Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 13:48

 

 

 

 

Entête MLPC

Bureau Politique                                         

 

         

 

MESSSAGE DE MARTIN ZIGUELE, PRESIDENT DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE CENTRAFRICAIN AU CONGRES DU PARTI SOCIALISTE FRANCAIS - TOULOUSE (DU 26 AU 28 OCTOBRE 2012)

 

Chers camarades, militantes et militants du Parti Socialiste Français,

Chers camarades militantes et militants des Partis Socialistes et Socio-démocrates venus du monde entier pour participer au Congrès du Parti Socialiste, Français,

 

Au nom des militantes et militantes de mon Parti, le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), au nom de ma délégation et en mon nom personnel, je voudrais adresser aux militants et militantes du Parti Socialiste français, et au-delà à tout le peuple ami de France, mes sincères et amicales félicitations pour  le changement qui vient de s’opérer en France, par  l’élection de notre camarade François Hollande à la tête de l’Etat Français.

Que le camarade François Hollande trouve ici l’expression de notre profonde admiration, et de nos vœux de plein succès.

C'est à l'occasion de rassemblements tels que ceux de ce Congrès, que nous pouvons échanger des informations entre camarades venus de divers horizons sur la situation de nos pays et de nos partis respectifs, au nom de cette solidarité militante et de cet internationalisme qui sont le fondement de notre démarche pour l'avènement partout dans le mode, de sociétés libres, démocratiques et respectueuses des droits de l'homme. C’est au nom de ce principe, que je me fais le devoir de vous informer sur la situation globale de mon pays, la République Centrafricaine.

 

Mon parti le MLPC a accédé au pouvoir en septembre 1993 à l'issue d'élections pluralistes et transparente, par la victoire de notre candidat Ange Félix PATASSE au second tour face à Abel GOUMBA, les candidats éliminés au premier tour du scrutin étant  les anciens Présidents André KOLINGBA et David DACKO, ainsi que Ruth ROLLAND et François BOZIZE. Ce fut la première fois dans l'histoire de notre pays qu'un parti politique issu de l'opposition démocratique accédait au pouvoir par les urnes, et de manière incontestée. Très rapidement le régime issu du MLPC fera face à plusieurs mutineries politico-militaires entre 1996 et 1997. Après une brève accalmie jusqu'en 2001, le pays fera à nouveau face à une rébellion armée dirigée par le Général François BOZIZE, ci-devant ancien candidat malheureux aux élections de 1993 remporté par le MLPC , mais que le Président Ange Félix PATASSE, vainqueur de ces élections, a rappelé en activité et promu Inspecteur Général des Armées puis Chef d’Etat Major des Forces Armées Centrafricaines (FACA).....

Cette longue et destructrice rébellion dirigée par le Général François BOZIZE , dont les conséquences de tous ordres plombent encore notre pays aujourd'hui, conduira finalement à son coup d'Etat militaire du 15 mars 2003 et son accession au pouvoir. Ce coup d'Etat militaire qui mettra brutalement fin au processus démocratique en cours, initié au prix de mille sacrifices du peuple centrafricain, était survenu deux années seulement avant des consultations électorales démocratiques prévues en 2005. Où en est la République centrafricaine aujourd'hui ?

 

Après son coup d'Etat du 15 mars 2003, le Général François BOZIZE  recevra le soutien multiforme et la bienveillance politique de la communauté internationale pour une période de transition qui s'achèvera par les élections multipartites de mars 2005, au cours duquel le candidat du MLPC affrontera au second tour le Général François BOZIZE, avant de perdre.

Peu après ces élections, le régime de François BOZIZE commencera à son tour à faire face à des rébellions armées, dont les activités de l'une d'entre elles a même dû donner lieu à l'intervention de l'armée française en novembre 2006.  La dégradation de la situation sécuritaire du pays , ajoutée à des crispations politiques autoritaristes et à une mauvaise gouvernance économique caractérisée ont amené l'opposition à demander et obtenir un Dialogue Politique Inclusif en décembre 2008.

Le pouvoir foulera aux pieds les résolutions de ces assisses, ce qui nous conduira à une préparation chaotique des élections pluralistes de 2011. Ces élections furent un modèle du genre en matière de fraude électorale, relevée unanimement par tous les observateurs internationaux y compris par les experts de l'Union Européenne, principal bailleur de fonds de ces élections dont elle a conclu qu'elle ne reflète nullement les suffrages des centrafricains. Notre parti le MLPC, aux côtés de partis frères de l'opposition démocratique centrafricaine, avons  refusé de cautionner cette mascarade électorale et avons donc boycotté le second tour. Aujourd'hui réunis au sein d'une plateforme politique dénommée le Front pour l'Annulation et la Reprise des Elections du 23 janvier 2011 (FARE-2011), nous partis politiques de l'opposition démocratique centrafricaine ne reconnaissons pas la légitimé des institutions issues de ce hold-up électoral, à savoir le Président de la République et l' Assemblée Nationale monocolore dont l'opposition est totalement absente. Nous exigeons l'annulation et la reprise de ces élections.

C'est le lieu de remercier le camarade Premier Secrétaire du PS, Harlem DESIR qui, comme député européen, a posé la question écrite au Parlement européen sur la suite qu'elle entend donner à cette situation inacceptable.

La démocratie et les liberté n'étant pas divisibles, nous démocrates et progressistes centrafricains attendons aussi, en totale communion avec notre peuple souverain, non seulement les réponses du Parlement européen mais surtout les preuves de soutien et de solidarité à notre cause provenant des nos amis et camardes socialistes et socio-démocrates d'ici et d'ailleurs. Croyez-moi, le recul de la démocratie dans un seul pays du monde est une menace pour toutes les autres démocraties, car vous le savez comme moi, les dictatures prospèrent à cause du silence des démocrates. C'est pourquoi nous demandons au PS de tenir bon sur les questions de droit de l'homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance, en Afrique comme ailleurs, car les populations africaines vibrent à l'unisson avec ce discours porteur d'espérance. Tenez-bon, ne reculez surtout pas devant les nombreux chantages  de toutes natures et de toutes origines. L'Afrique profonde et qui polie sous la faim, la maladie, les privations de liberté et la mauvaise gouvernance  vous en sera reconnaissante.

 

Camarades  congressistes,

 

 

Le MLPC estime que la République centrafricain est dans une situation de blocage politique, suite à ces élections frauduleuses du 23 janvier 2011. Des centrafricains de bonne volonté et conscients de l'état de notre pays, ainsi que la communauté internationale, œuvrent sans relâche pour le déblocage de cette situation par la tenue sans délai d’un dialogue politique sincère, honnête et direct, dont l'objectif premier est de sauver ce pays. L'adoption récente d'un projet de code électoral consensuel est la preuve que , réunis et de bonne foi, les filles et fils de notre pays sont capables du meilleur. Nous espérons que l'Assemblée nationale d'où l'opposition est, je le répète, absente, ne procèdera pas à des manipulations visant à en dénaturer le contenu, comme elle l'a déjà fait en 2009.  Pour nous la démocratie, c'est d'abord le respect de la parole donnée et de la Constitution de notre pays dans toutes ses dispositions. Après la mascarade électorale du 23 janvier 2011 qui est une violation de la souveraineté populaire, toue manipulation visant à  modifier les termes de notre Constitution , en vue d’un troisième mandat à la tête du pays  et de l'instauration d' une dynastie familiale , sera considérée comme un crime contre le peuple centrafricain. Je termine en lançant de cette tribune un vibrant appel aux forces de progrès, et à la Communauté Internationale de ne pas continuer à ignorer le peuple centrafricain qui souffre, mais plutôt d'intensifier r son œuvre salvatrice au profit de ce peuple.

Sur ce, je souhaite pleins succès au Congrès de TOULOUSE                                                                                                

 

 Martin     ZIGUELE

 

 

 

 delegation-du-MLPC-au-congres-du-PS-de-Toulouse.JPG

 la délégation du MLPC au Congrès du PS de Toulouse

 

 

Harlem-Desir-Laurent-Fabius-au-congres-du-PS.JPG

 

Harlem Désir, Laurent Fabius, Martin Ziguélé à table lors du dîner pendant le Congrès

 

 

Martin-Ziguele-a-cote-de-Laurent-Fabius.JPG 

 H Désir, L. Fabius, M. Ziguélé, Alcache du Niger pendant le dîner

 

 

Marcel-Loudegue-Nguemby-du-PGP-Gabon-et-Cambadelis-du-PS.JPG

 

      Marcel Loudégué, Nguemby du PGP Gabon et J.C Cambadélis

 

 

MZ-et-Mme-Cherif-Nantenin-Konate.JPG
Martin Ziguélé ici avec Mme la ministre d'Etat de Guinée Chérif Nanténin Konaté


 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:15

 

 

 

 

 

Djodjo-Bozize-casque-aux-oreilles.JPG

 

Bangui 26 oct (C.A.P) - On savait qu’en Centrafrique, le général François Bozizé dispose d’une prison spéciale à lui surnommée par les Centrafricains « Guantanamo » située à Bossembélé 157 km de la capitale. Elle est destinée à accueillir les personnes souvent arbitrairement arrêtées pour des motifs plus ou moins fantaisistes ou prétendument « politiques » et dont le sort relève personnellement de Bozizé. Généralement les dossiers de ces personnes souvent soumises aux méthodes de tortures du tristement célèbre capitaine Vianney Semndiro, sont soustraites à l’appareil judiciaire traditionnel, Bozizé n’ayant pas confiance aux magistrats.

C’est ainsi que les collaborateurs et proches parents du bâtonnier Symphorien Balemby et Jean Daniel Dengou d’ADMN qui avaient été arbitrairement arrêtées dans le cadre de l’affaire de l’incendie du supermarché Rayan avaient dans un premier temps été déportées au « Guantanamo » de Bossembélé puis transférées à la prison officielle de la ville pour y être détenues plus d’un an avant d’être ramenées dans les prisons de Bangui.

Selon les témoignages de certaines de ces détenus, à leur arrivée au « Gantanamo » de Bossembélé, ils auraient été interrogés par le tortionnaire et bourreau, le capitaine Vianney Semndiro qui leur aurait carrément avoué que les personnes généralement envoyées dans son centre sont destinées à être torturées voire physiquement éliminées. Il leur aurait même indiqué certaines sépultures de ses victimes dont celle de Charles Massi.  Selon des informations dignes de foi, Mackpayen Le Centrafricain et ses deux autres compagnons arrêtés au début de ce mois et accusés de tentative de coup d’Etat, viennent aussi d’être déportés au « Guantanamo » de Bossembélé.

 Ce qu’on savait moins de la bozizie est que plusieurs personnes, essentiellement des étrangers (notamment un Américain, un Portugais et des Nigérians), ont été spoliés d’une forte somme d’argent en US dollars et jetées en prison par François Joseph Bozizé alias « Djodjo », fils de son père et expulsé du territoire français pour délinquance aggravée notoire mais devenu depuis président de la fédération centrafricaine de basketball. Ces personnes croupissent en geôle à la SRI, au camp de Roux et à Bossembélé, dans le plus grand secret.

Une d’entre elles a réussi à faire parvenir à la rédaction de Centrafrique-Presse un mot griffonné en anglais sur une page de cahier d’écolier pour donner l’alerte sur leur sort et demander secours. Nous nous faisons le devoir de publier ce mot ainsi que sa traduction en français faite par nos soins pour nos lecteurs. Que représentent Djodjo Bozizé ? C’est un scandale !  

 

 

lettre-victime-Djodjo.JPGlettre-victime-Djodjo.-2-JPG.JPG

 

 

 

A l’attention des journalistes

 

1°) - Nous avons été arrêtés le 2 août 2011 par Djodjo, le fils de Bozizé.


2°) - Nous étions 16. Un Américain, un Portugais et des Nigérians. Il nous a volé près de 70.000 US $.


3°) - 13 d’entre nous étaient au Camp de Roux et les 3 autres à Bossembéle. Nous sommes restés 15 mois dans la prison du Camp de Roux sans avoir été jugés.


4°) - Nous sommes détenus ici depuis 15 mois sans que nous puissions sortir ni voir la lumière.


5°) – La nourriture est infâme, les médicaments de mauvaise qualité… Presque tout le monde est malade.


6°) - S’il vous plaît, aidez-nous ! Demandez au gouvernement de  la R.C.A. d’examiner notre situation et de nous faire sortir de cette prison.


7°) - Le journaliste devrait demander au gouvernement de la R.C.A. Nous nous demandons pensons s’il n’ y a-t-il pas de lois et de respect des droits de l’homme en R.C.A. ?


8°) - N’y a-t-il pas d’ambassades nigériane et américaine et de diplomate portugais ? Que font-ils ? Le gouvernement de la R.C.A n’a-t-il pas d’égards pour les autres pays ?

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:07

 

 

 

 

 

RÉSEAU DES JOURNALISTES POUR LES DROITS DE L’HOMME EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RJDH-RCA)

 

BANGUI : UN INCINÉRATEUR POUR LE COMPLEXE PÉDIATRIQUE

 

Bangui, 26 octobre 2012 (RJDH) – Le complexe pédiatrique de Bangui a reçu ce vendredi un incinérateur, un nouvel appareil qui lui permettra désormais de détruire des déchets ménagers et médicaux. Il s’agit d’un projet de l’Institut Pasteur en partenariat avec la pédiatrie et financé par la Fondation Total.

« Auparavant les ordures étaient disparates, entassées et brulées à l’air libre ; L’environnement était toujours malsain. Maintenant que l’incinérateur est installé, les déchets seront brulés à plus de huit cent degrés. Tout sera réduit en cendre et n’aura pas d’effet sur la population », a expliqué Jean-Pierre Choma, directeur de stage et technologie à la Fondation Total.

D’après quelques personnes interrogées, cet outil de travail permet le bien-être de la population en général et celui des enfants admis au complexe pédiatrique en particulier.

« Nous souhaitons que le personnel technique fasse bon usage de ce nouvel appareil pour sa durabilité. Nous avons souffert en aspirant des odeurs nauséabondes au complexe pédiatrique, les alentours étaient salles à cause des ordures de tous genres», a indiqué Lydie Ngatoloum, une femme au chevet d’un malade à la pédiatrie.

« Cet incinérateur vient résoudre une partie des problèmes que traverse le complexe sur le plan matériel. Il se félicite de l’apport financier de la Fondation Total et l’effort conçu par l’Institut Pasteur de Bangui qui a contribué à la mise en œuvre de cet outil », a déclaré Jean-Chrysostome Gody, directeur du complexe pédiatrique.

Cet appareil a été financé par la fondation Total, installé par l’institut Pasteur de Bangui, au bénéfice de la pédiatrie.

 

BANGUI : BIENTÔT DES NÉGOCIATIONS EN VUE DE L’OUVERTURE DE LA FRONTIÈRE SUD-SOUDAN – RCA

 RCA-sud-Est.JPG

Bangui, 26 octobre 2012 (RJDH)  D’ici mercredi 31 octobre, les autorités centrafricaines de la région du Haut-Mbomou (sud-est) vont entamer des discussions avec celles de la région sud-soudanaise frontalière avec la RCA, en vue de l’ouverture de la frontière entre les deux pays, fermée le 17 octobre, a annoncé ce vendredi le préfet du Haut-Mbomou,  Albert Boris Mbagalé.

« Ce problème ne doit pas voir l’implication des autorités de Juba et de Bangui, car il s’agit simplement des braconniers qui ont été arrêtés, mais qui sont déjà libérés. Les armes saisies sont ramenées à Bangui », a-t-il expliqué.

Pendant ce temps à Obo, l’on ressent déjà l’impact de cette fermeture de frontière. La population demande aux autorités locales de vite trouver une solution à ce problème et que la frontière soit à nouveau ouverte. Car la ville se ravitaille en produits de première nécessité grâce au Sud-Soudan.

Le 10 octobre, six ressortissants sud-soudanais ont été arrêtés avec des armes de guerre et de la drogue, par  les éléments des Forces armées centrafricaines.

Après plusieurs négociations entamées  par les autorités sud-soudanaises de la région de Western Oriental afin d’obtenir la libération des personnes arrêtées, elles ont alors ordonné la fermeture de la frontière avec la Centrafrique, le 17 octobre.

Les autorités locales de la ville d’Obo ont à leur tour interdit à la population de ne pas se rendre dans le pays voisin.

 

BAMBARI : LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH REFUSENT DE PRENDRE LES ARV

 Sida-mains-ruban.jpg

Bambari, 26 octobre 2012 (RJDH) - Certaines personnes vivant avec le VIH/sida dans la ville de Bambari ont refusé de prendre les médicaments antirétroviraux (ARV). Celles-ci affirment ne pas avoir de l’argent pour se nourrir afin de supporter les effets de ces produits. Cette observation a été faite par Alfred Matékpou, délégué du comité de la Croix-Rouge locale de Bambari (centre).

« J’ai décidé de ne pas prendre les ARV parce que cela  donne également la faim, or je n’ai pas de moyens pour me nourrir », a déclaré un malade qui a requis l’anonymat.

En plus du  refus de prendre les ARV, « certains malades font des rapports sexuels non protégés avec différents partenaires, ce qui risque d’augmenter le taux de contamination dans la ville », a souligné Alfred Matékpou.

Ce même constat a été fait par un des distributeurs des ARV de Bambari, Gildas Mégna. Selon lui, plusieurs malades qui sont pris en charge par le centre de santé de la localité sont perdus de vue. « Certains patients  évoquent  comme raison la rupture de la prise en charge alimentaire », a-t-il souligné.

Le comité de la Croix-Rouge locale a prévu une descente dans les différents quartiers de la ville pour sensibiliser les malades. « Nous allons former des équipes qui doivent aller au domicile de chaque malade pour les motiver à se rendre à l’hôpital pour reprendre le traitement», a-t-il conclu.

 BAMBARI : DIFFICILE ACCÈS À L’EAU POTABLE

 eau-sodeca.jpg

Bambari, 26 octobre 2012 (RJDH) - La population de la ville de Bambari a des difficultés pour s’approvisionner en eau potable, depuis plus d’une semaine. Cette situation est liée à une panne technique sur le générateur de  la Société de distribution d’eau en Centrafrique(Sodeca).

Cette situation oblige des femmes et des enfants à parcourir entre quatre et cinq kilomètres pour chercher de l’eau. D’autres sont obligés de consommer l’eau de puits, parfois souillées.

« Nous parcourons des kilomètres à la recherche de l’eau. Parfois, nous sommes obligées d’aller dans la brousse pour chercher de l’eau qui n’est pas propre », a témoigné une mère de famille.

Emmanuel Yara, chef de centre de la Sodeca de Bambari, a déploré cette situation et a annoncé que le générateur a été déjà envoyé à Bangui pour la réparation.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:03

 

 

 

 

 

 

Faible production du café,  pénurie de carburant à Mobaye

cafe_.jpg

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 26 Octobre 2012 14:01

La ville de Mobaye (Centre-est) connait cette année de sérieux problèmes économiques. L’absence des pluies dans la région agit prodigieusement sur la production du café tandis la dégradation des routes rend difficile les ravitaillements d’hydrocarbures dans ladite ville. Ces perturbations naturelles infrastructurelles et laissent libre court à certains producteurs et commerçants du coin de boursicoter sur le prix d’un kilo du café et du litre des carburants.

1 kilo de café varie actuellement entre 850 FCFA (environs 1,29 euro) et 1.000 FCFA (environs1, 52 euros). Cependant, un litre d’essence à la pompe se vend à 1.200 FCFA (environs 1,82 euros) contre 800 FCFA (environs 1,21 euros) il y a plus d’un mois, rapporte notre correspondant à Mobaye.

Les producteurs de café de la ville déplorent cette situation et prennent pour responsable les conditions climatiques défavorables depuis 2011 jusqu’en 2012. D’autres évoquent le manque d’entretien des plantations du café. Les mauvaises herbes endiguent la production normale du caféier.

Un caféiculteur interrogé par le correspondant de Radio Ndeke Luka, indique que « la caféiculture de rente ne donne de très bons rendements qu’avec une pluviosité régulière. L’abondance des pluies permet aux caféiers de produire assez de fleurs. Ces fleurs sont des signes d’une bonne récolte ».

Par ailleurs, Mobaye vit en plus de la faible production du café une pénurie persistante de carburant. Une crise qui dure de plus d’un mois. La dégradation des routes empêche les camions citernes d’acheminer du carburant de la capitale vers cette ville. Le cours d’eau Massé est actuellement inaccessible.

Selon le chef de piste de la station de Mobaye, « cette pénurie est indépendante de leur volonté. C’est l’état de routes qui complique les ravitaillements ».

Pour s’approvisionner en carburant, les usagers sont obligés de se rendre dans les villes voisines notamment, Kongbo et Alindao.

 

La Nana Mambéré touchée par la méningite

Radio Ndéké Luka Jeudi, 25 Octobre 2012 13:46

La méningite à caractère non épidémique agit depuis quelques mois en tueur silencieux dans la Préfecture de la Nana Mambéré (ouest). 2 cas de décès enregistrés cette année et 8 autres cas ont été dépistés dans les hôpitaux des villes de Bouar, Baoro, Baboua et Maïgaro. Par contre, les autorités sanitaires de cette préfecture ont mis un dispositif consistant à lutter contre la propagation de cette maladie.

La méningite se propage lentement dans la Nana Mambéré avec l’approche de la saison sèche, rapporte notre correspondant à Bouar.

Cette région est depuis plus de 8 mois en proie à la méningite virale. Son emplacement géographique par rapport aux préfectures voisines, où la méningite sévit le plus, serait la principale cause de sa vulnérabilité, a constaté Daniel Soi, responsable de la surveillance épidémiologique de la Nana Mambéré.

Selon l’épidémiologiste Daniel Soi, « cela constitue un véritable risque pour la population de cette localité vu à l’approche de la saison sèche ». Il juge impératif que tous les cas détectés puissent être conduisent à l’hôpital pour des soins.

Il explique encore que la méningite « se manifeste chez les adultes par la fièvre, la perte de confiance et la raideur de la nuque. Chez les enfants par contre, elle est caractérisée par la fièvre et l’effondrement de la fontanelle ».

En cas de mauvais traitement, cette maladie laisse, pour la plupart des cas, des séquelles chez les personnes atteintes. La surdité congénitale en est l’une des causes, d’après Daniel Soi.

Pour contrer l’avancée de la méningite dans la Nana Mambéré, l’Hôpital Préfectoral de Bouar a déjà mis des dispositions adéquates pour lutter contre ce fléau. Des antis biotiques et certains stimulants Nana Mambéré, conclut notre correspondant.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 15:47

 

 

 

 

 

mziguelefr.jpg

Radio Ndéké Luka Vendredi, 26 Octobre 2012 13:47

Le président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) Martin Ziguélé, a démenti, ce 26 octobre, les informations selon lesquelles, il aurait été arrêté jeudi 25 octobre à l’Aéroport Roissy Charles De Gaulle de Paris (France). Une rumeur persistante circule en effet à Bangui selon laquelle, l’ancien Premier Ministre centrafricain et un des chefs de file de l’opposition démocratique a été arrêté par la douane française, pour avoir transporté, dans ses bagages, plus de 400 kilogrammes de viandes boucanées.

Joint par Radio Ndeke Luka, il a qualifié ces rumeurs de « mensonge grossier » et a évoqué une manipulation calomnieuse contre sa personne.

Martin Ziguélé a débarqué à Paris par le vol hebdomadaire régulier d’Air France en provenance de Bangui. Il met la rumeur de son arrestation au compte des mensonges intentionnels destinés à nuire à sa personne. Il précise : Chaque passager du vol Air France ne dispose que de deux bagages de 23 kilos chacun et non 400 kilogrammes. Pour des raisons sanitaires, les autorités sanitaires ont décidé de ne pas faire entrer sur leur territoire des aliments embarqués en Afrique. Pour cette précaution, tous les passagers qui étaient arrivés en France en provenance de Bangui ont été conduis aux contrôles des douaniers. Tout ce qui est aliment a été saisi par la Douane Française. Comme ma famille vit en France, j’ai apporté quelques viandes d’antilopes, de la viande de bœuf et des légumes centrafricains pour mes enfants. Ces aliments ont été saisis comme cela a été le cas pour chacun des passagers ».

Au sujet des « médisances » qui circulent à Bangui relatives à son arrestation avec 400 kilogrammes de viandes boucanées en France, Martin Ziguélé, les taxent de « manipulation orchestrée par des personnes malintentionnées qui veulent ternir son image d’homme politique centrafricain ».

Le président du MLPC explique encore : « J’ai appelé l’Agence France Presse (AFP) à Libreville, ils m’ont dit que la dépêche ne vient pas d’eux et qu’ils sont en train de mener une enquête pour identifier la personne contre qui je vais lancer des poursuites judiciaires. Car je pense qu’il a été manipulé pour me calomnier ».

Martin Ziguélé séjourne actuellement en France pour participer à Toulouse au Congrès du Parti Socialiste dont il est l’invité. Il doit d’ailleurs prendre la parole au cours des travaux.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 14:21

 

 

 

 

Martin-Ziguele-10.JPG

 

Douanes-trafic-alimentation-Centrafrique

L'ex-Premier ministre centrafricain dément avoir transporté du singe en allant en France

LIBREVILLE, 26 oct 2012 (AFP) - L'ex-Premier ministre centrafricain Martin Ziguélé a démenti vendredi "formellement" avoir transporté du singe dans ses bagages comme l'en accusent les douanes françaises qui ont saisi jeudi toute sa cargaison de viande séchée lors d'un contrôle à l'aéroport parisien de Roissy.

"Je n'ai jamais transporté de singe. J'avais trois valises dont une avec de la viande de boeuf séchée, du poisson de rivière et quatre morceaux d'antilope. Les douaniers m'ont dit qu'il n'y avait pas de problème pour le poisson et le boeuf mais que pour l'antilope il s'agissait de gibier et que c'était donc interdit", a affirmé à l'AFP l'ancien Premier ministre centrafricain (2001-2003) et figure de l'opposition.

"Je n'ai payé aucune amende et je n'ai effectué aucune transaction. La viande a été confisquée et sur le récépissé, il n'y aucune mention de +singe+", a précisé M. Ziguélé, candidat malheureux contre François Bozizé à l'élection présidentielle en 2005 et 2011, depuis Toulouse où il assiste au congrès du Parti socialiste français.

La plupart des passagers du vol Air France de jeudi en provenance de Bangui ont été contrôlés, selon M. Ziguélé. Quelque 600 kg de viande de brousse ont été saisis jeudi lors d'un contrôle de l'avion de Bangui, selon une source judiciaire.

Cette source a assuré que M. Ziguélé a été contrôlé avec "11,8 kilos de viande de brousse, principalement du singe" et "qu'il a fait l'objet d'une transaction douanière" c'est-à-dire qu'il a dû s'acquitter d'une amende.

Les douanes de Roissy n'avaient pas souhaité confirmer l'information.

Le contrôle a été réalisé dans le cadre d'une vaste opération menée depuis lundi à l'aéroport Roissy. Elle vise particulièrement le commerce et le transport illégal d'espèces protégées par la convention de Washington (CITES).

Leur importation comporte des risques sanitaires puisque ces denrées sont susceptibles d'introduire sur le territoire des maladies mais aussi des insectes. Le singe notamment peut être un réservoir de maladies graves transmissibles à l'homme.

Beaucoup d'Africains se rendant en France transportent de la viande de brousse ou du poisson pour leur consommation personnelle ou pour leur famille.

 

NDLR : Voilà qui coupe court à toutes les spéculations haineuses et malveillantes ainsi qu’au torrent d’insultes et à l’opération de lynchage à laquelle se sont promptement livrés les griots du pouvoir de Bangui qui n’attendaient que cela, dans leur chronique d’injures et de diabolisation habituelle des leaders de l’opposition centrafricaine à travers l’émission quotidien de dénigrement sur Radio Centrafrique « yé so e lingbi ti hinga » de ce jour.  

Si Martin Ziguélé avait transporté des diamants dans ses poches comme ce président d’une république bananière arrêté par les policiers allemands à Düsseldorf un jour du mois de juin 2004 avec Sylvain Ndoutingaï et Charles Wénézoui à ses côtés, et qui après avoir été assigné sous bonne surveillance policière, remis dare-dare le lendemain dans un avion, à quel concert d’indignation aurait-on assisté ?

Pour ceux qui s’étaient déjà gaussés de la saisie à Roissy de viande de « singe particulièrement protégé », ils seraient plus logiques avec eux-mêmes s’ils se préoccupaient réellement du nombre de singes régulièrement abattus au quotidien dans les forêts et la brousse de Centrafrique et qui finissent bel et bien au fond des marmites des ménagères de ce pays. Les opérations coup de poing de la douane française à l’aéroport de Roissy CDG sont un coup d’épée dans l’eau. Cela n’empêchera nullement les Africains et Centrafricains notamment, par ailleurs suffisamment affamés par la bozizie et dont l’environnement regorge de singes, de continuer à consommer.  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 14:20

 

 

 

 

 

region tchad cameroun rca massi 0

 

2012-10-25 22:49:26 (xinhua) - Le Soudan du Sud a fermé ses frontières terrestres avec la République centrafricaine depuis le 17 octobre, à cause d'une opération des forces armées centrafricaines (FACA) dans la zone sur des sujets sud-soudais, a affirmé jeudi à Bangui Albert Boris, préfet du Haut-Mbomou, région limitrophe du Soudan du Sud.

D'après les informations, des militaires centrafricains ont intercepté des ressortissants sud-soudanais qui possédaient des armes de guerre et de la drogue, le 10 octobre à Bambouti, ville frontalière avec le Soudan du Sud.

"Mais cette opération n'a pas rencontré l'agrément des soldats sud-soudanais qui envisageraient d'attaquer les militaires centrafricains pour libérer leurs compatriotes. Cette situation a créé une sorte de tension, d'où la fermeture des frontières", a expliqué le secrétaire général de la sous-préfecture d'Obo (chef- lieu de la préfecture du Haut-Mbomou), Aimé Déwo joint par téléphone.

Il a ajouté que pour protéger la population centrafricaine de la région, "il est également fait interdiction aux habitants du Haut-Mbomou de se rendre au Soudan du Sud pour des raisons de sécurité", a-t-il fait observer.

Le gouvernement sud-soudanais aurait également demandé aux forces ougandaises qui traquent la rébellion de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, de ne pas transporter, dans leurs véhicules de patrouille, des ressortissants centrafricains qui souhaiteraient se rendre dans ce pays voisin.

C'est la première fois depuis sa récente indépendance que le Soudan du Sud ferme ses frontières terrestres avec la République centrafricaine.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 14:17

 

 

 

 

PM-chinois-Wen-Jiabao.jpg

 

 

La bonne fortune de la famille de Wen Jiabao

Par Le Figaro Arnaud de La Grange Correspondant à Pékin

26/10/2012

À dix jours du Congrès du PCC, les révélations du New York Times sur la fortune amassée par le premier ministre et sa famille provoquent la fureur du pouvoir.

C'est une nouvelle bombe qui explose aux pieds des dirigeants chinois, à dix jours d'un Congrès crucial qui va désigner les nouveaux leaders pour la décennie à venir. Une lourde enquête du New York Times montre que la famille du premier ministre en exercice, Wen Jiabao, a pu accumuler une fortune considérable. Ses proches contrôleraient des actifs pour un montant colossal d'au moins 2,7 milliards de dollars, selon le quotidien américain, qui a épluché pendant des mois registres d'entreprises et autres documents juridiques. Cette fortune s'est constituée depuis que le chef du gouvernement est arrivé au pouvoir il y a dix ans.

Même si la censure a immédiatement frappé, bloquant les sites Internet du journal américain - en chinois comme en anglais - et interdisant les recherches sur le sujet sur le Web, l'information va se répandre sur les réseaux sociaux chinois. Et conforter fâcheusement les citoyens dans le sentiment que leurs élites «communistes» sont incroyablement nanties voire corrompues. À Pékin, le pouvoir est furieux. Interrogé sur le sujet, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a répondu que ces informations «diffament» la Chine et «obéissent à des arrière-pensées».

Des opérations juteuses

Wen Jiabaoa toujours été décrit comme d'extraction modeste. Mais la mère du premier ministre, qui fut une humble institutrice du nord de la Chine, aurait pu faire en 2007 un investissement de 120 millions de dollars dans Ping An, un géant des assurances et des services financiers. La même année, les parts détenues par les proches et amis de Wen représentaient jusqu'à 2,2 milliards de dollars.

Dans la famille de Wen Jiabao, on pioche aussi la femme et les enfants. Son épouse Zhang Beili, surnommée la «reine des diamants» dans l'article aurait accumulé une fortune dans les mines et les pierres précieuses, secteur étroitement contrôlé par l'État. Le fils du couple, Wen Yunsong a, lui, fait un joli coup en revendant sa société de technologie à un tycoon hongkongais. Puis en créant une société de capital-investissement devenue l'une des plus grosses de Chine, et dans laquelle le gouvernement de Singapour est associé. Le frère cadet de Wen aurait pour sa part obtenu plus de 300 millions de dollars de subventions et de marchés publics pour son entreprise de traitement des déchets, et il contrôlerait plus de 200 millions d'actifs dans diverses sociétés. La famille aurait aussi investi dans des projets immobiliers à Pékin et dans une entreprise ayant participé à la construction du stade du «Nid d'oiseau» pour les Jeux olympiques de 2008.

Le «grand-père Wen»

Surtout, le New York Times décortique les méthodes employées pour faire des affaires sans apparaître. Très souvent, les noms des proches de Wen Jiabao «se dissimulent derrière des paravents et des instruments d'investissements impliquant des amis, des partenaires, des associés». En juin dernier, l'agence de presse Bloomberg avait déjà publié une enquête détonante sur la fortune de la famille de Xi Jinping, le futur numéro un chinois. On y lisait que les investissements de sa famille étendue s'élèvent à près de 300 millions d'euros. L'article précisait que ces actifs ne sont reliés directement ni à Xi Jinping, ni à son épouse, ni à sa fille, et que rien ne laisse entrevoir d'opérations illégales. Mais il montrait déjà que, dans ces milieux, il y a de l'argent… Fous de rage, les dirigeants chinois ont alors bloqué et bloquent toujours le site de Bloomberg.

Ces nouvelles révélations sur le train de vie de l'aristocratie rouge sont une mine de plus pour le parti, en panne de légitimité et en décalage croissant avec la population. Mais cette fois-ci, un certain nombre de Chinois s'interrogent. Il était de notoriété publique que la famille de Wen Jiabao était très riche. Mais en même temps, celui que l'on appelle «grand père Wen» a toujours été le dirigeant le plus populaire, affichant la face paternaliste et bienveillante du régime. Il est aussi celui qui a tenu les propos les plus avancés sur les réformes politiques et la liberté d'expression. De là à penser que ses ennemis, notamment des caciques plus conservateurs, aient favorisé l'arrivée des informations sur sa fortune en de bonnes mains…

 

La fortune cachée de Wen Jiabao dérange Pékin

Libération 26 octobre 2012 à 08:39

 

Les autorités chinoises censurent dans le pays une enquête journalistique qui révèle que le Premier ministre possède une fortune de plus de 2 milliards de dollars.

La Chine a censuré vendredi une enquête du New York Times selon laquelle la famille du Premier ministre Wen Jiabao, qui aime à rappeler ses origines modestes, possède aujourd’hui une fortune colossale d’au moins 2,7 milliards de dollars.

Les autorités bloquaient sur le principal service de microblogs du pays, Sina Weibo, toute recherche comportant les mots clés «Wen Jiabao» ou encore «New York Times». Le site du quotidien américain était également inaccessible, vu les révélations susceptibles d’embarrasser le Parti communiste chinois.

La mère de Wen Jiabao était une simple institutrice du nord de la Chine, son père a élevé des porcs durant les campagnes maoïstes de travail forcé à la campagne, rappelle le journal dans cette enquête publiée jeudi.

Aujourd’hui âgée de 90 ans, Yang Zhiyun, la mère du Premier ministre, «n’est pas seulement sortie de la pauvreté, elle est de façon incontestable devenue riche», écrit le New York Times, qui cite notamment un investissement il y a cinq ans au nom de Mme Yang dans une société chinoise de services financiers, pour un montant de 120 millions de dollars.

«Dans de nombreux cas, les noms des proches (de Wen Jiabao) se dissimulent derrière plusieurs paravents et des vecteurs d’investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés», explique le journal.

La famille du chef du gouvernement possède des intérêts diversifiés dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d’infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore, ajoute-t-il.

«Reine des diamants»

Dans beaucoup de ces investissements, certaines des puissantes sociétés d’Etat chinoises jouent un rôle prépondérant. Leurs décisions dépendent souvent des agences gouvernementales supervisées par M. Wen Jiabao. Son frère cadet, qui possède une entreprise de traitement des déchets, a bénéficié de plus de 30 millions de dollars de contrats attribués par l’Etat, selon le quotidien américain.

La femme de Wen Jiabao, Zhang Beili, surnommée «la reine des diamants» par le New York Times, a elle fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur strictement régulé par l’Etat. L’ascension de Mme Zhang a connu une accélération après que son mari a atteint les marches les plus élevées du pouvoir.

Quant au fils unique du couple, Wen Yunsong, il a connu une réussite fulgurante en revendant son entreprise de technologie à la famille d’un magnat de Hong Kong, puis en fondant une société de capital-investissement devenue l’une des plus importantes de Chine. Parmi ses associés figure le gouvernement de Singapour.

En juin dernier, l’agence financière Bloomberg avait publié une enquête, immédiatement censurée en Chine, sur les biens de la famille du vice-président Xi Jinping, le futur président chinois qui doit le mois prochain prendre les rênes du Parti communiste. Selon ces révélations, les proches de M. Xi possèdent une fortune cumulée de plusieurs centaines de millions de dollars. La vaste majorité de la population chinoise est convaincue que la nomenklatura communiste du régime bénéficie d’une vie dorée et de nombreux privilèges, dans un climat d’impunité.

(AFP)

 

Wen Jiabao, le communiste le plus riche du monde ?

26-10-2012 à 10h58 -  Challenges.fr

La famille du Premier ministre chinois Wen Jiabao serait à la tête d'une fortune de 2,7 milliards de dollars, selon une enquête du New York Times.

 

L’information a de quoi ébranler l’Empire du Milieu. La famille proche du Premier ministre chinois Wen Jiabao ne serait pas si "modeste" que cela. Selon une enquête du New York Times publiée jeudi 25 octobre, la famille serait en fait à la tête d’une fortune colossale d'au moins 2,7 milliards de dollars (2 milliards d'euros), amassée à la suite d’arrangements conclus les hautes sphères du Parti communiste.

Avec cette fortune, Wen Jiabao ne détrône pas Carlos Slim, l’homme le plus riche du monde en 2012, à la tête d’un patrimoine de 69 milliards de dollars, selon le classement Forbes. Mais tout de même. Avec 2,7 milliards, la famille du leader communiste serait propulsée dans le top 20 du classement Forbes des grandes fortunes chinoises.

Petit-fils d'éleveurs de porcs

Or, pour l’image, la famille de Wen Jiabao aime à rappeler que Yang Zhiyun, la mère du dirigeant, n'était qu'une simple institutrice du nord de la Chine, fille d’un éleveur de porcs durant les campagnes maoïstes de travail forcé à la campagne.

Aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du Premier ministre, "n'est pas seulement sortie de la pauvreté, elle est de façon incontestable devenue riche", écrit le New York Times, qui cite notamment un investissement il y a cinq ans au nom de Mme Yang dans une société chinoise de services financiers, pour un montant de 120 millions de dollars.

Le réseau Jiabao

"Dans de nombreux cas, les noms des proches (de Wen Jiabao) se dissimulent derrière plusieurs paravents et des vecteurs d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés", explique le journal.

La famille du chef du gouvernement possède ainsi des intérêts diversifiés dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d'infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore, ajoute-t-il.

Dans beaucoup de ces investissements, certaines des puissantes sociétés d'Etat chinoises jouent un rôle prépondérant. Leurs décisions dépendent souvent des agences gouvernementales supervisées par Wen Jiabao.

"La reine des diamants"

Son frère cadet, qui possède une entreprise de traitement des déchets, a bénéficié de plus de 30 millions de dollars de contrats attribués par l'Etat, selon le quotidien américain.

La femme de Wen Jiabao, Zhang Beili, surnommée "la reine des diamants" par le New York Times, a elle fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur strictement régulé par l'Etat. L'ascension de Mme Zhang a connu une accélération après que son mari a atteint les marches les plus élevées du pouvoir.

Quant au fils unique du couple, Wen Yunsong, il a connu une réussite fulgurante en revendant son entreprise de technologie à la famille d'un magnat de Hong Kong, puis en fondant une société de capital-investissement devenue l'une des plus importantes de Chine. Parmi ses associés figure le gouvernement de Singapour.

Censure immédiate de la Chine

En guise de riposte, la Chine a immédiatement censuré ce vendredi l’ enquête du journal américain. Les autorités bloquaient sur le principal service de microblogs du pays, Sina Weibo, toute recherche comportant les mots clés "Wen Jiabao" ou encore "New York Times". Le site du quotidien américain était également inaccessible.

Le ministère des Affaires étrangères chinois a également dénoncé l'article du quotidien américain, le qualifiant de "diffamation" contre le Chine.

(Avec AFP)

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans ASIE
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 02:10

 

 

 

 

 

Luanda-port.jpg

Port de Luanda

PARIS (AFP) - 25.10.2012 13:31 - Par Olivier THIBAULT

Quelque 82 millions de médicaments "illicites" saisis en trois jours, en juillet, dans des ports africains: une opération douanière internationale dévoilée jeudi à Paris donne la mesure des trafics de faux remèdes qui gangrènent le continent.

Quelque 82 millions de médicaments "illicites" saisis en trois jours, en juillet, dans des ports africains: une opération douanière internationale dévoilée jeudi à Paris donne la mesure des trafics de faux remèdes qui gangrènent le continent.

Il s'agit de "la plus grosse opération jamais réalisée" avec la saisie de produits de santé de contrebande ou contrefaits d'une valeur de 40 millions de dollars US, a déclaré Christophe Zimmermann, coordinateur de la lutte anti-contrefaçon à l'Organisation mondiale des douanes (OMD).

Rapportée sur toute l'année, la quantité saisie représenterait dix milliards de doses et une valeur de 5 milliards USD, a souligné ce responsable lors d'une conférence de presse organisée à Paris pour présenter cette opération "Vice grips 2".

Sur 110 conteneurs saisis par les douanes, 84 contenaient des produits contrefaits ou de contrebande, en provenance généralement d'Asie du sud-est, surtout de Chine, mais aussi de Dubaï. L'Angola, le Togo, le Cameroun et le Ghana étaient les pays où ont été opérés les plus grosses prises.

Parmi les produits saisis se trouvaient de faux antipaludéens, des antibiotiques ou des antiparasitaires sans principe actif ou encore de fausses pilules du lendemain.

Dans un cas, en Angola, 33 millions de doses de médicaments de grandes marques parfaitement imités, mais sans principe actif, ont été découverts avec des DVD pornographiques, dissimulés à l'intérieur d'un lot de haut-parleurs d'importation.

Les faussaires produisent désormais à rythme industriel et vont jusqu'à imiter parfaitement les hologrammes anti-contrefaçon sur les boîtes qui sont censés dissuader les imitateurs et protéger les consommateurs.

Dans un autre cas, au Togo, un "sirop expectorant" supposé être conservé entre -2 et +4 degrés se trouvait dans des conteneurs en plein soleil par plus de 50 degrés.

"Aujourd'hui l'Afrique est devenu un dépotoir et cela affecte directement la sécurité et la santé des consommateurs", déplore M. Zimmermann.

"On a affaire à des organisations de fraude internationale structurées qui profitent de la globalisation, utilisant plusieurs continents, pays et moyens de transport" pour cacher la provenance véritable des produits, souligne-t-il.

La contrefaçon des médicaments a "quitté l'échelle artisanale" et se fait désormais à l'échelle industrielle dans "des usines capables de produire plus que les usines qui produisent les vrais" remèdes, affirme-t-il.

Le professeur Marc Gentilini, responsable du programme de santé de la Fondation Chirac, souligne que ces "nouveaux mafieux" s'adonnent "au trafic le plus rentable qui soit et aussi le moins dangereux".

Les peines encourues semblent souvent minimes face aux dangers que les faux remèdes, sans principe actif, font courir aux patients.

Le trafic de faux médicaments se nourrit de la pauvreté en Afrique: un grand nombre de ces médicaments sont vendus à faible prix dans la rue.

Mais il se nourrit aussi de la désorganisation des systèmes sanitaires et de la corruption: dans certains cas, les faux médicaments se retrouvent dans des réseaux officiels des pharmacies.

Le directeur de l'Institut de recherche anti contrefaçon de médicaments (IRACM) Jacques Franquet se souvient de deux opérations de contrôle menées par le laboratoire français Sanofi dans les pharmacies d'une capitale africaine, où dans un cas 40% des boîtes du médicament ciblé étaient fausses et dans l'autre 80%.

La lutte contre la contrefaçon ne sera efficace qu'avec la "volonté politique de s'adresser véritablement au problème", a souligné le secrétaire général de l'OMD, le Japonais Kunio Mikuriya, ajoutant que deux nouvelles opérations anti-contrefaçon seront organisées en Afrique, en novembre et mars, pour que la mobilisation ne retombe pas.

© 2012 AFP

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 01:03

 

 

 

doingBusiness.jpg

 

Cela n’étonnera personne mais la RCA vient encore de reculer dans le classement des pays du monde Doing Business 2013 de la Banque Mondiale pour ce qui est du climat des affaires. Alors qu'elle était classée 183ème sur 185 pays dans le précédent rapport de Doing Business de en 2011, elle occupe maintenant le dernier rang c’est-à-dire qu’elle se trouve au tout dernier rang, 185èmeplace sur 185 pays. Elle a donc reculé de deux places par rapport au rang qu'elle occupait en 2011. Ce classement ne prend pourtant pas compte les critères qui concernent les entreprises et les investisseurs ou qui affectent la compétitivité d'une économie. Si ces facteurs avaient été pris en considération, quelle serait la place de la RCA mais de toute façon elle est déjà dernière.  

Il ne peut en être autrement compte tenu de la terreur et du gangstérisme d’état de la douane parallèle privée qu’exerce la SODIF du mercenaire Armand Ianarelli qui aime mettre en avant son amitié avec le général Bozizé, à l’égard du peu d’entreprises sur lesquelles repose actuellement l’état centrafricain quant aux recettes fiscalo-douanières qui constituent l’essentiel de l’économie centrafricaine.  

 Ainsi va la Centrafrique de Bozizé. Ce pays, jadis, craint et respecté sous Bokassa, ce pays pépère et paisible sous Kolingba, ce pays digne et fier sous Patassé n'est plus que l'ombre de lui-même. Il est désespérément et continuellement sous perfusion financière, sécuritaire et alimentaire. Ce n'est pas un bon signal pour un pays qui ne produit rien et n’exporte rien du tout comme l’avait dit l’ex-demi-dieu Ndoutingaï. Les rares petites et moyennes entreprises (PME) sont gérées par des ressortissants étrangers (libanais, camerounais ou tchadiens).

A quoi a servi l'aide massive et multiforme (assistance technique et financière) de la Banque Mondiale, de la Société financière internationale (SFI) et d'autres partenaires au développement depuis 2008 ?

La rédaction CAP 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie