Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 23:16

 

 

  

 

 

APA-Libreville (Gabon) 2013-05-20 12:49:21

 

 

Le Gabon, à travers l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), appuiera la République centrafricaine (RCA) dans la mise en place d’un cadre juridique, institutionnel et opérationnel de gestion de ses aires protégées, actuellement menacées par le braconnage d’éléphants à grande échelle, a-t-on appris de source officielle.

 


Selon un communiqué de la présidence de la république gabonaise publié lundi, cette assurance provient de ce que Libreville a été sollicité jeudi dernier, par le président centrafricain, Michel Djotodia en personne lors d'un bref séjour dans la capitale gabonaise où il a rencontré le chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba.



Au moins 26 éléphants ont été tués dans le parc national Dzanga Sangha au début du mois dans la forêt de Dzanga Bai, un site du patrimoine mondial dans le sud-ouest de la République centrafricaine. 



Le "Dzanga Bai" est une grande clairière de forêt, unique au monde, où entre 50 et 200 éléphants se rassemblent tous les jours pour puiser les sels minéraux présents dans le sol. 



‘'La première fois que j'ai visité Dzanga Bai, j'ai été immédiatement captivé par l'une des merveilles naturelles les plus fascinantes du monde'', a déclaré le professeur Lee White, secrétaire exécutif de l'ANPN, ajoutant que ‘'c'est un de ces endroits que chaque être humain devrait avoir vu une fois dans sa vie. Il est officiellement reconnu comme un site du patrimoine mondial, et notre monde ne serait plus le même si nous perdions un trésor naturel tel que le Dzanga Bai''. 



Ces dernières semaines, cette région a connu un braconnage si intense que la loi et l'ordre n'ont pu y être maintenus. Certaines de ces attaques sont aussi le fait des braconniers locaux qui ont profité de la situation. 



Une délégation de l'ANPN dirigée par Mike Fay, le conseiller spécial du président de la République gabonaise qui a participé à la classification du parc national de Dzanga-Ndoki il y a 30 ans, a été envoyée le 16 mai à Bayanga en RCA afin de travailler avec le gouvernement sur une stratégie pour sécuriser la zone et rétablir les activités de conservation.

 

La délégation a fait savoir que la sécurité était actuellement revenue dans la zone. Le travail de restauration de la protection du parc et de sa richesse doit être entamé sans tarder. 



‘'Il faut immédiatement lancer des actions de protection et appuyer les capacités des agents'', a indiqué Richard Ruggiero, du Service de la Vie sauvage du gouvernement américain (US Fish and Wildlife Service). ‘'En protégeant les éléphants, on protège les populations locales par la création de pôles de bonne gouvernance. La coopération internationale vient en aide aux humains comme aux animaux ‘'. 



Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a exprimé l'espoir que les organisations sous régionales de coopération et de préservation de l'environnement (CEEAC, COMIFAC, RAPAC) et les organisations non gouvernementales de conservation vont accompagner le Gabon et la République centrafricaine pour répondre à ce défi. 

 


‘'Il y a un lien direct entre l'ivoire tâchée de sang et la stabilité en Afrique. Ainsi ce drame dépasse la simple question de l'environnement'', a indiqué le président gabonais. ‘'Nous devons tous travailler ensemble pour restaurer la bonne gouvernance en République centrafricaine, protégeant tout à la fois les populations et la biodiversité'', a-t-il exhorté. 



Une étude publiée dans le journal PLOS ONE1 confirme que l'Afrique a perdu plus de 60% de ses éléphants de forêt ces 10 dernières années. La situation est plus qu'alarmante : il s'agit rien de moins que de la disparition annoncée d'une espèce emblématique de la surface de la terre. 



Le Gabon, qu'on pensait relativement protégé, a pourtant également été lourdement frappé par le braconnage. Une étude menée par l'ANPN en 2012 a révélé que depuis 2004, 17.500 éléphants de forêt ont été abattus dans le nord du pays.

 

 

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=200480#sthash.MXnMMmxD.dpuf

Gestion des aires protégées : Libreville promet un appui à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com