Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 11:49

 

 

 

 

30 juin 2013

 

Le ministre centrafricain de la Communication, Gazam Betty, annonce aujourd’hui que le ministre des Eaux et forêts, Mohamed Dhaffane, haut responsable de la coalition rebelle Séléka, a été limogé de son poste et arrêté. « Le ministre Dhaffane a été mis aux arrêts puis placé en garde en vue en attendant une perquisition à son domicile », indique-t-il, expliquant que celui-ci est soupçonné de recruter de mercenaires et d'acheter des armes.

 

(Source : AFP)

 

 

Centrafrique: le ministre des Eaux et forêts Mohamed Dhaffane arrêté


BANGUI - AFP / 30 juin 2013 16h15 Le ministre centrafricain des Eaux et forêts, Mohamed Dhaffane, une des figures de l'ex-coalition rebelle Séléka aujourd'hui au pouvoir, soupçonné de recruter des mercenaires et d'acheter des armes, a été limogé et arrêté, a-t-on appris de source officielle dimanche.



Le ministre Dhaffane a été mis aux arrêts puis placé en garde en vue en attendant une perquisition à son domicile, a déclaré à l'AFP le ministre de la Communication Gazam Betty.



Tout porte à croire que le général Dhaffane recrutait des mercenaires et achetait des armes (...) on ne sait pour quelle raison, a précisé M. Gazam Betty, lui aussi issu du Séléka. De plus, ces mercenaires se livrent à des actes de débordements qui ternissent l'image du chef de l'Etat, a-t-il ajouté.



Il a été plusieurs fois rappelé à l'ordre (...) le gouvernement s'est vu aujourd'hui obligé de prendre ses responsabilités, a indiqué M. Gazam-Betty, alors qu'un décret présidentiel lu dimanche à la radio nationale a annoncé le limogeage de M. Dhaffane.

Selon une source proche de la présidence, le président Michel Djotodia a dû annuler un déplacement prévu à Doha au Qatar.



Dimanche, Mohamed Dhaffane a été appelé par le chef de l'Etat et on a appris peu de temps après qu'il était arrêté et détenu au Camp militaire De Roux, a déclaré à l'AFP la soeur du ministre, Zanaba Dhafffane.



Le frère cadet du ministre, le colonel Mohamed Dhaffane, joint par l'AFP avant d'être à son tour arrêté, a balayé les accusations portées contre lui. Ce sont de pures allégations. S'il n'est pas libéré, nous allons mettre Bangui à feu, a-t-il menacé.



Mohamed Dhaffane dirige la Convention des patriotes pour le salut du Kodro (CPSK), une des composantes de la coalition rebelle Séléka, qui a pris le pouvoir à Bangui fin mars après avoir renversé le président François Bozizé.



Dimanche, une certaine tension régnait à Bangui, où de nombreux véhicules transportant des hommes armés ainsi que des patrouilles de la force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC), appuyées par les forces françaises, circulaient dans les rues.


A la sortie nord de Bangui, vers le PK (point kilométrique) 12, ainsi qu'à la sortie sud au PK 9, des Séléka barraient la route, empêchant la circulation pour exiger la libération de Dhaffane.


Selon un témoin, ils s'en prennent aux passants en leur administrant des coups de fouet, ou en leur intimant l'ordre de rebrousser chemin.




(©) 

 

 

Centrafrique: le limogeage de Mohamed Dhaffane

 

RFI  lundi 01 juillet 2013 à 07:59

 

Après avoir été limogé vendredi 28 juin, Mohamed Daffhane, l'ex-ministre des Eaux et forêts, figure de la Seleka, a été arrêté samedi après-midi à Bangui. Il est depuis en garde à vue pour 72 heures renouvelables. Le ministre de la Communication centrafricain, Christophe Gazambetty, a expliqué que le général Dhaffane avait été limogé pour son comportement : recrutement de mercenaires, spoliation de biens, malversations diverses. Mais pour le porte-parole du président centrafricain Michel Djotodia, Mohamed Dhaffane paye aussi le prix de son comportement vis-à-vis des autres responsables de la coalition rebelle Seleka.

 

« Ces derniers temps, on a noté quelques divergences, qui sont apparues entre lui et divers membres de la Seleka... »

 

Prosper Ndouba

Porte-parole du président centrafricain

 

 

 

Centrafrique : Arrestation du ministre d'Etat des Eaux et Forêts, accusé de recruter des mercenaires

 

YAOUNDE (Xinhua) - Au lendemain de nouveaux heurts sanglants entre des combattants des ex-rebelles de la Séléka (au pouvoir) et des civils vendredi à Bangui, le ministre d'Etat en charge des Eaux et Forêts, Mohamed Moussa Dhaffane, accusé d'acheter des armes et des recruter des mercenaires, a été arrêté samedi soir, annonce le ministre de la Communication, Christophe Gazam Betty.

 

Ministre depuis le gouvernement d'union nationale formé le 3 mars après les accords de paix du 11 février à Libreville au Gabon, Dhaffane a été limogé par un décret du président de transition centrafricain Michel Djotodia publié samedi soir à Bangui avant d'être mis aux arrêts puis placé en garde en vue, en attendant une perquisition dimanche dans les nombreuses maisons qu'il possède dans cette ville, selon le ministre d'Etat en charge de la Communication.

 

"Tout porte à croire que Dhaffane recrutait des mercenaires et achetait des armes", a déclaré Gazam Betty à Xinhua peu après la publication du décret présidentiel limogeant le mis en cause qui, à en croire le ministre de la Communication, "n'avait pas de rébellion, il a utilisé son poste de ministre pour recruter des mercenaires".

 

En d'autres termes, Mohamed Moussa Dhaffane est accusé de préparer un putsch contre le pouvoir de Michel Djotodia, président de transition pour une période de dix-huit mois en principe jusqu'à la tenue de nouvelles élections présidentielle et législatives destinées à doter la République centrafricaine (RCA) de nouvelles institutions démocratiques qui lui permettront de retrouver sa place au sein de la communauté internationale où elle a été exclue après la prise du pouvoir de Djotodia le 24 mars.

 

Dhaffane, par ailleurs chef des Pêches, est présenté comme commanditaire de pillages à Bangui. "Il a lui-même supervisé le pillage de la maison de l'ambassadeur de Centrafrique à Pékin", affirme Gazam Betty qui fait en outre état de vols de véhicules, dont une vingtaine appartenant à des commerçants libanais et stationnés dans des concessions déclarées comme propriétés de l'ex- ministre.

 

"Il s'est enrichi en taxant les forestiers", laisse encore savoir le ministre de la Communication.

 

Source : http://www.afriquinfos.com/articles/2013/6/30/centrafrique-arrestation-ministre-detat-eaux-for%C3%AAts-accuse-recruter-mercenaires-224854.asp

Centrafrique : limogeage et arrestation du ministre des Eaux et forêts

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com