Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 22:07

 

 

Ban


NEW YORK (Nations unies), 5 fév 2013 05/02/2013 21h28 GMT (AFP) - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon considère que la formation du nouveau gouvernement en Centrafrique est un "pas important vers la consolidation du processus de paix" dans le pays, a indiqué mardi son porte-parole.


Selon Martin Nesirky, M. Ban "encourage toutes les parties concernées à respecter les dispositions de l'accord de cessez-le-feu signé le 11 janvier (à Libreville) et à prendre toutes les mesures appropriées pour assurer la protection des civils dans tout le pays".


Le président centrafricain François Bozizé a nommé dimanche un gouvernement d'union nationale, attribuant le poste stratégique de la Défense aux rebelles du Séléka, mais ceux-ci menacent de ne pas intégrer la nouvelle équipe gouvernementale, faute de "consensus".

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:42

 

 

RÉSEAU DES JOURNALISTES POUR LES DROITS DE L’HOMME EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RJDH-RCA)

 

 


BANGUI : L’ONU SALUE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE

 

Banki-Moon-mali-

 


Bangui, 6 févr. 13 (RJDH) Le secrétaire général de l’organisation des Nations-Unies(ONU) Ban-Ki Moon a dans une déclaration faite le mardi 5 février, salué la formation du nouveau gouvernement d’Union nationale comme le prévoyaient les Accords de Libreville.


Pour le secrétaire général de l’ONU, c’est une étape importante vers la consolidation du processus de paix en République centrafricaine, avant d’encourager toutes les parties composantes à respecter les dispositions de l’Accord de cessez-le-feu signé le 11 janvier 2013 et à prendre des mesures qui s’imposent pour assurer la protection des civils partout dans le pays.


Ban-Ki Moon a également souligné l’urgence d’un soutien de la communauté internationale en faveur de la République centrafricaine afin de pouvoir répondre aux besoins humanitaires dans le pays.


Le 15 janvier dernier, le secrétaire général de l’ONU avait salué l’accord signé à Libreville, qui demandait un cessez-le-feu et l’accord politique sur la résolution de la crise en République centrafricaine. Il avait aussi appelé le gouvernement, les groupes politico-militaires, la coalition Séléka et les partis de l’opposition à mettre en œuvre ces Accords dans son intégralité.

 

 

BANGUI : LES FEMMES SOUS-REPRÉSENTÉES DANS LE GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE, NICOLAS TIANGAYE S’EXPLIQUE

 

nicolas-tiangaye-photo- hippolyte-donossio

 

 


Bangui, 6 févr. 13 (RJDH) – Plusieurs organisations féminines centrafricaines se sont indignées de la sous-représentativité des femmes dans le nouveau gouvernement. Sur les trente et trois membres du gouvernement d’Union nationale, les femmes ne représentent qu’un pourcent de l’effectif.  Lors de la conférence de presse  qu’il a animée mardi 5 février à Bangui, le Premier ministre Nicolas Tiangaye a tenté de donner une explication sur la situation.


« Ce n’est pas que les femmes soient incompétentes pour ne pas être représentées dans ce gouvernement. Le problème c’est que, moi je n’avais pas, ni le chef de l’Etat encore moins, à choisir les membres du gouvernement parce que, c’était les cinq entités qui devraient proposer des personnalités », a déclaré le chef du gouvernement.


Le Premier ministre poursuit en faisant savoir que, « certaines entités  n’avaient pas proposé des femmes. Donc, il y avait un nombre réduit de femmes et c’est ce qui explique que dans le gouvernement, on se retrouve seulement qu’avec trois femmes », a-t-il expliqué.


Pour Nicolas Tiangaye, cette situation n’est que provisoire, et que le jour où le pays va revenir à une situation normale, tout sera mis en œuvre afin que les femmes puissent occuper des places qu’elles méritent dans le gouvernement.


Nicolas Tiangaye qui reconnaît la délicatesse de la mise en place d’un gouvernement d’Union nationale, a mentionné que dans la mise en place de l’équipe il y aura toujours des mécontentements, car on ne peut pas donner satisfaction à 100%. L’essentiel « ce n’est pas de regarder le passé, mais de regarder le présent et l’avenir », a-t-il souligné.


Le gouvernement va travailler pour une durée  d’un an renouvelable. Selon les accords de Libreville, le président de la République François Bozizé n’a pas le pouvoir de destituer le Premier ministre.

 

 

 

 

KAGA-BANDORO : DES EX-ÉLÉMENTS DE BABA-LADDÉ TERRIFIENT LA POPULATION

 

babaladdé

 

 

Kaga-Bandoro Bangui, 6 févr. 13 (RJDH) – Quelques éléments incontrôlés de la rébellion  tchadienne du Front patriotique pour le rassemblement (FPR), d’Abdel Kader Baba Laddé, qui avaient refusé le processus de leur rapatriement auraient intégré la coalition Séléka et continuent de commettre  des exactions dans la ville de Kaga-Bandoro. Une situation vivement déplorée par la population.


D’après les témoignages recueillis par le RJDH, le mardi 5 février auprès d’un habitant de la ville qui a été aussi victime de ces exactions et qui a réussi à regagner la ville de Bangui, les rebelles du FDPC avaient  fait irruption chez lui dans la nuit du 6 au 7 Janvier dernier. « Ils m’ont déclaré qu’ils vont faire payer à la population les attaques et la destruction de leur base en janvier 2012, par des éléments de l’armée centrafricaine et tchadienne », a mentionné la source.


« Ils ont pris chez moi une somme de 38 000 FCFA,  six  chaises en plastique qu’ils avaient vendues et deux téléphones portables », a-t-elle ajouté.


La même source a indiqué que trois  motos de la procure de la ville avaient été emportées par ces rebelles mais les engins avaient été récupérés par une structure présente dans cette localité et restitués aux propriétaires, après une longue négociation avec les chefs de ces rebelles.


Pour montrer leur mécontentement, les femmes de la ville avaient organisé une marche le 15 janvier, pour protester contre les exactions de ces rebelles. Selon la source, les femmes avaient marché pieds nus et se sont rendues au domicile du commandant des rebelles de la région, Abdel Kader Kanto, pour montrer leur désolation. Celui-ci avait promis de réagir, mais rien n’est fait jusqu’alors et les rebelles poursuivent leur entreprise.


C’est après le départ des éléments centrafricains du groupe UFDR, une composante de la coalition Séléka, que ces ex-membres de l’UFR, ont commencé ces exactions.

 

 

 

 

BANGUI : DES ÉLÈVES SENSIBILISÉS CONTRE LA MUTILATION GÉNITALE FÉMININE

 

femmes-africaines.jpg

 

 

 

Bangui, 6 févr. 13 (RJDH) Les élèves du lycée Marie Jeanne Caron ont été entretenues ce matin sur la question de la mutilation génitale féminine. La sensibilisation était faite à l’occasion de la journée internationale de mutilation génitale féminine, organisée le 6 février de chaque année.


Le thème retenu pour cette année s’intitule ‘’ l’intensification de l’action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines’’. Cette activité organisée par le  réseau des jeunes dénommé Comité interafricain (CIAF), a été marquée par la projection d’un film sur l’excision et d’une conférence débat, animée par Benjamin Rédékouzou, président de cette structure.


« Eduquer une fille, c’est éduquer une nation. Ces petites filles si elles savent que la mutilation génitale féminine est l’une des  pratiques traditionnelles néfastes et qui a des effets négatifs sur la santé de la femme, elles vont en parler dans leurs  groupes et dans leurs classes, cela peut entrainer un  changement de comportement vis-à-vis de ces pratiques », a expliqué Benjamin Rédékouzou.


Il  a par ailleurs encouragé les ONG de droits de l’homme de continuer à lutter contre cette pratique néfaste. «Nous devons informer  les filles et nous demandons  aussi à tous les activistes  des droits de l’homme et autres organisations de militer pour l’éradication définitive de la mutilation génitale féminine », a-t-il conclu.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:39

 

 

 

rebelles-de-Seleka-en-RCA.jpg

 

http://www.republicain-lorrain.fr  Mercredi 6 février 2013 

 

Le chanteur spitellois et centrafricain Malépopo a construit, début 2012, un centre socioculturel dans sa ville natale, Sibut. À peine opérationnel, le bâtiment a été occupé par des rebelles, qui retiennent ses deux fils.

 

Nom de scène : Malepopo. Age : 43 ans. Domicile : L’Hôpital, en Moselle-Est. Etat d’esprit : inquiet et révolté. Dans son pays natal, la Centrafrique, Malépopo compte parmi les très grands artistes. Remplissait les stades. Aujourd’hui, le Spitellois continue dans la veine musicale, avec son Festival du conte et de l’oralité de Saint-Avold notamment, mais toujours avec un œil sur son pays, une pensée pour sa ville, Sibut.

 

Sibut. C’est là qu’il a passé les mois d’août à décembre, pour commencer à faire tourner le centre socioculturel qu’il a construit il y a un an. « Il y a dans mon village un gros problème sur le plan scolaire, l’éducation des enfants est très difficile ». Sur ses fonds propres, il a acheté un terrain et construit le centre La Tomi, du nom de la rivière qui coupe la commune centrafricaine en deux.

 

« Un opérateur téléphonique français m’a donné des clés 3 G et l’IME de Forbach, qui renouvelait son parc informatique, m’a fourni trois ordinateurs. A Sibut, personne n’a d’ordinateur. Quand je les ai installés, tous les jeunes sont venus pour voir ce que c’était ». Idem quand Malépopo propose des projections de film : « Tout le village vient, Ce sont des choses qui ne se sont jamais faites . »


Le cybercafé en cours d’installation est aussi promis à un bel avenir. Etait, plus exactement. Car le 31 décembre, quelques jours après que Malépopo a pris l’avion du retour, « des hommes en armes ont débarqué dans la commune à bord de jeeps ».


Des rebelles, partisans de Michel Djotodia, le leader de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement – une des nombreuses factions armées en conflit ouvert et armé avec le pouvoir actuel.

 

« Des hommes dangereux »


« Ils ont mis en place une cellule dans chaque secteur pour quadriller toute la ville et éviter des infiltrations. Dans mon quartier, à Goussara, ils auraient pu choisir une des écoles. Mais ils se sont établis au centre socioculturel ». Là où vivent depuis juillet ses deux enfants, Prince et Belford Yangala, 17 et 15 ans, jusque-là scolarisés dans la capitale, Bangui.


« Je leur ai installé des chambres pour qu’ils puissent être près de leur nouveau lycée et surveiller le fonctionnement du centre socioculturel ».


Sibut est coupée du monde depuis plusieurs jours. « Plus de téléphone, plus rien. Certains fuient vers le sud avec les pirogues ou à travers la forêt. C’est comme ça qu’un ami de mes fils m’a rapporté la situation. Personne n’a su me dire pourquoi les soldats les retenaient . »


La désignation de Nicolas Tiangaye comme nouveau Premier ministre est un pas vers un gouvernement d’union nationale. « Mais les tractations vont s’éterniser, notamment entre les opposants traditionnels et la Séléka [coalition rebelle, ndlr] . Pendant ce temps, mes enfants sont entre les mains de soldats que personnes ne peut gérer. qui sont très dangereux dès qu’ils ont fumé. » Une amie de Besançon, proche du porte-parole de la Séléka, « m’a assuré que ces soldats ne leur feraient rien et ne casseraient rien. Mais je sais que ces hommes sont incontrôlables. »


Vincent TRIMBOUR

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:19

 

 

 

Bozizé saluant le gl Dhaffane

Bozizé et le général Dhaffane de Séléka

 

 


LIBREVILLE AFP / 06 février 2013 19h06 - La coalition rebelle du Séléka a finalement décidé de participer au gouvernement d'union nationale en Centrafrique, formé après les accords de paix qui ont mis fin le mois dernier à son offensive contre le pouvoir du président François Bozizé, a déclaré mercredi un de ses dirigeants.



Le général Mohamed Moussa Dhaffane a fait cette déclaration à l'AFP à Bangui, au terme d'une réunion interne du Séléka, après avoir d'abord annoncé que les rebelles suspendaient leur participation au gouvernement formé dimanche dernier après de difficiles discussions.

 

Nous avons finalement décidé de prendre notre service au gouvernement. On avait pensé suspendre notre participation mais finalement on a pensé que c'était un piège du président Bozizé, a-t-il expliqué.



Les accords de paix signé le 11 janvier à Libreville, au Gabon, prévoyaient la formation d'un gouvernement d'union nationale avec notamment la participation des rebelles et de l'opposition centrafricaine.



Depuis l'annonce de la composition de la nouvelle équipe dirigée par l'opposant Nicolas Tiangaye, la rébellion hésitait sur l'attitude à adopter.



Elle accuse notamment le président Bozizé, au pouvoir depuis 2003, de ne pas avoir joué le jeu en ayant réussi à obtenir des ministres délégués fragilisant les ministres.



Le général Dhaffane, qui va être ministre des Eaux, forêts, chasse et pêche du nouveau gouvernement, avait annoncé dans un premier temps que le Séléka suspendait sa participation au gouvernement et qu'il avait requis un arbitrage du médiateur dans la crise, le président congolais Denis Sassou.



Il avait souligné que le Séléka ne fermait pas la porte mais réclamait un ajustement technique, c'est à dire un remaniement.



Après une réunion interne, mercredi en fin d'après-midi, la rébellion a finalement décidé de participer au gouvernement. Il (Bozizé) cherche à nous diviser, a expliqué le général Dhaffane.

 

La rébellion a failli renverser le président Bozizé après son offensive entamée le 10 décembre et qui l'avait amenée aux portes de Bangui. Elle a finalement accepté, sans obtenir le départ qu'elle réclamait du dirigeant centrafricain, de signer les accords de paix dans la capitale gabonaise après que les pays de la région se furent mobilisés pour empêcher la chute du président Bozizé.



Elle a obtenu dans le nouveau gouvernement le poste clé de la Défense pour son président, Michel Djotodia, également nommé premier vice-Premier ministre.



Mais la formation de ce gouvernement qui devait être composé, selon les accords de Libreville, de membres de l'opposition, du camp du président Bozizé, de la rébellion, d'anciens rebelles et de la société civile, a duré plus de deux semaines.



La rébellion s'est plainte de la place que le camp présidentiel a conservé dans la nouvelle équipe.

 

Bozizé a doublé tous les postes qui l'intéressent (...) ce n'est pas un gouvernement qui peut rétablir la confiance, avait dénoncé dimanche depuis Paris Eric Massi, l'un des porte-parole du Séléka , après l'annonce du gouvernement.



Parallèlement aux ministres titulaires, le président Bozizé a créé plusieurs postes de ministres délégués, une nouveauté par rapport au précédent gouvernement.



Le général Dhaffane avait lui estimé que le Séléka ne se reconnaissait pas dans ce gouvernement, se plaignant de ne pas avoir assez de ministères.



De source proche de l'opposition, le président Bozizé a rendu public un gouvernement sur lequel le Premier ministre et lui travaillaient encore sans avoir trouvé un accord définitif.


(©) 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:06

 

 

 

Michel Djotodia Am Nondroko

 

 

Communique-Seleka-au-sujet-du-gvt.JPGCommunique-Seleka-au-sujet-du-gvt.-2-JPG.JPG

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:12

 

 

 

logo CNRC-FB

 


Mais si nous n’acceptons pas le changement de comportement et de mentalité, tous ce que nous rêvons  ne deviendra qu’une utopie.


A tous mes amis, frères, et autres avec qui j’ai eu à un moment fait des échanges importantes et intéressantes au sein du CNRC-FB, sachez-le, je suis vraiment déçu de votre attitude et ça je vous le dis haut et fort.


La trahison pour moi n’est pas une solution en politique, la recherche des intérêts perso, n’est pas pour moi faire de la politique.


J’avais vraiment beaucoup de respect dans vos discours mais aujourd’hui, je vois claire dans ce qui n’est que du mensonge, vous ne respectez pas le peuple Centrafricain. Vos solutions portées pour le redressement de notre pays n’est qu’un tissu de mensonges. Votre rêve est d’obtenir de la misère des Centrafricains une place sur la scène politique, idem pour les idées que vous portez au sein du FRAP et des autres partis ou mouvement que vous allez créer.


Triste, vraiment triste !!!!


Il est temps pour ceux qui n’attende rien, qui ne pense qu’au bonheur du peuple d’être vigilant, de mener « un vaste programme de sensibilisation et de conscientisation contre ces genres de mouvement que vous êtes en train de créer » afin de monter chaque enfant de pays contre l’autre, c’est vous qui amené la guerre dans ce pays.


Vous avez écrit et défendu les couleurs du CNRC-FB, aujourd’hui vous nous crachez dessus, quelle honte !!!


Honte à vous parce que vous êtes tous centrafricains et mes frères, mais je suis vraiment déçu de vous. Il y avait mieux que cette solution de démissionner et de jeter disgrâce sur le Président Mr Gaston Nguérékata.

 

C’est pas comme ça, que nous jeunesse du pays, nous qui nous disons « aimer » notre pays allons réussir « le changement », ce mensonge ou trahison que vous venez de faire laisse un grand goût amer en moi. Vous ne faites que de répéter l’histoire, problème de « Mara », d’ethnie, de groupe et vous manipulez le peuple….et vous profitez pour créer un parti, un mouvement. Soyons digne et regardons-nous dans la glace, pensons aux familles qui sont touchés par vos manipulations.


Vous avez eu un comportement qui mine le développement, qui mine la confiance du peuple Centrafricain aux discours des politiques. Vous agissez comme le président Bozizé, en traitrise et vous le condamnez…


Assoiffé de reconnaissance en politique, vous abusez des gens dans des situations de trouble !!! Vous utilisez la même méthode que les autres pour vous faire reconnaître. Vous faites comme le PM en CDD et qui sait bien que ses objectifs ne seront pas atteints mais il y va quand même... J’ai beaucoup d’estime pour l’homme, mais sur ce coût NON !!! Les entraves à ses actions qui ne l’a pas pensé. Dites-moi quels investisseurs viendront en Centrafrique sachant que le pays est en eau trouble. Quel projet concret pour le peuple allons-nous réussir…


Vous n’aimez pas votre pays !!!


Sachez-le, le temps de guerre est bientôt fini en Centrafrique, vous parlez de constitution, des règles de droit ou autres mais rien de cela ne sort ou ressort dans votre comportement.


Le patriotisme vous ne l’avez pas en vous.


Et ça je vais l’assumer en criant haut et fort avec la jeunesse qui veut utiliser son intelligence au profit de SON  PAYS, de dénoncer votre non patriotisme.


-       Je proposerais au président du CNRC-FB, de mettre l’accent sur une « charte des valeurs », à tous nos adhérents afin de : permettre à tout citoyens, quelle que soit son origine, son parcours, sa position de ne plus être observateur, mais participer à la vie et au destin commun de notre Centrafrique.


-       Je proposerais au président du CNRC-FB, que nous proposons aux Centrafricains d’être ensemble pour créer une Sté créative et solidaire.


-       Je proposerais au président du CNRC-FB, de présenter aux peuple Centrafricain, une république dont le Centrafricain doit être fiers.


-       Je proposerais au président du CNRC-FB, que notre parti, Le CNRC-FB favorisera « le dialogue » à la division et  avec tous les Centrafricains nous rêverons d’une démocratie exigeante et juste.

On vous observera plus de la même façon, on ne vous laissera plus venir détruire et mentir le peuple Centrafricain. !!!!


Je vous souhaite bon vent…


Que ceux qui croie encore au Professeur Mr Gaston Nguérékata, ne vous faites pas manipuler, « leur masque » tombera un jour…


Que Dieu bénisse les actions du Pr  GastonNguérékata, de notre président, que Dieu bénisse les idées qu’il porte en lui pour notre pays.


Que tous ceux qui veulent continuer l’aventure avec le CNRC-FB, s’engage pour notre pays.


Le CNRC-FB est une famille, et une famille se défend avec courage et fraternité. Voilà le sens de mon engagement au CNRC-FB et je veux partager avec les non démissionnaires : Fidélité et détermination.


Vive le CNRC-FB !


Eric Kokouendo

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:02

 

 

 

Zameto

Faustin Zameto


 

Marcel-Diki-Kidiri.JPG

 Marcel Diki-Kidiri

 

Lorsqu’un nœud devient tellement complexe et inextricable, c’est peine perdue que de tenter de le dénouer avec douceur et patience, la seule solution est de le trancher d’un coup sec ! Avant la rencontre de Libreville II, plusieurs voix non les moindres s’étaient levées dans l’opposition politique centrafricaine, la société civile, les politico-militaires pour dire que « toute solution qui implique le maintient de BOZIZE au pouvoir n’est pas une solution de sortie de crise ».  Hélas, la suite des événements ont donné raison à ces voix.

 

Aujourd’hui, le Premier Ministre TIANGAYE est complètement phagocyté par le gouvernement pléthorique et totalement ubuesque dont BOZIZE l’a revêtu comme d’un costume de scaphandrier destiné à le couler plutôt qu’à le sauver. Sans aucune marge de manœuvre, il est contraint d’accepter, malgré lui, de diriger un tel gouvernement plutôt que de démissionner. En acceptant de composer avec BOZIZE, l’opposition démocratique et l’opposition armée de la nébuleuse SELEKA sont désormais des alliés objectifs de la mauvaise gouvernance de BOZIZE et donc comptables du gouffre d’horreurs dans lequel est précipitée la République Centrafricaine.


L’unique solution pour mettre un terme aux souffrances du peuple centrafricain, c’est d'exiger le départ du pouvoir de BOZIZE suivi immédiatement d'une transition politique. Nous voilà de retour à la case départ, au grand dam des médiateurs internationaux qui ont cru que BOZIZE allait les écouter ! Qu’est-ce que tu attends, peuple Centrafricain, pour « briser la misère et la tyrannie" comme tu le chantes dans ton hymne national ?

 

Fait à Paris, le Mercredi 6 février 2013


Faustin ZAMETO MANDOKO


Le coordonnateur du « Collectif des Oubanguiens »

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 16:18

 

 

Parfait-Anicet-Mbay-Bouar.JPG

général et Vice-Premier Ministre Anicet Parfait MBAY

 

 

Suite à la dernière parution dans Centrafrique-Presse d’un article sur le nouveau gouvernement d’union nationale dans lequel le général de brigade de la « promotion du 1er décembre 2012 » Anicet Parfait Mbay est promu Vice-Premier Ministre chargé des affaires étrangères,  plusieurs membres de la famille Mbay et non le général Vice-Premier Ministre, ont cru devoir adresser une lettre ouverte qualifiée également de « droit de réponse » à Prosper N’DOUBA Directeur de Publication de Centrafrique-Presse.

 

Contrairement à son habitude, Anicet Parfait Mbay n’a plus jugé utile de réunir une conférence de presse mais a choisi de confier sa réaction et sa défense à toute la famille Mbay qui menace de Prosper N’DOUBA de poursuite judiciaire appropriée. Cette famille reconnaît donc implicitement être solidaire et complice du ministre quant aux détournements de deniers publics au trésor, au BARC et au GTC reprochés à ce dernier.

 

  Contrairement à ce qui allégué dans cette ouverte, dans aucune des parutions de Centrafrique-Presse, la rédaction n’a fait la moindre allusion aux défunts parents d’Anicet Parfait Mbay. Vouloir réveiller des morts qui ne méritent que respect, pour la défense d’un vivant est une vaine tentative et un exercice de style totalement inutile.


En tant que ministre d’état et aujourd’hui Vice-Premier Ministre, Anicet Parfait Mbay est un homme  public et en tant que tel, peut être objet de critique pour son action politique et les actes publics qu’il pose. Pour cela, il a des comptes à rendre aux citoyens. C’est tout. Si affirmer qu’il a mis à mal la trésorerie du Groupement des Transporteurs Centrafricains ou qu’il a détourné les fonds du Bureau d’affrètement Routier Centrafricain, structure don son ministère a la tutelle est assimilé à développer la haine contre l’individu Anicet Parfait Mbay, on doit se demander qu’est-ce qu’il fait dans un gouvernement.


Le Directeur de Publication de Centrafrique-Presse ne connaît ni d’Adam ni d’Eve les différents membres de la famille Mbay signataires de cette lettre ouverte et n’a jamais allégué quoique ce soit à leur endroit. Il est donc très surprenant qu’ils puissent prendre l’initiative de lui écrire.


La rédaction de Centrafrique-Presse  a décidé néanmoins de rendre publique leur lettre ouverte qu’ils qualifient eux-mêmes abusivement de « droit de réponse » - parce qu’ils n’ont été mis en cause nulle part - juste pour la gouverne de ses lecteurs au sujet des manœuvres du Vice-Premier Ministre généralissime Parfait Mbay qui se cache honteusement derrière ses parents pour faire d’eux ses avocats quant aux conséquences de ses actes publics et de ses choix politiques derrière François Bozizé, choix qu’il doit être seul à assumer.


Pour sa part, le Directeur de Publication de Centrafrique et toute la rédaction attendent sereinement et de pied ferme les poursuites judiciaires qu’Anicet Parfait Mbay leur promet depuis 2012.

 

La Rédaction

 

 

 

LETTRE OUVERTE A PROSPER NDOUBA

 

Monsieur NDOUBA


Nous sommes sûrs que vous ne serez pas étonné de recevoir cette lettre. A la vérité, ce qui peut être étonnant, c'est que nous ne vous l'ayons pas envoyée plus tôt. Mais, mieux vaut tard que jamais.

Vous ne connaissez assurément pas cette citation de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord mais vous devrez savoir que <<tout ce qui est excessif est insignifiant>>. Or, la haine viscérale que vous nourrissez envers notre frère Parfait Anicet MBAY est non seulement excessive mais elle est, à votre grande honte, contreproductive. La preuve...

Remarquez, nous ne sommes pas dupes. Lorsqu'il avait choisi, comme il l'a fait il y'a bientôt dix (10 ans), de consacrer sa vie à l'action publique au service de notre pays, il devait inéluctablement s'attirer de l'adversité. C'est de bonne guerre.

A condition, bien-entendu, que ces contradictions de bon aloi ne se transforment pas en une haine personnelle et folle. Mais cela doit être consubstantiel à votre nature.

Monsieur NDOUBA, vous passez votre temps à vomir votre bile sur son nom, à salir son honneur, voire à appeler à son assassinat. Le moment venu, tous vos écrits, que nous avons soigneusement compilés, seront produits à l'appui de l'action en justice que nous comptons intenter contre vous.

En attendant, très franchement, ne devrait-il pas avoir une limite à la haine? Il y'a quelques mois,  vous avez osé vous en prendre à la mémoire de notre père et de notre mère, aujourd'hui disparus. A l'époque, nous avions unanimement admis qu'il n'était pas toujours utile de ''répondre aux coups de pied de l'âne''.

Plus tard, vous vous en êtes pris nommément à Edgar, fautif sans doute à vos yeux d'avoir fait lui aussi des études supérieures. Peut-être aurait-il dû s'excuser de se voir nommer à des fonctions auxquelles le prédisposent sa compétence et sa qualification.

Devant une telle campagne de haine, la famille unanime et de nombreux amis ont demandé et obtenu de Parfait Anicet et d'Edgar de ne pas répondre. Il est vrai que vous n'avez pas dû recevoir, comme nous, une éducation appropriée, faite de droiture, de respect des hommes et de la chose publique, d’humilité et de sens de l’honneur.

En effet, celles et ceux qui ont connu notre mère, Jeanne-Marie Madeleine, au cours de sa carrière d'enseignante et plus tard dans ses activités religieuses au service des plus démunis de nos compatriotes, peuvent en témoigner.

Et pour ce qui le concerne, notre regretté père Marcel MBAY qui, à la fin de sa vie en tant que Magistrat hors hiérarchie, occupait l’un des deux plus hautes fonctions de l’Ordre judiciaire (Procureur Général près la Cour Suprême) n’a jamais souffert d’indignité. Son parcours linéaire, tout au long de sa carrière, plaide pour lui, même à titre posthume. Beaucoup de ses collègues et même des magistrats plus jeunes qu’il a encadrés pourront en témoigner aussi.

Aujourd'hui, nous sommes excédés par votre campagne délirante contre Parfait Anicet MBAY, campagne nourrie par votre haine visqueuse et nauséabonde.

Toutefois, et c'est ce qui nous différencie de vous, nous ne nous abaisserons pas à notre niveau. Nous ne descendrons jamais dans vos caniveaux. Nous n'irons pas nous ébattre, comme vous, dans votre fosse à purin.

Vous devez savoir que la plupart d'entre nous vivent ici en France et en Europe. Et Dieu merci, ici, la justice peut réparer des torts et demander des comptes. Or, des comptes, vous aurez à en rendre, Monsieur NDOUBA, même caché comme vous le faites derrière le clavier de votre ordinateur.

Evidemment, il y'aurait beaucoup à dire sur votre passé mais tel n'est pas l'objet de cette lettre. Et d'ailleurs, que gagnerons-nous à utiliser les mêmes armes déloyales que vous? La vérité est que vous avez échoué, vous avez lamentablement échoué. Votre campagne hystérique a été vaine.

Les hommes passent, notre pays, la République centrafricaine restera. Notre frère quittera un jour ses fonctions, cela va de soi. Mais, manifestement et Dieu merci, il ne vous est pas encore attribué le pouvoir d'en décider. Vos contorsions, vos diatribes, vos torrents d'injures ont été vains et seront toujours vains.

Puissent notre père et notre mère reposer en paix, eux qui n’ont jamais fait de politique et dont vous avez choisi de salir gratuitement la mémoire.

Mais à partir de ce jour, sachez que vous avez ouvert la Boîte de Pandore. Agissant ès qualité d'ayants droit, nous allons, sur la base de la loi du 29 juillet 1881,utiliser tous les moyens légaux que nous offre la justice pour vous faire rendre gorge, vous et vos semblables dont le sport favori est le dénigrement et l'injure publique. Le journalisme est un métier noble. Interrogez-vous pour savoir si vous possédez cette noblesse.

Pour notre part, permettez-nous d'en douter. Mais cela, c'est votre affaire. Pour terminer, nous avons beau avoir cherché, mais nous n'avons trouvé aucune formule de politesse digne de vous.

 

Nicaise MBAY (France)

Bertin MBAY   (France)

Colonel Edgar MBAY (Centrafrique)

Madame MBAY POUNGO Sylvie (Centrafrique)

Landry MBAY (France)

Dr Paulette MBAY (Centrafrique)

Octave MBAY (Luxembourg)

Noëlla MBAY (France) 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 03:56

 

 

 

logo-MLPC.jpg

 

Martin Ziguélé 10

 

 

KNK-MLPC-0.JPGKNK-MLPC-1.JPGKNK-MLPC-2.JPG

 

 

KNK-MLPC-Confident.JPGKNK-MLPC-Confident-1.JPGKNK-MLPC-Confident-2.JPG

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 03:47

 

 

 

bozizebangui

 

 

Voilà Bozizé obligé de se retrouver autour de la table du conseil de ministres, on espère que ce sera un peu plus souvent que par le passé, avec un Premier Ministre qu’il haït mais qu’on lui a imposé et qu’il ne peut destituer, des compatriotes dont le seul tort est d’être de l’opposition et qu’il a passé le plus clair de son temps à traiter de « prostitués » ainsi que d’appartenir à la coalition de Séléka. Comme Bozizé ne comprend que le langage de la force et des armes, c’est à ce prix qu’il s’est quelque peu ramolli et a prêté un peu oreille à Séléka donnant ainsi raison à tous ceux qui pensent et sont convaincus que pour chasser Bozizé du pouvoir, il faut nécessairement recourir aux armes.


Malgré la déconfiture de son armée qui a été battue à plate couture successivement à Ndélé, Kabo, Batangafo, Bamingui, Mbrés, Kaga-Bandoro, Dékoa, Sibut, Bambari, Bria, Grimari, Sibut, Bozizé préfère facilement condamner les responsables de l’état-major des Faca plutôt que de s’interroger sur les vraies raisons de la capitulation de sa soldatesque devant Séléka. Tout le monde sait pourtant que la véritable raison de l’extrême faiblesse des Faca résidence dans  la cruelle absence voulue de leur chef suprême de les doter en armement et munitions pour les missions auxquelles on les envoie.


Aujourd’hui, Bozizé aura beaucoup de mal à digérer le fait de voir Michel Djotodia, le patron de la rébellion de Séléka officier comme ministre de la défense au camp Béal, mais après avoir dirigé la défense nationale et l’état-major des Faca depuis 1996, date de sa nomination par le président Patassé comme inspecteur des Faca puis chef d’état-major, Bozizé ne peut que difficilement expliquer le désastreux état dans lequel se trouve l’armée centrafricaine à l’heure actuelle.


C’est aussi le verdict du président tchadien Idriss Déby qui dorénavant, dissimule à peine ses critiques à l’égard de Bozizé dès lors où il lui a formé à plusieurs reprises dans son pays à Moussoro et aux frais du Tchad, plusieurs centaines de soldats centrafricains. Qu’en a fait Bozizé ? Où sont et que sont devenus ceux-ci, ne cesse de se demander le président tchadien.


Or, et c’est ce qui est franchement inadmissible et tout à la fois incompréhensible, Bozizé, ses enfants Francis et Socrate et leur entourage, ne cessent de proférer des accusations purement fantaisistes, sans fondement et sans le moindre début de preuve, au moment de l’avancée de Séléka et encore à présent, contre un certain nombre de gens tel que l’homme d’affaire américain Jack Grynberg, ou tantôt des compatriotes comme Patrick Dejean, Karim Meckassoua pourtant ministre d’état de son gouvernement de l’époque, Nicolas Tiangaye ou Martin Ziguélé.


Tous ceux-là sont accusés de financer et d’être derrière la rébellion de Séléka. Même le très zélé KNK Simplice Zingas est aussi accusé d’avoir été très souvent en contact téléphonique avec Eric Neris durant la progression de Séléka. Certains dignitaires tel Mahamat Tahir que Bozizé a publiquement accusé de faire de « simagrées » et des anciens ministres comme Alfred Poloko, Fidèle Ngouandjika pour ne citer que ceux-ci, qui auraient trouvé refuge dans des ambassades à Bangui, sont actuellement dans le collimateur de Bozizé et ses enfants qui voient en eux de vulgaires traîtres.


Ne trouvent grâce à leurs yeux ceux-là mêmes que Bozizé traitaient hier de « voleurs» tel que Edouard Patrice Ngaissona contre qui il mettait pourtant en garde l’ancien ministre de la jeunesse et des sports Jean Serge Bokassa au début de sa prise de fonction en avril 2011. A présent, c’est au même Serge Bokassa qu’il fait succéder Ngaissona, ce « voleur » notoirement connu dans Bangui comme repris de justice et récidiviste dont la spécialité établie est de vivre au crochet du trésor de l’état. Que s’est-il passé entre temps ?


De même qu’est ce qui peut expliquer et justifier la brusque montée en galon tant militaire que politique d’un individu comme Anicet Parfait Mbay qui au demeurant, a contribué au pillage des caisses du trésor et mis par terre la trésorerie du BARC et du GTC, si ce n’est le son sale boulot de « tonton macoute », de mouchardage et les fiches mensongères régulièrement adressées à Bozizé contre certains de ses collègues du gouvernement et autres.


Symétriquement, comment Bozizé peut-il expliquer que quelqu’un comme le général Antoine Gambi, prétendument général de corps d’armée, major de sa promotion à la sortie de l’ESFOA,  titulaire d’un ministère régalien comme celui des affaires étrangères, puisse se retrouver « ministre délégué » chargé du DDR. Selon nos informations, celui-ci aurait réussi à faire signer à Bozizé un décret muet c’est-à-dire non diffusé à Bangui, qui nomme son fils qui travaille à l’ambassade de Centrafrique à Paris comme consul de Centrafrique au Qatar. Ceci peut expliquer cela.

 

Enfin et toujours d’après nos informations, Bozizé qui s’est débarrassé de la plupart des ministres du gouvernement Touadéra, aurait l’intention d’envoyer néanmoins son obligé Jean Willybiro-Sako qui lui aussi n’a pas été reconduit au gouvernement, à la cour constitutionnelle pour qu’il lui arrange les affaires de fraudes électorales dont l’intéressé est un spécialiste du genre, lors des consultations électorales à suivre ultérieurement.

 

La Rédaction 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique