Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 16:29

 

 

 

Pr. Bégong-Bodoli BETINA                                 Saint-Louis, le 10 avril  2013

Maître de Conférences/ Écrivain

Université Gaston BERGER

UFR de Lettres & Sciences Humaines

Saint-Louis, SENEGAL

Tél : 00 (221) 643 66 79

Courriel : begongbetina@gmail.com

 

 

 

                                   A Son Excellence

                             Monsieur Michel Djotodia

                             Président de la République Centrafricaine

                                  

 

 

 

Objet :                    LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

                           ***

 

POUR UN SURSAUT PATRIOTIQUE  

DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

Cher compatriote,

 

Permettez-moi de saisir l’occasion qui nous est offerte, à nous, Centrafricains, pour vous exposer, dans les lignes qui vont suivre, mes préoccupations pour notre cher pays. Ces genres d’occasions sont si rares que m’en priver pour partager avec vous, ainsi qu’avec tout le peuple centrafricain mes convictions, serait non seulement un désintéressement de ma part des questions nationales, mais surtout une trahison pour ma chère patrie. En effet, notre pays va mal, très mal. Et mon seul souhait en vous envoyant ces réflexions est de secouer en vous, et en chacun des frères et sœurs qui vous entourent  votre orgueil, et si ce n’était le cas, au moins votre prise de conscience de la gravité de cette situation qui est, en réalité, un collapsus prolongé.

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. Avant même de vous exposer mes préoccupations, des faits m’inquiètent quant au caractère véritablement patriotique des groupes qui vous ont porté au pouvoir : les pillages, les vols, les viols et les destructions de ce qu’il reste du tissu économique continuent. Cela constitue une inconscience de l’état grabataire du pays dont vous venez d’hériter. C’est pourquoi, je vous propose ce que j’appelle « Une Concertation Nationale pour un Sursaut Patriotique », afin de passer au peigne fin tous les maux qui gangrènent notre cher pays et en proposer des remèdes adéquats. A cet effet, je précise que contrairement au Dialogue National Inclusif, qui s’est tenu en 2008 et qui a écarté une part non négligeable des fils du pays, une concertation nationale digne de ce nom ne peut être concluante qu’en intégrant toutes les composantes de la nation : les partis politiques, la société civile, les travailleurs, les paysans, les ouvriers, les commerçants y compris les « boubanguérés », les étudiants, les élèves, les chômeurs et les Centrafricains de la diaspora. A propos de ces derniers, il est à souligner qu’on a tendance, chez nous, à ne considérer comme Centrafricains que les Centrafricains vivant en Centrafrique, ce qui est une erreur monstrueuse. A mon avis, il faut dorénavant compter avec les Centrafricains de la diaspora, ceux se trouvant en Europe comme ceux se trouvant en Afrique, singulièrement en Afrique occidentale, dans des pays comme la Côte-d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, etc., et qui non seulement sont numériquement considérables, mais qui ont qualitativement des assises intellectuelles et sociales avérées. Or, à ma connaissance, dans le dialogue de 2008, non seulement les Centrafricains de la diaspora n’ont pas eu droit au chapitre, mais la société civile n’a été que faiblement représentée, et l’on n’a noté que la présence de l’opposition civile et armée face au pouvoir, ce qui a fait craindre une polarisation des débats entre les deux camps, sans un contrepoids neutre et objectif. Quant à la présidence du Présidium, je suis persuadé que seul un Centrafricain, ayant des repères historiques, géographiques, politiques et culturels du pays, serait en mesure non seulement de découvrir, mais surtout d’apprécier à leur juste valeur les dits et les non-dits des propos des intervenants. Non pas que je doute de la capacité et des compétences du Président du Présidium de 2008, mais j’ai raison d’avoir des réserves parce que les débats sur certaines questions traînaient en longueur parce que le Président voulait s’informer avant de trancher, ou étaient escamotés parce que le Président, ne disposant pas de clés nécessaires pour les décoder, préférait respecter son chronogramme au lieu de les approfondir. Enfin, dans le registre des regrets, je tiens à souligner qu’en raison de l’importance de cette Concertation Nationale, et du pourrissement de notre pays, il sera profitable de traiter des sujets aussi variés que l’unité nationale, la souveraineté nationale, la bonne gouvernance, l’économie, l’éducation, la santé, la culture, etc., et non se focaliser sur le seul aspect sécuritaire.

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. Après vous avoir soumis mes réserves, permettez-moi de vous exposer mes convictions sur certaines questions nationales qui, de mon point de vue, font que les Centrafricains ne sont pas visibles sur la scène mondiale, ou qui ruinent l’émergence de la République Centrafricaine, d’abord en tant qu’État, ensuite en tant que nation. Ces points sont les suivants : 1- Les symboles de l’État ; 2- La sécurité nationale ; 3- La souveraineté nationale ; 4- L’Unité nationale ; 5- L’Économie ; 6- La culture ; 7- Le tourisme, entre autres. En effet, pour moi, toutes ces questions s’imbriquent et se tiennent. Résoudre certaines et laisser de côté d’autres, comme cela s’était fait lors du Dialogue National Inclusif, serait comme tuer le loup et laisser courir les louveteaux.

 

I. DES SYMBOLES DE L’ÉTAT

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. La République Centrafricaine est un pays où presque tous les symboles de l’État, s’ils ne sont pas caducs, ont un contour flou qui prête à confusion. Je pense que dans une instance comme la Concertation Nationale, au lieu de nous voiler la face et considérer ces questions comme taboues, il serait temps de les débattre pour les contextualiser et créer ainsi une adéquation entre le peuple d’aujourd’hui et son pays. Car toute œuvre humaine est perfectible. Il serait maladroit, lâche, voire dommageable, de continuer à gouverner au XXIème siècle notre pays avec des symboles anachroniques du XXème siècle.

 

La première de ces questions est le nom du pays : République Centrafricaine. L’identité centrafricaine reste un problème d’actualité. Bon nombre de Centrafricains se posent la question de savoir si, la Centrafrique que prônait feu le président Barthélemy Boganda, ne se limitait pas aux frontières actuelles. Or non ! Boganda prônait  plutôt les Etats-Unis d’Afrique Latine, qui regrouperaient les pays de l’AEF (l’Afrique Equatoriale Française), le Congo Belge (actuelle République Démocratique du Congo) et l’Angola (pays lusophone). Même si l’idée de rebaptiser l’Oubangui–Chari en République Centrafricaine a été maintenue malgré le constat  d’échec de ce projet, il apparaît aujourd’hui, et du reste depuis toujours pour la plupart des peuples qui se trouvent hors de notre aire géographique, qu’être Centrafricain c’est appartenir à l’Afrique Centrale. Difficile d’identifier le Centrafricain lorsque l’on est à l’extérieur. Il n’est pas rare d’entendre de la bouche des interlocuteurs étrangers, lorsque vous vous présentez comme Centrafricain, des questions suivantes : êtes-vous Congolais ? Camerounais ? Tchadien ? Gabonais ? etc. Et lorsque vous répétez à votre corps défendant que non, vous êtes Centrafricain, Centrafricain tout court, ils vous rétorquent : mais Centrafricain de quel pays ? C’est ainsi que la question de notre identité nationale doit être remise à l’ordre du jour. Il est temps de proposer au peuple d’opter par référendum, soit pour l’ancienne appellation « Oubangui » en la mutilant de « Chari » ; seulement, dans notre pays, être Oubanguien c’est  habiter le long du fleuve Oubangui ; soit de créer, en tenant compte de notre histoire, de notre position géographique et de nos cultures, une nouvelle dénomination. Dans ce second cas, un appel à propositions devra être  lancé, à l’issue duquel une sélection sera opérée pour choisir  le nom qui reflèterait le mieux notre idiosyncrasie. Je pense qu’il est nécessaire de relever ce défi de l’identité nationale, à travers le plus grand symbole de l’État qu’est le nom du pays, sans quoi nous courons perpétuellement le risque d’être sans identité remarquable, anonymes, méconnus en tant que peuple différent des autres peuples de l’Afrique Centrale.

 

La deuxième question est notre hymne national, la Renaissance. Le premier vers de cet hymne est « Ô Centrafrique, ô berceau des bantous ». Je considère que ce vers, en mentionnant expressément le nom d’un groupe ethnique, « bantou », porte en lui les germes d’une discrimination ethnique au plan national. Cela apparaît comme une légitimation, mieux, la reconnaissance d’un passe-droit à un groupe ethnique par notre hymne national, au dépens des autres. Même s’il faut reconnaître l’antériorité du groupe bantou dans le pays, notamment à travers les pygmées, La République Centrafricaine est un carrefour. Beaucoup de groupes ethniques y ont trouvé refuge en fuyant les négriers et les razzias menées par les arabes. En outre, dans sa partie nord et nord-est, le peuplement dans sa majorité est soudano-sahélien. Faire chanter à un fils de soudano-sahélien, par exemple, un hymne qui fait l’éloge d’un autre groupe ethnique au détriment du sien, équivaut à ce que les colons nous ont fait chanter à l’école, à savoir « Nos ancêtres les gaulois ». Au nom de l’égalité entre tous les fils et toutes les filles du pays, une révision s’impose pour adapter l’hymne national aux réalités démographiques nationales. Notre pays n’est pas plus bantou que les deux Congo, l’Angola, ou même l’Afrique du Sud, qui n’ont pas dans leur hymne cette mention discriminatoire. Y a-t-il aux Etats-Unis, ou en Amérique du sud, une mention spéciale aux autochtones, notamment aux Indiens comme les les Mayas, les Aztèques et les Incas dans leur hymne national ?

 

La troisième question qui, comme le nom du pays, prête aussi à confusion, est le nom totémique des Centrafricains : « Les fauves du bas-Oubangui ».  En effet, si dans sa version dans notre langue nationale, le sango, « A bamara ti gbaza-Bangui », il est clair que « bamara » signifie lion, la version française ne respecte pas celle sango, et entretient un flou dans les esprits, comme si aucun Centrafricain n’était capable de traduire le sango en français. Qu’est-ce qu’un fauve ? En définissant une bête fauve, le dictionnaire Le Petit Robert nous dit ceci : « Bête sauvage au pelage fauve ». Et il énumère comme exemples le lièvre, le cerf et le lion. Cependant, dans le langage moderne, le même dictionnaire définit le fauve de la façon suivante : « Félin de grande taille », et il nous renvoie à « félidés ». Lorsque nous allons à « félidés », après avoir défini ce mot, il en donne quelques exemples : chat, guépard, jaguar, léopard, lion, panthère, tigre, etc. Alors, de tous ces animaux, desquels relevons-nous ? Des lièvres ? Des chats ? Des lions ? Des panthères ? De même que lorsque nous disons que nous sommes Centrafricains, on nous assimile aux Congolais, aux Tchadiens ou aux Gabonais, de même, lorsque nous-mêmes nous disons fauves, nous entretenons une gigantesque confusion en nous assimilant  aux lièvres, aux chats ou aux lions, pour ne citer que ceux-là. Il est temps que nous nous déterminions clairement par rapport à notre animal totémique et cessions de jouer la rivalité entre ces animaux. Qui sait si ce n’est pas à cause de ces rivalités qu’aucun animal ne veut plus nous protéger et que nous n’arrivons plus à enregistrer  de succès sportifs ?

 

Je me permets de relever le drapeau centrafricain en dernière position parce que, de mon point de vue, c’est le seul symbole de l’État qui est à la fois unificateur et d’actualité. En effet, avec ces cinq couleurs (Bleu, blanc, vert, jaune et barré de rouge), il concentre en lui seul les diversités démographique, géographique,  climatique, végétale, agricole, la diversité des ressources naturelles, et même celle   linguistique. Dans le drapeau, tous les Centrafricains, de quelques origines qu’ils soient, se sentent détenir une portion du pays, ou un bien propre au pays, qui les légitiment, confirment leur « centrafricanité » et les rendent fiers. Voilà un symbole digne d’être interprété et enseigné à la maison, dans nos écoles à nos enfants, même si dans sa conception originelle, il reflétait une réalité géographique beaucoup plus vaste que notre quadrilatère. Mais il est heureux de constater que notre pays est un concentré de tous les symboles qu’y sont représentés.

 

II. DE LA SÉCURITÉ NATIONALE

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. La sécurité nationale constitue un casse-tête face auquel tous les pouvoirs qui vous ont précédé dans notre pays ont eu à buter. Mais cette situation   n’est pas la conséquence d’un hasard. Elle est due à un certain nombre de dysfonctionnements parmi lesquels je peux citer le mode de conquête du pouvoir, le mode d’exercice du pouvoir et le traitement inégal du peuple par nos dirigeants.

 

En effet, dans notre pays, hormis la première élection du président Ange-Félix Patassé en 1993, toutes les autres conquêtes du pouvoir ont été entachées d’irrégularités, y compris celle de David Dacko en 1960, suite à la disparition tragique de notre président fondateur Barthélemy  Boganda. La norme pour accéder au pouvoir en Centrafrique est soit un tripatouillage électoral, soit un coup d’État, soit un rétablissement au pouvoir par les services spéciaux de l’ex-puissance coloniale, soit enfin, par l’accompagnement au pouvoir des rebelles centrafricains par les forces armées d’un pays frère, en l’occurrence le Tchad, avec la bénédiction de la même ex-puissance coloniale. Dans ces conditions, le fait de bafouer la voie démocratique de conquête du pouvoir crée des frustrations qui, dès le lendemain de la prise de celui-ci, se transforment en revendications puis en contestations pacifiques ou armées. Fait aggravant, cette situation devient d’autant plus insupportable qu’humiliante lorsque, ces forces armées du pays frère, devenues mercenaires, prennent leurs ordres directement du pays qui les a envoyés et, non seulement piétinent et massacrent le peuple centrafricain, mais vont jusqu’à négliger les autorités qui les ont appelées à la rescousse. Ce sont là les tristes réalités que vivent, et le peuple centrafricain et les autorités centrafricaines, faisant du pays entier une région de plus du pays frère en question, et de la haute autorité de notre État un gouverneur de province. Or, tout cet asservissement du pouvoir et du peuple centrafricains aurait pu être évité si le mode de conquête du pouvoir obéissait aux normes démocratiques.

 

Mais un des problèmes les plus épineux, qui mettent dos à dos, et nos dirigeants qui accèdent au pouvoir par tripatouillage électoral, par coup d’État, par voie démocratique ou par parachutage par les forces armées du pays frère, est le mode d’exercice de ce pouvoir. Quand j’étais étudiant, il m’a été donné de suivre le premier discours du président socialiste français, François Mitterrand. Dans ce discours, en dépit de ses plusieurs échecs électoraux et des décennies passées dans l’opposition avant d’accéder au pouvoir, le nouveau président français avait déclaré ceci : « Nous sommes venus pour convaincre, et non pour vaincre ». Dans notre pays, il est lamentable de constater que, même si quelqu’un accède démocratiquement au pouvoir, son objectif principal est de vaincre non seulement l’ancien régime, mais aussi tous les groupes sociopolitiques, ethniques ou régionaux qui ont soutenu de près ou de loin ce régime. En témoignent les destructions de commerces, d’habitations, d’entreprises, y compris d’hôpitaux et d’écoles  appartenant aux dignitaires de l’ancien régime ou se situant dans les régions des dignitaires de l’ancien régime. Dans ces conditions, comment voulez-vous que le Centrafricain investisse dans son pays ? Tout pays qui ambitionne de se développer doit d’abord compter sur les investissements de ses propres fils. Or, lorsque non seulement les citoyens d’un pays évitent d’investir chez eux, mais surtout de construire leur propre maison chez eux, de peur de se retrouver, en cas de changement de régime, du jour au lendemain sans commerce ou sans toit, c’est très grave. Plus grave encore, lorsque même les hauts dirigeants du pays, conscients de leurs forfaits, préfèrent construire leurs résidences principales dans un pays tiers, au lieu de le faire dans le pays qu’ils ont spolié, nous faisons là face à une crise totale de confiance qui pénalise durement notre propre pays. C’est la preuve que le pouvoir que nous recherchons, nous ne le faisons pas pour développer le pays mais plutôt pour remplir nos poches et, au premier coup de vent, aller rejoindre nos résidences achetées ou construites avec l’argent de la sueur de nos compatriotes sous d’autres cieux. C’est dire que si parfois conquérir le pouvoir est facile parce qu’on a tripoté les votes ou fait un coup d’État, ou qu’on a été parachuté par une force étrangère, ex-puissance coloniale ou d’un pays frère, l’exercer se révèle trop compliqué. Parce qu’exercer le pouvoir c’est s’efforcer de satisfaire les besoins de ses concitoyens. Et quiconque parvient à le faire, et essaie de créer autour de lui un consensus sur les questions d’intérêt national, n’a aucune raison de redouter les foudres de ceux-ci s’il perd un jour le pouvoir. Malheureusement, la question d’exercice inique du pouvoir a été  moult fois posée et reste toujours d’actualité, mais les dirigeants demeurent sourds.

 

Le dernier problème lié à la sécurité nationale est celui du traitement inégal du peuple. Cette discrimination, qui était peu perceptible dans les deux premières décennies de notre indépendance, a fait une irruption fracassante dans les sphères politiques de notre pays, avec l’accession au pouvoir du général André Kolingba. En effet, alors qu’auparavant on ne parlait dans l’administration centrafricaine que le français et notre langue nationale le sango, et que y parler une langue vernaculaire causait la honte, la langue maternelle du chef de l’État a impudiquement eu droit de cité dans la plupart des services administratifs, y compris dans l’armée, reléguant ainsi les citoyens qui ne savaient pas s’exprimer dans cet idiome en citoyens de seconde zone. La célérité d’une prestation de service dans l’administration était liée à l’expression du demandeur dans cette langue. Cette pratique, qui a provoqué l’indignation du peuple centrafricain et a été décriée par tous, s’est poursuivie avec le régime du président Ange-Félix Patassé. Avec le régime du général Bozizé, tout semble indiquer qu’elle s’est érigée en règle. Conséquence de cette situation, les autres citoyens se sentent marginalisés, donc peu concernés par les problèmes nationaux et, par ricochet, aux questions liées à la sécurité nationale. Dans le même ordre d’idées, on peut souligner la généralisation du népotisme dans tous les régimes précités. Or, chez nous, pouvoir rime avec enrichissement accéléré. Le fait de s’entourer majoritairement de parents, ou de nommer des parents à des postes stratégiques économiquement, politiquement et militairement, signifie les sortir du néant et faire d’eux de facto des multimillionnaires ou des milliardaires sans qu’ils aient à justifier de leur compétence dans ces domaines. De telles promotions ne peuvent avoir que des conséquences fâcheuses sur le patriotisme des concitoyens, les rendant insensibles aux problèmes de sécurité nationale et, parfois, les transformant en « zaraguinas », pour pouvoir gagner autrement ce que l’État ne veut pas leur octroyer méritoirement. On voit donc, à travers ces quelques exemples, que la sécurité nationale n’est pas exclusivement dévolue aux forces de l’ordre et de sécurité. Elle relève aussi, et surtout, des actes que posent les hautes autorités de l’État en bien ou en mal.

 

III. DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE

 

 Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. S’agissant de la souveraineté nationale, force est de constater que la République Centrafricaine n’en a jamais connu depuis son indépendance. En effet, une partie de l’explication de la cause de disparition tragique de notre président fondateur Barthélemy Boganda se trouve dans ses velléités d’indépendance et de souveraineté. Or, en l’éliminant précocement, et en imposant à la République Centrafricaine dès ses premiers pas un jeune homme peu préparé intellectuellement et novice politiquement, en la personne de David Dacko, l’ex-puissance coloniale a annihilé toute prétention à la souveraineté nationale. Elle avait entre ses mains une marionnette, un béni-oui-oui à sa solde, ignorant les intérêts du peuple. Conséquence de cela, dès les premières années de notre indépendance, les Centrafricains considéraient la politique comme un fléau. On les avait initiés à s’en désintéresser. Et ce n’est pas le coup d’État de Bokassa qui arrangera les choses, car en éliminant tous ceux qui pouvaient lui faire de l’ombre, qu’ils soient civils ou militaires, il a semé la panique au sein du peuple centrafricain. Certains hauts cadres civils et militaires ont dû abandonner leurs postes pour devenir de simples cultivateurs pour éviter qu’il ne les rencontre sur son chemin. On voit donc que dans ce contexte de psychose généralisée, parler politique pour développer sa conscience nationale devient une gageure. Or, la souveraineté nationale n’est pas l’apanage des dirigeants. Dans certaines situations où les autorités d’un pays sont humiliées, c’est le peuple qui se lève pour laver cet affront et refuser sa mise sous tutelle par une puissance étrangère. L’Espagne en constitue un exemple éloquent lorsque tous les espagnols se sont levés pour lutter contre l’occupation de leur pays par Napoléon. Tout près de nous, le soulèvement du général de Gaulle, suivi par la grande majorité des français pour résister contre l’occupation nazie constitue une leçon historique pour tous les peuples du monde. Malheureusement, en République Centrafricaine, tant du côté des autorités que du peuple, nous ne développons pas encore cette fierté nationale qu’est la souveraineté de notre pays. Certains, pour conserver le pouvoir, d’autres, pour le conquérir, font appel à des mercenaires infréquentables qui non seulement pillent nos biens qu’ils acheminent chez eux, mais encore violent sous nos yeux nos femmes et nos enfants. Il suffit de lire Le prince de Machiavel pour savoir que le recours aux mercenaires est porteur en soi des difficultés futures d’un régime et aliène la souveraineté d’un pays. Le fait que la plupart de nos pouvoirs ne survivent que grâce aux mercenaires est une sorte d’hypothèque de notre pays aux étrangers et un assujettissement de nos autorités à ceux-ci. Cela correspond à un abandon de souveraineté nationale.

 

IV. DE L’UNITÉ NATIONALE

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. Aujourd’hui, l’unité nationale est ébranlée. Elle a cédé la place aux clivages ethno-régionaux. Les différents régimes qui se sont succédés ces dernières années ont utilisé la division comme instrument politique et du pouvoir. On note même, au niveau de la capitale, une occupation des quartiers par provenance ethnique ou régionale. Pire, les langues vernaculaires ont tendance à supplanter le Sango, notre ciment de l’unité nationale dans l’administration. Il est urgent de restaurer l’unité nationale à tout prix. Pour ce faire, je suggère qu’une nouvelle capitale moderne soit édifiée, ou, à défaut, que Bangui soit progressivement détruite et reconstruite selon des normes modernes. Que l’occupation des habitats et des zones urbaines ne se fasse plus en fonction des provenances régionales ou ethniques de nos populations, mais uniquement sur la base de critères objectifs qui doivent être  définis. Tout comportement ethno-régional mérite d’être sévèrement sanctionné. Je propose qu’un projet de loi soit soumis au Conseil National de Transition (CNT)  à cet effet, et que tout acte népotiste ou ethnocentrique avéré soit passible de lourdes peines. Je pense que le pays doit avoir une association de toutes les compétences de ses fils au pouvoir et non un partage du pouvoir basé sur des intérêts népotistes et sectaires. L’Etat doit plutôt se poser comme un organe de régulation sociopolitique qui facilite la recherche de la cohésion nationale dans un contexte de fragmentation et de désordre où se trouve notre pays aujourd’hui et donc permettre la réalisation de l’unité du peuple.

 

V. DE L‘ÉCONOMIE

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. Permettez-moi de vous parler maintenant de l’économie, non pas en termes techniques, mais sous son aspect général. Depuis toujours, dans notre pays, on nous parle de l’existence sous notre sol de l’or, de diamants, de l’uranium, du pétrole, du fer, du ciment et j’en passe. Mais ces ressources nationales, pour celles qui sont déjà ou en cours d’exploitation, le Centrafricain lambda n’en note aucune incidence sur sa vie quotidienne. Or, c’est un secret de polichinelle que d’affirmer que certains pays bien africains ont vu leur PIB renforcé et le niveau de vie de leur population augmenté rien qu’à cause des diamants ou de l’uranium. Sans nous attarder sur « L’Affaire des diamants », plusieurs décennies se sont écoulées depuis lors, tout comme plusieurs régimes se sont succédés, mais les conditions de vie du Centrafricain sont restées les mêmes. Pire, elles se sont aggravées puisque l’espérance de vie du Centrafricain est tombée à trente-neuf ans (39 ans) alors que quelques décennies plus tôt elle était supérieure 50 ans. Quant aux ressources qui ne sont pas encore exploitées, qu’attendons-nous pour le faire ? Aujourd’hui, le prix d’un sac de ciment se situe entre treize mille cinq cents (13.500 FCFA) et quatorze mille cinq cents francs CFA (14.500 FCFA). Par moments, il atteint des pics qui vont jusqu’à dix-sept mille (17.000FCFA) ou dix-huit mille francs CFA (18.000 FCFA). Quand on sait que le SMIG dans notre pays est de quinze mille francs CFA (15.000 FCFA), soit moins que l’équivalent d’un sac de ciment en période d’inflation, comment voulez-vous qu’un Centrafricain qui ne « rallonge » pas son salaire puisse posséder une maison digne de ce nom ? Et on nous dit que nous disposons du ciment non loin de Bangui ! Vous vous rendez compte ? Cet exemple est aussi valable pour le pétrole, le fer et l’or, celui-ci n’étant exploité qu’artisanalement par les trafiquants de tous bords. Je propose, qu’au cours des travaux de cette Concertation Nationale que j’appelle de tous mes voeux, non seulement il y ait un atelier consacré à l’économie, mais qu’une décision soit prise pour Organiser des Etats Généraux de l’Economie afin d’engager  le débat sur le type de croissance idoine de tous les secteurs économiques (primaire, secondaire et tertiaire) susceptibles de porter la croissance du PIB à des niveaux significativement supérieurs aux taux de croissance démographique et ainsi réduire la pauvreté. Je sollicite une attention particulière des futurs participants sur l’agriculture. Savez-vous que notre pays est autosuffisant alimentairement depuis 1963, privilège qu’il est en train de perdre ? Cela est essentiellement dû à une géographie et une répartition climatique variées et équilibrées. Mais nous ne tirons pas suffisamment profit de cette manne que nous ont léguée nos ancêtres et nous nous focalisons surtout sur les cultures de rente, alors que nous sommes très concurrencés sur ce terrain par les pays industrialisés qui subventionnent leurs agriculteurs. Il est temps de diversifier nos cultures et moderniser ce secteur, même si  le coton et  le café sont les produits les plus rentables pour notre économie.

 

VI. DE LA CULTURE

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. La culture de notre pays est méconnue à l’extérieur. Et pourtant, la République Centrafricaine est un pays aux richesses culturelles multiples et variées. Pourquoi ne pas en faire un espace culturel rayonnant dans la sous-région, en Afrique, voire dans le monde ? Il suffit pour cela d’en avoir la volonté. Par exemple, notre musique n’a pas de lisibilité en Afrique et dans le monde. Comme je l’ai dit plus haut en parlant de l’identité nationale, lorsque nos musiciens passent sur les radios ou les télévisions étrangères, ils sont systématiquement assimilés aux musiciens congolais. En Afrique Centrale, si au début des indépendances, la plupart des musiciens pratiquaient la rumba, aujourd’hui, tous les autres pays ont trouvé leur propre voie, sauf la République Centrafricaine. Le Cameroun a été le premier à s’en démarquer avec la « Makosa », le Gabon en a fait de même dans les années quatre-vingt et le Tchad leur a emboîté le pas tout dernièrement. Inutile de parler des pays de l’Afrique Occidentale comme le Mali, la Côte-d’Ivoire ou le Sénégal, qui ont su se faire une place au soleil musicalement. Pourquoi ne ferions-nous pas autant en relançant et en modernisant nos musiques et danses traditionnelles comme celles  des Broto, des Pygmées, des Zandé, des kaba, etc., notamment le yangba-bolo, le gbayora, etc. ? A cet effet, pour encourager les musiciens les plus originaux et les plus créatifs, des prix pourraient être créés qui consisteraient en l’octroi de bourses d’études dans des instituts de musicologie les plus réputés au monde. Et il en va de même pour les arts (dessin, art plastique, sculpture, etc.). Quant à la littérature, la République Centrafricaine foisonne d’écrivains qui, faute de maisons d’édition, empilent leurs manuscrits dans des tiroirs. Comment expliquer qu’il y a des dizaines de maisons d’édition au Cameroun, dans les deux Congo, au Gabon et au Tchad, et seule la République Centrafricaine n’en possède pas une seule ? Le rayonnement d’un pays, si les politiques sont défaillants, peut venir de la culture et des sports. Le Cameroun nous en administre quotidiennement la leçon, et nous sommes quasiment les mêmes peuples (les bantous et les soudano-sahéliens). Pourquoi les Centrafricains n’émergent ni culturellement, ni sportivement ? Sommes-nous maudits ? Mais maudits par qui ou par quoi ? Voilà autant de questions que je me pose et que je souhaite,  Monsieur le Président de la République, Cher compatriote, que vous les posiez avec moi, et qu’au sortir de cette Concertation Nationale que je vous propose, nous retrouvions un nouveau souffle pour inscrire et positionner notre chère patrie parmi les Nations qui comptent.

 

VII. DU TOURISME

 

Monsieur le Président de la République, Cher compatriote. La RCA dispose d’un potentiel touristique d’autant plus enviable que très varié. Sa faune, son avifaune, sa flore, ses chutes, son artisanat, sont d’une variété rare. Même la variété des peuples et des cultures qu’on y trouve constitue en soi des attractions touristiques. En dehors des parcs à animaux existants (Gounda Saint-Floris, Dzanga Ndoki et la réserve spéciale de Dzanga-Sangha), la création de parcs à oiseaux, à papillons, à reptiles (lézards, serpents, tortues, crocodiles, etc.), qui pourront constituer des spécificités du tourisme centrafricain serait d’une grande utilité pour le pays. Pourquoi ne pensons-nous pas à ces choses ? Naturellement, le tourisme va avec la paix. J’espère qu’au sortir de cette Concertation Nationale, une paix durable s’instaurera, entre le pouvoir et nos frères qui hésitent à déposer les armes, afin de permettre la réalisation de ce genre d’activité. En outre, et de façon subsidiaire, créer aussi une atmosphère de paix et de tranquillité propice à cette activité dans tout le pays par la neutralisation à tout prix des « zaraguinas » et des braconniers. Sur le plan administratif, il est important que l’État encourage les particuliers à s’investir dans ce secteur en facilitant les procédures d’autorisation dans le cadre du tourisme. Enfin, et en concertation avec les autres États, envisager la création d’un visa touristique de la CEMAC pour rendre plus larges les offres touristiques.

 

Monsieur le Président de la République, Cher frère, voilà succinctement exposés mes regrets, ainsi que ce que je pense profondément de notre pays, de nos gouvernants, de nous-mêmes, pour que nous puissions nous sortir de l’opprobre dans laquelle nous nous trouvons si longtemps plongés, comme si nous nous complaisions dans cette situation. Personne ne viendra secouer le joug de l’esclave à sa place. Par conséquent, personne ne viendra nous octroyer gracieusement notre indépendance, notre souveraineté, notre unité, si nous-mêmes ne sommes pas engagés à le faire. Et pourtant, le faire c’est simplement nous rendre doublement fiers : vis-à-vis de nous-mêmes et vis-à-vis de notre pays.  

 

 

Saint-Louis, le 10 avril 2013

Pr. Bégong-Bodoli BETINA

Maître de Conférences/ Écrivain

Université Gaston BERGER

Saint-Louis, SÉNÉGAL

 

Lettre ouverte du Pr Begong Bodoli Bétina au  Président Michel Djotodia

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog