Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:34

 

 

 

 

 

DECISION N° 002

 

Vu le décret n°76-0040 du 16 Janvier 1976, portant réglementation des associations en République du Sénégal ;

 

Vu le récépissé n°274 du 27 avril 2012 délivré par le ministère de l’intérieur de la République sénégalaise ;

 

Vu les dispositions du statut  et de règlement intérieur du collectif "Touche pas à ma constitution." ;

 

Vu le procès verbal de l’assemblée générale constitutive du 28 février 2012 portant  mise en place du collectif Centrafricain NE TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION ;

 

Décide

 

Article 1 : Monsieur  Moise Narcisse TALINGANO-NZEKA est nommé Représentant du collectif de MALI.

 

Article 2 : la présente décision prend effet à partir  de la date de sa signature sera enregistré  et publié partout ou besoin sera.

 

                                                                          Fait à Dakar, le  11 Juin  2012

 

                                                                            Le  Secrétaire General               

 

                                                                                         Alix Johann KOYANGOZO

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:31

 

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

 

Peine purgée pour les 7 militaires retraités !

Radio Ndéké Luka Lundi, 11 Juin 2012 13:53

Les 7 militaires et gendarmes retraités placés sous mandat de dépôt le 9 août 2011 à la maison carcérale de Ngaragba devraient en principe recouvrer leur liberté ce Lundi 11 mai 2012. Ils ont fini de purger le 9 juin dernier leur peine de 10 mois requis par le Tribunal de Grande Instance de Bangui.

Ces militaires avaient été poursuivis pour violences et voix et faits, séquestration, vol, menace de mort, pillage.  Il s’agit d’une affaire qui les a opposés à Jean-Francis Bozizé accusé de détournement des fonds destinés au payement de leurs arriérés de salaires, des fonds débloqués par l’Union Européenne.

Dans leur colère lors de la réclamation du payement de leurs dus en 2011, ces retraités avaient séquestré le Médiateur de la République, Monseigneur Paulin Pomodimo. Ils l’avaient conduit manu-militari à bord de son véhicule au siège de la délégation de l’Union Européenne.
Ces anciens militaires et gendarmes retraités avaient justement revendiqué le paiement de leurs 31 mois d’arriérés de salaire ainsi que leurs frais d’accompagnement qui s’élèvent à 19.650.000 frs pour chacun (environ 30230 euros).

Dans cette même affaire, ces militaires en retraite avaient pointé un doigt accusateur vers le ministre délégué à la Défense nationale, Jean-Francis Bozizé, pour détournements de fonds, un dossier relayé par les directeurs de publication « Les Collines de Bas-Oubangui » et « Médias + » traduits en Justice puis libérés par la suite.   

 

Un Bac et un camion surchargés coulent dans le Mbomou

Lundi, 11 Juin 2012 13:52

La rivière Chinko sur l’axe Bangassou-Mboki a été le théâtre d’un accident le 8 juin dernier. Un véhicule de marchandises de marque Mercedes Benz transportant plus 50 de passagers a chaviré dans cette rivière. La machine qui permet la traversée de la rivière  était très avilie et n’a pu supporter l’énormité de la charge de l’automobile.

Selon le correspondant de Radio Ndeke-Luka, les passagers du véhicule ont réussi à gagner les cotes de la rivière et aucune perte de vie n’a été signalée dans cet accident. Par contre le Bac, le camion et certaines marchandises demeurent encore sous la rivière Chinko attendant d’être rétracter.

Le Bac de la rivière Chinko est l’un des rares bacs que compte la RCA depuis fort longtemps. C’est l’unique moyen pour la traversée des automobiles et engins lourds sur cette rivière. Avec cet accident, la Chinko restera dépourvu d’un  pont ambulant et ce pour de nombreux mois. Un désavantage pour l’économie, les populations et les sociétés dépendantes du dit Bac.

L’électricité revient à Mobaye, liesse de la population

Lundi, 11 Juin 2012 13:51

Le courant électrique est enfin revenu dans la ville de Mobaye. Ce retour est vivement salué ce 9 juin 2012 par des chants d’allégresse, des cris de joie, des concerts de casserole et danse individuelle ou groupée. Un retour qui libère de l’emprise de ceux qui ont dûment exploités la crise à des fins pécuniaires.

Depuis plus de 4 mois, la ville de Mobaye a été touchée par l’épidémie des nuits obscures de la République Centrafricaine dues à la vétusté des machines de l’Energie Centrafricaine. A l’instar de nombreux groupes de l’ENERCA qui alimentent les villes de provinces de la RCA, celui de Mobaye est aussi fatigué par l’âge et a fini par tomber en panne. Ce sont des techniciens Congolais qui ont finalement réussi à remettre le groupe électrogène en marche sous caution des autorités de la  Basse-Kotto, après plusieurs essais de redémarrage par les techniciens de la région.

Toutefois, la félicité des habitants de la ville de Mobaye n’est pas totale. Certains résidents qui ont exploité la situation pour se faire de l’argent avec leurs mini groupes électrogènes ont été déçus de ce ré-fonctionnement du groupe de l’Energie Centrafricaine. Les populations vont devoir charger leurs téléphones portables chez eux, conserver les aliments à la maison et se désaltérer à l’eau fraiche. Ce qui n’était pas le cas pendant les 4 mois de Mobaye sans électricité.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:29

 

 

 

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 11 Juin 2012 13:35

La vague d’interdiction de sortie du territoire centrafricain a repris. Le dernier cas en date serait celui du ministre de la Justice et de la Moralisation Firmin Findiro. Il serait empêché le 9 juin 2012 de quitter le territoire centrafricain à destination de la France.

L’information a été rendue publique ce lundi dans les colonnes du journal « L’Agora ». Selon le quotidien, l’ancien procureur de la République aurait voulu se rendre à Paris pour des raisons de santé. Le vrai motif de ce refus n’aurait pas été explicité.

« Grande a été sa surprise d’être ainsi empêché d’embarquer dans le vol de la compagnie Ethiopian Air Lines. Monsieur le ministre, nous avons reçu l’ordre de la haute hiérarchie qui vous interdit de sortir du territoire national, lui aurait déclaré le commissaire de l’aéroport au cours des formalités d’usage », a mentionné le journal.

Le journal a en outre indiqué que même son passeport diplomatique lui aurait été également retiré et il serait retourné simplement à son domicile. Pour « L’Agora », c’est pour la 2ème fois que le porte-parole du gouvernement a eu de tels ennuis : de son retour de Bouca (nord) où il a rehaussé de sa présence la cérémonie de la pose de la 1ère pierre pour la construction d’une maison carcérale, Firmin Findiro aurait été interpellé par les forces de l’ordre. Il aurait été entendu pendant des heures.

Sur ce même dossier il serait judicieux de relever que dans sa parution du vendredi dernier, le journal « Le Démocrate », dans un article repris d’une agence internationale, le ministre Firmin Findiro serait impliqué dans un présumé coup d’Etat, un putsch soigneusement préparé par l’ancien ministre d’Etat aux finances Sylvain Ndoutingaï limogé le 1er juin dernier.

L’article en question a indiqué qu’un plan macabre serait mis sur pied pour éliminer physiquement 4 fils de l’actuel président centrafricain François Bozizé, 2 de ses ministres officiers de l’armée. Aussi le ministre de la Justice, un des instigateurs occuperait une place juteuse dans la nouvelle configuration du présumé gouvernement.

A titre de rappel en 2011, c’étaient certains leaders de l’opposition qui avaient été interdits de sortie du territoire national. Le cas de l’actuel coordonnateur du Front pour l’Annulation des Elections de 2011 (FARE-2011), maitre Nicolas Tiangaye en a été une parfaite illustration. A cette liste s’était aussi ajouté l’actuel ministre du développement rural Fidèle Gouandjika.

D’ailleurs, le FARE-2011 continue à ce jour de faire porter la responsabilité de la mort de l’ancien président Ange-Félix Patassé au régime de Bangui. Pour cette entité politique, le décès de Patassé a découlé de son interdiction de quitter le sol centrafricain pour des raisons sanitaires.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:27

 

 

 

 

 

Nous apprenons la mort de Michel ALLE Nzengui-Kangba-Biassou, infirmier diplômé d’Etat, célèbre journaliste animateur d’émission de santé publique sur radio Centrafrique  à l’époque, grand militant du RDC et partisan invétéré du général André Kolingba ce 11 juin 1012 à Bangui.

La Rédaction de Centrafrique-Presse présente à la famille du défunt et tous ses proches, ses condoléances les plus émues.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:24

 

 

 

 

 

La mise en bière et levée du corps d’Eloi Limbio décédé le 6 juin dernier aura lieu le mardi 12 juin à 11 h 30 à l’Hôpital Mignot 177, rue de Versailles 78150  Le Chesnay, suivie d’une messe de requiem.

Le rapatriement du corps s’effectuera le mercredi 13 juin par voie aérienne vers Bangui.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 04:06

 

 

 

 

 

Bozize171108275-copie-1.jpg Sylvain-Ndoutingai

 

Contrairement à l’impression que donne Bozizé d’avoir étouffé dans l’œuf le projet de coup d’Etat de son ancien protégé Sylvain Ndoutingaï qu’il a défendu bec et ongle pendant des années et des années contre toute raison, l’opposition et les sourdes rivalités entre les deux parents devenus maintenant ennemis, semblent prendre des proportions dont les Centrafricains n’ont pas encore la moindre idée.

Selon nos informations, le cas Ndoutingaï  et les ambitions putschistes de ce dernier contre son parent Bozizé, aurait été porté devant les responsables de l’ASSOCIATION de SOLIDARITE pour le DEVELOPPEMENT de la SOUS-PREFECTURE de BOSSANGOA  (SODEBOSS) et ceux-ci auraient ouvertement condamné la redoutable responsabilité que voudrait prendre Ndoutingaï.

Le problème est maintenant que depuis que Ndoutingaï a commencé à faire l’objet de sanctions de la part de Bozizé, (limogeage du gouvernement, interdiction de quitter le périmètre de la capitale et le pays, et sans doute d’autres mesures encore que nous ignorons), sa situation a suscité beaucoup de mécontentement dans les rangs de ses partisans qui sont nombreux au sein de l’armée prétendument nationale. Ceux-ci semblent être sur le pied de guerre et prêts à ne pas demeurer sans réaction si leur mentor doit continuer à être victime du camp Bozizéen.

Le camp bozizéen également au sein de l’armée se tient prêt pour ne pas laisser les partisans de Ndoutingaï  tenter et réussir leur projet de renverser Bozizé du pouvoir. Avec les ennuis qui ont également débuté pour Firmin Findiro, l’autre second demi-dieu avec Ndoutingaï, on se rend bien compte que le ministre de la justice et porte-parole du gouvernement qui roulait aussi pour Ndoutingaï, donc est forcément complice de son complot, est démasqué et subit actuellement le même sort fait à son compère. Quelques ministres du gouvernement complices de Ndoutingaï et Findiro qui se reconnaissent, ont mauvaise conscience et beaucoup de soucis à l’heure actuelle, se demandant à quelle sauce ils vont être mangés.

Jusqu’à quand va durer ce manège d’autant plus que toujours au sein des Faca, un troisième groupe de soldats observent avec une certaine neutralité les deux groupes antagonistes qui cherchent à son tour à neutraliser le groupe des neutres. Le vrai problème est que Bozizé semble sous-estimer totalement l’ampleur de la politique d’infiltration de l’armée deNdoutingaï  avec tous les soldats de divers grades qu’il a fait nommer et qui sont devenus ses obligés.

Seulement une fois les plans de déstabilisation de Ndoutingaï découverts, Bozizé pense que les quelques mutations des proches et complices de ce dernier suffiraient à mettre en échec son projet de coup de force. Le frère aîné de Ndoutingaï, un certain Martin Ouanti, vient d’être muté à Bouar après avoir refusé de rejoindre Birao. On ne sait pas très bien à quoi joue Bozizé. A trop faire la part belle à des putschistes, ceux-ci finiront par avoir raison de lui. Ndoutingaï joue très gros et a beaucoup de soutien partout dans le pays et dans l’Etat.  Les Centrafricains innocents ne doivent pas payer les pots cassés d’éventuels affrontements pour le pouvoir de Bozizé et Ndoutingaï.

 

La Rédaction

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 02:31

 

 

 

 

Feindiro.jpg

 

Bangui, 10 juin (C.A.P) – On ne l’apprend que maintenant mais est-ce l’ironie du sort ou seulement la roue qui est aussi en train de tourner pour le principal complice et acolyte de Sylvain Ndoutingaï à savoir l’actuel ministre de la justice Garde des Sceaux et non moins ex-Procureur de la République, l’autre demi-dieu Firmin Findiro qui commence à avoir lui aussi, de sérieux soucis.

Prenant prétexte sur des raisons médicales pour se rendre en France et alors qu’il devait embarquer sur le vol hebdomadaire d’Air France de jeudi dernier 7 juin 2012 pour Paris, il a tout simplement été signifié au sieur Firmin Findiro qu’il lui est fait interdiction de quitter le territoire centrafricain, exactement comme à l’ex-ministre d’Etat aux finances Sylvain Ndoutingaï son associé dont la responsabilité est pointée par le clan de Bozizé dans un projet visant à renverser celui-ci.

Ainsi, celui-là même qui, en service commandé naguère comme Procureur de la République auprès du Tribunal de Grande Instance de Bangui, s’était fait une funeste spécialité dans la confiscation des passeports de certains fils du pays et la justification de l’injustifiable des interdictions arbitraires opposées par le régime Bozizé à certains responsables de l’opposition de prendre leur avion (cas à plusieurs reprises de Martin Ziguélé, de Simplice Kodéguet et Me Nicolas Tiangaye grossièrement empêché une fois de se rendre à N’djaména pour des raisons professionnelles et où son passeport a été confisqué et Firmin Findiro lui a même dénié le droit de détenir un passeport diplomatique, pour ne citer que ces trois exemples.

Le porte-parole du gouvernement, ministre de la justice et Garde des Sceaux, pour combien de temps encore au rythme où évolue la situation à Bangui, Firmin Findiro se retrouve être lui-même victime du système qu’il a mis en place et qu’il s’employait non sans une certaine délectation à l’époque à en jouir quand il s’agissait des autres.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 02:24

 

 

 

 

 

enerca3.jpg

Radio Ndéké Luka Samedi, 09 Juin 2012 13:25

Financé par le Fonds Mondial International, l’Energie Centrafricaine décide finalement de s’attaquer aux problèmes de baisse de tensions et des coupures intempestives du courant que connaissent les banguissois depuis de nombreuses années.

La ville de Bangui va devoir d’ici peu se passer du cauchemar avec l’installation de nouveaux transformateurs de courant dans différents arrondissements de Bangui par l’Energie Centrafricaine.

Selon  le directeur de production et des transports de l’Enerca, Blaise Bangui Tomba à Radio Ndeke Luka, « ces nouveaux transformateurs sont déjà installés dans quelques quartiers de Bangui dont les intensités  du courant sont très faibles. Il s’agit notamment de Béa-Rex, Castors et bientôt à Ngola ». Il  poursuit que « la rechange de vieux matériels électriques bien que tardive permet ainsi  de diminuer le pourcentage élevé des baisses de tension à environ 30 et 35%. ». De ce fait, l’Enerca veut  progressivement parfaire son service avec une remise en état complète de ces équipements.

Il évoque pareillement que les matériels anciens ne seront pas jetés mais réutilisés pour la construction des réseaux en moyenne tension vue que les délestages fréquents de Bangui sont dus à la faiblesse de production de l’énergie par rapport à la demande. De plus, les vieux câbles longtemps utilisés par l’Enerca sont très endommagés par la poussière et les intempéries. Cette supplantation permettra de bien contrôler la gestion du courant.

Malgré les quelques installations des régulateurs faites, l’Energie Centrafricaine semble ne pas avoir tout ce dont il à besoin « il y a 14 postes électriques à acquérir et 50 kilomètres de ligne à remplacer » reconnait le directeur de production et des transports de l’Enerca.
Après être très vilipendé par ses clients de Bangui, de l’Ombella M’Poko et les multiples institutions clients, l’Enerca compte mettre définitivement un terme aux multiples supputations dont elle est sujette avec ses nouveaux transformateurs.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 02:04

 

 

 

logomlpc M . L . P . C

 

Membre de l'Internationale Socialiste

 

 

 

 

FEDERATION EUROPE - AMERIQUE - MOYEN-ORIENT - ASIE - OCEANIE

 

INVITATION

 

 

 

Cher(e) s compatriotes et sympathisants (es) du MLPC !

 

 

La Fédération EUROPE-AMERIQUES-ASIE-MOYEN ORIENT-OCEANIE du MLPC et les Sections MLPC–BORDEAUX 1 et 2 ont le plaisir de vous inviter à une rencontre qui aura lieu le Samedi 16 juin 2012 à la salle V6, 15 rue NAUDET (Face IUT de Bordeaux) 33170 Gradignan à 14 heures 00 précises, pour échanger avec Martin ZIGUELE, Président National du MLPC.

 

L’ordre du jour portera sur la situation générale du pays suivi de débat.

 

La Fédération EAAMOO du MLPC, les Sections MLPC–BORDEAUX 1 et 2 et Martin ZIGUELE vous attendent très nombreux pour discuter de la situation de notre beau pays la République Centrafricaine.

 

Accès par le transport en commun

(Tram B => Arrêt : UNITEC puis Bus 10 => Arrêt : Village 6) 

 

 

Recevez nos salutations patriotiques.

                                                                                              Fait à Paris le 10 juin 2012

Pour le Bureau Fédéral,

 

                                                                            

Le  Secrétaire Général

 

           Romuald NGBALE

 

 

 

 

 

 

MZ-a-Bordeaux.JPGMZ-Gradignan.JPG

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 10:11

 

 

 

 

MZ-4.JPG

 

RFI dimanche 10 juin 2012

« L'impasse des transitions démocratiques en Afrique : le cas de l'Afrique centrale » : c'est le thème d'un colloque qui se déroulait hier samedi 9 juin à Montreuil en banlieue parisienne. Parmi les participants, quelques figures de mouvements d'opposition : Martin Ziguélé le Centrafricain, Bruno Ben Moubamba le Gabonais, Henda Diogène Senny du Congo-Brazzaville et aussi Albert Bourgi, professeur de droit public. Objectif de ce colloque : créer un premier cadre de concertation pour parler d'une même voix. Une initiative d'Acheikh Ibn Oumar, ancien ministre tchadien des Affaires étrangères et coordinateur adjoint du CNCD, la coalition de l'opposition tchadienne.

Le colloque rassemblait diverses formations politiques d'opposition des pays concernés : l'Union des populations du Cameroun (UPC), le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), l'Union du peuple gabonais (UPG), le Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie Djibouti (FRUD) et le Conseil national pour le changement et la démocratie - Tchad (CNCD). L'union fait la force, expliquent en substance les leaders de ces mouvements qui constatent que les problèmes inhérents à leurs Etats sont les mêmes chez leurs voisins, tout comme leurs aspirations. Ils souhaitent voir cette sous-région du continent africain parler à l'unisson pour parvenir à une véritable culture démocratique.

 

Acheikh ibn Oumar

 

 

acheikh_.jpg

 

 

Après presque vingt ans de tentatives de transition démocratique en Afrique centrale, la situation est bloquée : on est presque reparti à la case départ du parti unique.

 

Bruno Ben Mubamba Membre de l'Union du peuple gabonais

C'est dans la volonté du nouveau président français François Hollande d'avoir des relations nouvelles entre l'Afrique et la France

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE