Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 13:33

 

 

 

 

JDD.JPG

 

LETTRE OUVERTE AU

 PRESIDENT DECHU DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 FRANCOIS BOZIZE

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Au matin du dimanche 14 mars 2013, tout le peuple Centrafricain s'est réveillé avec l'annonce de votre fuite honteuse, abandonnant enfin le pouvoir que vous, vos enfants et vos complices avez exercé avec brutalité, cruauté, traitements inhumains et dégradants, corruption, détournements et pillage de notre pays. Comme quoi, il y a toujours dans la vie, quelqu'un de plus fort que soit et, personne sur cette terre ne peut s'identifier à Dieu et ne peut le braver indéfiniment en toute impunité. Dieu a finalement écouté les lamentations des plus faibles et des meurtris.

 

J'ai aussi appris que lors de votre fuite de la capitale Bangui, vous avez emprunté avec votre suite le même chemin que j'avais suivi avec ma famille lors de notre départ forcé en exil afin d'échapper à la brutalité de vos éléments de sécurité de l'époque, c'est à dire la traversée de l'Oubangui et le passage par la ville de GUEMENA en République Démocratique du Congo. Comme quoi, le bon Dieu a bien voulu vous faire vivre une fois de plus, combien cette épreuve est pénible pour tout être humain et surtout pour le DERNAYO pour qui, le pire ne fait que commencer.

 

Au lendemain de l'incendie du super marché RAYAN volontairement provoqué par son propriétaire Monsieur ALI EL AKHRAS, votre ami politique, membre du conseil des sages et financier de votre parti le KNK, vous avez ordonné le 11 juin 2010, sur les ondes de la radio et de la télévision nationales, à toutes vos forces de défense et de sécurité, de retrouver par tous les moyens à leurs dispositions, le Bâtonnier de l'ordre des avocats maître Symphorien BALEMBY et moi même, et de nous dépecer << döroko ala >> comme des bêtes de chasse. Sans aucune enquête préalable, vous avez donné cet ordre en violation de notre droit à la présomption d'innocence.

 

Votre ami ALI EL AKHRAS, ouvrier du KNK et propriétaire du super marché RAYAN, avait simplement pointé un doigt accusateur vers nous du simple fait du contentieux qui nous opposait devant les juridictions centrafricaines concernant l'acquisition frauduleuse de l'immeuble BANGUI 2000 qu'il avait réalisé, immeuble qui abritait le cabinet du Bâtonnier BALEMBY ainsi que depuis 1993, les bureaux de ma société dénommée ADMN SYSTEMS, malgré le fait que l'édifice était encore sous main de justice.

 

Pour le récompenser, vous lui avez accordé une exonération de douanes et des impôts pour une période de cinq (5) ans. Cette franchise lui permet depuis 2010 d'importer des marchandises et des équipements, non seulement pour son propre compte, mais également pour le compte des autres commerçants de son acabit et ceci, au détriment des caisses du Trésor Public Centrafricain

 

Le 10 juin 2010, vous aviez déjà ordonné l'arrestation et la séquestration de onze (11) otages: mon personnel administratif et technique, mon frère cadet, ma belle sœur, mon personnel domestique dont la femme de ménage Madame Olga DOUBIRO qui était  enceinte, et qui finalement est morte en couche le 13 août 2010, probablement suite aux mauvais traitements subis au Service des Recherches et Investigations (SRI) de la Gendarmerie qui était sous les ordres de l'un de vos redoutable fils ''PAPY BOZIZE''. L'épouse du Bâtonnier Symphorien BALEMBY ainsi que deux (2) de ses collaborateurs ont été également arrêtés ce même jour. Toutes ces personnes ont été mises en détention illégale dans les terribles geôles de votre prison spéciale, personnelle et d'exception de Bossembélé appelée par nos compatriotes ''GUATANAMO'', du fait des tortures et de traitements cruels que vous y faites subir aux détenus. On se souviendra de la mort du Feu Ministre MASSI.

 

Une année après, au début du mois de juillet 2011, l'ancien comptable de RAYAN, monsieur Charlemagne YAGUEME avait affirmé lors de son audition par la gendarmerie dans une autre affaire, qu'il était à l'origine de l'incendie du 9 juin 2010. Cette opération a été réalisée sur la demande express de son patron, votre ami l'ouvrier ALI EL AKHRAS, dans le but de détruire des pièces comptables afin d'échapper aux paiements des impôts qui se chiffraient dès lors à plusieurs milliards de francs CFA.

 

Malgré cet aveu, ni vous, ni votre ministre de la justice de l'époque Monsieur Laurent NGON BABA, ni les magistrats Firmin FEÏNDIRO, procureur de la république de l'époque, son premier substitut Arnaud Djoubaye Abazene, ni le procureur général près la cour d'appel de Bangui Modeste BRIA, ni le doyen des juges Alain TOLMO, ni Monsieur Claude Richard NGOUANDJIA du BDR qui avait la coordination de notre traque, ni le lieutenant KOSSI du SRI en charge de l'enquête, n'ont daigné prendre en compte cet aveu afin de dénouer ce dossier judiciaire. Certains magistrats du pays étaient à vos ordres, en violation du principe de séparation des pouvoirs, pourtant prescrite par la constitution du 27 novembre 2004 dont vous étiez le garant à cette époque.

 

Vos otages ont été finalement libérés le 7 août 2012 à la faveur d'un arrêt salutaire rendu courageusement par les rares juges encore intègres de la Cour de Cassation de la République Centrafricaine, en absence d'un dossier d'instruction de cette affaire et ceci après deux (2) ans de détention arbitraire en grande partie dans les terribles geôles de votre prison spéciale que vous redoutez sûrement vous-même en choisissant de prendre la fuite ce dimanche 24 mars 2013.

 

Je vous rappelle qu'à l'époque de cette saga ''Super Marché RAYAN'', j'étais le Conseiller Economique et Social élu de la préfecture de l'Ombella M'poko et aussi premier Vice Président du bureau du Conseil Economique et Social de Centrafrique. Ceci montre bien que le centrafricain lambda, du moment qu'il n'avait pas la couleur orange du KNK votre parti, ou qu'il semblait représenter un obstacle pour un de vos proches ou pour vous même, ne pouvait espérer une justice équitable.

 

Je reste persuadé que depuis votre chute du pouvoir le 24 mars 2013, votre ami, l'ouvrier ALI EL AKHRAS vous a déjà oublié comme il a rapidement oublié le Président PATASSE avec qui il était aussi en affaires, après votre coup de force du 15 mars 2003.

 

Après ces dix (10) années de cauchemars avec son cortège de misère, de terrorisme judiciaire, de corruption, de détournements et de violation des droits de l'homme que vous, votre famille, vos enfants, votre parti le KNK ainsi que vos autres complices ont fait subir au peuple centrafricain, je vous souhaite à tous, un exil court car vous devez tous rendre compte à la nation de tous vos crimes économiques et de sang commis dans notre pays. Votre nom sera inscrit en lettre de malheur dans la mémoire collective de notre peuple pour toutes les souffrances endurées sous votre régime politique.

 

Pour terminer, je souhaite à notre pays la République Centrafricaine qui vient de tourner ce dimanche 24 mars 2013 avec les nouvelles autorités, une nouvelle page de son histoire pleine d'espérance, de se mettre résolument sur la voie du développement basée sur un état véritablement de droit, garant de la justice pour tous et des droits de l'homme.

 

 

signature-JDD.JPG

 

Jean Daniel DENGOU

jddengou1@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 04:17

 

 

 

 

Bozizé fait du sport

 

 

 

 

affaires-perso-abandonnees-par-Boz.JPG

fatras d'effets personnels de Bozizé abandonnés précipitamment dans ses appartements du Palais de La Renaissance. On reconnaît le même polo rayé de couleur orange ici abandonné par son propriétaire. 

 

 

 

Sur la seconde photo ci-dessus, on reconnaît aisément sur la gauche, le polo orange rayé blanc de Bozizé qu'il a revêtu pour son entraînement sur l'appareil de gym (voir photo plus haut) dans la salle de fitness de son ami Armand Ianarelli. Obligé de quitter précipitamment ses appartements du Palais de la Renaissance, Bozizé n'a même pas eu le temps de prendre avec lui ni trousse de toilette ni ce polo orange qui pourrait pourtant lui servir encore dans son exil.

 

On voit aussi sur cette photo, une mallette qui pourrait appartenir soit à son médecin ou peut-être  à lui-même. Cette photo permet de donner une idée sur la vitesse à laquelle Bozizé et son dernier carré de fidèles proches ont dû détaler du palais pour prendre la route en voiture jusqu'à Berengo afin d'embarquer dans l'hélicoptère qui leur a permis de s'enfuir jusqu'en RD Congo d'abord puis Batouri au Cmeroun après le refus des autorités congolaises d'accueillir le désormais encombrant ex-général président.

 

La Rédaction 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 04:15

 

 

 

Déby idriss

 


N'DJAMENA, 28 mars 2013 (AFP) - Le président tchadien Idriss Déby Itno a annoncé qu'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) consacré à la Centrafrique se tiendrait le 3 avril à N'Djaména, a rapporté jeudi la radio nationale tchadienne.


"Après examen de la situation qui prévaut à Bangui avec la prise de pouvoir par la (rébellion) Séléka, le président Idriss Déby Itno a annoncé que N'Djaména allait abriter, le 3 avril prochain, un sommet extraordinaire consacré à la crise en RCA", a annoncé la radio.

 

Selon la même source, "le sommet de la capitale tchadienne étudiera les possibilités de revenir à l'accord de Libreville", signé le 11 janvier entre le clan du président centrafricain François Bozizé, les rebelles du Séléka et l'opposition, après une première offensive qui avait mené le Séléka aux portes de Bangui.

 

Le chef de l'Etat tchadien a fait cette annonce en marge du cinquième sommet du groupe pays émergents Brics - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud -, à Durban en Afrique du sud, auquel il était invité en qualité de président en exercice de la CEEAC.

 

En Centrafrique, les rebelles de la Séléka ont renversé dimanche le président François Bozizé au terme d'une offensive éclair, arguant que l'accord de paix de Libreville n'avait pas été respecté et leurs revendications entendues.

 

L'avocat centrafricain Nicolas Tiangaye a été reconduit mercredi dans ses fonctions de Premier ministre par le nouvel homme fort de la Centrafrique, Michel Djotodia, qui avait annoncé la suspension de la Constitution et la dissolution de l'Assemblée nationale. 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 04:13

 

 

 

 

PM Nicolas Tiangaye

 

 

BANGUI, 27 mars 2013 (AFP) - L'avocat Nicolas Tiangaye, reconduit mercredi Premier ministre en Centrafrique après la prise du pouvoir par la rébellion, apparaît dans son pays comme un juriste réputé et un défenseur des droits de l'Homme au parcours respecté.

 

"Un homme intègre dans un océan de corruption", assure un diplomate. "Il est intègre. Son parcours est impeccable. Il ne transige pas", renchérit Martin Ziguélé, un des principaux opposants. "Quelqu'un de bien", affirme Eric Massi, coordonnateur de l'alliance rebelle Séléka. "On le respecte", dit aussi un membre du pouvoir.

 

Rares sont, pour l'instant, les critiques, même si certains déplorent le tempérament "soupe au lait" de cet homme trapu au visage rond, portant fine moustache et lunettes à montures dorées.

 

Sans être charismatique, Nicolas Tiangaye, franc-maçon et avocat à la diction lente, semble peser chacun de ses mots et de ses actes.

 

Né en 1956 à Bocaranga (nord-ouest), d'un père infirmier, il a effectué ses études de droit à Bangui puis en France (à Orléans, centre), obtenant son titre d'avocat en 1980.

 

Six ans plus tard, il se rend célèbre aux côtés de l'avocat français Francis Szpiner en défendant, à Bangui, l'ex-"empereur" centrafricain Jean-Bedel Bokassa (1966-1976), qui sera condamné à mort, puis gracié et finalement libéré en 1993. "A l'époque (en 1986, ndlr), il y avait six avocats en Centrafrique. J'étais le plus jeune. Deux défendaient déjà les parties civiles, un ne voulait pas" défendre Bokassa, se souvient-il.

 

En 1989, il prend en charge une autre affaire très médiatique, celle d'un général nommé... François Bozizé, accusé de complot par le régime du général-président André Kolingba (1981-1993). "Je remplissais mon rôle d'avocat. Il a été acquitté, je ne le regrette pas", confie-t-il à propos de Bozizé, qui deviendra plus tard son "pire ennemi" en tant que chef de l'Etat, selon un diplomate occidental.

 

En 1991, Nicolas Tiangaye doit se défendre d'accusation de complot. La même année, celui qui dit trouver son inspiration chez le comique français Coluche, et les personnalités catholiques mère Teresa ou l'abbé Pierre, fonde la Ligue centrafricaine des droits de l'Homme, qu'il présidera jusqu'en 2004.

 

Entre-temps, en 1996, il défend au Tribunal pénal pour le Rwanda l'un des responsables accusés de génocide, Jean-Paul Akayesu, finalement condamné à la perpétuité.

 

Après avoir refusé un poste de Premier ministre sous la présidence d'Ange-Félix Patassé (1993 à 2003), il se lance en politique lorsque celui-ci est renversé par le général Bozizé, il y a dix ans.

 

Il préside alors le Conseil national de transition (parlement de transition). Et il est l'un des principaux artisans de l'actuelle Constitution adoptée en 2004, qui prévoit que le président ne puisse pas effectuer plus de deux mandats de suite.

 

Selon lui, il se heurte alors au chef de l'Etat qui lui en voudra toujours. Tiangaye accuse Bozizé d'avoir bloqué par deux fois son élection comme député en truquant les scrutins. Un membre du régime de Bozizé balaie ces accusations: "Tiangaye, il passe bien dans les tribunaux et en Europe, mais il n'est pas populaire. Il n'a jamais gagné une élection".

 

Il devient Premier ministre le 17 janvier dernier, après la signature de l'accord de paix de Libreville. Il renonce alors à une ambition présidentielle, cet accord interdisant au Premier ministre d'être candidat à la magistrature suprême.

 

"Tout le monde ne peut pas être président! Je vois cela comme un sacerdoce. Je veux jeter les bases de la démocratie dans mon pays", assure-t-il.

 

Au cours des deux mois qu'il a déjà passés à son poste de Premier ministre, il a dû faire face à l'inertie voire au "sabotage" du clan Bozizé qui a limité les actions du gouvernement d'union nationale, souligne un observateur.

 

L'homme de lois devra désormais composer avec l'ex-chef rebelle Michel Djotodia, qui s'est posé dimanche en nouveau maître du pays pour "trois ans", annonçant suspension de la Constitution et dissolution de l'Assemblée.

 

Mercredi, le Premier ministre a lui-même justifié cette situation en jugeant "juridiquement impossible" le maintien, "dans la situation actuelle", de la Constitution. Il veut s'arc-bouter sur l'accord de Libreville qui a posé un cadre jusqu'à la date butoir de 2016 pour l'organisation d'élections.

 

On le sent, en tout cas, soulagé de ne plus avoir à affronter le président déchu. Il assure que les relations avec M. Djotodia "seront meilleures qu'avec François Bozizé qui étaient trop conflictuelles". 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 04:11

 

 

 

 

 

Centrafrique: Soutien au Rassemblement de la Diaspora

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Face à la situation qui prévaut en Centrafrique, l'association « AS DU CŒUR » qui milite pour le droit de femmes et après analyse tient :

 

À apporter son soutien à la démarche unitaire de la diaspora centrafricaine qui entend dans l'intérêt supérieur de notre pays, disposer d'une structure sans étiquette devant rassembler tous les compatriotes épris de paix et soucieux de préserver la nation, premier pas pour un retour de la confiance entre les filles et fils de Centrafrique,  appelle tous ses adhérents à participer au rassemblement du samedi 30 mars 2013 à partir de 14heures témoigner de leur soutien et solidarité avec le peuple centrafricain.

Point de rassemblement de la manifestation, Place Edouard Herriot

Rue de l’Université, Accès Metro ligne 12 : Station Assemblée nationale.

 

La Présidente

Nelly GOUANDJIA

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:38

 

 

 

 

Bangui-pagaille.jpg

 

BANGUI : DES CORPS EN ÉTAT DE DÉCOMPOSITION TRAINENT DANS LE 8ÈME ARRONDISSEMENT


 

Bangui, 28 mars 2013 (RJDH) – Environ 15 personnes ont été tuées, le mercredi 27 mars, au quartier Ngongono 5 et Damala, dans le 8arrondissement de Bangui, des suites des tirs sporadiques des hommes de la coalition Séléka. Certains corps en état de décomposition sont encore dans les lieux de l’incident.  Plusieurs autres personnes ont été blessées par  des balles perdues.

 

D’après les faits relatés par les habitants de cette localité, un élément de la coalition Séléka aurait  tenté de  prendre de force un véhicule appartenant à un particulier au quartier Damala. Devant le refus  du chef du  quartier d’indiquer le propriétaire du véhicule, celui-ci a été tabassé par les hommes de la Séléka.

 

Des jeunes dudit quartier ont alors intervenus pour protester et ont tué un élément de la coalition Séléka.   Alertés, les autres membres de la rébellion étaient intervenus. «Ils nous ont tiré dessus pour se venger de leur frère d’arme. Nous avons pris fuite, de notre retour, avons retrouvé des corps de nos frères qui ont été tués par ces méchants », a relaté François Sékia, habitant le quartier Damala.

