Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 23:16

 

 

 

La famille MBETIYANGA organisera une grande veillée pour le quarantième jour du décès de Martin MBETIYANGA alias Coplan (ancien directeur d’hébergement de l’hôtel Sofitel de Bangui) le samedi  1er novembre 2014. Elle débutera à 20h et se déroulera au domicile familial – 738 chemin des Ségurets, 84350 Courthézon. Prévoyez des habits chauds.

 

Pour s’y rendre

 

En train : gare de Courthézon, direction Orange ou Lyon depuis Avignon

 

En voiture : A7 Sortie 22 Orange Sud

 

Saint-Cyr NGOUYOMBO (06.17.19.81.40) et Ludivine MB (06.68.68.90.81 par texto)

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 23:07

 

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) - 2014-10-26 14:35:21 - Les cyclistes centrafricains sont invités par la fédération des Emirats Arabe unies pour participer à la 2è édition du Tour Sharjah prévue en novembre 2014, a annoncé dimanche à Bangui, le président de la fédération centrafricain de cyclisme, M Christ Yarafa.


Il s'exprimait lors du coup d'envoi d'une série d'entrainements institués par la fédération centrafricaine du cyclisme dont la première phase a été lancée sur l'axe Bangui-Boali distant de 170 km 


Les cyclistes centrafricains qui ont pris part au Tour de Kinshasa où ils se sont bien comportés, ont été choisis pour faire partie des vingt fédérations invitées par la fédération des Emirats Arabe unis 


"Parce que, les résultats de la République Centrafricaine (RCA) au Tour de Kinshasa entrent dans le classement de l'Union cyclisme Internationale " a-t-il expliqué

A en croire, M Christ Yarafa, après l'entrainement de Bangui-Boali, le mercredi 29 octobre, ce sera sur l'axe Bangui Yaloké pour une distance totale de 450km et le dimanche 2 novembre, les cyclistes seront sur l'axe Bangui Damara sur 150 km.

 

http://www.apanews.net/article_read-807969-les-cyclistes-centrafricains-inviteau-2eour-de-sharjah-des-emirats-arabe-unis.html#sthash.qpB8yASP.dpuf

Les cyclistes centrafricains invités au 2è Tour de Sharjah des Emirats arabe unis

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 22:59

 

 

 

 

 

 

PARTI POUR LA RENAISSANCE CENTRAFRICAINE

 

Patrie - Paix - Progrès

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

LE Pr Gaston MANDATA N'GUEREKATA

 

 ÉLU MEMBRE DE L'ACADÉMIE MONDIALE DES

 

SCIENCES

 

Réf. 26-10-2014/COM/PARC/VP/009

 

 

Le Parti pour la Renaissance Centrafricaine (PARC) a le plaisir et l'honneur de porter à la connaissance du Peuple Centrafricain, l'élection de l'un des siens, Membre de l'Académie Mondiale des Sciences.

 

C'est cours du 25ème Meeting Général du TWAS (The World Academy of Sciences) tenu au Sultanat d'Oman ce 26 Octobre 2014 que le choix des Académiciens est porté sur notre Illustre Compatriote, le Pr Gaston MANDATA N'GUEREKATA, pour je cite : "Son exceptionnelle contribution à la Science et sa promotion dans les pays en développement".

 

Rappelons par ailleurs que le Pr Gaston MANDATA N'GUEREKATA est Membre de l'Académie Africaine des Sciences depuis 2006.

 

Le PARC adresse ses vives félicitations au nouvel Académicien de rang mondial.

 

A Fort de France, le 26/10/2014

 

Le Vice - Président du PARC

 

Dr François MBOLIDI

 

 

NDLR : Bravo Pr. ! Cette distinction ne peut que faire la fierté et réhausser l'image de la RCA que certains de ses filles et fils ont énormément abîmée ces derniers temps

Le Pr Gaston Nguérékata élu membre de l'Académie mondiale des Sciences

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 18:57

 

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) - 2014-10-25 16:39:31 - Le président du conseil national de transition (CNT), en Centrafrique, M Alexandre Ferdinand Nguendet a invité samedi à Bangui, le gouvernement à prendre ses responsabilités pour ramener la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.


Cette déclaration survient au lendemain des attaques meurtrières perpétrées mardi et mercredi derniers par des peulhs de la coalition séléka contre les populations du village Yamalé, près de la sous-préfecture de Bambari, occasionnant trente tués et plusieurs blessés.


En tant que ressortissant et conseiller national de Bambari, le président du CNT a dénoncé la persistance de ces ‘'actes criminels'' avant d'appeler les forces internationales présentes dans la localité de « veiller sur la liberté d'aller et venir de la population et d'empêcher ces ‘'forces nuisibles de poursuivre leurs forfaits, en appliquant fermement les dispositions des Résolutions des Nations Unies au sujet de la République Centrafricaine ».


Il a par ailleurs rassuré les populations de la préfecture de la Ouaka que «son institution travaillera avec le Gouvernement pour garantir leur sécurité au même titre que les autres populations de la République Centrafricaine ».


Cette dernière attaque a obligé les populations craignant pour leur vie de regagner les différents sites des déplacés internes à Bambari

 

http://www.apanews.net/article_read-807925-centrafrique-le-cnt-demande-au-gouvernement-de-ramener-la-paix-et-la-seriteans-le-pays.html#sthash.wcKHToSe.dpuf

 

 

NDLR : Si depuis maintenant dix mois que Mme Catherine Samba-Panza dirige la transition en Centrafrique, son action et celle de son gouvernement pouvaient ramener la paix dans ce pays, cela se saurait. Ses méthodes et son approche même de la problématique du retour de la paix posent énormément problème. 

Centrafrique : Le CNT demande au gouvernement de ramener la paix et la sécurité dans le pays

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 16:55

 

 

 

Ceux là, qui ont bénéficié pour des raisons disons le strictement tribales et partisanes de cette reprise au nom de toute une armée sont seules autorisées par les Autorités de Bangui de porter les armes et faire des patrouilles dans la capitale.

 

Bon certes, c'est un ardent souhait des Centrafricains de voir leurs Forces Armées être opérationnelles en vue de servir de socle dans la lutte contre les groupes armés sévissant en Centrafrique et également ramener la sécurité dans tout le pays. Mais malheureusement dans la faisabilité, il y a couac qu'il faut le signaler maintenant. Cela est le fait du tri observé parmi nos forces armées (FACA) en vue de la création d'une "Brigade d'intervention rapide" pour parer semble-t-il à toute question d'insécurité. 

Ceux-là, qui ont bénéficié pour des raisons disons le strictement tribales et partisanes de cette reprise au nom de toute une armée sont seules autorisées par les autorités de Bangui de porter les armes et faire des patrouilles dans la capitale. On parle d'un effectif de plus de sept (7.000) hommes de l'armée nationale et seulement moins de mille (1.000) sont admis et les autres (6.000) sont laissés pour compte. 

Très rapidement une étude sociologique a été faite et le résultat fait état de ce qui suit: 
1) Parmi les repris, beaucoup sont ceux issus des ethnies de Gbanziri (CSP et JJD), de yakoma (Galoty et Kogbia), kaba (Sayo) et autres sont quant à eux des éléments des groupes armés tels que APRD de JJD et RJ de Sayo sans escamoter les ex-mutins qui sont pour la part des yakoma donc alliés de Galoty. 

 

2) Les laissés pour compte sont des autres ethnies de la République Centrafricaine, donc hostiles à la Transition de CSP.

 

 De telle manière de faire ne saurait permettre au retour à la paix en Centrafrique, mais bien au contraire constitue pour les éclairés, des vraies prémices à une guerre civile et peut être plus atroce qu'auparavant, mais la RCA n'a point besoin de telle politique de diviser pour sauver un pouvoir impopulaire et incompétent et qui ne pourra jamais être la solution à la crise actuelle.

 

 Si CSP aurait choisi la division comme "meilleure politique", alors là elle ne gagnera pas et c'est une bataille perdue d'avance avec des conséquences incalculables sur ces ethnies citées ci-haut. C'est pourquoi, des concernés à l'instar du Pasteur Grékoyamet doivent immédiatement et systématiquement dénoncer et sensibiliser les leurs à ne pas tomber dans ce piège qui consisterait uniquement à l'extermination de ces manipulés. 

 

Si la reprise des FACA devrait intervenir comme tant souhaitée par le peuple, alors cela ne devrait pas se faire en triant ou en discriminant au seul motif de conserver le pouvoir de l'Etat, mais le faire objectivement pour la sécurité réelle des Centrafricains et la protection de la République Centrafricaine.

 

 Attention les faits sont toujours têtus!!! 


Marc Centrafrique

CENTRAFRIQUE - OPINION: CSP A L'ORIGINE D'UNE GUERRE CIVILE EN RCA

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 09:45

 

 

 

 

http://www.adiac-congo.com/   Samedi 25 Octobre 2014 - 5:00

 

Lors de son intervention à la troisième réunion du bureau exécutif de la Mission des premières dames d’Afrique pour la paix (Mipreda), le 18 octobre à Pretoria (Afrique du Sud), l’épouse du chef de l’État congolais n’est pas restée indifférente face à la situation périlleuse qui prévaut en Centrafrique

 

La première dame congolaise a encouragé ses consœurs à s’impliquer plus pour la mobilisation internationale en vue d’un retour à la paix et à la stabilité en République centrafricaine.

 

Consciente de l’ampleur des conflits armés répétitifs qui déchirent le continent africain, Antoinette Sassou-N’Guesso a rappelé à ses consœurs que « l’implication constante du Congo dans la résolution des conflits et le rétablissement de la paix en Afrique ne peut nous laisser en marge des activités tendant à apporter des solutions aux maux qui minent notre continent. C’est donc à ce titre que nous nous impliquons dans l’extinction du feu qui couve à nos portes. »

 

Dans cette même perspective, la première dame du Congo avait déjà sollicité le concours de toutes les forces éprises de paix pour se pencher sur le suicide collectif qu’était en train de s’infliger le peuple centrafricain. « Nous ne pouvons laisser un peuple, et principalement nos filles et nos sœurs de RCA, continuer à vivre le martyre », déclarait-elle lors du Forum de Crans-Montana tenu en mars dernier à Bruxelles.

 

La religion étant très souvent exploitée pour créer des crises et des conflits par ceux qui comptent profiter de la misère des populations, l’épouse du président congolais, Denis Sassou-N’Guesso, s’est adressée également aux chrétiens de Johannesburg lors d’un culte de prière, leur demandant de prier sans cesse et de cultiver l’amour du prochain afin que la paix s’installe définitivement dans les pays en conflit.

 

Par ailleurs, Antoinette Sassou-N’Guesso a renchéri sur l’épineuse question des violences sexuelles qui figure parmi les principales conséquences entraînées par ces crises. Elle a souhaité que les premières dames, par l’entremise de l’Organisation des premières dames d’Afrique contre le sida, puissent servir d’intermédiaire pour mettre à l’ordre du jour ce supplice. Elle a rappelé que le Congo avait été sollicité pour servir de facilitateur entre l’Angola et la RD-Congo afin que les premières dames de ces deux pays frères puissent se parler et s’impliquer dans la lutte contre les violences faites aux femmes dans leurs pays. Elle a demandé que cette mission de facilitation puisse se faire aussi sous la houlette de la Mipreda.

 

Durly-Émilia Gankama

 

Lu pour vous : Paix et sécurité en Centrafrique : Antoinette Sassou-N’Guesso mobilise la Mipreda

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 20:33

 

 

 

 

AA/ Bangui/ Sylvestre Krock  24 Octobre 2014 15:12

 

Ces deux assemblées générales auront lieu quelques jours après des attaque, mardi et mercredi, par un groupe armé de Peuls (éleveurs centrafricains) ayant afait 30 morts à Bambari.

 

La décadence de l’ex-coalition Séléka est de plus en plus visible en RCA: deux Assemblées générales sont prévues pour le 25 octobre 2014 dans le nord du pays, par deux ailes opposées de la même coalition, selon des communiqués diffusés, vendredi.

 

 « Le Bureau Politique du Font populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC)  et son état-major réunis en séance extraordinaire le 29 Septembre 2014,  ont décidé de convoquer une assemblée générale le 25 octobre 2014  à Kaga-Bandoro (Nord-est). La présence de tout le monde est vivement souhaitée. Les membres sont libres d’exprimer sans crainte leurs opinions», informe un communiqué de Noureddine Adam, premier vice-président de l’ex-coalition séléka et président actuel du FPRC.

 

Parallèlement à l’assemblée de Kaga Bandoro, à Bambari (Nord-est), ce sont les hommes du général Ali Darass qui projettent de se réunir à la même date. « Vous savez, nous ne pouvons plus suivre Michel Djotodja (ancien président séléka de la RCA) et Nourredine Adam. Nous sommes pour la paix. Depuis le 19 septembre dernier, nous ne sommes plus avec ces deux hommes belliqueux. Nous sommes résolus à créer les conditions pour que la base politique et sociale de la séléka naguère prise en otage par ces politiques, puisse s’exprimer en faveur de la restauration d’une Nation en péril », a annoncé   le Capitaine Amat Nedjad, un leader dissident de la Séléka à Bambari.

 

Il a ensuite ajouté : « initialement prévue du 9 au 10 octobre dernier à Bangui, notre assemblée générale a été reportée à cause du récent regain de tensions dans cette ville. Maintenant, avec l’accalmie, nous allons tenir notre AG à Bambari, ce 25 octobre 2014. Nous ne sommes pas concernés par ce qui se passe à Kaga Bandoro. »

 

Ces deux assemblées générales auront lieu quelques jours après des attaques perpétrées, mardi et mercredi derniers, par un groupe armé de Peuls (éleveurs centrafricains) dans la localité de Yamalé, près de Bambari, au centre de la République Centrafricaine. Au moins 30 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres ont été blessés lors de cette attaque.

Lu pour vous : RCA : deux assemblées générales concomitantes dans le nord du pays pour une séléka divisée

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 20:09

 

 

 

 


Lyon - AFP / 24 octobre 2014 17h43 - La cour d'appel de Lyon (centre-est) a autorisé vendredi l'extradition vers la Russie et l'Ukraine de l'oligarque kazakh déchu Moukhtar Abliazov, que ces pays accusent d'avoir détourné des milliards de dollars sur leur sol.


La priorité de sa remise sera donnée aux autorités russes.


Détenu en France depuis son arrestation sur la Côte d'Azur le 31 juillet 2013, cet ancien banquier et ministre de 51 ans clame son innocence en se disant victime d'une cabale politique du régime kazakh, qu'il avait fui début 2009 pour se réfugier dans un premier temps en Angleterre.


La cour d'appel d'Aix-en-Provence (sud-est) s'était déjà prononcée favorablement pour l'extradition en janvier, avant que la Cour de cassation n'annule cette décision en avril.


Ce nouveau feu vert de la justice française ne scelle pas encore cependant le sort de M. Abliazov, dont les avocats comptent épuiser toutes les voies de recours devant la cour de cassation, le conseil d'Etat (plus haute juridiction administrative) et la cour européenne des droits de l'homme.



(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=530665 

 

 

NDLR : Et dire que ce monsieur est détenteur d'un passeport diplomatique centrafricain octroyé par François Bozizé

La justice française autorise l'extradition du Kazakh Moukhtar Abliazov

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 18:23

 

 

 

24/10/14 (Radio Ndeke Luka)

 

Dans son message à la nation, prononcé mercredi depuis le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), la présidente Catherine Samba-Panza a appelé les groupes armés à cesser immédiatement les violences, conformément à l'accord signé à Brazzaville en juillet dernier.

 

La présidente a déclaré qu'elle ne pouvait plus tolérer « le désordre et l'anarchie qui font parler la rue et les armes avec des conséquences sur la population ».

 

Elle a demandé aux forces étrangères déployées dans le pays que les mesures nécessaires soient prises, en étroite collaboration avec les forces de sécurité nationales, pour consolider « les acquis de la Mission (africaine) de soutien à la République Centrafricaine (Misca) et de la force (française) Sangaris ». Elle a par ailleurs demandé l'appui de la Mission intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca) pour que soient redéployés, en priorité, « les agents de la brigade minière dans les villes de province ».

 

S'adressant aux jeunes et aux femmes de Centrafrique, elle les a exhortés à ne pas se laisser manipuler par « ceux qui distribuent de l'argent et des armes pour que les routes soient bloquées et des personnes tuées ». Elle a souligné que la recrudescence des actes de violence avait perturbé le programme de lancement de « travaux à haute intensité de main d'œuvre (THIMO) » qui doivent générer des emplois pour la jeunesse.

 

Elle a annoncé qu'une mission conjointe de la Banque Mondiale (BM), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque africaine de développement (BAD) était attendue prochainement dans le pays. Les jeunes et les femmes se trouvent au cœur des préoccupations de ces institutions financières, a-t-elle assuré.

 

Abordant l'aide financière angolaise qui a alimenté une grosse polémique ces derniers jours, la présidente a indiqué qu'elle avait saisi la Cour des comptes pour que la lumière soit faite sur la gestion du don. « Cette somme a été utilisée pour des besoins de l'Etat et la régularisation a été faite après », a-t-elle expliqué, reconnaissant des procédures d'exception dans la gestion de ces fonds.

 

Les explications de la présidente sont cependant loin d'avoir convaincu le Mouvement démocratique pour la renaissance de la Centrafrique (MDREC).

 

« Ce qui préoccupe le peuple aujourd'hui, c'est la sécurité, les élections qui doivent marquer la fin de la transition. Nous sommes restés sur notre faim parce qu'elle a diverti les Centrafricains. Elle n'a pas du tout rassuré les Centrafricains », a réagi le président du parti, Joseph Béndounga. « Nous nous attendions à un recadrage de la transition parce que la transition a lamentablement échoué. Malheureusement, elle est venue faire un discours de littéraire au peuple centrafricain », a ajouté M. Béndounga.

Catherine Samba-Panza appelle au respect de l'accord de cessez-le-feu

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:40

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) (2014-10-24 11:37:07)Une délégation de l’ONG internationale ‘’Interpeace Initiative’’ basée en Suisse et conduite par son coordonnateur, Bernard Aravelo, a été reçue en audience par les membres du bureau du Conseil national de transition, avec à leur tête le président Alexandre Ferdinand Nguendet. 

 

La rencontre qui s’est déroulée jeudi au siège du parlement de transition à Bangui, a porté sur les attentes du peuple centrafricain, notamment la réconciliation et la cohésion sociale.

 

« On est venu écouter les autorités de transition et nous informer sur les questions de la réconciliation, de la cohésion sociale, le processus de reconstruction et en même temps écouter les acteurs travaillant sur la paix pour en faire une cartographie », a expliqué à la presse le coordonnateur de l’ONG ‘’Interpeace Initiative », Bernard Aravelo, peu après la rencontre.

 

Selon lui, cette visite de terrain permettra de faire une cartographie des initiatives des acteurs qui travaillent sur la paix et de formuler des recommandations aux acteurs nationaux et internationaux pour faire avancer le processus de la réconciliation et interpeller le parlement de transition sur son rôle dans la recherche pour une réconciliation.

 

Pour sa part la vice- présidente du CNT, Léa Koyassoum Doumta, s’est réjouie de la venue de l’ONG et de l’engagement de ses membres ‘’à accompagner les initiatives de réconciliation émanant du peuple centrafricain.

Une délégation de l’ONG ''Interpeace Initiative'' reçue à Bangui par le CNT

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com