Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 02:21

 

 

 

 

Comme on peut le constater en voyant ces photos, le pont Langbassi effondré il y a déjà plus d'un an à Bangui est resté en l'état. A qui le gouvernement de prédation de la bozizie fera croire qu'il n'y a pas d'argent pour réhabiliter cet important cet ouvrage d'art essentiel pour la circulation dans les quartiers sud ouest de la capitale. Plusieurs autres ponts de la capitale (Sica 3,  Sica 2 St Sauveur, quartier Miskine notamment) écroulés il y a aussi plus d'un an n'ont toujours pas été réparés à ce jour. Les images ci-dessous sont vraiment écoeurantes mais donnent une idée suffisante de l'incapacité et du manque de volonté de ce régime Bozizé à résoudre les difficultés du pays pour améliorer les conditions de vie des Centrafricains. Existe-t-il un gouvernement et un président dans ce pays ? Il faut croire que non !

 

La Rédaction C.A.P

 

 

 

 

 

 

pont-Langbassi-un-an-apres.JPG

 

pont-Langbassi-un-an-apres-2.JPG

 

pont-Langbassi-un-an-apres-3.JPG

 

pont-Langbassi-un-an-apres-4.JPG

 

pont-Langbassi-un-an-apres-5.JPG 

 

pont-Langbassi-un-an-apres-6.JPG 

 

pont-Langbassi-un-an-apres-7.JPG

 

pont-Langbassi-un-an-apres-8.JPG

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 02:17

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

Bambari : Les réfugiés soudanais disent souffrir de stigmatisation et de discrimination

un-camp-des-refugies-soudanais-hcr.jpg

 

Bambari, 13 juillet 2012 (RJDH) – Les réfugiés soudanais, basés dans la commune de Pladama-Ouaka, à dix kilomètres de la ville de Bambari  (centre-est), se plaignent d’être stigmatisés et de faire l’objet de discrimination de la part de la population locale.

« Nous vivons au quotidien en dispute avec la population locale. Cette dernière nous traite comme des étrangers. Certaines personnes refusent de nous céder les parcelles pour qu’on puisse y cultiver », a fait savoir le porte-parole des réfugiés, Mahamat  Hissène.

Pour ceux qui pratiquent les petits commerces, poursuit la même source, ils ont des taxes à verser à la population autochtone qui se dit propriétaires des places sur le marché. « Parfois ces personnes interdisent aux réfugiés de vendre à leur place habituelle ».

Pour arriver au camp des réfugiés, trois barrières érigées par les forces de l’ordre doivent être franchies. « À chaque barrière, les réfugiés doivent verser une somme de 500 FCFA pour la formalité », a ajouté le porte-parole.

Une équipe du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les  réfugiés (HCR) et le comité national des réfugiés soudanais basés dans la commune de  Pladama-Ouaka ont tenu une réunion de sensibilisation, le  jeudi 12 juillet,  avec les autorités politiques  de  la sous-préfecture de Bambari sur la question de la protection internationale et la loi portant sur le statut des réfugiés.

Au total, 2000 réfugiés soudanais sont basés dans la commune de Pladama-Ouaka, depuis 2010.

Bria : Un adolescent de 14 ans emporté par un crocodile

Bria, 13 juillet 2012 (RJDH) – Un jeune Peulh  âgé de 14 ans  a été  emporté par un crocodile, le jeudi 12 juillet, alors qu’il était en train de faire la lessive, dans la rivière Lakoto, à Bria (centre est). Son corps n’a pas encore été retrouvé.

« Mon enfant était parti faire la lessive, accompagné de son frère ainé. Je suis surpris de cette triste nouvelle de la disparition de mon fils. C’est incroyable », a déploré Oumarou-Amadou Yaloué, père de la victime.

« C’est depuis presqu‘un an que cette bête féroce menace la population. Il y a eu deux victimes jusqu’ici. En août 2011, un mécanicien a été tué et une partie de ses membres a été dévorée par l’animal, la deuxième victime est cet enfant qui n’a pas encore été retrouvé », a précisé le chef du quartier, Gogolo Hamath

Le commandant de la  gendarmerie et quatre agents des eaux et forêt se sont rendus sur les lieux du drame pour établir les constats d’usage. « Le crocodile n’est pas stable, ce qui nous empêche de pouvoir l’abattre »,  a fait savoir Gogolo Hamath.

 

Nola : Mission de travail sur l’alphabétisation

Nola, 13 juillet 2012 (RJDH) – Le chef de secteur d’alphabétisation de la préfecture de la Sangha-Mbaéré (sud-ouest) a effectué une mission de travail dans  les communes de Bélamboké et de Béya, dans le cadre de l’alphabétisation des personnes adultes

Selon Eric Youkondji, cette mission s’inscrit dans le cadre  de la stratégie de  réduction du taux d’analphabétisme en vue de multiplier les centres d’alphabétisation.

« Cette occasion nous a permis de faire le suivi pédagogique et de donner des conseils techniques aux animateurs de la commune de Bélamboké. À Béya, nous avons également procédé à l’ouverture officielle d’un centre d’alphabétisation », a précisé le chef de mission.

Pour l’année académique 2010-2011, cinq adultes, dont une femme, ont reçu leur diplôme de certificat d’études fondamental 1.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 02:07

 

 

 

 

 

Georgette-Florence-Koyt-Debale.jpg

                 Mme le Recteur Goergette Florence Débalé Koyt

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 13 Juillet 2012 19:04

Le Recteur de l’Université de Bangui (UB), Georgette Florence Koyt-Debale, a levé jusqu’à nouvel ordre les franchises universitaires dans un communiqué officiel diffusé sur les ondes de la radio nationale ce 12 juillet 2012. Le même communiqué a été diffusé  sur Radio Ndeke Luka ce 13 juillet matin. Ceci, « pour préserver la paix à l’Université conformément au règlement intérieur de cette institution », précise le communiqué.

Par un consensus établi entre le comité d’organisation des élections des membres du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA) et les différentes coalitions estudiantines de l’UB, les étudiants doivent élire leur nouveau président ainsi que les autres membres du bureau ce 13 juillet 2012. Ces élections ses sont soldées par des violences sur le campus universitaire.

« Jets de pierre et bagarres, la chambre d’un membre de l’ancien bureau a été saccagée par les membres d’une coalition adverse. La coalition I et II sont en déphasage », rapporte Radio Ndeke Luka ce début d’après midi.

Pourquoi la paix a-t-elle quittée le socle de l’intelligentsia centrafricaine de façon subite ?

Interrogé par RNL, le Recteur laisse entendre que, « j’ai été surprise de voir que, pour une histoire du renouvellement des membres du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains,  les armes blanches ont fait leur intrusion sur le campus ce jeudi suivi des actes de violences. Une entité candidate spécule que j’ai publié un communiqué pour que les étudiants votent en faveur d’un candidat c’est faux. Je n’ai pas interdit les élections sur le campus, cela ne ressort pas de mes attributions de Recteur de l’Université de Bangui ».

Pour quelles raisons les étudiants candidats agiraient-ils de la sorte dans l’enceinte de l’Université dont les textes réglementaires interdisent les outils  cités par le Recteur? Que s’est-il passé pour qu’une coalition se rebelle ?

Fiacre Kombo, étudiant en année de licence 2 et candidat au poste de secrétariat général, explique que «  c’est par ce que la coalition numéro 1 s’est retirée de la liste des candidats et elle ne veut pas que le processus électoral se poursuive. Je ne suis pas d’accord pour ce sabotage. Les étudiants ont droit d’avoir des représentants selon l’application du consensus ».

Selon un groupe d’étudiants rencontré devant la Faculté des sciences de l’Université de Bangui, qui a requis l’anonymat, « la coalition numéro I s’est retirée par ce qu’elle estime que le Rectorat et le Décanat de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) appuient,  d’une manière ou d’une autre, l’une des 4 coalitions pour des intérêts politiques ».

Cette hypothèse serait sans doute le motif de l’agression du Doyen de la FLSH, Anicet Clément Guiyama dans la nuit du 11 juillet. « C’est lorsque le Doyen était dans  son bureau avec un candidat à la présidence de l’ANECA nommé Pacôme Pabandji,  que les membres de la coalition I se sont pris à eux », relate un autre étudiant.

Sur le duo du Doyen et de l’étudiant candidat, le Secrétaire Général de l’Université de Bangui se prononce en évoquant une erreur de jugement de la part des étudiants.

« Le Doyen, Anicet Guiyama, qui est aussi président de l’attribution des bourses, devrait statuer avec l’étudiant Pabandji sur l’arrêté des bourses. Le Doyen était à quelques heures de vol sur Londres pour accompagner les sportifs centrafricains aux Jeux Olympiques. Les étudiants ont cru qu’ils complotaient pour les élections et ils ont commis leurs forfaits. C’est condamnable, les étudiants sont ici pour bénéficier d’une formation et non pour des futilités », énonce le secrétaire générale.

Depuis lors, l’Université de Bangui est instable. Le vote prévu ce 13 juillet est reporté pour une date ultérieure vu que le poste de président de l’ANECA est devenu un sujet de conflit inter estudiantin.  Si la fumée ne s’aperçoit qu’après l’existence d’un feu, c’est que derrière cette crise se cachent des intentions égoïstes. Ce qui se passe actuellement sur le campus ne constitue –t-il pas un mauvais exemple pour les nombreux lycéens et écoliers centrafricains qui sont en train de monter ?

 

Les étudiants agressent un Doyen de l’Université de Bangui

Radio Ndéké Luka Vendredi, 13 Juillet 2012 18:54

A deux jours des élections du nouveau bureau de L’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA), prévue ce 13 juillet 2012, un groupe  d’étudiants appartenant à une coalition a agressé ce 11 juillet le Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH), Anicet Clément Guiyama.

Arrivé légèrement en retard, Radio Ndeke Luka n’a pu recueillir les propos du Recteur, qui a aussitôt quitté l’enceinte de l’université dans le bus bleu foncé de commandement accompagné de son chauffeur.

« C’est presque la même scène chaque année à l’approche des élections des membres du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains », déclare un étudiant en 3ème année de droit à l’Université de Bangui.

Ces étudiants accusent le Doyen Anicet Guiyama de vouloir aider une coalition en retravaillant  la liste des étudiants du département des lettres et sciences humaines en faveur de l’ancien bureau de l’ANECA.

D’après les informations reçues auprès de quelques étudiants témoins, « c’est lorsqu’un étudiant nommé Emmanuel Pabandji, membre du bureau actuel, a fait son entrée dans le bureau du Doyen aux environs de 18 heures fort que la bande d’étudiants de l’autre coalition a débarqué, puis a forcé la porte sur eux. Ils ont fait des casses dans le bureau du Doyen et l’ont aussi tabassé ».

« La situation a été très compliquée pour le Doyen pris dans l’étau des étudiants déchainés. Il a fallu une intervention du Recteur, Mme Georgette Debale Koyt et des forces de l’ordre pour apaiser les tensions sur le campus », rapporte un autre étudiant résidant à la Cité II de l’UB.

Être membre du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains a depuis belle lurette fait du campus universitaire un théâtre de violents incidents. Selon les dires de certains étudiants, c’est à cause de l’ingérence politique dans les affaires estudiantines qui seraient la cause de ces troubles. D’autres disent que ceux qui font partis du bureau ont toujours été les favoris des différents régimes politiques centrafricains.

Aux dernières nouvelles, les élections du 13 juillet sont reporter suite à incident entre la coalition I et la coalition II cet après-midi 13 juillet.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Société
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 01:52

 

 

 

 

Mali-du-Nord.jpg

 

Le président français François Hollande a sollicité l’aide de  son homologue tchadien Idriss Déby Itno dans le cadre d’une éventuelle  intervention militaire internationale dans le Nord-Mali. La réponse a été  positive, à certaines conditions.

Lors de son entretien téléphonique avec son homologue Idriss Déby Itno, le 5 juillet au matin, le  président François Hollande a fait part du souhait de la France – ainsi que des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de  l’Ouest (Cedeao) – de voir un contingent de l’armée tchadienne participer à  la force d’intervention au Mali. Motif : les Tchadiens ont une expérience inégalée des  opérations militaires en milieu saharien, qui serait fort utile pour déloger les  islamistes du Nord.

Après avoir rappelé qu’il avait été le premier à mettre en garde l’Otan sur  les conséquences néfastes, en termes d’insécurité régionale, de la guerre contre  Kaddafi« À l’époque, je prêchais dans le désert », dit-il -, Déby Itno a répondu qu’il n’avait pas été associé aux décisions de la Cedeao sur le Mali et que le cadre de cette  organisation régionale lui semblait trop restreint pour fournir une réponse  appropriée à la crise. Sa préconisation : une intervention sous la double  houlette de l’Union africaine et de l’ONU, avec l’aide logistique et financière  des puissances occidentales concernées, du type Amisom en Somalie. « À ces  conditions, le Tchad pourrait participer », a expliqué Déby Itno à  Hollande.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 01:46

 

 

 

assemblee nationale

 

 

Avant la conférence -débat du FARE-2011 France du dimanche 15 juillet, un compatriote a cru devoir exprimer ci-dessous son point de vue sur les enjeux politiques de la situation nationale aujourd'hui.

 

La Rédaction

 

Au vu des réalités dramatiques qu'a vécues et que vit le CENTRAFRIQUE aussi bien avant les dernières opérations électorales majeures ( présidentielle et législatives ) organisées en 2011 qu'après, et plus précisément après les derniers soubresauts et secousses politiques qui plongent la nation dans un avenir  incertain, l'opposition politique centrafricaine devrait prendre le temps de la réflexion pour mettre en place une stratégie efficace, crédible et pouvant atteindre la clairvoyance des CENTRAFRICAINS dans leur ensemble pour les amener à suivre le mouvement collectif et solidaire imprimé par les partis d'opposition.

 

La mise en place du FARE 2011 a été une bonne initiative, une initiative qui a montré ses limites car jusqu'aujourd'hui, les deux raisons fondamentales, à savoir l'ANNULATION et la REPRISE des élections contestées, qui ont justifié la naissance de cet ensemble, sont toujours des messages inaudibles, qui ont donc beaucoup de mal à être entendues pour être exaucées.

 

Beaucoup de dérapages dans la gouvernance du CENTRAFRIQUE ont donné moult grains à moudre à l'opposition pour huiler sa machine stratégique en vue d'atteindre ses objectifs politiques : à  aucun moment de sa jeune histoire, le CENTRAFRIQUE n'a vécu dans l'abîme d'insécurité au fond duquel il est jeté, pas plus qu'il n'a vu son territoire se réduire aux seules limites de la capitale, le reste étant sous aucun contrôle sûr de l'autorité politique. Il n'en demeure pas moins vrai du taux de mortalité grimpante, de l'invasion des maladies de toute nature et de la croissance galopante de la misère suite aux différentes pénuries caractérisées par le manque d'eau potable dans certaines régions, les coupures intempestives d'énergie électrique et par d'autres difficultés liées aux réseaux routiers impraticables.

 

Le CENTRAFRIQUE a souvent été gouverné par des hommes dont l'incapacité ou la médiocrité était perceptible des aveugles, car bon nombre de ceux qui n'en voyaient pas la peine n'ont jamais été effleurés par l'idée de  mêler leurs actions à celles d' une équipe d'aventuriers, convaincus qu'avec une telle cuisine, aucune avancée significative dans le sens du vrai développement du pays n'était possible. Si l'on peut condamner ceux qui ont volontairement décidé de ne participer à aucun gouvernement, aucune administration de cette nature, il convient maintenant de se demander ce qu'il faut faire pour les convaincre à entrer en jeu, à apporter leur pierre à la construction nationale. Cela ne peut se faire que sans la moindre manipulation, mais avec la force de la conviction et la détermination exprimée sans la moindre dissimulation.

 

Aujourd'hui, le pouvoir de BANGUI veut se faire une peau neuve. Il veut se faire une peau neuve tout en gardant sa vieille peau, sans la moindre volonté de la laver ou de la changer vraiment et radicalement.

 

Il sait qu'il peut toujours compter sur les ventres affamés qui n'ont plus de  cœur et de tête, pour ne pas avoir d'oreilles et d'yeux. Des ventres qui courront tout suite une fois la soupe servie, sans se demander de quelle soupe il s'agit, quand bien même elle serait préparée précipitamment avec des ingrédients inconciliables, et leur donnerait l'urticaire, pour ne pas leur provoquer une forte diarrhée.

 

Le FARE 2011 ne s'est pas donné un programme appuyé sur une stratégie politique échelonnée dans  un espace de temps donné. A moins que nous nous trompions sur ces données.

 

Ce qu'il convient de faire aujourd'hui, c'est de cibler les actions, de clarifier les objectifs et de chercher à les atteindre dans un laps de temps donné, pour éviter le risque de s' y éterniser. Le SENEGAL nous a montré le bon chemin.

Les remarques que nous faisons ici ne doivent pas être perçues comme éléments pour déstabiliser le FARE 2011, mais plutôt comme une contribution à la réflexion.

 

Le CENTRAFRIQUE mérite mieux car il a des hommes valables qui ne sont pas à leur place,  nos jeunes footballeurs en ont fait la démonstration et nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

Le changement ne viendra que lorsque ces hommes auront décidé à y participer ; les partis politiques d'opposition doivent le savoir pour œuvrer dans ce sens. Cela suppose beaucoup de force de conviction et une autre pratique politique.

       

ZO A YE KODRO TI LO

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 01:39

 

 

 

 

Olivier Gabirault

 

 

DECLARATION N°01/A.C.D/12/P/12

                                          ------------------------------------------------------

CONCESSION POUR UN QUART DE SIECLE DES FORÊTS DU SUD EST DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE A LA SOCIETE CARBON ESSENCE

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------     

Le Bureau Exécutif de l’Association Centrafrique Demain lit depuis quelques jours dans la presse des rumeurs concernant la concession des forêts du Sud Est de la République Centrafricaine à une société israélienne dénommée Carbon Essence tantôt pour 20 ans, tantôt pour 25 ans contre des gains annuels non précisés avec exactitude.                                                                                                   Tout en reconnaissant au gouvernement la compétence constitutionnelle  de négocier des accords, l’A.C.D rappelle que ceux qui concernent  les finances publiques, l’environnement et les richesses naturelles du pays ne peuvent être ratifiés qu’avec l’autorisation préalable de l’Assemblée nationale, conformément à l’art 69 de la constitution du 05 décembre 2004.                                                                                 L’art 69 de la constitution parle certes de traités, mais le terme contrat utilisé dans cette transaction ne doit pas tromper car il s’agit d’un engagement sur des matières soumises à l’autorisation préalable de l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas du tout  par hasard que la constitution a partagé les rôles en donnant la compétence de négocier, de signer des traités, des accords, conventions  au Gouvernement en réservant l’autorisation de ratifier, c'est-à-dire l’avis du peuple à être définitivement lié par des  engagements découlant des démarches de l’exécutif à l’Assemblée Nationale.                                                                        Compte tenu du fait le paraphe ou la signature d’un accord à caractère international, ne lie  pas encore l’Etat, l’A.C.D demande à l’Assemblée Nationale de donner publiquement son avis sur cette concession de richesse naturelle de la nation conformément à l’art 69 de la constitution.                                                                                                                                 Elle demande par ailleurs à la société israélienne Carbon Essence de s’assurer (dans son intérêt), du respect des procédures et textes centrafricains concernant la concession de ressources naturelles du pays.

                                                                           Le Président de l’A.C.D

                                                                           E. Olivier GABIRAULT

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:14

 

 

 

 

 logo FARE 2011

 

Le FARE-2011 France organise

 

le 15 Juillet 2012, une

 

Conférence-Débat

 

A l’attention des Centrafricains de France, d’Europe et des amis du Centrafrique au

 

CASA Poblano 15, Rue Lavoisier 93100 Montreuil

 

Thème de la rencontre :

 

Situation politique, sociale et économique en R.C.A : que faire  pour sortir de l’impasse ?

 

Programme de la Conférence-débat :

Accueil /Repas : 12 h00 à 13h45  ( 8 € pour repas  par participant à payer à l’entrée)

     Réservation obligatoire avant le 10 juillet par mail à : fare2011france@gmail.com

Ou par téléphone au 06 50 64 03 57 ou 06 20 87 29 50

Coordination : Jean-Pierre MARA 06 50 64 03 57

Modération des débats : Jean-Didier KABRAL 06 20 87 29 50

1ère Intervention : 14h00 à 14h30

 

Martin Ziguélé, ancien Premier Ministre, Président du MLPC

Sujet : Point de vue du FARE 2011 sur les voies de sortie de la crise politique, économique et sociale en  la RCA.

 

2ème Intervention : 14h30 à 15h00

 

Pr Raymond-Max Siopathis,  Pédiatre, Président provisoire de la Fédération France-Europe du RDC

Sujet : « Les problèmes de la santé en République Centrafricaine »

 

PAUSE MUSICALE  15h00 à 15h20

 

3ème Intervention : 16h00 à 16h20

 

  

Dipl. –Ing. Jean-Pierre Mara, Ingénieur en réseau Télécom, ancien candidat de la CRPS à la Députation 

 

Sujet: rôle des infrastructures de base, de l’énergie et des Télécom dans le processus de décollage

 

Synthèse : 16h30 à 17h00

 

Martin Ziguélé, ancien Premier Ministre, Président du MLPC

 

ORGANISATION

 

Date et Lieu : dimanche15 Juillet de 12:00 à 17

CASA Poblano  au  15, Rue Lavoisier

93100 Montreuil ( 01 55 86 03 71)

 

Accès en Voiture  à Porte de Montreuil. Au rond-point, prendre la 4e sortie sur Pl. de la Porte de Montreuil, continuer sur N302 puis prendre à droite sur Rue Valette. Ensuite prendre à droite sur Rue Lavoisier

 

plan rue Lavoisier 1

 

Accès RER/Metro : à Ligne 9 Pont de Sèvres- Mairie de Montreuil, Métro Robespierre

 

 

plan rue Lavoisier

 

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:09

 

 

 

Bozizé en galante compagnie KNK

 

 

Le président François BOZIZE a annoncé son arrivée le 13 juillet, en visite privée en France. Au cours de son séjour, le chef de l'Etat centrafricain qui n 'a pas encore nommé, depuis deux années un ambassadeur en France, va se redéployer autour du palais de L'ELYSEE afin d'obtenir une audience avec son homologue français, François HOLLANDE. Pour le moment, Pierre René LEMAS le secrétaire général de l'Elysée n'a pas encore vu sur son écran radar, une demande d'audience du président centrafricain, inconnu au bataillon. Très lié aux affairistes personnalités de la droite française au premier rang desquels on trouve Patrick BALKANY, le très sulfureux député Maire de Levallois et proche de l'ancien président Nicolas SARKOZY.

Au Quai d'ORSAY, Elisabeth BARBIER la patronne des dossiers Africains au ministère des Affaires étrangères a affirmé avoir reçu un message de l'ambassade de France à Bangui faisant état du souhait fort du président centrafricain de venir rencontrer HOLLANDE, au moment où le locataire de l'Elysée vit une ambiance de noria des chefs d'Etat Africains francophones à Paris. Selon nos sources, le président BOZIZE qui vient de sortir d'une crise interne qui l'a opposée au numéro deux du régime et son neveu le colonel Sylvain NDOUTINGAÏ, ministre d'Etat sortant en charge des finances, accusé de fomenter une tentative de renversement de son oncle Président.  

Mal élu à la tête d'un Etat fantôme occupé par les différentes rébellions externes et internes à hauteur de 65%, le général BOZIZE, suspecté par l'union Européenne d'être le principal instigateur des fraudes massives aux élections législatives qui lui ont concédées une écrasante majorité au parlement, éprouverait beaucoup de difficultés à diriger la République Centrafricaine, à bord de banqueroute totale et qui continue de courir de sérieux risques de guerre civile, en tant que voisin à la fois du TCHAD, du CONGO-BRAZZAVILLE et du CAMEROUN qui sont les bastions des intérêts hexagonaux en Afrique centrale. Ce fantoche général à la tête d'un pouvoir impopulaire et brutal qui a érigé l'arbitraire, l'intimidation armée de la population civile par la garde prétorienne, puis les sévices corporelles et déportation dans de différentes prisons privées, en méthode de gouvernement aura beaucoup du mal à conduire son pays vers la paix et la sécurité, avant la fin de son dernier mandat, prévu en 2016.

La communauté Internationale lui a conseillé de faire une ouverture vers des personnalités de l'opposition et de la société civile jugées plus patriotes et responsables que l'ensemble des membres très corrompus du gouvernement de TOUADERA. Ce gouvernement est protégé par les troupes expéditionnaires tchadiennes basées en Centrafrique et qui bénéficient de l'appui logistique des 300 éléments de l'armée française de troupes BOALI. Cette présence de l'armée française en Centrafrique dont la mission aux contours flous n'est pas  encore ratifiée par le parlement français, alors qu'elles ont  participé à plusieurs reprises aux opérations de bombardement des populations, notamment aéroporté, dans la partie nord Est du pays. Cette présence hybride était le fruit d'un arrangement de gré à gré en 2004 entre les présidents gabonais Omar BONGO ONDIMBA et le français Jacques CHIRAC.

Aujourd'hui, le parti Socialiste au pouvoir en France ne tient pas à trainer continuellement de tels boulets ou cadeaux empoisonnés, d'autant plus que la rue Solferino n' a jamais reconnu le bourreau de Bangui, et entretient des relations traditionnelles avec les personnalités du parti du défunt Pr Abel GOUMBA et avec Martin ZIGUELE le président du M.L.P.C, candidat malheureux aux dernières élections truquées. Le président BOZIZE qui constate, de plus en plus que son principal protecteur, le tchadien Idriss DEBY ITNO est en train de démocratiser son régime et se préoccuper de moins en moins, de la sécurisation de BANGUI, redouterait en plus, l'annonce par le ministre de la Défense Jean Yves LE DRIAN,  du retrait brutal des troupes BOALI. C'est pour cette raison que le chef de l'Etat centrafricain se rend à Paris pour plaider le maintien des troupes françaises. Alors qu'à Paris, on craint que ces troupes françaises soient prises comme  des cibles des terroristes transfrontaliers d’AL QAIDA dont les branches frondeuses se trouvent au KENYA et au NIGERIA.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:04

 

 

 

 

 

Pacome-Pabandji-opinion.JPG

 

La situation en Centrafrique va de mal en pis. Du sécuritaire au sanitaire en passant par le social et le politique, rien ne va au pays où tout est permis. Il ne se passe jamais 2 heures sans que l’on entende parler d’une attaque armée dans une des régions de la République centrafricaine. La quasi-totalité des villes des provinces du pays vivent l’enfer à cause tantôt des rebelles du FPR de Baba Laddé, tantôt de ceux de la LRA de Joseph, tantôt des bandits armés qui sévissent en semant horreur et désolations dans ces régions.

D’ores et déjà, après une année de « négociation » avec la Convention pour la justice et la paix (CPJP) dirigée par Abdoulaye Hissein, les « vrais » responsables de cette rébellion viennt de se prononcer à travers une déclaration contraignant le gouvernement à entamer une véritable étape de pourparler avec cette rébellion. Cette rébellion rappelons-le, réclame toujours et encore que lumière soit faite sur les conditions d’élimination de Charles Massi, l’une des conditions sine qua non de négociation. Le gouvernement sachant très bien cela, a préféré contourné pour piocher Abdoulaye Hissein traité aujourd’hui de traitre par ses compères.

En plus de cela, la situation alimentaire vient enfoncer le clou avec la hausse constante des prix des denrées alimentaires. D’ores et déjà, la cuvette de manioc coûte 4000 F CFA parce que dans les provinces, la situation est aussi alarmante, pendant que le ministre de l’agriculture, M. Fidèle Ngoundjika ne cesse de crier sur les toits « trois repas par jour ». Outre aspect de la vie difficile en Centrafrique, l’aspect sanitaire n’est pas à négliger du moment où tous les hôpitaux du pays rencontrent d’énormes difficultés de matériels de services quand bien même ces matériels sont moteurs d’une bonne marche des diagnostics. D’ores et déjà, le service de radiologie est quasi inexistant dans le pays, ou alors coûte une fortune.

A l’hôpital Communautaire de Bangui, ce service est in opérationnel depuis plusieurs mois et ce n’est que silence de la part du ministère de tutelle et du gouvernement en général. En ce moment, dans presque tous les classements négatifs du monde, la République centrafricaine figure en tête de liste. Cependant, à l’intérieur du pays ce n’est que la guerre de positionnement, la corruption, le népotisme, etc. qui gangrènent les administrations, au lieu que les gens fassent de leur mieux pour avancer les choses. Pour de simples rumeurs, de nombreux concitoyens sont en moment traqués pour avoir dit-on, pris part à une tentative de déstabilisation de pouvoir.

Cependant, au niveau de la justice il n’y eu aucune interpellation afin que les « vrais » coupables puissent répondre de leur acte. D’autre part, depuis plus de trois mois des gens sont écroués pour dit-on, détournement et/ou complicité de détournement. Cependant, pendant tout ce temps-là il n’y a pas eu de procès équitable. Autre affaire qui traîne encore, 13 centrafricains avaient été retrouvés morts, massacrés, le 22 mars 2012 à Ngunguinza sur une mine de diamant dans la zone de CAWA Safari, une société de Safari qui a parvenu à corrompre une majeure partie des autorités. Malgré cela, même si les responsables de cette société se retrouvent sous les verrous, les choses traînent encore au niveau de la justice. De ce point de vue, l’on est obligé de parler d’une faiblesse de la justice qui serait peut être manipulée comme une marionnette. Loin s’en faut, il faut ajouter l’aspect chômage dans ce malheur qui engouffre la République centrafricaine. Les ministres sont quasi inexistants si ce n’est que de présider des cérémonies officielles. Le ministère de la santé fait face à de nombreux problèmes dont le manque des structures sanitaires et des matériels adéquats dans les centres hospitaliers ; le ministère de la fonction publique a un sérieux déficit de fonctionnaires mais a des problèmes pour employer des jeunes diplômés sans emplois ; le ministère de la défense a de la peine à assurer la défense du territoire, la porosité des frontières inquiète, les groupes armés pullulent. Quel rôle joue le gouvernement ?

Par Pacôme PABANDJI

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:59

 

 

 

Robert-Moidokana.jpg

Bangui, 11juil (ACAP) - Les membres du Conseil national de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives(ITIE) ont adopté la décision du gouvernement centrafricain d’étendre les principes et critères de l’ITIE au secteur forestier, lors de sa deuxième session ordinaire de l’année 2012, mercredi 11 juillet à Bangui.

Selon le Premier ministre Faustin Archange Touadera, l’objectif rechercher à travers cette décision est de susciter l’équité dans la gestion transparente des affaires publiques.

«En adoptant  l’extension des principes et  critères de l’ITIE  au secteur forestier, la République centrafricaine vient de tourner une page de son histoire  et de s’inscrire dans  la logique d’un Etat  responsable  engagé résolument vers la transparence, car c’est une exigence, les  sociétés forestières doivent rendre public  les recettes versées au trésor public », a dit le Chef du gouvernement.

Désormais, a insisté le Premier ministre « chaque société  forestière doit présenter les  quittances de ce qu’elle a versé dans la caisse de l’Etat  afin de permettre à l’administrateur de  publier son rapport et mettre à la disposition du public».
Pour le Pr. Faustin Archange Touadera, cette décision va dans le sens de la politique du gouvernement qui a instruit  le secrétariat technique de traduire dans les faits la volonté politique.

Au sujet des inquiétudes soulevées par les membres du Conseil National relatif à l’appartenance de la RCA  aux pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), le chef du gouvernement les a rassuré qu’il s’agit d’une volonté politique d’un Etat souverain.

Le ministre délégué à la présidence Chargé des mines, Obed Namsio a quant à lui estimé que la décision de la  République Centrafricaine  d’étendre les principes et critères de l’ITIE aux secteurs forestiers permet de renforcer  la transparence  dans l’exploitation des ressources forestières.  

Il est à noter que les membres du Conseil national de l’ITIE-RCA ont évoqué la possibilité d’étendre les  principes  et critères de l’ITIE aux autres branches économiques de la Centrafrique.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie