Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 22:57

 

 

 

 

Bangui 12 mai 2012 (CAP) – Le 27 avril dernier s’est tenu dans la salle de conférence de la résidence JM 1, un congrès extraordinaire du KNK, parti fondé par le président déchu François BOZIZE YANGOUVONDA, actuellement réfugié sur le territoire camerounais, on ne sait pour combien de temps encore.

 

Cette assise a été convoquée par le bureau politique de ce parti que préside Joseph KITICKI-KOUAMBA suite à une vaine manœuvre de division orchestrée depuis son exil camerounais par le même BOZIZE visant à imposer à son parti ses hommes et femmes de paille que sont Célestin Leroy GAOMBALET alias « Gaou la fumée », ex-président de l’assemblée nationale boziziste, toujours réfugié au camp de la FOMAC à Bangui-Mpoko, Bertin BEA et Gina SANZE, tous deux ex-députés de la chambre monocolore KNK dissoute après le renversement de BOZIZE.

 

Au cours des travaux de ce congrès du KNK, on retiendra essentiellement que deux orateurs ont particulièrement critiqué et dénoncé la mauvaise gouvernance du président fondateur du KNK. Il s’agit de Mme Annette AOUDOU PACCO qui a relevé pour les dénoncer « les anciennes pratiques de division et d’affaiblissement du président fondateur en faisant du parti un patrimoine personnel alors que l’heure est à l’unité pour le triomphe des idéaux du parti.».

 

Le second orateur de ce congrès, l’ancien premier ministre Elie DOTE s’est lui évertué à rendre un hommage appuyé au président KITICKI-KOUAMBA « pour le courage d’avoir continué à mobiliser les ouvrières et ouvriers du parti en dépit des conditions sécuritaires exécrables du pays. » Il a poursuivi son intervention pour stigmatiser l’attitude des autres leaders du KNK qui « ont préféré se réfugier dans les ambassades ou quitter le pays alors que KITICKI a continué lui, de rester au pays pour organiser des rencontres pour le maintien du parti. »

 

Elie DOTE qui a fini son allocution par l’annonce de son départ définitif du KNK, a néanmoins tenu à dénoncé « l’ingratitude, la méfiance vis-à-vis des cadres du parti, l’entêtement, l’irrespect des textes fondateurs et le manque de vision du président fondateur du parti ayant abouti au coup d’état du 24 mars 2013. »

 

C’est par l’adoption des résolutions issues des travaux en commission et d’une motion de remerciements au président Michel AM NONDROKO DJOTODIA qui a accepté la tenue de leurs congrès extraordinaire ainsi qu’à Théodore DABANGA qui a mis la salle de conférence à leur disposition que les dirigeants et congressistes du KNK ont clôturé leur assise. 

Le KNK dénonce la mauvaise gestion du parti qu’il a crée et tourne la page BOZIZE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com