 

Jean-Désiré Koulayom, chef de quartier Ngongono2, dans le 8ème arrondissement a fait savoir qu’ « Il y’a des corps  qui ne sont pas encore enlevés parce qu’on ne sait là où se trouvent leurs parents. Plus d’une dizaine des personnes ont perdu la vie ce soir du mercredi, d’autres corps ont été inhumés la nuit même  », a-t-il dit.

 

« C’est la panique, beaucoup de personnes se sont déplacées pour éviter les balles perdues, parce que les éléments de la Séléka continuent de causer des exactions dans le secteur de Damala, Ngongono et les alentours de l’aéroport »,  s’est-il inquiété Jean-Désiré Koulayom.

 

Dans la ville de Bangui  des coups de feu continuent à être entendus dans les quartiers, mettant la population dans l’inquiétude et la psychose.

 

 

 

Bouar : Des cas d’exactions signalés après l’invasion de la ville par les hommes de la Séléka

 

 

seleka-2 0

 

 

Bouar, 28 mars 2013 (RJDH) – Une partie des  éléments de la Séléka  sont arrivés à Bouar (ouest), le mercredi 27mars, et ont commis  des exactions sur la population. Ces derniers  ont  procédé aux  pillages des biens publics et privés. Des exécutions sommaires pendant les nuits ont été signalées et continueraient d’être effectuées d’après la population.

 

Toutes les activités agricoles, commerciales, administratives ont été interrompues. La station service ‘’Total’’ a été  également victime des pillages des éléments de la Séléka.

 

D’autres sources font état de ce que des hommes en tenues, dont leur identité n’est pas connue,  organisation des actes d’assassinat contre des proches de l’ancien régime.

 

Le nombre de la population a considérablement augmenté suite à des déplacés venus des villes, entre autres, Bozoum, Bocaranga, Bossentélé et Baoro.

 

Le calme semble revenir ce vendredi dans la ville et les activités ont repris. Les boutiques sont ouvertes et la circulation de la population s’effectue timidement. Par contre les portes administratives sont encore fermées.  

 

 

  

BANGUI : LES RELIGIEUX APPELLENT AU RESPECT DE LAÏCITÉ


Bangui, le 28 mars 2013 (RJDH)- Les leaders religieux ont appelé au respect de laïcité à tous les croyants de Centrafrique, le vendredi après une rencontre à l’évêché de Bangui.

 

 « Nous nous sommes retrouvé une fois de plus pour préparer une rencontre avec le chef de l’Etat, en vue d’attirer son attention sur la mise en cause de la laïcité en Centrafrique », a déclaré Pasteur Nicolas Geure-Koyamet.

 

« Depuis toujours notre pays, est un Etat laïc (…) chaque centrafricain est libre de choisir sa religion et de manifester son appartenance religieuse, suite aux attaques de certains religieux et les rumeurs sur une volonté des nouvelles autorités d’instaurer un Etat islamique, c’est pourquoi, nous avons dit qu’il est urgent que nous rencontrons le chef de l’Etat pour attirer son attention sur la question », a expliqué le Pasteur.

 

Imam Malik de la communauté musulmane de Centrafrique, exhorte tous les croyants à ne pas céder à l’intoxication. ‘’Nous avons toujours vécu ensemble, chrétiens et musulmans, il n’est pas question de détruire notre pays, l’islam n’accepte pas que quelqu’un puisse prendre de force ce qui appartient à autrui, je demande à tous les musulmans de garder leur foi, de n’e pas dire de choses qui peuvent amener la division entre les fils du pays’’, a-t-il déploré.

 

Il a également attiré l’attention de certains musulmans en disant : ‘’J’ai écouté certains croyants musulmans dire, notre temps est arrivé, il n’en est pas question, ce pays nous appartient tous’’, a-t-il martelé.

 

Il nous a été rapporté que le mardi soir, « des éléments de la Seleka avaient pénétré chez les pères lazaristes, une congrégation catholique, ils ont forcé les portes et procédé à des pillages et ont poignardé un père à la main et au pied ».  Les responsables religieux estiment que les éléments qui ont attaqué ces prêtres, sont des éléments dit : «  incontrôlés ». Ils appellent les autorités du pays à prendre leur responsabilité.

 

L’archevêque de Bangui a précisé que « cette crise est au départ politique, il faut faire attention qu’elle ne devienne pas religieuse ». Pour lui, les responsables religieux doivent être vigilants et lancer des appels clairs pour éviter toute interprétation tendant à opposer les fidèles croyants.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:34

 

 

 

Boz seul

 

 

Par Vincent Hugeux, à Cotonou, Express.fr  le 28/03/2013 à 17:09

 

Le chez de l'Etat centrafricain renversé par la rébellion du Séléka le 24 mars pourrait trouver refuge au Bénin, pays où il a résidé avant le putsch qui l'a mené au pouvoir il y a dix ans.

 

Selon une source béninoise haut placée, l'ex-chef rebelle de la république centrafricaine François Bozizé, renversé par les rebelles de la coalition Séléka le 24 mars, a sollicité l'hospitalité du Bénin, où il souhaite s'établir après son escale camerounaise.  

 

Aucune réponse formelle ne sera apportée avant le retour du président béninois Boni Yayi de Durban (Afrique du Sud), où il participe au sommet des pays émergents des Brics. "Affaire délicate", concède l'officiel. 

 

Bozizé, qui possède une coquette villa à Cotonou, avait séjourné dans l'ancien Dahomey avant son coup d'Etat de 2003. C'est là qu'il avait adhéré à l'Eglise du Christianisme Céleste, dont il a fondé le chapitre centrafricain. "Bozizé est Béninois, commente un conseiller de Boni Yayi. Il est ici chez lui". 

 

 

 

 

Centrafrique: rébellion et armée régulière travailleront ensemble

 

28 mars 2013 à 22:08

 FACA-drapeau.jpg

 

Le chef rebelle Michel Djotodia, président autoproclamé de Centrafrique, a demandé jeudi à toutes les forces de sécurité, régulières ou issues de la rébellion, de travailler «ensemble» à un retour à la normale à Bangui, annonçant une reprise de la vie administrative et économique dès mardi.

 

 «Nous allons reprendre la vie économique et administrative mardi au plus tard», a affirmé à l’AFP le ministre de la Communication et porte-parole du Séléka, Christophe Gazam Betty, à la sortie d’une réunion de M. Djotodia avec les officiers supérieurs de la coalition rebelle Séléka, de l’armée régulière, de la gendarmerie et de la police.

 

«On a demandé à tous les officiers d’être mardi à leur poste de travail. Ils (Séléka et armée) vont travailler ensemble. Il va falloir travailler à la constitution d’une armée qui soit une armée professionnelle capable de sécuriser le pays, les frontières, les biens et les personnes», a affirmé le porte-parole.

 

M. Djotodia a déclaré ne vouloir exclure personne devant les officiers supérieurs réunis pour la circonstance.

 

Par ailleurs, la Fomac, la Force multinationale d’Afrique centrale, «a eu l’autorisation de tous les chefs d’Etat d’appuyer l’opération de sécurisation de la ville», a affirmé M. Gazam Betty.

 

Les pays de la région avaient envoyé des troupes lors d’une première crise en décembre pour soutenir le président François Bozizé , mais depuis le renversement deBozizé dimanche les soldats de la Fomac patrouillent dans la capitale centrafricaine avec le Séléka.

 

Ces annonces arrivent au lendemain de la reconduction du Premier ministre Nicolas Tiangaye, qui dirigeait un gouvernement d’union nationale depuis seulement deux mois. Un nouveau gouvernement «de transition» pourrait être annoncé «dès demain» selon une source proche du Premier ministre.

 

Les administrations ne fonctionnent pas et si quelques petits commerces ont repris, les entreprises n’ont pas rouvert et certains quartiers continuent à vivre dans l’insécurité privant les habitants de toute possibilité de déplacement.

 

A Bangui, «l’insécurité régnante entrave les efforts humanitaires et l’acheminement de l’assistance et notamment de l’aide médicale», a affirmé jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

 

La Croix rouge a qualifié de «catastrophique» la situation des hôpitaux de Bangui, où «près de 200 blessés ont été admis (...) à la suite des affrontements», tandis qu’une quarantaine de personnes sont «toujours en attente d’une opération urgente. Comme l’ensemble de la ville, les hôpitaux manquent aujourd’hui d’eau courante, d’électricité en continu et bientôt de carburant»

 

Les entrepôts du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont été en grande partie pillés, avait indiqué mercredi une porte-parole de l’organisation humanitaire.

 

Suite à ces pillages, de nombreux ressortissants français ont quitté le pays jeudi par un vol commercial d’Air France. Toutefois, le quai d’Orsay n’a pas donné d’ordre d’évacuation, de source diplomatique à Bangui.

 

De même source, depuis dimanche, plusieurs dizaines de ressortissants victimes de pillages qui souhaitaient être hébergés ont été regroupés sur trois sites sécurisés de la capitale.

«Nous sommes en train de procéder au casernement des gens du Séléka», a annoncé mercredi M. Tiangaye. «Beaucoup de gens, des faux Séléka, circulent dans la ville terrorisant la population et puis les bandits s’y sont mêlés et donc ça ne fait qu’aggraver la situation», a-t-il assuré.

Arguant du non-respect de l’accord signé à Libreville en janvier entre le pouvoir, la rébellion et l’opposition démocratique, le Séléka avait lancé en fin de semaine dernière une nouvelle offensive éclair sur Bangui, poussant François Bozizé à fuir vers le Cameroun voisin.

 

Jeudi, le président déchu a demandé l’asile au Bénin, mais n’était «pas à Cotonou actuellement», a précisé le ministre béninois des Affaires étrangères, Arifari Bako.

 

Dès dimanche, Michel Djotodia s’était posé en nouveau maître du pays. Cet ancien fonctionnaire ayant basculé en 2005 dans la rébellion a déclaré lundi qu’il comptait diriger la Centrafrique pendant «trois ans», jusqu’à l’organisation d’élections. Annonçant la suspension de la Constitution et la dissolution de l’Assemblée nationale, il a précisé qu’il allait «légiférer par ordonnances».

 

Un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) consacré à la Centrafrique se tiendra le 3 avril à N’Djaména, au Tchad.

 

La Centrafrique, ancienne colonie française, n’a connu depuis son indépendance en 1960 qu’une série de coups d’Etat, scrutins contestés, rébellions et mutineries. Le président déchu François Bozizé était lui-même arrivé au pouvoir par les armes en 2003.

 

 

 

Centrafrique : La crise humanitaire s'aggrave, selon l'ONU

 

Bangui-crise.jpg

 

 

BANGUI (© 2013 AFP) - La vie administrative et économique centrafricaine va reprendre mardi prochain, a déclaré jeudi à l'AFP le ministre de la Communication et porte-parole du Séléka, Christophe Gazam Betty, précisant que "le président" Michel Djotodia avait demandé à toutes les forces de sécurité, régulières ou issues de la rébellion, de travailler "ensemble".

 

"Nous allons reprendre la vie économique et administrative mardi au plus tard", a affirmé M. Gazam Betty à la sortie d'une réunion du président autoproclamé de Centrafrique, Michel Djotodia, avec les officiers supérieurs du Séléka, une coalition de mouvements rebelles, mais aussi de l'armée régulière, de la gendarmerie et de la police.

 

Le pays est paralysé depuis la prise de Bangui ce week-end par les rebelles qui ont renversé le président  François Bozizé au pouvoir depuis dix ans.

 

Les administrations ne fonctionnent pas et si quelques petits commerces ont repris, les entreprises n'ont pas rouvert et certains quartiers continuent à vivre dans l'insécurité privant les habitants de toute possibilité de déplacement.

 

"Le président a demandé aux officiers des Faca (Forces armées centrafricaines), police et gendarmerie d'encadrer leurs frères du Séléka", a-t-il ajouté, précisant que les forces de sécurité allaient "essayer d'ouvrir la totalité des stations d'essence pour permettre aux taxis et usagers de s'approvisionner. Les banques vont être sécurisées".

 

"On a demandé à tous les officiers d'être mardi à leur poste de travail. Ils (Séléka et armée) vont travailler ensemble. Il va falloir travailler à la constitution d'une armée qui soit une armée professionnelle capable de sécuriser le pays, les frontières, les biens et les personnes" a affirmé le porte-parole.

 

M. Djotodia a déclaré ne vouloir exclure personne devant les officiers supérieurs réunis pour la circonstance, a-t-il souligné.

 

"Pour l'anecdote, le chef d'état-major des Faca s'est dit +ex-chef d'Etat-major+ et le président lui a répondu +Non vous êtes encore chef de l'armée+", a raconté le porte-parole.

 

Par ailleurs, la Fomac, la Force multinationale d'Afrique centrale, "a eu l'autorisation de tous les chefs d'Etat d'appuyer l'opération de sécurisation de la ville", a affirmé M. Gazam Betty.

 

Les pays de la région avaient envoyé des troupes lors d'une première crise en décembre soutenir le président Bozizé mais ces soldats ont commencé à patrouiller dans la capitale centrafricaine a0vec le Séléka après son renversement.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:23

 

 

 

 

Séléka dans Bangui

 

Mis à jour le 28.03.13 à 16h34


Les commandants de l'armée de Centrafrique ont fait allégeance ce jeudi au chef du Séléka, Michel Djotodia, qui s'est proclamé président après avoir pris Bangui et chassé le président François Bozizé du pays.


«Les officiers des anciennes Forces armées de Centrafrique (Faca) ont voulu rencontrer le président Djotodia pour l'informer qu'ils le reconnaissaient comme étant le nouveau président», a rapporté Maurice Ntossui, un commandant de la Fomac, la force africaine de maintien de la paix présente en Centrafrique, qui assistait à la rencontre. «Tous les anciens chefs de la police, de la gendarmerie, le chef d'état-major des forces armées et d'autres officiers de haut rang sont venus à cette réunion. C'était une forme de capitulation», a-t-il ajouté.


Le président Bozizé au Cameroun

 

Les rebelles du Séléka, au terme d'une offensive éclair, ont pris dimanche le contrôle de Bangui, renversant le président Bozizé qui s'est réfugié au Cameroun voisin. Dans les heures qui ont suivi, la capitale a été le théâtre de pillages et treize soldats sud-africains, déployés en renfort de l'armée de Bozizé, ont été tués dans des combats.


Jeudi, un porte-parole du Séléka a dit que le mouvement désormais aux commandes du pays peinait à rétablir le calme dans Bangui, ville de 600.000 habitants. Le Séléka a demandé aux forces de police et aux autres fonctionnaires de reprendre leur travail. «Le Séléka est formé de guerriers qui ne peuvent pas faire le travail de la police», a ajouté le colonel Youssouf Ben Moussa. «Il est exact qu'il y a encore des pillages, mais ce n'est pas le fait de nos hommes. Ce sont des civils qui ont pris des armes», a-t-il poursuivi.


Mais des témoins, dont des dizaines d'expatriés français en cours d'évacuation, ont dit que des combattants du Séléka s'étaient livrés à des pillages après la chute de Bangui. «Ils sont venus dans ma chambre d'hôtel et ont braqué leurs armes sur moi, réclamant mon argent», a déclaré Yves De Moor, un entrepreneur français. «L'un d'eux a armé son arme, c'était un moment terrifiant, je lui ai tout donné», a-t-il dit.

 

Avec Reuters

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:19

 

 

 

patrouille contre pillard

 

 

CENTRAFRIQUE  ALERTE LC/DERNIERE MINUTE



 

Bangui en proie à l'anarchie


Si les nuits restent relativement calmes à Bangui depuis le reversement de François Bozizé, le 24 mars, la situation de la capitale centrafricaine n'en demeure pas moins très inquiétante. Soldats tchadiens et rebelles de la Séléka, parmi lesquels de nombreux éléments soudanais, se sont d'ores et déjà partagé plusieurs quartiers de la ville. L'approvisionnement en fuel, en eau et en électricité n'est toujours pas rétabli. Quant aux liaisons téléphoniques, elles sont interrompues ou saturées....

 

(Lire l'intégralité de l'article sur le site de la Lettre du Continent) 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:17

 

 

 

 

P .A.T.R.I.E

 Parti Africain pour une Transformation Radicale et l’Intégration des Etats

 

DECLARATION RELATIVE AU CHANGEMENT DU 24 Mars 2013

« Triste crépuscule »

 

   Le 24 mars dernier, la coalition « SELEKA » est finalement entrée dans Bangui, soit quatre mois après le début de son offensive militaire lancée le 10 décembre 2012, mettant ainsi un terme à 10 ans de régime BOZIZE.

 

   La représentation de P.A.T.R.I.E. - Europe, tout en réaffirmant son attachement aux respects des valeurs de la démocratie, salue ce changement intervenu dans la douleur et exprime par ailleurs, ces sincères condoléances et compassions à toutes les familles victimes des divers pillages et agressions constatés ces derniers jours.

 

  La reconduction le 27 mars 2013 de Nicolas Tiangaye en qualité de premier ministre étant un début gage de continuité, dans l’esprit des accords de Libreville du 10 janvier 2013, La représentation de P.A.T.R.I.E. – Europe, exhorte :

 

Les nouvelles autorités à la mise en place d’une transition consensuelle plus élargie,

Tous les acteurs politiques, associatifs et militaires de la RCA à se mobiliser pour un retour rapide à la cohésion sociale,

Tous les responsables religieux à œuvrer pour une tolérance interreligieuse et une coexistence apaisée des populations.

 

Fait à Paris le 27 mars 2013

Hugues TCHEUMENI

Représentant PATRIE - Europe

 

« Demain sera un autre jour si nous savons oser et croire » Appel du 26 juin 2003

_________________________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués