Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 23:52

 

CENTRE DE VOTE : Centre Social ISSA

NOMBRE DES ELECTEURS : 3566

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

267

120

387

BV 2

226

65

291

BV 3

283

97

380

BV 4

258

94

352

BV 5

222

85

307

BV 6

191

57

248

Total

1447

518

1965

 

CENTRE DE VOTE : Ecole Gobongo Garçons/Filles

NOMBRE DES ELECTEURS : 7508

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

192

160

352

BV 2

261

154

415

BV 3

192

129

321

BV 4

244

90

334

BV 5

254

97

351

BV 6

235

197

432

BV 7

233

117

350

BV 8

279

118

397

BV 9

253

124

377

BV 10

180

102

282

BV 11

248

180

428

BV 12

226

126

352

Total

2797

1594

4391

 

 

CENTRE DE VOTE : Centre Social Fouh

NOMBRE DES ELECTEURS : 1476

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

136

134

270

BV 2

BV  3

 

193

               130                                 

148

-------------

             70

341

-----------

200

Total

459

352

611

 

 

RECAPULATIFS DES CHIFFRES

 

Centre de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Différence des voix

Lycée Gobongo

1297

1797

500

Ecole Ndres 2

526

1612

1086

Mairie 4 e Arrondissement

942

311

631

Ecole chinoise

414

2577

2163

Centre Social Fouh

459

352

107

Ecole Notre Dame d’Afrique

2670

1064

1606

Ecole Ndres 1

308

2769

2461

Centre Social ISSA

1447

518

929

Ecole Gobobongo

2797

1594

1204

Ecole Mandaba

2670

1065

1605

Total général

13530

13659

129

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 23:45

 

 

 

CENTRE DE VOTE : Notre Dame d’Afrique

NOMBRE DES ELECTEURS : 5983

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

244

63

307

BV 2

243

111

354

BV 3

275

97

372

BV 4

165

56

221

BV 5

329

147

476

BV 6

269

119

388

BV 7

275

113

388

BV 8

285

87

372

BV 9

281

134

415

BV 10

304

137

441

Total

2670

1064

3734

 

CENTRE DE VOTE : Ecole NDRES 1

NOMBRE DES ELECTEURS : 4665

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

23

282

305

BV 2

52

321

373

BV 3

33

271

304

BV 4

44

495

539

BV 5

62

482

544

BV 6

53

495

548

BV 7

41

423

464

Total

308

2769

3077

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 23:34

 

 

CENTRE DE VOTE : Ecole MANDABA

NOMBRE DES ELECTEURS : 5680

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

244

63

307

BV 2

243

111

354

BV 3

275

97

372

BV 4

165

57

222

BV 5

329

148

477

BV 6

269

118

387

BV 7

275

113

388

BV 8

285

87

372

BV 9

281

134

415

BV 10

304

137

441

Total

2670

1065

3735

 

 CENTRE DE VOTE : Lycée Gobongo

NOMBRE DES ELECTEURS : 4614

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

183

294

417

BV 2

175

233

408

BV 3

206

278

484

BV 4

155

213

368

BV 5

112

156

268

BV 6

139

239

378

BV 7

182

230

412

BV 8

145

154

299

Total

1297

1797

3094

 

  CENTRE DE VOTE : Ecole NDRES 2

NOMBRE DES ELECTEURS : 3811

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

               80

387

467

BV 2

87

-

352

BV 3

62

-

 

BV 4

62

268

330

BV 5

103

302

405

BV 6

54

317

371

BV 7

78

177

255

Total

526

1612

2138

 

 

CENTRE DE VOTE : Mairie 4 e Arrondissement

NOMBRE DES ELECTEURS : 2505

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

140

73

213

BV 2

175

53

228

BV 3

279

100

379

BV 4

348

85

433

Total

942

311

1253

 

 CENTRE DE VOTE : Ecole chinoise

NOMBRE DES ELECTEURS : 4741

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

76

461

537

BV 2

23

228

251

BV 3

43

285

328

BV 4

70

227

297

BV 5

30

316

346

BV 6

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 23:19

 

 

Tiangaye Nicolas

 

                                                

 

 

CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL

 

 

(CRPS)

 

Justice – Paix – Développement

 

 

 

COMMUNIQUE 002/ 11

 

 

 La Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS) membre du Collectif des Forces du Changement (CFC) informe l’opinion nationale et les partenaires extérieurs qui appuient le processus électoral en Centrafrique de l’imminence d’un hold-up électoral qui sera imposé à la CEI lors de la proclamation des résultats des élections législatives dans le 4e Arrondissement de la Ville de Bangui au détriment du Candidat Nicolas TIANGAYE.

 

Pour parer à toute éventualité, la Direction de Campagne de Maître Nicolas TIANGAYE publie d’ores et déjà les résultats chiffrés des procès- verbaux de dépouillement signés dans tous les bureaux de vote concernant les deux (2) candidats ayant recueilli le plus de voix dans ledit Arrondissement.

 

 

Bangui le 25 janvier 2011

 

  

 

Le Président de la Direction de Campagne

  

 

 

Ange YANGUERE

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 18:20

 

 

Ngouandjika votant

 

 

(Xinhuanet 26/01/2011)

 BANGUI -- Une coalition de l'opposition comprenant trois candidats à l'élection présidentielle, à savoir l' ex-Premier ministre Martin Ziguélé, l'ex-ministre de la Défense et chef rebelle Jean-Jacques Démafouth et Emile Nakombo, a réclamé lors d'une conférence de presse mardi à Bangui l'annulation des élections présidentielle et législatives de dimanche, jugées irrégulières.


Réunis au siège du Rassemblement démocratique centrafricain ( RDC), parti d'Emile Gros-Raymond Nakombo, le Collectif des forces du changement (CFC) a contesté dans une déclaration lue par son porte-parole, Me Nicolas Tiangaye, la régularité du vote pour cause de « fraudes massives et ostentatoires » du régime du président sortant, François Bozizé.

Ce regroupement rassemble notamment en sein parmi ses membres le RDC, la Convention républicaine pour le progrès social (CRPS) de Me Tiangaye, la Nouvelle alliance pour le progrès (NAP) qui soutenait la candidature de Démafouth puis le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) de Ziguélé.

Mettant en cause le « caractère volontairement vicié, du fait exclusif du pouvoir et de la CEI (Commission électorale indépendante, ndlr) du scrutin du 23 janvier 2011, il récusé formellement « toute crédibilité et toute fiabilité » des résultats partiels (encore non officiels) qui, selon lui, « parviennent au niveau des différents états-majors des partis de l'opposition ».

Dans leur position commune, les trois candidats du CFC qui affrontaient François Bozizé, au même titre que l'ex-chef de l'Etat Ange-Félix Patassé, candidat indépendant renversé par celui- ci par un coup d'Etat militaire le 15 mars 2003, ont annoncé l' usage de « toutes les voies du droit pour faire respecter la volonté du peuple centrafricain sorti massivement afin de faire le choix de l'alternance démocratique par les urnes ».

Sur les 868 candidats pour le renouvellement des 105 sièges de députés de l'Assemblée nationale (Parlement), le collectif en a aligné 213. Comme à la présidence où il est déclaré « quasi- systématiquement en tête avec un score qui lui donne toujours plus de 50% des suffrages exprimés, garantissant ainsi son élection dès le premier tour », le président Bozizé et son parti, Kwa na kwa ( KNK), sont crédités d'une large victoire à ce scrutin législatif, remarque le CFC.

« Nous n'avons pas encore des tendances. Sauf que vous avez entendu à radio Ndéké Luka (une radio privée de la capitale centrafricaine, ndlr) que parfois Bozizé a 300 voix et son suivant immédiat 60 voix ». Jusqu'au moment où je vous parle, aucun candidat de l'opposition n'est dans la posture de gagner les élections. C'est la première fois que nous allons aux élections, même dans nos propres fiefs, on n'a pas de victoire », a relevé Emile Gros-Raymond Nakombo.

Le collectif s'est voulu plus démonstratif en brandissant un paquet scellé d'environ « 500 cartes numérotées et recensées » et qui ont été accidentellement remises à un jeune, membre du comité de soutien local du CFC, dans cette localité par un cadre du KNK. Des cartes, de l'avis de Martin Ziguélé, destinées à la machine de fraudes du parti présidentiel.

A en croire le leader du MLPC, il s'agissait au total de « 800 cartes remplies et ventilées » et 300 avaient déjà été utilisées. « Les 500 cartes ont été remises devant un agent d'exécution judiciaire. Le président du tribunal de Berbérati a été saisi. Une plainte collective sera déposée aujourd'hui », a assuré l'ancien chef du gouvernement du régime de Patassé, ajoutant que 5 urnes suspectes, avec 5.000 bulletins de vote, ont été par ailleurs saisies et déposées à la brigade de gendarmerie

« En 2005, je n'étais pas. Plus de 5% de Centrafricains ont voté pour moi à Bangui. Cette fois-ci, je suis là et on ne peut pas dire que je ne puisse pas avoir 3% », a renchéri Jean-Jacques Démafouth, expliquant que dans son terroir, Sibut, dans la préfecture de Kemo, dans le Centre du pays, il n'obtient pas trois voix.

Or, soutient l'ex-ministre et porte-parole de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (ARPD, groupe rebelle), « à Sibut, mon père a une maison. J'ai mon petit frère qui (y) vit, avec sa femme. Il a des grands enfants. J'ai quatre oncles qui ont chacun deux femmes. Donc, j'ai au moins 20 électeurs ». Il précise que son frère cadet, prétendu non inscrit sur la liste électorale, a été empêché de voter.

« Nous sommes encore sous le choc », a avancé Démafouth expliquant encore qu'à Mbaïki (dans le Sud-ouest, ndlr), les représentants de son parti ont été appréhendés samedi soir, veille des élections, par la gendarmerie, sous prétexte que c'était des rebelles et n'ont été libérés que le lendemain à 10 heures locales (11 heures GMT), soit quatre heures après l'heure d'ouverture officielle du début du vote.

Deux jours après le scrutin, la capitale centrafricaine, en attendant la publication des résultats provisoires « à partir de vendredi » par la Commission électorale indépendante annoncée lundi et confirmée mardi à Xinhua par le porte-parole de cette institution Rigobert Vondo, vivait ce même jour une atmosphère où des patrouilles militaires et policières se montraient plus régulières.

Pour ses recours en annulation des élections, le CFC a annoncé la saisine de la CEI ce même mardi sur des éléments dits factuels conformément à la loi, en attendant éventuellement l'étape de la Cour constitutionnelle en cas de suite non favorable. « Nous sommes des démocrates. Nous sommes des légalistes (..) Pour nous, notre dernière arme restera le peuple au nom duquel les tribunaux sont appelés à se prononcer », a insisté Ziguélé.

 

Le parti au pouvoir rejette les accusations de fraudes de l'opposition


BANGUI, 26 janvier (Xinhua) -- En réaction aux accusations de fraudes de trois des quatre adversaires du président centrafricain François Bozizé à la présidentielle de dimanche, à savoir Martin Ziguélé, Jean-Jacques Démafouth et Emile Nakombo, le camp présidentiel a rejeté ces accusations en l'absence des résultats partiels et taxé ses adversaires de "mauvaise foi".

"Le message, c'est de relever les tergiversations de l'opposition. Nous avons organisé de manière consensuelle les élections avec l'opposition. Nous attendons les résultats qui seront publiés et proclamés par les instances habilitées à le faire", a déclaré le secrétaire général du Kwa na kwa (KNK, au pouvoir), Elie Ouéifio, lors d'une conférence de presse mardi au siège du parti à Bangui.

Faisant suite à une manifestation similaire organisée quelques heures plus tôt par le Collectif des forces du changement (CFC) dont font partie l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé, l'ex- ministre de la Défense et chef rebelle Jean-Jacques Démafouth puis Emile Nakombo, M. Ouéifio a à son tour accusé les trois leaders " de fuite en avant".

"L'opposition a perdu tout son temps à tergiverser ici à Bangui et ils ont laissé le terrain vide (..) Ils sont de mauvaise foi, obnubilés par des gains égoïstes. Le peuple aujourd'hui les sanctionne", a-t-il dit, après avoir indiqué que ces opposants " ont demandé un gouvernement de transition, de large ouverture, se faire un peu de pognon avant d'aller aux élections".

Réunis au siège du Rassemblement démocratique centrafricain ( RDC), parti d'Emile Gros-Raymond Nakombo, les principaux leaders du CFC ont accusé, sur la base de résultats partiels déclarés par leurs différents états-majors et non officiels, le général Bozizé et son parti de "fraudes massives et ostentatoires" pour une réélection au premier tour du chef de l'Etat sortant au terme du scrutin présidentiel de dimanche couplé avec des législatives.

Annonçant des recours en annulation de la "mascarade électorale ", ils ont clairement fait savoir leur détermination à mener le combat pour se faire entendre, indexant au passage la communauté internationale de complicité à l'égard du régime en place. Un discours que le camp présidentiel considère comme un appel à la haine difficilement tolérable.

"C'est des déclarations assez dangereuses. Nul n'a le monopole de la violence", a avisé Elie Ouéfio, par ailleurs secrétaire général de la présidence centrafricaine et ancien ministre d'Etat en chargé de l'Administration du territoire, et qui se refuse par ailleurs à penser que les élections du 23 janvier 2011 soient un échec.

"Ces élections sont le couronnement du dialogue politique et inclusif (de décembre 2008, ndlr). C'est vrai que ça a pris du retard, mais ce retard est dû à l'opposition. Le chef de l'Etat a fait des concessions pour que tout le monde participe aux élections", a-t-il soutenu.

Reportées deux fois en 2010, ce double scrutin mettait en lice pour la présidentielle, en plus de François Bozizé, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en mars 2003 et élu en 2005, et les leaders du CFC, l'ex-chef de l'Etat Ange-Félix Patassé. Environ 1, 8 million d'électeurs recensés devaient les départager, tout comme les 868 candidats pour les 105 sièges de députés de l'Assemblée nationale (Parlement) dont 213 pour le CFC et 105 pour le KNK.


Publié le 2011-01-26 15:37:40

© Copyright Xinhuanet

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 18:06

 

 

logo UA

 

 


BANGUI --26/01/2011 (Xinhuanet) Les élections présidentielles et législatives en République centrafricaine du 23 janvier ont été "libres, démocratiques et inclusives" en dépit de quelques dysfonctionnements, a déclaré mardi le chef de la mission d'observation des élections de l'Union africaine, Boussoukou Mboumba.

La mission note que les dysfonctionnements relevés lors du déroulement du scrutin "ne sont pas de nature à remettre en cause la crédibilité du processus électorale", a déclaré Boussoukou Mboumba à la conférence de presse.

Les côtés positifs de l'organisation du scrutin, selon la mission, sont l'installation des bureaux de vote dans les lieux publics faciles d'accès, une affluence de la population devant les bureaux de vote, le déroulement normal des opérations de vote malgré quelques dysfonctionnements, et le respect de la procédure de dépouillement, a-t-il ajouté.

Les insuffisances constatées et déplorées concernent en particulier "la qualité de la liste électorale et son affichage tardif, la non unicité des cartes d'électeurs, la gestion du vote par dérogation", selon le chef de la mission.

Déployée à Bangui depuis le 19 janvier, la mission est une composition de parlementaires panafricains et nationaux, de responsables d'institutions électorales nationales, des diplomates et des membres de la société civile.

© Copyright Xinhuanet

 

NDLR : Ont-elles aussi été transparentes et crédibles ? La mission de l’UA se garde bien de le dire or c’est cela le plus important dans une élection. "la qualité de la liste électorale et son affichage tardif, la non unicité des cartes d'électeurs, la gestion du vote par dérogation" sont autant d’insuffisances qui ôtent toute crédibilité à ce scrutin qui en définitive, n’aura été qu’une grossière mascarade électorale.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 16:03

 

 

KEMO Ndjoukou *Les représentants des Candidats de l'opposition ont été chassés des
     bureaux de vote et centres de dépouillement par le détachement militaire 
    basé à Ndjoukou
    *Matériel électoral incomplet
  Mala  
  Sibut *Le sous préfet et le Commandant de Brigade ont organisé et 
    controlé le scrutin 
    *Disparition d'urnes 
    *Substiution d'urnes 
    *Absence des Procès Verbaux dans les bureaux de vote
LOBAYE Boda  
  Boganangone  
  Boganda  
  M'baïki 1; 2 et 3 *Intimidation et menaces proférées contre les électeurs par le 
    ministre résidant de la Lobaye
    *Le Ministre résidant de la Lobaye a été appréhendé ce jour 
    24 Janvier 2011 à Mbaïki avec une cargaison d'urnes préalablement
     bourrées en faveur du candidat Bozize
    *Substitution et bourrage d'urnes par les autorités locales 
  Moungoumba  
MAMBERE-KADEI Amada-Gaza  
  Berberati *Déploiement massif des forces de défense
    *Distribution à grande échelle des cartres d"électeur parallèles
     par les autorités locales 
    *Expulsion des représentants de l'opposition dans les bureaux de vote
    *Menaces de mort à l'encontre des représentants des candidats 
    de l'opposition 
    *Bourrage des urnes 
    *substitution des urnes
  Carnot *Occupation par les forces de défense des bureaux de vote et centres de dépouillement 
     
    *Substitution et bourrage des urnes 
  Dede-Mokouba  
MAMBERE-KADEI Gadzi  
  Gamboula  
  Sosso-Nakombo  
MBOMOU BAKOUMA *Le sous-préfet et les forces de défense ont chassé les représentants
     des candidats de l'opposition et ont procédé au dépouillement
  BANGASSOU *Tous les représentants du MLPC ont été chassés dans les bureaux 
    de vote et les autorités locales ont exigé des mandats visés par 
    la CEI locale 
    *Les militants du RDC ont saisi des urnes bourrées par le 
    Commandant de Brigade la Gendarmerie (CB)
     
MBOMOU GAMBO *Intrusion des forces de défense et du Sous-Prefet dans les 
    bureaux de vote et centre dépouillement
  OUANGO  
  RAFAI  
NANA GRIBIZI KAGA-BANDORO *Listes électorales incompletes
    *Achat des voix 
    *Intrsion des forces de défense dans les bureaux de vote
  MBRES  
OUAKA BAKALA  
  BAMBARI 1;2 et 3 *Intruction des forces de défense dans les bureaux de vote 
    *Changement des membres des bureaux de vote et centres de 
    dépouillement
    *Intimidation et Menaces proférées par les autorités locales à
     l'endroit des électeurs ;
    *Absence des éléments de la Mico PAX
    *Déploiement massif des forces de défense dans les Bureaux de 
    vote et centres de dépouillement
    *Tous les présidents des bureaux de vote et centres de
     dépouillement sont KNK
  GRIMARI  
  IPPY  
  KOUANGO  
NANA-MAMBERE ABBA  
  BABOUA  
  BAORO  
  BOUAR 1, 2 et 3 *Achat de conscience 
    *les autorités locales et les forces de défense ont pris le contrôle 
    et l'organisation du scrutin 
    *Ménaces et intimidation des militants du MLPC et les autres 
    partis de l'opposition
     
OUHAM BATANGAFO *Disparition des urnes 
    *Réduction des bureaux de vote 
    *Intrusion des forces de défense dans les bureaux de vote et 
     centre de dépouillement
  BOSSANGOA *Le détachement militaire a chassé les représentants du MLPC
     dans les bureaux de vote 
    *Le Vote s'est fait à huis clos 
  BOUCA *Absence de listes électorales 
    *Le vote s'est déroulé à partir des cahiers distribués par Elie OUEFIO, 
    Sécretaire Général du KNK
  NANA-BAKASSA  
  MARKOUNDA  
  NANGA-BOGUILA  
  KABO *La population Civile n'a pas voté sauf les militaires 
    *Francis BOZIZE ministre délégué à la Defense, fils du Président BOZIZE 
    a depêché une Compagnie militaire pour boucler les bureaux de vote 
OUHAM-PENDE BOZOUM *Intimidation et Ménaces à l'endroit des électeurs de l'opposition 
    *Listes électorales incomplètes 
    *Reduction des bureaux de vote 
    *Bourrage des Urnes
  BOCARANGA 1 et 2 *Disparition et substitution des urnes 
    *Absence de liste électorale 
  BOCARANGA 1 et 2 *Intimidation des électeurs par les autorités locales ,  coups  de feu ouverts
     par les forces de défense
OUHAM-PENDE   *Achat des voix 
  KOUI  
  NGAOUNDAYE 1 et 2 *Insuffisance des bulletins de vote pour les élections présiedntielles  
    (100 bulletins seulement disponibles)
  BOSSEMPTELE *Reduction des bureaux de vote et centres de dépouillement
  PAOUA 1, 2 et 3 *Réduction des bureaux de vote 
    *Disparition des urnes et apparition des urnes au domicile du Mr Ali 
    *Retrait des bulletins de vote par un lieutenant de l'armé
  BOSSEMPTELE  
SANGHA MBAERE NOLA  
  BAMBIO  
  BAYANGA  
VAKAGA BIRAO 1 et 2 *Manque total des matériels électorals le jour du scrutin (23 Janvier 2011)
    *Le Vote a été fait que le Mardi 25 Janvier 2011 sous la pression du 
    détachement militaire appelant à voter pour BOZIZE
  OUANDA-DJALLE  
OMBELLA -M'POKO BIMBO 1,2,3 et 4 *De nombreux militaires ont voté sans cartes d'électeur
  DAMARA *Fraudes massives 
    *Bourrage des urnes 
    *Achat de conscience
  BOGANGOLO  
  BOALI *Les forces de l'ordre ont emporté les urnes avant le dépouillement
  BOSSEMBELE  
  YALOKE  
ZONE AFRIQUE CAMEROUN  
  CONGO  
  GABON  
 
Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 16:01

 

 

                                                             TABLEAU SYNOPTIQUE DES IRREGULARITES CONSTATEES LORS   
                                                                        DES ELECTIONS GROUPEES DU 23 JANVIER 2001  
Préfectures  Arrondt./Sous-préfecture Irrégularités Constatées Observations
BANGUI 1er Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales  
    *Intimidation des représentants des candidats de l'opposition par les   
    forces de l'ordre  
  2e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales   
    *Tentatives de substitution des urnes par les enfants de BOZIZE   
    *Menaces de tous genres  
  3e Arrondissement *Saisie de 24 Cartes d'électeurs dans le secteur de la Mosquée Centrale  
    *Nombreuses Omissions des cartes d'électeur  
    *Installation des bureaux de vote parallèles ou fictifs  
  4e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales (la candidate Lucie AGBO  
    et son mari n'ont pas pu voter).  
    *Irruption des forces de défense et de sécurité dans les Centres.  
     de dépouillement  
    *Votes parallèles chez des particuliers (bureaux parallèles)  
    *Des bureaux de vote délibérement fermés et sciemment rabattus sur un seul  
     bureau entrainant des congestions  (Absence des Membres du Bureau)  
     et surtout dans les zones favorables à Me Tiangaye et l'opposition  
    *Des urnes sont remplies et les Procès Verbeaux signés au préalable   
    avant le dépouillement.  
    *Des bureaux de vote déliberement fermés avec des urnes à l'interieur  
     pendant le scrutin à l'école chinoise.  
  5e Arrondissement *Les Listes ne sont affichées que dans l'après midi du scrutin    
    *Installation des bureaux de vote fictifs dérrière l'Eglise "Cité de la foi"  
    *Des cartes parallèles donnant automatiquement accès aux bureaux de votes  
  6e Arrondissement *Mbossoro et Bimbo 3, aucune liste affichée  
    *Desordre organisé  
    * Noms des électeurs omis volontairement  
  7e Arrondissement *Tentative de substitution des urnes  
    *Nombreuses omissions sur les listes électorales  
BANGUI 7e Arrondissement * Ménaces à mains armées proférées contre le Député sortant Me LAVOU  
  8e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales  
    *Détention par un chef de quartier de certaines listes électorales  
    *Irruption des forces de défense dans les centres de dépouillement   
    *Agressions physiques des représentants des candidats de l'opposition  
BAMINGUI BANGORAN BAMINGUI    
  NDELE *Toutes les communes n'ont pas voté sauf le centre ville de Ndélé;  
    *Manque de Procès verbaux et insuffisance des bulletins de vote  
    *Accrochage et bagarre entre les élements du KNK avec les militants du   
    MLPC à Kotissako (45 km de Ndélé)  
BASSE-KOTTO Alindao    
  Kémbé    
  Mobaye *Instrusion des militaires dans les bureaux de vote et centres de dépouillement   
    *Bourrage des urnes par les autorités locales  
    *Manque d'urnes dans 3 Communes   
    *Installation illégale d'urnes dans les domiciles de 3 Chefs de village  
  Satéma     
  Zangba *Manque d'urnes d'isoloirs et de bulletins de vote  
HAUT-MBOMOU Bambouti    
  Djémah    
  Obo *Intimidation et exclusion des représentants des Candidats de l'opposition  
     dans les Bureaux de vote par les forces de défense et de sécurité  
    *Listes électorales incomplètes   
    *Achat de conscience par le KNK  
  Zémio    
HAUTE-KOTTO Bria 1 et 2 *Le vote n'a eu lieu que dans la ville de Bria Centre, tous les environs sur  
     50KM n'ont pas voté (la moitié des électeurs)  
  Ouadda     
  Yalinga    
KEMO Dékoa *Fermeture des écoles 2 semaines avant le scrutin   
    *Réquisition du corps enseignant au profit du KNK  
    *Intimidation et Ménaces proférées à l'endroit des éleccteurs   
    *Listes électorales incomplètes   
Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 15:34

 

 

Binguimale2 0

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 26 Janvier 2011 13:33

4 représentants des candidats de l’opposition à la présidentielle ont claqué la porte de la Commission Electorale Indépendante (CEI) ce mercredi 26 janvier 2011. Ils dénoncent ainsi ce qu’ils considèrent comme des cas d’irrégularités qui entachent les scrutins du 23 janvier dernier. Ils accusent le parti au pouvoir Kwa Na Kwa du président sortant François Bozizé d’orchestrer des fraudes. D’ailleurs seul le représentant du KNK assiste désormais au dépouillement.

Le retrait de l’une des pièces maitresses du processus électoral, intervient en plein dépouillement des procès-verbaux des élections qui arrivent à la CEI à l’Assemblée Nationale.

Les représentants de l’opposition ont déclaré, pour justifier leur position « ne pas être en possession des procès-verbaux des centres et bureaux de vote sur l’ensemble du territoire ».

Selon Joseph Rodrigue Maité, président de la sous-commission dépouillement à la CEI, « les opérations du dépouillement ont pris un retard à cause de ces préalables de l’opposition ». La CEI, précise Maïté, souhaite « obtenir ces préalables par écrit, car il s’étonne de la réaction de ces représentants qui ont d’ailleurs validé les résultats sur le terrain avant de les acheminer à la CEI ».

Rodrigue Mayté explique encore qu’aucun préalable pour ces genres d’opérations « n’est prévu dans le code électoral », et conclut, « qu’avec ou sans l’opposition le travail se fera pour le rendre public samedi 29 janvier ».

Il faut dire que ce coup dur au processus électoral intervient au lendemain d’une demande du Collectif des Forces du Changement. Cette structure de l’opposition exige l’annulation des élections en Centrafrique. Pourtant, plusieurs observateurs nationaux et internationaux ont déjà validé ce double scrutin malgré quelques insuffisances relevées.

 

NDLR : Enfin ! Ils auraient dû partir depuis belle lurette mais il n'est jamais tard pour bien faire. En étant resté jusqu'au déroulement du scrutin dans les conditions que l'on sait désormais, cela a permis d'établir la mauvaise foi de Bozizé et son doungourou et homme de main Binguimalé dont la malhonnêteté et la partialité éclatent ainsi au grand jour. Dorénavant, un total discrédit est jeté sur cette CEI totalement acquise à Bozizé. Ils pourront ainsi proclamer les résultats et la victoire de Bozizé au premier tour avec les scores à la soviétique comme bon leur semble mais ils n'auront jamais la conscience tranquille. La longue liste dedysfonctionnements et graves insuffisances dressée par le président Buyoya de l'OIF achève de discréditer définitivement ces élections qui n'en sont pas. Ce sont les éléments de la GP que Bozizé a envoyés récupérer les urnes en province. Il refuse que ce soit ceux de la FOMAC et pour cause ce qui déclenche de la résistance dans certaines villes comme Kaga-Bandoro, Bria et autres ! Nous devons maintenant passer à autre chose...Bozizé doit partir !!! 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 15:32

 

 

Ping-Jean.jpg

 

 

AFRICAN UNION

UNION AFRICAINE

UNIÃO AFRICANA

Addis Ababa, Ethiopia P.O. Box 3243 Tel: (251 – 11) 551 38 22 Fax (251 –11) 551 93 21, (25111) 5514227

Email : situationroom@africaunion.org

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

L’UA PREOCUPEE PAR L’ANNONCE FAITE PAR M. ANDRE MBA OBAME

 

Addis Abéba, le 26 janvier 2011

 

 

La Commission de l’Union africaine (UA) a pris connaissance avec surprise et préoccupation de l’annonce faite, le 25 janvier 2011, par M. André Mba Obame. Cette annonce, qui intervient 17 mois après la tenue, le 30 août 2009, de l’élection présidentielle, en présence d’observateurs internationaux, est de nature à porter préjudice à l’intégrité des institutions légitimes, ainsi qu’à menacer la paix, la sécurité et la stabilité du Gabon, qui constituent le socle sur lequel le pays peut consolider son processus démocratique et mener à bien son développement socioéconomique.

Le Président de la Commission, Jean Ping, appelle tous les acteurs politiques gabonais, notamment les responsables des partis de l’opposition, dont tous peuvent s’honorer d’avoir contribué à la stabilité et au rayonnement du Gabon, à la retenue. Il les exhorte à faire preuve de responsabilité et à continuer, à tout moment et en toutes circonstances, de placer les intérêts supérieurs du Gabon au-dessus de toute autre considération. Il encourage toutes les parties prenantes gabonaises à privilégier le dialogue et la concertation pour relever les défis auxquels leur pays est confronté, dans le respect scrupuleux de la légalité et du fonctionnement normal des Institutions.

Le Président de la Commission, que préoccupe au plus haut point la tendance perceptible à travers le continent à la multiplication de crises liées aux consultations électorales et à la gouvernance, forme le voeu que le Gabon trouvera dans la sagesse de ses dirigeants et le génie propre de son peuple la voie de progrès soutenus, y compris dans la vie politique, dans un climat de paix, de sérénité et de convivialité.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE