Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 11:02

 

 

 

 

 

Ce qu’on vous dit, du coup vous le savez tous déjà, mais il y a des choses qu’on dit et qu’on ne vous dit pas bien et qu’un grand nombre ignore.

 

1- Notre fiche signalétique

 

Ce qu’on vous dit

 

C’est que la Centrafrique est un petit pays enclavé situé au coeur de l’Afrique comme l’indique son nom. Elle est sans intérêt pour la communauté internationale car elle n’a pas de richesses. C’est un pays qui a à peine 5 millions d’habitants pour une superficie de 623 000 km². C’est pays où la population vit à peine avec deux(2) euros par jour. La Centrafrique est classée parmi les pays pauvres très endettés (PPTE) par la Banque mondiale.

 

Ce qu’on ne vous dit pas

 

C’est que la Centrafrique est aussi grande que la France et la Belgique réunies. Qu’elle dispose des ressources naturelles et minières. Un pays où le sol-sous est vachement riche en diamant, en or etc. Un pays où on trouve de différentes essences de bois industriels à commercialiser.

Qu’elle est riche en faune et flore. Quand il s’agit de parler safaris, les touristes se tournent vers Kenya, Tanzanie, Afrique du Sud, mais en aucun moment la République Centrafricaine. Ce qui est un manque à gagner pour ce pays, car le pays abrite une faune très variée, on peut visiter en son sein de parcs nationaux, à l'exemple du Manovo-Gounda Saint Floris. C'est la plus grande réserve naturelle de la sous-région, sa superficie s'étend sur plus d'un million sept-cent quarante mille hectares. On y trouve de nombreuses espèces menacées, à l'instar de l'hippopotame ou du rhinocéros noir. Le parc Dzanga Sangha, à l'ouest du pays vaut également le détour pour son écosystème exceptionnel, encore préservé du tourisme de masse à ce jour ; on y retrouve du gorille ou d’éléphant. Les richesses de ce pays dont personne n’en parlent ou refusent volontairement d’en parler médiatiquement provoquent la convoitise d’autres les pays riches et des particuliers fortunés qui y financent des groupes rebelles armés pour mieux se servir illégalement sans que les recettes passent par la caisse de l’Etat, et tout ceci, grâce aux complices de certains dirigeants avides et égoïstes ; conséquences, des unités actives qui oeuvrent de partout pour contrôler ces riches qui échappent totalement au contrôle du pouvoir central.

 

2- Nos dirigeants, notre société et notre vie politique…

 

C e qu’on vous dit

 

On vous dit que la Centrafrique vit depuis plus d’un demi-siècle un cycle décennal de coups d’Etat. On vous dit aussi que ses dirigeants n’ont pas le sens du patriotisme, qu’ils ne

soucient pas du peuple, qu’ils viennent uniquement se servir, se remplir les poches. Et il est vrai. On ne voit pas qui viendra démentir ceci.

 

Ce qu’on ne vous dit pas

 

On ne vous dit pas que les futurs dirigeants voraces centrafricains, généralement, tiennent leurs réunions de partage du gâteau à l’extérieur du pays, plus particulièrement en France dans des maquis africains au sous-sol, dans des entrepôts ou dans des fast-food, on les voit et on les croise à tout moment, mais on ignore ce qui se dit entre eux; c’est là où il y a des plans d’assassinats, d’exactions, de viols, de toutes sortes de violences se dessinent. Les murs de ces différents locaux entendent tous et savent tous, mais n’ont pas de bouches pour tout dévoiler. Y demeurent de vrais secrets que le grand public ignore complètement. Ils savent très bien ce qu’ils veulent faire une fois le pouvoir conquis. Ces différents opposants aux différents pouvoirs en place n’ont jamais fait des réunions publiques, des conférences de presse.

 

Tout se passe à huit-clos car le plan est machiavélique. Ces conquérants de pouvoir par des armes n’ont jamais une feuille de route. On ignore totalement leur projet de société ; pourtant dans la diaspora ils sont là avec nous, ils bouffent avec nous, ils fêtent avec nous. Ils ne disent pas qu’ils sont des « sous-marins », des renseignements généraux officieux qui éditent des fiches sur vous, sur vos moindres gestes, des « judas » ; ils ne se déclarent pas des bandits du grand chemin. Vous ignorez que les trois grandes fêtes nationales centrafricaines sont entrain d’être mises au placard par ces différents dirigeants du pays. A savoir, les 1er décembre, 29 mars et 15 août.

 

3- Les mauvais coups

 

Ce qu’on vous dit

 

On le dit tout le temps depuis un certain temps et ça fait la une des médias. On dit que la Séléka, qui est un nom sango (RCA) et lingala (les deux Congo) qui signifie « alliance ». Alors alliance des différents groupes armés hostiles au régime de Bozizé qui a décidé depuis le 10 décembre 2012 de prendre le pouvoir et qui est parvenue à le faire depuis le 24 mars 2013. Et que certains éléments de cette coalition commettent les pires exactions que la Centrafrique n’a jamais connues.

 

Ce qu’on ne vous dit pas

 

On ne vous dit pas que la Séléka était déjà dans le pays de Boganda depuis l’assassinat des grandes figures politiques de l’époque telles que le colonel Christophe Grélombé, le général Bédaya Djader, j’en passe. Les différentes mutineries incessantes meurtrières des années 90 étaient déjà fomentées par une coalition, ces unités actives internes étaient donc des Séléka. On ne vous dit pas que si les centrafricains ne changent pas radicalement la façon de faire

leur politique, les coalitions désastreuses militaires et pseudo démocratiques demeureront toujours et toujours dans ce pays.

 

La Séléka n’est pas arrivée en Centrafrique seulement suite à l’assassinat de Monsieur Charles MASSI ou exactement le 10 décembre 2012 qui est le début de sa marche sur la capitale Bangui pour prendre le pouvoir à François Bozizé. Les Séléka étaient même déjà là en Centrafrique en 2001 et 2003 sous une autre appellation que nous oublions aujourd’hui (les zaggahawas).

 

Ce qu’on vous dit

 

On vous dit que depuis le 24 mars 2013, il y a des exactions perpétrées en Centrafrique par certains éléments non contrôlés de la seleka.

 

Ce qu’on ne vous dit pas

 

On ne vous dit pas que d’autres groupes armés tuent, massacrent, violent, kidnappent les centrafricains de partout. Qu’une rwandatisatisation se profile dans le paysage centrafricain, qu’une guerre confessionnelle se dessine. Qu’il y a eu plus de 1155 morts depuis décembre 2012, 3000 réfugiés en Equateur (RDC )et plus 1000 au Cameroun. (Bilan non officiel).

 

4- Au-delà de nos frontières

 

Ce qu’on vous dit

 

On dit au peuple centrafricain que c’est le président tchadien Idriss Déby Itno qui met et destitue les présidents centrafricains au pouvoir depuis 2003 à aujourd’hui, qu’il veut remplacer le feu Omar Bongo. Que la plupart des sommets ou des rencontres concernant la République fantôme centrafricaine se tiennent à Ndjamena. Déby manipule les dirigeants centrafricains comme ses marionnettes.

 

Ce qu’on ne vous dit pas

 

On ne vous dit pas qu’Idriss déby veut la réunification du Tchad-Centrafrique-Darfour afin d’être le super président d’un Etat en Afrique centrale. Déby veut utiliser le fleuve Oubangui pour ravitailler le lac Tchad qui tarit. Déby ne veut pas entendre parler d’exploration et d’exploitation du pétrole centrafricain, ce qui mettra à mal l’économie tchadienne, vu que c’est la Rca qui est son principal client en kérosène . On ne vous dit pas que ce sont les officiers tchadiens qui forment l’armée centrafricaine sur son propre territoire et connaissent toutes les stratégies militaires de cette même armée depuis les années 90 sous le règne de Patassé via la MISAB et aussi son espace géographique.

 

On ne vous dit pas que non seulement Déby considère les dirigeants centrafricains comme ses gouverneurs provinciaux marionnettes, mais c’est aussi Ndjamena qui paie depuis 2003 jusqu’aujourd’hui les fonctionnaires de l’Etat fantôme centrafricain. Il décide avec son

homologue congolais Sassou Nguesso par exemple le montant du salaire qui doit être versé aux conseillers nationaux du nouveau régime au CNT.

Du coup c’est eux qui gèrent les administrations civiles et militaires centrafricaines, d’ailleurs qui n’existent plus depuis le 24 mars 2013.

 

5- Nous, centrafricains

 

Ce qu’on vous dit

 

On vous dit que les centrafricains sont un peuple désuni. C’est ce qu’on a l’habitude d’entendre le plus souvent.

 

Ce qui sort aussi souvent de la bouche des centrafricains quand il s’agit de parler de leurs compatriotes est la phrase suivante en sango, la langue nationale généralement « mbi yéka milieu ti a centrafricain apè, mbi yéka sarango yé ti ala pè » littéralement : « je n’aime pas le milieu centrafricain, je n’aime pas leur façon de faire », or celui qui parle est un centrafricain en question.

 

Paradoxe ; il ou elle se considère du coup différent de l’autre, se comporte comme un étranger vis-à-vis de l’autre ou des autres, se met en avant et dénigre immédiatement l’autre en face, il ou elle se croit mieux loti que ce dernier ou cette dernière. Ils s’accusent mutuellement ; ce n’est jamais de sa faute, toujours celle de l’autre ; ils aiment se dédouaner, se justifier, critiquer, mais ne sont jamais solidaires. Ils aiment prendre des exemples sur les autres peuples, ne s’encouragent pas, sont aigris, mesquins, avides.

 

Un centrafricain quand il veut se servir de toi ne te le dit pas ouvertement, il pense qu’il est plus intelligent que toi et que tu ne comprendras pas les choses, se prend pour une élite. Il marche en « sous-marin », t’utilise comme marchepieds pour arriver à ses fins. Vous savez qu’un centrafricain est un vicieux, un récupérateur de situation, prêt à trahir pour arriver à ses fins. Il déteste la réussite de l’autre. Il n’encourage pas. Est toujours dans le dénigrement. N’est pas mobilisable, ni militant, ne s’investit pas dans les affaires citoyennes, ne s’engage pas au niveau associatif, il préfère faire une politique du sous-sol. Un centrafricain pense que c’est par la politique qu’il peut réussir sa vie professionnelle et que c’est par là que sa vie sur le plan social va changer. Il n’est pas confidentiel.

 

On dit que le centrafricain à toutes les vices ou encore possède les sept(7) pêchés capitaux interdits par la Sainte Bible pour les chrétiens.

Ce qu’on ne vous dit pas

 

On ne vous dit qu’il existe des centrafricains qui ont de très bonnes idées, qui aimeraient les partager avec d’autres centrafricains comme eux, dans un groupe, dans un parti politique, au sein d’une communauté ou dans un conseil de quartier;

Mais hélas, ceux là ont peur, peur de faire émerger leurs idéologies, peur de les partager, peur d’être combattus, peur de voir leur famille en pâtir par représailles. Ils ont peur tout court.

 

On ne vous dit pas que certains centrafricains de la diaspora ont vraiment une très grande envie de retourner dans leur pays fantôme pour en être utiles. Mais n’ont pas cette baguette magique pour faire changer les mentalités. Ils ont besoin d’être unis, d’avoir la même vision des choses, mais hélas, ils ne sont qu’une poignée. On ne vous dit pas que les centrafricains ont un patrimoine commun qui est la langue sango parlée sur toute l’étendue du territoire. On ne vous dit pas non plus que les centrafricains ne se marient pas par affinité clanique ou tribale.

 

Pour finir, Monsieur Jean-Dominique MERCHET, journaliste et spécialiste des questions de défense et d’autres spécialistes doivent in fine savoir que tout ce qui vient d’être dit constitue la Centrafrique.

 

Elle n’est donc pas UNIQUEMENT UN PETIT PAYS SANS RICHESSE, comme il la qualifie......dans l’émission Opinion décryptage.

 

Que la Centrafrique n’est pas non plus LE SPARADRAP DU CAPITAINE HADDOCK.

On vous dit beaucoup de choses et on vous en cache pleins ; ce titre, je l’ai emprunté à un écrivain britannique Xiang Ying d’origine coréenne. Il y a bien d’autres points à aborder et j’espère que d’autres personnes pourront compléter ce texte.

 

Rocka Rollin LANDOUNG

 

Analyste du système international, ancien étudiant 3è cycle, Institut Catholique de Paris-ICP

landoungr@gmail.com

CES CHOSES QU’ON VOUS DIT ET CE QU’ON NE VOUS DIT PAS SUR LA CENTRAFRIQUE ET LES CENTRAFRICAINS par Rocka Rollin LANDOUNG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com