Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 20:27

 

 

 

Fait à Dakar, le 15/04/2013

 

 

Déclaration

 

C’est avec amertume que nous constatons les mêmes déclins de l’administration Centrafricaine du temps du général président BOZIZE mais ce déclins a atteind son apogé avec le SELEKA (Exécution des manifestants protestont contre les exactions du SELEKA à Berberati,  Le décès de Joseph Patassé tombé sous les balles du SELEKA, Répresaille  sanglante des jeunes manifestants après l’exécution d’un taxi-moto par les élements du SELEKA, Exécution, arrestation arbitraire et extorsion à Boy rabe par les élements du Seleka sous pretexte désarmement, des tirs d’obus sur l’église Baptiste de Galabadja ayant occasionné la mort de 7 personnes et plusieurs bléssés y compris des enfants et le pasteur M. Mbaye Franco).

 

Joint par RFI, le ministre de la Sécurité, Noureddine Adam, a répondu : « Nous sommes en opérations, impossible de vous parler ». Et dans l'entourage du président Michel Djotodia, on reconnaît « des petits soucis » à Boy-Rabe

 

Ci-dessus le resultat des opérations du désarmement du Seleka dans les quartier Nord de Bangui  coordonnées par les forces de la SELEKA, sous leur autorité on tire des obus sur des enfants et des femmes.

 

Le président de la république Tchadienne en la personne de M DEBY est responsable à part entière de ce qui arrive au peuple Centrafricain à travers ses ZAKAWA qui sont sur le terrain qui tuent et pillent.

 

Nos opposants démocratique sont coupables de ces crimes odieux de part leurs silences approbateur. Le premier ministre Nicolas Tiangaye et son gouvernement auront des comptes à rendre au peuple Centrafricains pour avoir cautionner ces crimes en ne les dénoncants pas.

 

Les nations unies ont abondonnée le peuple Centrafricains en réfusant d’envoyer les troupes onusiennes de maintiens de paix pour protéger le peuple. Au Mali les islamistes détruisent les mausolées, en Centrafrique la coalition rebelle Seleka détruise les églises, le 14 Avril 2013 les éléments du Seleka ont tiré trois obus dont les images des victimes ci-dessus. Est ce que les nations unies ont besoins d’un schema pour comprendre que le peuple Centrafricain est entrain d’être massacré par les islamistes sous couvert du Seleka et de Deby qui couvrent ces crimes.

 

Le Collectif  souhaiteque le cas dela Republique Centrafricaine soit traiter par l’UA et non la  CEEAC car le président Deby utilise la CEEAC à sa guise ( Le Sécrétaire général de la CEEAC est un Tchadien et un proche de Deby, le répresentant spécial du Sécretaire Général des nations unies à Libreville est un Tchadien et aussi un proche de Deby).

 

Nous tenons à témoins toute la Communauté Internationale sur les interventions répétitives des forces venues du Tchad avec ou sans la complicité direct ou indirect des autorités du Tchad notament DEBY ,le peuple Centrafricain souffre sous le regard indéfferent de la France, des Etats Unies,de l’union Africaine et des Nations Unies suite. Le Collectif condamne les violations des articles de la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés
Article 2

                

Les États Parties veillent à ce que les personnes n'ayant pas atteint l'âge de 18 ans ne fassent pas l'objet d'un enrôlement obligatoire dans leurs forces armées..

 
Article 4

1. Les groupes armés qui sont distincts des forces armées d'un État ne devraient en aucune circonstance enrôler ni utiliser dans les hostilités des personnes âgées de moins de 18 ans.

 

2. Les États Parties prennent toutes les mesures possibles pour empêcher l'enrôlement et l'utilisation de ces personnes, notamment les mesures d'ordre juridique nécessaires pour interdire et sanctionner pénalement ces pratiques.

 

3. L'application du présent article est sans effet sur le statut juridique de toute partie à un conflit armé.

 

Le coordonnateur général

 

Kenny  Wilfried  ZOUNGARANI

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com