Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 00:03

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Boali : Le village de Zoubara attaqué par des hommes armés

 homme armé

 

Boali, 11 août 2012 (RJDH) – Cinq personnes ont été prises en otage et deux magasins ont été pillés, le vendredi 10 août, au village de Zoubara, à 15 kilomètres de la sous-préfecture de Bossémbélé (sud-ouest). L’acte a été a été commis par des hommes  armés dont la présence est signalée depuis quelques semaines dans la préfecture de l’Ombella-M’poko.

D’après les informations recueillies, la scène s’est produite entre 16 à 20 heures du soir.  Certains habitants du village attaqué ont quitté pour se réfugié dans la ville de Bossembélé.

Selon les témoignages des otages libérés, ces bandits étaient au nombre de 18. Ils affirment avoir reconnu parmi les assaillants un habitant  de la localité qui était un boutiquier. Les uns parlent la langue nationale, le sango, les autres l’arabe et le foufouldé.

Ces hommes armés qui ont ouvert une base aux environs de 37 kilomètres de la ville Bossembélé, entre le village de Zoubara et de Boutili sont soupçonnés d’être des éléments du chef rebelle tchadien, Baba-Laddé.

Le sous-préfet de Boali, Mathurin Maléngou, a tenu une réunion ce vendredi 10 août, avec les autorités municipales, les chefs de quartiers,  les chefs de groupes et le commandant du détachement des Forces armées centrafricaines de Boali sur la question de l’insécurité qui règne selon lui depuis le 10 juillet dernier.

« La mobilisation des ressources et la collaboration de la population, à travers les chefs de quartiers et de groupes, en fournissant des informations fiables s’avèrent nécessaires pour mettre fin aux actes causés par ces bandits », a-t-il ajouté.

Une autorité proche de la mairie de Boali joint par le RJDH a indiqué que toutes les informations ont été remontées à Bangui. « Mais en attendant l’intervention de Bangui, nous avons mis en place des groupes d’autodéfense qui  font des patrouilles la nuit pour sécuriser les quartiers », a indiqué la source qui s’inquiète de l’insécurité dans la région.

 

Djéma : Présence de la LRA signalée, les habitants se déplacent

 Kony chef LRA

 

Djéma, 11 août 2012 (RJDH) – Les habitants du village de Goudéré, situé à huit kilomètres de la ville  de Djéma (sud-est) se déplacent depuis le 9 août pour rejoindre un ancien site des réfugiés, près de la ville d’Obo, à cause de la présence des éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), signalée dans la zone.

L’information a été livrée aux forces armées ougandaises par un groupe de chasseurs qui revenaient d’une partie de chasse. Les informateurs témoignent avoir vu des rebelles de la LRA dans la zone et envisageraient d’attaquer la ville de Djéma.

« Ils étaient  nombreux et parmi eux, il y a des femmes et des enfants armés », a témoigné l’un des chasseurs.

L’armée ougandaise qui a été alerté a indiqué que des dispositions ont été prises pour parer à toute éventualité.

 

Zémio : Des vivres distribués à plus de 3000 réfugiés congolais

 

Zémio, 10 août 2012 (RJDH) – Plus de 3500 réfugiés congolais habitant le site de Zémio (sud-est) ont reçu des vivres  distribués par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM), du jeudi 9 au vendredi 10 août.

D’après Térence Baloukou, logisticien au PAM, ces vivres sont suffisants pour 3496 personnes basées au camp des réfugiés de Zémio.

Le HCR, le PAM, l’ONG Coopi et le comité local des réfugiés travaillent en collaboration pour la réussite de cette activité. Cette distribution fait suite à celle du mois de juillet dernier.

 

Zémio : Rareté de la viande de bœuf sur le marché

 bouchers en grève

Zémio, 10 août 2012 (RJDH) – L’alimentation de la population de la ville de Zémio (sud-est) est perturbée depuis deux semaines, à cause de la rareté de la viande de bœuf sur le marché.

Huit ménagères sur dix interrogées ce vendredi 10 août au marché central de Zémio,  ont témoigné que la viande de bœuf devient de plus en plus rare.

Pour Abakar koloni, délégué des bouchers de la localité, cette crise est la conséquence de l’éloignement des éleveurs, à cause de l’insécurité dans la région. Cette situation fait que les bouchers sont obligés de s’organiser pour abattre les bœufs à tour de rôle pour satisfaire la population.

Cet argument est repris pas le chef de secteur de l’élevage et vétérinaire de la région, qui a évoqué, lui aussi, l’insécurité qui règne dans le Haut-Mbomou depuis l’incursion de l’Armée de résistance du seigneur.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 23:37

 

 

 

 

Monique et François

 

 

Bozizé et Monique en pleine prière 

 

 

Le 13 aout 1960, la République Centrafricaine accédait à « l’indépendance » octroyée par le colonisateur français, comme toutes autres colonies  de l’AEF et l’AOF en ce temps là. Depuis cinquante et un ans (2011), bon an ou mal an, tout le peuple centrafricain dans  sa diversité (toute classe sociale confondue), célébrait cette date anniversaire  d’ « INDEPENDANCE » nominale.

Alors que ce peuple  vit aujourd’hui dans l’insécurité permanente, affronte une famine quasi généralisée sur son territoire, tire le diable par la queue pour avoir un repas par jour, que toutes les infrastructures sanitaires, routières et publiques sont inexistantes ou dans un état de délabrement inqualifiable, et ce, dans l’indifférence coupable du es gouvernements de Bozizé, ce dernier se paie le luxe de venir fêter le 13 aout en France avec les deniers des pauvres centrafricains.

C’est une première que le chef d’un Etat dit « souverain » pousse le ridicule pour venir fêter l’anniversaire de « l’indépendance » se son pays hors du territoire national de celui-ci et qui plus est, dans le pays colonisateur. Par cet acte, ce président se ridiculise, ridiculise les autres pays africains et surtout  le peuple centrafricain dans son ensemble, à moins de comprendre que Paris est un « chef-lieu » d’une préfecture centrafricaine au même titre que BANGASSOU, BIRAO, NDELE, KAGA-BANDORO etc. Le territoire Centrafricain serait-il trop petit pour que Bozize  puisse s’expatrier en France pour s’exhiber ?

Aujourd’hui sous le régime Bozizé, la République Centrafricaine est non seulement « par terre », mais elle s’enfonce irrémédiablement sous terre, résultats d’une politique de destructions systématiques de tous les acquis historiques de ce pays. Les frasques démesurées, éhontées  et irresponsables  du Général Président dénotent de son mépris envers le peuple centrafricain, et de son addiction pour les honneurs, réceptions, les fêtes et voyages.

Il y a lieu de dénoncer cette dérive dépensière de Bozize et sa clique  (voyage à Paris, hôtel Ibis, Hilton, frais de mission, banquet organisé avec l’argent du peuple centrafricain). C’est de la pure folie…. ! En attendant l’arrivée à Paris de Bozizé en personne prévue pour le dimanche 12 août, la délégation des dignitaires de son régime qui le précède (Jean Willybiro Sako, Antoine Gambi, Emmanuel Bongopassi, nouvel ambassadeur à Paris, Sylvie Mazoungou, Lévy Yakité, pour ne citer que ceux-là, est déjà arrivée à Paris le samedi et a pris ses quartiers généraux à l’hôtel Ibis de Roissy face au Hilton où doit descendre Bozizé.

Bozizé prétend qu’il ne vient pas à Paris pour le KNK ni pour les autorités françaises mais pour rencontrer des hommes d’affaires. Quels hommes va-t-il pouvoir rencontrer en plein mois d’août à Paris ? Cette finalité, à imaginer que cela soit vrai, mérite-t-il qu’il abandonne le territoire national pour venir à Paris ? Il y a lieu de s’interroger sur l’équilibre mental et ses facultés à diriger un pays avec autant de problèmes et difficultés que la République centrafricaine que sa mauvaise gouvernance a plongée dans l’abîme depuis bientôt dix ans.

Venir à Paris pour un président de la République sous le prétexte d’offrir un banquet à la diaspora des Centrafricains est une initiative complètement saugrenue. Que cherche vraiment Bozizé ? Contrairement aux populations centrafricaines vivant au pays qui n’a rien à manger, cette diaspora dont le poids démographique est totalement insignifiant par rapport à la population de la République centrafricaine, ne meurt pas de faim. Ce qu’elle exige, à savoir la délivrance des passeports biométriques par l’ambassade de RCA à Paris, ne nécessite pas la venue de Bozizé à Paris.

Selon certaines rumeurs, Bozizé aurait décidé de monter à Paris parce que son épouse Monique s'y trouve depuis trois mois sans qu'il sache ce qu'elle y fait exactement. Cela semble une raison plus logique qui pourrait expliquer cette aventure bozizéenne en plein mois d'août à Paris, à une période où la France officielle est en veilleuse. 

La Rédaction

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 22:33

 

 

 

 

logo FARE 2011

 

 

 

Suite à une longue lutte menée par de vaillants fils africains, la loi-cadre Defferre accorda en 1956 l’autonomie interne à des gouvernements territoriaux africains. Avec la constitution de 1958, le général De Gaulle a fait des anciennes colonies des « Etats associés » dans la Communauté Française mettant ainsi fin à un passé difficile pour les peuples colonisés. En 1960, l'indépendance était accordée à quinze Etats africains restant liés à la France par la Coopération. L’indépendance de la République Centrafricaine a été proclamée le 13 Aout 1960 et tous les Présidents de la RCA commémorent chaque année avec le peuple Centrafricain cette fête  sans provocation et dans la paix.

Le FARE 2011, groupement des partis politiques d’opposition mis en place suite à la mascarade électorale du 23 janvier 2011 pour demander l’Annulation et la Reprise des dits Elections sujettes à caution et pour sensibiliser le peuple dans la défense de la constitution, vient d’apprendre avec amertume que le général François Bozize, sa clique et son parti politique le KNK viennent célébrer le 13 Août 2012, 52ème anniversaire de l’indépendance de la République centrafricaine à Paris, capitale de la République Française, ancien colonisateur de la République Centrafricaine.

Le FARE 2011 France rappelle aux peuples africains et centrafricain, particulièrement à la Diaspora centrafricaine en France, que cette décision saugrenue constitue un affront et une honte à la mémoire de tous les vaillants fils et filles du continent et du pays qui ont œuvré à l’obtention de cette indépendance. Le général François Bozizé excelle dans la provocation des Africains et précisément du peuple centrafricain qui souffre depuis le 15 MARS 2003 d’insécurité, de manque d’eau et d’électricité (délestages chroniques), d’abandon de la jeunesse (évènements du 2 Août 12) et de l’incapacité des différents gouvernements de François Bozizé à faire face aux problèmes des Centrafricains malgré les nombreuses aides des institutions financières internationales et états amis de la RCA.

Alors que la jeunesse, les filles et les fils meurtris de la nation centrafricaine aspirent à une amélioration de leurs conditions de vie et à un mieux-être, François Bozizé choisit de venir célébrer cette journée si importante et plein de symbole de liberté pour les Africains et les Centrafricains sur le territoire de l’ancien colonisateur devant une minorité de ses partisans de la diaspora en France.

Le FARE 2011 France dénonce énergiquement cette démarche politique qui n’a pas de précédent dans l’histoire des peuples. Il appelle les Centrafricains qui ont été invités par la Représentation Diplomatique à marquer leur refus pour cet acte honteux qui n’honore ni la République Centrafricaine, ni l’Afrique ni aussi la République Française,

Le FARE 2011 France prend à témoin l’opinion nationale française sur la gravité de cet acte de forfaiture de la part du général Bozizé et de son Assemblée Nationale composé à 90% des représentants de son parti le KNK, acte  susceptible de compromettre les relations historiques entre les deux pays

Il interpelle le peuple Centrafricain qu’il ne viendra sûrement à l’idée d’aucun des chefs d’Etat des quinze Etats africains qui fêtent aussi l’indépendance de leur pays de venir festoyer en France. Pour cette raison, le FARE 2011 France demande aux députés Centrafricains de faire preuve de patriotisme en demandant au président de leur parti de sursoir à cette démarche grave pour l’histoire de notre pays et de rester célébrer cette fête avec les Centrafricains dans leur misère quotidienne sur le territoire national.

Fait à Paris le 11 Août 2012

 

Pour le FARE 2011 France, ont signé

 

CRPS

MLPC

RDC

Daniel

MAKOURI

Gilles

BOMILA-KORADJIM

Henri

ASSANGOU

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 01:27

 

 

 

empereur-Bozize.JPG

Tous les centrafricains de France sont conviés à l'hôtel Hilton de Roissy Charles de Gaulle le lundi 13 aout pour fêter les 52 ans d'indépendance de leur pays. Telle est la teneur du communiqué de presse publié sur le journal Centrafrique presse par M Djento Ouambo chargé de mission de la diaspora centrafricaine.

Hasard du calendrier, cette annonce surprise suscite l'émoi des centrafricains qui attendaient plutôt la conférence de presse de l'ancien ministre des recherches scientifiques le célèbre professeur des mathématiques de l'université de Baltimore aux USA M Mandata NGUEREKATA âgé de 60ans.

Ce brillant professeur formé au Canada et aux USA a symboliquement choisi le jour du 13 aout qui commémore habituellement l'anniversaire de l'acquisition de l'indépendance de la RCA pour parler de ses ambitions présidentielles. Du côté du gouvernement, c'est une improvisation comme Bozizé aime bien le faire depuis 9 ans qu'il dirige ce pays. Un adage français dit pourtant «  gouverner c'est prévoir, » mais avec Kangara c'est le désordre et la cacophonie en permanence.

Car, comment comprendre qu'un soit disant chargé de mission qui n'a pas de bureau pour recevoir et traiter les nombreux problèmes de ses compatriotes puisse se permettre de les inviter à moins d'une semaine de ces festivités?

Quelle légitimité possède-t-il lorsqu'il observe ses nombreux Centrafricains qui sont obligés de débourser 2000 à 3000e pour se rendre à Bangui à la recherche des passeports biométriques?

La France est-elle devenue une province de la République centrafricaine pour qu' elle y délocalise un évènement si cher ?

Est-ce logique de refuser de payer les 90000e représentant les arriérés de salaire de l'entraîneur de l'équipe de football annihilant au passage l'avenir radieux des joueurs centrafricains et de venir dépenser inutilement en France leur argent?

La fortune de ce déplacement avec sa nombreuse délégation n'aurait-elle pas été utile à l'achat des lits ou de l'entretien du complexe pédiatrique devenu un mouroir?

Et les ponts qui s'écroulent, les routes qui se dégradent à mesure que le temps passe, le manque d'infrastructures, l'occupation du territoire par des groupes armés demeurera tant que Bozizé sera président?

Toutes ces questions ont des réponses négatives vu l'ampleur de la misère quotidienne des centrafricains.

Bozizé qui a traité les centrafricains de la diaspora et surtout ses partisans du Kobè Na Kobè ( KNK) de tous les noms, cherche à se racheter. Grand pourvoyeur des bénis-oui oui comme le premier ministre M. Faustin Touadera et le président de l'assemblée nationale M. Gaombalet, il est sans doute à la recherche d'autres opportunistes pour combler le vide laissé par ses parents NDOUTINGAI et FINDIRO qu'il a pulvérisés récemment pour tentative de déstabilisation du régime selon leur dire.

Les Centrafricains de France ont sans doute l'occasion de démontrer à Bozizé qu'on ne peut pas acheter leur conscience en boycottant ce grand-messe. Mais au vu des rencontres précédentes entre la diaspora et ce dernier, c'est fort possible que des pseudos intellectuels vont faire des pieds et des nez pour des postes juteux.

Le champagne qui va couler à flot et toutes les beuveries risquent d'attirer les partisans véreux du KNK et certains opportunistes, qui pour des intérêts égoïstes peuvent oublier leurs parents qui sont en souffrance en Centrafrique.

Les jeunes candidats au recrutement de l'armée ont démontré la rage qu'un homme peut avoir lorsqu'on le prive de ses ambitions. C'est bien un exemple que les centrafricains d'Europe et de France pourraient prendre s'ils refusaient d'honorer de leur présence à ce festin.

WILFRIED MAURICE SEBIRO

 

NDLR : Selon nos informations, Bozizé aurait personnellement téléphoné au chanteur BB Matou pour lui proposer de venir chanter en sa présence au Hilton moyennant un intéressant cachet. La réponse de l’artiste est sans hésitation favorable comme on pouvait s’en douter.  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 00:55

 

 

 

anneaux-olympiques

Radio Ndéké Luka Vendredi, 10 Août 2012 15:01

Les 6 athlètes centrafricains qui ont quitté Bangui pour les compétitions de Londres, débuté le 27 juillet, ont tous été éliminés des compétitions. Ils rentreront donc bredouille au pays.

Malgré leurs défaites, « ils ont l’air d’avoir été contents de leurs performances », a déclaré l’Assistante Technique de la Délégation Centrafricaine, Cécile Gordan, ce 10 août sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

Le dernier centrafricain à être écarté des jeux ce 9 août 2012 est l’athlète  Patrick Boui du taekwondo qui a été battu par un iranien dans la catégorie des 68 kilogrammes sur un score de 7 contre 2. Patrick Boui a été repêché pour la médaille de bronze contre l’Afghan Nikpah Rohullah. Celui-ci l’a battu 14 contre 2.Sur les ondes d’une chaine internationale, Patrick a reconnu sa défaite en évoquant « un manque d’expérience » en dépit d’intenses préparations au préalable en Belgique et en Corée du Sud.

Dans cette même discipline, la Championne d’Afrique de la catégorie des 49 kilogrammes, Catherine Kang, de nationalité centrafricaine, a été battue par une Croate sur le score de 14 à 0. C’est au second round que Kang a été battue ce 8 aout 2012.

Tandis qu’en athlétisme, Victoire Mandaba a occupé la 6ème place sur les 7 concurrentes aux 800 mètres Dames. Toutefois, elle a réalisé une belle performance relativement au record national en faisant 2 minutes 12 secondes 53 centièmes.  L’athlète Mandaba qui s’est préparée à Bangui, a remporté la médaille d’Argent au meeting de Brazzaville au mois de juin dernier dans les 400 mètres Dames.

En 100 mètres hommes, Béranger Bossé a d’abord enregistré un succès en première série avant d’être éliminé en seconde série. Béranger a réalisé quant à lui 10 secondes et 55 centièmes, une performance qui est loin de lui offrir une chance avec les 9 secondes 63 centièmes réalisés récemment par le meilleur sprinter du monde, le jamaïcain Usain Bolt.

Médaillé d’argent et vice-championne d’Afrique de lutte, Sylvie Ngbonga a été mise dos sur le tapis par une mongole dès le 1er tour. Les expériences techniques acquises à Thiès au Sénégal n’ont pas permis à la lutteuse centrafricaine de remporter une médaille dans les jeux de Londres.

Une autre défaite qui s’ajoute aux premières est celle du jeune centrafricain, Christian Nassif, qui n’a pas pu franchir le 2ème tour de la natation malgré sa victoire en 50 mètres de nage libre. Par contre, Christian a amélioré sa performance. Au lieu de 29 secondes comme exploit national, le jeune homme a effectué 28 secondes 04 centièmes aux Jeux Olympiques de Londres.

Parti avec l’espoir de sauver les couleurs du drapeau national, les réalités des terrains de jeux ont montré que la République Centrafricaine a encore du pain sur la planche dans le domaine des sports. Les chances de remporter des médailles sont très moindres pour la RCA si l’on se réfère à l’effectif des athlètes  centrafricains alignés à Londres afin de défendre la patrie.

Les 6 athlètes vont devoir quitter Londres le 13 août pour Bangui la capitale centrafricaine. Ils reviendront sans doute avec quelques expériences pouvant les servir très prochainement.

Signalons toutefois que les jeux de Londres n’ont pas laissé libre court aux africains de se distinguer dans cette grande rencontre sportive internationale.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 00:34

 

 

 

basketball-fauves.jpg

Djodjo-Bozize-casque-aux-oreilles.JPG

                           le délinquant Joseph François Bozizé alias Djodjo

 

 

Bangui 10 août (C.A.P) - L'ambassade de France à Bangui a refusé de délivrer un visa d'entrée sur son territoire français à Joseph François Bozizé alias Djodjo pour venir procéder au rassemblement des fauves évoluant en Europe pour le tournoi de la Zone 4 comptant pour l'Afrobasket 2013.

Le visa sollicité a aussi été refusé à Oumarou Sanda, Secrétaire Général de la dite fédération qui devrait piloter le rassemblement des fauves en France puisque Frédéric Goporo le DTN choisi par Djodjo Bozizé a refusé de prendre ses fonctions et n'est jamais descendu à Bangui depuis sa nomination vu que les conditions qu'il a posées pour remplir sa mission n'ont pas été satisfaites à ce jour.

L'avenir s'assombrit donc de jour en jour pour le Basket centrafricain qui risque l'élimination lors de ce tournoi, ce qui serait inédit puisque c'est la RCA qui est le pays hôte. Djodjo voulait donc se servir de la couverture de la fédération pour revenir en France sur les lieux de ses crimes, narguer les autorités françaises en faisant étalage de sa puissance et sa richesse devant ceux-qui jadis, l’ont malmené. Il n’a pas toujours compris qu’il est grillé en France pour un bon moment. Heureusement, il y a une justice.....

Il ne sert à rien, sachant qu’il est définitivement cramé en France en raison de ses nombreux faits de délinquance caractérisée, que Djodjo Bozizé ait fait tout ce forcing pour s’emparer de la présidence de la Fédération de Basketball. Non seulement il est venu souiller l’honneur et le prestige du basket centrafricain mais on voit maintenant où il voulait en venir. C’était d’utiliser le titre et la Fédé pour tenter de revenir faire le malin en France. C’est peine perdue…

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 22:59

 

 

 

 

entête MLPC 2012

 

DECLARATION

relative au recrutement dans les Forces Armées Centrafricaines

et à l’organisation des concours et examens nationaux

 

        Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), conformément aux dispositions de l’Ordonnance n°005.007du 02 Juin 2005 relative aux Partis politiques et au Statut de l’Opposition a l’honneur de déclarer ce qui suit :

la restructuration des forces de défense et de sécurité dont le renforcement des effectifs constitue un volet donne lieu, depuis le 15 mars 2003, à une volonté manifeste du Général François Bozizé et de son fils Francis, les seuls en charge de la sécurité en Centrafrique, de privatiser ces forces tout en s’enrichissant de façon éhontée au passage.

 

          C’est ainsi qu’après les recrutements dans la Police et la Gendarmerie en 2010 et 2011, ceux au profit de l’Armée pour cette année 2012 ont permis non seulement de mettre à nu l’incapacité de ces deux hauts responsables de l’Etat – dont l’un agit sous serment constitutionnel – à conduire de façon sincère, neutre et désintéressée une telle réforme mais surtout leur incurie et leur collusion avec les caciques du parti KNK, du régime, du clan et de l’ethnie du général François Bozizé.

 

          Peut-on expliquer autrement que par l’incurie que pour seulement environ Huit cent (800) recrutements à faire, plus de Neuf mille (9.000) dossiers et leurs frais afférents fixés à 5.000 Fcfa aient été acceptés ? A ces frais officiels, il faut rajouter ceux plus officieux d’un montant élastique variant entre 50.000 à 200.000 Fcfa perçus par celles et ceux qui se sont engagés à garantir le recrutement de certains poulains.

 

         A l’arrivée, c’est donc très logiquement que cette opération qui s’est révélée être une arnaque d’une ampleur sans précédent a débouché sur les manifestations qui ont atteint leur point d’orgue le jeudi 2 août 2012, d’abord à l’Ecole de la gendarmerie à Kolongo dans le 6ème arrondissement de Bangui, puis au Jardin du Cinquantenaire dans le 4ème arrondissement où le buste du Général François Bozizé a été déboulonné et enfin dans le 7ème arrondissement où la maison d’arrêt a été ouverte et pillée, permettant l’évasion de tous ses pensionnaires.

 

          Ces événements pourtant prévisibles vont surprendre les tenants du pouvoir et plus particulièrement le Ministre Délégué à la Défense dont la montée en première et la déclaration irresponsable le soir même des événements apparaît à bien des égards comme un aveu de culpabilité et l’offre de sortie de crise qu’il a fait comme un marché de dupes.

 

        Il n’en fallait pas tant pour que sa maman, depuis Paris, lui emboîte le pas à travers une déclaration relayée par la Ministre des Affaires Sociales. Cette déclaration prie les manifestants d’arrêter les casses et enjoint le gouvernement d’ouvrir immédiatement un dialogue avec ces derniers en vue de rétablir la paix.

 

         Cette auto-intrusion de la Première Dame dans la gestion des affaires de l’Etat confirme d’une part la méconnaissance de son rôle et met en évidence sa vision maternelle et donc familiale au sommet de l’Etat d’autre part.

 

      Toutefois, il importe de noter que tout cela se passe devant un silence coupable et gêné du Chef Suprême des Armées et Ministre de la Défense le Général François Bozizé dont le fils Francis Bozizé donne, à travers cette crise qu’il a engendrée, toute la mesure de son incapacité à diriger ce secteur.

 

       Cette affaire de recrutement dans l’armée et des incidents qu’elle a engendrés a au moins le mérite de mettre sur la place publique la gestion clanique que le régime du Général Bozizé fait des concours et examens nationaux depuis le 15 mars 2003.

 

        Il est à craindre que prochainement l’organisation des concours et examens à venir, notamment le baccalauréat, et les nombreux mécontents qu’elle fait débouche sur des manifestations similaires sur l’ensemble du territoire national si un terme n’est pas immédiatement mis aux pratiques mafieuses et iniques tendant à ne favoriser que les ressortissants de l’ethnie du Président François Bozizé et pour leurs auteurs à s’enrichir.

 

          Le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) qui se bat aux côtés des couches populaires et laborieuses pour l’amélioration de leurs conditions de vie, leur sécurité et la paix fait de la justice et de l’égalité des chances son crédo.

 

         Pour le MLPC donc, la mission première des forces de défense et de sécurité en général, celle de l’Armée nationale en particulier – dans le contexte qui est celui de la République Centrafricaine aujourd’hui – est une question tellement sérieuse et sensible pour être traitée uniquement par papa, maman et le fils qui, par leur comportement, font des Centrafricains leurs otages et de l’Armée nationale leur propriété.

 

En conséquence de tout ce qui précède, le Bureau Politique du MLPC :

-          dénonce l’arnaque en bande organisée conduite par le Ministre Délégué à la Défense contre la Jeunesse centrafricain à travers une opération pompeusement appelée « recrutement dans l’armée nationale » ;

-          demande l’annulation pure et simple de ce recrutement véritable source de menace à la paix et à la cohésion sociale ;

-          exige la mise en place d’une véritable politique  de l’emploi au lieu de faire du recrutement dans l’armée une alternative à cette politique ;

-          dénonce l’intrusion intempestive de la Première Dame dans cette crise ;

-          condamne l’attitude coupable du Président de la République, Chef Suprême des Armées qui par ce fait viole son serment et se rend passible d’une traduction devant la Haute Cour de Justice qu’il renonce à mettre en place depuis 2005 ;

-          exige l’ouverture d’une enquête parlementaire sur cette affaire ;

-          exige la mise en place d’une Commission Nationale de Recrutement ;

-          exige le remboursement intégral et immédiat à tous les candidats des frais de dossier et frais annexes officieux versés par ceux-ci ;

-          apporte tout son soutien à cette frange de la jeunesse centrafricaine désespérée par le chômage et dont le Général François  Bozizé, son fils et son épouse abuse.

 

                                                                                   Fait à Bangui, le 6 Août 2012

 

signature JGE Koyambounou

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 22:48

 

 

 

 

Boziz--31-d-c-07.jpg

 

Tout se passe comme si Bozizé est en train de fuir les odeurs de ses chiures en presque 10 ans de pouvoir en République Centrafricaine. Comme le chat cache sa chiures après s’être déféqué en la couvrant de sable, Bozizé fuit le courroux de la jeunesse centrafricaine et le ras-le-bol du peuple centrafricain qui l’a déjà vomi après tant d’années aux affaires publiques sans contenu, pour aller fêter dans un autre pays. Il doit savoir que tout ce qu’il va utiliser comme services dans ce pays hôte est fruit du dur labeur d’un peuple.

Mais le temps est venu. Les plumes ont fait couler beaucoup d’ancre. Les bouches ont fait couler beaucoup de salive. Maintenant le peuple est sur le point de dire NON. La fin de règne de Bozizé a sonné. Le glas de son prochain départ en exil est imminent. La fête de l’indépendance de la République Centrafricaine qu’il va faire à Paris en France avec la diaspora bozizéenne c'est-à-dire sa diaspora et non celle de la République Centrafricaine est un signe avant-coureur de son éviction du pouvoir. Car l’on ne peut pas se dire Etat souverain et se permettre de fouler aux pieds cette liberté acquise au prix du sang de tout le peuple centrafricain du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est, sous la tyrannie et des traitements inhumains. Cette conquête pour la liberté et la souveraineté pour laquelle feu Président fondateur Barthélémy Boganda a couronné par son sang. J’observe un d’une minute silence en mémoire de ces illustres disparus pour lesquels j’ai une pensée pieuse sur cette terre d’exil où je suis et je vis à cause de la liberté et la dignité humaine et j’entonne l’hymne national :

 

LA RENAISSANCE

Ô Centrafrique, Ô berceau des Bantous !

Reprends ton droit au respect, à la vie !

Longtemps soumis, longtemps brimé par tous,

Mais de ce jour brisant la tyrannie.

Dans le travail, l'ordre et la dignité,

Tu reconquiers ton droit, ton unité,

Et pour franchir cette étape nouvelle,

De nos ancêtres la voix nous appelle :

Au travail dans l'ordre et la dignité,

Dans le respect du droit, dans l'unité,

Brisant la misère et la tyrannie,

Brandissant l'étendard de la Patrie.

 

E ZINGO


Bêafrîka, mbeso tî âBantu

Kîri mo gbû gîgî tî mo-mvenî

Mo bâa pâsi na gbe tî âzo kûê

Me fadësô, mo ke na kürü gô

Mo sö benda, mo bûngbi kûê ôko

Na kusâra ngâ na nëngö-terê

Tî tö ndâ tî finî dutï tî ë sô

E mä gbegô tî_âkötarä tî ë

E gbû kua nzönî na nëngö-terê

E kpë ndiä nzönî na mängö-terê

E kinda wasïöbê, ë tomba pâsi

E yâa bandêra tî ködrö tî ë!      

 

Quelle honte pour Bozizé de se permettre d’aller célébrer une fête nationale sur la terre d’autres ancêtre ! Cet hymne qui sera fredonné  en présence de l’étendard de la patrie en République Française. Oh c’est fini pour le peuple centrafricain avec le stupide de Bozizé qui sonne la cloche de l’humiliation du citoyen centrafricain. Comme si toutes les gaffes commises au Sommet de l’Etat ne suffisent pas, il faut encore expatrier une fête qui fait la fierté de la population centrafricaine et lui rappelle les souvenirs de ses frontières. D’ailleurs nous autres, exilés et de la vraie diaspora centrafricaine, lorsque nous faisons cette commémoration hors de nos frontières, de nos terroirs pour de raisons diverses d’une personne à un autre, nous ressentons une fierté nationale. Même le peuple israélite déporté hors de ses frontières à Babylone sous le roi Naboukodosor, n’a pas oublié ses racines puisque lorsqu’il chante et prie les psaumes, il se souvient de ses racines Sion (Cf Baruch 1 et suivants). Mais quel déshonore pour un Président de la République de se rendre dans un autre pays pour célébrer la mémoire de ses martyrs et cette diaspora qui s’attire cette bassesse ! Quel serait le plaisir de cette diaspora à qui le Président fait l’honneur de les faire revenir au pays afin d’honorer nos martyrs !

Oui, je remercie Bozizé puisqu’il donne la preuve ici que la liberté du peuple centrafricain est encore loin de voir le bout du tunnel. Les jeunes sont descendus dans les rues pour manifester leur mécontentement suite un concours d’entrer dans les rangs des Forces Armées Centrafricaines (FACA), comme si Bozizé, pour former sa rébellion composée pseudo libérateurs, il a besoin d’organiser un concours ; encore plus faire payer des frais à ses combattants. Qu’il n’ignore pas que de la même que cette jeunesse que l’on pensait dupe, que l’on pensait amorphe, que l’on pensait inapte, ne l’est plus. De la même manière que les jeunes ont vendu leurs âmes, bravant ses ceintures de sécurité et les manœuvres d’intimidation de toutes formes pour manifester leur ras-le-bol, ils te feront partir du pouvoir. Le spectre de la victoire de la jeunesse n’est pas loin.

Tenez, la douleur, la galère que vit la jeunesse centrafricaine dans sa chair, dans ses os, dans son âme et esprit ne sont pas à comparer avec ce que vit la diaspora. Cette jeunesse est au front devant les armes de Bozizé et son armée tournées contre le peuple. Qu’on cesse de se comporter comme des moutons de panurge ou de jouer ce jeu qui ne grandit personne. Si Bozizé a des comptes à rendre, c’est à la jeunesse centrafricaine. Ce n’est nullement à cette diaspora qui devrait d’ailleurs dire NON et rabrouiller Bozizé et sa suite au front avec la jeunesse. Nous savons qu’il use de toutes les stratégies pour la diviser afin de régner. Mais s’il veut jouer au Bachar El Assad de Centrafrique, la jeunesse ne lui lâchera pas prise. ADIEU BOZIZE. Wait and see…

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 13:34

 

 

 

 

 

Ziguélé. s'adresse aux militants du quartier Yas-copie-1

Vendredi, 10 Août 2012 08:44

De retour au pays après un séjour relativement long en France, le Président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain Martin Ziguélé fait le point de la situation du pays dans une interview sur Radio Ndéké Luka

Lien pour écouter l’interview :

http://radiondekeluka.org/templates/fh_rnl/wp_popup.php?soundFile=http://radiondekeluka.org/audio/2012-08-10invite.mp3&title=Martin%20Zigu%C3%A9l%C3%A9

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Interview
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 12:59

 

 

 

afp patasse

Radio Ndéké Luka Jeudi, 09 Août 2012 13:51

Le Mouvement de Libération Démocratique MLD vient de démissionner ce 6 août 2012 du Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections de 2011 (FARE-2011).

La décision a été prise au cours d’une assemblée générale tenue par les militants de ce parti politique issu de la tendance du défunt président de la République Ange-Félix Patassé.

Interrogé sur le sujet par Radio Ndeke Luka, Jacques Boniba, président de cette mouvance s’est justifié en ces termes : « le MLD avait fait partie du FARE-2011 en tant qu’un comité de soutien pour l’annulation effective des élections du 23 janvier 2011. Or il s’avère qu’au fil du temps, cette annulation ne pourrait en être question : le président de la République et les institutions issues de ces consultations populaires sont en place. Face à cette situation, il a fallu entamer un dialogue ».

Aussi, a-t-il poursuivi, « nous avions enregistré des divergences politiques entre notre parti et celui du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC). Car, le MLPC n’avait cessé de déclarer de manière intempestive que bon nombre de nos militants le rejoignaient ».

Quant à maître Nicolas Tiangaye, coordonnateur du FARE-2011 joint au téléphone par Radio Ndeke Luka,  il a répondu qu’« il n’a pas de déclaration à faire à ce sujet car, l’adhésion et le retrait du FARE-2011 sont libres, selon les textes statutaires du mouvement ».

 

NDLR : A un moment où la RCA est plus que jamais dans l’impasse et que le pouvoir bozizéen est complètement à bout de souffle, il est vraiment dommage que certains compatriotes et partis de l’opposition posent des actes pour affaiblir celle-ci apportant ainsi de l’eau au moulin de Bozizé. Ce n’est pas parce que le pouvoir issu des consultations populaires frauduleuses de janvier 2011 est bien en place que celui-ci est légitime. Quand des élections sont volées, jusqu’au bout, le pouvoir qui en résulte est illégitime. Le MLD vient de trahir sa mémoire et est indigne de l’héritage de feu Patassé dont il se réclame.Un détail qui prouve que le MLD fait fausse route, c'est d'adresser à Bozizé une ampliation de sa démission du FARE-2011. Tout un symbole ! 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique