Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 01:27

 

 

 

 

 

http://afrique.kongotimes.info  09/01/2014 04:50:00 

 

Les ressortissants centrafricains ayant fui les combats dans leur pays  pour trouver refuge dans la province de l’Equateur ont dépassé la barre de 50.000 personnes au mois de décembre dernier, a indiqué mardi 7 janvier le chef de bureau du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Mbandaka, Geert Van de Castelle cité par Radio Okapi.

 

Il a affirmé cependant que ce nombre ne concerne que les réfugiés officiellement enregistrés. D’autres réfugiés se trouvant dans de petites localités situées le long de la frontière entre la RDC et la République centrafricaine ne se sont pas signalés. Le HCR entend faire appliquer son plan d’urgence de prise en charge de ces réfugiés.

 

Parmi ces réfugiés, 400 sont arrivés mardi 7 janvier au Port Batanga, à 15 kilomètres de Libenge, sur la rivière Ubangi, a indiqué le chef de bureau du HCR. Ils vont intégrer le camp des réfugiés de Boyabu, à 20 kilomètres de Libenge-centre, qui abrite déjà plus de 6 700 personnes.

 

D’autres réfugiés, nouvellement arrivés, sont signalés à Elaka, localité difficile d’accès située à 40 kilomètres de Libenge-centre.

 

Au camp Inke, non loin de Gbadolite, le nombre de réfugiés centrafricains est resté presque le même, contrairement au camp Mole où le nombre de réfugiés a doublé en l’espace d’un mois, note le HCR.

 

M. Van de Castelle indique que, pour répondre aux besoins de ces personnes démunies, le HCR va faire appliquer le plan d’urgence de prise en charge, en débloquant l’assistance stockée à Gbadolite.

 

Le grand défi, selon lui, est d’acheminer cette assistance vers les réfugiés sur des routes quasi impraticables.

 

Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.

 

Lu pour vous : RDC : Plus de 50000 réfugiés Centrafricains en Equateur
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:34

 

 

 

 

COMMUNIQUE PRESIDENTIEL N°04.01.14

 

L’agence de Presse Reuters a publié ce jour mercredi 08 janvier 2014 une dépêche prétendant une probable démission de Son Excellence Michel DJOTODIA AM NONDROKO, Chef d’Etat de Transition de la République Centrafricaine.

 

Nous démentons en bloc de telles insinuations qui n’engagent que leurs sources déstabilisatrices contre les efforts consentis sur le terrain; lesquelles peuvent inciter le peuple centrafricain à la haine.

 

 

-----------------------------------------------------------

 

COMMUNIQUE PRESIDENTIEL

 

Suite à la déclaration de Monsieur François HOLLANDE, Président de la République Française lors de la présentation des Vœux aux Armées ce jour Mercredi 8 Janvier 2014, les plus Hautes Autorités centrafricaines tiennent à saluer la sagesse du Président Hollande  dans ses analyses sur la situation de la République Centrafricaine.

 

Les constats faits, les préoccupations exprimées sur la situation sécuritaire, humanitaire et politique en Centrafrique rejoignent ceux déjà exprimés par les plus Hautes Autorités de la Transition.

 

Tout en reconnaissant les efforts déployés ces derniers temps par les forces africaines appuyées par les forces françaises, les Autorités de la Transition sollicitent un accompagnement des efforts des Etats de la CEEAC et de l’Union Africaine pour le retour de la sécurité et à l’ordre constitutionnel.

 

Au sujet d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies en Centrafrique, les Autorités de la Transition  ne l’envisagent  pas pour l’instant dans la perspective que les opérations en cours peuvent valablement conduire à un retour à la paix, à la confiance et à la réconciliation nationale.

 

En effet, dans cette adresse aux Armées, le Président HOLLANDE a clairement indiqué que le rôle joué par les soldats français reste et demeure un rôle de soutien aux africains d’abord, qui étaient au chevet de la Centrafrique dès les premières heures.

 

Il a aussi précisé que dans les jours qui suivent une grande implication de la France  sera perceptible pour résoudre la crise humanitaire qui s’est accentuée du fait de l’insécurité dans les quartiers en citant les déplacés de l’aéroport international Bangui Mpoko.

 

Enfin, au sujet des élections, le Président HOLLANDE réitère son soutien aux Autorités de la transition jusqu’à la tenue des élections qu’il appelle de ses vœux être libres, transparentes et démocratiques. Ce qui est aussi la vision des Autorités de la transition. 

COMMUNIQUES PRESIDENTIELS
COMMUNIQUES PRESIDENTIELS
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:30

 

 

 

Centrafrique : le président Djotodia sur le départ

 

http://www.franceinfo.fr  LE MERCREDI 8 JANVIER 2014 À 21:20  Par Baptiste Schweitzer

 

Le président centrafricain Michel Djotodia s'est envolé mercredi pour le Tchad où doit se tenir jeudi un sommet extraordinaire régional sur la Centrafrique. Laurent Fabius a affirmé que ce sommet "pourrait prendre des décisions" sur le sort de Michel Djotodia. Plusieurs sources évoquent elles clairement un départ du président centrafricain par intérim.

 

Pour l'instant, les mots d'ordres officiels sont clairs. Le sommet extraordinaire régional sur la Centrafrique qui se tient jeudi à N'Djamena au Tchad "n'a pas pour objet de changer de régime". "Parler du départ de Djotodia aujourd'hui serait mettre le pays à feu et à sang", explique le porte-parole de la présidence Guy Simplice Kodégué. Et en quittant Bangui pour la capitale tchadienne mercredi, le président centrafricain Michel Djotodia – comme son entourage – n'ont fait aucune déclaration.

 

Mais en coulisse, les rumeurs de démission – plus ou moins forcées – se font pressantes.  Ainsi, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, a expliqué que le sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) "pourrait prendre des décisions" sur le sort de Michel Djotodia. Plus clair, un haut responsable de la diplomatie française a déclaré à Paris que le président tchadien Idriss Déby, jusqu'ici soutien du président centrafricain, avait lâché son protégé.

 

 Par ailleurs, la France n'apprécie guère le président par intérim. "Djotodia et nous, ce n'est pas une histoire d'amour. Plus vite il partira, mieux on se portera", a expliqué un autre diplomate français. Ce départ, qui pourrait être annoncé jeudi, permettrait de faciliter une sortie de crise. 

 

À la recherche d'un "plan B"

 

Le sommet de N'Djamena devrait donc débattre des options avant une deuxième réunion prévue samedi à Bangui pour discuter des détails de la transition, ont dit des diplomates qui expliquent que le président tchadien et son homologue congolais Denis Sassous Nguesso sont déjà à la recherche d'un "plan B".

 

Après le renversement de François Bozizé en mars dernier, Michel Djotodia a progressivement perdu le contrôle des combattants de la Séléka, essentiellement musulmans, qu'il commandait. Les exactions des Séléka ont conduit à l'émergence de milices chrétiennes baptisées anti-balaka, provoquant des affrontements interethniques qui ont incité la France à lancer l'opération Sangaris il y a un mois.

Centrafrique: le sommet au Tchad pas pour changer de régime


N'DJAMENA - AFP / 08 janvier 2014 19h27 - Le sommet extraordinaire des pays d'Afrique centrale jeudi à N'Djamena sur la Centrafrique n'a pas pour objet de changer un régime, ni de changer la transition à Bangui, a déclaré mercredi à l'AFP le secrétaire général de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale.

Le sommet a été convoqué à cause de la détérioration de la situation sécuritaire, a déclaré le secrétaire général de la CEEAC, Allami Ahmat, ajoutant: il ne s'agit pas de changer un régime, ni de changer la transition, il s'agit de prendre des dispositions pour restaurer la paix et la sécurité en Centrafrique.


Il s'agit de voir les voies et moyens pour éviter que la situation n'échappe au contrôle de la communauté internationale, a-t-il poursuivi.


Les autorités centrafricaines seront interpellées pour mieux faire au lieu de perdre leur temps à se quereller, à s'insulter sur la place publique, a indiqué M. Ahmat en référence aux relations notoirement mauvaises entre le président Michel Djotodia et le Premier ministre Nicolas Tiangaye qui assisteront tous les deux aux débats.

On assiste à une situation déplorable: d'un côté les autorités de la transition qui font montre d'une certaine incapacité, voire impuissance, à résoudre le problème, de l'autre une société civile et une classe politique qui s'évertuent à jeter de l'huile sur le feu, à compliquer la situation en désignant certains pays de la sous-région comme s'ils étaient responsables de leurs problèmes, selon le secrétaire général.


Le sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) se tient alors que la Centrafrique est plongée dans un conflit sanglant et une impasse politique.


Selon le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, le sommet de la CEEAC pourrait prendre des décisions sur le sort de M. Djotodia.


Une source française avait indiqué mercredi matin à l'AFP que les présidents tchadien Idriss Deby et congolais Denis Sassou Nguesso voulaient rebattre les cartes et étaient à la recherche d'un plan B.


Selon une autre source française, en convoquant ce sommet, l'idée de Deby est d'accélérer la transition politique en Centrafrique. Mais la vacance du pouvoir est un risque que personne ne veut prendre, a ajouté cette source.


Interrogé sur une éventuelle démission de M. Djotodia, le porte-parole de la présidence centrafricaine Guy Simplice Kodégué avait estimé qu'elle n'était pas à l'ordre du jour. Parler du départ de Djotodia aujourd'hui serait mettre le pays à feu et à sang, avait-il ajouté.



(©) 

 

Michel Djotodia poussé à la démission en Centrafrique

 

par John Irish

 

N'DJAMENA/PARIS (Reuters) - Le président centrafricain par intérim Michel Djotodia sera prié jeudi de démissionner par ses pairs africains afin de faciliter une sortie de crise, a-t-on appris mercredi auprès de sources à Bangui et Paris.

 

Son départ pourrait être entériné lors d'un sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale convoquée à N'Djamena et annoncé au Tchad ou au retour de Michel Djotodia à Bangui, a-t-on ajouté.

 

"C'est terminé pour lui maintenant", a déclaré un membre de l'entourage de Michel Djotodia. Un porte-parole du président a toutefois démenti tout projet de démission.

 

Un haut responsable de la diplomatie française a déclaré à Paris que le président tchadien Idriss Déby, jusqu'ici soutien du président centrafricain par intérim, avait lâché son protégé.

 

Le sommet de N'Djamena devrait débattre des options avant une deuxième réunion prévue samedi à Bangui pour discuter des détails de la transition, ont dit des diplomates.

 

Après le renversement de François Bozizé en mars dernier, Michel Djotodia a progressivement perdu le contrôle des combattants de la Séléka, essentiellement musulmans, qu'il commandait et son maintien au pouvoir fait débat.

 

Les exactions des Séléka ont conduit à l'émergence de milices chrétiennes baptisées anti-balaka, provoquant des affrontements interethniques qui ont incité la France à lancer l'opération Sangaris il y a un mois.

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait évoqué la possibilité d'un départ de Michel Djotodia dans une interview publiée mercredi par Le Parisien.

 

"Il est envisagé que les pays de la région (Afrique centrale) se réunissent jeudi pour prendre des décisions", a-t-il dit selon le texte validé par le Quai d'Orsay.

 

DJOTODIA PAS EN ODEUR DE SAINTETÉ À PARIS

 

De source diplomatique française, on souligne que Paris souhaite que le président par intérim quitte le pouvoir le plus vite possible pour faciliter une sortie de crise.

 

"Djotodia et nous, ce n'est pas une histoire d'amour. Plus vite il partira, mieux on se portera", déclare ce diplomate.

 

A Bruxelles, Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie européenne, a proposé mercredi qu'un contingent de l'UE soit déployé rapidement, a-t-on appris de sources diplomatiques.

 

Le déploiement d'une telle force, dont les effectifs seraient de 700 à 1.000 hommes, soulagerait la France, qui a invité ses partenaires à faire davantage pour épauler les 1.600 membres de l'opération Sangaris.

 

Les différentes options proposées par Catherine Ashton seront débattues pour la première fois vendredi. Si l'une d'elle emporte l'adhésion des "28", qui doivent se prononcer à l'unanimité, ce contingent pourrait être déployé en quelques semaines, selon un diplomate ayant requis l'anonymat.

 

Un mois après le début de l'opération Sangaris, Laurent Fabius refuse de parler d'enlisement malgré les tensions qui subsistent et un drame humanitaire.

 

"La situation est difficile mais on ne doit certainement pas parler d'enlisement. Que se serait-il passé si nous n'étions pas intervenus ? Probablement, dix fois, cinquante fois plus de victimes !", estime-t-il dans l'interview.

 

"Des problèmes existent, la situation politique n'est pas stabilisée, mais l'objectif doit être maintenu : désarmer impartialement, rétablir la sécurité, faciliter l'aide humanitaire, préparer la transition politique. Personne ne pouvait penser qu'en un mois tout serait réglé."

 

Prié de dire si la France allait renforcer son contingent de 1.600 hommes présents en Centrafrique, le chef de la diplomatie française explique que les Français n'ont pas "vocation à (se) substituer" aux 6.000 soldats africains de la Misca.

 

Avec Ange Aboa a Abidjan et Jean-Philippe Lefief à Paris

Centrafrique: le sommet au Tchad pas pour changer de régime
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:28

 

 

 

 

 

08/01/2014 | 20:40

 

http://www.zonebourse.com/images/spacer.gif

Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie européenne, a proposé mercredi qu'un contingent de l'UE soit déployé rapidement en Centrafrique, a-t-on appris de sources diplomatiques.

 

Le déploiement d'une telle force, dont les effectifs seraient ceux d'un bataillon, c'est à dire entre 700 et 1.000 hommes, soulagerait la France, qui a invité ses alliés à faire davantage pour épauler les 1.600 membres de l'opération Sangaris.

 

Reste à savoir si des Etats-membres de l'UE sont prêts à envoyer des troupes et à assumer le risque de pertes humaines.

 

Les différentes options seront débattues pour la première fois vendredi. Si l'une d'elle emporte l'adhésion des "28", qui doivent se prononcer à l'unanimité, ce contingent pourrait être déployé en quelques semaines, selon un diplomate ayant requis l'anonymat.

 

Les propositions de Catherine Ashton, sollicitées le mois dernier par les dirigeants européens, ont été mises en circulation mercredi. La diplomate propose notamment que la force européenne soit chargée d'assurer la sécurité des civils et éventuellement celle des organisations humanitaires.

 

Dotée d'un mandat de quatre mois à un an, elle permettrait d'assurer la transition avec la Misca, la force africaine qui doit prendre le relai, ou avec une mission de l'Onu, précise-t-on de sources diplomatiques.

 

La première option proposerait d'établir des bases dans plusieurs localités de l'Ouest et d'effectuer des patrouilles entre ces bases afin de créer une zone de sécurité qui engloberait la route menant au Cameroun.

 

La deuxième mettrait l'accent sur Bangui, ce qui suppose une étroite coordination avec les autres missions internationales. Dans ce cadre-là, la force européenne serait chargée d'assurer la sécurité de l'aéroport, où 100.000 déplacés ont trouvé refuge, ce qui libérerait les soldats français pour d'autres missions.

 

(Adrian Croft, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

L'envoi d'un contingent de l'UE en Centrafrique à l'étude
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:25

 

 

 

 

 

 

Un sommet de la CEEAC incluant les partenaires internationaux de Centrafrique prévu pour avoir ses assises à NDJAMENA au TCHAD le jeudi 9décembre 2014. Ce sommet, provoqué précipitamment sans tenir compte des acteurs majeurs qui ont pris part aux accords de Libreville, devra plancher sur la crise centrafricaine. En dépit de l'intervention des troupes Françaises et de la FOMAC , puis de la MISCA, la situation centrafricaine reste toujours très délicate à gérer, l'insécurité continuant à miner la vie des populations, aussi bien à BANGUI que dans les provinces.

 

Des supputations vont bon train, pour alimenter les rumeurs selon lesquelles le Président de la transition serait sur le départ, un départ forcé, pour être remplacé par un ancien Ministre d’État, de confession musulmane. Si DJOTODIA doit quitter son fauteuil de massacres et de défaillance, la solution ne se trouve pas dans le choix arbitraire de celui qui doit le remplacer. Cela doit nécessairement passer par une concertation de toute la représentation de la communauté centrafricaine, à travers les partis politiques, la société civile et les chefs religieux.

 

Les difficultés ne feront que s'amonceler si d'aventure on prenait des décisions capitales sur le dos des centrafricains. Sans eux, il n'est pas question de choisir, comme certains le laissent entendre déjà, une personnalité quelconque, quelle que soit son appartenance religieuse, sans tenir compte de l'avis des centrafricains à travers les formations politiques, même si elles sont défaillantes et la société civile. La crise centrafricaine n'a jamais été un conflit interconfessionnel, c'est une intoxication extérieure qui veut que les choses soient ainsi nommées, pour arriver à diviser les centrafricains. Ceux qui sont venus de l'extérieur ont été recrutés pour faire ce sale boulot.

 

Commencer par dire que les musulmans n'ont jamais gouverner ce pays est une dérive très grave que les centrafricains, chrétiens comme musulmans confondus et sensés ne peuvent admettre. C'est laisser le terrain à toutes les tribus qui composent la population centrafricaine de revendiquer à leur tour la gouvernance de ce pays. Et où serait passé le CENTRAFRIQUE en tant que République dans une telle situation ?

 

Ne tuez pas BOGANDA une énième fois. Le premier crime est déjà trop suffisant et nous continuons à en payer le prix jusqu'aujourd'hui. Si DJOTODIA et sa clique devaient partir, une des solutions idoines pour conduire la transition serait de mettre en place une gouvernance collégiale composée de l'archevêque de Bangui, de l’Imam et d'une personnalité de la société civile pour une transition de quelques mois pendant lesquels les partis politiques s'organiseraient pour mettre en place leurs stratégies de campagne pour les élections majeures. Le danger serait de désigner d'office quelqu'un qui sera très vite vomi par la MAJORITE des centrafricains, comme M DJOTODIA aujourd'hui.

 

Adolphe PAKOUA

AVANT SON OUVERTURE LE SOMMET DE NDJAMENA SUSCITE DEJA DES CRITIQUES par Adolphe PAKOUA
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:19

 

 

 

Centrafrique: décisions attendues jeudi sur Djotodia, pas de changement militaire français


PARIS - AFP / 08 janvier 2014 14h27 Le sommet des chefs d'Etat d'Afrique centrale jeudi à D'jamena devrait prendre des décisions sur le sort du président centrafricain de transition Michel Djotodia, selon le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, en écartant la possibilité de modifier le dispositif militaire français.

Il est envisagé que les pays de la région (Afrique centrale) se réunissent jeudi pour prendre des décisions, a indiqué M. Fabius dans un entretien au quotidien français Le Parisien, selon la transcription de ses propos obtenue par l'AFP.

 
Le ministre, qui venait de souligner la nécessité d'une stabilisation politique de la situation en République centrafricaine, répondait à une question sur le maintien du président de transition centrafricain.


Michel Djotodia a été porté au pouvoir en mars par les ex-rebelles de la Séléka, accusés d'avoir commis de nombreuses exactions contre les civils centrafricains. Il n'a pas réussi depuis à stabiliser le pays.


Depuis Bangui, le porte-parole de la présidence a affirmé mercredi matin que le départ de M. Djotodia n'est pas à l'ordre du jour.


Le sommet jeudi des dix pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), pour lequel aucun ordre du jour n'a été rendu public, a été convoqué par le chef de l'Etat tchadien, Idriss Déby Itno, président en exercice de l'organisation et dont l'armée joue un rôle majeur dans la force d'interposition africaine en Centrafrique, la Misca.


Interrogé sur l'éventualité de renforts militaires français en Centrafrique, le chef de la diplomatie française souligne que la Misca monte en régime et passera bientôt à 6.000 hommes. Elle joue déjà son rôle sur le terrain. Donc, il n'y aura pas de renforts en Centrafrique. Nous maintiendrons notre contingent de 1.600 hommes, dit-il au Parisien. Nous n'avons pas vocation à nous substituer aux Africains, ajoute-t-il. 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait déjà estimé mardi qu'il n'y avait, dans l'état actuel des choses, pas de raisons particulières d'envoyer des renforts en Centrafrique.

En RCA, nous tiendrons nos engagements comme nous l'avons fait au Mali, ajoute M. Fabius. Il n'y aura pas d'engrenage. La situation est difficile mais on ne doit certainement pas parler d'enlisement, estime-t-il.


Des problèmes existent, la situation politique n'est pas stabilisée, mais l'objectif doit être maintenu: désarmer impartialement, rétablir la sécurité, faciliter l'aide humanitaire, préparer la transition politique, souligne le ministre des Affaires étrangères. Personne ne pouvait penser qu'en un mois tout serait réglé.



(©) 

 

Centrafrique: le départ du président Djotodia «n'est pas à l'ordre du jour»

 

Agence France-Presse  Bangui  08 janvier 2014 à 10h47 | Mis à jour à 10h47

 

Un départ du président de transition centrafricain Michel Djotodia «n'est pas à l'ordre du jour», a affirmé mercredi le ministre de la Communication Guy Simplice Kodégué, alors que les États d'Afrique centrale se réunissent jeudi pour un sommet extraordinaire sur la Centrafrique, où aucune sortie de crise ne semble en vue.

 

«Les questions qui seront abordées demain sont le bilan des opérations (française) Sangaris et (africaine) MISCA. La question d'un éventuel départ du président Djotodia n'est pas à l'ordre du jour», a déclaré M. Kodégué, juste après l'annulation sans explication d'une conférence de presse de M. Djotodia convoquée dans la matinée.

«Parler du départ de Djotodia aujourd'hui serait mettre le pays à feu et à sang», a-t-il ajouté.

 

Le président centrafricain et son premier ministre Nicolas Tiangaye doivent quitter Bangui mercredi pour N'Djamena, où se tient jeudi un sommet extraordinaire des dix pays membres de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), consacré à la Centrafrique.

 

Aucun ordre du jour officiel n'a été rendu public pour ce sommet convoqué par le président tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de l'organisation et dont l'armée joue un rôle majeur dans la force africaine (MISCA) déployée en Centrafrique.

 

Selon une source diplomatique française, le président congolais, et médiateur africain dans la crise, Denis Sassou Nguesso et Déby voudraient rebattre les cartes, car ça ne marche pas bien. Il faut prévoir un plan B» pour sortir de la crise en Centrafrique.

 

Ce nouveau sommet extraordinaire est convoqué un peu plus d'un mois après le début, le 5 décembre de l'intervention militaire française Sangaris pour rétablir la sécurité en Centrafrique, livrée à des violences sanglantes.

 

Si les tueries de masse ont cessé dans la capitale, aucune perspective politique de sortie de crise n'apparaît pour le moment alors que les violences ont provoqué des déplacements massifs de population à Bangui et en province et engendré une crise humanitaire majeure.

 

Une décision attendue jeudi, selon Fabius

 

Le sommet des chefs d'État d'Afrique centrale jeudi à N'Djamena devrait prendre des décisions sur le sort du président centrafricain de transition Michel Djotodia, selon le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, en écartant la possibilité de modifier le dispositif militaire français.

 

«Il est envisagé que les pays de la région (Afrique centrale) se réunissent jeudi pour prendre des décisions», a indiqué M. Fabius dans un entretien au quotidien français Le Parisien, selon la transcription de ses propos obtenue par l'AFP.

 

Le ministre, qui venait de souligner la nécessité d'une «stabilisation politique de la situation» en République centrafricaine, répondait à une question sur le maintien au pouvoir du président de transition centrafricain.

 

Centrafrique Djotodia présentera sa démission jeudi

 

http://www.ouest-france.fr

 

Le président centrafricain par intérim Michel Djotodia présentera jeudi sa démission afin de faciliter une sortie de crise.

 

Son départ sera entériné lors d'une réunion au sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale convoquée à N'Djamena, au Tchad.

 

Il a perdu le contrôle

 

"C'est terminé pour lui maintenant", a déclaré un membre de l'entourage de Michel Djotodia.

 

Un haut responsable de la diplomatie française a déclaré à Paris que le président tchadien Idriss Déby, jusqu'ici soutien du président centrafricain par intérim, avait lâché son protégé.

 

Après le renversement de François Bozizé en mars dernier, Michel Djotodia a progressivement perdu le contrôle des combattants de la Séléka, essentiellement musulmans, qu'il commandait et son maintien au pouvoir fait débat.

 

Les exactions des Séléka ont conduit à l'émergence de milices chrétiennes baptisées anti-balaka, provoquant des affrontements interethniques qui ont incité la France à lancer l'opération Sangaris il y a un mois.

 

Centrafrique : le président Djotodia démissionnaire

 

http://www.franceinter.fr   mercredi 08 Janvier à 17H19

 

 

Le président centrafricain a décidé de présenter sa démission sous la pression de ses pairs africains. Son départ sera entériné lors d'une réunion au sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale convoquée à N'Djamena, au Tchad jeudi. 

 

Un haut responsable de la diplomatie française a déclaré à Paris que le président tchadien Idriss Déby, jusqu'ici soutien du président centrafricain par intérim, avait lâché son protégé. Après le renversement de François Bozizé en mars dernier, Michel Djotodia a progressivement perdu le contrôle des combattants de la Séléka,  essentiellement musulmans, qu'il commandait et son maintien au pouvoir fait débat.

 

 Les exactions des Séléka ont conduit à l'émergence de milices chrétiennes baptisées anti-balaka, provoquant des affrontements interethniques qui ont incité la France à lancer l'opération Sangaris il y a un mois.

 

 Pourquoi Djotodia est poussé vers la sortie ? Eléments de réponse d'Antoine Giniaux à Bangui

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait évoqué la possibilité d'un départ de Michel Djotodia. De source diplomatique française, on souligne que Paris souhaite que le président par intérim quitte le pouvoir le plus vite possible pour faciliter une sortie de crise. Selon ce diplomate : Un mois après le début de l'opération Sangaris, Laurent Fabius refuse de parler d'enlisement malgré les tensions qui subsistent et un drame humanitaire. "La situation est difficile mais on ne doit certainement pas parler d'enlisement. Que se serait-il passé si nous n'étions pas intervenus ? Probablement, dix fois, cinquante fois plus de victimes ! Des problèmes existent, la situation politique n'est pas stabilisée, mais l'objectif doit être maintenu : désarmer impartialement, rétablir la sécurité, faciliter l'aide humanitaire, préparer la transition politique. Personne ne pouvait penser qu'en un mois tout serait réglé.

 

 Prié de dire si la France allait renforcer son contingent de 1 600 hommes présents en Centrafrique, le chef de la diplomatie française explique que les Français n'ont pas "vocation à (se)substituer" aux 6 000 soldats africains de la Misca.

 

 

En Centrafrique, le président Djotodia est sur le départ

 

http://www.journaldafrique.com

 

Il y a une dizaine de jours, la population de Bangui a étrangement bravé le couvre-feu, les gens sont sortis devant leur maison au milieu de la nuit et ont commencé à crier leur joie et à chanter : une rumeur courait que le président centrafricain, Michel Djotodia, venait de démissionner. Les hommes de la Séléka au pouvoir ont sorti les kalachnikovs et tiré en l’air dans la nuit banguissoise, indiquant que leur règne n’était pas fini. La rumeur était infondée.

 

Ces jours-ci, aucune rumeur ne semble encore courir au sein de la population de la capitale centrafricaine, tout aussi étrangement car M. Djotodia serait, cette fois, sur le départ, que certains annoncent imminent. Le bruit semble pour l’instant cantonné aux cercles politiques, diplomatiques et militaires. «Son sort est scellé. Le président Djotodia va partir », annonce un diplomate. Diverses sources centrafricaines, régionales et françaises confirment au Monde le fait qu’un mois après le déclenchement de l’intervention militaire à Bangui, plus personne n’imagine que Michel Djotodia puisse diriger son pays.

 

Des diplomates affirment que la démission du président a failli avoir lieu le 06 janvier, mais qu’il s’est ravisé après une réunion avec d’autres chefs de la Séléka. A Bangui, une «adresse à la nation » du chef de l’Etat a été annoncée à la presse mardi, avant d’être annulée. D’autres pensent que son départ pourrait être entériné au sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale, convoqué à la surprise générale jeudi 9 janvier à N’Djamena au Tchad. D’autres attendent de connaître le scénario politique alternatif.

 

NE PAS APPARAÎTRE COMME « PUTSCHANT UN PUTSCHISTE »

 

Bien que Paris ne veuille pas « apparaître comme putschant un putschiste », comme le note un observateur, le sort de M. Djotodia aurait été scellé pendant la tournée dans la région du ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui, outre en Centrafrique, s’est rendu du 1er au 3 janvier au Congo, au Gabon et deux fois au Tchad afin de s’entretenir avec le président Idriss Déby, « parrain » de la Séléka centrafricaine. « Cette tournée a permis à la France de revenir dans le jeu politique, alors qu’elle en était exclue, affirme un conseiller du ministre. La Séléka est un fauteur de troubles. »

 

Idriss Déby se serait récemment résolu à l’idée de revoir son scénario centrafricain. « Les faits sur le terrain depuis un mois ont convaincu Déby delâcher Djotodia. Il a été surpris, fâché et humilié par le sort qu’ont subi les Tchadiens de Bangui », explique un politique centrafricain. Idriss Déby serait en train de chercher une solution avec son homologue congolais Denis Sassou-Nguesso, qui a fait part de sa vive inquiétude quant à une implosion de la Centrafrique. Les présidents gabonais et camerounais sont également consultés.

 

La parole de la France pèsera fortement. « Paris a sans doute sauvé la population de Bangui en lançant “Sangaris” mais a sous-estimé la crise politique, note un observateur. Hollande va devoir dire à ses homologues africains, même discrètement, ce que souhaite la France. »

 

« DJOTODIA S’EST FAIT À L’IDÉE »

 

« Djotodia s’est fait à l’idée de son départ. Le premier ministre Nicolas Tiangaye devrait également sauter, raconte un diplomate. Et les autres chefs de la Séléka ont compris que ces deux hommes ne pouvaient plus prétendre piloter la période de transition devant mener le pays à des élections. Ils ont aussi intégré le fait que ce n’était pas un complot de la France seule, mais que les dirigeants de la région souhaitent désormais un changement de pouvoir. »

 

Les diplomates interrogés insistent tous sur un constat : l’Etat centrafricain n’existe plus, la Séléka l’a détruit. Tandis que Michel Djotodia est retranché dans son QG du camp de Roux, sur les hauteurs de Bangui, Nicolas Tiangaye ne gouverne rien. Les ministères sont fermés ou vides. Les 20 000 fonctionnaires ne sont pas payés. Quasiment aucune institution ne fonctionne. Et en province, l’Etat a totalement disparu.

 

Dans l’attente du sommet de N’Djamena, les forces militaires française (Sangaris) et africaine (Misca) ont revu leur dispositif. Leur présence nettement plus musclée sur le terrain ces derniers jours se traduit déjà par une baisse significative des affrontements. Mais les officiers craignent les réactions à un départ de Michel Djotodia.

 

Les soldats de la Séléka, officiellement cantonnés dans leurs casernes mais de fait loin d’être désarmés, manifesteront-ils leur mécontentement ? Les combattants anti-Séléka, stationnés dans les quartiers périphériques et dans la brousse autour de Bangui, profiteront-ils de la situation pour tenter de s’emparer de la capitale ? « Sangaris se prépare à cette probable nouvelle étape, affirme un diplomate. Des contacts sont pris avec tous les mouvements armés. » Chacun tente de se persuader que, dans le chaudron de Bangui, les combattants resteront l’arme au pied.

 

Centrafrique: le départ du président Djotodia «n'est pas à l'ordre du jour»
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:17

 

 

 

 

 

RFI  mercredi 08 janvier 2014 à 20:59

 

La Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) organise, jeudi 9 janvier 2014 à Ndjamena, au Tchad, un sommet extraordinaire consacré à la situation en République centrafricaine. Alors que le président Djotodia est de plus en plus contesté, ce sommet sera l'occasion « d'interpeller » les autorités de transition, selon le secrétaire général de la CEEAC.

 

Vu la situation catastrophique au niveau politique et sécuritaire en RCA, la CEEAC a décidé « d'interpeller les autorités de la transition ». Le secrétaire général Ahmat Allami a été très clair au micro de RFI ce mercredi 8 janvier 2014 :

 

« Quand je dis " interpeller les autorités de la transition ", c'est pour leur dire : " Mais qu'est-ce que vous nous proposez comme solution ? Est-ce que vous allez continuer, comme ça, à toujours vous chamailler, à nous faire perdre notre temps ? Si vous n'êtes pas capables, si vous êtes impuissants face à la situation, laissez la place à d'autres, qui pourraient peut-être faire mieux. " »

 

Les dirigeants de la transition ont quitté Bangui pour Ndjamena

 

Et M. Allami de continuer : « On veut nous accuser, dire que la CEEAC est faiseur de roi ou je ne sais quoi, que le Tchad ou d'autres sont faiseurs de roi en Centrafrique. Non ! La CEEAC facilite la tâche, mais il peut arriver que la CEEAC soit excédée, qu'elle ne continue pas à soutenir la transition. Ca, ça peut arriver. Mais ça ne veut pas dire qu'elle peut la remplacer comme elle le veut. La Centrafrique n'est pas sous tutelle de la CEEAC. »

 

Sont néanmoins directement visés : le président de la transition Michel Djotodia, le Premier ministre Nicolas Tiangaye et le président du Conseil national de transition (CNT) Alexandre Ferdinand Nguendé. Les trois hommes ont quitté Bangui ensemble en fin de journée, à bord d'un avion de la présidence du Tchad, direction Ndjamena.

 

« Le pays n'a pas besoin qu'on ajoute une crise à la crise »

 

Selon une source diplomatique basée à Bangui, Michel Djotodia a réuni dimanche dernier les représentants de l'Union africaine (UA), des Etats-Unis, de la France, de l'Union européenne (UE) et des Nations unies (ONU) pour leur annoncer qu'il souhaitait démissionner.

 

Malgré ces informations, des conseillers de MM. Djotodia et Tiangaye démentent. « Ils se sont vus en fin de matinée avant de partir au Tchad, ils ne peuvent pas quitter le pouvoir », affirme un proche du Premier ministre.

 

Selon ce proche de Nicolas Tiangaye, « cela ajouterait une crise à la crise. Le pays n'a pas besoin de ça. » Si nombre de diplomates de la sous-région placent MM. Djotodia et Tiangaye sur la sellette, les deux leaders centrafricains ne sont donc visiblement pas décidés à se laisser faire.

 

« Djotodia n'a pas été capable de prendre en main »

 

Outre les autorités de la transition centrafricaine, et bien sûr les chefs d'Etat de la région, la mouvance favorable à l'ancien président François Bozizé sera représentée à Ndjamena. Le coordinateur militaire du Mouvement de résistance populaire pour la refondation de Centrafrique (MRPRC), Joachim Kokaté, est arrivé dans la capitale tchadienne ce mercredi matin, après avoir été formellement invité.

 

Son objectif est clair : demander aux chefs d'Etat de la région le « départ » pur et simple de Michel Djotodia. « Pouvoir lui dire en face qu'il est incompétent, c'est encore mieux », ajoute Joachim Kokaté.

 

Il n'est pas seul à voir un possible départ Michel Djotodia d'un bon œil. Il y a aussi la société civile. « En huit mois, Michel Djotodia n'a pas été capable de prendre en main la gouvernance du pays », résume Gervais Lakosso, président du groupe de travail sur les accords de Libreville. La société civile n'a pas été conviée au sommet. « Mais on n'y serait pas allé », explique M. Lakosso.

Sommet de la CEEAC : Michel Djotodia sur la sellette en Centrafrique
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:12

 

 

 

 

 

La république centrafricaine est un vaste territoire d’une superficie de 622 984 Km2 et de 4,487 millions d’habitants.

 

Son histoire politique est marquée par des coups d’Etat comme mécanisme d’accession au pouvoir, cependant aucun de ces coups d’Etat n’a été prévenu et encadré au niveau sous régional.(1)

 

En effet, la crise actuelle tire sa source dans la crise politico-militaire qui a donné lieu à l’accord politique de Libreville du 11 janvier 2013 sur la crise politico-militaire en Centrafrique suivi de la déclaration des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) de Ndjamena du 18 avril 2013.

 

Cet accord et cette déclaration qui ont prévu la transition en Centrafrique sont frappés de caducité, et la charte constitutionnelle de transition qui est essentiellement fondée sur ces actes, en est affectée, de telle sorte qu’au lieu de résoudre la crise centrafricaine qui a motivé son institution, la transition s’est révélée incapable de garantir la sécurité des centrafricains dans leurs personnes et dans leurs biens, devenant même un vecteur de l’insécurité.

 

C’est pourquoi la sortie de la crise centrafricaine passera par l’arrêt sine die de l’actuelle transition et la mise en place d’un organe de gouvernement désigné « Commission de sécurité nationale » ou « Comité de redressement national » ou autre, avec un mandat de 24 mois pour sécuriser le pays et organiser les élections législatives et présidentielle.

 

La caducité de la transition actuelle.

 

La transition actuelle en Centrafrique tire sa source de l’accord politique de Libreville du 11 janvier 2013 signé entre la majorité présidentielle, la coalition SELEKA, l’opposition démocratique et les mouvements politico-militaires non combattants. La coalition SELEKA étant composée de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP), de l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR), de l’Union des Forces Républicaines (UFR) et de la Convention Démocratique du Salut du Kodro (CPSK) qui sont des mouvements politico-militaires engagés dans la rébellion qui a abouti au renversement du Président François Bozize le 24 mars 2013. Etant précisé que la majorité présidentielle en présence représentait le Président François Bozize et que les mouvements politico-militaires non combattants  comprenaient MLCI et le Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC).

 

Aux termes de cet accord, le Président de la République demeure en fonction jusqu’au terme de son mandat en 2016 (art. 1er) ; Il est institué, pour une durée de 12 mois éventuellement renouvelable, un gouvernement d’Union Nationale irrévocable composé de la majorité présidentielle, de l’opposition démocratique, des  mouvements politico-militaires non combattants, de la coalition Séléka et de la Société Civile (art.2 et 3) ; l’Assemblée Nationale est maintenue dans ses prérogatives jusqu’aux prochaines élections législatives anticipées. (Art. 7)

 

La disparition  non seulement de la majorité présidentielle et de la coalition Séléka dissoute qui sont parties à cet accord mais encore de certaines dispositions fondamentales dudit accord a, ipso facto, entrainé sa caducité.

 

Un accord politique est une rencontre des volontés entre deux ou plusieurs personnes physiques ou morales sur les mesures adoptées pour le règlement d’une crise politique, de sorte que la disparition de l’une des parties à l’accord considéré ou des dispositions substantielles dudit accord entraine sa caducité.

 

Ainsi, avec le renversement du Président François Bozize et de son régime le 24 mars 2013 suivi de la dissolution de toutes les institutions politiques, y compris l’Assemblée Nationale, l’accord politique de Libreville du 11 janvier 2013 est devenu sans objet, dès lors que non seulement les dispositions essentielles de cet accord sont balayées mais encore, l’une des parties aux accords, en l’occurrence la majorité présidentielle est évincée. Qui plus est, la Séléka qui était également partie à cet accord est dissoute.

 

L’article 21 dudit accord dispose que « Le présent Accord entre en vigueur à compter de sa date de signature », ce qui veut dire que le délai de 12 mois de la transition commence à courir à compter du 11 janvier 2013 jusqu’au 10 janvier 2014. Or non seulement la durée de cette transition mais également la date de son démarrage ont été modifiées de telle sorte que sa durée se trouve rallongée de plus de dix huit mois.

 

En effet, aux termes de l’article 102 de la charte constitutionnelle « La durée de la transition est de dix-huit (18) mois, portée à vingt-quatre (24) mois sur avis conforme du Médiateur. ….La période de transition débute par une cérémonie officielle après l'entrée en vigueur de la présente Charte Constitutionnelle de Transition. » ; or cette charte est entrée en vigueur le 18 août 2013.

 

Il convient de signaler que la déclaration des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) de Ndjamena du 18 avril 2013 qui a déterminé la feuille de route du gouvernement de transition et qui tire sa source de l’accord politique de Libreville, a fixé la durée de la transition à 18 mois. Cependant la date du départ de la transition n’a pas été modifiée. S’agissant d’une simple déclaration elle n’a pas une force exécutoire comme celle de l’accord politique. 

 

Il est cependant important de noter que la déclaration de Ndjamena du 18 avril 2013 a visé expressément l’accord Politique de Libreville du 11 janvier 2013 dont elle a adopté les dispositions fondamentales: « Considérant les décisions pertinentes prises dans le cadre de la sous-région, en vue d’un règlement pacifique du conflit en République Centrafricaine, notamment l’Accord de cessez-le- feu et l’Accord Politique de Libreville du 11 janvier 2013 …Les Chefs d’Etat et de Gouvernement membres de la CEEAC réunis à N’Djamena, ont décidé de ce qui suit : 1. L’Accord Politique signe le 11 janvier 2013 à Libreville est et demeure le noyau central des arrangements politiques durant la période de transition;… »

 

En se fondant sur un accord politique dont la caducité est notoire, la déclaration de Ndjamena du 18 avril 2013 est affectée par le vice dont l’accord en cause est entaché.

 

Il en est de même de la charte constitutionnelle de transition du 5 juillet 2013 qui n’est que la reprise de l’accord Politique de Libreville du 11 janvier 2013 et de la déclaration des Chefs d’Etat et des gouvernements de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC).

 

Cette charte rappelle d’ailleurs dans son préambule : « Les Représentants des forces vives de la Nation réunis au sein du Conseil National de Transition (CNT) ;… Réitèrent leur pleine adhésion aux Accords de Libreville du 11 janvier 2013, aux décisions des troisième et quatrième sommets extraordinaires élargis des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEEAC des 03 et 18 avril 2013, … et engagent l'Etat et les parties prenantes à les respecter scrupuleusement …..à les respecter scrupuleusement. »

 

En conséquence la caducité dont est entachée l’accord politique du 11 janvier 2013 et  la déclaration de Ndjamena du 18 avril 2013 affecte nécessairement  la charte constitutionnelle de transition du 5 juillet 2013.

 

Il est important de rappeler que la composition du gouvernement est organisée autour des organisations au nom desquelles les personnes physiques désignées siègent, de sorte que la disparition de ces organisations affecte leur présence au sein du gouvernement.

 

En tant que signataire de l’accord Politique de Libreville du 11 janvier 2013, la coalition Séleka était représentée au sein du gouvernement de transition par 9 membres et au Conseil National de Transition par 15 membres. Avec la dissolution de la coalition Séleka par le Chef de l’Etat de la Transition, la question de  la légitimité de la présence de ses représentants au sein du Conseil National de Transition et au sein du gouvernement de transition peut se poser.

 

Si cette question peut être considérée comme réglée pour les membres du Conseil National de Transition, cela n’est pas le cas pour ceux du gouvernement qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes .

 

En effet, aux termes de l’article 50 alinéa 2 et 3 de la Charte constitutionnelle, « Les membres du Conseil National de Transition portent le titre de Conseiller national. Chaque Conseiller national est représentant de la Nation.

Les membres du Conseil National de Transition sont désignés par les organisations dont ils sont issus pour la durée de la transition. Ils ne peuvent être remplacés qu'en cas de décès, de démission, d'incapacité définitivement médicalement constatée, de déchéance constatée par un vote en séance plénière du Conseil National de Transition. La liste des Conseillers nationaux désignés par les organisations pour être membres du Conseil National de Transition est constatée par la Cour Constitutionnelle. »

 

Il en résulte que la dissolution de la Séléka n’affecte pas la légitimité de ses membres désignés au sein du Conseil National de Transition dans la mesure où ils le sont pour toute la durée de la transition.

 

Par contre, le problème peut se poser pour ceux qui sont désignés au gouvernement.

 

En effet, l’article 36 alinéa 1 et 2 dispose que « Les compétences autres que celles expressément dévolues au Chef de l’Etat de la Transition et au Conseil National de Transition relèvent du Premier Ministre.

 

II ne peut être révoqué ni par le Chef de l'Etat de transition ni par le Conseil National de Transition pendant la durée de la transition. »

 

Et aux termes de l’article 29 de la Charte, « Le Chef de l’Etat de la Transition entérine la désignation du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, conformément à l’Accord politique de Libreville du 11 janvier 2013. Sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du Gouvernement de Transition et met fin à leurs fonctions. »

 

Il ressort des textes susvisés que seul le Premier Ministre est irrévocable pendant toute la période de la transition et que les membres du gouvernement ne peuvent être révoqués que sur la proposition du Premier Ministre.

 

Or le Président de la transition vient de révoquer d’initiative, sans avis ni contreseing du Premier Ministre, trois membres du gouvernement, ce qui crée un désordre dans le fonctionnement des institutions et montre que la transition est pilotée à vue.

 

Tous les ingrédients d’une perspective sombre de la transition mal embrayée sont réunis, ce qui ne peut que contribuer à l’insécurité déjà ambiante dans le pays.

 

La transition, vecteur de l’insécurité en Centrafrique.

 

Si le coup d’Etat a souvent été un mécanisme d’accession au pouvoir en Centrafrique (1), celui qui a conduit au renversement du Président BOZIZE avec l’appui d’une coalition des bandes armées de confession musulmane venant du Soudan et du Tchad, a plongé la Centrafrique dans une crise sans précédent :  - Occupation du pays par ces bandes armées qui se livrent systématiquement à des Assassinats sommaires, viols en réunion et  pillages des centrafricains et centrafricaines de confession chrétienne. - Terreur et traumatisme de la population. - Guerre interreligieuse opposant les centrafricains de confession chrétienne à ceux de confession musulmane. - Destruction systématique des registres d’état civil centrafricains. - Déplacement massif de la population. - Famine généralisée. - Arrêt de fonctionnement des administrations ; et la liste des désastres peut encore se poursuivre.

 

Les exactions ciblées de ces bandes militaro-musulmanes contre les centrafricains de confession chrétienne ont emporté la sympathie des musulmans centrafricains qui eux étaient épargnés, ce qui a créé la confusion dans l’esprit des chrétiens centrafricains qui ont commencé à assimiler leurs compatriotes musulmans aux éléments de la Séléka.

 

C’est alors que les anti-balaka se sont mobilisés à partir de Bossangoa, sous l’impulsion de certaines personnes proches du précédent régime, pour combattre les éléments de la Séléka et leurs sympathisants.

 

Il s’agit des groupes d’autodéfense créés, sous le précédent régime, par des jeunes dans les préfectures de l’Ouham, de l’Ouam-Mpéndé et de l’Ombélla-Mpoko pour affronter les « zaraguinas » ou coupeurs de route, c’est-à-dire des bandits des grands chemins qui sévissaient sur les routes des provinces en Centrafrique et qui se croient invulnérables, d’où l’expression « anti-balaka » qui veut en réalité dire « anti-balle) et dont l’arme de combat est la machette.

 

Appuyés par certains éléments de la FACA, les anti-balaka ont méné l’assaut du 4 décembre 2013 sur le palais présidentiel afin de s’emparer du pouvoir ; ayant échoué et ayant perdu le soutien de leurs sponsors, ils ont commencé à se livrer aux pillages et aux assassinats de tous ceux qu’ils trouvent sur leur passage, musulmans et chrétiens confondus. Ce qui a encore plongé le pays dans le chaos total.

Il faut dire aussi que la marge des manœuvres du Président de la transition à assurer la sécurité des centrafricains dans leurs personnes et dans leurs biens est extrêmement réduite.

 

En effet, l’état des lieux du pays révèle que si la coalition Séléka est dissoute, les éléments de cette coalition sont toujours actifs avec la même capacité de nuisance, et c’est eux qui assurent la sécurité du Président de la transition. Or  le contexte d’insécurité leur est propice pour justifier leurs privilèges et leur maintien en Centrafrique, de sorte que toutes mesures du Président DJOTODJA tendant à la sécurisation et à la pacification du pays sont de nature à mettre en péril leurs acquis, ce qui peut les amener à attenter à sa vie. Ainsi le Président DJOTODJA est, sous couvert d’ être sous leur protection, leur otage.

 

Commentant l’interview du Président DJOTODIA, Monsieur Marcel MONZALA écrit : « Monsieur DJOTODIA en réponse à la question de RFI le 16 décembre 2013, a déclaré : « La transition ne me regarde pas. Je suis là, je n’ai jamais dit « non » à la communauté internationale. J’attends. Même s’ils me disent après-demain qu’il y a élection, allons-y seulement ». Monsieur DJOTODIA a confirmé, par ces phrases, que sa présence à la tête de l’État dépend de la volonté de cette Communauté Internationale et qu'il veut bien partir dès demain si on le lui demande. » (2)

 

On peut également noter à travers cette déclaration un appel au secours codé lancé à la communauté internationale par un Président en otage. Ce qui montre que c’est tout le pays qui est pris en otage par la transition actuelle qui a échoué à tous les niveaux, et cela démontre l’incapacité notoire des dirigeants de la transition à mener à bien la mission qui leur était assignée.

 

Il est important de souligner que les provinces sont complètement à l’abandon et livrées aux mains de ces bandes militaro-musulmanes, de sorte que ni les juridictions ne fonctionnent faute de magistrats, ni les hôpitaux faute de médecins, ni les administrations faute de fonctionnaires.   

 

C’est pourquoi la sortie de la crise actuelle devra passer par l’arrêt immédiat de la transition actuelle et la mise en place d’un collège de gouvernement dirigé par une personnalité dont la compétence en matière de sécurité est incontestable.

 

Pour une sortie de la crise.

 

Le problème auquel le peuple centrafricain est actuellement confronté est celui de sa sécurité dans sa personne et dans ses biens, condition nécessaire pour que les œuvres humanitaires puissent atteindre leurs objectifs ; pour cela, il faudra :

 

  1. Poursuivre les actions entreprises par le Révérend Pasteur Josué BINOUA dont l’expérience et la compétence au Ministère de l’Intérieur sous le régime du Président BOZIZE lui ont valu le poste de Ministre de la Sécurité Publique sous l’actuel régime nonobstant le fait  qu’il soit de confession chrétienne.     

 

En effet, le Révérend Pasteur Josué BINOUA a été nommé Ministre de la Sécurité Publique le 22 août 2013 pour enrayer les assassinats sommaires, les viols en réunion et les pillages des centrafricains et centrafricaines de confession chrétienne par les éléments de la Séléka, coalition des bandes armées de confession musulmane venant du Soudan et du Tchad qui occupent la Centrafrique depuis le 24 mars 2013 et a pris les mesures nécessaires pour protéger la population et rétablir l’ordre et la sécurité dans la capitale.

 

Ainsi, il a commencé par : - déloger les éléments de la Séléka de tous les commissariats qu’ils squattaient, - cantonner les éléments de la Séléka dans des camps militaires, -  récupérer les véhicules de l’administration confisqués par les éléments de la Séléka pour les remettre aux forces de police et de gendarmerie nationales afin de faciliter leur mobilité, - interdire aux éléments de la Séléka d’effectuer des opérations de maintien de l’ordre -intensifier les patrouilles dans la capitale pour désarmer les éléments de la Séléka qui continuaient de sévir, - placer la gendarmerie sous l’autorité du Ministère de la sécurité, - interdire aux forces de police et de gendarmerie nationales de tirer à balle réelle sur la foule lors des manifestations, - limiter le nombre des gardes du corps des généraux de la Séléka à 4 éléments et des colonels à 2 éléments, - obtenir la dissolution de la coalition Séléka.  

 

  1. Toutes ces mesures qui ont suscité la colère grandissante dans les rangs des éléments de la Séléka ont fait de lui l’homme à abattre, ce qui a justifié son limogeage par le Président  DJOTODIA sans l’aval du Premier Ministre Nicolas TCHANGAI.

 

  1. Rappeler, sous la protection de l’armée française, tous les éléments de la défense nationale éparpillés dans la nature (militaires, gendarmes et policiers) pour une formation civique et militaire assurée par l’armée française avec l’assistance de l’OTAN.

 

  1. Confier à l’armée française la mission de police militaire pendant la transition et la formation de la police militaire centrafricaine.  

 

  1. Délocaliser le cantonnement des éléments de la Séléka dans un pays tiers disposant des infrastructures capables de les contenir et où l’on procédera à leur identification afin de déterminer leurs nationalités respectives ; ceux qui seront suspectés de crimes seront déférés à la Cour Internationale Pénale et les autres seront renvoyés dans leurs pays d’origine ; car la Centrafrique ne dispose pas de caserne pour pouvoir les cantonner de façon effective .

 

  1. Charger le Procureur de la Cour Pénale Internationale d’une enquête sur les crimes commis en Centrafrique afin de déférer à la HAYE tous ceux qui seront présumés coupables non seulement de crimes contre l’Humanité mais également de crimes tout court, et cela est valable pour tout le monde y compris les anti-Balaka.      

 

Pour suivre ce Vade Mecum, il faudra :

 

Un organe exécutif d’environ 15 ministres, dénommé « Collège des Commissaires » qui devra bénéficier de l’appui des troupes de l’armée françaises et de la MISCA.

 

Le collège des Commissaires devra: - sécuriser le pays – restaurer l’administration sur toute l’étendue du territoire – rétablir l’autorité de l’Etat – réhabiliter les forces armées centrafricaines – organiser les élections législatives et présidentielles.

 

Un organe législatif nommé « Conseil des Sages » composé de : 2 représentants de chaque Préfecture dont 1 représentant de la Préfecture et un autre de la Sous-préfecture – 2 représentants de l’Eglise Protestante – 2 représentants de l’Eglise Catholique – 2 représentants des Musulmans centrafricains. – 2 magistrats. - 2 avocats. – 2 enseignants. – 2 Médecins.- 2 militaires parmi les plus gradés de l’armée centrafricaine, etc… 

 

A la lumière de l’analyse ci-dessus, nous estimons que l’expérience et le bilan de Monsieur Josué BINOUA correspondent au profil de celui qui est capable de diriger le collège des Commissaires.

 

Les Centrafricains ont perdu confiance en leurs hommes politiques actuels qui se sont révélés d’une façon ou d’une autre, par action ou par omission, solidaires des éléments de la Séléka ou des Anti-balaka qui n’ont rien à voir avec une milice chrétienne.

 

La liberté de religion a fait que chaque membre d’une famille peut choisir sa confession religieuse, de sorte que l’on peut retrouver dans une même famille un musulman, un chrétien catholique et un chrétien protestant.

 

Les hommes politiques centrafricains sont pressés d’aller aux élections alors que la situation humanitaire et militaire sur le terrain n’offre aucune garantie d’arriver à organiser les élections présidentielles et législatives en moins de 24 mois ; car, il va falloir sécuriser l’ensemble du territoire pour permettre aux différents candidats de battre campagne, reconstituer les registres d’état civil complètement détruits par les éléments de la Séléka, confectionner une liste électorale crédible .

 

La présente analyse n’est qu’une piste qui devra être perfectionnée avec la contribution de tout un chacun.

 

Maître Wang-You SANDO

Docteur en droit

Avocat à la Cour d’appel de Paris

Avocat inscrit à la Cour Pénale Internationale

 

===================

 

  1. Le Président David DACKO a pris le pouvoir le 14 août 1960, à la suite d’un coup d’Etat, inavoué et masqué sous le couvert d’accident d’avion, contre le Président Barthelemy BOGANDA, - l’Empereur Bokassa 1er et dernier  a pris le pouvoir le 1er janvier 1966 à la suite d’un coup d’Etat contre le Président David DACKO qui lui a repris le pouvoir le 20 septembre 1979 à la suite d’un coup d’Etat. Le Président David DACKO a perdu ce pouvoir le 1er septembre 1981 à la suite d’un coup d’Etat du Président André KOLINGBA qui a été battu aux élections par le président Ange Félix PATASSE et ce dernier a été victime d’un coup d’Etat effectué par le Président François BOZIZE le 15 mars 2003.- Le Président François BOZIZE est renversé par le Président Michel DJOTODIA le 24 mars 2013.

 

  1. "La RCA peut encore éviter le pire" par Marcel MONZALA, Centrafrique libre, numéro du 25 décembre 2013
La crise centrafricaine :  Caducité de la transition actuelle et perspective d’une sortie par Maître Wang-You SANDO
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:03

 

 

 

COMMUNIQUE RADIO

 

Les Familles MAPAKO, MAVOUNGOU, PATASSE, DAYO, ZIGUELE, ELIEN, DOBARA, WILSON, BALCILIA, FENAKAMI et NGUENISSARA portent à la connaissance des parents de Paoua et d’ailleurs, des amis et connaissances que les obsèques de leur Père, Beau-fils, oncle neveux et Beau – père BEREAU Serge Fidèle, Magistrat Hors Hiérarchie à la retraite, Premier Président Honoraire à la Cour des Comptes, décédé le 26 Décembre 2013 à Bangui des suites d’une courte maladie, se dérouleront selon le programme ci-après :

 

Journée du jeudi  09 janvier 2014

 

 

Morgue de l’hôpital Général de Bangui

 

15h00: Mise en bière

16h00: Levée du corps pour le domicile familial

 

Domicile familial du défunt sis au PK10 (Derrière l’Ecole Nationale de La Police)

 

16h30: Arrivée de la dépouille,

· Installation,

· Prière et animation

· Recueillement,

19h00: Grande Veillée,

 

   Journée du vendredi 10 janvier 2014

 

6h30: Animation,

· Témoignages,

· Dépôt de gerbes ou enveloppes,

· Recueillement,

9h00: Départ pour le Palais de Justice,

 

Lieu: Palais de Justice

 

7h00: Mise en place terminée des Services d’honneur,

8h00: Arrivée du personnel de la Justice, parents, Amis et

           Connaissances,

8h10: Arrivée des Auxiliaires de Justice,

8h15: Arrivée des Magistrats

8h30: Arrivée des membres de la Chancellerie,

8h45: Arrivée de la Présidente de la Délégation de la Ville de

            Bangui,

8h55: Arrivée des Membres des Cabinets:

· Conseil National de Transition,

· Primature,

· Présidence,

9h00: Arrivée du Bureau du Conseil National de Transition

9h5: Arrivée des membres de la Cour Constitutionnelle de Transition

9h10: Arrivée des Chefs des Cours,

9h20: Arrivée du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux

9h30: Arrivée de la dépouille,

9h40: Arrivée des Membres du Gouvernement de Transition,

9h50: Arrivée du Président du Conseil National de Transition,

10h00: Arrivée du Premier Ministre, Chef du Gouvernement

            de Transition,

10h15: Arrivée de son Excellence Monsieur le Président de

              la République Chef de l’Etat de Transition,

 

Honneur Militaire

Accueil par:

 

· Le Ministre de la Justice,

· Le Premier Président et le Procureur Général de la Cour de Cassation,

· Installation:

- Témoignages,

-  Oraison funèbre,

-  Mot de remerciement,

-  Dépôt de gerbe,

-  Sonnerie aux morts,

-  Retrait du Chef de l’Etat,

-  Recueillement,

· Remise de la dépouille aux Parents,

11h15: Départ pour la cathédrale Notre Dame  Immaculée Conception de Bangui,

 

 

Lieu: Cathédrale Notre Dame Immaculée Conception

 

11h30 : Messe

· Départ pour le PK 10,

 

Lieu : PK 10  (Ancienne ferme La Colombe, avenue PATASSE)

 

12h30: Arrivée du cortège funèbre:

· Installation,

· Prière,

· Remise de la Toge à la Famille,

13h00: Inhumation,

13h30: retour au domicile familial,

14h00: Collation.                        

 

 

Fin de Cérémonie

                                                     

 

 

BIOGRAPHIE DU DEFUNT

 

Serge  Fidèle  BEREAU est né le 28 juillet 1942 à Brazzaville République du Congo, des feux Gabriel KEREGUELE  et Véronique KIZO.

 

Etudes primaires et secondaire à Brazzaville, soldées par l’obtention du C.E.P.E, et  le B.E.P.C, ensuite  aux lycées Techniques de Brazza et de Bangui où  il obtint le Certificat d’Aptitude Professionnelle option Comptabilité et le Brevet Commercial.

 

Ses études professionnelles se firent d’abord à l’Ecole Nationale d’Administration de Bangui, puis  à l’Institut International d’Administration Publique de Paris (IIAP) qui furent couronnées par l’obtention d’un Diplôme du 2nd Cycle Action Greffe  et d’un Diplôme du 1er  Cycle Section Juridique  en 1971.

 

Il fut reversé dans la Magistrature de l’Ordre Judiciaire le 25 février 1971.

Il occupa de nombreuses fonctions dont :

· 3ème Juge d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de Bangui,

· 2ème Juge d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de Bangui,

· Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de Bangui,

· Président du Tribunal de Grande Instance de Bangui,

· Chef de Département Administratif et Financier à l’OCAM (Organisation Commune Africaine et Malgache),

· Président du Tribunal de Grande Instance de Bambari,

· Conseiller  à la Cour d’Appel de Bangui,

· Juge d’Instruction du Tribunal  Spécial,

· Conseiller  à la Cour Suprême,

· Juge d’Instruction à la Haute Cour de Justice,

· Directeur des Affaires Civiles et du Sceau,

· Inspecteur des Services Judiciaires,

· Conseiller à la Cour Constitutionnelle,

· Président de la Cour des Comptes,

 

Admis à faire valoir ses droits à la retraite par Décret n° 11.116 du 20 juillet 2011, il lui a été conféré le titre de Premier Président honoraire de la Cour des Comptes en 2013,

 

Il a reçu des distinctions honorifiques suivantes :

· Chevalier de l’Ordre du Mérite Centrafricain

·  Officier de l’Ordre du Mérite Centrafricain

· Commandeur de l’Ordre de Mérite Centrafricain

· Grand Officier de l’ordre  du mérite Centrafricain

Serge Fidèle BEREAU est marié et père de 11 enfants et 17 petits enfants.

 

 

                                     

Programme des funérailles du magistrat Serge Fidèle BEREAU
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 00:50

 

 

 

 

Mes Chers Compatriotes,

 

L'année qui s'annonce sera celle de tous les défis, de tous les espoirs pour l'unité de notre pays.

 

Dans ce contexte difficile, rappelez-vous qu'en 1958, un de nos valeureux compatriotes, un grand homme, animé par la passion et l'innocence du juste, fondait au coeur de l'Afrique un improbable projet de Nation : la République Centrafricaine. Barthélemy Boganda, incarne encore et plus que jamais l'exemple même de notre pacte national, la promesse d'un destin partagé, la promesse d'une unité parfaite.

 

Ce rêve d'unité est bien plus qu'un héritage. Il est notre combat quotidien, la lutte que nous devons mener sur les traces de ceux qui nous ont précédés dans notre longue marche vers une société plus juste, plus égalitaire, plus rassembleuse et plus fraternelle.

 

Aujourd'hui, nous avons perdu notre innocence, l'innocence d'un pays qui, chaque jour, s'enfonce un peu plus dans la pire des violences, la violence intercommunautaire et interconfessionnelle. Nous avons perdu notre innocence, l'innocence d'un enfant musulman, notre enfant, meurtri à coups de machette et dont le regard terrifié résume à lui seul tout le crime que l'on fait aux siens. Nous avons perdu notre innocence, l'innocence d'une femme battue, violée, assassinée pour les seuls motifs d'être femme et chrétienne.

 

Mes chers compatriotes, que nous arrive t-il ? Que se passe-t-il ? Quels sont ces démons qui semblent nous posséder ?

 

Avons-nous oublié que notre pays est né de la diversité de ses filles et de ses fils? Cette diversité, qu'elle soit ethnique ou religieuse, ne doit pas être un handicap. Bien au contraire : elle est une richesse et un pilier de la paix sociale dans notre pays. Nos origines peuvent être diverses. Et alors ? Nous habitons un seul et même pays. Chrétiens ou musulmans, nous sommes tous des enfants de Dieu. Ces convictions sont au coeur de notre projet républicain.

 

C'est dans cet esprit, comme la plupart d'entre vous, que j'ai été élevé et grandi dans la fierté d'être centrafricain.

 

Je suis un chrétien, fils de la Lobaye, issu de parents nés à M'Baïki. Cette région, comme beaucoup d'autres dans notre pays, a été et demeure le creuset de populations diverses venus du Nord, du Sud, de l'Est, de l'Ouest de notre pays et de bien au-delà . C'est là que des travailleurs Gbaya, Banda, Yakoma, ainsi que d'autres ont fait les beaux jours des grandes filières agricoles de notre pays. C'est là que des commerçants, souvent musulmans, formidables entrepreneurs, se sont imposés comme acteurs incontournables dans la production de notre café. C'est là que s'est forgé en moi l'absolue conviction que chrétiens, musulmans, toutes les composantes de notre pays, pouvaient vivre ensemble, marcher dans la même direction.

 

Mes chers compatriotes, nous sommes tous musulmans, nous sommes tous chrétiens. Nous partageons - tous- la même douleur, la même souffrance. Mais ne nous méprenons pas : les causes de ce conflit ne sont pas religieuses. Elles sont politiques. Nous sommes victimes, depuis des décennies, de l'avidité et de la médiocrité de nos dirigeants politiques. Nous sommes victimes d'un État fantôme qui a abdiqué devant ses devoirs et renoncé, délibérément, à exercer, ses responsabilités. Nous sommes victimes d'une classe politique qui, par cupidité et intérêt a renoncé à défendre notre indépendance, notre intégrité territoriale, et notre souveraineté.

 

Mes chers compatriotes, la crise que nous traversons est d'une gravité extrême. Le chaos centrafricain ne pourra être résolu, sans notre réaction décisive, sans notre volonté de se redresser. Cette volonté doit, avant tout, s'accompagner d'un désir de paix. Une paix sans laquelle rien ne sera possible. Mais elle doit être également une volonté de changement. Un changement par les centrafricains, pour les centrafricains.

 

Désir de paix. Volonté de changement. Tels sont les voeux que je formule pour notre pays en ce début d'année. Vous connaissez notre parti le MESAN. Vous connaissez ses valeurs, sa volonté de relever notre pays. Vous me connaissez. Je m'adresserai à vous régulièrement, obstinément, j'irai à votre rencontre. Avec vous, ensemble, nous serons les volontaires de la paix, les volontaires du changement. Que Dieu bénisse notre pays.

 

Jean-Baptiste KOBA

 

Président du MESAN

Voeux du nouvel an de Jean Baptiste KOBA Président du MESAN
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com