Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 04:30

 

 

 

Ouattara-Dramane.jpg

 

AFP Publié le 13/02/2012 à 22:51

Trois personnes ont été tuées et près d'une dizaine blessées dans des affrontements impliquant des communautés locales et des militaires à Arrah, dans l'est de la Côte d'Ivoire, a-t-on appris aujourd'hui.

"Il y a eu trois morts hier (dimanche) et aujourd'hui (lundi)", a indiqué à l'AFP une source sécuritaire. Une source médicale a confirmé ce bilan et fait état de "huit blessés, la plupart par balles".

Des échauffourées entre des habitants autochtones agni d'un côté et de l'autre des éléments des Forces républicaines (FRCI, nouvelle armée) appuyés par des membres de la communauté malinké, ont éclaté dimanche et se sont poursuivies lundi après que les Agni eurent demandé le départ des FRCI de la ville, ont rapporté des témoins.

"Les Malinké se sont opposés au départ des FRCI, ce qui a occasionné des affrontements entre Agni, FRCI et Malinké", a déclaré à l'AFP Louis Kokora, qui a trouvé refuge dans un village voisin. "On entendait des coups de feu, on ne sortait pas", a rapporté un habitant.

Lundi en fin de journée, le calme était revenu à Arrah, où les autorités ont envoyé des renforts, tandis que la mission des Nations unies dans le pays (Onuci) faisait des patrouilles, selon la source sécuritaire. "La tension est là", a cependant souligné un résident.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 04:27

 

 

 

Godfroy Djanayang Gondjé

 

La Constitution écrit généralement avec une majuscule est un texte qui fixe l'organisation et le fonctionnement d'un organisme, généralement d'un État.

La Constitution d'un État a valeur de loi. Elle est à la fois l'acte politique et la loi fondamentale qui unit et régit de manière organisée et hiérarchisée l’ensemble des rapports entre gouvernants et gouvernés au sein de cet État, en tant qu'unité d'espace géographique et humain. La Constitution garantit les droits et les libertés de la communauté humaine concernée. En ce sens elle vise aussi à limiter le pouvoir des élus et autres représentants du peuple.

Si la fiction juridique veut que la Constitution fonde et encadre juridiquement l'État, il est entendu que l'histoire politique la précède et peut lui conférer à la fois sa légitimité circonstanciée et la permanence de son autorité. Cette histoire politique est alors réintroduite dans le droit en étant qualifiée de « pouvoir constituant primaire » le pouvoir souverain qui établit une nouvelle Constitution.

 S’il faut  prendre l’exemple de l’histoire Française qui est certainement le modèle de la plus part de  nos Constitutions Africaines, sans doute que  l’infraction de haute trahison qui est  notamment  la violation de la Constitution par le Président de la République reste punissable devant la Haute Cour de Justice  en application  des dispositions de la Constitution Française.

En revanche, sur le fondement des lois constitutionnelles de la IIIe République que Philippe Pétain fut traduit devant la Haute Cour de Justice à partir du 23 juillet 1945. Pétain est alors accusé d'atteinte à la sûreté de l'État et, bien sûr, de haute trahison.

Celle-ci était présidée par Paul Mongibeaux, premier président de la Cour de cassation, assisté de Donat-Guigue, président de la chambre criminelle de la Cour de cassation, et de Picard, premier président de la Cour d'appel de Paris. 24 jurés parlementaires étaient présents, composés essentiellement de députés n'ayant pas voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, ou s'étant abstenus.

En l'espèce, on peut douter du caractère nécessaire d'une Haute Cour de Justice, eu égard à la gravité manifeste des faits qui lui ont été reprochés : une Cour d'assises de droit commun aurait suffi. De plus, c'était en quelque sorte donner à Pétain la qualité de président de la République. Pétain y fut condamné à mort, mais le général de Gaulle commua cette peine en prison à perpétuité. La mise en évidence d’un tel exemple cité ci-haut  dans mon diagnostic dans le cas du coup d’Etat Constitutionnel au Sénégal peut certainement conduire l’examen de cette fatalité constitutionnelle à bon port.

Après 52 ans, de bataille de la construction des valeurs démocratiques voici un Juriste Hautement qualifié à la personne Monsieur ABOUDOULAYE WADE le Président sortant Sénégalais enfin de mandat constitutionnel vient de démontrer devant le monde entier que « le pouvoir du peuple est une arme légère » tandis que  « son  coup d’Etat  constitutionnel est une arme à destruction massive ».

Certainement que le contient de l’Afrique Subsaharienne n’est pas à son premier coup d’Etat Constitutionnel mais en règle générale la démonstration de force n’a pas les mêmes capacités de frappe. L’arme légère du peuple finit par mettre hors d’état de nuire l’arme à destruction massive des tributaires du pouvoir public. Sans doute  que le vent du printemps arabe est une jurisprudence de confirmation et même bibliquement parlant, l’histoire de DAVID et GOLIATH étant aussi une source d’inspiration.

Devant une telle attitude dictatoriale, je me permets de m’interroger si Monsieur ABOUDOULAYE WADE ne mérite pas un jugement devant une Cour rriminelle sénégalaise  pour motif de haute trahison de l’Etat?

Voici que quelques mois seulement après l’assassinat du Libyen Kadhafi à qui WADE demandait de remettre le pouvoir au peuple libyen car celui-ci était un dictateur, curieusement le même demandeur WADE devient lui aussi en quelques fraction de temps l’ennemi de son peuple, lui qui semblait défendre hier la cause du peuple libyen. Malgré  les différentes interventions internationales notamment celle des USA via la conférence de presse organisée par l’ambassadeur Américain au Sénégal demandant à  Monsieur WADE de laisser la place à la génération future, Mr Wade, 85 ans, s’accroche au pouvoir

Mais comment faire pour mettre terme au coup d’Etat constitutionnel de Monsieur WADE  au Sénégal ?

-Le retrait de toutes les candidatures aux élections sans exception  sera la première pierre de construction ;

-La révision de la décision de la Cour Constitutionnelle sera la condition de participation des autres candidats dans la course présidentielle ;

-L’amplification du Mouvement 23 sans dérapage politicien remettra la pendule à l’heure.

«Sans le pouvoir  du peuple le pouvoir de l’Etat est un pouvoir mortel ».

 

Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 03:24

 

 

 

anne-lauvergeon-en-mars-2010-

 

Mines  Uranium : Pékin, chevalier blanc du minerai jaune


13/02/2012 à 16h:14 Par Michael Pauron Jeune Afrique

Avec un programme de 27 réacteurs nucléaires, la Chine permet au secteur de ne pas déprimer. Si bien que, malgré la catastrophe de Fukushima, les experts prévoient une hausse de la demande en uranium.

Où va la filière uranium ? Certes, l'accident de Fukushima, en mars 2011, au Japon, et la fin programmée du nucléaire en Allemagne - notamment - ont fait chuter les prix du minerai de 70 dollars la livre avant la catastrophe à 50 dollars en fin d'année. Certes, le français Areva, empêtré dans le scandale du rachat d'Uramin, a décidé de suspendre ses projets en Namibie et en Centrafrique pour au moins deux ans. Certes, sa mine d'Imouraren, au Niger, l'une des plus importantes du monde, pourrait par ailleurs ne pas démarrer avant 2016...

Pénurie

Areva empêtré avec Uramin

Le secteur a eu son drame avec Fukushima, et son scandale avec Areva : en rachetant en 2007, pour 1,8 milliard d'euros, la société canadienne Uramin, propriétaire de trois sites en Afrique du Sud, en Centrafrique et en Namibie, le groupe français a fait la plus mauvaise affaire de son histoire. Surévaluées, les mines se révèlent décevantes et chères à développer. Un rapport de 2010 établissait déjà clairement qu'il s'agissait d'une « opération douteuse » et « potentiellement frauduleuse ». L'ancienne patronne, la charismatique Anne Lauvergeon, est-elle coupable ? Une nouvelle enquête devrait déterminer la chaîne des responsabilités. M.P.

Mais, à y regarder de plus près, il y a des signes encourageants. Et l'un des plus significatifs vient de Chine. Le géant asiatique prévoit la construction de 27 réacteurs nucléaires, et d'aucuns prédisent même une pénurie de combustible à moyen terme. Pour Steve Kidd, directeur général adjoint de l'Association mondiale du nucléaire, « l'impact sur l'approvisionnement se fera sentir dans cinq ans ». La production d'énergie nucléaire devrait ainsi atteindre 777,8 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) en 2020 et plus de 1 milliard de tep en 2030. Selon le groupe pétrolier BP, « la plus grande part de la croissance de la production d'énergie nucléaire viendra de la région Asie-Pacifique ».

Patience

Avec le plus grand programme nucléaire mondial, la Chine cherche à sécuriser ses approvisionnements. Chargée de ce plan, la firme publique China Guangdong Nuclear Power Corporation (CGNPC) a ainsi finalisé en décembre, après presque un an de tractations, le rachat de Kalahari Minerals (basé et coté à Londres), pour 989 millions de dollars (près de 750 millions d'euros). La patience du groupe chinois a payé : avant Fukushima, CGNPC avait fait une proposition de 1,23 milliard de dollars... Surtout, Pékin s'offre, à travers cette acquisition, 42,5 % d'Extract Resources, une société australienne qui développe la mine d'uranium namibienne de Husab et dont l'autre actionnaire principal n'est autre que Rio Tinto, avec 14 %. Faute d'expérience dans les mines (il est davantage un producteur d'énergie), il est fort probable que CGNPC désigne Rio Tinto comme opérateur.

Extract Resources a peut-être eu de la chance en voyant arriver les Chinois. Ces derniers pourraient bien être, en cette période d'incertitude, les seuls à vouloir encore investir sur le long terme. Jonathan Leslie, patron de la société australienne, ne cachait d'ailleurs pas son pessimisme au lendemain de la catastrophe japonaise : « Les nouveaux projets auront du mal à trouver des financements », disait-il. C'était compter sans l'empire du Milieu.



Areva : nouveaux éléments sur Uramin

Europe1.fr  13 février 2012 à à 22h04

A la veille de la remise d'un rapport sur "les conditions d’acquisition et d’exploitation" de la société minière Uramin, deux documents sèment le trouble à la direction d'Areva, rapporte Le Parisien.

Réalisés en mai 2007 par des ingénieurs d'Areva, les deux rapports portent sur les qualités des trois gisements d'Uramin, en Namibie, Centrafrique et Afrique du Sud. Or, la deuxième version, "est beaucoup plus engageante dans la perspective d'une acquisition" note le quotidien.

Et le journal de poser la question : l'ancienne direction d'Areva aurait-elle "caviardé" les informations transmises à l'Etat afin de pousser au rachat de la société Uramin ?

 

Areva/UraMin: deux documents sèment le trouble

Matthieu Pelloli et Elisabeth Fleury Le Parisien 13.02.2012, 18h07

L’ancienne direction d’Areva a-t-elle «caviardé» les informations transmises à l’Etat, en mai 2007, afin de pousser au rachat de la société UraMin, indispensable aux yeux des dirigeants de l’époque, pour sécuriser l’approvisionnement du groupe en uranium? A la veille de la remise du rapport de son comité spécial sur «les conditions d’acquisition et d’exploitation» de cette société minière canadienne, la question taraude les dirigeants actuels d’Areva.

Deux documents, remis il y a quinze jours au comité spécial d’Areva et que le Parisien a pu consulter, sèment le trouble. Tous deux synthétisent des études techniques, réalisées en mai 2007 par des ingénieurs d’Areva, sur les trois sites d’UraMin : Trekkopje (Namibie), Bakouma (Centrafrique) et Ryst Kuil (Afrique du Sud).  Dans une première version, des réserves sont émises sur la valeur et les conditions d’exploitations des gisements. Une deuxième version, expurgée d’un certain nombre de commentaires négatifs, est beaucoup plus engageante dans la perspective d’une acquisition.

C’est cette version, «présentée par Anne Lauvergeon en conseil de surveillance le 16 mai 2007 et en comité stratégique le 22 mai 2007», affirme-t-on chez Areva, qui a été transmise à l’Agence des participations de l’Etat (APE). En juin 2007, cette dernière donnait son feu vert à l’acquisition des trois sites, pour un montant d’1,8 milliard d’euros. 

DES COMMENTAIRES NEGATIFS SUPPRIMES

A propos du management d’UraMin. La version 1 relève un «manque d’expérience dans le domaine de l’uranium» et une «planification des projets [qui] paraît optimiste notamment sur Bakouma et dans une moindre mesure sur Ryst Kuil ». Autant d’éléments qui ne figurent pas dans la version 2.

A propos du gisement de Bakouma. La version 1 insiste : «On est au début de l’étude de faisabilité ; seule une étude conceptuelle sur la méthode minière est disponible, il y a donc peu de données fiables». La version 2 est beaucoup moins précise : «On est au début de la nouvelle étude de faisabilité». De même, les réserves de la version 1 à propos de l’«absence d’infrastructures et du contexte politique du pays» ne figurent plus dans la version 2.
A propos du gisement de Ryst Kuil. La version 1 évoque un «calendrier du projet [qui] reste flou». Une mise en garde qui ne figure plus dans la version 2.


LE SENS D’UNE PHRASE MODIFIE

A propos du site de Trekkopje, la version 1 évoque une «incertitude sur le taux de récupération par la méthode lixiviation en tas alcaline (NDLR : un procédé de collecte de l’uranium) non encore testée en production industrielle». La version 2 dit l’inverse : «Les tests ont permis de conforter la méthode de récupération par lixiviation en tas alcaline».

«L’Etat actionnaire a été floué», déplore une source proche d’Areva. Une version fermement contestée par l’ex-présidente du géant nucléaire. «Ces deux documents ne sont que les présentations résumées de travaux, analyses et documents de haute technicité. Or toute la vraie documentation technique brute a été fournie à l’APE qui a pu s’en faire expliquer les contenus par les ingénieurs d’Areva», minimise Me Versini-Campinchi, l’avocat d’Anne Lauvergeon.

Le Parisien

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 03:14

 

 

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine Contact: 70 90 92 78/ 75 20 49 36 – internewsrca@gmail.com - http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

 Bangui, 13 Février 2012

Berberati : L’OCDH sensibilise la population du village Ngouadja sur les Droits de l’homme

Une campagne de sensibilisation de la population sur les Droits de l’Homme a eu lieu samedi dernier au village Ngouadja, situé à 10 km de la ville de Berberati, a rapporté ce matin radio Zoukpana.

Initié par l’antenne préfectorale de l’Observatoire centrafricain des droits de l’homme (OCDH), cette campagne visait à sensibiliser les différentes couches sociales sur les droits des femmes et des enfants, notamment en matière de santé et d’éducation.

Selon le président de l’antenne de l’OCDH de Berberati Jules Vincent Goma, il s’agissait aussi d’une occasion d’échanger avec les hommes sur les droits de leurs épouses, les droits fondamentaux de leurs enfants afin d’éviter les cas de violation de ces droits et mettre fin à la discrimination dont ces deux catégories sociales sont souvent victimes.

Au cours de la campagne certaines femmes ont dénoncé toutes les menaces et violences dont elles sont victimes au sein de leur foyer ; principalement la torture physique et morale qui leur sont infligées par leurs époux. La question d’autonomie financière des femmes a été également abordée.

Parlant de l’éducation, le chef du village Ngouadja, Amadou Issa, a déploré le fait que plusieurs enfants de son village en âge de scolarisation ne sont ne vont pas à l’école à cause du manque d’infrastructures scolaires.

« Nombreux sont les enfants qui ne vont pas à l’école. Les autorités de la préfecture de la Mambéré Kadéï doivent prendre leurs responsabilités pour le respect des conventions internationales signées par le gouvernement. Tout enfant a droit d’aller à l’école », a-t-il relevé.

Il est prévu d’installer dans les prochains jours une cellule de l’OCDH dans ce village en vue de poursuivre les activités de promotion et de protection des droits de l’homme, a annoncé radio Zoukpana.

 

Bangui : L’église Ngou-ciment prend en charge les personnes de 3ème âge

224000 frs CFA est le budget global voté par l’Eglise baptiste de Ngou-ciment située dans le 5ème arrondissement de Bangui, pour prendre en charge 28 personnes de 3ème âge identifiées par le conseil d’administration pour l’année 2012, a annoncé le secrétaire général de cette église, Daniel Guéret dans un entretien avec le RJDH.

« Nous prenons ces personnes en charge parce qu’elles sont fatiguées, démunies et ont des besoins sanitaires, alimentaires, vestimentaires entre autres. En plus, ce sont aussi des êtres humains qui ont droit à la vie et au bien-être », a expliqué Daniel Guéret.

Il a fait remarquer que ces personnes de 3ème âge vont recevoir mensuellement une aide financière de la part de l’Eglise. Car l’initiative est née de nombreuses plaintes enregistrées au sein de l’Eglise par ces personnes vulnérables.

« Cette initiative va peut-être permettre à ces vieillards de vivre en paix, car à Bangui de même qu’à l’intérieur du pays, ils ont souvent des problèmes de tous genres. Ils ne cessent d’être accusés de sorcellerie et torturés à cause de leur état de dénuement qui les contraint à se livrer à la mendicité », a témoigné un chrétien de l’église initiatrice de ce projet.

Par ailleurs l’Eglise baptiste de Ngou-ciment lance aussi un appel aux personnes de bonne volonté et aux organisations qui interviennent dans le même sens de l’appuyer.

 

Zémio: Manifestation contre la société de téléphonie mobile Orange

Bangui-siege-Orange.JPG

 

Les jeunes de la ville de Zémio qui tentaient de saccager les installations de la société de téléphonie mobile Orange Centrafrique ont été dispersés samedi par les Forces armées centrafricaines (FACA) et la gendarmerie par des sommations, a rapporté radio Zéréda.

Radio Zéréda rapporte que ces jeunes ont organisé une marche ce jour-là pour protester contre Orange qui a implanté son pylone dans la ville depuis 2010 dans le but d’ouvrir son réseau téléphonique. Mais ce projet n’a pas été réalisé jusqu’ici.

La marche a démarré au village Ligouma situé à 3 km de la ville de Zémio et a pris fin à la délégation spéciale. Un mémorandum a ensuite été remis au Sous-préfet, Auguste Homa.

En dehors de ce mémorandum, les manifestants ont voulu saccager les installations d’Orange Centrafrique qui selon eux, n’a pas respecté ses engagements et ses promesses vis-à-vis de la population. Il a fallu l’intervention des FACA et de la gendarmerie pour les disperser.

Cette information est parvenue à radio Zéréda d’Obo grâce à la radio de la mission baptiste de Zémio connue sous le signe d’AIM via la radio de l’hôpital préfectoral de la ville d’Obo.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:36

 

 

 

 

Ferdinand Samba Le Démocrate

 

 

 

Voilà quinze jours que suite au verdict scélérat qui venait de tomber au tribunal correctionnel de Bangui condamnant à dix ans de prison ferme Ferdinand SAMBA, Directeur de Publication du quotidien Le DEMOCRATE, et à verser des dommages de 10 millions de F CFA à celui-là même qui l’a poursuivi en justice à savoir le ministre d’Etat Sylvain NDOUTINGAÏ, la rédaction de Centrafrique-Presse a pris l’initiative de lancer une pétition à signer en ligne pour recueillir les signatures de tous ceux qui sont épris de liberté et tiennent en particulier à ce que la liberté de la presse puisse s’exercer dans toute sa plénitude en République centrafricaine et pour exiger la libération de Ferdinand SAMBA.

 

Nous sommes en mesure de publier à présent la liste des premiers signataires qui ont répondu à cet appel. Nous nous félicitons de constater qu’ils proviennent du monde entier et ce ne sont pas seulement que des Centrafricains, ce dont nous nous réjouissons également. A la fin de l’opération, cette pétition sera transmise aux autorités de Bangui afin de stigmatiser leur volonté politique de museler la presse libre et leur faire comprendre combien elles se déshonorent en prétendant d’un côté avoir dépénalisé les délits de presse et de l’autre, jettent des journalistes en prison.

 

Nous renouvelons notre appel pour ceux que nous soyons plus nombreux à signer la pétition qui reste toujours disponible pour être signer en ligne au lien suivant sur lequel il suffit de cliquer :

http://www.gopetition.com/petitions/liberez-ferdinand-samba.html

La Rédaction

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:32

 

 

 

 

127

Mr

Victor Kongbo

France

N/G

Feb 11, 2012

126

Mr

NYOMBI Alfred

Canada

N/G

Feb 11, 2012

125

N/G

FOKY-DOUNGOUMA ANDRE

France

N/G

Feb 11, 2012

124

Mr

Steve Dieu Merci Bab Déhé

France

N/G

Feb 09, 2012

123

N/G

pani cyrille grâce àdieu parfait

Canada

View

Feb 09, 2012

122

Mr

MONDO jean claude

Central African Republic

View

Feb 09, 2012

121

N/G

Joviale Samba

France

View

Feb 08, 2012

120

Mr

BOMILA-KORADJIM Gilles

France

View

Feb 08, 2012

119

Mr

ENGUENA MAMADOU Jérémie

Central African Republic

View

Feb 08, 2012

118

mr

cedric GBIANZA

Republic of the Congo

N/G

Feb 06, 2012

117

Mr

Yakete Lionel

France

View

Feb 06, 2012

116

mr

Ndemba Na Koulou

Central America

View

Feb 06, 2012

115

mr

ouakala eric

France

N/G

Feb 06, 2012

114

N/G

MICHEL MABOU

France

N/G

Feb 06, 2012

113

Mr

Eric Mustafa Massi

Central African Republic

N/G

Feb 06, 2012

112

Ms

Sylvie GRAND'EURY-BURON

France

N/G

Feb 06, 2012

111

Mr

M'Pokomandji SONNY

Central African Republic

N/G

Feb 05, 2012

110

Mr

Anonymous

Central African Republic

View

Feb 05, 2012

109

MR

IGOR NGOLI

France

View

Feb 05, 2012

108

Mr

DOKOULA Lazare

France

N/G

Feb 04, 2012

107

Mr

jeannot rodrigues

Russia

N/G

Feb 04, 2012

106

Mr

Anonymous

France

View

Feb 04, 2012

105

N/G

befio fiacre

China

View

Feb 04, 2012

104

Mr

ORRO-MOUSSA Narcisse

France

View

Feb 04, 2012

103

Mr

SARAGBA Franck

Central African Republic

N/G

Feb 04, 2012

102

Mr

Daniel keita

France

View

Feb 04, 2012

101

Mr

ALLAH - BAREM Félix

D.R. of the Congo

N/G

Feb 04, 2012

100

Ms

SIRIKOTA Leontine

Canada

View

Feb 04, 2012

99

N/G

zébé ralph

Africa

N/G

Feb 04, 2012

98

Mr

Roland Todjiret

France

N/G

Feb 04, 2012

97

Mr

Le Parfait MAGOUMBALA

Central African Republic

N/G

Feb 03, 2012

96

Mr, darole

bloro dacoyé

USA

View

Feb 03, 2012

95

Mr

Martin Faye

Senegal

N/G

Feb 03, 2012

94

mr

ndjadder nelson

France

View

Feb 03, 2012

93

Mr

ODOM Anthony

France

N/G

Feb 03, 2012

92

Mr

E. ASCHRA Afrik'un

Central African Republic

View

Feb 03, 2012

91

Mr

POUNGAKOLA IRENE

Cameroon

View

Feb 03, 2012

90

M

Ozias KETA-WAPOUTOU

France

N/G

Feb 03, 2012

89

Mr

Marcel NGAO-LOEMBE

Sweden

N/G

Feb 03, 2012

88

Mr

Freddy OUILIDAN

France

View

Feb 03, 2012

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:31

 

 

 

87

Mr

ZIGUELE MARTIN

Central African Republic

N/G

Feb 03, 2012

86

Mr

Bogoulaye Bedam

France

View

Feb 03, 2012

85

Mr

Anonymous

Central African Republic

N/G

Feb 03, 2012

84

Mr

Sylvain DEMANGHO

France

N/G

Feb 02, 2012

83

mr

TOUANDAÏ Brice

Central African Republic

View

Feb 02, 2012

82

Mr

Mathieu BEZO

France

View

Feb 02, 2012

81

Mr

DOMBIA Urbain Euloge

Central African Republic

View

Feb 02, 2012

80

Mr

ibrahim abakar

Cameroon

View

Feb 02, 2012

79

Mr

ADOUNDJI Lionel Liberté

Central African Republic

View

Feb 02, 2012

78

Mr

Guy Makendebou

France

View

Feb 02, 2012

77

Mr

ISSEN Mustapha

Central African Republic

View

Feb 02, 2012

76

Mr

YAMBA ZOUMA KENNY

Belgium

N/G

Feb 02, 2012

75

MR

DENGOU JEAN DANIEL

France

View

Feb 02, 2012

74

Mr

KOLIKO Marius

Central African Republic

View

Feb 01, 2012

73

Mr

DOTE Narcisse

Angola

View

Feb 01, 2012

72

Mr

Bouba INOUSSE

Haiti

N/G

Feb 01, 2012

71

N/G

TOUANDAÏ Brice

Central African Republic

N/G

Feb 01, 2012

70

Mr

christopher justice

Kiribati

View

Feb 01, 2012

69

Mr

Abdoulaye Wal- Ndakassa

France

N/G

Feb 01, 2012

68

Mr

YABENDJI-YOGA Francis Macaire

Central African Republic

View

Feb 01, 2012

67

Mr

Pierre MARBOUA

Central African Republic

View

Feb 01, 2012

66

Mr

Christophe NDOUBA

Central African Republic

View

Feb 01, 2012

65

Mr

Bara Léopold-Narcisse

Central African Republic

View

Feb 01, 2012

64

Mr

Jean-Pierre MARA

France

View

Feb 01, 2012

63

Mr

Freddy MASSENGUE

Central African Republic

View

Jan 31, 2012

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:30

 

 

 

 

62

Mr

Martial MONGBA

Central African Republic

View

Jan 31, 2012

61

Mr

Thierry Ndoyo

Senegal

View

Jan 31, 2012

60

Mr

Theophile Nouatin

Switzerland

View

Jan 31, 2012

59

Mr

jean dzandanga

Central African Republic

View

Jan 31, 2012

58

Ms

Marie-Reine HASSEN

France

View

Jan 31, 2012

57

mr

KAMBI Ambroise

France

N/G

Jan 31, 2012

56

Mr

Abdoulaye Bah

Italy

View

Jan 30, 2012

55

Mr

POLISSE BEBE MEDARD

France

N/G

Jan 30, 2012

54

Mr

BEBENDO SI MO HINGA

Central African Republic

View

Jan 30, 2012

53

Directeur de publication "La Plume", Editeurs de

Patrick AGOUNDOU

Cameroon

View

Jan 30, 2012

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:27

 

 

 

Ferdinand Samba Le Démocrate

 

52

Dr

Goyon Olga

Central African Republic

View

Jan 30, 2012

51

MS

GOUNGAYE WANFIYO Moala

France

View

Jan 30, 2012

50

Mr

Jérémie NAM-OUARA

France

View

Jan 30, 2012

49

Mr,

BEMANA Yannick

Burkina Faso

View

Jan 30, 2012

48

M.

Prospert YAKA MAÏDE

Central African Republic

View

Jan 30, 2012

47

Mr

Anonymous

Central African Republic

View

Jan 30, 2012

46

Mr

André DAWA

France

View

Jan 30, 2012

45

Mr

NGUMBU JAMES

France

View

Jan 30, 2012

44

MR

GBALIA NDANGBO TONY

France

View

Jan 30, 2012

43

Mr

Félix YANGANA

Central African Republic

View

Jan 30, 2012

42

Mr

KOYAZANDE DAVID

Central African Republic

N/G

Jan 30, 2012

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 04:17

 

 

 

 

Ferdinand Samba Le Démocrate

 

 

42

Mr

KOYAZANDE DAVID

Central African Republic

N/G

Jan 30, 2012

41

N/G

Christian Touaboy

USA

View

Jan 29, 2012

40

liberte de la presse

MAIDE ZIGUELE Emery Patrice

France

View

Jan 29, 2012

39

Dr

Kanyana Mutombo

Switzerland

N/G

Jan 29, 2012

38

N/G

yoka ngaï

France

View

Jan 29, 2012

37

N/G

alalengbi simon

France

N/G

Jan 29, 2012

36

Dr

Andre Loembe

Switzerland

View

Jan 29, 2012

35

Ms

Esther WALIFETE

France

N/G

Jan 29, 2012

34

Mme

Marguet Odile

France

N/G

Jan 29, 2012

33

M

Laurent LEGER

France

N/G

Jan 29, 2012

32

Ms

BEMBA Jules

France

View

Jan 29, 2012

31

Mr

NDOMTA Lucienne

France

View

Jan 29, 2012

30

N/G

Georgine GONDJE

France

N/G

Jan 29, 2012

29

mr

ganne béfio lionel

Africa

View

Jan 29, 2012

28

Monsieur

Gabin MBEDING

France

View

Jan 29, 2012

27

Mr

KABRAL Jean Dider

France

View

Jan 29, 2012

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse