Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 12:11

 

 

 

Bendounga

 

Jean Francis Bozizé

 

 

Lettre-Bendounga-a-Francis.JPG

 

À: "dynastie sameley"" <samaleydynastie@yahoo.fr>
Date: Dimanche 28 août 2011, 5h45

il m’a été très difficile de trouver ton adresse électronique. c'est à base d'un serveur logistique que je l'est finalement eu. écoute bien ceci: « je ne cesse de te voir dans mon sommeil. Et celà me perturbe beaucoup si ce qui t'est arriver ne te suffit pas, alors continue. actuellement, mon père est très souffrant et je te soupçonne toi. si mon père perd la vie, tu verra chers ami.... alors fait beaucoup attention. si non!!!  Fin de la transcription.

Monsieur le Ministre Délégué, nous vous prions de nous infirmer ou confirmer que ce courriel émane bel et bien de vous. Tout refus de votre part de répondre à cette demande du MDREC dans les quarante huit heures vaut acquiescement et nous en tirerons toutes les conséquences légales et juridiques.

 

Nous portons également à votre connaissance que la copie de cette correspondance est envoyée à : la Cour Constitutionnelle, aux Partis Politiques, l’Assemblée Nationale, au Gouvernement, aux Ambassades et la Presse.

 

Veuillez agréer Monsieur le Ministre Délégué, l’expression de notre haute et sincère considération.

 

Le Président du M.D.R.E.C

 

 

Démocrate Joseph BENDOUNGA

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:59

 

 

 

Nguérékata

 

 

(C.A.P) - Pr Gaston Mandata Nguérékata, bonjour

Pr Gaston Nguérékata : Bonjour.

(CA.P) Vous avez pris récemment l’initiative de lancer un appel patriotique aux autorités de Bangui au sujet de la crise que traverse actuellement l’Université de Bangui à laquelle vous n’avez pas voulu demeurer indifférent. Vous leur avez notamment fortement recommandé de geler certaines dépenses inutiles afin de faire des économies et pouvoir consacrer un peu de moyens financiers à la résolution des difficultés de cette institution et éviter une année blanche aux pauvres étudiants. Votre appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisqu’on a appris que le Président François Bozizé en personne a instruit le Premier Ministre Faustin Touadéra, un mathématicien comme vous, de prendre en main ce dossier. Etes-vous satisfait d’avoir ainsi été entendu ? 

Pr Gaston Nguérékata : Permettez-moi d’abord de présenter mes condoléances aux familles centrafricaines dont les enfants, admis au sein des FACA, ont été victimes de la foudre au centre d’instruction militaire de Bouar le 29 aout 2011. Je dédie aussi ma pensée aux étudiants victimes de brutalités policières le Jeudi 1er Aout 2011 sur le campus de l’Université de Bangui.

Comme vous le savez, j’ai été dans les années 80 responsable de l’Université de Bangui et cumulativement avec mes fonctions au sein du cabinet du Président Kolingba et du Gouvernement ; j’y ai toujours dispensé mes cours jusqu’à mon départ du pays en 1995, j’étais alors Vice-Recteur nomme par le Président Patassé. Le sort de cette institution ne pouvait pas me laisser indifférent. Que l’appel lancé ait trouvé un écho auprès des autorités compétentes ne peut que me réjouir puisqu’ il a été établi dans cette optique. Simplement les effets d’annonces sont si pléthoriques avec le régime de Bangui que l’on est emmené à réserver toute appréciation afin de suivre l’évolution de la situation.

Contre toute attente, un décret vient de limoger le Recteur de l’Université de Bangui, le Pr Gustave Bobossi. Vous qui avez été enseignant et brièvement Recteur a.i de l’Université de Bangui il y a déjà quelques années, pensez-vous que la valse des Recteurs soit la solution aux problèmes de l’Université de Bangui ?

 Il faut replacer la crise de l’Université de Bangui dans son contexte. Il y a d’une part les enseignants qui exigent l’application d’une décision datant de 2006 relative à leurs émoluments et d’autre part les étudiants qui réclament le départ du responsable de la direction des bourses. Il s’agit-là de questions qui relèvent de la responsabilité du gouvernement. Le Pr Bobossi n’était le problème. On a fait de lui un bouc émissaire et sa révocation est de la diversion qui ne constitue  aucunement la solution.

La valse des Recteurs crée une fâcheuse instabilité au sommet de cette institution. Elle donne l’impression que la nomination des hauts responsables de l’Université de Bangui n’est pas une décision murie. C’est l’ensemble de l’enseignement supérieur qui mérite une nouvelle approche. Il faut rendre effective l’autonomie administrative et financière de l’Université, redynamiser ses différents organes de prise de décision, cesser de politiser l’institution, en somme faire confiance aux universitaires (enseignants et étudiants) pour gérer les problèmes de celle-ci.

Certaines informations font état de ce que les autorités de Bangui vous trouvent dérangeant avec certaines de vos prises de position depuis les USA où vous enseignez et faites de la recherche tout en vous permettant de temps en temps d’exprimer des points de vue sur l’évolution de la situation de votre pays dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne sont pas tendres avec le régime actuel de Bangui. Récemment, votre conversation avec un homme politique de l’opposition a été écoutée et enregistrée par les services de la présidence. Qu’en dites-vous ?

Les hommes de Baba Ladé qui font la loi en RCA n’inquiètent personne. Des militaires indisciplinés se croient tout permis pendant que c’est silence radio du côté des autorités. La LRA pille, viole, tue et certains disent qu’ils n’ont pas de problème avec elle. La famine QUI prend des proportions inquiétantes sur toute l’étendue du territoire national n’émeut aucun des responsables autorisés. Les détournements de deniers publics, la rapine, la mafia, le clientélisme, le clanisme et le tribalisme sévissent et tout le monde trouve cela normal. La navigation à vue est érigée en mode de gouvernement tandis que l’anormalité est devenue la norme pendant que les griots chantent, invectivent, insultent et menacent. Deux citoyens qui dialoguent au téléphone, cela devient une affaire d’état. Il s’agit là d’une grave entorse aux lois et principes aux noms desquels nos destins sont liés. Le 20 aout 2011 j’ai eu une conversation avec Louis Pierre GAMBA, Président du Rassemblement Démocratique Centrafricain, parti politique dans lequel j’ai activement milité dans les années 80 et 90 et auquel je suis encore très attaché. Il n y a rien de répréhensible en cela pour que je devienne la bête noire de la République pour reprendre votre expression. La RCA serait-elle devenue le Cambodge des Khmers Rouges, les ouvriers du KNK seraient-ils devenus les frères du Parti Communiste du Kampuchéa et le 1er ouvrier serait-il devenu le frère Pol Pot?

C’est donc légitime de s’interroger. Le régime de Bangui ne connait-il que le langage de la force ? Le KNK signifie-t-il vraiment « le travail, rien que le travail ? » Ou alors « la mort, rien que la mort ? »

Jugez-en vous-même, les compatriotes qui ont pris les armes contre les autorités de Bangui sont reçus avec tous les honneurs. Des opposants démocratiques et non armés réunissent le peuple pour échanger, on leur envoie des tontons-macoutes drogués. Cette volonté de basculer le pays dans le chaos est à condamner. Les acquis de la démocratie centrafricaine ne sauraient être la propriété d’une seule famille politique. Ils sont la propriété de tous les hommes et femmes de ce pays. La liberté de réunion, de rencontre et de dialogue sont des fondamentaux non modulables du contrat au terme duquel nous sommes tous liées dans un destin commun. Je m’opposerai à toutes ces violations, y compris celle dont j’ai été victime au travers de cette communication téléphonique interceptée.

Bangui grouille de rumeurs selon lesquelles vous seriez bientôt adoubé par l’actuelle direction du Rassemblement Démocratique Centrafricain le parti de l’ancien et défunt Président,  le Général André Kolingba, perspective qui semble donner l’insomnie aux autorités actuelles du pays. Si ces rumeurs sont fondées, pensez-vous que les mathématiques peuvent-elles aussi mener en politique ? Que réagissez-vous sur tout cela ?

Des mathématiques à la politique dites-vous ?  La question ne se pose pas. J’étais membre du cabinet du Président Kolingba à la fondation du RDC en février 1987. Présent au congrès de Berberati et membre pendant plusieurs années du Comité Directeur du parti.  Je ne quitte pas les mathématiques pour la politique, j’y suis depuis mon retour en Centrafrique au début des années 80. Certaines raisons m’ont éloigné du pays depuis 1995. Pour autant, je ne me suis pas désintéressé de mon pays. Et comme l’a fait remarquer  le compatriote Clément BOUTE-MBAMBA il y a peu : « prendre position en politique sur des rumeurs c’est participer au viol de l’imaginaire ».  Je ne répondrai pas à ces rumeurs. Cependant, je puis vous  confirmer que l’état actuel de notre pays exige de tous ses fils et filles une mobilisation maximale. Placé devant cette responsabilité, je ne m’y dérogerai pas.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Interview
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:56

 

 

Bozizé met les galons de colonel à son fils Francis

 

 François Bozizé dans le bureau présidentiel. remarquez c

 

 

 

L’histoire qui suit donne une idée du mode de gestion du pays par Bozizé. En réalité, François BOZIZE n’est pas seul président de la République centrafricaine mais il dirige ce pays avec toute sa famille nucléaire. Papa a placé sa progéniture quasiment partout dans certains services de l’Etat, essentiellement dans l’appareil sécuritaire et répressif. Francis BOZIZE est ministre délégué à la défense. Rodrigue BOZIZE à la gendarmerie ainsi qu’Aimé Vincent BOZIZE alias Papi à la tête de la SRI. Le lieutenant Franklin BOZIZE sème la terreur à l’aéroport Bangui Mpoko. Un autre, un certain Giscard BOZIZE, sévit au Palais de la Renaissance en humiliant à longueur de journée mêmes les plus proches collaborateurs du cabinet de son président père. Henri MAIDOU et Michel GBEZERA- BRIA en savent quelque chose. La particularité la mieux partagée de cette nombreuse progéniture de BOZIZE est l’échec scolaire et donc la vacuité pour le côté intellect, suivant ainsi leur père, dernier de sa promotion à l’école d’officiers (ESFOA) de Bouar, mais aujourd’hui président de la République. Ne parlons pas des frasques et exactions du véritable délinquant, Jean François BOZIZE alias « Djodjo », expulsé de France en 2009 et qui continue maintenant ses exploits à Bangui. Le fils adoptif Kévin BOZIZE quant à lui, brasse aussi beaucoup de vent mais n’a pas non plus particulièrement brillé à l’académie militaire de Meknès au Maroc où il a été envoyé. Reste enfin Socrate BOZIZE pour boucler la boucle qui a erré lui aussi ça et là pour finir par faire soi-disant élire comme député de Gambo dans la Basse-Kotto lors du dernier hold-up électoral de son père.

 

Du 25 au 26 août dernier, six habitants du quartier Gobongo (périphérie nord de Bangui), 4 hommes et 2 femmes, ont séjourné 24 heures dans  les geôles de la Section de Recherche et d’Investigation (SRI) pour s’être opposés à l’ouverture par les services du cadastre d’un passage censé faciliter l’accès  à un lieu de culte dénommé Mission d’évangélisation pour le salut du monde (MESM).

Aveuglés par la perspective de céder quelques pouces de leur propriété,  ces imprudents ont tout simplement oublié que ce temple, un chapiteau de fortune dressé devant son domicile par une certaine Mme Irène Mboyo, en rupture de ban avec une église apostolique, a le privilège de compter parmi ses visiteurs une maîtresse de Rodrigue Bozizé, en quête, selon la rumeur publique, de bénédiction divine pour donner un héritier à ce dernier.

Convoqués à la SRI ce 25 août, une douzaine d’antipathiques voisins de quartier sont présentés par Rodrigue Bozizé à « Maman Irène », qui en désigne quelques uns, immédiatement condamnés à 3 jours de séjour en geôle pour avoir feint d’ignorer Dieu que tout le monde prie au pays de Boganda (pardon, Bozizé).

L’arrestation des six (6) voisins indésirables de « Maman Irène » provoque une mini-insurrection à  Gobongo,  où des jeunes en colère affrontent à coups de pierre et de quolibets Rodrigue Bozizé et les gendarmes qu’il déploie pour sécuriser la « maman Hingo » de la MESM, finalement contrainte de quitter son domicile devenu dangereux.

Une tentative de conciliation amorcée le lendemain par Rodrigue Bozizé tourne court, obligeant ce dernier à ordonner la libération des condamnés avant le terme de leur peine.

Désormais, une drôle de guerre oppose les ex-prisonniers et leurs proches à la MESM et sa chef de file, réduite à vivre sous la protection de jeunes gros bras recrutés à cet effet.

Mais rien n’indique qu’elle a définitivement renoncé à son projet. Il en va de même pour ses encombrants voisins qui affirment attendre depuis plusieurs mois la suite d’une plainte déposée contre « Maman Irène » pour tapage nocturne.

Rédaction C.A.P

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:11

 

 

 

 

 

 

F Gouandjika

 

                                                      Sieur Fidèle GOUANDJIKA

 

                  ci-dessous, sa résidence actuelle toujours à Boy-Rabe 

              

immeuble-Ngouandjika-surplombant-Boy-Rabe-copie-1.jpg

chantier Ngouandjika building-copie-1

 

quelques vues de son actuel complexe hôtelier en chantier toujours à Boy-Rabe

 

chantier-Ngouandjika-building-hotelier-.jpg

 

 

 

Hôtel Gouandjika de Boy-Rabe Groupe MGF SARL

20 chambres King size de luxe, 30 chambres Executive room, 05 suites F3, Executive room 01 suite Royale duplex (500 mètre carré) 7eme ciel (6e et 7e étage), 01 suite Impériale (duplex) 7eme et 8eme étage bâtiment Nord, Salle de sport Executive, 6eme étage Exécutive Lounge, 5eme étage (500 mètre carré) Restaurant Rez-de-chaussée, Business Center, Salle de fêtes (rez-de-chaussée) Salles de réunion, Salle de conférence moderne 300 mètre carré, Piscine, Wifi haut débit gratuit pour toutes les chambres, Discothèque, Petit jardin fleuri (promenade des amoureux) Deux bus climatisés gratuit (navette) Des limousines de luxe gratuit (VIP)

Superbe! Genial ! Qu'est-ce qu'il est riche ce Fidèle Gouandjika. Cela dit, comment en est-il arrivé là? Quelle méthode a-t-il utilisé ? Bill Gates à Microsoft, Warren Buffet à....., Serge Dassault à Dassault, ou Martin Bouygues ou encore à la Vincent Bolloré. Pour Ndoutingaï on sait que ses milliards proviennent de la filière du diamant et de l'uranium centrafricains, mais lui, Fidele Gouandjika qu'est-ce-qu'il a ? Où a-t-il trouvé l'argent? Pour peu qu'on insiste sur cette question, les esprits malins diront que c'est par jalousie qu'on s'intéresse à l'origine.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 21:12

 

 

 

RCA-MAROC.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Dimanche, 04 Septembre 2011 17:40

Zéro but partout. C’est le score du match disputé ce dimanche 4 septembre 2011, à Bangui entre les fauves de Bas-Oubangui de football et les Lions de l’ATLAS du Maroc. La rencontre s’est déroulée au complexe sportif Barthélémy BOGANDA. Un stade plein à craquer avec de pelouses très glissantes suite à la pluie diluvienne qui s’est abattue toute la journée sur Bangui, la capitale. Des supporters, drapeaux en mains, tee-shirts à l’effigie des fauves sont restés debout pour encourager les fauves.

Pour faire face à la dernière menace proférée à l’endroit de la RCA par la CAF,  les dirigeant du ballon rond ont tout fait pour éviter qu’il ait des militaires en arme autour du terrain. La CAF avait menacé de suspendre le Complexe sportif Barthélemy Boganda et d'infliger une amende en cas de débordements lors de ce match RCA/Maroc.

Les fauves ont fait une très bonne entrée dès les 2 premières minutes avec le trio Momi, Mabidé et Kétévoama. Des occasions de but manqués.

A la 12ème minute, le portier des fauves Géoffroy Lémbé a failli encaisser un but échoué sur la barre transversale. Il a arrêté plusieurs occasions marocaines. Les Marocains ont de ce fait dominé les 30 premières minutes.

Salif Kéïta a pris un carton jaune à la 26ème minute.

Hilaire Momi, meilleur buteur des fauves a failli marquer le 1er but à la 35ème minute. Il a réussi à dribler 3 défenseurs marocains et a perdu son ballon face au gardien de l’équipe adverse.

Les fauves ont tenté de se réorganiser vers la fin de la première partie avec des percées non concrétisées. Salif Kéïta, Hilaire Momi, Charlie Dopékouliyenne, Manga et bien d’autres attaquants se sont réveillés, mais n’ont pas donné grand-chose.

Les 2 équipes se sont séparées sur un score de zéro but partout à la première partie.

Mabidé et Léngbé ont écopé d’un carton jaune chacun à la 8ème minute de la deuxième partie. Ces fauves ont sorti leurs griffes à la 15ème minute avec la perte d’une occasion en or. C’est finalement Dopékouléyenne qui tiré en l’air une passe décisive réalisée par Kétévoama à moins de 10 mètres de la cage marocaine. De toutes les belles occasions enregistrées dans les 20 premières minutes de la seconde partie, les centrafricains n’ont pas de finisseurs pour concrétiser les actions.

La partie est restée serrée avec une pression centrafricaine accompagnée de rapidité, vers la fin de la seconde mi-temps. Plus de 5 minutes, les fauves ont empêché leurs adversaires à franchir leur camp.

Suspens donc. Les supporters ont espéré une victoire avec le dernier corner en faveur des fauves à 43ème minute. Mais le résultat n’a rien donné.

La RCA et le Maroc sont co-leaders du groupe D, avec 8 points, mais avec un meilleur goal-average en faveur des Lions de l’Atlas. La Tanzanie devance l’Algérie avec 3 points de plus. Ils avaient 4 points chacun.

Il est à noter que les fauves n’ont pas bénéficié de bonnes préparations pour cette rencontre contrairement à leurs adversaires. Les poulains de Jules Accorsi sélectionnés au nombre de 22 dont 17 internationaux ont tenté de prouver leurs talents.

Ce match a été pour eux une phase décisive. Elle a été qualifiée par le capitaine des fauves comme une finale de la coupe du monde. Ces derniers devraient être qualifiés pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2012), prévue en Guinée Equatoriale et au Gabon.

Les fauves attendent désormais leur prochaine rencontre retour contre l’Algérie, à Alger. En match aller, le 10 octobre 2010 à Bangui, l’équipe centrafricaine avait battu la formation algérienne sur un score de 2 buts à zéro.

 

Réaction d'un à chaud d'un compatriote

 

 

CAN 2012 : CENTRAFRIQUE 0  MAROC 0

 

 

Le match que beaucoup attendaient entre le Centrafrique et le Maroc, comptant pour les éliminatoires de la CAN 2012, qui se tiendra conjointement au Gabon et en Guinée Équatoriale, a bien eu lieu ce dimanche 4 Septembre 2012, sur le stade Barthélémy Boganda de Bangui, devant un public centrafricain affamé d'une victoire des Fauves. C'est dire combien ce public espérait cette victoire, qui ouvrirait à son équipe, la voie à une première participation à la qualification de la prestigieuse coupe africaine des nations.

 

Commencé un peu plus d'un quart d'heure après 16 heures, heure française, le match a tout de suite vu l'équipe marocaine dominer des pieds et de la tête une équipe centrafricaine très frileuse, vu l'ampleur de l'enjeu.

 

La peur au sein de l'équipe centrafricaine, qui a été sans nul doute partagée par son public, a duré une bonne vingtaine de minutes, pendant lesquelles n'importe quel spectateur ou téléspectateur voyait déjà l'équipe marocaine, finir le match en équipe victorieuse, avec un score qui ne serait pas loin de deux à trois buts à zéro.

 

Mais il fallait compter avec le courage de onze fauves déterminés à ne pas vendre leur peau à bon marché, honneur de la défense des couleurs de leur nation obligeant. Une fois la vague des attaques des marocains jugulée, les fauves ont commencé à montrer leurs dents, dominant presque la totalité du reste du match. Une domination qui ne produira aucun fruit à cause de plusieurs facteurs tenant aussi bien des conditions de jeu que de la préparation physique et tactique des joueurs.

 

En effet, en ce qui concerne la préparation physique des joueurs, l'on a pu constater très nettement la lenteur dans le déplacement des joueurs centrafricains qui arrivaient souvent en retard sur plusieurs ballons ou qui se faisaient devancer assez facilement par leurs adversaires du jour. A cela s'ajoute l'insuffisance des attaques centrafricaines par le milieu, la plupart des balles n'étant concentrées que sur l'aile droite. D'ailleurs la meilleure occasion de but du côté centrafricain est venue sur une attaque par le centre. Avec une insistance appuyée sur cette partie du jeu, peut-être que l'équipe centrafricaine aurait fini le match sur un score plus heureux.

 

En ce qui concerne les conditions de jeu, voilà bien un élément qui traduit à lui tout seul la façon dont la plupart des entreprises centrafricaines sont conduites. Dans ce pays, on s'est toujours contenté de faire des réalisations, et une fois ces réalisations faites,  plus de suivi. Un très beau stade a été construit à Bangui, Bravo !

 

Mais il faut savoir qu'une telle entreprise exige des soins permanents. L'on ne doit pas seulement se contenter des murs et des gradins bien construits, mais il faut  aussi savoir qu'un match de football se joue sur une pelouse. Et une pelouse, ça s'entretient.

 

Quelle honte de voir la pelouse sur laquelle a évolué notre équipe nationale ? Quelle honte de savoir que les centrafricains ont été les premiers à souffrir davantage de l'état de leur terrain ? Ignore-t-on qu'on peut imaginer une façon de protéger une pelouse des furies des tornades ? Et si on imaginait couvrir la pelouse avec de larges bâches, qu'on enlèverait aussitôt la pluie terminée, l'affaire serait-elle impossible ?

 

Nous louons le courage de nos frères et fils qui se sont battus dans les conditions difficiles sur le terrain, mais de grâce, les autorités centrafricaines doivent protéger leurs ambassadeurs, et les protéger, c'est les mettre dans les conditions les meilleures, qui puissent leur permettre de mener à bien leur mission.

 

Mais en dépit de ce match nul contre un Maroc qui a déjà un bilan international bien connu en matière de football, nous adressons nos vives félicitations à nos fauves, qui montrent déjà qu'ils ont de longues dents, et leur souhaitons bon vent pour la suite.

 

Singuila mingui.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 20:49

 

 

 

vote d'une femme en Afrique

 

 

Radio Ndéké Luka Dimanche, 04 Septembre 2011 17:46

 

Les électeurs des 14 circonscriptions électorales invalidées par la Cour Constitutionnelle pour des irrégularités choisissent ce dimanche 4 septembre 2011 leurs députés. La plupart des bureaux de vote sont ouverts à l’heure avec une faible mobilisation des électeurs. Le constat a été fait dans la matinée de ce dimanche,  par les reporters de Radio Ndeke Luka tant à Bangui qu’en provinces.

Le scrutin se déroule sous une pluie diluvienne à Bangui et Bossangoa (ouest), causant ainsi du retard dans l’acheminement des matériels électoraux dans certains bureaux de vote. Aucun incident majeur n’est encore signalé du moins pour la matinée.

Au centre de vote « Ecole Ben-Zvi », situé dans la 2ème circonscription du 5ème arrondissement de Bangui avec 22 bureaux de vote, certains électeurs ne retrouvent pas leurs noms sur les listes affichées. Les opérations de vote ont démarré à partir de 8 heures locales (7HTU) au lieu de 6 heures locales (5HTU) prévues par le code électoral.

L’autre cas de retard est enregistré à l’école maternelle Vie –Espoir dans la même circonscription avec une très faible participation. Toutefois, tout le matériel électoral est disponible dans tous les bureaux de vote, ainsi que les mandataires des candidats en place. Interrogés par Radio Ndeke Luka, certains électeurs indiquent qu’ils sont beaucoup plus « préoccupés par la rencontre RCA-Maroc prévue ce dimanche à Bangui que de s’intéresser au vote ».

Par contre au centre de vote Fondation Mallot, toujours dans la circonscription du 5ème II, l’engouement est au top. Les électeurs bravent la pluie pour se rendre aux urnes.

Un jeune vendeur de Whisky en sachet est appréhendé avec une carte d’électeur qui n’est pas la sienne, ceci grâce à la vigilance d’autres jeunes en charge de la sécurité dans ce centre de vote. Le fraudeur a été aussitôt remis aux policiers en poste dans ce centre de vote.

Dans  certains bureaux de vote de la 1ère circonscription du 5ème arrondissement de Bangui, la plupart des salles sont sombres. Il est difficile pour les agents de bureau de vote d’identifier le nom des électeurs. A Bouar (ouest), 17 000 électeurs sont concernés par ce scrutin. La mobilisation y est aussi faible. Le correspondant de Radio Ndeke Luka, constate l’absence des observateurs électoraux sur le terrain.

Selon José Binoua, ministre d’Administration du territoire et président du Comité Transitoire des Elections (CTE), « les choses se passent globalement bien en dépit de quelques cas d’omission du nom de certains électeurs. Des désagréments aussitôt pris en charge ».

Signalons que la campagne électorale a été morne dans ces circonscriptions électorales.

Il faut dire que ces législatives se déroulent sans l’opposition. Réunie au sein du Front pour l’Annulation et la Reprises des Elections (FARE-2011), elle avait déjà retiré tous ses candidats au lendemain du 1er tour des dernières élections en Centrafrique. L’opposition dénonçait de fraudes massives orchestrées selon elle, par le pouvoir en place qui a d’ailleurs raflé la majorité des 105 sièges que compte la législature du pays.

 

Centrafrique - Faible participation aux législatives partielles

Dimanche, 04 Septembre 2011 18:27

Les opérations de dépouillement ont commencé dimanche soir dans les centres de vote des 14 circonscriptions invalidées aux législatives centrafricaines du 27 mars, après la fermeture des bureaux de vote qui ont connu une faible affluence, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le dépouillement a commencé en présence des représentants des candidats et des électeurs, et sous la protection d'agents des forces de l'ordre, comme le prévoit le code électoral centrafricain.

Selon le ministre de l'Administration du territoire, Josué Binoua, "tout s'est déroulé dans le calme. Aucun incident majeur ne s'est produit, tant à Bangui qu'en province".

A l'issue du second tour des législatives du 27 mars, la Cour constitutionnelle avait invalidé les résultats dans 14 des 105 circonscriptions électorales pour différentes irrégularités.

Le Kwa Na Kwa (KNK, le travail rien que le travail), parti du chef de l'Etat centrafricain, a remporté la majorité absolue à l'issue du second tour, avec 61 sièges sur les 105 que compte à l'Assemblée nationale.

Le KNK a des candidats dans toutes les circonscriptions où se sont déroulées ces partielles.

Martin Ziguélé, l'un des principaux opposants et président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC, opposition) avait appelé au boycott de celles-ci, comme il l'avait fait pour le second tour des législatives le 27 mars. Il dénonce les "velléités hégémoniques et monopartites du régime (du président François) Bozizé".

© Agence France-Presse

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 13:38

 

 

 

logo-FARE-2011.JPG

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Les Partis  Politiques de l’opposition démocratique constituant le FARE- 2011 déplorent que la République Centrafricaine jadis havre de paix  s’enlise dans une restriction des libertés sans précédent.

 

En effet, le pouvoir a prouvé le Samedi 27 Août 2011 à la face du monde qu’il a définitivement opté pour la répression aveugle et le mépris de la Constitution.

 

Le FARE 2011, a adressé une correspondance en date du 18 Août 2011 au premier citoyen de la ville de Bangui, l’informant de la tenue d’un meeting le samedi 27 Août 2011 à partir de 14 heures 00 à la Place MARABENA, qui est une propriété privée appartenant au MLPC dans le 5e Arrondissement de Bangui.

 

Il faut préciser que les manifestations publiques des partis politiques en Centrafrique ne sont pas soumises à un régime d’autorisation préalable. Les pouvoirs publics sont  simplement informés par les organisateurs  en vue des dispositions à prendre pour assurer la sécurité et le maintien de l’ordre public.

 

Après plusieurs tergiversations, les autorités compétentes  réticentes au départ, ont marqué leur accord pour  la tenue du meeting.

 

Or dans la matinée du 27 Août, le site du meeting a été investi par les gendarmes qui ont reçu l’ordre d’empêcher tout rassemblement.

 

Les responsables du FARE 2011 ont dû reprendre les négociations avec le Premier Ministre et le Ministre de l’Administration du Territoire pour obtenir le déguerpissement des gendarmes.

 

Avant le début du meeting,  des jeunes drogués   instrumentalisés notamment par un haut responsable du  KNK  et un griot de la presse présidentielle, ont lancé des attaques contre les militants et les leaders de l’opposition : jets de pierres , de sachets incendiaires, de chiffons inflammables imbibés d’essence. Les faits se sont déroulés  sous l’œil complice des agents de forces de l’ordre présents sur les lieux et qui ont préféré ne pas intervenir. Les dégâts occasionnés sont importants:

 

1/ Les blessés notamment :

 

-          MALEKOUDOU Etienne (MLPC) ;

-          ZOUMBETI Samuel Stanislas (MLPC) ;

-          NDEWANA Kevin (MLPC) ;

-          Mademoiselle KADO Edvige (MLPC) ;

-          NZAÏ Bernard (RDC)

-          DANA Honoré (CRPS)

-           NGOULOU Fridolin, journaliste stagiaire à la radio NDEKE LUKA, lynché et dépossédé de ses appareils (cellulaires et photo numérique).

 

2/ Les véhicules endommagés :

 

-          TOYOTA PICK- UP cabine avancée ;

-          TOYOTA LAND CRUISER;

-          Matériel de sonorisation;

-          07 chaises plastiques emportées.

 

Devant cet acte ignoble dont les auteurs sont identifiés, les Partis Politiques membres du FARE 2011, respectueux des lois républicaines, ont décidé de :

 

1°) Intenter une action en justice contre ces fossoyeurs de la démocratie et leurs commanditaires ;

 

2°) Organiser le 07 Septembre 2011 une conférence de presse afin de porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale les errements bellicistes et antidémocratiques du pouvoir.

 

3°) Organiser en septembre 2011 une Assemblée Générale Unitaire pour éclairer amplement les militants qui sont en droit de tout savoir sur le sabotage du meeting ;

 

4°) Tenir un grand meeting unitaire au mois d’octobre 2011 à la Place MARABENA.

 

Le FARE 2011 condamne avec la dernière rigueur ces  actes de violence aveugle dont l’objectif est la liquidation des libertés démocratiques chèrement acquises par le peuple centrafricain et  l’instauration de la dictature par l’interdiction de toute forme d’expression par l’opposition démocratique.

 

 

 

Fait à Bangui, le 01 Septembre 2011

 

 

Le Coordonnateur

 

 

Tiangaye Nicolas 

 

 

Maître Nicolas TIANGAYE

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 00:34

 

 

Fini Kode logo

 

 

113, rue Saint-Pierre 13005 Marseille

Tel. : 00 (33) 06 03 03 30 14 / 00 (236) 75 50 36 32/  assofinikode@gmail.com

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

N°005/FK-11

Conformément à l'appel a candidatures du 6 juillet 2011, le Conseil Exécutif du Mouvement citoyen Fini Kodé informe le public que la date limite du dépôt de candidature du « Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté » est fixée au 09 septembre 2011 à minuit.

Passé ce délai, aucun dossier ne sera accepté. 

Pour rappel, le « Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté » est doté d’une valeur d’un (1) million de Francs CFA. Il est destiné à récompenser chaque année, toute personne physique ou morale, dont les actes posés, la qualité des travaux réalisés, le comportement en société, contribuent à  promouvoir ou à peser d’une manière positive sur les activités socio-économiques et culturelles du pays. Et ce, dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des citoyens centrafricains ou de participer de manière significative au développement social durable du pays.

 

Bonne chance à toutes et à tous.

 

Pour le Conseil Exécutif

 

Aboubakar SAMORY

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 19:08

 

 

 

meeting du 27 août 2011 

 

 

meeting du 27 dirigeants hébétés-copie-1

 

FARE-2011-France

 

COMMUNIQUE

 

 

Le Samedi 27 Août 2011, lors du meeting de l’opposition démocratique rassemblée dans le FARE-2011, un groupe d’antidémocrates a  saboté la manifestation sous le regard complaisant des forces de l’ordre.

L’objectif de ces saboteurs etait de provoquer des troubles à l’ordre public et d’en attribuer  la paternité à l’opposition démocratique, organisatrice de la manifestation. Cette situation est sciemment créée par BOZIZE et son régime dans le but de jeter l’anathème sur le FARE-2011 dans le but de discréditer l’opposition et ainsi de l’empêcher d’organiser des réunions publics au mépris des fondements élémentaires de la démocratie.

En effet, une manifestation de l’opposition du 30 Juin 2011 avait déjà été empêchée par les forces de l’ordre. Ces dernières viennent de récidiver en occupant la place MARABENA ce 27 Août 2011 jusqu’à midi avant de se retirer, non loin pour assister inactives et  donc complices, des agresseurs et saboteurs de cette manifestation. Nous rappelons que la mission régalienne des forces de l’ordre est le maintien de la paix et la protection des citoyens.

Cette conception bozizéenne de la démocratie n’est pas de nature à consolider la paix, la concorde et la cohésion sociale dans une nation comme la République Centrafricaine, déjà fragilisée par la gestion scabreuse du général BOZIZE et ses proches.

Le FARE-2011-France condamne avec fermeté ces pratiques antidémocratiques, dictatoriales, criminelles du sanguinaire BOZIZE visant à diviser le peuple centrafricain.

Le FARE-2011-France appelle le peuple centrafricain à la vigilance pour garantir la cohésion sociale et ne pas se laisser instrumentaliser pour des intérêts égoïstes

Le FARE-2011-France exige le respect de l’article 1 de la loi organique qui dispose  «La personne humaine est  sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation ont obligation absolus à la respecter et de la protéger», l’article 13 «La liberté d’informer, d’exprimer et de diffuser ses opinions par la parole, la plume et l’image, sous réserve du respect des droits d’autrui, est garantie» et l’article 20 «Les partis ou regroupements politiques concourent à l'expression du suffrage, à l'animation de la vie politique, économique et sociale»

Le FARE-2011-France en appelle à tous les démocrates du monde, aux défenseurs des droits humains, aux institutions et amis de Centrafrique à œuvrer pour garantir les droits fondamentaux du peuple centrafricain.

Fait à Paris le 2 Septembre 2011

SIGNATAIRES

 

Représentant PATASSE

MLPC

RDC

CRPS

Michel

DOROKOUMA

Gilles

BOMILA-KORADJIM

Henri

ASSANGOU

Daniel

MAKOURI

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 23:55

 

 

 

Maléyombo

 

 

Bangui, 2 sept (C.A.P) – C’est depuis hier soir 1er septembre que dans le cadre de l’audit du département des Télécommunication, l’ancien ministre de ce département Thierry MALEYOMBO est en garde à vue à la Section Recherche et Investigation (SRI) de la gendarmerie nationale, apprend –t-on de bonne sources à Bangui.

A la suite de plusieurs auditions judiciaires à son domicile dont l’ancien ministre a fait l’objet, il s’était retrouvé en fin de semaine dernière dans le bureau du Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Bangui où il a sans doute été mis en examen, conséquence logique du rapport de l’enquête judiciaire qui a été menée sur sa gestion calamiteuse du département des Télécommunications.

 

Fidèle Gouandjika

Toujours au sujet de ce département, le prédécesseur de MALEYOMBO, Fidèle NGOUANDJIKA aussi est dans l’œil du cyclone en dépit de ses dénégations et déclarations dans la presse. Deux décrets muets de Bozizé l’ont en effet relevé de ses fonctions de porte-parole du gouvernement et l’ont placé à la disposition de la justice pour les besoins de l’enquête dont l’étau se resserre inexorablement autour de lui mais son seul espoir qui reste est que c’est Bozizé qui doit décider du sort qui doit être réservé au rapport judiciaire compromettant pour lce monsieur devenu multimilliardaire au grand jour grâce au "gateway" etsur le dos des oéparateurs de téléphonie.

 

chantier-immeuble-de-Ngouandjika.jpg

vue du chantier de l'immeuble de huit étages de Fidèle Ngouandjika à Boy-Rabe

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique