fortes des populations centrafricaines meurtries par trois ans de violences, par le nouveau président élu.

 

Successeur de Catherine Samba-Panza, présidente de transition depuis début 2014, Faustin Archange Touadéra, 58 ans, vainqueur par 62,69% des voix du second tour de la présidentielle tenu le 14 février face à Anicet Georges Dologuelé, n'aura à l'évidence pas d'état de grâce, de sorte que sa mission s'annonce en fin de compte périlleuse, de l'avis de certains observateurs.

Journée internationale de la femme : En Centrafrique, les femmes de Bambari appellent à la fin des exactions des groupes armés
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 12:08

 

 

APA-Dakar (Sénégal) 2016-03-09 10:45:26 - Les quotidiens sénégalais de ce mercredi se focalisent sur l’annonce faite mardi à Paris par Antoine Diome, Agent judiciaire de l’Etat, de la saisie de 17 milliards FCFA appartenant à l’ancien ministre Karim Wade, dans le cadre de sa condamnation et de son amende à plus de 138 milliards FCFA en mars 2015 pour enrichissement illicite et complicité d’enrichissement illicite.


«Affaire Karim Wade : Ving-sept millions d'euros recouvrés», note Libération.

«Enrichissement illicite : Des biens de Karim saisis», titre Sud Quotidien, donnant la parole à Me Amadou Sall, l'un des avocats de Wade-fils : «C'est un hold-up que l'Etat a fait sur les biens de Bibo Bourgi».

Selon Le Populaire, «l'Etat met la main sur les 17 milliards de Karim». Le journal explique que ces biens sont composés de 2 sociétés et de 6 appartements à Dakar, 24 comptes bancaires à Monaco totalisant 12 millions d'euros, des montres de très grand luxe….

«L'Etat cible deux appartements dans le 16ème arrondissement de Paris», ajoute Le Populaire, dans lequel journal, Me William Bourdon, du collectif des avocats de l'Etat estime que «cela a failli être un braquage parfait».

Sur cette saisie des biens de Karim Wade, Le Quotidien note que «l'Etat récupère 17,6 milliards F CFA»

Dans ce journal, Me Bourbon espère que «le reste du magot sera retrouvé».

«Affaire Karim Wade : L'Etat récupère 17 milliards F CAF en France», renchérit Rewmi quotidien.

De son côté, Libération parle de cette demande d'aire judiciaire et informe que «Paris veut entendre Massata à Dakar».

Traitant du référendum, L'Observateur titre que «Macky déroute Me Wade» car, le Sg du Pds est obligé de revoir ses plans, et qu'il y a encore trois ans d'incertitudes politiques.

Ce journal fait état de fortes menaces sur les réformateurs du Pds et souligne que le retour à Dakar de Me Wade est agité.

«Référendum du 20 mars : Pourquoi Macky a peur», titre Walfadjri.

Dans Le témoin, Abdourahmane Seck Homère parle du Chef de l'Etat, de la victoire du Oui à Rufisque. «Le beau père de Macky règle ses comptes», note le journal.

«Volonté de réduire l'opposition à sa plus petite expression : Silence, Macky démantèle», titre La Tribune.

Les 17 milliards de Karim Wade saisis par l'Etat sénégalais à la Une
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 11:42

 

 

 

YAOUNDE, 09/03/16 (Xinhua) -- Le président élu de la République centrafricaine Faustin Archange Touadéra a effectué mardi une visite non officielle au Cameroun et reçus par les dirigeants camerounais.

 

Bien que le président camerounais Paul Biya soit en séjour privé à l'étranger, les autorités camerounaises ont réservé à M. Touadéra un accueil à la hauteur de son statut de chef d'Etat.

 

A sa descente d'avion mardi soir, le nouveau président centrafricain a été accueilli par le Premier ministre camerounais Philemon Yang, qui a par la suite présidé un dîner officiel offert en son honneur.

 

Le déplacement de M. Touadéra est lié à une escale en partance pour un déplacement à caractère "privé" en France.

 

Depuis son élection lors du second tour de la présidentielle tenu le 14 février, M. Touadéra s'est rendu en visite en Guinée équatoriale), au Tchad et à Congo, tous membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).

Le président élu centrafricain effectue une visite non officielle au Cameroun
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 01:18

 

 

 

Les Nations unies ont documenté le meurtre de 333 enfants et la mutilation de 589 autres au cours des vagues successives de violences en Centrafrique depuis 2013,selon un nouveau rapport sur la situation des enfants dans le pays, publié lundi.

 

 « En 2013 et 2014, au plus fort de la crise, les enfants ont été victimes de violations extrêmement graves commises dans un climat d’impunité totale », a déclaré la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, lundi 7 mars.

 

Selon les Nations unies, ces centaines de garçons et de filles « ont été tués ou blessés à la machette, par armes à feu et d’autres types d’armes, parfois de manière extrêmement brutale. Lors d’incidents particulièrement horribles documentés dans le rapport, des enfants ont été décapités ».

 

Entre 6000 et 10 000 enfants recrutés par les groupes armés

 

Depuis la crise de 2013, le recrutement d’enfants par des groupes armés a nettement augmenté, insiste le rapport. En 2014, l’Unicef estimait qu’entre 6 000 et 10 000 enfants étaient associés à toutes les parties du conflit.

 

Des chiffres qui font écho à ceux publiés la semaine dernière par deux ONG américaines, selon lesquelles l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony aurait enlevé plus de 200 personnes depuis le début de l’année 2016, dont une cinquantaine d’enfants.

 

« Les enfants ont été utilisés comme combattants, esclaves sexuels, pour effectuer des pillages et dans divers rôles de soutien », explique le rapport de l’ONU. « Durant les pics de violence, ils ont été vus en grand nombre, associés aux groupes armés, et souvent utilisés pour ériger des barricades et garder des barrages routiers ».

 

Dans certains cas, documentés par les Nations unies, les enfants ont été « utilisés comme boucliers humains ou pour attirer les forces internationales dans des embuscades ».

 

500 cas de violences sexuelles depuis 2011

 

Au total, depuis 2011, plus de 500 cas de viols et autres formes de violences sexuelles ont été recensés par les Nations unies, dont certains « commis par des membres des forces internationales de maintien de la paix ». Pour l’année 2015, l’ONU a enregistré 69 cas d’abus sexuels perpétrés par ses Casques bleus, principalement en Centrafrique et en RD Congo.

lu pour bous : Centrafrique : 333 enfants tués et 589 mutilés pendant la crise, selon l’ONU
Repost 0
Centrafrique-Presse.com