Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 02:27

 

 

 

hissene habre escorte voiture

 

 

 Source : Slateafrique 11 juil 2011

En annonçant vendredi l’extradition de l’ancien président tchadien, Abdoulaye Wade savait qu’il aurait en face de lui une farouche résistance. En 20 ans de présence au Sénégal, Hissène Habré a tissé de solides liens. Plus que l’Organisation des Nations Unies, ses puissants réseaux au Sénégal ont fait reculer Abdoulaye Wade.

L’image du ministre des Affaires étrangères Madické Niang annonçant la suspension de la décision d’extradition d’Hissène Habré au Tchad en dit long sur le processus qui a abouti à l’annulation de la décision présidentielle. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères a longtemps été l’un des principauxsoutiens de l’ancien dictateur tchadien dans l’entourage du président Wade. Pour l’avoir défendu en tant que avocat, Madické Niang connait bien les réseaux de Hissène Habré au Sénégal. Dans le proche entourage du président Wade, l’ancien dictateur compte de multiples soutiens. Comme Madické Niang, ministre des Affaires étrangères et ancien ministre de la Justice, le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a été l’avocat de Habré. Le vice-président de l’Assemblée nationale Iba Der Thiam et le ministre du Tourisme Thierno Lo sont connus pour leur proximité avec l’ancien président tchadien. Ces personnalités proches du président Wade ont dû peser de tout leur poids pour éviter une mort certaine à Hissène Habré au Tchad.

En plus de ses alliés politiques, l’ancien président Tchadien dispose de solides relais au sein de l’élite religieuse. Pour l’annulation de la mesure d’extradition, les quatre principales confréries ont fait pression sur Wade. Serigne Mansour Sy, khalife général des Tidjanes, principal protecteur et guide religieux de Habré, est intervenu. Même s’il n’a pas fait allégeance aux mourides (une des principales confréries du pays), Hissène Habré bénéficie du soutien de Touba. La presse sénégalaise fait état de l’intervention de cette famille religieuse pour la suspension de la décision d’extradition. Il faut rappeler qu’Abdoulaye Wade est très lié à cette famille religieuse car il se targue d’être mouride. Les Layènes, une confrérie établie à Dakar, a également réagi en faveur de Habré.

Cette proximité avec les grandes familles religieuses sénégalaises n’est pas nouvelle. En 2005, Serigne Mansour Sy, le khalife général des Tidianes (l’une des plus grandes confréries religieuses du pays) avait alors éconduits les défenseurs des droits de l’homme qui voulaient le convaincre de lâcher Habré. Le marabout avait promis à Habré qu’il ne sera jamais extradé. Ne voulant pas frustrer le marabout, les autorités avaient reculé.

Autre soutien de taille du dictateur tchadien, la grande famille religieuse de feu Elhadji Oumar Tall. Le gendre du défunt khalife général de cette famille, Thierno Mountaga Tall, est de la même promotion qu’Hissène Habré dans une école égyptienne. Une source révèle la proximité entre Habré et cette famille religieuse : « Dès qu’il a débarqué à Dakar, Hissène Habré s’est rendu auprès des Tall pour leur dire : « désormais, vous êtes ma famille ». En 2001, lorsque la Chambre d’accusation devait se prononcer sur l’affaire Habré, la famille Tall a fait un intense lobbyng auprès du Président Wade, très sensible aux doléances des religieux. On connait le résultat ».

Hissène Habré qui vit chez les lébous, est très apprécié de cette communauté. Bassirou Diagne Marème Diop, le Grand Serigne de Dakar, une autorité coutumière léboue, est aussi monté au créneau. Youssou Diène, le Jaraaf (chef coutumier de l’ethnie Léboue) de Ouakam, un des villages traditionnels de Dakar où réside une des deux épouses de Hissène Habré, s’est insurgé contre l’extradition de l’ancien président tchadien. A Ouakam, l’ancien président tchadien est considéré comme un citoyen sénégalais. Au cours d’une rencontre co-organisée par le Collectif africain de soutien à Habré et la Collectivité léboue, des témoignages ont été faits sur le président Tchadien. « C’est un bon musulman qui partage avec nous les prières dans cette mosquée qu’il a aidé à ériger. Il n’hésite pas à soutenir les populations durant les fêtes religieuses », soutient un jeune de Ouakam. Les habitants de Ouakam étaient déterminés à bloquer le trafic de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, situé à quelques encablures de leur quartier.

Dans la presse des chroniqueurs influents comme le journaliste-écrivain Abdou Latif Coulibaly, directeur de publication de la Gazette, et Mamadou Omar Ndiaye, directeur de publication du Témoin, ont eu à le défendre dans leurs écrits.

Hissène Habré vit à Dakar depuis son éviction du pouvoir en 1990 par Idriss Déby, actuel président du Tchad. Il est accusé de plusieurs milliers d’assassinats politiques et de torture systématique pendant les 8 années de sa présidence (1982 à 1990).

En juillet 2006, alors que la Belgique demandait son extradition, l’Union africaine avait donné mandat au Sénégal de le juger ‘’au nom de l’Afrique’’.

La justice sénégalaise avait inculpé Hissène Habré en 2000 de crime contre l’humanité avant de se déclarer incompétente. En 2007, l’Assemblée nationale a voté une loi qui déclare les tribunaux sénégalais compétents pour juger l’ancien chef d’Etat tchadien.

Ndèye Khady LO

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 02:17


 

)Wade et son fils

 

Par RFI lundi 11 juillet 2011

Dans un nouvel entretien publié lundi 11 juillet dans l’hebdomadaire L’Express, Robert Bourgi, le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy, se livre à une attaque en règle contre le pouvoir sénégalais. Ses critiques n’épargnent ni Abdoulaye Wade ni son fils Karim, signe que la rupture est totale entre la famille du président du Sénégal et l’avocat franco-sénégalais.

« Je suis catégoriquement opposé à la candidature d'Abdoulaye Wade aux présidentielles de 2012. Je pense qu'à 87 ans, il ne peut plus prétendre représenter l'avenir d'un pays doté d'une population aussi jeune que celle du Sénégal ». Ces propos de Robert Bourgi dans un entretien à L'Express confirment que le divorce est désormais consommé entre Robert Bourgi et la famille Wade.

Interrogé sur la lettre ouverte que Karim Wade a adressée aux Sénégalais dans laquelle il nie toute velléité de dévolution monarchique du pouvoir, Robert Bourgi répond : « Sincèrement, je l'ai trouvée pathétique pour ne pas dire pitoyable (…) Dans cette lettre, il préfère se victimiser au lieu de s'expliquer sur les coupures d'électricité ce qui n'est pas digne d'un homme politique, et encore moins d'un homme d'État ».

Si Robert Bourgi se dit opposé à la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012, son opinion est également tranchée à propos de son fils : « Je connais bien Karim, et j'estime qu'il n'a rien à faire en politique. Il a été candidat aux élections municipales de mars 2009 sur la liste du PDS qui, du coup, a perdu la mairie de Dakar. Je ne comprends pas l'insistance de son père à vouloir, pour lui, coûte que coûte un mandat car il est sans doute plus doué pour les affaires. Or, comme chacun sait, les affaires et la politique ne font pas bon ménage. »

«Je le mets au défi » de prouver ce qu'il avance

Dans cette interview à nos confrères de L’Express, le conseiller occulte de l'Elysée revient également sur l'affaire qui l'oppose au fils du président. « Je confirme que Karim Wade m'a bien téléphoné dans la nuit du 27 au 28 juin à 2h40 exactement. Il m'a demandé de saisir les plus hautes autorités françaises afin d'obtenir l'intervention de l'armée française ». « Je le mets au défi » de prouver que c'est moi qui lui ai suggéré par sms d'obtenir l'intervention des forces françaises, « en montrant ce prétendu texto ». C'est donc désormais parole contre parole.

Karim Wade affirme qu'il a été harcelé toute la journée du 27 juin par des coups de fil de Robert Bourgi. Mais il ne l'a pas pris au téléphone. C'est ensuite qu'il a été inondé de sms. A 2h40 du matin, quand les deux hommes finissent par se parler, la situation est déjà redevenue calme à Dakar.

Pourquoi donc aurait-il, à cette heure-là, demandé l'intervention des forces françaises alors qu'il existe des canaux officiels pour cela... et qu'il n'est ni ministre de la Défense ni le chef de l'Etat ? Joint par RFI, Karim Wade assure que le contenu de ces fameux sms sera rendu public par la Sonatel, la société nationale sénégalaise des télécoms.

 

NDLR : Le cas sénégalais devrait inspirer aussi les Centrafricains dans le combat qu’ils doivent commencer dès maintenant à livrer contre les mêmes projets de succession dynastique que caresse aussi François Bozizé en Centrafrique, lui qui prépare également son rejeton Francis pour le cas échéant. Or ce Francis commence déjà à envoyer arbitrairement des journalistes en prison pour crime de lèse-majesté.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 01:41

 

 

 

Fini Kode logo

 

 

 

113, rue Saint-Pierre 13005 Marseille

Tel. : 00 (33) 06 03 03 30 14 /  00 (236) 75 50 36 32

assofinikode@gmail.com

 

 

Appel à Candidatures

  

  

Le Mouvement Citoyen Fini Kodé a le plaisir de lancer un appel à candidatures pour la Première Édition de son prix, dénommé « Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté ».

Doté d’une valeur d’un (1) million de Francs CFA, ce prix est destiné à récompenser chaque année, toute personne physique ou morale, dont les actes posés, la qualité des travaux réalisés, le comportement en société, contribuent à  promouvoir ou à peser d’une manière positive sur les activités socio-économiques et culturelles du pays. Et ce, dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des citoyens centrafricains ou de participer de manière significative au développement social durable du pays.

                                              

Conformément à son règlement et aux critères d’attribution ci-dessous, ce prix sera décerné à toute personne physique ou morale de nationalité centrafricaine, qui réside ou non sur le territoire de la République Centrafricaine.

Le dépôt de candidature est ouvert le 10 juillet à minuit et s’achève le 09 septembre 2011 à minuit. La date de remise du prix au lauréat sera fixée ultérieurement.

Pour être candidat, veuillez nous faire parvenir un dossier de candidature. Nous vous prions  de lire attentivement le règlement et les critères d’attribution du prix. Les dossiers de candidature sont à envoyer  exclusivement et impérativement par mail à l’adresse suivante : assofinikode@gmail.com  avant le 09 septembre 2011 à minuit.   

Fait à Bangui, le 09 juillet 2011.

 

Pour le Conseil Exécutif

Franck SARAGBA

 

 

 

 

Règlement du Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté

 

 

I - Objet du Prix.

 

Le Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté a pour objet l’éducation civique de la population centrafricaine.

 

Doté d’une valeur d’un (1) million de Francs CFA, le prix est destiné à récompenser chaque année, toute personne physique ou morale, dont les actes posés, la qualité des travaux réalisés, le comportement en société contribuent à  promouvoir ou à peser d’une manière positive sur les activités socio-économiques et culturelles du pays. Et ce, dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des citoyens centrafricains ou de participer de manière significative au développement social durable du pays.

 

Le prix est décerné chaque année  à un lauréat de nationalité centrafricaine résidant ou non sur le territoire national dans les domaines suivants : politique, économie et social.

 

Ce règlement est déposé auprès d’un huissier de justice à Bangui.

 

II - Retrait des dossiers de candidatures.

 

Les dossiers de candidature peuvent être obtenus par téléchargement à partir des sites suivants : www.lindependant-cf;com / www.finikode.com / ou sur simple demande à assofinikode@gmail.com

 

 

 III - Recevabilité des dossiers de candidatures.  

 

Le dossier de candidatures est transmis en  5 exemplaires.

 

Le formulaire de candidature est daté et signé par le candidat.

 

Aucun document du dossier de candidatures ne sera retourné.

 

 

IV - Constitution du Jury.  

 

Les membres du Jury sont désignés par le Conseil Exécutif du Mouvement citoyen Fini Kodé. Il est constitué de cinq (5) membres.

 

Le Jury du prix statuera en séance privée, à la majorité de ses membres, dont la décision est définitive et sans recours.

 

Les membres du Jury désignent un président de séance et un rapporteur.  Après un examen minutieux des dossiers de candidature, le Jury prend une décision motivée qui sera adressée au Conseil Exécutif du Mouvement.

 

En cas de désaccord sur le choix du candidat, le Conseil Exécutif du Mouvement prend une décision à la majorité de ses membres. À défaut, la voix de son président est prépondérante.

 

V - Proposition et sélection des candidats.

 

Toute administration nationale, toute institution éducative et de recherche, toute association, toute personne physique, tout ancien lauréat du prix peuvent proposer une candidature.

 

Les propositions sont faites par écrit au Conseil Exécutif du mouvement qui les soumettra au Jury d’attribution du prix. Elles seront accompagnées de commentaires techniques.

 

 

V - Attribution du Prix.

 

Le prix est attribué en présence du lauréat ou en son absence au cours d’une cérémonie. Dans ce cas, le lauréat désignera un représentant qui recevra le prix à sa place.

 

Le nom du lauréat est porté à la connaissance du public. Un chèque d’un (1) million de Francs CFA lui est remis ainsi qu’une statuette en bois.

 

Le présent règlement pourra être modifié ou complété par le Conseil Exécutif du Mouvement.

 

Fait à Bangui, le 09 juillet 2011.

 

Pour le Conseil Exécutif

                                                                                                              Franck SARAGBA

 

 

Prix Fini Kodé Pour la Citoyenneté

                                            Première édition – 2011-

DOSSIER DE CANDIDATURE

Du 10 juillet au 09 septembre 2011

 

 

 

 1. IDENTITÉ DE LA PERSONNE CANDIDATE  (personne physique ou morale)

 

Nom ou Dénomination :

 

Prénom (s) ou raison sociale :

 

Nationalité:

 

Date de naissance ou de la création :

 

 

 2. ADRESSE  DU CANDIDAT (personne physique ou morale)

 

 

Adresse:

 

Pays:

 

Ville:                                       

 

Téléphone:

 

E-mail/adresse électronique:

 

 

 

 3. SITUATION PROFESSIONNELLE DE LA PERSONNE PHYSIQUE OU MORALE CANDIDATE

 

1- Décrire en 15 lignes maximum les activités quotidiennes de la personne physique ou morale candidate (l’objet de l’activité, le pays où l’activité s’exerce, la ville et le quartier)

 

2- une lettre de motivation (sur papier libre)

 

 

Je soussigné(e), Mme Melle M. déclare me porter candidat(e) au Prix Fini Kodé pour la Citoyenneté. Je reconnais avoir pris connaissance du règlement de ce prix et en accepter les termes. Tout dossier incomplet sera rejeté.

                                      

                                                                                                                                                                   Fait à,

 

                                                                                                                                               Le

 

Signature, précédée de la mention « lu et approuvée »

 

 

 

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 01:28

 

 

 

logo CPJP gf

 

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 11 Juillet 2011 13:40

Les autorités administratives locales de la préfecture de la Haute Kotto (nord-est) ont entamé le 10 juillet 2011 dans l’après-midi à Bria, un premier essai de pourparlers pour réconcilier les fractions rebelles de la Convention des Patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et de l’Union des forces pour la démocratie et la République (UFDR). La première rencontre a regroupé les autorités et les éléments de la CPJP dont le chef d’Etat-major et son adjoint, 4 éléments de sécurité et un porte-parole.

Un accrochage meurtrier a opposé il y a deux semaines les deux fractions rebelles au village de Mouka situé à 90 km de la ville de Bria sur l’axe Ouadda. De nombreuses pertes en vies humaines ont été enregistrées dans les deux camps, mais l’on ne dispose pas de bilan exact.

Depuis lors, l’axe Bria Ouadda est coupé en deux. Aucun véhicule n’emprunte cet axe, du fait de l’insécurité créée par les deux parties. Un regain de tension a été également déclenché entre les deux mouvements, signataires de l’accord de paix avec le gouvernement centrafricain.

Les autorités se proposent de rencontrer également le mouvement de l’UFDR mais aucune information sur la date et le lieu de la rencontre n’a cependant été précisé.

 

NDLR : C'est la preuve par neuf que tous ces prétendus accords signés opportunément à la hâte ne sont pas crédibles et ne peuvent réellement ramener la paix dans le pays. Des solutions de sortie de crise pourtant existent mais qui apparemment n'intéressent pas les autorités de Bangui dont certains représentants utilisent certains chefs rebelles comme instruments pour s'en mettre plein les poches.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 01:23

 

 

 

Lula-Ignacio.jpg

 

 

"Suivant l'exemple de l'Amérique Latine, l'Afrique devrait décider de prendre sa vraie indépendance qui est aux mains des occidentaux. Le continent Africain qui est riche de gisements minéraux et de terre fertile, aurait en effet toutes les potentialités pour devenir la première puissance économique planétaire, mais elle est encore opprimée sous la coupe coloniale des grandes puissances de la terre".

Ce sont les paroles de l'ex -président brésilien LULA DA SILVA, qui était la semaine dernière en Guinée Equatoriale pour la réunion des chefs d'états africains.

Lula a invité les chefs d'Etat à "ouvrir les yeux" sur ce qui se passe en Afrique ces derniers mois , en Libye et en Côte d'Ivoire : l'interférence de la France et des Etats-Unis constitue un sérieux danger pour la souveraineté africaine et pour les futures générations.

Durant l'assemblée générale sur le rôle des jeunes africains, une session détachée de la réunion avec pour thème la crise libyenne, Lula a accusé les chefs africains d'être avides , assoiffés de pouvoir , de trahir leurs propres pays et surtout d'être les serviteurs de l'occident, qui saccagent le continent noir et déciment sa souveraineté. La devise de ces chefs d'Etat étant "chacun pour soi, Dieu pour tous" ne portera pas loin l'Afrique. Il faut le sens de responsabilité, d'humilité, de dignité et d'Unité pour bien gouverner !

Critiquant le fait que les leaders africains qui sont arrivés au pouvoir par un coup d'état ou par le vouloir des puissances occidentales, il a ensuite dénoncé le monopole des 5 pays du monde. ajoutant que: L'UNION AFRICAINE a 1,4 milliard d'habitants...et c'est inconcevable que les USA, LA FRANCE,LA CHINE,LA RUSSIE ET LA GRANDE BRETAGNE dictent la loi au conseil de sécurité de l'ONU ! Surtout que la crise économique mondiale provient des Etats-Unis.

Il a déploré le fait que l'UNION AFRICAINE soit financée seulement par 5 pays africains et le reste par des dons occidentaux. Par conséquent, pour cela , l'UA ne peut pas défendre les interéts de l'Afrique et avoir un poids au niveau international. C'est cette même U.A qui légitime les coups d'Etats, les rebellions ou actions illégales pour l'obtention du pouvoir en Afrique, ignorant la volonté du peuple et la finalité des élections. Beaucoup de chefs d'Etat présents avaient la tête basse, à qui il a rappelé l'invasion française dans le continent noir ! LA FRANCE nourrit et arme les rebelles dans les pays qui ont cessé d'être leurs colonies. Avec des interférences dans les affaires internes des pays africains ! C'est clair la référence avec le cas de la Côte d'Ivoire, où Paris avec l'utilisation de la force a enlevé le président GBAGBO pour mettre à son poste Ouattara.

Si pour la Cote d'Ivoire, rien a été fait pour arrêter le coup d'état, l'union Africaine peut demander le cessez le feu immédiat en Libye. En soutien s'est ajouté le président Jacob Zuma, un des chefs opposants qui tient tête à l'Occident disant qu'ils n'ont pas le droit d'assassiner KHADAFI.

Un silence d'ombre dans la salle de l'UA où les présidents qui sont les talons de l'occident étaient nombreux, en l'occurrence ABDOULAYE WADE du Sénégal qui a séjourné à Benghazi pour reconnaitre le gouvernement des rebelles , BLAISE COMPAORE du Burkina Faso qui a soutenu la rébellion de OUATTARA en Côte d'Ivoire contre GBAGBO, YOWERI MUSEVENI de l'Uganda qui combat les AL Shabaab en Somalie, PAUL KAGAME du Rwanda qui saccage pour le compte de l'Occident et puis SASSOU N'GUESSO du Congo Brazzaville, IDRISS DEBY du TCHAD, PAUL BIYA du Cameroun, FAURE GNASSINGBE du Togo, ODIMBA ALI BONGO du Gabon et le dernier recruté qui s'est ajouté à la dépendance des "puissances de l'oppression" ALLASSANE OUATTARA de la Côte d'ivoire !

 
TEXTE ITALIEN TRADUIT EN FRANCAIS PAR KOUAME CELESTIN N'BRAH

 
http://afrohistorama.over-blog.com/

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:53

 

 

 

urgent

 

Bangui 11 juil (C.A.P) - Le tribunal de Bangui vient de rendre le verdict dans l’affaire des deux journalistes Faustin Bambou et Cyrus Emmanuel Sandy contre qui le parquet avait requis trois ans de prison ferme et 1 million de F CFA (1500 euros) d’amende. Au finish, ils sont libres mais doivent cependant acquitter une amende de 300.000 F CFA soit 457 euros.

Il est incontestable que dans cette incroyable affaire, c’est la pression nationale et internationale qui a payé et pesé sur ce verdict. Passer d’une peine requise de trois ans d’emprisonnement ferme et une amende d’un million (1) de F CFA pour une soi-disant incitation à la haine à une remise en liberté pure et simple, c’est quand même peu banal.

Une première leçon à tirer de cette affaire est que la dépénalisation des délits de presse est une illusion et n’a pas encore disparu en Centrafrique contrairement à ce que le régime Bozizé avait tenté de faire croire. Autrement dit, la lutte doit toujours être menée à ce niveau avec détermination.  

 

 

 

Centrafrique: libération de deux journalistes en prison depuis un mois

(Radio Nederland Wereldomroep) 11 juillet 2011 - 12:41pm

Bangui (AFP) - Les deux journalistes centrafricains, incarcérés depuis plusieurs semaines et contre lequel le parquet avait requis trois ans de prison pour "incitation à la violence et à la haine", ont été condamnés à des amendes mais libérés, selon le jugement rendu lundi.

Faustin Bambou, directeur des Collines de l'Oubangui, en prison depuis le 27 mai, et Emmanuel Cyrus Sandy, directeur de Media Plus, incarcéré depuis le 15 juin, ont été reconnus coupables de diffamation à l'encontre de Jean-Francis Bozizé ministre délégué à la Défense et fils du président centrafricain François Bozizé.

 

Ils sont condamnés à une amende de 300.000 FCFA (458 euros) à titre de dommages et intérêt.

Toutefois, le tribunal n'a pas retenu l'incitation à la violence et à la haine et comme la diffamation ne peut entraîner une peine privative de liberté conformément à la loi sur la dépénalisation des délits de presse en Centrafrique, les deux hommes sont libres.

 

MM. Bambou et Sandy avaient accusé le ministère de la Défense de ne pas avoir payé certaines pensions de militaires à la retraite alors que l'Union européenne avait versé des subventions pour que celles-ci soient payées.

 

Le 17 mai, Alain-Georges Ngatoua, un responsable du ministère de la Communication, avait critiqué Les collines de l'Oubangui, Media Plus et On dit quoi, à la radio nationale, dénonçant une "véritable campagne de dénigrement" contre Jean-Francis Bozizé.

 

Lors du procès, le 6 juillet le procureur avait requis 3 ans de prison ferme pour "incitation à la violence et à la haine" ainsi qu'un million de CFA d'amende (1.500 euros) contre chacun des accusés.

L'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières ainsi que le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) avait protesté.

 

 

 

Verdict d’apaisement, les deux journalistes sont libres

 

Cyrus-Sandy-et-Faustin-Bambou.JPG

Cyrus Emmanuel SANDY et Faustin BAMBOU ici devant le Tribunal et libres

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 11 Juillet 2011 13:34

Ils sont désormais relaxés et verseront une amende de 300 000 francs CFA (environ 461 euros) chacun à titre de dommages et intérêts. C’est le verdict du procès Ministère Public contre Faustin Bambou et Emmanuel Cyrus Sandy, respectivement Directeur de publication des journaux « Les collines de Bas-Oubangui » et « Médias + » poursuivis pour « incitation à la haine et atteinte à la sureté de l’Etat ». Le Procureur de la République avait requis il y a quelques jours, 3 ans d’emprisonnement fermes et une amende de 1 000 000 de francs CFA (environ 1538 euros) chacun.

Dans son verdict le président du tribunal de grande instance de Bangui, Juge Jules GAVO, reconnait que « l’affaire relève d’une diffamation plutôt que d’une incitation à la révolte, thèse avancée et soutenue par le procureur de la République ».

Aussi, le tribunal estime que les deux journalistes doivent être jugés sur la base de l’ordonnance du 2005 sur la liberté de la Communication et non sur la base du code pénal souhaité par le Ministère public.

Ce faisant, c’est finalement la défense de ces 2 journalistes qui a eu raison sur le parquet de Bangui. Maitre Hyacinthe GBIEGBA un de leurs avocats se dit « satisfait » du verdict. Toutefois, « pendant le toute l’affaire, la défense a toujours réclamé l’application stricte de la loi sur la liberté de communication en Centrafrique. Le juge après débats avait constaté que les faits reprochés à nos clients ne relevaient pas d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat. Il les a disqualifiés pour requalifier en diffamation contenu dans cette ordonnance ».

Pour Emmanuel Sandy l’un des prévenus, « le juge a dit le Droit ». Seulement, son insatisfaction porte sur « l’amende de 300 000 francs CFA à verser au ministre délégué à la défense Jean-Francis Bozizé. Il n y a pas eu de diffamation » soutient-il.

Les deux journalistes ont décidé de faire recours à la Cour d’Appel de Bangui. Ils vont donc interjeter appel. Pour eux, « aucun élément de preuve de diffamation n’est constitué dans cette affaire ».

Faustin Bambou et Emmanuel Sandy étaient poursuivis pour « incitation à la haine et à la violence » suite à des articles publiés et accusant le Ministre délégué à la défense de détournement des pensions des retraités militaires et gendarmes. Les fonds en question ont été alloués par l’Union Européenne.

Il faut dire que le procès de ces journalistes a mobilisé une solidarité sans relâche du monde médiatique national et international ainsi que celui des défenseurs des Droits de l’Homme. A titre de d’exemple, 4 quotidiens de la place avaient initié une journée sans journaux. Reporters Sans Frontières est aussi monté au créneau pour dénoncer « l'arrestation arbitraire et la manière dont le procès s'est déroulé entachant sérieusement la crédibilité de la justice centrafricaine ». Pas moins d’une dizaine d’avocats s’étaient portés volontaires pour défendre Bambou et Sandy.

Au nombre des actions de solidarité en leur faveur, on retiendra aussi celle du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA). Dans une tentative pour désamorcer la tension croissante sur leur détention, le BINUCA avait eu plusieurs rencontres avec les autorités nationales afin d’attirer leur attention sur les conséquences néfastes que cette situation pourrait bien avoir sur l’image de la RCA. Sur la scène internationale, le BINUCA avait saisi le Haut Commissaire pour les Droits de l'Homme de Genève. Ce dernier avait engagé une procédure d'appel d'urgence contre cette détention.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 02:09

 

 

 

 

Gaombalet.jpg

 

                             le PAN Célestin Leroy Gaombalet

 

 

La session extraordinaire de l’Assemblée nationale post élections du 23 janvier et 27 mars 2011 a été ouverte par un décret présidentiel le 3 mai et close le lundi, 23 mai 2011. Elle devrait prendre fin le 18 mai avant d’être prorogée pour le 23 mai 2011 pour la présentation du programme de politique générale du gouvernement par le premier ministre, Faustin Archange Touadera. Elle s’était clôturée en queue de poisson pour des raisons qu’une enquête de la rédaction de Centrafrique-Presse lui a permis d’élucider.

L’ordre du jour de cette session prévoyait la mise en place du nouveau bureau de l’Assemblée Nationale et l’installation des différents groupes parlementaires mais seul le bureau dede l’Assemblée a été mise en place mais pas les commissions et groupes parlementaires, leur constitution a été renvoyée aux calendes grecques. Selon le Président « élu » de l’Assemblée nationale, Célestin Leroy Gaombalet alias Gaou la fumée, il y avait encore des tracasseries qui faisaient retarder les choses. Il a également rassuré les élus que des efforts étaient en train d’être faits pour que leurs indemnités de session puissent être payées dans les plus brefs délais.

En réalité, les « tracasseries » auxquelles faisait allusion le PAN Gaombalet tiennent au fait que le ministre des finances Sylvain Ndoutingaï s’était retrouvé avec sur les bras deux états différents d’indemnités de session pour les nouveaux députés dont l’un était établi par les services de Gaombalet à l’Assemblée nationale et qui s’élevait à la somme de 60 millions de F CFA et un second confectionné par les services du ministre chargé du Secrétariat général du gouvernement chargé des relations avec le Parlement Michel Koyt avec un montant de 40 millions de F CFA.

Toujours selon nos informations, Gaombalet avait préalablement obtenu l’accord de Bozizé sur son devis avant de le soumettre pour procédure de décaissement  à Ndoutingaï mais celui-ci fut très embarrassé à cause du devis moins disant de 20 millions de F CFA de Michel Koyt par rapport à celui de Gaombalet. Trouvez l’erreur ! Il se résout à en parler à Bozizé qui agacé par ce micmac, a tout simplement botté en touche en disant à Ndoutingaï qu’il ne voulait rien en savoir.

Pour avoir le cœur net, Ndoutingaï dépêche à l’Assemblée nationale un inspecteur de finances pour tirer au clair cette affaire mais cette initiative fait sortir Gaombalet de ses gonds en dénonçant la démarche du ministre des finances et en alléguant que seule la Cour des comptes peut contrôler la gestion de l’Assemblée nationale or il était seulement question de voir clair dans cette question de devis contradictoire.   

Entre en scène un troisième larron, sieur Patrice Edouard Ngaissona qui, face à ces tergiversations, se propose de payer de sa poche toutes leurs indemnités de session aux députés avant de se faire rembourser par l’argentier et ministre des finances Ndoutingaï. On se croirait au village !

La question se pose donc de savoir ce qui pourrait bien justifier la différence de 20 millions de F CFA entre les devis de Gaombalet et celui de Michel Koyt. On est clairement en face d’un cas de surfacturation dont l’auteur, le responsable et le profiteur ne sont autre que Célestin Leroy Gaombalet qui a tout fait pour ne pas être nommé ambassadeur à Paris afin de continuer la prédation à l’Assemblée nationale dont voilà un cas concret.

Rédaction C.A.P   

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 02:07

 

 

 

 

Eugène Ngaikoisset

 

 

9 juillet - L'ex-capitaine des forces navales, Eugène Ngaïkoisset, ne s'est pas enfui de la prison du camp de Roux de Bangui, comme annoncé officiellement, il est « sorti du camp pour rentrer tranquillement » chez lui après l'annonce de sa rétrogradation. Mis aux arrêts ce 6 juillet 2011, Eugène Ngaïkoisset est surnommé en Centrafrique, le « Boucher de Paoua », du nom de cette ville du nord-ouest, théâtre de graves exactions de la garde présidentielle en 2005-2007. C'est la première fois que l'officier, ancien compagnon d'armes du président Bozizé, est inquiété.

 

NDLR : Quelle pantalonnade ! On a clairement à faire à un ancien compagnon entré en rébellion à son tour pour cause de « double peine » dont il se dit victime. Comment un individu fût-il Ngaikoisset, mis aux arrêts sur ordre du président Bozizé peut-il quitter le camp de Roux qui est un camp militaire de la garde présidentielle et rentrer « tranquillement » chez lui ! C’est invraisemblable !

Selon nos informations, Bozizé serait assez agacé des agissements de ses anciens compagnons de « libération » comme le colonel Issa Namboro Ketté qu’il vient d’ailleurs de nommer attaché militaire à l’ambassade de Centrafrique au Viet Nam, et autres lieutenant Olivier Koudémon alias Gbangouma et l’ex capitaine Eugène Ngaikoisset avec lesquels il est lié par beaucoup de secrets.

Ces turbulents compagnons de « libération » veulent profiter du régime Bozizé pour s’enrichir facilement et sans cause. Ils brassent tous beaucoup d’argent, fruits de leurs divers rackets et autres rapines. Gbangouma a pointé avec son arme de poing Franklin Bozizé qu’il a failli abattre il n’y a pas si longtemps parce que celui-ci s’était opposé à ses magouilles pour dédouaner gratuitement des marchandises d’un importateur et s’en mettre plein les poches.  

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 01:43

 

 

J D Dengou

 

Selon des révélations faites par notre confrère Le Démocrate n° 2506 du 6 juillet dernier, le comptable du supermarché RAYAN, un certain Charlemagne Yaguémé, arrêté pour une toute autre affaire et interrogé par les gendarmes, aurait avoué son implication dans l’affaire de l’incendie du supermarché RAYAN et doigté clairement son patron qui n’est autre que le commerçant libanais Ali El Akhrass alias Bassam, comme le commanditaire de l’incendie qui a détruit le supermarché ce 9 juin 2010.

Selon le récit de ce compatriote, c’est afin d’effacer les traces et preuves de leur jeux d’écriture comptables et manipulations financières frauduleuses que le propriétaire même du supermarché RAYAN lui aurait demandé de mettre le feu à la boutique pour détruire les documents compromettants. Toujours selon l’enquête de notre confrère Le Démocrate, Ali El Akhrass aurait même refusé l’offre des enfants de la rue qui assistaient nombreux à l’incendie, de prêter main forte pour le combattre. C’est ainsi que tout est parti en fumée conformément à la volonté du propriétaire même des lieux.

Cette vérité hélas tardive, fait apparaître davantage les caractères, injuste, arbitraire, ignominieux et révoltant de la traque, de toutes les menaces de mort proférées par Bozizé en personne contre le bâtonnier Symphorien Balemby et le vice-président du Conseil Economique et Social Jean Daniel Dengou et de leur départ en exil ainsi que de l’arrestation, la déportation à Bossembélé et la détention jusqu’à présent dans la prison de cette localité dans des conditions ignobles, de certains de leurs collaborateurs et membres de leurs familles respectives.                                  

Le prétexte avancé jusqu’ici par le parquet et la chambre d’accusation pour continuer à laisser croupir en prison à Bossembélé ces compatriotes serait la recherche des preuves pouvant constituer des charges suffisantes contre eux. Or les aveux de Charlemagne Yaguémé viennent changer la donne et remettre en question les soupçons et autres accusations qui ne tenaient de toute façon pas déjà debout depuis le commencement de cette sordide affaire.

Dès lors, maintenant que les pyromanes sont connus, un non-lieu devait être rapidement prononcé en faveur de tous ces compatriotes arbitrairement et injustement malmenés depuis plus d’un an pour rien et qui doivent être purement et simplement remis immédiatement en liberté. C’est devant cette inexplicable lenteur que l’une des victimes, Jean Daniel Dengou vient d’adresser cette lettre au président de la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel pour exiger la libération des compatriotes encore détenus et qui souffrent à Bossembélé. C’est un grave cas d’injustice qui collera à jamais sur la peau du régime Bozizé et de l’appareil judiciaire à sa solde.

Rédaction C.A.P 

 

 

Lettre-JDD-debut.JPGLettre-JDD-1.JPGLettre-JDD-2.JPG

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 00:23

 

 

 

hissene_habre_escorte_voiture.jpg

 

 

RFI lundi 11 juillet 2011 - Dakar suspend l'expulsion d'Hissène Habré prévue lundi vers le Tchad. Ce dimanche matin 10 juillet, Navi Pillay, Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, avait lancé un appel pour que le gouvernement sénégalais n'expulse pas l'ancien président tchadien sans garantie d'un procès équitable à Ndjamena.

C’est officiel. Le Sénégal « suspend » la mesure d’expulsion qui visait Hissène Habré. Selon le communiqué qui a été lu à la RTS, la radio-télévision publique par le ministre des Affaires étrangères Madické Niang ce dimanche 10 juillet, Dakar « entend engager immédiatement des consultations avec les Nations unies, l’Union africaine et la communauté internationale pour qu’une solution puisse intervenir rapidement ».

Les autorités expliquent avoir pris cette décision à la suite de l’appel de la Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navi Pillay qui avait « exhorté » le Sénégal à revenir en arrière. Selon Navi Pillay, cette expulsion aurait en effet pu constituer une violation du droit international.

Point important pour la suite du dossier : Dakar fait comprendre, dans ce communiqué, que la solution préconisée par l’Union africaine ces derniers mois, celle d’une juridiction spéciale créée sur son territoire lui semble « inacceptable ». Le Sénégal rappelle que l’engagement pris devant l’UA était de faire juger Habré par ses propres juridictions et magistrats et non « par une nouvelle juridiction dont les fondements sont discutables ».

Ce n’est pas la première fois que les autorités sénégalaises menacent de se débarrasser d’Hissène Habré puis annulent la mesure. En novembre 2005, déjà, le ministre sénégalais de l'Intérieur avait laissé entendre que l’ancien président tchadien serait expulsé vers le Nigeria. Puis les autorités étaient revenues sur leur décision.

 

 

Le Sénégal suspend l’expulsion d’Hissène Habré au Tchad


Dakar - AFP / 10 juillet 2011 23h19 - Le Sénégal a décidé dimanche de suspendre l'expulsion prévue lundi de l'ex-président tchadien Hissène Habré, pour répondre à une demande de l'ONU qui s'était demandé si une telle mesure ne constituait pas une violation du droit international.

Le Sénégal suspend la mesure d'expulsion contre Hissène Habré compte tenu de la demande faite par Mme la Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme dimanche matin, a annoncé le ministre sénégalais des Affaires étrangère, Madické Niang, dans un communiqué lu à la radio-télévision nationale RTS.

Le ministre a ajouté que son pays allait engager immédiatement des consultations avec l'ONU, l'Union africaine (UA) et la communauté internationale pour qu'une solution puisse intervenir rapidement.

Il a affirmé que la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), en suggérant en 2010 la création d'une juridiction spéciale pour juger Hissène Habré, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité pendant ses huit ans au pouvoir (1982-1990), interdit au Sénégal de le juger.

Selon lui, un tribunal spécial est une solution inacceptable pour le Sénégal qui s'était engagé à faire juger Hissène Habré par ses propres juridictions et magistrats, et non par une nouvelle juridiction dont les fondements sont discutables.

Le Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait appelé le Sénégal à revoir sa décision de renvoyer Hissène Habré dans son pays, avertissant que cette extradition pourrait constituer une violation du droit international.

Le Sénégal avait annoncé vendredi qu'il allait renvoyer lundi à N'Djamena l'ancien président tchadien, exilé à Dakar depuis sa chute en 1990, faisant valoir la nécessité de se conformer à la demande de l'UA de le juger ou l'extrader, selon le gouvernement sénégalais.

Interrogé sur la suspension de l'expulsion, un des avocats français d'Hissène Habré présent à Dakar, François Serres, a dit devant la presse prendre acte que le président sénégalais Abdoulaye Wade accepte de constater qu'il a violé une nouvelle fois le droit et qu'il accepte d'en payer les conséquences.

Nous allons poursuivre l'ensemble des procédures contre la décision d'expulsion devant les juridictions du Sénégal et de la Cédéao, a-t-il ajouté.

Selon lui, Hissène Habré, qu'il avait rencontré avant l'annonce de la suspension de l'expulsion, a dit que s'il doit retourner au Tchad, ce sera dans un cercueil. Il invoque son droit à la résistance à tout ordre illégal et illégitime.

L'avocat américain Reed Brody, de Human Rights Watch, s'est déclaré heureux que le président Wade ait suspendu cette expulsion mal préparée. L'extradition de Habré en Belgique est désormais la seule option pour s'assurer qu'il répondra des accusations contre lui lors d'un procès équitable, a-t-il ajouté.

Mme Pillay avait exhorté le gouvernement sénégalais à revoir sa décision. En tant que partie à la Convention contre la torture, le Sénégal ne peut extrader une personne vers un État où il y a des motifs sérieux de croire qu'il serait en danger d'être soumis à la torture, avait-elle ajouté.

En tout état de cause, le Sénégal devrait obtenir des garanties d'un procès équitable par les autorités tchadiennes avant toute extradition, avait-elle dit, soulignant qu'il était essentiel que M. Habré bénéficie de procédures régulières et ait le droit à un procès équitable.

La Belgique, qui réclame l'extradition d'Habré pour le juger, ainsi que plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, avaient également déploré son renvoi prévu vers le Tchad.

A Dakar, dans le quartier où il possède une maison et est apprécié par ses voisins, une centaine de personnes ont manifesté dimanche en sa faveur.

En 2006, répondant à une demande de l'Union africaine, le Sénégal avait accepté, au nom de l'Afrique, de le juger, mais aucune information judiciaire n'y a été ouverte.

Habré avait été renversé par l'actuel président tchadien Idriss Deby Itno qui, après avoir été un de ses proches, avait été accusé de complot et était entré en rébellion avant de provoquer sa chute en 1990.


(©)

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE