Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:40

 

 

 

Francis-Lingbima.jpg


 

Bonjour à tous et à toutes,

 

Je viens par la présente informer tous les internautes d’Afrique News que toute manipulation et tous dénigrements à mon égard est nul et non avenue.


Je suis le représentant officiel du MDRC en France pour le moment et président fondateur d’Afrique News. Je n’ai donc pas besoin de mise d’une point ou des vérifications de mes déplacements et sur ma personne.

 

CORDIALEMENT.

 

Francis LINGBIMA

AFRIQUE NEWS

06-58-43-68-&_

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 04:01

 

 

 

FACA-drapeau-copie-1.jpg

 

 

LETTRE OUVERTE
    Aux compatriotes centrafricains,
    A l’opinion internationale,
A la République Française, étant parrain,
Au Président de la République
 
Nous, Collectif des Retraités par anticipation des Forces Armées Centrafricaines soutenu par les militaires radiés, voulons saluer le départ précipité du baroudeur BOZIZE YANGOUVONDA François, arrivé au pouvoir par les armes et parti par les armes.

Le constat est amer…La république centrafricaine a, une fois de plus, été ralentie sinon freinée dans son développement par un putschiste totalitaire, tribaliste, vicieux, intéressé. BOZIZE n’a pas libéré le peuple centrafricain comme il le prétendait ; il s’est plutôt libéré. N’oublions pas qu’il est ancien forçat…

BOZIZE YANGOUVONDA François à la tête du pays a passé le plus clair de son temps à détourner denier public sur denier public, enrichir illicitement sa famille, régner en dictateur, fouler au pied les textes y compris la constitution qu’il a fait rédiger à sa mesure…

Un dirigeant si peu scrupuleux ne pouvait que s’attendre à une telle chute qu’il a lui-même causée depuis sa prise de pouvoir car comment comprendre le fait que l’armée d’une nation réduite à seulement  deux mille hommes BOZIZE va précipiter huit cents hommes à une retraite anticipée ? Comment comprendre qu’un partenaire multilatéral (L’Union Européenne) débourse avec largesse de l’argent pour régler ces retraités prématurés et  BOZIZE donne aux concernés une infime partie gardant par de vers lui la part du lion, dont la mesure d’accompagnement versé a  été indument retenue ?

Quand il a fallu recruter pour renforcer les FACA réduits à néant, déficitaires, affaiblis et décadents, BOZIZE s’est arrangé à ne prendre que les jeunes de sa tribu. C’est la promotion 2O12 constituée de 5OOO soldats. Hâtivement  formés à Bouar, ils sont envoyés au front, dans la guerre déclenchée par la coalition SELEKA.  Sans surprise, ils sont matés, écrasés comme des mouches : faute d’expérience et surtout de bonne formation adéquatement militaire. Pour aller au front, il faut des soldats aguerris, expérimentés….Ces soldats-là, ce sont ceux qu’on a précipités à la retraite forcée par erreur ou plutôt par peur du coup d’Etat, aussi pour conserver le pouvoir pour l’éternité.

Personne ne pense à leur faire appel ou de penser à leur contentieux. Voilà quand son régime est en danger au point de chute, il fait recourt aux militaires et gendarmes maltraités de son armée pour barrer la route à la coalition SELEKA. Moins de quinze anciens sont allés s’inscrire, dont deux tués sur le terrain et d’autres tués par les proches du Président déchu pendant leur fuite. L’armée incompétente, déficitaire, défaillante est battue à plate couture. La coalition SELEKA a poursuivi la lutte jusqu’à s’emparer de la capitale et du pouvoir abandonné par BOZIZE.

Les compétences individuelles ne manquent pas. La nouvelle équipe dirigeante pensera certainement à eux pour combler le déficit criard dans le rang des  FACA. Car on nous a vus à l’œuvre et la récompense, c’est la monnaie de singe avec laquelle BOZIZE nous a payés. Traqués, inquiétés, extorqués, malmenés, arrêtés, emprisonnés avec les journalistes qui ont osé parler de nous…

Un mémoire explicatif écrit à cet effet a fait le tour du monde. Ses pairs Présidents sont intervenus pour lui faire entendre raison mais ce fut peine perdue car il s’est entêté et a refusé de rendre le sou confisqué. La conséquence logique de cet entêtement, c’est son départ aujourd’hui ! Car nous avons contribué efficacement par différentes manifestations et des écrits dans les média, dans lesquels l’opinion internationale  a pris acte afin de  verrouiller les aides au régime BOZIZE.

Que les compatriotes centrafricains acceptent que les français reviennent nous épauler car ils sont nos parrains et nos alliés historiques sans lesquels il ne nous est pas aisé de progresser et d’évoluer. Car BOZIZE et ses proches ont poussé les centrafricains à haïr les Français, voilà les conséquences car nous sommes loin des Français.

A l’impossible nul n’est tenu. Aussi faudrait-il non seulement les ramener dans le rang des FACA mais aussi faire intervenir les  Eléments Français d’Assistance Opérationnelle (EFAO) dont ils sont tributaires ; leur assistance militaire doit être étendue sur un délai raisonnable afin de mettre la paix définitive dans notre pays. Nous sollicitons leur présence dans tous les corps militaires comme formateurs et conseillers techniques en guise des observateurs.

Il va sans dire que tous nos partenaires aussi bien bilatéraux que multilatéraux sont cordialement invités à secourir la nation tout entière pour la relever du trou abyssal où elle est plongée malgré elle par un piètre général à la tête d’une piétaille qu’il considérait comme une armée…

A vous Excellence Monsieur le Président de la République, nous vous souhaitons encore la bienvenue. Que Dieu vous comble de toutes ses forces, d’amour afin de diriger ce pays dans une ferme rigueur sans distinction raciale, régionale et religieuse. Basant sur notre devise qui est  « Unité-Dignité-Travail » sans oublier notre langue nationale qui est le « Sango » liant tout le peuple centrafricain.

Excellence, les conséquences corrigent mieux que les conseils, nous vous prions d’observer les raisons qui avaient provoqué les débandades historiques des hommes de BOZIZE qui se faisaient plus fort avec ses compatriotes :

-          « i mou na mënë » c'est-à-dire « nous avons accédé au pouvoir par le sang », celui qui veut le pouvoir, fait pareille ;
-          « Votre temps est fini maintenant c’est le notre» ;
-          « les tu me connais » ;
-          L’abus de pouvoir de ses proches et violation des droits de la personne humaine ;
-          L’indiscipline et non respect de l’hiérarchie dans l’armée ;
-          Radiation et mise en retraite haineuse des fonctionnaires alors que ceux qui méritaient la retraite sont encore en fonction ;
-          L’injustice ;
-           Les arrestations arbitraires ;
-          Les opérations hibou ;
-          Des maisons d’arrêt parallèle ; et autres.
Ces actes  ont provoqué la division, et l’incompétence de l’armée.

Excellence, le Collectif des Retraités Militaires et Gendarmes (CRMG) promotion 2009-2010 y compris les militaires radiés sont prêts à vous aider et nous vous demandons la poursuite judiciaire du Président déchut et de son fils Francis BOZIZE l’auteur de détournement de notre argent débloqué par l’Union Européenne. Nous vous prions d’approcher l’Union Européenne afin d’examiner littéralement notre sort car d’entre nous plusieurs sont déjà mort et leurs familles sont dans la désolation. 
  
Ceci est notre pierre de reconstruction que nous apportons afin d’éviter les erreurs du passé. De facto comme de jure, ce coup de force se justifie pleinement raison pour laquelle nous le prenons comme un mal nécessaire. Le condamner serait un péché, il vaut mieux l’approuver pour nous permettre d’avancer.
 
Fait à Bangui le 01 Avril 2013
Le Représentant du CRMG               Le Représentant des Militaires Radiés       Le Rapporteur
Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:50

 

 

 

Afrique.JPG

 

 


1-Voici la danse pour danser sur place en Afrique voici le palais du gouverneur des colonies non de monsieur le Président de la République


2-Voici les Administrateurs des colonies non administrateurs ministres des colonies des Blancs des Chinois des Débis


3-Voici quelques pas d’ici là dans Bangui pour faire semblant mais voilà leurs grandes enjambées habituelles dans les capitales là-bas le cœur de leur pays étranger à nous


4-Voici! Il nous inflige des plaies qui ne sont pas mûres

5-Voici dansez quelques pas chez le Gouverneur pour tout vendre tout humilier


6-Voici soixante ans complets il nous inflige ce Gouverneur d’administrateur des colonies à œil noir les terres perdues d’Afrique humiliées


7-Voici! Debout cultivateurs! Le Gouvernement de l’Afrique d’Alger à Pretoria. Il a crevé les toits des palais des Gouverneurs


8-Voici! Debout les cultivateurs assembleurs de tous genres de choses voici votre Gouvernement votre Coeur ici là votre Corps même délivré de l’idiotie


9-Voici! Debout le Gouvernement de la Connaissance du Sol de l’Afrique Nous Noirs armés des machettes des ministres dans les champs avec Nous


10-Voici! Tranchons donc ces bras étrangers colonialistes qui enchaînent nos Terres tranchons ces études-planifications étrangères puantes dans nos têtes


11-Voici! Nos enfants parmi Nous leur sol africain voici leurs études voici notre argent voici les Hommes forts de l’Afrique armés de machettes


 tranchantes des récoltes resplendissantes tout danse ici même non humilié

 

Makombo Bamboté


Écrivain


Le 1er avril 2013

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Livres - Médias
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:35

 

 

Nicolas et Michel

 

 

 

 

Libération   2 avril 2013 à 15:30 Par AFP

 

La situation reprend progressivement son cours normal à Bangui après le coup d'Etat du Séléka qui a chassé le président François Bozizé. Le nouveau pouvoir espère obtenir l'appui des Etats de la région lors d'une réunion à N'Djamena.

 

Un début de normalisation était en cours mardi à Bangui où la situation reste précaire alors que le gouvernement traverse quelques turbulences à la veille du très attendu sommet de N’Djamena sur la Centrafrique.

 

Les nouvelles autorités - le président Michel Djotodia issu de la rébellion, comme le Premier ministre Nicolas Tiangaye représentant de l’opposition - avaient appelé à une reprise mardi de l’activité administrative et économique. Des milliers de gens se déplaçaient à pied dans la ville, signe d’une reprise de la vie quotidienne. Néanmoins, cette reprise n’était que partielle à Bangui, où de nombreuses administrations sont restées fermées. Magasins et sociétés privées cherchaient plus à remettre leurs locaux en état qu’à servir les clients, a constaté un journaliste de l’AFP.

 

«Nous voulons bien reprendre les activités mais la présence de ces hommes en armes nous inquiète encore», a confié à l’AFP le propriétaire libanais d’un magasin du centre-ville. A la société publique d’électricité Enerca (Energie centrafricaine), un employé a expliqué :«Il y a beaucoup d’appels de clients nous demandant des interventions(de réparation) mais tous nos véhicules ont été volés».

 

Le secteur bancaire, jugé crucial par les opérateurs, n’est pas encore actif. Les succursales de Western Union ou la CBCA (Commercial Bank on Central Africa), ont ouvert leur porte mais promettent de distribuer de l’argent qu’à partir mercredi. Quant à la sécurité, des tirs sporadiques continuaient à être entendus dans la capitale. Le cantonnement des troupes de la rébellion Séléka, toujours très présentes en ville, a commencé. Le président Djotodia a symboliquement visité mardi un commissariat, demandant à ses troupes de s’en retirer.

 

«Logique de désarmement»

 

«Il faut qu’ils libèrent les locaux de la police parce que si on demande au gens de reprendre leur service et que les locaux sont occupés (...). Il faut qu’ils partent dans les différents sites de cantonnement», a déclaré Michel Djotodia. Des files d’attente étaient visibles à l’entrée de différentes casernes occupées par le Séléka. Il s’agissait à la fois d’hommes des troupes régulières regagnant leurs unités, comme demandé à la radio nationale, mais aussi de jeunes voulant intégrer les rangs du Séléka.

 

«Nous sommes dans une logique de désarmement», a souligné une source proche du Premier ministre, espérant que le Séléka ne continuera pas à recruter. Sur le plan politique, le gouvernement a connu son premier accroc avec l’annonce de la coalition de l’opposition qu’elle suspendait sa participation au gouvernement d’union nationale.

 

Des représentants du parti du Premier ministre Tiangaye, mais aussi du Mouvement du Libération du peuple centrafricain (MLPC), principal parti d’opposition, ont signé ce document, affirmant agir au nom de leurs formations. Cette déclaration a été aussitôt démentie par le Premier ministre Tiangaye, et plusieurs ténors de cette opposition au président déchu François Bozizé.

 

«Moi, président du parti de la Convention républicaine pour le progrès social, je ne suis pas au courant de la décision qui a été prise par ce collectif. Mon parti n’est pas concerné», a réagi Nicolas Tiangaye. Au moins six des neuf ministres issus de l’opposition (sur les 34 que compte le gouvernement) ont confirmé leur participation au cabinet, toujours selon le Premier ministre.

 

Le Premier ministre devait se rendre dans l’après-midi à N’Djamena, chez le puissant voisin tchadien sans qui rien ne se fait en Centrafrique, pour le sommet mercredi de la Communauté Economique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). «Nous attendons que les chefs d’Etat de la CEEAC comprennent la situation extrêmement difficile dans laquelle se trouve le pays et aident la RCA à sortir de cette crise», a souligné Tiangaye.

 

Le président Djotodia, dont le coup de force a été condamné par la communauté internationale, ne devrait finalement pas s’y rendre. Le sommet pourrait permettre de trouver un cadre légal à la situation politique en Centrafrique où la Constitution est suspendue. «Il ne faudrait pas qu’on déshabille ou humilie M. Djotodia. Il ne faut pas oublier qu’il y a 3 000 Séléka en ville», rappelle une source proche du gouvernement.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:25

 

 

 

arrivée Boz à Malabo

 


LUANDA  02/04/13 16:31 - Le ministre angolais de Relations Extérieures, Georges Chikoti, a plaidé mardi,  à Luanda, pour un grand engagement de l'Union Africaine (UA) dans la solution de la crise politique que traverse la République Centrafricaine (RCA), après le coup d'état  qui a mis fin au mandat du président François Bozizé.

 

 

Le gouvernant angolais a fait cette déclaration à l'ANGOP, à l'aéroport International "4 defevereiro", peu avant de quitter pour N’djamena (Tchad), où il va prendre part au Sommet Extraordinaire de la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC), prévue pour mercredi, afin d'analyser la situation dans cet Etat membre de l'Afrique Centrale.

   

George Chicoty a précisé que l'intention est de ne "pas accepter que les rebelles restent au pouvoir durant un temps indéterminé".

   

De la même façon, "une fois qu'il y a eu coup d'Etat, les chefs vont tenter de chercher les voies et moyens pour voir former un gouvernement de transition qui va piloter le pays pendant un an, et après cette période de transition, procéder à la réalisation des élections ", a dit  le chef de la diplomatie angolaise.

   

Il a été péremptoire d'affirmer que, étant un coup d'Etat  l'"Angola et l'Union Africaine désapprouvent et vont chercher à rencontrer le meilleur chemin qui permet une transition, mais pas encourager le coup d'Etat. Ce qui veut dire qu'on ne peut pas accepter des gens qui font le coup d'Etat. »

    

Le Sommet de la capitale tchadienne, a sur son agenda, l'étude des possibilités de reprendre les Accords de Libreville (Gabon)  signés le 11 janvier 2013, entre le président François Bozizé, les rebelles de "Séléka " et l'opposition non-armée, après une offensive qui avait permis aux rebelles d'atteindre les localités voisines de la capitale, Bangui.

 

 

 

 

Centrafrique : Le pouvoir ne cèdera pas au « chantage » des ministres démissionnaires

 

gazambeti

 

 

YAOUNDE Mardi 2 avril 2013 | 18:21 UTC (Xinhua) - Le nouveau pouvoir centrafricain contrôlé par les rebelles de l'alliance Séléka n'entend pas céder aux revendications des huit ministres démissionnaires de l'opposition, qu'il qualifie de « chantage », a réagi mardi à Xinhua le ministre d'Etat chargé de la Communication, de la Promotion de la culture civile et de la Réconciliation nationale, Christophe Gazam-Betty.

 

« Les enjeux du pays aujourd'hui sont trop importants pour se préoccuper des états d'âmes de certains individus. S'ils ne veulent pas participer au gouvernement, ils seront remplacés par d'autres personnes qui veulent le faire. Nous avons beaucoup de demandes », a souligné Gazam-Betty qu'on entendait pour la première fois depuis le coup d'Etat du 24 mars.  

 

Titulaire du portefeuille de la Communication dans le gouvernement sortant du 3 mars, issu des accords de paix du 11 janvier à Libreville au Gabon, ce diplomate de formation qui affirme s'atteler à la normalisation de son pays, était aussi resté injoignable depuis la pseudo- séquestration des cinq ministres Séléka de ce cabinet par la branche armée de la rébellion une semaine auparavant.

 

Les huit ministres de l'opposition ont décidé de suspendre leur participation au nouveau gouvernement de Nicolas Tiangaye, reconduit par le nouvel homme fort de Bangui, pour protester contre leur faible représentativité dans cette équipe de 34 membres dont 5 ministres d'Etat au rang desquels Christophe Gazam- Betty.

 

Ils ont été reçus, a confié le ministre, mardi matin par le chef du gouvernement, chef de file de l'opposition démocratique jusqu'à sa nomination suite aux accords de Libreville et candidat à la présidentielle de janvier 2011 remportée par le président déchu François Bozizé, d'après les résultats officiels proclamés par la Cour constitutionnelle.

 

Outre les responsables de la Séléka, le nouveau gouvernement comporte des représentants de diverses formations de l'opposition, des proches du défunt président Ange-Félix Patassé renversé en mars 2003 par François Bozizé et des acteurs de la société civile. On y retrouve des anciens ministres du régime du chef de l'Etat déchu.  

 

 

 

Six ministres d'opposition restent en poste


http://www.20min.ch 

Contrairement aux annonces précédentes, au moins six des neuf ministre d'opposition, dont le Premier ministre Tiangaye, ont confirmé leur participation au gouvernement d'union.

 

Lundi soir, le collectif des partis et associations politiques de l'opposition au président déchu François Bozizé a annoncé dans une déclaration la suspension de sa participation au nouveau gouvernement formé après la prise du pouvoir par les rebelles le 24 mars.

 

Des représentants du parti du Premier ministre Tiangaye, mais aussi du Mouvement du Libération du peuple centrafricain (MLPC), principal parti d'opposition, ont signé ce document, affirmant agir au nom de leurs formations.

 

«Moi, président du parti de la Convention républicaine pour le progrès social, je ne suis pas au courant de la décision qui a été prise par ce collectif. Mon parti n'est pas concerné», a réagi M. Tiangaye.

 

Au moins «six des neuf ministres» représentant l'opposition au sein du gouvernement d'union nationale ont confirmé leur participation au cabinet, a assuré à l'AFP le Premier ministre.

 

Le vice-président du MLPC, Marcel Loudegué, a également confirmé à l'AFP qu'il prendrait part au gouvernement: «Je ne suspends pas ma participation pour la simple raison que ce n'est pas mon parti qui a pris la décision» de me faire rentrer au gouvernement.

 

«Les décisions qui seraient prétendument prises au sein du collectif n'ont pas été discutées» au sein de chaque parti concerné, a commenté M. Loudegué.

 

«Le collectif de l'opposition ne peut pas se substituer à chacun des partis isolément», a souligné le Premier ministre Tiangaye.

 

Le gouvernement d'union nationale dirigé par M. Tiangaye a été formé dimanche soir. Il est composé 34 ministres, dont neuf ministres issus de la coalition rebelle Séléka au pouvoir depuis une semaine, et huit issus de l'ancienne opposition (plus le Premier ministre).

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:23

 

 

 

Bozizé fait du sport

 

 

YAOUNDE Mercredi 3 avril 2013 | 00:03 UTC (Xinhua) - Dans une déclaration signée mardi à Yaoundé, la capitale camerounaise, le président déchu de la République centrafricaine (RCA), François Bozizé a dénoncé "le renversement des institutions de la République, la suspension de la Constitution et la dissolution de l'Assemblée nationale".

 

"Sous le regard des forces de la MICOPAX (Mission de consolidation de la paix en République centrafricaine) qui n'ont pu jouer leur rôle, la coalition Séléka a franchi la ligne rouge de Damara, attaquant ainsi Bangui pour renverser les institutions de la République, le chef de l'Etat fut alors obligé de se retirer évitant ainsi un bain de sang", selon la déclaration.

 

D'après la déclaration remise aux médias, François Bozizé, qui se revendique toujours "président démocratiquement élu de la République centrafricaine" prend à témoin la communauté internationale installé en RCA du "pillage systématique des biens des Centrafricains et étrangers résidant dans notre pays jusqu'à ce jour".

 

Tout en précisant que la communauté internationale n'a pas été épargnée par ces pillages, la déclaration regrette "l'acheminement systématique et barbare des biens volés vers certains pays voisins ".  

 

François Bozizé invite la classe politique et les représentants des forces vives du pays à participer au prochain sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC) qui se tient ce mercredi à Ndjamena, la capitale tchadienne.

 

A Durban en Afrique du Sud, certains chefs d'Etat de l'Afrique centrale profité de leur participation au sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) pour examiner la crise centrafricaine.


La déclaration, qui exige un retour l'ordre constitutionnel, sollicite "davantage l'implication effective de l'Union africaine, des Nations unies et de la CEEAC pour une évaluation progressive et objective des accords de Libreville afin de garantir une paix durable en Centrafrique" et exclut "toute participation du KNK à l'actuel gouvernement d'union nationale de maître Nicolas TIANGAYE ".

 

Après la prise de Bangui le 25 mars par la coalition rebelle de la Séléka, François Bozizé a cherché refuge au Cameroun, et séjourne à Yaoundé en attendant son départ pour un pays d'accueil.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:20

 

 

 

Touche pas à ma Constitution. 2 JPG

 

 Association des Centrafricains de la diaspora en France «Touche pas à ma Constitution ».

                Défenseur  des  valeurs Constitutionnelles et des  Droits de l’Homme.

                Enregistré  par la Préfecture Haute Garonne  sous  le N° W313017876.

               81, rue Saint- Roch- BP 74184 31031 Toulouse cedex (France).

 

                                               Mail: collectifcentrafricain@yahoo.fr

                                                  

 

 

 

                                               COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 

A l’issue du coup de force que le pays vient de connaître en date 24.03.2013, permettant à la coalition SELEKA de prendre le pouvoir via son leader son Excellence Michel DJOTODIA, le collectif « Touche pas à ma Constitution » constate que les institutions de la République sont dissoutes pour une période de trois ans et la Constitution Centrafricaine dont nous sommes défenseurs est suspendue.

 

Devant une longue période de vide constitutionnel, le collectif demande que la durée de la transition soit réduite à dix-huit mois permettant de vite retrouver  la légalité constitutionnelle et exige impérativement la tenue dans les prochains jours d’une « Conférence Nationale Souveraine » afin de faire la lumière sur les différentes exactions et violations des droits de l’homme, une telle assise permettra le retour à la paix durable.

 

Le collectif, déplore son absence notoire, celle de la  grande diaspora et d’autres entités dans la prise des décisions consensuelles.

 

Malgré la promesse faite par le Président de la transition Michel DJOTODIA, de ne pas se présenter aux prochaines élections, le collectif prend acte, mais exige toute fois sa participation sans condition ainsi que les toutes forces vive de la nation dans les réunions, forums, conférences et sommets traitant le sujet de la sortie de la crise centrafricaine.

 

Etant leader très actif de la société civile et défenseur des droits de l'homme et de la Constitution Centrafricaine, le seul objectif de l’Association « Touche pas à ma Constitution »  est de poursuivre le combat républicain que menons depuis fort longtemps.

 

Le collectif invite les Chefs d’ Etats  de la CEEAC, de faire preuve de la maturité politique qui  ne cesse de vous  caractérisée.  

 

                                                                                    

                                                                       

                                                          

                                                               Fait à Paris, le 01.04.2013

                                                          

                                                                        

                                                               Le Représentant du Collectif en France.

 

                                                               Godfroy – Luther GONDJE- DJANAYANG

 

                                                                 

Ampliations: 5

 

A SON Excellence Idriss DEBY  Président en exercice de la CEEAC à (NDJAMENA)

 

A Son Excellence Denis SASSOU NGUESSOU Médiateur dans la Crise Centrafricaine à Brazzaville (CONGO).

 

A Son Excellence Michel DJOTODIA, Président la République Centrafricaine à Bangui (REPUBLICAINE CENTRAFRICAINE).

 

A Son Excellence  Maître Nicolas TIANGAYE, Chef du Gouvernement à Bangui.  (RCA)

 

Au Secrétaire Général de la CEEAC à Libreville (GABON).

 

 Toute la Presse.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:17

 

 

 

soldats-ougandais-a-Obo.JPG

 


2013-04-03 03:49:36  xinhua

 

L'armée ougandaise a annoncé mardi qu'elle avait suspendu ses opérations en République centrafricaine (RCA) pour traquer les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), qui ont provoqué le chaos dans la région des Grands Lacs.

 

Le colonel Felix Kulayigye, le commissaire politique de l'armée ougandaise a déclaré aux journalistes que la suspension fait suite au renversement du gouvernement centrafricain par la coalition rebelle de la Séléka.

 

« La chasse à la LRA et Joseph Kony, a été suspendue pour le moment en attente d'autres instructions de nos supérieurs. Cela fait suite à la chute du gouvernement de la République centrafricaine et parce que l'Union africaine (UA) fonctionnait en RCA sous le gouvernement du président Bozizé et comme la Séléka n'est pas reconnue par l'UA nous ne pouvions pas continuer ces opérations », a-t-il expliqué.

 

M. Kulayigye a déclaré que les troupes américaines qui ont également assisté à la chasse de Kony, que est recherché par la Cour pénale internationale pour répondre à des accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité ont également suspendu leurs activités.

 

Il dit que l'armée ougandaise ne travaillera qu'avec le nouveau gouvernement centrafricain après sa reconnaissance par l'UA.

 

Les militaires ougandais et d'autres armées régionales ont travaillé sous la force de l'UA pour traquer la LRA.

 

 

NDLR : Avec la complicité de Bozizé, l’armée ougandaise, sous prétexte de traquer le criminel Kony qui est toujours introuvable, a assez pillé les ressources naturelles du Sud-Est centrafricain depuis 2008. Cela suffit !

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:13

 

Francis Bozizé

 

Kévin Bozizé

 

Papy BozizéSocrate Bozizé 

 


http://direct.cd  Mercredi, avril 3rd, 2013 2:36

 

La famille de l’ex président centrafricain François Bozizé est bel et bien à Kinshasa. C’est dans la ville natale de Jean-Pierre Bemba qu’elle a trouvé asile. Ironie de l’histoire quand l’on sait que le président déchu est pour beaucoup dans le drame que connait le patron du MLC dans les geôles de la Haye au Pays-Bas.  

 

Drame qui a entrainé jusqu’au décès de Jeannot Bemba Saolona, qui n’a pas résisté de voir son fils bien aimé reclus à la CPI (Cour pénale internationale).

 

La famille Bozizé, selon nos sources habitent à Macampagne sur l’avenue de la Forêt dans une villa appartenant au frère du président déchu qui était ambassadeur de la République Centrafricaine en RD-Congo.

 

La famille Bozizé aurait été aperçue à la place commerciale de Macampagne en train de prendre un pot. En tous cas pour les rd-congolais en général et les bembistes en particulier, la famille Bozize n’est pas la bienvenue car leur déchu de père (François Bozizé) est à la base des malheurs de Bemba. La RD-Congo n’a aucune raison et ne tire aucune fierté a accueillir sur son sol les rejetons d’un dictateur qui plus est a contribué à faire coffrer Bemba à la CPI.

 

MATTHIEU KEPA

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 03:08

 

 

 

 

 

Patasse-agronome.jpg

 

 

LA  FAMILLE  NGAKOUTOU PATASSE A LE REGRET D'INFORMER TOUS LES PARENTS, AMIS ET CONNAISSANCES QUE LA CEREMONIE COMMEMORATIVE DE LA DISPARITION DE NOTRE REGRETTE PERE, GRAND-PERE, ONCLE, FEU LE PRESIDENT ANGE-FELIX PATASSE,  INITIALEMENT PREVUE LE 05 AVRIL 2013 A BANGUI (PK 26 route de BOALI), EST REPORTEE A UNE DATE QUI VOUS SERA COMMUNIQUEE  ULTERIEREMENT.

 

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers