Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:57

 

 

 

 

28/05/14 (APA)

 

APA-Brazzaville (Congo) - La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, est attendue ce mercredi en fin de matinée à Brazzaville pour une visite de travail, selon les services de la communication de la présidence congolaise.

 

Selon les mêmes sources, Catherine Samba-Panza sera accueillie à son arrivée à l'aéroport international de Maya-Maya par son hôte, le président congolais Denis Sassou N'Guesso.

 

‘'Catherine Samba-Panza va au cours de son séjour congolais, faire à son homologue congolais, médiateur de la crise dans son pays, le point sur l'évolution de cette crise depuis qu'elle est à la tête de la Centrafrique'', a-t-on expliqué des mêmes sources.

 

Cette visite sera la deuxième qu'effectue à Brazzaville la présidente de la transition en Centrafrique depuis son arrivée à la tête du pays au début de cette année 2014.

 

Pour ce faire, les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) avaient contraint à la démission Michel Djotodia qui avait chassé du pouvoir de François Bozizé en mars 2013.

Catherine Samba-Panza attendue à Brazzaville pour une visite de travail

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:54

 

 

 

 

28/05/14 (PANA ) - Les religieux centrafricains, conduits par l’évêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, ont sollicité lundi à Brazzaville, du président congolais, Denis Sassou-Nguesso, médiateur dans la crise en Centrafrique, le renforcement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) dont le commandement est assuré par le Congo, a annoncé mardi Radio Congo.

 

'Notre premier souci est la sécurité. Nous avons fait le tour de la question pour voir comment faire pour que ces forces augmentent et en même temps voir comment les appuyer', a déclaré Mgr Nzapalainga, à l’issue d’un entretien avec le chef de l’Etat congolais.

 

Il était accompagné du grand Imam de Centrafrique, Oumar Kobine Layama et du révérend Nicolas Guerekoyame, président des Associations des Eglises évangéliques pour la région Afrique centrale.

 

Selon Mgr Nzapalainga, 'apporter des réponses à la question sécuritaire ce n’est pas seulement une question de force, mais aussi une question de l’esprit. Et ce travail-là, nous, leaders religieux, nous le faisons au quotidien'.

 

La MISCA est une mission de maintien de la paix en Centrafrique autorisée le 5 décembre 2013 par le Conseil de sécurité des Nations unies à travers la Résolution 2127 demandée par le France, suite à la montée de la violence en République centrafricaine depuis le coup d’Etat de la coalition 'Séléka' du 24 mars 2013.

 

Ses effectifs sont de 6.000 hommes appartenant aux pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

 

Sécurité : les religieux centrafricains pour le renforcement de la MISCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:46

 

 

 

 

http://radiookapi.net/  le 28 mai, 2014 à 12:01

 

Des personnes non identifiées profèrent quotidiennement des menaces de mort à l’endroit des journalistes de Radio Ndeke Luka, une radio indépendante émettant à Bangui en République centrafricaine (RCA). Dans un communiqué parvenu mardi 27 mai à Radio Okapi, la Fondation Hirondelle qui parraine ce média dit reconnaitre la difficulté des autorités actuelles du pays à garantir la sécurité pour tous les citoyens, mais elle sollicite un minimum de sécurité pour tous les journalistes centrafricains.

 

Selon la Fondation hirondelle, les journalistes de Radio Ndeke Luka « se battent pour rester en dehors du conflit qui déchire ce pays en donnant une information responsable et crédible ».

 

La situation sécuritaire est devenue précaire depuis la chute de François Bozizé en mars 2013. Des rebelles de la Séleka qui ont pris la direction du pays avec en tête Michel Djotodia ont plongé le pays dans des conflits ethniques et religieux qui ont conduit à une situation de chaos.

 

« Nous demandons un minimum de protection. Nous avons évoqué cette situation avec des autorités à la fois nationales et des représentants de la communauté internationale ici à Bangui », a affirmé Jean-Luc Mootoosamy, chargé de programme à la Fondation Hirondelle.

 

Pour lui, Ndeke Luka est « la seule radio nationale aujourd’hui capable de parler à l’ensemble des Centrafricains en français ou en sango [une langue locale de la RCA] ».

 

Jean-Luc Mootoosamy invite la communauté internationale « à demander à toutes les parties en conflits de ne pas toucher aux journalistes ».

 

« Nous attendons. Probablement dans les prochains mois lorsque la Minusca [Mission onusienne en Centrafrique] sera opérationnelle au pays. Nous espérons qu’il y aura encore plus de prise de conscience de l’importance de protéger les journalistes », a-t-il déclaré.

 

Radio Ndeke Luka émet depuis dix ans à Bangui. Elle a une mission de service public et d’intérêt général et s’efforce de jouer un rôle positif dans la reconstruction de la République Centrafricaine.

 

Fondée sur les principes et les valeurs de la Fondation Hirondelle, elle a su s’imposer comme le média national de référence. Plus d’un million d’auditeurs suivent cette radio et environ 20 000 internautes par mois visitent son site web.

 

Le nom « Ndeke Luka » est né de la contraction de « Ndeke », mot sango qui évoque un oiseau, et « Luka », dérivé de l’anglais « luck ». Ndeke Luka signifie ainsi « L’oiseau de bon augure ».

Bangui : des journalistes de Radio Ndeke Luka menacés de mort

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:41

 

 

 



http://www.direct.cd     mai 28, 2014

Une note interne de la CPI, Cour pénale internationale a dévoilé le lundi 26 mai 2014, le calendrier pour la suite de la procédure engagée contre l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba, poursuivi en qualité de chef militaire, pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre qu’auraient commis ses troupes entre le 26 octobre 2002 et le 15 mars 2003 en Centrafrique. *Sauf décision contraire des juges, les plaidoiries finales interviendront à partir du 13 octobre 2014, selon le document.

 

Elles s’étendront sur deux ou trois jours, précise à Jeune Afrique Paul Madidi, porte-parole de la CPI en Rdc, rappelant que la présentation des moyens de preuve dans l’affaire Bemba est close depuis le 7 avril dernier Est-ce la fin du suspense pour l’ancien Vice-président de la République, Jean-Pierre Bemba Gombo ? Il y a lieu de se poser cette question car, selon une note interne de la Cour pénale internationale (CPI) rendue publique lundi, les plaidoiries finales dans l’affaire Bemba seront entendues à partir du 13 octobre 2014. Le verdict pourrait alors être prononcé au plus tard début 2015

 

Lu pour vous : Jean-Pierre Bemba le verdict attendu au plus tard début 2015

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:33

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-05-28 10:26:28 - La situation au plan de sécurité s’est beaucoup améliorée à Bangui, une réalité confirmée par la reprise progressive de l’activité économique et l’ouverture des écoles, a confié à APA le chef d’état-major des armées françaises, le général d’armée Pierre de Villiers, soulignant, toutefois, qu’il subsiste ‘’des piques de violence’’ à éradiquer avant pouvoir s’atteler réellement ‘’à la négociation’’.


''Je trouve au contraire que la situation sécuritaire s'est bien améliorée, même si il y a des piques de violences qu'il faut combattre par la force pour systématiquement revenir à la négociation'', a notamment dit le chef d'état major des armées françaises, au sortir d'une audience avec la présidente de la république, Catherine Samba-Panza, mardi soir.


Selon une source officielle, le tête-à-tête a porté notamment sur la sécurité sur toute l'étendue du territoire, la mise en place de la gouvernance étatique et la relance de l'économie. 

''J'étais venu avec le président François Hollande il y a deux mois, je constate qu'à Bangui la vie a repris, les marchés sont ouverts, les écoles ont repris'', a souligné Pierre de Villiers qui en est à sa deuxième visite en Centrafrique.


Profitant de son séjour à Bangui, le général Villiers s'est rendu à Bambari, chef lieu de la préfecture de la Ouaka, où s'est installé l'état-major de la coalition Séléka pour se rendre compte de l'effectivité de la présence des troupes étrangères.

 
A ce sujet, il a déclaré : ‘'nous avons rempli les contrats avant la saison des pluies. Nous sommes déployés maintenant sur l'ensemble du territoire''. 


Rassurant les Centrafricains sur l'axe routier ouest qui mène à Cameroun, il a affirmé que ‘'l'axe économique a repris. Grâce à la sécurisation de ce axe, nous avons réussi à faire doubler le nombre des convois qui y circule''


Selon lui, la plénitude de la souveraineté de l'Etat centrafricain ne peut être préservée que si ‘'le gouvernement centrafricain rétablisse la sécurité simultanément, remette la gouvernance étatique en place et en même temps développe l'économie''.

 

 

La situation sécuritaire s'est bien améliorée à Bangui, selon le chef des armées françaises

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 00:40

 

 

 

 

27/05/14 (Dw-World)

 

Le week-end dernier, au moins trois jeunes musulmans ont été tués et leurs corps mutilés. Les jeunes assassinés se rendaient pourtant à un match de football devant réconcilier musulmans et chrétiens.

 

La situation en Centrafrique reste encore très fragile et nombreuses sont les milices qui sévissent dans le pays. Même si l'un des coordinateurs des milices anti-Balaka a condamné ces attaques, il a affirmé ignorer le sort de dix autres jeunes enlevés.

 

Il faut dire que les violences entre ces deux communautés sont quotidiennes et durent depuis plus d'un an et ce malgré la présence de la Mission de stabilisation des Nations unies, la Minusca. Joseph Bidoumi est président de la ligue centrafricaine des droits de l'homme :

 

« Les violences continuent parce que les membres de la communauté internationale, les grandes forces deployées en Centrafrique n'appliquent pas les résolutions du Conseil de securité des Nations unies qui demandent le désarmement des béligérants. »

 

Une mission inefficace ?

 

Joseph Bidoumi met en cause, entre autres, l'inefficacité de la Minusca. C'est seulement le 10 avril dernier que le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité la résolution 2149 qui a permis le lancement de cette mission.

 

Et cette résolution autorise prioritairement la Minusca à protéger les civils et à rétablir l'ordre public. Outre cela, cette mission doit œuvrer au respect des droits de l'Homme et lutter contre l'impunité.

 

Mais malgré le fait que la Minusca soit dotée d'un mandat l'autorisant à faire usage de la force pour protéger la population civile, elle n'arrive toujours pas à remplir sa mission. C'est ce que dénonce Joseph Bidoumi. La semaine dernière, les Nations unies ont organisé une conférence de presse pour demander aux groupes armés de déposer, de façon volontaire, leurs armes et de se soumettre au processus de Désarmement Démobilisation et Réinsertion.

 

http://www.dw.de/la-trag%C3%A9die-continue-en-centrafrique/a...

 

La tragédie continue en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 00:33

 

 

 

 

 

27/05/14 (Le Pays) du Burkina

 

On la croyait morte et enterrée, mais la réalité est tout autre. Car, elle est là, irréductible et intraitable. Il s’agit de cette coalition de rebelles, nommée Séléka, qui avait chassé le président François Bozizé du pouvoir le 24 mars 2013. Dissoute par le président Michel Djotodia, la Séléka avait presque disparu de la scène, la plupart de ses éléments ayant accepté de déposer les armes après une brève opération de cantonnement. Mais depuis un certain temps, il en va autrement puisque les éléments de la Séléka ont repris du service de la plus mauvaise des manières.

 

C’est au moment où on croit avoir réduit la voilure des Anti-Balaka que la Séléka a décidé de reprendre du poil de la bête

 

Tout le monde se rappelle encore l’attaque, il y a deux semaines, d’un poste de Médecins sans frontière (MSF), qui avait laissé des morts sur le carreau dans un quartier de Bangui, contraignant ainsi, bien des humanitaires à plier bagages. On n’a pas eu le temps de se remettre de cette incivilité mortelle que l’on parle encore d’accrochages entre éléments de la Séléka et soldats français de l’opération Sangaris. Pourtant, une semaine plus tôt, des heurts avaient encore opposé les deux groupes dans la même localité de Bambari. La situation est si confuse qu’il est difficile de dire pour l’instant qui a raison et qui a tort. Car l’armée française parle « d’éléments incontrôlés » de la Séléka qui ont délibérément décidé d’attaquer ses positions, tandis que le commandement de la Séléka évoque un acte de provocation de la part des soldats de Sangaris. L’un dans l’autre, ce nouvel accrochage traduit une fois de plus le climat délétère qui prévaut toujours à Bangui. On a l’impression d’être face à un perpétuel recommencement, tel Sisyphe, condamné à rouler un rocher sur la pente d’une montagne. Car c’est au moment où on croit avoir réduit la voilure des Anti-Balaka que la Séléka a décidé de reprendre du poil de la bête, avec une folie vengeresse qui ne préfigure rien de bon.

 

Il revient à la présidente Samba-Panza de se secouer

 

Pendant ce temps, le gouvernement de Catherine Samba-Panza se claquemure dans un silence déconcertant, incapable qu’il est de protéger les populations civiles qui ne savent plus à quel démon (Séléka, Anti-Balaka) se vouer. Quand on croit avoir vaincu l’un, c’est à ce moment que surgit l’autre avec une puissance de feu redoutable. En vérité, depuis que la Séléka avait, en début de mois, décidé de renouveler son commandement, on savait bien qu’il se passerait quelque chose de dramatique en Centrafrique. Sinon, comment une milice supposée dissoute peut-elle encore parler de renouvellement de sa chaîne de commandement, si ce n’est pour des besoins de réorganisation ? En tout cas, l’évolution de la situation sur le terrain prouve que le retour de la paix en Centrafrique n’est pas pour demain, la haine ethnique et religieuse étant toujours forte. Séléka et anti-Balaka ne sont pas encore prêts à enterrer la « machette de la guerre » ; toute chose qui rend impossible la réconciliation. Sans doute le président tchadien Idriss Déby Itno rira-t-il sous cape, lui dont les soldats ont été accusés à tort ou à raison, d’être à l’origine de nombreuses exactions commises en RCA. La suite, on la connaît, puisque, piqué au vif dans son amour-propre, le président tchadien avait décidé de retirer ses troupes. Finalement, la réalité du terrain lui aura donné raison. Il revient donc à la présidente Samba-Panza de se secouer, si elle ne veut pas que l’histoire retienne que c’est sous son mandat que les choses sont allées de mal en pis en RCA. Pour cela, elle doit mettre un point d’honneur à se débarrasser des éléments de la Séléka et des Anti-Balaka qui sont dans son gouvernement, puisque ceux-ci n’auront rien apporté à la pacification du pays.

 

Par Boundi OUOBA — Le Pays

Lu pour vous : Centrafrique : Séléka active, Samba-Panza inerte

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 00:18

 

 

 

 

 

27/05/14 (Le Monde)

 

La prière vient de commencer. Les fidèles musulmans ont momentanément déposé arcs, sabres, bâtons ou lance-grenades devant leur tapis de prière. Les chrétiens sont, par milliers, réfugiés dans les églises. Toutes les apparences d'une guerre de religion sont réunies à Bambari. Les jeunes qui crient fiévreusement « Allah Akbar », ou se revendiquent spontanément de Boko Haram, viennent renforcer l'impression. Et, pourtant, la crise en République centrafricaine (RCA) est infiniment plus complexe. L'aspect confessionnel du conflit, où chacun se définit désormais en fonction de sa religion, masque les ressorts profonds du drame centrafricain.

 

La ville de Bambari concentre une bonne partie des enjeux du moment. Depuis moins d'une semaine, les deux communautés, qui, jusque-là, cohabitaient sans heurt majeur, vivent dans la peur l'une de l'autre. La minorité musulmane tient encore les leviers du pouvoir militaire et civil, mais pour combien de temps ? Qu'ils soient combattants de la Séléka ou simples civils, hommes mûrs ou enfants prépubères, tous déambulent armés dans les rues de cette ville située à la « frontière » entre l'ouest du pays, sous la coupe des milices anti-balaka (chrétiennes), et l'est, sous contrôle de l'ex-rébellion musulmane.

 

Des commerçants musulmans locaux, ou partis de Bangui pour échapper aux tueries et aux pillages, des éleveurs peuls qui ont vu leurs familles massacrées en brousse, sont terrorisés à l'idée de voir la Séléka désarmée. « Il n'y a qu'eux pour nous protéger, s'ils sont désarmés ce sera la catastrophe. Les policiers et les gendarmes, ici, sont avec les anti-balaka qui rôdent autour de la ville. Certains ont même commencé à s'infiltrer à Bambari », raconte Moussa Zoubeïrou, le président de la jeunesse musulmane locale.

 

L'imam de la mosquée centrale, Aboubacar Souleïmane, incite les jeunes de sa communauté à remiser les armes à la maison, appelle les Séléka à regagner leurs bases, prêche la concorde interconfessionnelle, mais, dit-il, « si les anti-balaka rentrent, nous serons obligés de défendre nos maisons et nos commerces à n'importe quelle condition ».

 

« MESURES DE CONFIANCE »

 

A Bambari, comme ailleurs en RCA, les musulmans considèrent dans leur ensemble que les forces françaises de l'opération « Sangaris » et africaines de la Misca n'offrent aucune garantie de sécurité face aux milices paysannes et aux militaires qui constituent les troupes désunies des anti-balaka. La chasse menée depuis décembre contre leurs coreligionnaires dans tout l'ouest du pays et dans la capitale leur donne de légitimes motifs d'inquiétude.

 

Le passage, mercredi 21 mai, de l'ambassadeur de France, du patron de l'opération « Sangaris », de représentants de l'ONU et des autorités de transition centrafricaines a brutalement réveillé les tensions. En exprimant publiquement leur refus de voir la Séléka installer un « état-major » parallèle à Bambari et en annonçant que, dès le lendemain, les « mesures de confiance » (le cantonnement en vue d'un désarmement) seraient imposées aux combattants de l'ex-rébellion, ces visiteurs venus de Bangui ont suscité la colère d'une bonne partie de la communauté musulmane et de plusieurs chefs militaires de ceux qui se sont rebaptisés « forces républicaines ».

 

Des jeunes ont jeté des pierres sur les soldats français, érigé des barricades, et des accrochages ont opposé les ex-rebelles aux militaires de « Sangaris ».

 

Dimanche, la situation semblait s'apaiser, mais plusieurs morts sont à déplorer. « Cet état-major a été formé pour regrouper les éléments éparpillés et faire cesser le désordre des troupes. Cela ne veut pas dire que nous voulons faire partition », assure le général Zakaria Damane. Le colosse en grand boubou bleu ciel, figure historique des mouvements rebelles partis du nord-est de la RCA, poursuit : « Dans ce pays, les communautés ont été séparées contre notre volonté. Avons-nous une fois brûlé une église ? Catherine Samba-Panza [la présidente de transition] ne fait rien, c'est une anti-balaka. Alors, est-ce qu'on ne peut parler de partition pour faire pression ? »

 

MENACE DE COUPURE

 

Cette menace de coupure du pays, exprimée jusque-là mezza voce, est désormais largement reprise au sein de la communauté musulmane. Elle n'est pas brandie comme un projet réfléchi de longue date, mais comme une nécessité pour se protéger. « Nous sommes centrafricains, mais les chrétiens ne veulent plus de nous. Nous n'avons aucun problème avec eux, mais quand la cohabitation devient impossible, la meilleure des choses, c'est la séparation. Vous n'avez pas critiqué la partition entre le Soudan et le Soudan du Sud, entre l'Ethiopie et l'Erythrée, alors pourquoi nous la refuser ? Il faut l'autodétermination pour le nord-est de la Centrafrique, car on ne peut pas manger la carotte quand d'autres brandissent le bâton », déclare Ali Mahamat, un ancien étudiant en sciences politiques ayant dû fuir Bangui, la machette en bandoulière sous son pardessus.

 

Au sein de la Séléka, la question suscite des divisions. Certains officiers inscrivent leur avenir dans l'armée nationale, qui reste à rebâtir. Mais d'autres ne sont pas prêts à abandonner le pouvoir acquis par les armes, ni les richesses, notamment tirées de l'exploitation des mines de diamants du nord-est, si l'Etat centrafricain venait à reprendre position dans une zone qu'il a désertée depuis fort longtemps.

 

Hassan, un boutiquier au chômage, lui, ne veut pas entendre parler de division. De passage à la cathédrale Saint-Joseph, où sont réfugiés des milliers de ses voisins, cet homme sympathique au léger embonpoint se désole : « Comment voulez-vous que nous nous séparions ? Regardez, celle-là, c'est ma belle-sœur. Ma mère était d'une famille chrétienne. »

 

La Soeur Marie-Claire pleure, elle aussi, le temps passé. « Des problèmes entre chrétiens et musulmans, ça n'a jamais existé. Ce sont les politiciens qui ont amené ça », déplore la religieuse. « Les musulmans n'ont jamais touché les chrétiens, et les chrétiens n'ont jamais touché les musulmans. Cette crise a été amenée par ceux qui sont affamés de pouvoir. Il n'y a aucune guerre de religion ici », ajoute Mgr Edouard Mathos. L'évêque du diocèse ne cite aucun nom, mais son courroux vise les dignitaires de l'ex-rébellion et les tenants du pouvoir central à Bangui. Les premiers, pour avoir dégradé les relations intercommunautaires, en ne pillant que les chrétiens et en obtenant la complicité des commerçants musulmans. Les seconds, pour leur « amateurisme ».

 

« BÊTISES »

 

Réfugié dans l'église Saint-Joseph, Edmond Yangué, malgré ses quatre années d'arriérés de salaire et les enfants au regard durci tout autour de lui, exprime avec jovialité ce que sont, selon lui, les origines de la crise actuelle. « Ces gens sont des “situationnistes”, ils profitent de la situation. Ils sont venus comme ça, sans rien, puis ils sont devenus de grands commerçants. Ils ont acheté des fusils et veulent maintenant nous prendre comme esclaves. Ils ont marié nos filles, nos soeurs et maintenant ils nous prennent pour des couillons, car ils ont de l'argent », avance cet arrière-grand-père de 67 ans. Il ajoute : « Ils ont vu les faiblesses de nos dirigeants. Avec leur volonté de devenir président, ils ont commencé leurs bêtises, mais ils doivent savoir qu'ils ne sont pas de vrais Centrafricains. »

 

L'accaparement ou la conservation du pouvoir et des richesses, ainsi que les questions autour de la nationalité, sont aujourd'hui les vrais ressorts de la crise en Centrafrique. A 388 kilomètres de Bambari, sur la terrasse du Ledger, le palace de Bangui, Abdoulaye Hissene, physique de star du ballon rond, ex-rebelle, rallié aux trois derniers pouvoirs, résume la situation : « La politique en Centrafrique, on la fait à tombeau ouvert. »

 

Cyril Bensimon

 

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/05/27/centr...

Lu pour vous : Centrafrique : à Bambari, la politique « à tombeau ouvert »

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 15:50

 

 

 

 

 

 

27/05/14 (RFI)

 

Lundi matin 26 mai, le camp de Mpoko en RCA, situé près de l’aéroport de Bangui, a connu un mouvement de panique lié à des rumeurs d’attaque. Un évènement qui a accentué l’inquiétude des humanitaires déjà soucieux d’un projet d’aménagement de l’aéroport lié à l’arrivée de la mission de l’ONU, la Minusca. Ce projet va contraindre 20 000 déplacés à abandonner leurs aménagements pour être relocalisés.

 

Quelques branches, des clous, des sacs de toile. Julienne et sa famille reconstruisent leurs abris de fortune : « La pluie et le vent ont détruit ma hutte, tout s’est écroulé. J’ai besoin qu’on me donne une bâche. »

 

Près de 60 000 déplacés continuent à vivre dans le camp de Mpoko, au bout de la piste de l’aéroport, près de la base de la force française Sangaris. Des points d’eau ont été aménagés. Faute de distribution d’aide alimentaire, certains ont même planté de petits jardins pour se nourrir. L’arrivée de la Mission des Nations unies, la Minusca, va cependant obliger une grande partie des déplacés à abandonner leurs aménagements.

 

« La Minusca va arriver au mois de septembre et souhaite agrandir le parking avions de l’aéroport pour pouvoir gérer sa flotte d’avions et sa logistique sur l’aéroport de Bangui, explique Agnès Faure de l’ONG Première urgence. Malheureusement, l’agrandissement de l’aéroport va toucher cinq zones sur les onze du site et ces cinq zones représentent une bonne moitié de la population du site actuellement. On nous a demandé dans ce cadre de faire déménager ces parties de la population sur le site même. C’est vraiment la double peine pour eux. Ils étaient déjà déplacés et ils vont être doublement déplacés. Ils vont se retrouver dans des conditions sanitaires encore plus déplorables que ce qu’on peut constater aujourd’hui sur Mpoko. »

 

Pour l’instant, aucun moyen financier n’a été proposé par les Nations unies pour accompagner cette relocalisation, notamment pour aménager la zone où les déplacés doivent être réinstallés.

 

ZOOM : Les populations réclament plus de sécurité

 

Une sécurité qui pour l’instant est laissée en grande partie aux forces internationales. La gendarmerie et la police centrafricaine se remettent cependant progressivement en route.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20140527-rca-humanitaires-inquiets...

RCA: les humanitaires inquiets face au réaménagement du camp de Mpoko

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 14:59

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) -2014-05-27 12:30:05 - La mission conjointe Nations Unies-CEEAC-Union africaine a attiré l’attention du gouvernement de transition sur les violences basées sur le genre à l’endroit des femmes et filles ainsi que la nécessité de prendre des mesures pour lutter contre ces pratiques et de raffermir le rôle de la femme dans le processus de la réconciliation nationale.


Sur tous ces points, la mission a rassuré le gouvernement centrafricain du soutien continu de la communauté internationale en vue de faire aboutir les efforts qu'il déploie dans la pacification du pays.

 

''En ce qui concerne la lutte contre la violence basée sur le genre, nous savons que la RCA a besoin de beaucoup d'assistance et nous sommes engagées à collaborer avec d'autres partenaires et le gouvernement à trouver les moyens qu'il faut. Parce que la violence à l'égard des femmes et filles est le principal objet de notre mandat'', a confié à APA Mme Phumzile Mlambo Ngcuka de l'ONU, en marge d'une réunion entre le gouvernement et la mission conjointe, tenue lundi à la primature à Bangui.

 

''Dans un programme aussi varié nous avons mis en place un code de bonne conduite pour les casques bleus qui vont venir pour protéger les femmes et les filles et apporter assistance à celles violentées'', a-t-elle ajouté, réclamant du gouvernement la stricte application des textes en vigueur pour réprimander les auteurs de ces violences.

 

S'adressant aux femmes centrafricaines, elle a dit : ‘'je leur demande la solidarité et beaucoup de leadership pour défendre leurs droits. Car personne ne viendra le faire à leur place''.
 

 

http://apanews.net/article_read-604744-le-gouvernement-centrafricain-invite-lutter-contre-la-violence-basesur-le-genre.html#sthash.uSFQQIGq.dpuf

Le gouvernement centrafricain invité à lutter contre la violence basée sur le genre

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog